Spacetoon et ses chansons : l’arabisation de l’imaginaire et la conservation des valeurs

logoSpacetoonUn long mois de silence sur CPA. En cause, l’actualité qui offre des sujets plus graves et plus urgents que ceux que dont parlent en général ces billets. Et puis, également, le fait que j’étais pris ailleurs, dans tous les sens de l’expression.

En guise de reprise, cette traduction d’un texte publié au milieu du mois d’avril par Rida Hariri (رضا حريري), un contributeur régulier du quotidien libanais Al-Safir (un article accompagné de vidéos et de plusieurs fichiers musicaux). À propos d’une question peu connue, celle des chaînes télévisées à destination du jeune public, il évoque, très bien à mon avis, un phénomène important du début du troisième millénaire, le lancement de la chaîne Spacetoon, basée dans la Media City de Dubaï aux Émirats, mais dont les doublages étaient essentiellement réalisées à Damas. Une manière originale, pleine de sens et en définitive assez pessimiste, de s’interroger sur la construction, et le sort actuel, de l’arabité.

Illustration de l'article original, tirée du feuilleton "L'inspecteur Conan".
Illustration de l’article original, tirée du feuilleton « L’inspecteur Conan ».

Spacetoon et ses chansons : l’arabisation de l’imaginaire et la conservation des valeurs.

Rida Hariri

Quelques mois après le début du nouveau millénaire, un peu avant les événements du 11 septembre et l’annonce par Oussama Ben Laden que le monde se partageait désormais entre deux camps, celui des croyants et celui des infidèles, la « grande nation arabe » laissait déjà paraître les signes d’une scission similaire, mais sans aucun rapport avec la foi et l’incroyance, entre les partisans de Disney Channel et ceux de Spacetoon, la nouvelle chaîne qui venait de commencer à émettre. En tout cas, c’est comme ça que les enfants ont vécu la chose à cette époque.

On n’a pas vraiment de preuves historiques sur la manière dont cette division s’est propagée dans les pays arabes, mais la chose était parfaitement claire pour moi et pour les enfants que je connaissais. Dans notre esprit, en fonction de critères assez obscurs, il y avait une nette séparation entre ceux qui regardaient Spacetoon, dotés d’un fort quotient intellectuel, et les autres, les fans du Disney Channel. Sans doute, on peut considérer que cette représentation avait quelque chose à voir avec l’idée du surhomme, celle qui pousse un Raskolnikov, le personnage principal dans Crime et châtiment de Dostoeïvski, à tuer la vieille usurière. Nous, les enfants de Spacetoon, nous nous voyions un peu ainsi et nous regardions de haut les enfants du Disney Channel, implicitement assez méprisables à nos yeux. Un sentiment de supériorité intellectuelle qui ne nous préservait pas pour autant d’une certaine arrogance de classe que nous renvoyaient, en retour, les enfants de Disney !

• Le temps de « la chanson à la Spacetoon »

C’est en juin 2001 que Spacetoon a fait ses débuts en tant que chaîne télévisée privée. Dès cette époque elle a commencé sa collaboration avec le Venus Centre (Markaz al-Zuhra), une société spécialisée dans le doublage en arabe des dessins animés, essentiellement d’origine japonaise.

Grâce à ce type de production qui faisait l’essentiel de ses programmes, Spacetoon se mit rapidement à concurrencer le Disney Channel. A la différence des séries que diffusait cette dernière et qui étaient conçues dès l’origine à l’intention du jeune public, celles qu’on pouvait voir sur Spacetoon n’avaient pas été produites pour les enfants mais au contraire pour une tranche d’âge beaucoup plus large. Elles traitaient ainsi des grandes questions de l’existence : le bien, le mal, l’amour, la haine, la recherche du père, la perte, la mort, etc. Une caractéristique que le doublage en arabe classique contribua à renforcer encore, d’autant plus que s’y ajoutaient d’autres thématiques telles que l’identité nationale ou encore la résistance.

Cette inflexion, on la remarque notamment à travers les musiques des génériques, particulièrement soignées et toujours différentes des versions originales. Avec leurs propres mélodies, leurs paroles spécialement créées pour l’occasion, elles ont très vite créé ce que l’on pourrait appeler « la chanson à la Spacetoon », parfaitement reconnaissable entre toutes. Parmi les compositeurs les plus remarquables figure le duo formé par le compositeur syrien d’origine algérienne Tarek Alarabi Tourgane (طارق العربي طرقان) et la chanteuse Rasha Rizk (رشا رزق), à côté d’autres talents locaux tels que Assem Sukkar (عاصم سكر) et Hala Al-Sabbagh (هالة الصباغ).

• Musique et paroles

Avec mon frère, à peine entendions-nous le petit Wassim entonner Mon frère et moi que nous montaient aux yeux des larmes prêtes à rouler sur nos joues à la première occasion. L’histoire racontait comment Sami s’efforçait de veiller sur son petit frère, Wassim, après la mort de leur mère. Bien souvent, nous pleurions en entendant la chanson du générique – paroles de Rasha Rizk, Hala Al-Sabbagh au chant, accompagnée par Tarek Alarabi Tourgane et Bassam al-Hassouni –, surtout durant les séquences où l’on voyait la mère apparaître à ses enfants comme une sorte d’ange dans le ciel. Que pouvaient signifier pour un enfant de sept des métaphores comme « un fantôme plus noble et plus durable que l’écume des jours » ou encore « des mots qui furent mon salut » ? Pas grand chose probablement car il ne pouvait pas les comprendre mais elles suffisaient malgré tout pour me faire sangloter à chaudes larmes !

Bien qu’elle se soit produite avec de nombreuses formations musicales en Syrie et qu’elle ait chanté aux côté de Ziad Rahbani ou encore dans des films aussi célèbres que Et maintenant on va où ? de Nadine Labaki, la célébrité de Rasha Rizk est toujours restée associée aux chansons, gaies ou tristes, qu’elle a interprétées pour Spacetoon. Capable de mélanger tous les registres, son interprétation imitait souvent, avec talent, la voix enfantine.

Quant à Tarek Alarabi Tourgane, les nombreuses chansons qu’il a composées et interprétées pour Spacetoon – Rimi, L’âge des amis, Mowgli, Dodge Danpeï, Le lancer de feu laissent paraître une nette influence des musiques du Maghreb, celle du chanteur berbère Idir en particulier, l’auteur d’Avava inouva.

Ces chansons paraissaient d’autant plus graves, et même tristes à vrai dire, qu’elles étaient composées dans leur majorité en mode mineur. Tourgane néanmoins écrivait aussi de nombreuses mélodies bien plus martiales, avec des tambours et un choeur comme dans les séries Les faucons de la terre, Le tonnerre ou Dragon Ball. Elles n’étaient pas sans évoquer les chants militaires ou militants. Tourgane créait une certaine harmonie en associant différents interprètes, comme dans L’âge des amis par exemple qui commence avec Rasha Rizk que rejoint, vers la fin, Tourgane lui-même, mais juste en fond sonore. Dans Les faucons de la terre, c’est Assem Sukkar qui a la voix principale, accompagné à certains moments par un choeur d’enfants.

Tarek Alarabi Tourgane et Rasha Rizk soignaient tout particulièrement les paroles qui jouaient un rôle très important dans le succès de ces chansons auprès des téléspectateurs. Exclusivement en arabe littéraire, on y trouvait des mots et des constructions difficiles à comprendre pour des enfants : « Tu ne t’humilias point, ni ne courbas la tête, au contraire tu te révoltas et tu t’emportas », « Leur voix fit triompher le droit comme un tonnerre de vérité ». Ou encore, comme chantait Rasha Rizk : « Domptés, certes, mais prêts à lutter pour vivre tant que nous serions vivants », « Des chemins que la distance a fait se perdre peut-être. L’oubli, cette faute de notre hier nous ne l’avons pas interrogée », « Sa dextre, armée par sa volonté, se leva »… De son côté, Tourgane, pour la chanson de la série Mowgli, utilisait des expressions aussi difficiles que « une tranquille existence instinctive », « le déni », « tendre et candide »…

• Spacetoon et son discours

Rechercher des épisodes de Spacetoon sur YouTube conduit immanquablement à tomber sur des vidéos accompagnées de commentaires où s’opposent défenseurs et accusateurs : « Voyez comment le Venus Centre protège la sensibilité des enfants » ou « Encore une preuve de l’innocence du Venus Centre », mais aussi « Le Venus Centre se fait le chantre des idées de la franc-maçonnerie » ou « Les exigences de ceux qui ont en horreur le Venus Centre ».

L’intervention des responsables sur les épisodes que diffusait leur chaîne est un fait avéré, ne serait-ce que par la suppression de certaines scènes, leur modification, ou bien lors du doublage des dialogues en arabe, ou bien encore à travers la chanson du générique.

Ils avaient pour cela toutes sortes de raisons. Dès son lancement, Spacetoon avait choisi d’être une chaîne « formatrice » (hâdifa), et pas seulement distractive. Elle se donnait pour mission de renforcer « les grandes valeurs morales » : le bien, la justice, l’amitié, la foi, l’espoir… Autant de notions bien présentes dans les films d’animation japonais, mais livrées dans un contexte de grande violence, de guerres, de pauvreté, d’exil, de mort, de souffrance psychologique, et présentées de façon tellement directe et appuyée que cela n’était pas recevable la plupart du temps par des enfants. Systématiquement coupées lors du doublage, il y avait aussi des séquences où l’on voyait des violences physiques, des consommation de drogues, des relations entre les deux sexes, liées au fait que les séries japonaises étaient conçues à l’origine pour un public plus âgé.

Spacetoon et le Venus Centre furent donc inévitablement amenés à censurer de nombreuses séries, en éliminant ce qui ne correspondait pas aux « valeurs morales dominantes dans la société ». Sans oublier l’objectif premier qui consistait à toucher un public aussi divers que possible socialement, dans un monde arabe globalement plutôt conservateur.

Dès son lancement, Spacetoon épousa le discours nationaliste arabe du parti Baath, au pouvoir en Syrie et bénéficiant encore, jusqu’en 2011 en tout cas, d’un certain capital de sympathie dans la région. Selon cette idéologie, les citoyens des différents pays arabes ne formaient qu’un seul peuple uni par la langue, la culture,  l’histoire et la géographie, en plus de l’islam en tant que référent civilisationnel.

La volonté de renforcer cet esprit « national » apparaît clairement dans les génériques de séries comme Les faucons de la terre (« L’honneur de la patrie [arabe] nous dépasse, il va au-delà de tout ce que nous pourrons jamais penser, l’honneur de la patrie est notre but, notre boussole. ») ou Le tonnerre (« Éclairs et roulements de tonnerre comme autant de héros. Ton ennemi est la plus noble des promesses. Le tyran ne durera tant qu’en nous un souffle vivra. »

Des paroles qui évoquent une patrie en des termes très généraux, certes, mais qui étaient diffusées à une époque, les premières années de la précédente décennie, où elles ne pouvaient être qu’associées à ce qui se passait alors : la seconde intifada en Palestine, la guerre des USA en Irak… Un discours panarabe qui apparaissait en pleine lumière dans une chanson telle que Jasmin d’Arabie, ma patrie : « Des yeux couleurs de café d’Aden, des cheveux noirs comme les nuits du Nejd, la démarche d’une gazelle de Libye, avec des joues comme deux roses de Damas… » On trouvait aussi, comme dans Patrie arabe, patrie d’amour chanté par Hala Al-Sabbagh, une association entre l’arabité et l’islam : « Ma patrie est le Sauveur attendu, ma gloire. Sur cette terre l’islam a brillé, au fil du temps, il s’est développé, et sur sa voie, les peuples se sont levés. » Parallèlement, la chaîne diffusait des chants à thématique religieuse tels que Médine, ville de bien (Al-Tîba), Lune du prophèteÀ chaque instant, gloire à Dieu, etc. Longtemps, ils ont été diffusés au moment de l’ouverture de l’antenne.

Il est vrai qu’Oussama ben Laden a été tué et que George Bush a quitté la vie politique mais la vision d’un monde partagé en deux camps qui leur est associée n’a pas disparu. À l’heure où la région traverse des temps dévastateurs, tandis qu’une partie de ses habitants se replient sur d’étroites références identitaires et que s’écroulent les valeurs qui étaient naguère dominantes, Spacetoon continue à rester fidèle à son discours d’autrefois, comme figée dans un sommeil de mort…

Ana wa akhi (Moi et mon frère), la chanson qui faisait pleurer à chaudes larmes le jeune Rida Hariri, l’auteur de cet article…

Georges Tarabichi (2/2) : le patrimoine arabe comme chemin de Damas

tarabichiPlus encore maintenant qu’il a disparu, il est à craindre que les lecteurs francophones continuent à tout ignorer ou presque de l’œuvre d’un très grand penseur arabe qui aura passé un bon quart de sa vie en exil à Paris. Sur la centaine de titres dus à sa plume, pas un seul n’existe en traduction. En anglais, c’est presque pire dans la mesure où le seul qui est disponible – A Women against her Sex, une sévère critique de Nawal El Saadawi, publiée (avec une réponse la féministe égyptienne) par Saqi en 2001 – est terriblement marginal par rapport à l’essentiel de sa recherche. Durant ses trente dernières années, Georges Tarabichi, l’ancien critique littéraire marxiste influencé par l »école freudienne, s’est en effet plongé dans une immense réflexion sur le « patrimoine » arabe (turâth), questionnant les racines religieuses et culturelles qui entravent l’expression d’une rationalité critique dans cette partie du monde. Un sujet qui ne manque pas d’actualité…

Je suis bien incapable de pallier moi-même cette absence de curiosité éditoriale pour les idées indigènes (exprimées en arabe). Outre la difficulté à résumer en quelques lignes une pensée qui s’est exprimée au long d’une dizaines de titres aussi marquants les uns que les autres, il se trouve que Georges Tarabichi a pris comme point de départ la critique, qui s’est prolongée près d’un quart de siècle, d’un important philosophe marocain, Moham(m)ed Abed al-Jabri (disparu en 2010). On pourrait croire ce dernier un peu mieux loti que Tarabichi puisque, sur une trentaine de titres en arabe, on dispose en apparence de DEUX traductions, l’une en anglais et l’autre en français. Hélas, la première est la retraduction depuis le français – on imagine avec quels résultats pour un texte aussi conceptuel ! – de L’introduction à la critique de la raison arabe, un livre paru en 1994 aux éditions La Découverte  (traduction de Marc Geoffroy et Ahmed Mahfoud)… Pour ce qui est de la philosophie arabe, on en est toujours, littéralement parlant, au Moyen Age !

Publié en arabe en 1982, ce texte d’al-Jabri (تكوين العقل العربي), qui allait marquer toute une génération d’intellectuels arabes, n’était encore qu’un manuscrit, confié à la maison d’édition à laquelle collaborait Georges Tarabichi quand celui-ci quitta Beyrouth plongé dans la guerre. Fasciné par cet essai, il en entreprit la lecture attentive. Mais son admiration ne l’empêcha pas de rester critique. Lors d’une de ses nombreuses relectures, il découvrit, comme il aimait à le raconter, une note de bas de page qui l’intrigua suffisamment pour qu’il se lance lui-même dans ses propres investigations. À l’appui de ses thèses qui consistaient à opposer (pour le dire trop succinctement) un « occident arabe » rationaliste (celui d’Ibn Rushd/Averroès) à la philosophie mystique de l’orient arabe (d’al-Farabi à Ibn Sina/Avicenne en passant par al-Ghazzali), le philosophe marocain citait en effet, entre autres exemples, les textes des Frères de la pureté (Ikhwan al-safa), une école philosophique, mal connue historiquement, présente dans l’Irak des VIIIe/Xe siècles.

Après être retourné, non sans difficulté, aux textes originaux – il racontait ainsi qu’un libraire du Golfe finit par lui en offrir « sous le manteau » un exemplaire des textes des Frères de la pureté en principe interdit dans son pays ! – Georges Tarabichi, estimant qu’al-Jabri détournait des œuvres de leur contexte pour mieux défendre sa thèse, se lança dans un immense travail d’érudition pour « vérifier » en quelque sorte l’ensemble de l’appareil critique du philosophe marocain qui appelait à un « nouvel averroïsme » capable de fonder la raison arabe contemporaine. Comme il le reconnaissait lui-même, cette étonnante (et durable) conversion d’un critique littéraire d’obédience freudienne à l’étude minutieuse du patrimoine classique n’était pas étrangère à une recherche quelque peu obsessionnelle de la figure paternelle. Idéologiquement, on peut également estimer que l’ancien marxiste, formé à l’école du nationalisme arabe, ne supportait pas l’idée d’une coupure – même épistémologique – entre l’orient et l’occident du monde arabe !

En tout état de cause, l’histoire des idées dans le monde arabe contemporain retiendra que Georges Tarabichi trouva son « chemin de Damas » intellectuel grâce au texte d’un philosophe marocain avec lequel il poursuivit, dans son exil, un « dialogue » souvent douloureux mais en définitive, étonnamment fructueux.

Hommage personnel à cette figure qui honore la pensée arabe, ma traduction d’un texte, plus « léger » que celui que j’ai proposé la semaine dernière, mais néanmoisn très éclairant sur l’itinéraire de cette grande figure intellectuelle. Intitulé « Les quinze erreurs de ma vie », il a été publié en 2012 par un homme qui jetait déjà un regard à la fois distancié et ironique sur sa vie passée.

Les quinze erreurs de ma vie.

1 – La première erreur de ma vie, ce fut ma naissance. Je suis né dans une famille ordinaire et je me demandais, lors de mes toutes premières réflexions alors que j’étais encore un enfant, pourquoi je n’étais pas né dans une famille noble ou même princière. J’ai découvert, bien des années plus tard en lisant l’œuvre de Sigmund Freud, que les enfants qui rêvent de naître dans une famille imaginaire, plus « haute » que leur famille réelle, sont plus destinés que les autres à faire une fixation œdipienne.
2 – Le second échec de ma vie, c’est mon nom. Je suis né en 1939, à une époque où la Syrie commençait à s’ouvrir à la conscience nationale, avec, entre autres conséquences, que les familles donnaient à leurs enfants des noms arabes qui ne marquaient pas leur appartenance religieuse confessionnelle. Sans parler du fait que le choix d’un nom arabe était une manière de combattre le colonialisme français. Mon père, qui était lié au mouvement national, choisit ainsi pour tous mes frères des prénoms arabes : Samir, Jalal, Fayez, etc., sauf pour moi. Comme je lui en demandais la raison il me répondit : « Tu étais le premier né, il fallait bien que je te donne le nom de ton grand-père, c’est une tradition à laquelle on ne peut déroger ! » J’ai longtemps souffert de ce nom, de sa consonance étrangère qui signalait ma confession. Puis j’ai fini par m’y faire quand j’ai découvert qu’il avait une origine grecque et qu’il signifiait dans cette langue « celui qui travaille la terre », à savoir le paysan. D’ailleurs, il n’était pas totalement étranger puisqu’il avait une origine sémitique car il est tiré du mot « Jin » qui signifie la terre, selon la racine qui a donné le mot « géographie ». J’ai fini par me réconcilier totalement avec mon nom quand j’ai découvert en lisant les œuvres du patrimoine classique arabe et musulman qu’un des plus grands collecteurs de hadîth à La Mecque portait le même nom, mais sous une forme davantage arabisée, Ibn Jurayj.
3 – Parmi mes échecs, je peux aussi mentionner mon incapacité à compter les étoiles. Comme j’avais du mal à trouver le sommeil quand j’étais enfant à une époque où, à Alep, on dormait volontiers sur la terrasse de la maison, mon père, qui voyait que j’avais du mal à fermer les paupières, me mit au défi de compter les étoiles au firmament. Avec toute mon innocence d’enfant, je me suis mis à compter les étoiles une à une, sans arriver au terme, naturellement. En revanche, j’ai fini par m’endormir : je ne savais pas encore que compter les étoiles, ou se contenter de faire défiler une suite de chiffres, était le meilleur moyen pour mettre un terme à l’insomnie !
4 – Je n’ai pas réussi non plus à sauter dans la piscine comme le faisaient mes copains en se lançant du haut du plongeoir. Quand j’ai voulu les imiter, au lieu de plonger dans l’eau la tête la première, je suis tombé sur le ventre en me faisant très mal. Depuis ce jour, je descends toujours dans le bassin les pieds en avant !
5 – J’ai également échoué à être footballeur. Les enfants du quartier jouaient contre ceux des quartiers voisins. Je me suis joint à une équipe et j’ai participé à plusieurs matches. Mais un jour, j’ai reçu le ballon très fort sur la tête et j’ai eu tellement mal que j’ai dû cesser définitivement de jouer.
6 – Dans mon quartier, la boxe faisait partie des jeux des enfants. Comme j’étais plutôt chétif, il m’a été totalement impossible de faire partie des meilleurs, pour la boxe, la lutte et tous les combats qui demandaient de la force musculaire. C’est peut-être ce qui m’a incité à m’orienter vers les joutes intellectuelles…
7 – Il y avait aussi de très nombreuses fêtes, pour les naissances ou les mariages, entre autres occasions. On chantait souvent en chœur. Pourtant, chaque fois que je voulais me joindre aux autres, on me demandait tout de suite d’arrêter car ma voix d’enfant était affreuse et parce que je n’avais aucune oreille.
8 – Il est vrai que jamais je n’ai eu l’oreille musicale. J’ai eu beau maîtriser, enfant, la langue arabe, ainsi que les règles de la prosodie, je n’ai jamais été capable de composer un seul vers de poésie.
9 – Par conséquent j’ai également échoué à être poète, ne serait-ce qu’un jour, comme j’ai échoué à être romancier. Combien ai-je écrit de manuscrits, de projets de romans que j’ai déchirés ! En revanche, j’ai réussi à être critique, ce qui confirme le dicton selon lequel on trouve, derrière tout bon critique, un romancier raté.
10 – Mon incapacité à parler des langues étrangères constitue un autre échec intellectuel. Bien que je connaisse le français écrit, et même si je suis capable de très bien rédiger dans cette langue (j’ai d’ailleurs traduit du français des dizaines de livres), je n’ai jamais réussi à bien la parler. Étrangement, après avoir passé dans cet exil français quinze années entières, je continue à bredouiller le français et à l’écorcher.
11 – Il y a encore mon échec à lutter contre le temps. Dans ma jeunesse je m’étonnais toujours quand Tewfik al-Hakim, un des auteurs qui m’étaient le plus cher, insistait dans ses textes sur cette loi inexorable du temps. Avec l’impétuosité de la jeunesse, je n’imaginais jamais vieillir. Mais me voici arrivé à cette étape de la vie et je découvre, comme toutes les personnes de cet âge, que ce qu’il reste de temps est bien moindre que ce qui a précédé.
12 – Le plus grand échec dans ma vie, ce fut la défaite de juin 1967. Ce n’est pas « mon échec », mais celui de toute ma génération, l’échec d’une nation. Mais ce qui m’effraie le plus, rien qu’à y penser, c’est de ne pas pouvoir vivre assez longtemps pour voir la fin de cet échec. À vrai dire je ne sais même pas s’il y aura une fin à cet échec.
13 – Je n’ai pas réussi à être riche. J’ai largement plus de soixante ans, j’ai écrit et traduit environ deux cents ouvrages et je suis encore obligé aujourd’hui d’écrire dans la presse pour gagner ma vie. Pour être plus clair, je dois préciser que la richesse n’a jamais été pour moi un objectif en soi, mais j’espérais toujours que je gagnerais de quoi vivre modestement, assez pour me consacrer totalement à l’écriture. Je n’y suis pas encore arrivé aujourd’hui.
14 – Je n’ai pas réussi à réaliser le rêve de mon épouse, pas le le mien : avoir un garçon. Nous n’avons eu que trois filles et je suis heureux ainsi, nullement triste. Je suis né dans une famille où il y avait six garçons et, durant toute mon enfance, j’espérais que nous aurions au moins une sœur qui puisse apporter à notre société masculine un peu de chaleur et un peu de présence féminine. Aussi quand j’ai eu la première fille puis la seconde, j’en ai été très heureux. Mais ma femme, la troisième fois, a pleuré parce qu’elle voulait un garçon. Je la comprends, je comprends son désir mais cela ne m’empêche pas d’être heureux. Si nous avions eu un quatrième enfant, j’aurais été parfaitement heureux que ce soit une fille.
15 – Je cherche en vain à trouver un quinzième échec dans ma vie, pour répondre au souhait de la rédaction de cette revue. Eh bien, que cet échec soit le dernier de la liste !

Les symboles du marché de l’art : artistes syriens et iraniens aux ventes de Dubaï

Acheteurs aux dernières enchères de Christie's à Dubaï (AFP)
Acheteurs aux dernières enchères de Christie’s à Dubaï (AFP)

Voilà presque vingt ans que Christie’s exploite le filon du marché de l’art dans le Golfe. Un marché de niche, qui ne pèse pas très lourd à l’échelle des sommes colossales que la société d’enchères réalise à l’échelle mondiale. Les dernières ventes à Dubaï il y a quelques jours se montent ainsi à un peu plus de 7 millions de dollars, une goutte d’eau à côté des huit milliards et demi de dollars réalisés par les ventes d’art en 2014.

Apparemment, les dernières enchères – des artistes contemporains en même temps que des montres hors de prix – se sont révélées un peu décevantes selon un article publié sur le site Raseef. Une petite déception pour les spéculateurs de l’art, qui tient en premier lieu à la baisse des revenus pétroliers. Vendu aujourd’hui à peine plus de 40 dollars le baril, même pas la moitié de son prix il y a encore un an, l’or noir ne remplit plus aussi généreusement les caisses publiques ou privées (sachant que ce sont les fortunes princières, de type semi-public si l’on veut, qui constituent le premier cercle des acheteurs). La situation financière dans le Golfe est d’ailleurs si préoccupante que la révolte grossit dans les rangs de la riche famille régnante saoudienne, surtout depuis que le FMI met ouvertement en garde contre une possible banqueroute du royaume en 2020.

Mais l’épuisement des ressources financières n’est pas la seule explication à l’anémie du marché de l’art arabe à Dubaï. L’autre problème, tout aussi conjoncturel, est plus directement politique puisqu’il s’agit des retombées, un peu inattendues, du « printemps arabe » sur la cote des divers artistes régionaux. Depuis l’année 2011 et les soulèvements que l’on sait dans le monde arabe, les créateurs syriens ont la cote, y compris au sens littéral du terme. Évoqué dans un billet il y a de cela deux ans, le « boom » de l’art syrien, si l’on peut se permettre cette image malheureuse dans ce contexte, a continué à s’amplifier. Comme on peut le lire dans cet article du site Aljazeera America (quel drôle de nom tout de même quand on y pense!), certains intermédiaires avisés, tels que le galériste Khaled Samawi, un banquier syrien qui est aussi un des acteurs majeurs de la « globalisation » de l’art moderne dans la région (voir ce billet de juillet 2010), ont réalisé, en se mettant au service des plasticiens révolutionnaires, des opérations très gratifiantes, y compris sur le plan financier.

Mais les meilleures intentions ne sont pas suffisantes pour imposer leur conduite aux acheteurs et le marché finit par dicter ses lois, en fonction de l’offre et de la demande. Surexploité, surévalué, le gisement syrien – nourri par des artistes souvent réduit aux pires nécessités – a fini par s’épuiser. À l’issue des enchères organisées par Christie’s à Dubaï, pas un artiste syrien ne figure dans les dix meilleurs ventes. En revanche, on y trouve six artistes iraniens. Un symbole où certains voudront lire une indication sur le devenir de la géopolitique régionale !

Qui trop lève la tête finit par tomber !

têtelevée
Ici et ci-dessous : « Relève la tête, tu es Jordanien ! » Variations graphiques autour de la réutilisation de ce slogan lancé en 1956.

Lundi dernier, 45e anniversaire de la mort de Nasser, décédé le 28 septembre 1970. Une date qu’ignore la majeure partie de la presse arabe, celle qui vit des capitaux du Golfe, mais que célèbre ce qui reste de journaux fidèles à ce qu’on appelle la ‘urûba (العروبة), le nationalisme arabe, à savoir la construction politique d’une nation arabe « du Golfe à l’Océan » sur la base d’une identité partagée…

Inutile de préciser que ce projet, dans les circonstances actuelles de la région, paraît plus éloigné que jamais. À l’heure où les « frères arabes » se pilonnent les uns les autres (grâce à des armes qu’on leur vend sans trop y regarder), bien des témoignages révèlent que Nasser, le dirigeant qui l’a incarné mieux qu’aucun autre, reste inconstestablement présent dans le cœur de bien des habitants de la région. Est-ce une sorte de nostalgie pour une période où un avenir était encore possible dans la région ?  En tout cas, il se trouve des quotidiens comme Al-Safir au Liban pour se montrer lyriques en ce jour anniversaire, avec des titres comme « Nasser où es-tu ? » :

«ارفع رأسك يا أخي»
هذا صوت جمال عبد الناصر. الصوت الذي أذن بعصر عربي جديد. الصوت الذي ملأ الزمان العربي، بقامة مارد، وحرّك شعباً بقامة أمة، صَدَحت أملاً، «من المحيط إلى الخليج».

« Relève la tête mon frère ! » C’est la voix de Nasser, la voix qui annonça une ère nouvelle, qui emplit le temps des Arabes avec la carrure d’un géant, qui fit bouger un peuple en lui donnant la taille d’une nation, qui fit résonner du Golfe à l’Océan l’espoir…

tête2Une sorte d’élégie qui résonne tristement quand on s’aperçoit qu’une bonne part de la presse arabe consacre beaucoup plus de face à un fait-divers qui ne peut se comprendre cependant que si l’on a à l’esprit l’injonction de Nasser aux Arabes, lors de la nationalisation du Canal de Suez. « Relève la tête mon frère, tu es Jordanien » :  en plus d’un nouvel emblême, les communiquants du Royaume qui se veut plus hachémite que jamais (voir ce billet) n’ont guère fait preuve d’originalité en mettant sur le marché cet énième détournement du mot d’ordre nassérien. Bien d’autres l’ont fait avant eux, y compris à des fins publicitaires (une marque de bière au Liban par exemple).

Tout juste « inventé » pour redonner au pays un peu de sa fierté après la mort ignomineuse, en février dernier, d’un de ses pilotes capturé par les combattants de l’État « islamique », le slogan, partout présent dans l’espace public jordanien, aurait été tourné en dérision par une des stars régionales de la chanson, Georges Wassouf, qui donnait un concert à Amman à l’occasion de la fête du sacrifice. La chose serait sans importance si le « sultan du tarab » (duende ?) comme on le surnomme était un chanteur comme les autres. Or, outre le fait d’être Syrien, Georges Wassouf ne fait pas mystère, loin de là, de son soutien inconditionnel au régime dont il est depuis bien longtemps un des proches. Ainsi, à l’heure où nombre d’intellectuels syriens rejoignaient un soulèvement populaire dont la violence était encore absente, fin-février ou début mars 2011, lui animait les meetings organisés en soutien à Bachar El-Assad, alors même qu’il était loin d’être encore totalement remis d’une très grave maladie.

A sa manière, donc, la venue à Amman de cette icône de la chanson sanctionnait la nouvelle carte géopolitique en train de se mettre en place. Dans un des fiefs de la révolution (oui, il y a un peu d’ironie dans cette phrase), le suppôt d’un régime honni, le néanmoins très populaire Georges Wassouf animait donc les belles soirées de la très riche bourgeoisie locale. Difficile à avaler pour certains, la pilule est devenue plus amère encore lorsque la vedette, pour se débarrasser d’admirateurs un peu trop pressants, a cru bon de se moquer de l’un d’entre eux en tournant en dérision le fameux slogan du moment : (نتو على شو رافعين راسكم… رح إكسر لك راسك) « Vous êtes qui, vous, pour ‘relever la tête’ ? Tu vas voir ta gueule ! » En plus d’une éventuelle querelle de clocher entre voisins syriens et jordaniens (Wassouf est chrétien et, pour compliquer les choses, il « humilie un sunnite » !!!), l’allusion est évidente également aux profondes divisions politiques dans la région avec, d’un côté, la Syrie fidèle à son arabité et, de l’autre, une Jordanie vendue à mille et un intérêts étrangers (à commencer par Israël qui possède depuis des lustres une ambassade à Amman comme on ne l’ignore pas).

Révélée par un site d’information en ligne, l’information a fait scandale, suscitant même une intervention à la chambre des députés. Fallait-il accorder autant d’honneur à cette histoire quand tant d’horreurs se succèdent jour après jour dans cette partie du monde arabe ?  D’autant plus que Wassouf est connu pour avoir le goût de stimulants, en général liquides, qui l’empêchent souvent de rester maître de ses émotions. Il est également possible, si l’on croit les protestations du chanteur, que toute l’affaire soit largement artificielle et que les réseaux sociaux, une fois de plus, aient donné à un incident des dimensions (politiques) qu’il n’avait pas au départ.

En tout état de cause, on est manifestement tombé bien bas en ce 45e anniversaire du jour où Nasser suscitait l’enthousiasme des foules arabes avec cette phrase restée si fameuse, comme on le voit sur ces images d’un autre temps…

 

 

Islamisation des drapeaux nationaux arabes : tout un symbole !

kingLe roi de Jordanie « rameute les troupes » ! En clair, cela signifie qu’il a inauguré, en grande pompe, un nouvel emblème pour les forces armées de son royaume. Ou plus exactement, si l’on veut bien croire la glose officielle, il a remis au goût du jour une très ancienne bannière hachémite qui remonterait à l’an 1555. Utilisée à l’ère moderne du temps du Royaume de Transjordanie, que les Britanniques mirent en place dans les années 1920, elle offre un fond uni d’un élégant pourpre sombre, orné de différents symboles.

drapeaujordanien

Ce sont eux d’ailleurs qui font couler beaucoup d’encre puisqu’il s’agit, en long, en large et en travers au sens propre de l’expression, d’afficher différentes marques d’un islam impeccable : à droite, la bismillah (Au nom de Dieu…), à gauche al-Hamdu lillah (Grâce à Dieu…) et au milieu la (double) proclamation de foi, la shahada, elle aussi « en réserve blanche » comme disaient autrefois les typographes, c’est-à-dire en lettres blanches sur le fond sombre. Pour faire bonne mesure, la symbolique de l’étoile à sept branches renvoie, toujours selon la même source officielle, aux sept versets de la profession de foi (السبع المثاني ).

Cela vous rappelle quelque chose ? Bien entendu, la présence, au beau milieu du « logo », de l’essentiel du message coranique, fait penser, y compris par la calligraphie, au drapeau saoudien (sur lequel ladite phrase surmonte un sabre couché). Mais il est facile d’y voir une autre allusion, en l’occurrence à la principale menace, plus très loin des frontières du pays, celle de l’État islamique (Daesh, Daech, EIIL, etc.), dont l’emblème officiel utilise le même code typographique avec un texte qui reprend celui que Mahomet, selon Ibn Malik, un savant du Moyen Âge, aurait fait graver sur le sceau qui lui servait à authentifier sa correspondance officielle (rien à voir avec le « sceau de la prophétie », lequel est une marque de naissance qu’il avait, selon la tradition, entre les deux épaules).

Les commentaires dans la presse s’accordent à dire que l’« invention » de ce drapeau a pour mission de proclamer haut et fort que l’autoproclamé État islamique n’a pas le monopole du référent religieux, et que les forces jordaniennes sont bien décidées à combattre ceux qui ont ignominieusement mis à mort Moaz Al-Kasabseh, le pilote militaire tombé entre leurs mains. D’ailleurs, le fait que les soldats filmés lors de la parade portent leur couvre-chef (shimagh, synonyme de keffieh) « renversé » (maqlûba) est le signe, dans la tradition bédouine locale, d’une volonté explicite de vengeance.

Puisqu’on est dans les symboles, il faut s’arrêter à cette nouvelle « islamisation » d’un drapeau national arabe. Car si les communiquants du Royaume jordanien affirment que la bannière hachémite est associée à la Grande Révolte arabe et aux grandes heures du nationalisme arabe lors de la chute de l’Empire ottoman, dans l’imaginaire local, les vraies couleurs de l’arabisme sont depuis leur apparition en 1916, le rouge, le vert, le noir et le blanc que combinent sur leur drapeau bon nombre d’États arabes depuis leur indépendance.

Certes, des références associées à l’islam sont présentes depuis fort longtemps, de manière très allusive (le croissant par exemple) mais également sous forme de citation directe. Si l’on dresse la liste de ces dernières, il est facile de se rendre compte combien ce phénomène, marginal et exceptionnel au début du siècle, s’accélère et se renforce sans cesse, gommant littéralement parlant les références historiques (laïques ?) pour donner un rôle toujours plus central au texte religieux.

La shahada figure sur les bannières wahabites depuis le XVIIIe siècle semble-t-il (voir cet article dans Wikipedia où figurent les illustrations que vous pourriez souhaiter visualiser). Bénéficiant du soutien britannique, puis étasunien, la création du Royaume saoudien est marginale – voire exotique – par rapport à la dynamique nationale des autres États de la région, tout comme le sont les rares autres exemples de citations religieuses qu’on relève dans les drapeaux locaux au début du siècle passé : celui de l’éphémère Émirat idrisside d’Assir, annexé par les Saoudiens en 1934, ou bien celui de la première république du Turkestan oriental, exactement à la même époque, ou encore celui d’un mouvement de résistance pashtoune contre Britanniques au Waziristan, toujours à la même époque.

C’est avec la République islamique d’Iran que l’évolution actuelle commence à se dessiner. En 1979, son nouvel emblème national comporte le mot Allah, dans une curieuse calligraphie en tulipe, tandis que les mots Allah akbar sont répétés onze fois en haut et en bas de la bande centrale.irakIsrael Son archi-rival, l’Irak de Saddam Hussein, lui emboîte le pas en affichant lui aussi le takbîr, mais au centre du drapeau. En dépit des bouleversements politiques, la formule continuera à trôner si l’on peut le dire ainsi, en dépit d’une étonnante proposition étasunienne, en 2004, suggérant un drapeau tellement original qu’il avait, par ses couleurs, un petit air israélien !

Vers l’an 2000 semble-t-il, le Hamas adopte à son tour une formule qui évoque fortement l’emblème saoudien (le sabre en moins), à l’image d’autres mouvements religieux extrémistes dans les pays de l’islam périphérique (Afghanistan à partir de 1992, avec la période des Talibans entre 1997 et 2002, Émirat du Caucase en 2007). Ils sont relayés aujourd’hui, est-il besoin de le dire, par l’État islamique, mais aussi par son rival millitaire, Jabhat al-nosra (qui reprend la shahada, avec dessous le nom du mouvement).syrieakbar En réalité, le règne de la signalétique religieuse, dans les rangs de ceux qui luttent contre le régime syrien, est plus ancien. Avant cela, dès le début de l’année 2013, certains mouvements armés avaient déjà essayé d’ajouter aux trois étoiles du drapeau des rebelles la mention Allah akbar, signe d’une évidente confessionnalisation – même si elle a été longtemps niée – au sein des forces rebelles.

Bien entendu, il ne faut pas attacher « trop d’importance aux symboles » comme on dit souvent, mais cette disparition progressive des étendards nationaux arabes, que remplacent des bannières toujours plus archaïquement confessionnelles, pourrait bien signaler la fin d’une époque.

Dix ans plus tard, la « Révolution du cèdre » au Liban par Sharmine Narwani

Cette semaine, une traduction, celle d’un article en anglais de Sharmine Narwani, une journaliste clairement à gauche, spécialiste des questions moyen-orientales. Publié sur le site de Russia Today sous le titre Ten years on, Lebanon’s ‘Cedar Revolution’, et signalé par Nidal sur SeenThis, le texte, qui apporte pas mal d’éléments plus ou moins connus, méritait une traduction en français. Elle est donnée ici sans la moindre coupe. A vous de juger !

Il y a dix ans cette semaine, un million de Libanais – un quart de la population – se rassemblait sur la place des Martyrs dans le centre de Beyrouth, demandant le départ des forces syriennes hors de leur pays.

Les Libanais aiment la fête. Et celle-là était la plus grande, la plus étonnante, la plus bruyante que le pays ait jamais connue. Elle avait pour thème le rouge et le blanc du drapeau libanais et la foule, encouragée de se voir aussi nombreuse, tanguait en reprenant à l’unisson les slogans préférés de la jeunesse « révolutionnaire » d’aujourd’hui : indépendance, démocratie, liberté, souveraineté, vérité, justice. Si l’espoir avait un prix, le Liban n’avait jamais été aussi riche que ce 14 mars 2005.

Dix ans plus tard, ceux qui, au Liban, ont été intimement liés à « l’intifada de l’indépendance » parlent encore avec émotion de cette métamorphose qui a culminé, après l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri le 14 février, avec le départ des 14 000 soldats syriens, le 26 avril.

Un succès retentissant ? Oui et non. Les Syriens ont sans doute quitté le pays beaucoup plus vite qu’on ne l’aurait pensé.
Syriens, dehors. Voilà une chose de faite.
La main-mise politique de la Syrie sur le Liban avait été démantelée en deux temps trois mouvements par des adversaires fraîchement mobilisés.
Neutralisation des alliés de la Syrie. Voilà une chose de faite.
Un tribunal international parrainé par l’ONU a été créé pour pourchasser les assassins de Hariri.
Vérité et Justice. Voilà une chose de faite.

Le temps d’un instant, le Liban a été uni, chrétiens et musulmans luttant pour le même objectif. Les Libanais pouvaient tout à coup parler librement, sans craindre les apparatchiks des services de sécurité syriens. Des élections législatives, susceptibles de consolider les fondements démocratiques de la nation, étaient prévues à peine deux mois plus tard.

Pourtant, à peine le dernier soldat syrien parti, la « révolution » a fini aussi rapidement qu’elle avait commencé. Les tentes plantées sur la place des Martyrs se sont vidées en l’espace d’une nuit. Les partis politiques ont commencé à marchander des accords et des alliances en vue des élections. Les caméras de télévision se sont éteintes. On est retourné à la bonne vieille politique d’avant. Le pouvoir avait simplement changé de main. Une sorte de coup d’État pour ainsi dire.

Un peu d’histoire pour commencer

Les choses ne sont jamais simples au Moyen-Orient, et les événement qui mènent à l’assassinat de Hariri ne font pas exception. Depuis l’été précédent, l’ancien Premier ministre accélérait la préparation des élections législatives de 2005. Il avait déjà dit aux Syriens qu’il n’accepterait pas la présence de leurs affidés sur sa liste électorale. Cependant, publiquement au moins, Hariri n’était pas sorti de la ligne tracée par les Syriens au Liban.

Avec ses relations politiques et commerciales internationales, le milliardaire libano-saoudien avait joué un rôle de premier plan pour forger l’accord de Taëf. Parrainé par l’Arabie saoudite en 1989, il avait permis la fin à la guerre civile, tout en préparant le terrain pour le départ de la Syrie du Liban, mais dans le cadre d’un large soutien international au maintien de la tutelle syrienne sur le Liban.

Les forces israéliennes ayant été obligées de quitter le Liban en 2000, l’atmosphère avait changé dans le petit État du Levant. Lentement, les demandes d’un retrait syrien avaient commencé à se faire entendre, principalement au sein du rassemblement (majoritairement chrétien) dit de « Cornet Chehwan » créé en 2001 – rassemblement dont certains membres étaient les mêmes qui, en 1976, avaient permis dans un premier temps la venue de ces mêmes Syriens.

En 2004, le groupe de Cornet Chehwan – qui ne représentait qu’une partie de la communauté chrétienne du Liban – n’avait pas encore réussi à susciter de l’attention à l’étranger mais les choses allaient s’arranger. En effet, George W. Bush, réélu à la présidence des États-Unis, lançait la seconde vague de ses interventions en faveur de la « démocratie» au Moyen-Orient, cette fois avec l’aide de la France. Lors d’une réunion en Normandie, en juin 2004, Bush et le président français Jacques Chirac s’étaient mis d’accord pour laisser de côté leur profond différend à propos de l’Irak en vue d’un réinvestissement commun au Levant. En tête de l’ordre du jour, il y avait le projet de mettre la Syrie à la porte du Liban, en préalable à un objectif plus large visant à défaire l’alliance de ce pays avec le Hezbollah, l’Iran et le Hamas. En septembre 2004, le Conseil de sécurité de l’ONU adopta la Résolution 1559. Sans nommer explicitement la Syrie, la résolution, parrainée par la France et les États-Unis, appelait les « forces étrangères » à se retirer du territoire libanais et à cesser d’intervenir dans les affaires de cet État. Tous les Libanais n’étaient pas nécessairement d’accord, beaucoup d’entre eux considérèrent alors que la résolution était elle-même l’expression de l’intervention de « forces étrangères ».

Les Syriens ont répondu très rapidement au piège qui se refermait sur eux. Selon Elie Ferzli – un grec-orthodoxe pro-syrien, ancien vice-président du Parlement et alors ministre de l’Information tout en maintenant de bonnes relations avec les Américains – le président syrien Bachar al-Assad avait déjà prévu le départ des troupes syriennes : « Le président Assad m’a dit personnellement qu’il n’allait pas rester dans la région de la Bekaa (une demande de l’opposition [libanaise]) ; il veut revenir en Syrie. Il a expliqué qu’il subissait de très fortes pressions et qu’il voulait se protéger à l’intérieur des frontières syriennes. Il m’a dit cela après la réunion entre Bush et Chirac en Normandie et il a ajouté : ‘Ne soyez pas surpris si la Syrie quitte le Liban du jour au lendemain.’ »

En janvier 2005, les Américains coupent leurs relations avec Damas. Le 14 février, Rafic Hariri est tué dans le plus grand attentat à la voiture piégée à Beyrouth depuis des années.

Au Liban, un tournant nommé Quantum

Quelques heures après l’assassinat de Hariri, l’équilibre politique à Beyrouth avait spectaculairement commencé à changer.

Khodr Ghadban, alors responsable du département de la jeunesse au sein du Parti socialiste progressiste (PSP) dirigé par le leader druze Walid Joumblatt, affirme que la population a immédiatement réagi : « A 16 heures (trois heures après la mort de Hariri), nous avons convoqué une réunion avec tous les responsables des étudiants et des jeunes des différents partis politiques d’opposition pour dire que les services du régime syrien avaient tué Rafic Hariri. C’était une première. Deux heures plus tard, Joumblatt demandait aux dirigeants politiques de l’opposition de se réunir au domicile de la famille Hariri à Qoraitem. Ils ont rédigé une déclaration demandant à l’armée syrienne d’obéir aux accords de Taëf et ils ont annoncé que les funérailles de Hariri, deux jours plus tard, seraient publiques. Nous avons demandé aux gens de sortir dans la rue. C’était la première manifestation organisée du mouvement. »

Le soir de l’enterrement de Hariri, une coalition informelle des partis d’opposition, jusqu’alors très divisés sur la question de la présence militaire syrienne, se rassembla à l’hôtel Bristol. Des échanges sérieux ont alors commencé pour arriver à une position commune raconte Nora Joumblatt, épouse du chef druze et elle-même personnalité de la société civile, qui a joué « un rôle essentiellement logistique » dans le mouvement, alors encore naissant, du 14 mars : « Nous nous étions mis d’accord sur le rouge et le blanc (pour les manifestations). Je suis allée dans la banlieue sud, j’ai acheté des tissus avec ces couleurs. Nous les avons coupés (les foulards) ici, au bureau et nous les avons apportés à la réunion au Bristol cette nuit-là. » C’est cette nuit-là qu’on a pu voir les dirigeants politiques de l’opposition porter les couleurs rouge et blanc de l’« intifada de l’Indépendance », dit-elle, en ajoutant que la décision avait alors été prise de « continuer à manifester pour que le mouvement continue à grandir ».

A ce stade, plusieurs développements importants peuvent être notés : 1) pour la première fois, les communautés druze et sunnite, sous la direction de Walid Joumblatt et de Saad Hariri, ont conclu un accord stratégique avec les acteurs chrétiens de Cornet Chehwan et d’autres groupes plus petits en faveur de l’option « Dehors, la Syrie ! » ; 2) On a commencé à élaborer la version selon laquelle la Syrie était responsable de la mort de Hariri et que la prochaine étape passait nécessairement par l’expulsion des Syriens ; 3) la dynamique (momentum) – un mot que tout le monde a commencé à utiliser – devait être conservée après « l’événement » que constitutait l’assassinat de Rafic Hariri, afin d’imposer cette expulsion.

L’idée de couleurs symboliques pour le « mouvement du 14 Mars », le rouge et le blanc, avait été retenue, bien avant la mort de Hariri, par une cellule de décision regroupant quelques responsables. Le noyau était formé par un trio d’amis qui comprenait Eli Khouri, un expert en communication et marketing chez Quantum et Saatchi & Saatchi, Samir Kassir, un essayiste qui dirigeait également le Mouvement de la gauche démocratique (MGD) formé en septembre 2004 et le journaliste Samir Frangieh, membre de Cornet Chehwan.

« Nous – c’est-à-dire les deux Samir et moi-même, nous avions déjà planifié le mouvement Indépendance05 environ un an avant que Hariri ne soit tué », raconte ainsi Eli Khoury de Quantum. Interrogé sur les raisons d’une telle décision, il me répond : « L’arrivée de George Bush au pouvoir, la guerre en Irak, le mécontentement entre Hariri et la Syrie, entre Joumblatt et les Syriens : tout indiquait que les gens étaient prêts à faire quelque chose. Et nous avions l’œil rivé sur les élections de 2005. »

Ce sont Khoury et ses amis qui n’ont cessé de suggérer les slogans, les mots d’ordre, les tracts et les concepts du mouvement tout au long des mois qui séparent la mort de Hariri et l’arrestation de quatre généraux pro-syriens qui dirigeaient des postes clés de la sécurité du Liban. Khoury affirme ainsi être l’auteur de quelques-uns des mots d’ordre les plus efficaces de l’intifada de l’indépendance, en assurant également que les messages « officiels » du mouvement émanaient de leur petit groupe. C’est typiquement le type de marketing politique et de création de récit qu’on a pu observer ces dernières années à l’occasion de nombreuses « révolutions de couleur » pro-occidentales. Khoury, dont, à titre professionnel, le gouvernement américain est un des meilleurs clients, a ainsi pu être accusé de travailler pour les Américains, ce à quoi il répond, avec un sourire : « Tout ce que nous avons fait, c’était de reprendre dans des slogans ce que désiraient les gens en leur proposant un rendez-vous. »

Un certain nombre de groupes libanais sont devenus importants dans le mouvement qui se développait sur la place des Martyrs. Les principaux relais qui, quotidiennement, communiquaient directement entre eux – ou bien par des intermédiaires – comprenaient ainsi l’équipe d’Eli Khoury chez Quantum, le groupe logistique de Nora Joumblatt, la société de gestion d’événements dirigée par Asma Andraous, les groupes d’étudiants ou de jeunes représentant les différents partis et tendances politiques (ils étaient pour la plupart basés dans les tentes montées sur la place des Martyrs), et le groupe dirigé par Gebran Tueni, lui-même directeur du quotidien An-Nahar.

A côté de ces groupes, fondamentaux pour le mouvement, on trouvait aussi le groupe du Bristol, avec les grandes figures de l’opposition (comprenant désormais Joumblatt et [Saad] Hariri), groupe qui est rapidement devenu le principal moteur de la direction politique du mouvement. Il y avait encore le Courant patriotique libre (CPL), sans doute le plus actif sur le terrain, place des Martyrs, et enfin quelques personnes actives dans les médias, des parlementaires, etc.

Qui finançait tout cela ? Ezzat Kraytem, ​​alors membre du comité exécutif de la campagne électorale de Rafic Hariri, affirme sans embages : « Nous avons financé toutes ces activités. Hariri était un des grands bailleurs de fonds de ce mouvement. » Une déclaration confirmée par des faits, tant le financement par Hariri est loin d’être un secret. Par exemple, le groupe autour d’Asma Andraous avait ouvert un compte bancaire sur lequel elle dit avoir reçu près d’un demi-million de dollars par des donateurs libanais en provenance du monde entier. Son équipe de base, une trentaine de professionnels, a également bénéficié d’aides « en nature » explique celle qui dirige aujourd’hui le service des Relations publiques du Mouvement du Futur dirigé par Saad Hariri : « Nous avions un très bon réseau de relations, et nous l’avons utilisé. »

C’est d’ailleurs une des nombreuses critiques formées à l’encontre de « l’intifida de l’indépendance », parfois ironiquement surnommée « la révolution Gucci » : peut-être le plus bourgeois, le plus privilégié, le plus riche, le plus snob des mouvements populaires que le monde ait jamais connu, un mouvement composé d’une petite élite d’amis, de collègues, de quelques poids lourds de la politique, capables de prendre leur téléphone pour appeler les dirigeants du monde.

Le général en exil

Seize ans plus tôt, le 14 mars 1989, le chef du CPL, le général Michel Aoun, avait lancé une « guerre de libération » contre l’occupation syrienne du Liban. Chaque année, le 14 mars, les « aounistes » comme on les appelle souvent, organisaient une manifestation pour commémorer une date dont l’importance – tout comme la contribution des aounistes aux événements de 2005 – semble avoir été oubliée depuis longtemps par la direction de l’opposition qui s’est approprié le 14 mars.

Les militants de l’opposition qui ont travaillé avec les aounistes sur la place des Martyrs en 2005 le disent. « Les aounistes ont été les premiers à descendre dans la rue, il faut le reconnaître », dit ainsi Asma Andraous. Quant à Shirin Abdallah, une assistante de Gebran Tueni qui a coordonné un grand nombre d’activités entre le Nahar et le campement de la place des Martyrs en 2005, elle affirme elle aussi : « Les aounistes étaient derrière la plupart des activités qui ont eu lieu, ils avaient plus d’expérience que les autres partis politiques qui ne savaient pas comment gérer ce type de situation. » Elle mentionne ainsi un jeune responsable du Mouvement du Futur avec un sourire : « C’était sa première manifestation ! »

Alors que la plupart de ceux qui manifestaient en février et mars 2005 étaient d’accord sur l’idée d’expulser les Syriens – indépendamment des opinions des uns et des autres sur leur complicité dans la mort de Hariri –, il y avait des différences marquées par rapport à la stratégie finale au-delà de cet objectif. Mais apparemment, certains avaient déjà décidé d’utiliser la « dynamique » du moment à leur profit.

Ziad Abs, membre du CPL et figure clé de l’organisation, sur le terrain, du mouvement du 14 mars a pu ainsi assister à la manifestation concrète de cette divergence tandis que le mouvement pour l’indépendance prenait de l’ampleur dans le centre de Beyrouth : « Environ deux semaines avant le 14 mars, on a remarqué que les choses étaient organisées, mais sans la participation des militants. » « Nous n’avons jamais donné notre accord pour certains des slogans qui étaient suggérés, nous n’avons jamais donné notre accord, par exemple, pour l’affiche avec les quatre généraux », poursuit-il en faisant référence à une affiche produite par le petit groupe autour de Quantum, avec Eli Khoury et Samir Kassir, affiche qui réclamait le bannissement de quatre responsables libanais de la sécurité, étroitement liés à la Syrie.

Cette affiche était révélatrice d’une sorte de réorientation stratégique à l’œuvre au sein d’un segment de l’opposition. Une réorientation qui n’était pas forcément fidèle à l’opinion la plus répandue. Pour une partie de ceux qui voulaient le départ des Syriens, elle reflétait des intérêts occidentaux, pour d’autres, elle ouvrait un combat inutile contre eux. « C’était l’idée de Samir, me confie crûment Asma Andraous à propos de cette affiche, c’est Eli qui l’a réalisée et c’est moi qui l’ai apportée », expliquant qu’elle se chargeait souvent d’apporter des documents sur la place des Martyrs, « parce que les services de renseignement laissaient passer les femmes ».

Eli Khoury confirme à peu près : « Asma a presque raison. Samir était venu me voir après une réunion au Bristol et m’a dit qu’ils avaient eu l’idée de cette affiche avec les quatre généraux. J’ai dit que je ne la ferais pas faire par notre équipe pour que les ‘services’ ne puissent pas remonter jusqu’à moi. Ce sont les jeunes (les militants) qui l’ont faite. »

Pour en revenir aux aounistes, Ziad Abs lui aussi a remarqué que des réunions avaient lieu au Nahar où « tout à coup, nous n’étions plus invités, des réunions suivies de décisions qui avaient des répercussion sur le terrain ». Mais c’est après la grande manifestation du 14 mars que les choses ont vraiment commencé à changer, explique-t-il : « La coalition du 14 mars s’est rendue à Paris et a demandé aux Français de ne pas autoriser le retour du général Aoun avant les élections. Ils ont même demandé d’avancer l’élection pour profiter de la dynamique du mouvement. Et puis ils ont insisté pour que soit utilisée la loi électorale que les Syriens avaient imposée. »

Nicolas Sehnoui, un ancien ministre libanais des Télécommunications, évoque certaines de ces manœuvres avec amertume : « Le général Aoun devait prendre la parole par vidéo depuis Paris lors de la grande manifestation du 14 mars, mais le son a été coupé. Un tiers des manifestants étaient des membres du CPL, sans le CPL, rien n’aurait pu être fait. »

Le chiffre est-il exagéré ? Difficile à dire. Toujours est-il que lorsque le général Aoun a fait cavalier seul lors des législatives, à peine trois mois plus tard, il a réduit à néant les autres partis politiques chrétiens, obtenant la grande majorité des sièges, 21 contre 14 pour les différents candidats de Cornet Shehwan.

Ziad Hafez, universitaire libanais et nationaliste arabe connu au Liban, confirme: « Les aounistes formaient l’épine dorsale des protestations. Mais ils ont eu l’impression d’avoir été trahis. Quand Aoun est sorti de la coalition du 14 mars durant l’été 2005, le mouvement du 14 mars n’a plus été en mesure de réussir le même genre de manifestation. » Ainsi, le mouvement du 14 mars aurait été détourné au profit de quelques-uns ? « Quand souveraineté rimait avec indépendance, explique-t-il, qui aurait pu être contre ? Mais quand cela a commencé à vouloir dire qu’on était contre la Syrie et contre la Résistance [libanaise], les gens ont commencé a flairer quelque chose. »

Pour sa part, Ziad Abs ne blâme pas la majorité de ceux qui se sont impliqués dans les événements. Pour lui, « les personnes impliquées dans le 14 mars étaient sincères, ce sont d’autres qui ont vu la direction que prenaient les événements et qui ont décidé qu’elles feraient le nouveau régime ».

Ingérences étrangères

Si les manifestations du 14 mars étaient pour l’essentiel une réaction née sur place, des parties étrangères avaient clairement leur propre agenda, un agenda particulièrement intéressant pour des courants de l’opposition, très pro-occidentaux et anti-syriens.

On trouve une traduction de la rupture progressive entre le mouvement du 14 mars et le général Aoun dans la politique suivie à Washington. Dans un document publié par WikiLeaks, l’ambassadeur des États-Unis au Liban, Jeffrey Feltman, décrit ainsi Aoun comme « imprévisible » et « incontrôlable ». Il évoque aussi la « politique antérieure du 14 mars pour marginaliser Aoun et le mettre hors-jeu ». Il y a eu ensuite différentes tentatives des USA pour proposer une « enveloppe » et un « cadre » au mouvement qui se déroulait au Liban, en fonction de leurs propres objectifs politiques, axés pour l’essentiel sur la réduction de l’hégémonie syrienne et le « renforcement de la démocratie » promue par Bush.

Le 28 février 2005, lors de sa conférence de presse, la sous-secrétaire d’État aux Affaires mondiales, Paula Dobriansky, présenta les événements de Beyrouth sous une nouvelle étiquette : « Au Liban, nous assistons à une dynamique croissante en faveur d’une ‘révolution du Cèdre’ qui unifie les citoyens de cette nation pour une vraie démocratie et pour la fin de l’influence étrangère. Des signes d’espoir sont visibles dans le monde entier et, sans aucun doute, les années à venir apporteront beaucoup à la cause de la liberté. »

Deux semaines après ces commentaires, le 8 mars, lors de la plus grande manifestation qu’on ait connu jusqu’à cette date dans le pays, un demi-million de manifestants libanais descendirent dans la rue pour s’opposer à cette orientation et pour « remercier la Syrie » de son rôle au Liban. La foule ne s’opposait pas à ce que les troupes syriennes quittent le pays, mais ses choix géopolitiques, totalement différents, étaient en faveur du rôle régional de la Syrie. Elle aussi exigeait la « vérité » et agitait le drapeau libanais rouge et blanc. Mais elle brandissait également des pancartes qui disaient : « Non à l’intervention américaine ». Un point de vue qui n’a pas retenu l’attention des médias occidentaux, non plus que l’intérêt de leurs gouvernements.

A juste titre, The Economist commenterait, à la suite de la participation d’un million de personnes le 14 mars cette fois, que « les Libanais, si l’on tient compte de la taille des deux manifestations, sont bien à peu près aux deux tiers en faveur du changement, [mais] les médias ont considérablement amplifié cet écart ». De fait, les médias libanais comme les médias étrangers d’ailleurs. Au Liban, il y avait « une mobilisation en partie calculée dans la manière dont les chaînes de télévision ont cherché à réunir le public et à susciter en lui un sentiment collectif » a ainsi écrit Lina Khatib dans une étude sur l’impact de la télévision sur le « Printemps de Beyrouth ». Les télévisions étaient en phase avec la foule tout en la mobilisant, de même que la foule répondait aux télévisions tout en les mobilisant. La « dynamique » se renforçait sous cet éclairage intensif, mais elle devenait aussi de plus en plus « mise en scène ».

Une mise en scène devenue la marque de fabrique des « mouvements pour la démocratie » de type occidental. Avec des auteurs qui s’étaient illustrés lors des différents changements de régime en Europe de l’Est et qui louaient désormais leurs services. « Canvas a travaillé avec des opposants dans pratiquement tous les pays du Moyen-Orient, une région où Canvas a connu sa plus grande réussite, le Liban, et son pire échec, l’Iran » peut-on lire ainsi dans un article de la revue Foreign Policy de février de 2011.

Les fondateurs de Canvas étaient ceux d’Otpor en Serbie. Ils ont fait leurs premières armes pendant la révolte contre Slobodan Milosevic et sont ensuite allés enseigner aux autres comment « faire une révolution ». Globalement, on peut considérer que le travail de Canvas consiste 1) à entraîner des jeunes gens motivés et influençables à se révolter contre des gouvernements qui ne sont pas appréciés par l’Occident ; 2) à leur apprendre à utiliser des « marques » et à réussir des coups médiatiques et autres trucs publicitaires destinés à faire sortir l’opinion publique de sa « majorité silencieuse » ; 3) à préparer le sentiment national et à le travailler pour arriver à soutenir une rébellion qui se traduit par un « changement de régime ».

« On pense souvent que les révolutions sont spontanées, explique Ivan Marovic, un ancien formateur de Canvas dans l’article publié dans Foreign Policy. On a l’impression que les gens sont juste descendus dans la rue. Mais c’est le résultat de mois ou d’années de préparation. C’est un travail très fastidieux, jusqu’à ce que vous atteignez un certain point, où vous pouvez organiser des manifestations de masse ou des grèves. Si tout a bien été planifié, au moment où cela commence, ce n’est plus qu’une affaire de semaines. »

A un certain moment, lors des manifestations en 2005, les formateurs et les responsables de Canvas sont arrivés à Beyrouth pour entraîner les militants libanais à attirer l’attention des médias, à lancer des campagnes et à organiser une « révolution ». Michel Elefteriades, un producteur bien connu dans le milieu musical libanais, militant politique et alors membre du CPL, fut l’un des principaux militants de la place des Martyrs : « Gebran Tueni m’a appelé et il m’a dit que je devrais donner un coup de main à un groupe de Serbes qui venaient nous aider. Ils avaient l’air hyper-professionnels par rapport à ce qu’ils voulaient faire. Je voyais leur influence dans tout ce qui se passait. C’étaient des spécialistes des révolutions de couleur. »

Michel Elefteriades explique qu’il a rencontré Ivan Marovic juste après son arrivée à Beyrouth et qu’il a commencé par le piloter : « Puis ils ont commencé à nous dire ce qu’il fallait faire ou non. Je les accompagnais à des réunions avec les médias – rien que des médias internationaux – et ils coordonnaient les choses avec eux. Ils se connaissaient tous très bien. Dès le premier jour, ils me dirent que nous ne devions pas l’appeler notre mouvement ‘l’intifada du Cèdre’, parce qu’on n’allait pas aimer le mot intifada en Occident. Ils disaient que l’opinion arabe n’était pas importante, que ce qui comptait c’était l’opinion occidentale. Alors, ils ont dit aux journalistes de ne pas utiliser le mot intifada. »

« Ils nous ont donné une liste de slogans qui devaient être diffusés par les télévisions occidentales, poursuit-il. Ils nous ont dit, à nous et aux journalistes occidentaux, où mettre les banderoles, quand les brandir en l’air, et même la taille qu’elles devaient avoir. Par exemple, ils demandaient aux journalistes de les prévenir des créneaux horaires où ils allaient passer, puis ils nous disaient de régler nos montres et de brandir nos pancartes juste à 15h05, en fonction du moment où les chaînes télévisées retransmettaient en direct depuis Beyrouth. C’était une mise en scène totale. »

C’est à partir de ce moment-là que Michel Elefteriades a refusé de continuer à travailler avec le staff de Canvas.

Voir Canvas s’arroger tout le mérite des manifestations libanaises est une chose qui irrite beaucoup Shirin Abdallah, l’ancienne assistante de Gebran Tueni. Après tout, son chef, le patron de l’influent quotidien An-Nahar, était celui qui avait invité au Liban les gens de Canvas ! Elle insiste : « La dynamique était là, on est allé chercher Canvas juste pour la conserver. » Elle se souvient de Gebran Tueni « assis avec Frances Abouzeid de [l’ONG] Freedom House, qu’il avait rencontré lors d’une réunion à Davos », tous les deux regardant par la fenêtre la mer de manifestants… « Frances dit à Tueni qu’il y avait besoin de quelqu’un pour conserver cette dynamique et apprendre aux gens comment le faire. »

Shirin Abdallah explique qu’il y avait une salle pour les formations dans l’immeuble du Nahar et que Canvas y a donné, pendant deux week-ends, des formations. Mais « la première a été faite par Ivan Marcovic », et elle a eu lieu avec de nombreux jeunes dirigeants, dans une des tentes de la place des Martyrs, en secret parce que la Sûreté générale du Liban avait interrogé Ivan et raccourci la durée de son visa. « La réunion s’est déroulée tranquillement, avec des gardiens à l’extérieur de la tente. »

« Ce premier jour, Ivan a montré comment conserver la dynamique, comment maintenir les gens en éveil, comment faire passer un message », poursuit Shirin Abdallah. Selon elle, les deux autres séances de formation données par Canvas ont eu lieu après le 14 mars et avant le départ des troupes syriennes. Quant à Michel Elefteriades, il affirme, lui, avoir rencontré les gens de Canvas bien avant le 14 mars.

Canvas n’a pas répondu aux questions que j’ai envoyées par email et Ivan semble avoir totalement oublié avoir travaillé au Liban. Questionné sur Twitter à propos de ses activités au Liban en 2005, et s’il y avait travaillé en faveur de la démocratie, il a répondu : « Pas de formations, juste une visite. Invité par feu Gebran Tueni. Ai rencontré des gens place des Martyrs. » Et puis un autre tweet : « Cette visite a été mon seul lien avec le Liban, je n’ai pas participé à des formations et n’en ai pas entendu parler. »

« Toutes les organisations américaines pour la démocratie étaient là, affirme Asma Andraous. Ils ont appris aux jeunes comment mobiliser, comment garder les militants occupés, ils étaient très enthousiastes. » En revanche, Eli Khoury ne pense pas qu’ils aient joué un rôle essentiel : « Beaucoup de groupes internationaux sont venus aider. Ils pensaient qu’ils arrivaient dans un endroit un peu comme le Yémen, ils ont vu qu’ils ne servaient à rien et ils sont repartis. Canvas en particulier. »

Le résultat

Il y a quelques années déjà, un haut responsable du Foreign Office m’a confié que le tribunal était « un bon outil pour contrôler les Iraniens. Et nous n’avons pas beaucoup d’autres possibilités pour y arriver. » Le tribunal auquel il faisait allusion, c’est le Tribunal spécial pour le Liban, parrainé par l’ONU, dont la mission est d’identifier et de poursuivre divers assassinats, contre Hariri et d’autres personnes comme Samir Kassir et Gebran Tueni. Cependant, dans l’esprit de nombreux Libanais, la réputation de cet instrument pour la « justice » a déjà été ternie ces dernières années par une série de faux-pas, de fuites et de fausses accusations. Plus important encore, ni le gouvernement syrien, ni même des ressortissants syriens ont été inculpés pour l’assassinat de Rafic Hariri. Pire, les quatre généraux libanais qui figuraient sur l’affiche du 14 mars, qui ont été attrapés et jetés en prison dans ce qui fut une véritable chasse aux sorcières menée par l’opposition, ont pourtant été remis en liberté quatre ans plus tard, faute de preuves et sans avoir été inculpés d’aucun crime.

On a fait tomber un gouvernement, un Premier ministre a démissionné, un président a été ridiculisé, le Liban a ouvert ses portes à une ingérence juridique de puissances étrangères sans précédent, on a préparé le terrain à une agression militaire israélienne, soutenue par les USA, pour détruire la résistance libanaise : autant de « douleurs de l’enfantement d’un nouveau Moyen-Orient » à la sauce Bush, qui ont accompagné l’installation d’une hégémonie occidentale totale sur le théâtre libanais abandonné par ses protecteurs arabes.

Ironiquement, le nouveau Liban du 14 mars se composait pour l’essentiel des personnalités politiques les plus opposées à l’occupation syrienne, celles-là même qui s’étaient le moins opposées à elle, analyse Jean Aziz, un journaliste ancien membre des Forces libanaises, un parti de la droite, et militant au temps du 14 mars : « Ceux qui ont manifesté le plus de haine et de rancœur à l’encontre des Syriens sont ceux qui étaient les meilleurs partisans de l’hégémonie syrienne sur le pays. Lisez leurs discours au Parlement, tous ! Seul Tueni avait des mots durs contre les Syriens dans ses discours. »

Pire, le Liban est entré dans une nouvelle phase de polarisation confessionnelle. La division entre sunnites et chiites a commencé à s’installer. Un sondage publié par le Beirut Center for Research and Information, publié le 16 mars [2005] par le quotidien As-Safir, et repris ensuite par le Foreign Broadcast Information Service [un département de la CIA] met en évidence des points de vue très différenciés sur les événements de l’époque. Portant sur une série de questions liées à l’intervention franco-américaine, à l’assassinat de Hariri, à la Résistance et à d’autres questions politiques particulièrement sensibles, le sondage mettait en évidence que les druzes et les chrétiens, sur la plupart de ces questions, se retrouvaient côte-à-côte, tandis que sunnites et chiites, dans le camp opposé, partageaient des positions proches. Un consensus qui a volé en éclat aujourd’hui. Durant les années qui ont suivi, on a diffusé des « récits » qui ont réussi à séparer plus encore les communautés les unes des autres, en distillant la méfiance, voire la haine, entre sunnites et chiites. Pas seulement au Liban, mais dans tout le Moyen-Orient.

Cela me rappelle un sondage réalisé en France juste après la Seconde Guerre mondiale. Interrogés sur le pays qui avait le plus contribué à la défaite de l’Allemagne en 1945, les Français avaient choisi l’URSS à une écrasante majorité de 57 %, 20 % d’entre eux mentionnant les États-Unis et 12 %, le Royaume-Uni. Soixante-dix ans plus tard – et après une bonne dose de Hollywood – la même question a été posée aux Français. En 2014, 58 % d’entre eux ont répondu que les États-Unis avaient le plus contribué à la défaite de l’Allemagne, 20 % ont mentionné l’URSS et 16 % le Royaume-Uni.

Après la mort de Hariri, le Liban a été submergé par une rhétorique malsaine de division, celle-là même que l’ancien Premier ministre avait cherché à désamorcer durant toute sa vie. D’une manière générale, elle a servi les intérêts franco-américains visant à remodeler la région avec le moins possible de résistance. Dix ans après les événements du 14 mars, le Liban est-il plus libre et indépendant, plus démocratique ? La vérité et la justice sont-elles davantage présentes dans la vie de tous les jours ? L’unité de la place des Martyrs a-t-elle survécu un seul jour au départ des troupes syriennes ?

Les aounistes et une poignée d’autres militants ont refusé alors de quitter les tentes installées place des Martyrs mais tous les autres sont partis pour rentrer chez eux dès le lendemain. Elie Ferzli, l’ancien vice-président du Parlement raconte : « Aoun a quitté le mouvement. Après lui, Joumblatt. La Syrie s’est retirée du Liban. Aujourd’hui, 1,5 million de Syriens sont entrés dans le pays. Quelques-uns d’entre eux sont des terroristes d’ISIS et de Jabhat al-Nusra. Tous les pays du monde entier ont leur mot à dire pour la moindre chose qui se passe au Liban. Alors, où est le 14 mars aujourd’hui ? »

« Est-ce que je suis contente ? se demande Nora Jumblatt. Peut-être… Sur le plan personnel, oui, mais pas sur le plan politique parce que je ne pense pas que nous avons obtenu ce que nous désirions vraiment, un État démocratique, un État démocratique et libéral.. Le système n’a pas changé. J’ai l’impression qu’on s’est fait avoir d’une certaine manière, parce que la politique est redevenue de la petite politique. »

« Notre objectif a été partiellement atteint, dit de son côté Eli Khouri. Malheureusement, nous avons dû passer la main aux politiciens et les politiciens ont montré qu’ils étaient… des politiciens ! Tantôt naïfs, tantôt opportunistes. » « Après le 14 mars, estime Khodr Ghadban, l’idée principale était de conserver notre dynamique jusqu’au départ de la Syrie. Après, l’intensité a été perdue, nous ne partagions pas une même vision stratégique. » « Je voulais que les Syriens partent, explique Michel Elefteriades, mais je ne voulais pas que les Syriens soient remplacés par les Américains ou les Occidentaux, ou encore que le Liban soit entraîné dans un conflit avec la Syrie. » Pour Asma Andraous, « c’était une vague : en profiter, gagner ses objectifs, mettre la pression là où il faut et puis s’en aller… Et puis tout s’est détraqué à la minute où les Syriens sont partis. Le lendemain, on est revenu à une politique très partisane. »

Lorsque le « Printemps arabe » a débuté au début de 2011, bien des Libanais se sont demandés : « Est-ce que nous étions le premier État du Printemps arabe ? »
Je pense que la réponse est oui. Le Liban a été le premier État dans le monde arabe moderne dont les citoyens, pleins d’espoir et de bonne volonté, ont été trompés pour devenir de petits soldats au service d’un projet bien plus vaste : permettre une nouvelle orientation impulsée à la fois de l’intérieur du pays, par son élite politique, et de l’extérieur, avec des objectifs encore moins liés à l’avenir du Liban. Oui, le Liban devrait se féliciter d’avoir brandi des bannières aux couleurs choisies, en hurlant « liberté, démocratie », en posant pour mille caméras de télévision diffusant partout dans le monde son autosatisfaction et réduisant des aspirations universelles à quelques slogans séduisants.

Le Liban le referait-il ? J’espère que non ! Il n’y a pas de « révolution » sans leadership, sans une vision ou un programme concret de développement national. Ces choses demandent du travail et des souffrances. Pas vraiment ce qui se fait dans ce XXI siècle qui préfère les solutions rapides.

Le drapeau saoudien flotte sur les téléréalités arabes

hazemsharif

Plus se creusent les fractures politiques du monde arabe, et plus apparaît la partialité de ses grands médias régionaux, médiocres relais des puissances politiques et financières qui les gouvernent. Mais ce constat, on le fait en général à partir de l’observation des seules chaînes d’information telles qu’Al-Jazeera ou Al-Arabiyya, alors qu’il conviendrait de l’élargir à l’ensemble du paysage audiovisuel. En effet, il faut comprendre au contraire que le contrôle de la scène médiatique arabophone par les acteurs du Golfe produit un discours de domination qui est loin de se réduire au seul commentaire politique. Tout autant qu’à travers les récits des journaux télévisés, les grandes chaînes arabes s’emploient avec une belle énergie à diffuser, à travers toutes sortes d’émissions de divertissement, une certaine idée du monde (arabe). Largement inspirés des modèles du marché global, différents concours où le public vote, par le biais de SMS, pour des candidats amateurs sélectionnés semaine après semaine offrent ainsi l’étrange spectacle d’une nation unie dans une même ferveur cathodique, alors que les guerres déchirent toute une région qui s’approche toujours davantage du gouffre.

Il faut dire que l’industrie du diverstissement reste une très bonne affaire. Bien plus que les enjeux artistiques, parfois dénoncés par des candidats soumis à des conditions léonines de la part des producteurs, Star Academy et Super Star autrefois, et aujourd’hui – privilège ou presque de la saoudienne MBC – des émissions telles que Arabs’ Got Talents (depuis 2011), The Voice/Ahlâ Sawt (depuis 2012) ou encore Arab Idol/Mahbûb al-‘Arab (depuis 2012 également) sont une occasion, à proprement parler « en or », de gagner beaucoup d’argent. Grâce aux publicités bien entendu mais plus encore avec les messages électroniques envoyés par téléphone, messages dont les revenus (soigneusement tenus secrets) sont partagés entre les opérateurs téléphoniques et les chaînes qui les font travailler. On remarque d’ailleurs qu’il n’y a pas de frontières dans cet univers béni du business as usual des télécommunications globales : lors de la dernière version d’Arab Idol tournée à Beyrouth, la chaîne Syriatel (propriété d’un homme très proche du régime en principe soumis à un strict contrôle financier international) a ainsi appelé ses abonnés, pour son plus grand profit et celui de la chaîne saoudienne MBC, à voter en masse pour le candidat syrien.

Et c’est d’ailleurs ce dernier qui a triomphé de ses deux rivaux (dont un Saoudien). Pas vraiment contre toute attente car sa victoire était pronostiquée par les spécialistes depuis plusieurs semaines. D’ailleurs, on remarque que les grands perdants de la géopolitique arabe sont souvent les gagnants de ces divertissements télévisés, comme s’il fallait leur donner une sorte de compensation symbolique, une « victoire pour rire » en somme, dans le « Grand Jeu » géopolitique régional. Au temps de Star Academy, on a eu ainsi Shadha Hassoun en 2010 (voir ce billet), au plus fort de la catastrophe irakienne, et durant la précédente saison d’Arab Idol, le Palestinien Mohammed Assaf (autre billet), venu de Gaza qui avait subi en 2012, une fois de plus, les foudres de l’armée israélienne (opération « Pilier de défense »). Une autre explication, qui peut croiser la première d’ailleurs, serait de souligner le rôle d’une forte mobilisation nationale en temps de crise grave, alliée à une sympathie des « votants » pour les « frères arabes » les plus faibles, les « damnés de l’histoire », comme une sorte de revanche commune contre les nantis (du Golfe) et tous ceux qui s’acharnent à briser le « rêve arabe »…

Victoire de prestige ou encore « victoire pour de rire » si on ose dire, le triomphe du Syrien Hazem Sharif à l’émission Arab Idol, fleuron du business entertainment saoudien, est par certains aspects une affaire hautement politique. Et ce qui a permis de s’en rendre compte, une fois de plus car c’est un thème récurrent dans l’actualité, c’est la question de l’emblème national. Rompant avec toutes les traditions du genre, qui veulent que l’heureux élu des téléspectateurs brandisse bien haut son drapeau national tout en se livrant au traditionnel couplet sur la « grande nation arabe », le candidat alépin a certes dédié sa victoire à son peuple et à son pays, mais sans sortir le moindre oriflamme. Pas plus le drapeau aux trois étoiles du régime, que celui à deux étoiles de l’opposition (ou même le tristement célèbre drapeau noir de l’Etat islamique)…

Certains ont salué cette habile neutralité, par ailleurs conforme à ses déclarations tout au long des éliminations durant lesquelles Hazim Sharif s’est bien gardé de prendre parti pour tel ou tel camp, histoire de se concilier le soutien de tous. Manière de renchérir sur la nécessaire unité nationale ont même ajouté certains, le choix d’une bannière excluant automatiquement, dans les circontstances actuelles, tous les partisans d’une autre. Tout le monde ne l’a pas vu ainsi cependant. Sur les réseaux sociaux, qui ont bien entendu largement commenté l’affaire, des opposants ont considéré que le refus de brandir le symbole national était évidemment une manière de défier le régime officiel. L’autre camp a sa propre explication : si Hazem Sharif n’a pas sorti le drapeau syrien, c’est qu’il en a été empêché par une chaîne tenue par un pays, l’Arabie saoudite, qui finance les bandes terroristes ravageant le pays depuis bientôt trois ans.

Ceux qui pensent ainsi doivent être assez nombreux car le candidat syrien a visiblement bénéficié d’un fort appui dans son pays. On peut le constater naturellement aux nombreux messages qui ont assuré, en plus de ses qualités artistiques, son élection cathodique. Mais aussi, et contrairement à ce qu’écrit le décidément très partial L’Orient-Le Jour, on a pu voir que la télévision syrienne a retransmis en long et en large les manifestations de joie qui ont accompagné, toute la nuit paraît-il, la victoire du candidat syrien (alors que la chaîne saoudienne en a fait le moins possible, au contraire, se contentant de quelques brèves images). A Damas, comme on peut se l’imaginer, mais également dans la ville natale de la nouvelle « idole des Arabes », Alep. Ou plus exactement dans la partie sous le contrôle de l’armée syrienne où l’événement a été fêté à grand renfort de coups de feu en l’air et même avec quelques fusées (d’artifice). Au point que dans les zones tenues par les rebelles, où l’on ignorait (ou voulait ignorer) tout de l’affaire, ne serait-ce qu’en raison des coupures d’électricité, cette explosion soudaine de détonations a fait penser à certains miliciens qu’une offensive était lancée contre eux !

Il est en réalité assez naturel que la réussite d’un candidat syrien, ne serait-ce qu’à un jeu télévisuel, soit perçue comme une bonne nouvelle par une grande partie de la population privée par ailleurs de toute autre raison d’espérer. Et la « victoire » syrienne – qui est certainement autant le résultat du talent de Hazem Sharif que la conséquence d’un complexe écheveau d’intérêt politico-financiers – ne pouvait profiter qu’aux « autorités légitimes » du pays qui continuent à recevoir (que cela fasse plaisir ou non, c’est un fait) le soutien d’une partie très importante, et même sans doute majoritaire, de sa population. Les Saoudiens ne l’ignoraient pas d’ailleurs, eux qui ont tout fait pour minimiser l’impact de cette réussite.

On a en effet beaucoup commenté sur internet ainsi que dans les médias, l’étonnant spectacle, d’un point de vue vexillologique, de la finale d’Arab Idol. Car non seulement le candidat syrien s’est abstenu de brandir son drapeau national mais, dans le public également, on a pu constater l’absence de tout emblème syrien (alors que le même public scandait en choeur : Syrie, Syrie !) Une explication toute simple à cela : des instructions avaient été données au service d’ordre pour bannir du studio tout drapeau national, à commencer par le syrien. A une exception toutefois, celui du royaume d’Arabie saoudite qu’un appariteur venu des coulisses est venu apporter sur la scène, si bien qu’un des membres du jury, Ahlam, une chanteuse des Emirats arabes unis (!), a vainement tenté de le flanquer dans les bras du vainqueur syrien. Pas vraiment manchot, ce dernier a évité le piège en se cramponnant à son micro. Mais cent millions de téléspectateurs arabes ont tout de même pu assister à ce spectacle assez rare d’un Syrien chantant en hommage à son pays une chanson patriotique (libanaise), intitulée Behebbak ya baladi (Je t’aime ô mon pays, sous le soleil qui jamais ne disparaît…), tandis qu’on n’apercevait à l’écran que le vert du drapeau saoudien, flanqué du sabre et de la shahada !

Scène surréaliste, en vérité, mais à peine plus que la situation actuelle dans laquelle est plongée la région tout entière. Pour s’en convaincre encore un peu plus, il suffit de savoir que, parmi les « vaincus » de la finale, il y avait, outre le Saoudien, un candidat palestinien venu… de l’Etat d’Israël. Bien entendu, cela a suscité des polémiques sans fin entre ceux qui défendent l’idée d’un boycott sans faille et ceux qui estiment que les Palestiniens, fussent-ils (obligés d’être) porteurs d’une carte d’identité israélienne, conservent le droit de participer à une compétition télévisuelle arabe. De retour à Haïfa, le candidat malheureux (il n’avait de toute façon aucune chance après la victoire, l’année précédente, d’un autre Palestinien) a reçu un soutien de poids : celui du porte-parole arabophone de l’armée israélienne qui le félicitait chaudement pour sa prestation.

La géopolitique des téléréalités n’a pas fini de nous surprendre…

Ci-dessous, un lien vers la vidéo de la finale. On y voit (vers la minute 7’40) l’apparition du fameux drapeau saoudien. Je n’ai pas entré les liens vers les différents articles qui m’ont servi à écrire ce billet, mais les références sont disponibles pour ceux qui les voudraient.

Chicha et châcha (1/2) : comment regarder le Mondial quand on est arabe ?

palestinbein

Alors que tout va mal, le Mondial offre aux Arabes qui aiment le foot – et ils sont nombreux – une parenthèse bienvenue, entre chicha et chacha, comprendre entre narguilé et écran. Pourtant, plus que jamais, le foot, surtout depuis qu’il a fait l’objet d’une énorme OPA qatarienne, est une affaire où fric rime avec politique. Avec, par exemple, ces commentaires dans Al-Akhbar à propos de l’inflation, ridicule à plus d’un égard, d’invocations divines de la part des journalistes commentant les matchs ! Exaspéré par toute cette bondieuserie totalement déplacée à propos des prénoms des joueurs et des interventions divines dans le cours de la partie, Ahmad Mohsin demande si on s’interroge sur TF1 pour savoir si Yohan Cabaye va ou non à la messe le dimanche !

En principe – mais il y a des exceptions comme on le verra, pas moyen d’échapper à la main-mise qatarie sur le football mondial si on est arabe. Hormis les richards du Golfe, et l’Algérie (seul pays arabe qualifié) qui a dû sortir 30 millions de dollars pour offrir à son peuple 24 matchs, les téléspectateurs qui veulent suivre la compétition doivent faire leur bay’a (acte d’allégeance) à l’émir du Qatar, propriétaire de beIN (ex-Jazeera sport), détenteur exclusif mondial des droits du Mondial. Pour cela, il faut acheter une petite boîte magique, un décodeur violet, pour une somme qui varie entre 230 et 280 dollars selon les pays (voir ici). Et le Qatar a mis le paquet pour décourager les plus habiles des pirates qui se sont apparemment cassés les dents sur le code qu’ils ont mis en place pour protéger leur business.

Du coup, les téléspectateurs arabes pour lesquels un tel investissement n’est même pas envisageable, et ils sont nombreux, ont recours au système D (quand ils ont de l’électricité naturellement, et pas des bombes sur leur toit ou devant leur porte). Les bons vieux « rateaux » à l’ancienne, avec des bricolages pour pousser leur portée, ont repris du service dans certaines zones de Jordanie, de Syrie ou du Liban, et de Cisjordanie naturellement, pour « pomper » les retransmissions de la chaîne israélienne.

Pour les puristes, un bon match se passe de commentaires paraît-il mais pour ceux qui souhaitent les entendre en arabe – et c’est vrai que cela peut faire beaucoup pour l’ambiance – les Palestiniens ont trouvé une solution assez amusante : désormais, à côté de la télé, il y a un poste radio, branché sur une station locale – laquelle diffuse la bande son « officielle » sur beIN ou, mieux encore, son propre commentataire en bon arabe palestinien !

Il y a d’autres solutions, à l’échelle de toute la région cette fois. Dans certains cas, on pirate les retransmissions des pays riches, en « récupérant » les signaux satellitaires moins difficiles à décrypter, sur Hotbird par exemple. Plus simplement encore, on peut se rendre – cela fait partie du plaisir – dans un des lieux publics, cafés ou restaurants, qui ont acheté une licence. En principe, les Qataris, qui ne font pas de cadeaux, font payer ce type d’abonnement plus cher mais, dans les circonstances actuelles, il y a pas mal d’endroits où il y a assez peu de chance que les inspecteurs viennent mettre les pieds !

En Syrie par exemple, il y a assez peu de risque qu’on les voit, et les cafés branchés de Damas ont retrouvé, pour la première fois depuis trois ans, un peu d’animation nocturne (ça n’est pas le cas à Alep, vous l’aurez deviné). Avec même un rite un peu particulier, qui consiste à manifester ses sentiments politiques, en affichant ou non les drapeaux nationaux des équipes en compétition. Impensable bien entendu d’arborer un drapeau d’une nation « ennemie » (la France au hasard!) : en pareil cas, c’est l’emblème national syrien qui s’impose ! Un moment tenté de pirater le Qatar, qui n’est plus vraiment un pays frère, les Syriens avaient envisagé de passer la compétition sur une chaîne nationale ou « semi-privée » (c’est-à-dire privée, mais à quelqu’un bien vu du régime, selon la définition régionale la plus commune du secteur privé). Il a dû craindre les foudres du Qatar (et il n’a pas tort sans doute), et peut-être aussi celle de la FIFA qui n’hésitera pas à sortir le carton rouge pour les pays qui ne respectent pas les règles du jeu mondial des droits audiovisuels. Du coup, c’est une chaîne créée de toutes pièces, juste pour la durée de la compétition, qui retransmet les matchs.

Malgré tout, la solution libanaise pour regarder le Mondial malgré l’embargo qatari est encore plus surprenante. Comme la colère publique commençait à monter chez les spectateurs qui, malgré les combines diverses et variées, n’arrivaient pas à s’offrir leur dose de foot, ce pays sans président, a trouvé une combine politique presque aussi subtile que le fameux « pacte national » de l’été 43. Résumé par un titre de L’Orient-Le Jour, la solution libanaise a consisté à imaginer un accord qui réussit à légitimer le secteur très juteux du piratage télévisuel. En d’autres termes, l’Etat, en ponctionnant les sociétés locales de téléphonie, a choisi de payer la société privée Sama, détentrice exclusive de la revente des droits de diffusion du Mondial dans le pays. Mais attention, on est au Liban, et ce ne profitera pas à Télé-Liban. Non, dans son étonnante créativité politique, l’exécutif libanais a choisi de laisser cette diffusion se faire par l’intermédiaire des distributeurs dont les câbles (totalement illégaux et courant dans tous les sens) fournissent à ceux qui paient un abonnement (totalement illégal lui aussi) d’une vingtaine de dollars par mois.

Tant pis si Télé-Liban, la chaîne nationale, est captée par tout citoyen du pays (pourvu qu’il ait de l’électricité ou qu’il ait payé la facture au fournisseur privé du générateur local). Et cela y compris dans les zones rurales et/ou pauvres où il n’y a pas de trafiquants d’images télévisées. Tant mieux pour les distributeurs illégaux. Et bravo à la société Sama dont les sponsors locaux, qui ont failli ne pas faire une bonne affaire car on ne se précipitait pas au Liban pour payer ces abonnements jugés trop chers : avec ce tour de passe-passe, ils voient leurs investissements récompensés ! Pas tout-à-fait « légitimement » mais quand même ! Le Liban, champion du monde de la combinazione politico-financière !

(La semaine prochaine, on s’intéressa davantage à la compétition.)

Discours dans un pays silencieux : la campagne électorale de Bachar El-Assad

sawalogo
Visuel de la campagne « Sawa » (Ensemble).

Parmi les nombreuses questions que pose l’expression « printemps arabe » figure en bonne place celle de la délimitation temporelle du fait révolutionnaire réduit, pour les besoins de la story médiatique, aux premières semaines de l’année 2011. Bien entendu, il y a un « avant » à ces événements, et on peut le situer autour de l’année 2005. C’est en tout cas ce que choisissait de faire Gilber Achcar, dans un article publié dans Le Monde diplomatique en juillet 2005. Il y évoquait « les chances et les aléas » de ce qu’on appelait déjà – dans une sorte d’étrange répétition avant l’heure – « le printemps arabe ».

Même si ce n’est pas forcément très évident sur le strict plan politique – Gilbert Achcar évoque ainsi les faits marquants qu’ont été le retrait des troupes syriennes du Liban, les élections municipales en Arabie saoudite, ou encore une réforme de l’élection présidentielle en Egypte –, l’année 2005 marque incontestablement un tournant majeur sur un autre plan, celui de la communication politique. C’est en effet à partir de ce moment-là, on peut le constater avec le mouvement Kifaya en Egype par exemple, que l’activisme en ligne acquiert dans le monde arabe une visibilité de plus en plus grande, jusqu’à prendre la place que l’on sait quelques années plus tard, notamment grâce aux réseaux sociaux qui se développent à partir de cette époque.

Et dans un registre plus traditionnel, c’est également cette année-là que « naît » la communication électorale moderne arabe, avec la présidentielle égyptienne de l’automne (commentée dans ce billet) et sans doute plus encore avec le « printemps du cèdre » et la bataille de communication menée par les partisans du 8 mars (le camp de Independence 05). A leur manière, les détournements en 2007, sur les réseaux sociaux libanais, de cet « affrontement de narratives » entre partisans du 8 et du 14 mars confirmaient que la propagande politique locale était entrée dans une nouvelle ère. En récupérant selon leurs propres codes la « grande geste du printemps arabe » dès l’été 2011 pour mieux vendre leurs « réclames » (voir ce billet), les professionnels de la publicité entérinaient une évolution désormais inscrite dans le paysage arabe.

Même dans un pays aussi figé que pouvait l’être la Syrie par des années de propagande en béton massif (celle qu’analyse Lisa Wedeen dans un livre devenu un classique), la communication politique « de papa » (Hafez en l’occurrence) n’est plus « vendable ». Perceptible dès 2006, par exemple à travers une campagne de promotion de la « démocratie participative » (voir les illustrations de ce billet), la modernisation du discours tenu par le régime syrien allait même devenir une question de survie, au sens strict de l’expression. En mai 2011, les officiels syriens, sérieusement menacés, notamment sur les réseaux sociaux, par la « puissance de feu communicante » de l’opposition (et ses relais médiatiques régionaux et internationaux), avaient ainsi lancé une impressionnante campagne de soutien au président (voir ces deux billets : ici et ).

Incontestablement « moderne » par le ton et les moyens (surtout au regard des traditions locales), cette campagne relevait malgré tout du lifting : le langage était rajeuni, tout comme les éléments rhétoriques, aussi bien pour les slogans que dans les visuels. Mais pour l’essentiel, l’âme de la communication restait la même : le chef, le président, le rayyis, le viril pater familias (le Si Sayyed) – voir dans ce billet la traduction d’un texte de Rabab El-Mahdy à ce sujet – dont use et abuse en ce moment même le « candidat-élu » Sissi en Egypte.

A quelques jours de sa prochaine élection, cet autre « candidat-élu » qu’est Bachar El-Assad a dévoilé l’essentiel de sa campagne, révélant une évolution supplémentaire. Professionnelle, elle propose en particulier une gestion assez inédite du calendrier qui délaisse la technique du pilonnage massif pour une communication plus étendue dans le temps avec des effets de teasing (titillage). Maniant les différents formats électroniques (Facebook, YouTube, Twitter, Instagram), l’équipe de communicants au service du « président candidat » a ainsi délivré une série de messages qui s’échelonnent dans le temps tout en s’inscrivant dans une même charte graphique (et réuni par un même « fil » musical) qui leur donne une unité.

bashar2L’élément le plus remarquable reste la modestie du ton d’ensemble. En lieu et place des précédentes déclarations enflammées, viriles et/ou passionnées, toutes focalisées sur le héros de la nation, l’actuelle campagne joue au contraire la carte de la discrétion. Par son nom déjà, Sawa (Ensemble) qui oblitère quasiment la figure présidentielle, laquelle n’apparaît qu’a minima, à travers une simple signature manuscrite, par une vignette pour laquelle on a retenu un nouveau portrait où « l’homme qui occupe la fonction suprême » est plus jeune homme et moins « suprême » que jamais : tenue civile soulignée par la chemise claire sans cravate, expression juvénile résolue sans doute mais presque timide aussi. La gamme chromatique est très étrange, surtout au vu des critères en vigueur dans la région : vert franc, bleu clair, des couleurs froides qui « dépassionnent » le débat et soulignent la simplicité de la cursive manuscrite (qui fait naturellement le choix de l’arabe parlé et non pas de la graphie savante classique).

Conformément au slogan, cet homme n’est rien ; il n’est qu’une partie d’un « nous » collectif, qui n’exprime aucune violence mais se situe au contraire dans la positivité absolue : Ensemble nous la reconstruisons, Ensemble, elle redeviendra plus belle, plus forte, etc. Autant de titres de vidéos électorales où le rôle du héros est tenu par le peuple, dans toutes ses composantes, hommes, femmes, jeunes ou âgés, mais où domine – conformément à la réception locale très sensible à cet élément – la figure de l’innocence enfantine. Les héros de la nation sont encore là, travailleurs burinés des champs et fiers ouvriers hérités de l’imaginaire socialiste (baathiste), mais ils ne sont plus que les relais de la génération à venir, celle pour laquelle il faut préserver l’existence d’un « foyer » national. En écho à l’ensemble de la campagne, la page Facebook Sawa, lancée au 10 mai dernier, offre très peu d’images guerrières, assénant les prouesses du chef militaire. Au contraire on y relève une ribambelle d’enfants, très jeunes citoyens exprimant naïvement leur amour pour le père de la nation, enfants du couple présidentiel, et même portraits du leader en jeune étudiant ou en garçonnet à culottes courtes !

Dans ces clips tournés – là encore avec un incontestable sens du timing de la campagne tant militaire qu’électorale – dans les lieux de mémoire de la nation désormais libérés (le krak des chevaliers, Homs…), l’ennemi, les « terrosristes » n’ont pas de place et encore moins de visages. Ils ont disparu, la bataille a été gagnée. Dans ces images lisses (pas de contrastes violents, éclairages le plus souvent tamisés, montage souple et très lent sur fond de musique nostalgique aux accents vaguement orientaux), le peuple uni se livre à une reconstruction qui est, par anticipation, célébration de la victoire. Les forces communes se réunissent pour ce grand œuvre, auquel le chef se contente, modestement, d’apporter sa touche personnelle, par le biais d’un discret autographe tout à la fin du récit.

Un problème, tout de même : pas un instant on n’entend la voix du peuple syrien, pas une parole échangée, pas un seul dialogue ; la campagne si moderne de Bachar El-Assad résonne dans le silence glacé d’un pays silencieux.

Un des clips de la campagne, d’autres sont visibles ici :

Daash et les « cheikhs de la discorde » : indignation sur commande en Arabie saoudite

isil-550x308

Une émission à la télévision, en janvier dernier, avait mis en évidence un changement d’attitude de la part des autorités saoudiennes. Dans ce pays où rien de ce qui se diffuse sur les médias publics n’est vraiment laissé au hasard, un journaliste célèbre, Dawood al-Shiryân, avait fait alors beaucoup de bruit en accusant les « cheikhs de la discorde » d’envoyer la jeunesse saoudienne au casse-pipe en Syrie.

Quelques mois plus tard, un jeune Saoudien, Abdul-Rahman Ayeel (عبدالرحمن عايل), fait à son tour beaucoup parler de lui en ce moment dans la presse et dans les réseaux sociaux, depuis qu’il a publié, sur YouTube, un court-métrage d’environ 15 minutes. Intitulé Daash (l’acronyme en arabe pour L’Etat islamique en Irak et au Levant, ISIL en anglais), il raconte l’histoire d’un jeune jihadiste saoudien, parti combattre les « mécréants » à l’incitation d’un cheikh de son pays. Malheureusement pour le jeune volontaire, il est pris pour un espion par les combattants de Daash qui l’exécutent après un simulacre de procès.

Cet événement, situé dans le film dans la ville syrienne de Deir Ezzor, au début du mois de mai, occupe la première partie. La seconde est consacrée au retour du « fantôme » du malheureux apprenti jihadiste (le thème du fantôme – طيف – est un grand classique de l’imaginaire culturel arabe). Il tente, en vain, de communiquer avec son père et sa famille pour leur demander pardon, puis il se dirige vers le cheikh qui l’a envoyé pour savoir s’il se trouve en enfer ou au paradis comme promis aux combattants de Dieu. Le cheikh ne l’entend pas, trop occupé à compter les dons des fidèles…

Le récit se termine par une supplique du (fantôme du) supplicié qui s’écroule à genoux, désespéré, en s’adressant à son Créateur. A la suite du générique, comme une sorte d’épilogue, on retrouve le « cheikh de la discorde » pérorant en se curant les dents (le détail qui tue !) sur les mérites de ceux qui sacrifient leur vie pour leur foi. A sa droite, on devine dans l’assemblée (me semble-t-il) le père, qui l’écoute attentivement tout en s’essuyant furtivement les yeux avec un coin de son shimagh (l’équivalent de la keffieh palestinienne).

Le fait que ce court-métrage soit produit par I-content (Sharikat al-muhtawâ al-mutakâmil), une société de production qui a pignon sur rue puisqu’elle compte comme clients la télévision nationale, le journal Al-Sharq al-Awsat, la chaîne MBC et même le ministère de l’Education, est un indice assez probant de ce que cette réalisation correspond d’une manière ou d’une autre à une commande officielle. Ce que confirment les relais médiatiques locaux, Al-Arabiyya ayant par exemple offert au jeune réalisateur un entretien d’une bonne dizaine de minutes sur sa chaîne (la suite de la séquence étant occupée par un très universitaire local, spécialisé en psychologie, chargé d’expliquer les raisons de cette déviance juvénile).

Abdul-Rahman Ayeel est souvent présenté comme un ancien jihadiste lui-même (en Irak). Dans l’entretien sur Al-Arabiyya, il relate ainsi son retour clandestin chez lui, visiblement désabusé, et l’accueil que lui réserva alors de sa mère. Son film fait d’ailleurs écho à cette expérience mais se garde bien de gratter trop profondément les raisons qui pourraient expliquer le succès que trouvent auprès de la jeunesse de son pays les discours fallacieux des « cheikhs de la discorde ». Mais il paraît que Daash serait le premier volet d’une trilogie, et la suite éventuelle sera peut-être un peu plus incisive sur cette question…

En attendant, le nombre de visionnages sur YouTube n’est pas si impressionnant que cela (rien à voir par exemple avec le phénomène Hisham Fageeh et son No Woman, No drive). En revanche, les commentaires sont très nombreux, et souvent très très agressifs (le jeune réalisateur aurait d’ailleurs reçu des menaces de mort). Auteur pourtant du très réussi Nakira (نكرة : celui qui n’est pas reconnu, visible ici), Abdul-Rahman Ayeel n’a pas l’air d’avoir été très inspiré par son sujet. Signe – en tout cas c’est ainsi que je le vois – que ce pamphlet contre les dérives de certaines interprétations de l’islam, par ailleurs encouragées depuis des lustres dans le Royaume d’Arabie saoudite, est, en partie tout au moins, une œuvre, et une indignation, de commande…

Je vous laisse juge en découvrant le court-métrage en question, en précisant, comme le signale le générique, qu’il est déconseillée aux moins de 18 ans !

(Dans la série « on est plus intelligents à plusieurs : quelqu’un aurait-il une idée de l’auteur du chant – accompagné par un instrument, ce qui n’est pas du tout halal ! – interprété au début du film ? Il n’est pas crédité au générique, non plus que le morceau final qui doit être du ‘oudiste Riyad Sunbati…)