Pourquoi une telle triche aux examens dans le monde arabe?

De jeunes diplômés saoudiens se montrent sur internet en train de brûler leur diplôme.
De jeunes diplômés saoudiens se montrent sur internet en train de brûler leur diplôme.

Le mois de ramadan coïncidant avec les très redoutés examens de fin d’année du secondaire, l’actualité arabe offre cette année un feuilleton d’un nouveau genre, celui de la triche ! A vrai dire, le phénomène est ancien et cela fait des années que les plus malins et/ou les plus fortunés cherchent des solutions pour sortir du lycée avec les meilleurs notes possibles, celles qui leur permettront d’obtenir le sésame pour l’orientation de leur choix dans le système universitaire. Mais avec le développement des techniques numériques, le phénomène prend des proportions sans précédent.

Au Maghreb par exemple, les cas de fraude recensés, sans aucun doute très sous-évalués par rapport à l’ensemble, ont considérablement augmenté ces dernières années. Selon cet article dans Jeune Afrique, ils sont ainsi passés entre 2008 et 2015, et pour le seul Maroc, d’un peu plus de 1 000 à près de 11 000. Les autorités ont beau multiplier les contrôles, interdire les téléphones portables, brouiller les communications, réduire la capacité des salles, développer l’identification numérique des candidats, augmenter les sanctions, rien n’y fait. Malgré toutes les précautions qui sont prises, les fraudeurs arrivent à leurs fins.

Apparue en Tunisie et en Égypte dès 2012 (article en arabe), la fraude via Facebook est la tendance du moment. Cette année, au Maroc, il n’a guère fallu plus d’un quart d’heure pour que certaines questions, avec leurs corrigés, y soient disponibles (une affaire qui s’est soldée par 21 arrestations).

En Algérie, où les autorités ont même carrément décidé, dimanche dernier, de fermer momentanément les réseaux sociaux, la triche sur internet prend des allures de crise politique. En effet, une nouvelle session avait été organisée, pour plus de 300 000 élèves, à la suite de très nombreuses fuites des sujets d’examens organisés à la fin du mois de mai (quelques arrestations dans les milieux des professionnels de l’éducation là encore). Cette fois-ci, les autorités algériennes n’ont rien laissé au hasard : en plus de la fermeture temporaire de Facebook et de Twitter, la collaboration de l’armée a été requise. C’est elle qui a imprimé les sujets, lesquels ont été distribué au dernier moment, dans certains cas par hélicoptère ! Une politique énergique, voulue par Nouria Benghabrit, la « dame de fer » de l’Éducation nationale algérienne, une sociologue oranaise qui ne craint pas de s’en prendre aux dossiers sensibles.

On avait déjà évoqué son nom dans CPA à l’occasion d’un précédent billet consacré à la question de l’arabisation, ou plus exactement de l’introduction d’enseignements en arabe algérien. Un contexte qui explique que différents médias (Al-Hayat par exemple) proposent une analyse très politique de cette affaire de triche, bon prétexte pour les conservateurs religieux, partisans de l’arabe classique « pur et dur » si on peut l’écrire ainsi, de s’en prendre à une ministre qu’ils ne portent pas dans leur cœur.

On retrouve exactement le même schéma en Égypte où, cette année encore, la fraude au Bac a fait parler d’elle. Dans ce cas également, différents médias, à commencer par Al-Hayat, considèrent que le battage fait autour de cette affaire est loin d’être dénué d’arrières-pensées politiques, que l’on considère que les partisans de Morsi et des Frères musulmans cherchent à mettre en évidence les lacunes du gouvernement actuel, ou que l’on pense au contraire, si l’on est pour le président Sissi, que ce sont précisément les « islamistes » qui cherchent à discréditer les autorités en faisant tout pour que les choses empirent.

Outre l’explication politique, il y a bien entendu un aspect économique, en l’occurrence crapuleux, dans toutes ces affaires de triche. Sachant que des sources estiment à près de 2,4 milliards de dollars la somme que les Égyptiens consacrent annuellement aux leçons particulières de leurs enfants, on comprend que le business de la triche puisse également rapporter. Naturellement, les données précises manquent pour ce trafic clandestin, mais une affaire récente permet de se faire une idée de l’ampleur du système parallèle dans la Jordanie voisine où fonctionnait une filière assez originale. Profitant d’accords passés avec le Soudan, des Jordaniens du sud du pays avaient imaginé d’envoyer des contingents tout de même assez importants de futurs bacheliers à Khartoum pour qu’ils y passent des examens réputés plus faciles (d’autant plus qu’ils y bénéficiaient, sur place et depuis l’Égypte, de complicités utiles pour trouver les bonnes réponses…)

Politique, éventuellement économique, la croissance exponentielle de la fraude aux examens révèlerait aussi une véritable crise des valeurs dans les sociétés arabes. De nombreux commentateurs soulignent ainsi, non sans arguments, l’insupportable contradiction que révèle une véritable addiction à la triche de la part de personnes qui, par ailleurs, affichent tous les signes de la religiosité la plus exigeante. On ne parle pas des personnes qui se livrent à ce trafic ou qui ferment les yeux sur lui contre quelque gratification, non plus que des candidates qui (éventuellement pour l’occasion) portent le jour de l’examen un hijab bien pratique pour dissimuler une oreillette Blue Tooth, mais bien de tous ceux et toutes celles qui se vantent sur les réseaux sociaux de tricher avec la loi, tout en multipliant les invocations pour que la toute-puissance divine leur vienne en aide ! Conjointement à l’hypocrisie ou à la schizophrénie d’une bonne partie de la société, ce sont également l’égoïsme, le matérialisme, l’absence de morale collective de la jeunesse qui sont dénoncés.

A tout cela, il me semble qu’il convient d’ajouter encore une autre explication, le plus souvent passée sous silence. Si la jeunesse arabe triche autant, si elle semble tellement « malhonnête », c’est aussi parce qu’elle est acculée à le faire et qu’elle cherche désespérément une solution à l’impasse dans laquelle elle se trouve. Tricher, dès lors, n’est rien d’autre qu’une tentative de survie. Et tant pis si on réalise un peu plus tard que les diplômes pour lesquels on a tant sacrifié ne sont que des bouts de papier bons à brûler, faute de justice sociale dans des sociétés rongés par le chômage et la corruption (voir l’image de ce jeune Saoudien en haut de ce billet).

Capture d'écran du site "Shuming triche au bac".
Capture d’écran du site « Shuming triche au bac ».

A l’appui d’une telle explication, on peut noter, déjà, que, parmi les sites les plus connus qui proposent des solutions faciles aux candidats, certains affichent une intention qu’on peut qualifier de politique. C’est peut-être le cas de « [Liang] Shuming triche au bac » (شاومينغ بيغشش ثانوية عامة : un demi-million d’« amis ») si l’allusion au philosophe et pédagogue chinois doit bien être prise en ce sens comme je le crois [je suis preneur d’autres explications], mais c’est en tout cas vrai d’un autre site, tout aussi célèbre, « La triche nous unit » (بالغش اتجمعنا ). Deux pages Facebook qui, comme nombre de leurs équivalentes dans la quasi-totalité des pays arabes, reprennent les codes de la contre-culture adoptée par la jeunesse arabe actuelle, ceux de la dérision notamment, et de la solidarité de la jeunesse contre la société des adultes (voir le rap des tricheurs présenté dans la vidéo tout en bas de ce billet par le groupe égyptien Kaboos Nation, la « nation du cauchemar »).

Si l’on se souvient que la critique du système scolaire, dans le mouvement du 20 février au Maroc par exemple, faisait partie des revendications les plus populaires auprès de la jeunesse arabe révoltée lors de son « Printemps arabe », on s’étonne moins que la vague numérique de la triche sur les réseaux sociaux soit partie, comme on le signalait au tout début de ce commentaire, de Tunisie et d’Égypte.

En attendant l’Euro, quelques brèves du foot arabe…

Le café Al-Furat à Balad, le soir de la finale de la Ligue des champions (photo AFP).
Le café Al-Furat à Balad, le soir de la finale de la Ligue des champions (photo AFP).

En contrepoint à l’Euro et à son festival probable de chauvinisme hexagonal, quelques brèves du foot dans le monde arabe…

Irak. Un kamikaze s’est fait exploser le 26 mars dernier lors d’une cérémonie de remise de trophées à l’issue d’un tournoi de foot local au sud de Bagdad, tuant plus de 30 personnes, dont beaucoup d’adolescents et d’enfants. Le 13 mai, des hommes ont tiré à l’arme automatique et lancé des grenades dans un café de Balad, une ville irakienne à 80 km environ au nord de Bagdad. L’attentat qui a fait une dizaine de morts a été revendiqué par « L’Etat islamique » qui considère que le foot n’est pas conforme à sa propre vision de l’islam. Par défi, des habitants de Balad n’ont pas eu peur de se rassembler dans le même café lors de la finale de la Ligue des champions qui opposait, le 29 mai, deux équipes madrilènes, l’Atlantico et le Real, lequel finira par l’emporter aux tirs au but. Mais cette fois-là, c’est la ville de Baakouba, toujours au nord de Bagdad, qui a été ciblée par des membre de « l’Etat islamique ». Ils ont ouvert le feu sur les fans du Real réunis pour regarder le match à la télévision dans la peña locale. Douze morts.

Palestine. Jibril Rajoub, le président de la Fédération palestinienne de football, a toujours autant de mal à se faire entendre des responsables de la Fifa. Pourtant, ses arguments sont en principe pleinement recevables, surtout au regard du précédent qui avait mis en cause des clubs ukrainiens sanctionnés pour s’être engagés dans un championnat russe. Après bien d’autres avanies (suivre le mot « football » dans les étiquettes en bas à gauche de l’écran), Jibril Rajoub proteste cette fois contre la présence, dans le championnat israélien, de cinq équipes représentant des localités – illégales aux yeux du droit international – en Cisjordanie. L’affaire sera évoquée lors du prochain congrès de la Fifa à Mexico, dans les jours qui viennent. ِEn tout état de cause, le très politique responsable de la Fédération palestinienne ne se réjouira pas longtemps d’une (improbable) victoire du droit palestinien contre la colonisation israélienne. En effet, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, probablement lassé par les dribles politiques de l’imprévisible Jibril Rajoub, a décidé de lancer dans la compétition son propre fils, Tarek. Aux dernières nouvelles, la nomination du fils du raïs à la tête du foot palestinien recevrait le soutien inattendu de son ennemi juré, le Hamas, qui a la main sur le puissant groupe des clubs de Gaza…

Aux Émirats, l’équipe vedette d’Al-Ayn a fait scandale. Un publicitaire mal inspiré avait en effet imaginé un bref spot de promotion pour la société BMW qui mettait en scène les joueurs du club désertant la pelouse pour se précipiter sur les dernières merveilles de l’industrie automobile allemande. Mauvaise idée, la vidéo les montrait en train de détaler au moment où résonnait dans le stade l’hymne national (vous pourrez voir le spot en suivant ce lien). Dans leur grande sagesse, les dirigeants du pays ont dissous le Conseil d’administration du club.

En Égypte, on passera vite, par charité, sur le pugilat qui a opposé en direct deux journalistes (très) sportifs sur un plateau télé. À l’image de la plupart des stars locales, en particulier dans la chanson, ces deux célébrités locales, Shoubayr et Al-Tayyeb, rivalisent d’encouragements pour l’un des deux grands clubs du pays, le Zamalek (en principe snob) et le Ahly (prétendument « populaire »). L’événement a beaucoup plus passionné l’opinion publique que l’annonce, pourtant sensationnelle, d’un nouveau record national : la population égyptienne vient de passer la barre de 91 millions d’habitants. Pour se faire une idée de cette magnifique progression, il faut se souvenir que le pays nourrissait, au début des années 1950, environ 20 millions d’habitants. Mais tant qu’il y a du foot…

Soudan. Beaucoup plus sympathique, la dernière « brève de foot » concerne le portrait, dressé par la revue en ligne Raseef22 (en arabe), de la première entraîneuse, dans le monde arabe, d’une équipe masculine. Salma El-Magdy (سلمى الماجدي) vit à Oum Dourman et ses motivations sont très claires : Qu’est-ce que tu as envie de faire ? Pour finir, tu vas te marier, tu devras t’occuper de ton mari, de tes enfants, de la cuisine et de la maison. Mais je ne suis pas venue au monde pour attendre le fameux mari. J’aime ma liberté et j’ai envie de faire de grandes choses. J’adore le foot, c’est ma vie… (ماذا الذي تودين فعله. في نهاية المطاف ستتزوجين، وعليكِ أن تهتمي بالطبخ والتهيؤ لرعاية الزوج والأطفال. لكنني لم أخلق لتدور حياتي فقط حول انتظار زوج، لديّ روح حرة وينبغي لي عمل الكثير. أحب كرة القدم، وحياتي تدور حولها)

Présenté comme ça, le foot, c’est même intéressant !

Lettres modernes (2/2) : les sens des signes

(La dernière oeuvre du Soudanais Waqialla. Source : http://www.waqialla.org)

Alors que la calligraphie arabe est renouvelée par la typographie contemporaine avec toutes les ressources du graphisme contemporain assisté par ordinateur, elle accomplit également depuis la seconde moitié du XXe siècle une autre révolution, mais sous la main des artistes plasticiens.

Dans un livre (en arabe) déjà ancien mais qui continue à faire autorité, le poète et critique Charbel Dagher fut un des premiers à proposer une véritable lecture de ce courant esthétique nommé en arabe al-hurûfiyya (الحروفية traduit par « lettrisme »). Il est aussi un des premiers à avoir relevé l’étrange coïncidence qui fit naître ce mouvement en Irak au moment même où une génération de jeunes poètes (Badr Shaker al-Sayyâb, Nâzik al-Malâ’ika) rompaient définitivement avec des siècles de prosodie traditionnelle pour ouvrir la poésie arabe à de nouveaux horizons.

Dans l’un et l’autre cas, on retrouve à l’évidence une même impatience vis-à-vis des formes artistiques anciennes. Et tout aussi fortement, dans un monde arabe qui croit alors en son destin, le désir d’affirmer la présence d’un art à la fois « authentiquement arabe et moderne ».

Ecole ou mouvement, un ou multiple, le « lettrisme » ne se laisse pas saisir facilement. A la suite de cet article (en arabe, par Muhammad Monif), on peut tenter de le définir comme « un travail plastique sur la lettre arabe pour la dégager de sa signification et de sa lecture et la transformer en quelque chose d’autre » (الحروفية هي تشكيل الحرف العربي وتجريده من العبارة والجملة المقروءة إلى حال أخرى).

Même si on leur a reproché de ne proposer qu’une pâle imitation de la démarche des artistes occidentaux transposée aux caractéristiques de l’alphabet arabe, les tenants du lettrisme ont clairement affiché une volonté diamétralement opposée : affirmer une identité esthétique arabe, par l’élaboration d’une abstraction à la fois moderne et enracinée dans sa tradition graphique et esthétique.

La hurûfiyya s’est élancée avec le manifeste de l’école d’Art moderne de Bagdad en 1951 pour s’affirmer pleinement, au seuil des années 1960, notamment avec Shakir Hassan Al Said (شاكر حسن آل سعيد), récemment décédé à Bagdad.

Toutefois, durant ces années, qui sont aussi celles de l’arabisme politique triomphant, le mouvement est loin de se limiter à ce seul pays. Il essaime par exemple au Soudan où se développe, au sein de la Faculty of Fine and Applied Art of Sudan University of Technology, toute une génération d’artistes encore très présents sur la scène arabe. Parmi eux se distingue la très grande figure de Osman Waqialla (عثمان وقيع الله) décédé il y a juste un an : un beau et intéressant site – en anglais et en arabe – lui est dédié.

Avec cet artiste qui travailla notamment pour un fabricant londonien de billets de banque, on ne peut que constater comment les frontières s’effacent, non seulement entre graphisme et création artistique, mais également entre calligraphie et création plastique. Une tendance qui s’affirme chez d’autres artistes plus contemporains, tel l’Egyptien Hâmid al-‘Uwaydhi (حامد العويضي), formé à l’édition et à la mise en page, dont le travail est décrit dans cet article (en arabe) comme une tentative pour mettre un terme au divorce entre le trait et la composition plastique (ينهي القطيعة بين الخط والتشكيل).

Ali Omar Ermes, The Third Ode
(source : www.hermitagemuseum.org)

Une exposition) récente au musée de l’Hermitage a réuni quelques-uns des grands noms du « lettrisme » actuel, parmi lesquels on note la forte présence d’artistes du Maghreb : le Libyen Ali Omar Ermes), le Tunisien Nja Mahdaoui dont les calligraphies ont orné plusieurs appareils de la compagnie GulfAir pour son 50e anniversaire.

Bien entendu, on trouve à leur côté l’Algérien Rachid Koraïchi assez bien connu en France grâce à ses illustrations pour de très nombreux ouvrages, travail qui s’inscrit pleinement dans la lignée du lettrisme. Depuis ses débuts, celui-ci est en effet intimement associé à une démarche autour des grands textes de la littérature arabe, classique et actuelle, religieuse et profane.

C’est d’ailleurs parce qu’ils explorent à leur manière les sens infinis des signes que les plasticiens du lettrisme arabe contemporain sont les véritables héritiers des calligraphes classiques.
(Rachid Koraïchi avec des brodeurs cairotes, lors de la préparation à l’exposition « Mejlis al-qamar ».
Source : www.ambafrance-eg.org)