Un mieux relatif pour les droits de la femme dans le monde arabe

Marwa Adel, ‘Eden’, 2017

J’emprunte, en le transformant un peu, le titre d’un article publié il y a une quinzaine de jours dans la version anglaise du site Al-Araby al-jadid (publication londonienne, tendance « libérale » financée par le Qatar). Parmi les avancées soulignées figure la suppression des circonstances atténuantes pour les auteurs de « crime d’honneur » pris d’une « grave colère », avec pour résultat, dans certains cas, des peines fermes de six mois seulement. Quelques jours plus tard, un autre amendement est venu révoquer un article de loi qui permettait à l’auteur d’un viol d’échapper à sa peine en cas de mariage avec sa victime…

Ahaad Alamoudi, ‘Land of Dreams’, 2017

Cette loi, lointain héritage de la présence coloniale, comme l’explique l’Algérienne Salima Mellah citée dans un article du site Raseef22, ne cesse de susciter des protestations partout dans la région. Au Maroc, elle a été amendée en 2014, et le Liban vient de l’imiter.

La Tunisie a fait de même il y a peu, mais en allant encore un peu plus loin puisque le texte voté par le Parlement tunisien renforce la protection des victimes de violences, notamment familiales. La loi pénalise désormais « le harcèlement sexuel dans les lieux publics, l’emploi d’enfants comme employés domestiques et prévoit des amendes pour les employeurs qui discriminent intentionnellement les femmes au niveau des salaires ». La Tunisie, comme on le répète souvent, est un pays pionnier dans ce domaine. En revanche, on sait moins que l’Algérie a voté, en mars 2015, une loi qui pénalise la violence conjugale contre les femmes en introduisant également, sur le plan juridique, la notion de harcèlement sexuel.

Alia Ali, ‘[Laysa] Ana / I am [NOT], 2017
La même loi s’efforce de garantir les intérêts financiers des femmes mariées, en prévoyant une peine de deux ans d’emprisonnement pour les époux « disposant des biens ou des ressources financières » de leur femme. Dans cet esprit, le président tunisien Béji Caïd Essebsi veut aller plus loin encore en proposant d’introduire les dispositions légales qui permettront une égalité totale entre les hommes et les femmes sur la question très sensible de l’héritage. Des calculs politiques ne sont peut-être pas forcément étrangers à cette démarche, qui n’en reste pas moins assez « révolutionnaire ». Quand bien même l’esprit de la religion, comme l’affirment le président tunisien et ses alliés, va dans le sens de cette réforme, il n’en reste pas moins qu’elle va à l’encontre d’une interprétation littérale de ce qui est écrit dans le Coran sur cette question (notamment dans la sourate 4, Al-Nisâ’).

On attend avec intérêt de voir si la loi tunisienne sera ou non modifiée, sans parler de l’application concrète des nouvelles dispositions (sachant que, depuis la nuit des temps ou presque, toutes sortes de formules juridiques permettent aux parents qui le souhaitent de protéger, ou même d’avantager, leurs filles). Dans l’immédiat, le projet tunisien a suscité la fureur des… Égyptiens, ou plus exactement de l’institution religieuse dans ce pays. Dans la droite ligne des positions les plus défensives et traditionnelles (comme on avait pu le voir il y a quelques mois sur la question du divorce « oral », valide pour la loi religieuse : voir ce billet), un des responsables d’Al-Azhar., un certain Abbas Shoman (عباس شومان), a déclaré que ce projet « heurtait de front les règles de la sharia » (تتصادم مع أحكام الشريعة).

Boushra Almutawakel, ‘Untitled 3’, 2011

Si une partie de l’Égypte n’a guère envie d’évoluer sur cette question – un projet de loi pour baisser l’âge légal du mariage d’une mineure de 18 à 16 ans est toujours en discussion comme le rappelle aujourd’hui même le quotidien Al-Hayat –, sur les réseaux sociaux, l’affaire est entendue. La jeunesse égyptienne s’est mobilisée pour protester contre cette ingérence dans les affaires tunisiennes, et contre cette instrumentalisation politique de la religion (article du site Al-Arab online).

« L’Égypte n’est pas la Tunisie » (مصر ليست تونس) répètent à l’envi partisans et adversaires de la réforme légale tunisienne, soit pour s’offusquer du manque de rigueur religieuse des Tunisiens, soit pour s’opposer à l’ingérence des autorités religieuses égyptiennes au-delà des frontières de leur pays. Cette phrase, on l’a beaucoup entendue durant les soulèvements de l’année 2011, lorsque le régime de Moubarak n’avait pas encore perdu tout contrôle sur la situation. L’avenir n’est pas écrit mais, en ces temps où les bonnes nouvelles sont rares dans la région, on se réjouit de voir que les jeunesses tunisienne et égyptienne (et arabe) se retrouvent sur de nouveaux enjeux. Sans doute, les soulèvements de l’année 2011 se sont-ils terminés de la manière que l’on sait, mais leurs causes n’ont pas disparu, comme en témoignent les évolutions sociétales sur le statut des femmes.

Trop lentes, sans doute, trop incomplètes, mais bien réelles tout de même, notamment grâce au courage de certaines militantes. L’article mentionné au début de ce billet évoquait également, en autres signes positifs, la sortie de prison, à la fin du mois de juillet de Maryam al-Oteibi (مريم العتيبي). Après plus de cent jours de détention (et des soutiens locaux et internationaux), la jeune Saoudienne a gagné son combat contre la tutelle masculine imposée aux femmes de son pays : pour la première fois dans l’histoire du « Royaume des hommes » comme on le surnomme parfois en arabe, une femme a été libérée sans avoir pour garant une présence masculine. Presque une révolution en somme !

Maitha Demithan, ‘Mother’, 2017

Les photos de ce billet sont tirées d’une exposition collective d’artistes arabes (femmes) qui s’est tenue à Amman sous le titre I AM.

Fausse couche au Théâtre National de Tunis : comment résister à la censure religieuse ?


En apparence, c’est un petit drame bien connu qui s’est joué, une fois de plus, en Tunisie. Avec des acteurs aux rôles bien rôdés : d’un côté, des religieux sourcilleux qui crient au scandale à la moindre occasion, de l’autre, des « culturels » qui leur résistent, au nom du respect des libertés individuelles.

Tout a commencé le 16 février dernier, lorsque les responsables du Théâtre National de Tunis ont reçu un acte d’huissier les sommant de retirer une de leurs affiches. Programmé depuis quelques jours, un spectacle chorégraphique – sans dialogues mais accompagné d’une lecture d’un texte (en français) – proposait en effet une réflexion sur la situation dans le pays, six ans après la « révolution du 14 janvier », sous un double titre : Fausse couche en français, et Alhâ-kum al-takâthur (ألهاكم التكاثر) en arabe.

Problème (?) : le titre arabe correspond au premier verset de la 102e sourate du Coran. L’interprétation de Denise Masson, qui fait en général autorité, donne en français : « La rivalité vous distrait », avec une note indiquant qu’il y a une « allusion à plusieurs sortes de rivalités et de concurrences ». Dans les commentaires les plus courants (je mets en lien la version anglaise, la française est vraiment très faible), cette « rivalité » est comprise comme une condamnation de la recherche des biens terrestres aux dépens de valeurs plus hautes. Dans le cadre de ce spectacle, cette dénonciation de « la course aux richesses » correspond bien aux intentions de ses créateurs (voir cet article en arabe) : dénoncer les puissants qui oublient les revendications du peuple et se gavent du pouvoir en oubliant leurs promesses. D’où le second titre, en français, pour signifier que le processus révolutionnaire a avorté.

À l’origine de la protestation contre l’utilisation d’une partie d’un verset coranique dans le titre de ce spectacle, on trouve une institution qui est une spécificité tunisienne à ma connaissance, à savoir le Syndicat des imams et cadres de mosquée (نـقــــابة الأئــمــة والعــامـلـين فـي المســاجد), affilié à la très officielle Organisation tunisienne du travail. (Au passage, on note que la « laïcisation » de l’appareil religieux n’est pas totalement inconnue dans ce pays puisque les « travailleurs du religieux » s’y voient reconnaître un statut!)

De manière beaucoup plus brutale, cette protestation face à l’utilisation de la parole divine dans un contexte inapproprié (celui d’un spectacle chorégraphique) a été reprise par un certain Ridha Jaouadi (رضا الجوادي), un imam à la réputation sulfureuse. À la fin de l’année 2015 notamment, son limogeage par le ministère des Affaires religieuses pour « collecte d’argent et gestion financière sans autorisation de la mosquée » a suscité un mouvement de soutien chez une partie de ses fidèles, dans la ville de Sfax. Proche des milieux wahhabites, cet imam aux tendances ultra-conservatrices a sauté sur l’occasion qu’offrait ce mini-scandale pour se rappeler au bon souvenir des Tunisiens en lançant, quelques jours plus tard, un spectaculaire cri d’alarme sur sa page Facebook : Urgent ! Gravissime ! Un verset coranique utilisé comme titre pour une spectacle de danse à Tunis ??? Avec une photo immorale. Que fait le Parquet ? Que fait la justice ? Que fait cet Etat dont la religion est l’islam ? Que fait ce peuple musulman ? Que font les imams ? Les députés du peuple musulman ? (عاجل وخطير جدا.. آية قرآنية توضع عنوانا لمسرحية راقصة في تونس! وفي صورة غير أخلاقية ! أين النيابة العمومية ؟ أين القضاء الشريف ؟ أين الدولة التي دينها الإسلام ؟ أين الشعب المسلم ؟ أين الأئمة ؟ أين نواب الشعب المسلم)

Face à ces protestations, aux allures de menaces, lesquelles n’ont pas tardé à se manifester semble-t-il, les responsables du Théâtre National Tunisien, dirigé par le metteur en scène Fadhel Jaïbi (الفاضل الجعايبي ), un monument dans le paysage artistique et intellectuel local, a décidé, en accord avec Néjib Khalfallah (نجيب خلف الله), le metteur en scène du spectacle incriminé, de modifier l’affiche, en barrant le titre arabe de façon suffisamment ostensible pour que la « censure » soit manifeste (voir l’image en haut de ce billet). Par la suite, ils se sont assez longuement expliqués sur ce que j’interprète comme un repli tactique :

Nous devions alors faire un choix. Nous aurions pu laisser l’affiche telle quelle sur la voie publique et invoquer le droit constitutionnel à la liberté de création artistique. L’histoire récente des différentes mobilisations violentes à la suite de prêches fanatiques appelant à protéger le sacré et châtier les mécréants est malheureusement éloquente. Nous craignions d’être instrumentalisés pour déclencher une démonstration de force (…) Même si c’est bien le Théâtre National Tunisien et son directeur général qui ont été menacés par les fanatiques religieux, nous ne souhaitons pas nous positionner en victimes. Nous avons précisément fait le choix d’éviter la position de martyrs. Plus que jamais, la société civile, les artistes ont besoin de s’unir pour répondre à cette attaque qui ne doit pas rester impunie, car elle en augure peut-être d’autres. Il faut serrer les rangs pour résister aux velléités d’intrusion des intégristes dans la création artistique. C’est pourquoi un débat de fond sur la question sera organisé bientôt au 4ème Art. Nous ne devons pas nous tromper d’ennemi.

Cette décision, émanant d’un des hauts lieux de la résistance culturelle, a surpris, et même choqué. Parlant d’auto-censure, Thameur Mekki, sur le site Nawaat, évoque une « capitulation [qui] n’est pas qu’un simple choix individuel qui n’a de conséquences que sur soi. Le fait que le TNT concède que les fondamentalistes lui tracent une ligne rouge constitue un précédent. Il ouvre la porte aux conservateurs de tout bord de se poser en censeurs et leur donne une légitimité. Une nébuleuse qui a jusqu’ici perdu toutes ses batailles menées pour rétrécir le champ du possible depuis 2011. » Dans le même sens, et toujours sur Nawaat, Shiran Ben Abderrazzak dénonce « la censure des imbéciles » sans exonérer les responsables du TNT :

« Les censurés, quant à eux, ne réalisent même pas qu’ils sont censurés, myopes qu’ils sont et convaincus que le monde s’arrête au petit microcosme des relations incestueuses entre faux-maîtres et vrais-disciples et s’accablent mutuellement. Pour eux, il s’agit de ne pas faire de vague, de ne pas être empêché de travailler, de ne pas risquer l’anathème. Il ne s’agit pas d’aller bêtement à la confrontation directe. Mais une fois que nous avons provoqué cette confrontation, ne pas aller à la confrontation est un signe de lâcheté ou d’hypocrisie. La Culture, au sens large, est un processus de conscientisation collective positif ou négatif. Structurer le secteur de la culture, en tant que faction active et consciente d’elle-même et de son rôle dans cette guerre des consciences, implique aussi de savoir critiquer fermement les errements des uns qui se répercutent sur tous les autres. En cela comme en d’autres choses, il faut apprendre à tenir la ligne. »

Ces critiques qui émanent manifestement d’une jeune génération exaspérée par cette reculade dans laquelle elle voit un manque de courage et/ou de lucidité (et les réseaux sociaux offrent un panorama de réctions bien plus virulentes), on les retrouve brillamment reprises dans un article au vitriol signé par un certain « jbb » sur le site Tunisie numérique : « En résumé, et pour rester dans la tonalité du titre français, le TNT a vraiment fait fausse couche, c’est le cas de le dire, le titre arabe de sa dernière création s’est avéré un mort-né. La direction du TNT, enceinte de sa dernière production, a privilégié l’avortement à la césarienne, de crainte peut-être que sa montagne n’accouche d’une souris. Une vraie IVG intellectuelle ! »

De là où j’écris ces lignes – une France (encore) fort paisible… –, je ne me sens pas en droit (ni même en mesure) de prendre parti dans ce débat. Je note tout de même qu’il est loin d’être inédit (consulter à ce sujet l’onglet Tunisie par exemple). J’ajoute également au dossier le fait que le syndicat des imams, à l’origine de la mise en demeure par voie d’huissier, a subitement fait marche arrière. Son secrétaire-général, Fadhel Achour (الفاضل عاشور ) s’est exprimé pour dire que rien n’empêchait d’utiliser une citation coranique dans ce contexte.

Injonction politique « venue d’en haut » (mais pas du Très-Haut) ou bien volonté de ne pas se laisser déborder par l’extrémisme d’un Ridha Jaouadi implicitement critiqué parmi les prétendus « défenseurs du dogme » ? Je laisse à mieux informé que moi le soin de répondre à cette question (les commentaires – polis ! – sont faits pour cela). Je signale également les remarques de Youssef Seddik qui rappelle que le Coran n’a pas inventé la langue arabe et qu’on ne voit pas pourquoi il faudrait se priver d’employer le mot « vache » au prétexte que c’est le titre d’une sourate ! Il précise encore que bien d’autres œuvres artistiques (les feuilletons religieux iraniens par exemple : voir ce billet) ont cité de près et de loin le livre saint, y compris en Tunisie, sans que personne ne s’en offusque.

Enfin, je note que les Tunisiens ont en quelque sorte « de la chance » de pouvoir mener ce genre de débats : dans le monde arabe, aujourd’hui, c’est loin d’être gagné partout… Un état de fait qu’il faut savoir préserver, tout le monde est au moins d’accord sur ce point.

Pourquoi une telle triche aux examens dans le monde arabe?

De jeunes diplômés saoudiens se montrent sur internet en train de brûler leur diplôme.
De jeunes diplômés saoudiens se montrent sur internet en train de brûler leur diplôme.

Le mois de ramadan coïncidant avec les très redoutés examens de fin d’année du secondaire, l’actualité arabe offre cette année un feuilleton d’un nouveau genre, celui de la triche ! A vrai dire, le phénomène est ancien et cela fait des années que les plus malins et/ou les plus fortunés cherchent des solutions pour sortir du lycée avec les meilleurs notes possibles, celles qui leur permettront d’obtenir le sésame pour l’orientation de leur choix dans le système universitaire. Mais avec le développement des techniques numériques, le phénomène prend des proportions sans précédent.

Au Maghreb par exemple, les cas de fraude recensés, sans aucun doute très sous-évalués par rapport à l’ensemble, ont considérablement augmenté ces dernières années. Selon cet article dans Jeune Afrique, ils sont ainsi passés entre 2008 et 2015, et pour le seul Maroc, d’un peu plus de 1 000 à près de 11 000. Les autorités ont beau multiplier les contrôles, interdire les téléphones portables, brouiller les communications, réduire la capacité des salles, développer l’identification numérique des candidats, augmenter les sanctions, rien n’y fait. Malgré toutes les précautions qui sont prises, les fraudeurs arrivent à leurs fins.

Apparue en Tunisie et en Égypte dès 2012 (article en arabe), la fraude via Facebook est la tendance du moment. Cette année, au Maroc, il n’a guère fallu plus d’un quart d’heure pour que certaines questions, avec leurs corrigés, y soient disponibles (une affaire qui s’est soldée par 21 arrestations).

En Algérie, où les autorités ont même carrément décidé, dimanche dernier, de fermer momentanément les réseaux sociaux, la triche sur internet prend des allures de crise politique. En effet, une nouvelle session avait été organisée, pour plus de 300 000 élèves, à la suite de très nombreuses fuites des sujets d’examens organisés à la fin du mois de mai (quelques arrestations dans les milieux des professionnels de l’éducation là encore). Cette fois-ci, les autorités algériennes n’ont rien laissé au hasard : en plus de la fermeture temporaire de Facebook et de Twitter, la collaboration de l’armée a été requise. C’est elle qui a imprimé les sujets, lesquels ont été distribué au dernier moment, dans certains cas par hélicoptère ! Une politique énergique, voulue par Nouria Benghabrit, la « dame de fer » de l’Éducation nationale algérienne, une sociologue oranaise qui ne craint pas de s’en prendre aux dossiers sensibles.

On avait déjà évoqué son nom dans CPA à l’occasion d’un précédent billet consacré à la question de l’arabisation, ou plus exactement de l’introduction d’enseignements en arabe algérien. Un contexte qui explique que différents médias (Al-Hayat par exemple) proposent une analyse très politique de cette affaire de triche, bon prétexte pour les conservateurs religieux, partisans de l’arabe classique « pur et dur » si on peut l’écrire ainsi, de s’en prendre à une ministre qu’ils ne portent pas dans leur cœur.

On retrouve exactement le même schéma en Égypte où, cette année encore, la fraude au Bac a fait parler d’elle. Dans ce cas également, différents médias, à commencer par Al-Hayat, considèrent que le battage fait autour de cette affaire est loin d’être dénué d’arrières-pensées politiques, que l’on considère que les partisans de Morsi et des Frères musulmans cherchent à mettre en évidence les lacunes du gouvernement actuel, ou que l’on pense au contraire, si l’on est pour le président Sissi, que ce sont précisément les « islamistes » qui cherchent à discréditer les autorités en faisant tout pour que les choses empirent.

Outre l’explication politique, il y a bien entendu un aspect économique, en l’occurrence crapuleux, dans toutes ces affaires de triche. Sachant que des sources estiment à près de 2,4 milliards de dollars la somme que les Égyptiens consacrent annuellement aux leçons particulières de leurs enfants, on comprend que le business de la triche puisse également rapporter. Naturellement, les données précises manquent pour ce trafic clandestin, mais une affaire récente permet de se faire une idée de l’ampleur du système parallèle dans la Jordanie voisine où fonctionnait une filière assez originale. Profitant d’accords passés avec le Soudan, des Jordaniens du sud du pays avaient imaginé d’envoyer des contingents tout de même assez importants de futurs bacheliers à Khartoum pour qu’ils y passent des examens réputés plus faciles (d’autant plus qu’ils y bénéficiaient, sur place et depuis l’Égypte, de complicités utiles pour trouver les bonnes réponses…)

Politique, éventuellement économique, la croissance exponentielle de la fraude aux examens révèlerait aussi une véritable crise des valeurs dans les sociétés arabes. De nombreux commentateurs soulignent ainsi, non sans arguments, l’insupportable contradiction que révèle une véritable addiction à la triche de la part de personnes qui, par ailleurs, affichent tous les signes de la religiosité la plus exigeante. On ne parle pas des personnes qui se livrent à ce trafic ou qui ferment les yeux sur lui contre quelque gratification, non plus que des candidates qui (éventuellement pour l’occasion) portent le jour de l’examen un hijab bien pratique pour dissimuler une oreillette Blue Tooth, mais bien de tous ceux et toutes celles qui se vantent sur les réseaux sociaux de tricher avec la loi, tout en multipliant les invocations pour que la toute-puissance divine leur vienne en aide ! Conjointement à l’hypocrisie ou à la schizophrénie d’une bonne partie de la société, ce sont également l’égoïsme, le matérialisme, l’absence de morale collective de la jeunesse qui sont dénoncés.

A tout cela, il me semble qu’il convient d’ajouter encore une autre explication, le plus souvent passée sous silence. Si la jeunesse arabe triche autant, si elle semble tellement « malhonnête », c’est aussi parce qu’elle est acculée à le faire et qu’elle cherche désespérément une solution à l’impasse dans laquelle elle se trouve. Tricher, dès lors, n’est rien d’autre qu’une tentative de survie. Et tant pis si on réalise un peu plus tard que les diplômes pour lesquels on a tant sacrifié ne sont que des bouts de papier bons à brûler, faute de justice sociale dans des sociétés rongés par le chômage et la corruption (voir l’image de ce jeune Saoudien en haut de ce billet).

Capture d'écran du site "Shuming triche au bac".
Capture d’écran du site « Shuming triche au bac ».

A l’appui d’une telle explication, on peut noter, déjà, que, parmi les sites les plus connus qui proposent des solutions faciles aux candidats, certains affichent une intention qu’on peut qualifier de politique. C’est peut-être le cas de « [Liang] Shuming triche au bac » (شاومينغ بيغشش ثانوية عامة : un demi-million d’« amis ») si l’allusion au philosophe et pédagogue chinois doit bien être prise en ce sens comme je le crois [je suis preneur d’autres explications], mais c’est en tout cas vrai d’un autre site, tout aussi célèbre, « La triche nous unit » (بالغش اتجمعنا ). Deux pages Facebook qui, comme nombre de leurs équivalentes dans la quasi-totalité des pays arabes, reprennent les codes de la contre-culture adoptée par la jeunesse arabe actuelle, ceux de la dérision notamment, et de la solidarité de la jeunesse contre la société des adultes (voir le rap des tricheurs présenté dans la vidéo tout en bas de ce billet par le groupe égyptien Kaboos Nation, la « nation du cauchemar »).

Si l’on se souvient que la critique du système scolaire, dans le mouvement du 20 février au Maroc par exemple, faisait partie des revendications les plus populaires auprès de la jeunesse arabe révoltée lors de son « Printemps arabe », on s’étonne moins que la vague numérique de la triche sur les réseaux sociaux soit partie, comme on le signalait au tout début de ce commentaire, de Tunisie et d’Égypte.

La dakhla, rite initiatique d’une jeunesse tunisienne terrorisée

dakhlaUn des objets du délit : la banderole « pro-Daech » au LJFK (Lycée de jeunes filles de Kairouan)

On parle en arabe de « la nuit de l’entrée » (ليلة الدخلة) pour évoquer ce moment (en principe) initiatique qu’est la nuit de noces. Dans la Tunisie contemporaine, c’est un autre genre de dakhla (« entrée ») qui est en passe de devenir un rite social particulièrement important pour la jeunesse sur le point de quitter le lycée pour tenter de trouver sa « voie d’avenir », et c’est loin d’être facile dans ce pays comme dans tous les autres de la région.

Cette « tradition inventée » remonte semble-t-il aux années 1980, époque à laquelle les lycéens ont commencé à organiser de petites fêtes au moment de finir leurs études secondaires. Mais depuis plusieurs années, et en particulier depuis la révolution du 15 janvier 2011, le rituel prend des proportions de plus en plus importantes. La libération de l’oppression subie sous Ben Ali explique en partie ce phénomène qui est également lié à l’essor toujours plus important des réseaux sociaux, relais obligés (et nécessaires) de cette cérémonie collective.

A la fin de chaque année scolaire, lors de ce qu’on appelle désormais la « dakhla du Bac sport », les élèves de Terminale se retrouvent, à l’occasion des épreuves sportives. Loin des profs et de l’administration, ils célèbrent à l’avance leur séparation prochaine, chacun se dirigeant vers le destin qui l’attend après les années de lycée. Une sorte de bizutage à l’envers puisqu’il commémore le temps de la sortie de l’âge pré-adulte et non celui de l’entrée dans le cursus universitaire.

Carnaval festif, la dakhla trouve son inspiration dans la célébration, qui porte le même nom et qui accompagne l’entrée des joueurs sur le terrain, lors des matchs de foot les plus importants. D’énormes foules de supporters réalisent alors dans les gradins du stade des compositions graphiques géantes, tandis que se lèvent dans le ciel d’énormes bannières, si possible accompagnées de chœurs assourdissants.

Dans la dakhla lycéenne, c’est presque toujours la cour des bâtiments scolaires qui sert de théâtre à la célébration. Sous les yeux d’une masse souvent impressionnante de jeunes lycéens réunis dans la cour, de grandes bâches colorées sont déployées depuis les étages ou même depuis les toits avant qu’on passe à la suite du rituel : l’embrasement de dizaines et dizaines de feux de Bengale (ceux-là même qui sont également utilisés dans les stades), brandis à bout de bras par des gamins surexcités. Cette dernière partie du spectacle est source d’accidents nombreux, et les libations et autres prises de substances illicites n’arrangent pas la suite car, bien souvent, des cortèges, largement motorisés, se dirigent en différents endroits pour continuer la fête.

Bien entendu, tout cela est enregistré par une multitude de téléphones portables avant d’être mis en ligne sur les pages Facebook et autres médias sociaux. Pour le plaisir de partager en partie, mais aussi pour montrer à tout le monde combien tel ou tel lycée surpasse tous les autres, par son originalité, son organisation, le nombre des participants, etc. Comme les banderoles décorées constituent la partie la plus personnelle d’un protocole qui, par ailleurs, ne permet pas vraiment l’originalité, c’est sur elles que se concentrent tous les efforts pour se démarquer en faisant mieux que les autres. Inévitablement, dans un pareil contexte, les débordements sont inévitables, surtout quand ce sont de grands adolescents sans garde-fous qui sont aux commandes.

On s’est donc beaucoup ému en Tunisie il y a quelques jours en raison du contenu de certaines de ces banderoles. Horreur et damnation : dans quelques rares lycées, il y avait des dessins et des slogans à la gloire de l’État islamique, et même des portraits de Benladen et d’Adolphe Hitler ! Un élément qui a certainement contribué à faire traverser ce scandale de l’autre côté de la Méditerranée. On a vu ainsi Rue 89 disserter, non sans finesse, sur le phénomène en extrapolant tout de même assez rapidement sur les dangers de l’antisémitisme. De son côté, Médiapart citait la page Facebook d’un auteur algérien probablement plus connu en France que dans son pays, Mohamed Kacimi, lequel n’hésitait pas à sortir les mots des grandes occasions : « Une société qui laisse ses enfants dire qu’Hitler et Daech sont leurs pères Noël est une société qui a renoncé à l’avenir, à son humanité. »

Peut-on raison garder et laisser à cette affaire les proportions qu’elle mérite ? Pour commencer, seuls quelques rares lycées (on parle de deux ou trois) ont été concernés par ce qui ressemble assez fort à une provocation « énhaurme », assez bien dans le goût adolescent. Par ailleurs, ils étaient bien plus nombreux à proposer d’autres illustrations sur des questions politiques classiques (la Palestine pour commencer) ou non (la pollution dans leur ville par exemple). Si cela ne suffisait pas à faire taire ceux qui pensent que les lycéens s’expriment ainsi parce qu’ils ne sont que des gamins ignorants, on leur recommande de lire cet article (en arabe mais il y a les images) où ils verront que certains d’entre eux en savent assez sur l’histoire de leur pays pour rappeler la mémoire de Salah Ben Youssef, un dirigeant nationaliste opposé à Bourguiba et assassiné en Allemagne en 1961. Et parmi cette jeunesse tellement insouciante et dépolitisée paraît-il, on en trouve aussi qui rendent hommage, toujours durant la dakhla, à Chokri Belaïd, le militant politique assassiné en 2013.

Oui, la manière dont la jeunesse lycéenne s’empare de la dakhla a quelque chose de terrifiant parce que le phénomène met en évidence le fossé toujours plus grand qui sépare la moitié du pays, celle des moins de 20 ans, et les autres. Ce qui est vraiment terrible, c’est bien de voir que cette jeunesse tunisienne, quelques années après sa révolution, est toujours gouvernée par une gérontocratie indéboulonnable (le président du pays va bientôt fêter ses 90 ans). Non, la jeunesse de Tunisie n’est pas terroriste, elle est juste terrorisée d’avoir pour tout avenir le rêve de risquer sa vie sur un rafiot pour tenter de gagner l’eldorado européen, à moins que ce ne soit celui d’un jihad mortel au Moyen-Orient pour quelques centaines de dollars par mois. Ce qui est terrorisant, pour un avenir qui est aussi le nôtre, c’est de voir que la jeunesse arabe, bien au-delà de la seule Tunisie, n’a aucune perspective d’avenir alors que les très riches États de la Péninsule arabe engloutissent des sommes colossales dans toutes les guerres de la région, à la grande satisfaction de nos dirigeants transformés voyageurs de commerce pour nos fabricants d’armes.

Ci-dessous, circulant sur les réseaux sociaux, un des films de la fameuse « dakhla » du lycée de jeunes filles de Kairouan.

ِQue Dieu protège les frontières du monde arabe !

LatifaGrand

 

الله يحمي بلادنا العربية.. وطننا وأمتنا وخيراتنا مهددة ومستهدفة ! الآن الآن وليس غداً.. يجب أن نتحد ونقف وقفة رجل واحد مع أوطاننا
« Que Dieu protège le monde arabe ! Notre patrie, notre nation, nos biens sont en danger, sont attaqués. C’est maintenant, et pas demain ! Unissons-nous comme un seul homme ! » écrivait il y a quelques jours Latifa, une des grandes vedettes de la chanson arabe, avant de poursuivre : « Assez de terrorisme ! Assez de destructions ! Assez d’assassinats ! Assez de guerres ! »

Ces commentaires accompagnaient la reprise par cette voix  tunisienne qui se produit partout, et avec tous les accents possibles, dans la région, d’un grand classique de la chanson patriotique. Écrit en 1956, en pleine crise de Suez, par le célèbre parolier libanais Muhammad SalmanMe voici, ô drapeau de l’arabité (labayka ya ‘alam al-‘urûba /لبيك يا علم العروبة) montre qu’il y a encore dans cette partie du monde, quoi qu’on en dise, des nostalgiques des grandes heures de cette arabité politique qu’incarnait Nasser mieux que personne.

latitatuneg1Sur sa page Facebook, à côté des montages photos nationalistes, Latifa a accompagné sa publication de tags (étiquettes), en l’occurrence la liste des 22 pays qui composent la Ligue arabe. Un décompte qui n’est pas innocent car elle n’ignore certainement pas que l’organisation ne compte plus, officiellement, que 21 pays depuis que la participation de la Syrie, pourtant incluse dans les six membres fondateurs, a été suspendue, à cause de la « manière brutale dont le gouvernement agit envers ses opposants politiques » comme il est écrit sur le site.

En réalité, les choses sont plus compliquées encore car l’existence de plus en plus d’entités nationales est désormais menacée. Après la Palestine depuis fort longtemps déchirée entre la Cisjordanie et Gaza, et le Soudan, privé des provinces du Sud à la suite du référendum de 2011, la liste s’est considérablement allongée : l’Irak avec la province autonome du Kurdistan au nord mais également désormais les tensions entre provinces dites sunnites ou chiites ; la Syrie bien entendu, avec ses deux drapeaux et ses gouvernements officiels et rebelles plus ou moins reconnus internationalement ; la Libye où Benghazi et Tripoli s’opposent via différentes milices ; le Yémen à présent, avec les Houthis installés dans la « vraie » capitale Sanaa tandis que le président « légitime » réside, lui, à Aden. On pourrait évoquer encore le Sinaï égyptien, de plus en plus en conflit avec le pouvoir du Caire, et la liste est loin d’être complète…

Les États-nations du monde arabe sont menacés d’éclatement interne mais ils doivent également protéger les anciens découpages frontaliers contre des tentatives de regroupement. Ainsi, les forces de la coalition menée par les USA tentent à présent d’aider le pouvoir central à Bagdad (et donc aussi celui de Damas, même s’ils ne le disent pas) à retracer les frontières qu’ont effacées entre la Syrie et l’Irak les volontaires d’Isis/Daesh, venus, littéralement parlant, de tous les horizons du monde. Au même moment, l’Arabie saoudite, après avoir érigé une barrière de protection avec le Yémen au Sud, s’apprête à achever, au nord, sa « grande muraille » : près de 1000 km de fossés et de barbelés pour se couper de l’Irak et de ses désordres.

latifa_arabiTraditionnellement, l’histoire politique de la région oppose dos à dos « nationalistes arabes », en principe plutôt laïcs et progressistes, et courants religieux, souvent dits « islamistes », pour lesquels la question de l’unité régionale n’est que très secondaire par rapport à un idéal de réforme fondé sur un autre imaginaire, celui de la nation musulmane. Porteurs de beaucoup d’incertitudes, les malheurs actuels dans cette région révèlent en tout cas que la question est autrement plus complexe qu’on ne le pense souvent. De même qu’on constate aujourd’hui combien les frontières géographiques entre les Etats peuvent être fragiles, on doit aussi avoir à l’esprit que les acteurs manient des symboles politiques qui, selon les contextes, sont loin de s’accorder avec la prétendue rigidité des lignes de démarcation politique. Celles-ci peuvent d’ailleurs bouger plus vite qu’on le pense, en provoquant toutes sortes de séismes…

La chanson, quasiment historique, que reprend Latifa, comme on le mentionnait plus haut, pour exprimer son attachement identitaire à la nation arabe, offre une bonne illustration de ce phénomène. Il en existe en effet une autre version, dont les paroles sont quasi identiques alors que le titre propose, lui, un horizon politique très différent. Repris par différents partisans de l’islam politique, l’ancien Me voici, drapeau de l’arabité ! est ainsi devenu Me voici, ô Islam de l’héroïsme ! Dans l’impressionnante vidéo ci-dessous, on voit ainsi la foule enthousiastes des Frères musulmans égyptiens, supporters du très légitimement élu président Mohamed Morsi, vibrer à l’interprétation donnée par Ahmed Bo Shehab (أحمد بو شهاب) de ce tube qu’une bonne partie de l’assistance connaît par cœur, pour l’avoir entendu et repris dans d’autres contextes là encore. C’était à la mi-juin 2013, il y a moins de deux ans, et cela paraît tellement loin déjà !

Partage de (res)sources. Tunisie : politique et culture par Ahmed Amri

Au hasard du « ouèbe », cherchant à documenter une vidéo du groupe Al-Rahel al-kabir (الراحل الكبير : « Le grand disparu », c’est le nom du groupe), je suis tombé sur cette source qui disait parfatiement ce que je n’aurais pas forcément su exprimer moi-même aussi bien. Occasion de ne pas remettre indéfiniment un vague projet que j’avais en tête, celui de commencer une sorte de petite « blogothèque » – parfaitement subjective – des sites proches, intellectuellement parlant, de ce que propose Culture et politique arabes. Dans le cas présent, le titre de ce blog ouvert en 2009 suffit à mettre en évidence la proximité. Ahmed Amri a en effet choisi de rassembler les chroniques qu’il a commencé à écrire en 2009 sous le titre Tunisie : politique et culture.

C’est donc en cherchant des vidéos du groupe Al-rahel al-kabir que je suis tombé sur ce billet, qui présente très bien cet ensemble libanais récemment créé (2013). Un groupe qui « retravaille » la tradition musicale arabe en donnant un coup de jeune (plus qu’en révolutionnant à mon avis) la chanson engagée libanaise. Cette « réinterprétation », Ahmed Amri l’explicite fort bien pour ceux qui ne sont pas forcément familiers avec les arcanes de cette culture, en explicitant les sous-entendus des paroles d’une chanson qui a fait grand bruit récemment car elle tourne en ridicule (non sans courage, Beyrouth n’est pas si loin de la « ligne de front ») le dernier « calife » autoproclamé, le tristement célèbre al-Baghdadi. La vidéo, sous-titrée, par Ahmed Amri lui-même si j’ai bien compris, est disponible sur une page qui donne accès à plusieurs autres séquences sous-titrées qui sont autant d’entrées intéressantes dans la culture arabe. Découvrez-là si vous ne la connaissez pas, c’est encore plus drôle quand on a accès aux paroles !

Parmi les séquences précédemment mentionnées, on trouve notamment un petit extrait traduit – il faut dire que l’ensemble doit faire pas loin d’une heure – de l’incontournable Al-Atlâl (الأصلال : « Les ruines »), une chanson d’Oum Kalthoum, tellement présente dans l’imaginaire arabe que Nasser l’a citée lorsqu’il a dû annoncer aux Egyptiens (et aux Arabes) sa défaite, en juin 1967. Ahmed Amri en fait une présentation très centrée sur le « parolier », le poète Brahim Naji, en apportant une foule de détails qui m’étaient pour ma part totalement inconnus.

Moins classiques et totalement d’actualité, je recommande également deux billets écrits peu avant les élections présidentielles en Tunisie. Peu importe en définitive qu’on soit d’accord avec ce qu’il écrit à propos de Moncef « Tartour » Marzouki, son analyse du flirt islamiste de l’ancien président (temporaire), intitulée Quand Marzouki joue le dévot au Croissant, mérite d’être lu, ne serait-ce que parce qu’elle est aussi mesurée que savante, et qu’elle s’appuie notamment, ce qui me paraît essentiel et pourtant si rare, sur une analyse langagière, en l’occurrence l’emploi du mot tâghût (طاغوت) par le président-temporaire-candidat. Je vous laisse découvrir.

Moins développée mais tout aussi passionnante, son analyse du slogan électoral choisi par le même ex-président (Marzouki : arcanes d’un slogan électoral). Un thème auquel quelques-uns des billets de ces chroniques ont été consacrés, mais dans d’autres contextes. Là encore, l’analyse sémantique à laquelle se livre l’auteur est un régal ! Personnellement, j »aurais ajouté un dernier petit commentaire sur la signature du candidat, « Dr Moncef Marzouki », qui laisse présager une rude médecine pour la Tunisie ! Et pour ne pas me contenter de renvoyer au confrère, je signale cet entretien avec Mohammed Ziyed Hadfi, un « communiquant » tunisien professionnel, sur « les affiches électorales ou la quintessence du marketing politique » mis en ligne sur le site Nawaat.

En cette fin d’année, la période est aux cadeaux. Si vous souhaitez en faire, vous pouvez toujours envoyer des suggestions de sites (en utilisant la rubrique « commentaire » sur cette page, ou en me contactant par courriel), histoire de compléter notre « blogothèque » suggestive.

Bonne fin d’année… ou presque.

Communication et politique dans l’après-« Printemps arabe »

dabiq Le Hamas peut se targuer de certains succès lors de la dernière agression israélienne, même s’il n’a pas réussi à les transformer sur le plan politique – ou plutôt on a tout fait pour que ce ne soit pas le cas. Succès militaires sans doute, mais également, cela a été moins noté, sur le plan de la guerre de l’information. Mettant à profit les conseils du Hezbollah, les militants du Hamas ont considérablement changé de ton. Délaissant en partie l’appel à la compassion et à la justice de la part de victimes impuissantes réclamant l’aide de la communauté internationale, ils ont adopté une autre rhétorique, plus proche de la réalité des combats et plus strictement informative (article Al-Akhbar en arabe). Alors que les autorités d’Israël muselaient leurs propres médias, ce positionnement assez inédit pour le Hamas lui a valu d’être écouté, au sens propre du mot, par les civils israéliens à la recherche d’informations. De même, la mobilisation palestinienne sur les réseaux sociaux a posé de sérieux problèmes d’« image » à l’armée israélienne, comme elle reconnaît elle-même sur son site officiel.

Longtemps domaine réservé des seuls « pro-occidentaux », la communication politique, dans ce qu’elle a de plus professionnel, est par conséquent une arme qu’utilisent désormais les différents camps de l’islam politique. Le Hezbollah avait ouvert la voie il y a longtemps, lors de sa guerre de libération du Sud-Liban, avec les premières opérations filmées et leur utilisation dans une stratégie de communication sophistiquée. Son ennemi d’aujourd’hui, l’Etat islamique (en Irak et au Levant), fait preuve lui aussi d’une efficacité remarquable. Dans un registre classique, il y a bien entendu la revue Dabiq – du nom d’un village près d’Alep où le prophète aurait prédit la défaite des Byzantins, défaite à laquelle le monde serait en train d’assister grâce aux victoires du calife al-Baghdadi. Le magazine, entièrement rédigé en anglais avec une mise en page soignée (un exemple en haut de ce billet), est disponible sur les meilleurs sites internet.

Des sites qui sont nombreux car Mr Facebook et ses amis des réseaux sociaux, incroyablement réactifs dès qu’il s’agit de fermer une page pro-palestinienne comme on l’a constaté il y a quelques mois avec l’affaire de la troisième intifada (voir ce billet d’avril 2011), sont en revanche aussi inefficaces sur le Net que des bombardiers US lorsqu’il s’agit de stopper l’avancée des troupes de Daesh ! Prenez n’importe quel moteur de recherche, et vous trouverez à profusion, et sans la moindre difficulté, Dabiq ou encore Salîl al-sawârim (صليل الصوارم : mieux vaut le chercher avec les caractères arabes), à savoir « l’entrechoquement des sabres bien tranchants », une super-production assez gore, qui en est déjà à son quatrième film de plus d’une heure. On y voit se faire joyeusement trucider, sans le moindre effet spécial et avec un réalisme impitoyable, une multitude de mécréants qui visiblement méritaient l’enfer. Aux dernières nouvelles, le département « agit’prop » de cette organisation vraiment très bien organisée prépare des jeux vidéos, pour distraire ses militants tout en continuant à prêcher la bonne parole comme il est dit dans cet article (en arabe). A ceux qui trouverait cela de mauvais goût, on rappellera que l’armée US utilise la même technique, éprouvée en Irak notamment, depuis des lustres (voir ce billet de juillet 2007).

Du côté de l’islam politique plus institutionnel, on s’intéresse aussi à ces questions. Il y a quelques semaines, le site Al-Monitor révélait ainsi dès septembre dernier que le parti Ennahdha s’était attaché les services d’une des plus grosses (et sulfureuses) boîtes de Public Relation, la société étasunienne (nobody’s perfect!) Burson-Marsteller, laquelle s’est par exemple récemment illustrée en Ukraine (côté atlantiste, faut-il le préciser). Tout cela n’a rien à voir bien entendu avec les prochaines élections tunisiennes à la fin de la semaine. Les termes du contrat ne sont pas publics mais certains parlent de 18 millions de dollars. Qui paiera ? En ces temps de Qatar bashing, le « pauvre » petit Emirat du Golfe fait un coupable tout trouvé, d’autant plus qu’il ne s’est pas privé d’intervenir dans les affaires internes de ce très « cher » (façon de parler bien entendu) pays frère…

Seul point commun dans les trois exemples que l’on vient de citer : le professionnalisme et le sérieux, ainsi que l’absence totale d’humour et d’esprit décalé. Tout le contraire en somme du langage « inventé » par les jeunesses arabes lorsqu’elles arrivaient encore à se révolter et à libérer leur parole. Quelles que soient leurs stratégies, les communications politiques qui se déploient aujourd’hui à l’intention des publics arabes rompent clairement avec le ton du « Printemps arabe » et sa rhétorique décalée, aussi imaginative et créatrice qu’ironique. Une fois de plus s’il en était besoin, on voit que la fin de la récréation, pour la jeunesse arabe, a été sifflée.

Pas totalement malgré tout. Toujours en Tunisie, un petit parti, Afek Tounes (Horizons tunisiens), a réussi à faire parler de lui en proposant une campagne un peu décalée, sous la forme d’une chanson (assez maladroitement ) entonnée par ses dirigeants (article ici). Plus significatif encore, on a beaucoup parlé ces jours derniers d’une vidéo moquant un des principaux candidats, Béji Caïd Essebsi, leader du parti Nidaa Tounes (L’appel tunisien). Cette vieille figure de la politique locale, ancien ministre de l’Intérieur sous Bourguiba (c’est dire si ça ne date pas d’hier !) se fait tailler un costard par un humoriste local, Hatem Karoui. Dans son clip, avec rimes et rythmes anglo-saxons (pas forcément un bon signe par rapport au public visé), Sebsi rime avec sexy, sur fond d’allusions vachardes sur les déclarations politiques du vieux bonhomme et sa santé (voir cet article). On n’est pas obligé de trouver la vidéo (visible ici) extrêmement drôle, ni même très réussie. Mais comme le souligne Riad Guerfali, un des fondateurs historiques du portail Nawaat et des luttes en ligne, l’irrévérence des œuvres de l’esprit, est « un des impératifs les plus vitaux » de la démocratie !

Premier pays des soulèvements arabes, la Tunisie fait donc encore exception dans une région où la communication politique n’est pas vraiment très irrévérencieuse (même les Egyptiens sont visiblement terrorisés aujourd’hui par toute tentative de faire de l’humour et ce n’est pas sous Sissi que Bassem Youssef ferait le guignol comme il l’a fait avec Morsi, « bon prince » finalement malgré toutes les intentions qu’on a pu lui prêter, à lui et aux Frères musulmans). En attendant la suite dans ce pays, à l’issue des élections qui auront lieu à la fin de la semaine, cette courte vidéo, proposée en avril 2012 et présentée dans cet article). Cette publicité pour le chewing-gum Florident, qui purifie l’haleine et même celui d’une grenouille qui ressemble étrangement à l’actuel président – toujours provisoire – de la République, sur fond d’hymne national, est un vrai… sacrilège !

Matons et amateurs de feuilletons en Tunisie : Maktoub IV

logikpolitik
La page Facebook de « La logique politique »

En principe, les feuilletons télévisés participent de ces rites collectifs qui font la douceur des nuits arabes de ramadan. Pourtant, comme pour être au diapason des folles turbulences qui balaient toute la région, une série tunisienne a provoqué, la semaine dernières, une série de mouvements de protestation qui ont culminé avec une grève des gardiens de prison. En cause, Maktoub (Destin), une série qui, depuis ses débuts en ramadan 2008, connaît toujours un grand succès auprès du public tunisien. Ce dernier est en effet heureux de suivre des péripéties « socio-sentimentales » qui tranchent quelque peu avec le médiocre ronron de la production ordinaire nationale. Fidèle à sa ligne réaliste, Maktoub, pour les épisodes du cru 2014, proposait notamment aux téléspectateurs un voyage dans les geôles tunisiennes. Au menu l’ordinaire de ce qu’on trouve dans ce genre d’endroit : surpopulation, violence, corruption, trafics de tout genre pour une meilleure gamelle, un téléphone, un peu de drogue… Rien que de très banal mais suffisant, toutefois, pour susciter la colère des matons qui se sont sentis « humiliés » par un récit visiblement trop réaliste.

Cela tient, très certainement, à l’expérience du réalisateur, Sami Fehri, « mis à l’ombre » pendant plus d’une année (ce qui explique que Maktoub, entamé il y a six ans, n’en soit qu’à sa quatrième saison). Durant l’été 2012, il avait en effet été emprisonné sous l’inculpation de « complicité de détournement de fonds publics » pour des contrats passés entre la télévision nationale et Cactus, sa société de production pour laquelle il avait comme associé un certain Belhassen Trabelsi, le beau-frère de l’ancien président (le genre de concession parfaitement indispensable pour faire du business dans la Tunisie de l’époque). Mais comme cette arrestation intervenait quelques jours après l’interdiction de l’émission phare de Sami Fehri, Al-lûjîk al-siyâsî (La logique politique), un remake à la sauce locale des Guignols de l’info, nombreux étaient ceux qui avaient vu dans cette embastillement un épisode supplémentaire des pressions subies par les acteurs médiatiques trop rebelles aux quatre volontés du parti alors tout puissant Ennahda. Des soupçons confirmés, pour beaucoup, par de longues tribulations juridiques, s’achevant – même si la procédure judiciaire se poursuit encore – par la libération de Sami Fehri en septembre dernier, juste à temps pour mettre en chantier la nouvelle série de Maktoub, avec les fameux épisodes sur la vie carcérale locale…

Mais en Tunisie comme partout dans le monde arabe (et ailleurs…), la volatilité des dossiers politiques se double de très sensibles enjeux économiques. Evoquée dans cet article du Monde , cette affaire politico-médiatique n’était certainement pas sans lien avec la rivalité acharnée qui opposaient, y compris sur le « concept » des Guignols de l’info à la tunisienne, les propriétaires de la chaîne privée Nessma à Sami Fehri, en tant que créateur d’Ettounsiya, une chaîne rivale lancée peu après le départ précipité de Ben Ali et donc sans le « soutien » de son beau-frère, Belhassen Trabelsi…

Deux ans après, les téléspectateurs tunisiens se sont prononcés. En l’absence d’audimat totalement crédible, les statistiques des recherches sur Google offrent une bonne indication des choix du public. Et sur ce plan, protestations des matons ou pas, les requêtes pour Nsibti Laaziza, la sitcom ramadanesque de Nessma se traînent loin derrière les recherches pour visionner les derniers épisodes de Maktoub IV. Un verdict sans appel !

En Tunisie, la révolution, ça « kif » grave !

mememoikif

Il y a quelques jours, la police tunisienne annonçait l’arrestation, en flagrant délit, de deux revendeurs de drogue. Une affaire banale, dont personne n’aurait parlé si elle ne concernait deux personnalités connues : le cameraman Sabri Benmlouka et surtout le blogueur – passé (comme la plupart des activistes locaux) aux réseaux sociaux et en l’occurrence à Twitter – Azyz Amani. Pour une partie de l’opinion, l’arrestation de cette voix particulièrement mordante a tout d’un coup monté. Elle intervient peu de temps après que le jeune activiste, déjà arrêté dans les derniers jours de la présidence Ben Ali, a annoncé qu’il était l’auteur d’une campagne de solidarité en faveur de militants inculpés pour des actions commises contre les forces de l’ordre au temps de la révolution. Selon une stratégie désormais bien rodée, les comités de soutien ont organisé la riposte, avec des meetings, des manifestations et, sur les réseaux sociaux, avec une assez « stupéfiante » page Facebook intitulée Moi aussi, je suis un adepte de la fumette ! (d’où est tirée l’illustration en haut de ce billet).

C’est loin d’être la première affaire de ce genre. En effet, il est déjà arrivé à plusieurs reprises que des figures connues soient ainsi emprisonnées, fort à propos si l’on peut l’écrire ainsi, pour détention de produits stupéfiants. En juin 2013, le chanteur Kafon, co-interprète avec Hamzaoui Med Amine d’un morceau visionné plus de 10 millions de fois sur YouTube, « tombait » ainsi pour ce délit (il en prendra pour un an et sera libéré dix mois plus tard). Il faut dire que la presse internationale (voir cet article bien complet publié dans L’Express) commençait à faire un peu trop de buzz autour de cette histoire et de cette chanson, intitulée Houmani (حماني), qui décrivait la vie dans les banlieues misérables de Tunis. Mais on trouverait facilement bien d’autres exemples, dont on a bien moins parlé, (par exemple l’arrestation, en janvier 2012, du rappeur Anis Mrabti, aka « Volcanis le roi », après la diffusion sur Internet d’un morceau là encore un peu trop contestataire).

Il faut dire que la loi 52, mise en place sous Ben Ali en 1992, offre un cadre législatif qui réprime d’une manière particulièrement sévère ce type de délit. La consommation de kif est pourtant restée très longtemps une pratique courante en Tunisie. Mentionné par de nombreux témoignages anciens (celui d’Isabelle Eberhardt par exemple dans son livre Dans l’ombre chaude de l’islam : quel titre quand on y pense aujourd’hui!), le kif était même vendu tout à fait légalement, il y a de cela à peine plus d’un demi-siècle, dans les bureaux de tabac. Des médecins le prescrivaient à leurs patients et il offrait à certains pratiquants, notamment pendant ramadan, un substitut socialement moins répréhensible que d’autres substances euphorisantes (l’alcool en l’occurrence).

Des arguments que reprennent, naturellement, ceux qui militent aujourd’hui en Tunisie, et ils sont nombreux, pour une dépénalisation du hachich, à l’image de ce qui s’est déjà fait dans quelques pays. Une réforme qui priverait peut-être quelques services d’un prétexte utile en certaines occasions, mais qui aurait aussi l’avantage de soulager tant les tribunaux que les prisons du pays. Les statistiques sont en effet proprement hallucinantes puisque ce type de délit correspondrait à près de la moitié des arrestations, et serait responsable d’un tiers des incarcérations.

Car si la loi n’a pas changé, le contexte sociopolitique, et les pratiques, ont, en revanche, considérablement évolué, et cela, manifestement, depuis la révolution de 2011. Un an ne s’était pas écoulé depuis la chute de Ben Ali que des médias évoquaient déjà une hausse spectaculaire de la consommation. Un phénomène qui n’a fait que croître depuis, jusqu’à devenir un réel problème de société. En effet, ce n’est plus seulement la jeunesse perdue des « mauvais quartiers » qui ruine ses poumons en sniffant de la colle et du cirage. Depuis la fin de la dictature, la drogue se répand « comme une traînée de poudre », en particulier auprès de la jeunesse lycéenne. Les chiffres varient selon les enquêtes, menées tantôt par le ministère de la Santé tantôt par des organisations qui luttent contre la drogue, mais les chiffres progressent d’une façon alarmante.

pubzatla
Ici, on vent du zatla !

Il s’agit certes le plus souvent de zatla (زطلة), le nom local du hachich, dont aurait tâté, plus ou moins régulièrement, près de la moitié de la jeunesse lycéenne. Un phénomène – signe d’une évolution sociétale significative – qui concerne aussi, dans des proportions moindres, les filles. Là encore, les consommatrices, très majoritairement, se seraient initiées à ces nouveaux plaisirs, pour 70 % d’entre elles, après la révolution de 2011

Si pour tout le monde, le lien entre les récents événements politiques et le développement de ces nouvelles pratiques est incontestable, les explications, par contre, divergent. Beaucoup mettent en avant la désorganisation des services de l’Etat après la révolution, certains n’hésitant pas à regretter cette bonne vieille dictature où il ne faisait pas bon rouler son joint au vu et au su de tous ! Dans le même registre, la désorganisation régionale, et en particulier celle de la frontière avec la Libye, favorise sans aucun doute l’essor des petits trafics en tous genres, d’autant plus que le commerce de la drogue fait partie de ces ressources que les acteurs de tous poils aiment à mobiliser…

D’autres estiment cependant que d’autres facteurs sont à prendre en considération, notamment le fait que l’Etat d’avant, pas plus que l’actuel, n’ont cherché vraiment à soutenir les différentes formes d’organisation sociale qui pourraient détourner la jeunesse des paradis artificiels. Et ceux-ci paraissent d’autant plus attirants que la réalité est toujours plus désespérante, y compris et même surtout après le passage de la révolution. Cependant, ce n’est pas seulement la drogue qui est concernée. Il apparaît ainsi que la consommation d’alcool a progressé d’une manière presque encore plus forte, tout comme les liaisons prémaritales, ainsi qu’on l’avait signalé dans un précédent billet. C’est aussi pour ces libertés-là, et pas seulement à cause de l’absence de liberté politique, que la jeunesse tunisienne est descendue dans les rues à partir de la fin de l’année 2010.

« Les flics sont des chiens » : le rap de Weld el 15 (en français dans le texte)

Billet spécial, et même exceptionnel. Sur la toile des réseaux du savoir numérique, Stéphanie Pouessel a eu envie de dialoguer avec CPA. Grâce à elle (spéciale dédicace, aussi, à Latifa et Anis), voici ci-dessous les paroles de la vidéo de Weld el 15 (il ne reste plus qu’à trouver un bricoleur pour les inscruter avec les images) et, surtout, voici son propre commentaire, mis en ligne sur le Carnet de l’IRMC sous le titre Sayeb Tounis ! Œillères, fantasmes et héritages autoritaristes en Tunisie :

Nombre de médias tunisiens affichent leur solidarité à la condamnation jugée unanimement trop sévère du rappeur Weld El 15, arrêté pour son clip « Les flics sont des chiens » (la traduction en français ci-dessous). La chaîne Ettounisiya par exemple lui a consacré, en soirée, une émission (« La bess ») tandis que, sur les réseaux sociaux, se multiplient les appels à la solidarité à l’image de la page Facebook Sayeb 15. La diffusion effrénée des appels à lutter contre les menaces à l’encontre des libertés en Tunisie prouve paradoxalement que la liberté d’expression n’a jamais été aussi forte. Au-delà des circonstances du moment, on saisit cette liberté à chaque coin de rue, de la tenue vestimentaire des citoyens aux manifestations et grèves en tous genres. Il faut aussi peut-être pour cela se souvenir de ce qu’était la Tunisie sous Ben Ali et quel conformisme régnait sous le silence imposé par les hordes policières. [pour lire la suite, cliquez, ici]

 

Les flics sont des chiens1

Ils m’ont attrapé pour consommation, ils m’ont embarqué pour le shit
Ils ont fait pleurer ma maman, ils m’ont pris et emprisonné exprès
Ils m’ont mis dans une impasse
J’ai tout donné pour le pays, et au gouvernement je lui ai bien mis
Ah donne moi vite un sniff
Ils m’auraient pas attrapé pour un an de prison si mon père s’appelait Bousbii2
Je voudrais arrêter de me droguer, j’ai enlevé la drogue de ma poche
Je n’aurais pas vu la prison si j’étais le fils de Slim Chiboub3
Hé Président, hé avocats, hé conseillers
Comme vous avez fait pleurer mon père, ton père je vais lui faire la misère
C’est le quartier de Kandahar, il est trop tard
Ma main gauche est le diable, ma main droite Abou Iyadh4
Ils ont profité de moi, j’étais à leur merci
Hier j’ai dormi chez moi et ce soir dans un cachot
Maman ne pleure pas, ils ne m’ont pas martyrisé
Je ferai manger du shit à la mère du flic qui m’a fait tomber.

Les flics sont des chiens et moi je me demande d’où viennent les aboiements,
vas-y dis moi ils viennent d’où ?
Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens
Hé le chien, aboie ! Hé le chien aboie ! Hé le chien aboie !
Les flics sont des chiens !
Hé le chien, aboie ! Hé le chien, aboie ! Hé le chien, aboie !
Les flics sont des chiens !

Charge ton arme, hé flic, tire sur nous
On est chootés à mort, si tu nous tires dessus on va rien sentir
Tu veux prendre ma carte d’identité, non on vous la donne pas
Et pour l’aïd je veux égorger un flic, humm, à la place du mouton
Ils nous ont couru après dans quartier, ils ont pas pu nous attraper
La « rafle » ramasse tout, le quartier est noir tellement il y a de serpents5
Si tu cherches du shit sur moi, tu vas pas en trouver
C’est la génération « arrête les études et fume du shit »
C’est comme ça qu’on vit, hé flic
On n’a rien à cacher
Vous nous avez dégoûté en civil, il n’y a que Dieu qui connait notre souffrance
Tu veux me faire tomber, tu me passes les menottes
Oublie-moi et lâche-moi, putain
Laisse le quartier, hé, petit serpent
Tu nous fais flipper avec la prison
Tu joue le dur, hé, guignol
Tu portes un caleçon sur la tête6
Je suis un fou moi et je vais t’humilier
Comme tu m’as déjà baisé, aujourd’hui je viens pour te l’enfoncer

Les flics sont des chiens et moi je me demande d’où viennent les aboiements,
vas-y dis moi ils viennent d’où ?

Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens
Hé le chien, aboie ! Hé le chien aboie ! Hé le chien aboie !
Les flics sont des chiens !
Hé le chien, aboie ! Hé le chien, aboie ! Hé le chien, aboie !
Les flics sont des chiens !

De Bouchoucha7 à la salle de bain, des cœurs durs on n’a pas peur
On nique les serpents
Donne-moi un flingue, je vais les descendre
Vous m’attrapez ou vous m’attrapez pas, je m’en fiche complètement
Je suis toujours défoncé et chooté
Essaie de me faire chier
Les flics sont des chiens ça a toujours été comme ça
Au ministère de l’Intérieur il n’y a que des corrompus et des balances
Regarde, regarde, il est debout par respect pour les officiers
On est la génération chootée, la génération pêché8
Co co cocaïne, shit, kétamine, c’est venu d’où ? C’est vous qui l’avez ramené
Dis-moi d’où vient cette drogue ? C’est vous qui la vendez, c’est vous les fournisseurs
Vous nous avez détruits avec ce poison depuis qu’on est petits
Je vais faire vite, un truc qui me passe dans la tête
On a cru qu’il y avait eu une révolution dans ce pays mais en réalité on s’est fait avoir
Le gouvernement est tombé
On est dans la merde jusqu’au cou
Dédicace aux potes du quartier et aux jeunes opprimés…

Les flics sont des chiens et moi je me demande d’où viennent les aboiements,
vas-y dis moi ils viennent d’où ?
Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens
Hé le chien, aboie ! Hé le chien aboie ! Hé le chien aboie !
Les flics sont des chiens !
Hé le chien, aboie ! Hé le chien, aboie ! Hé le chien, aboie !
Les flics sont des chiens !

En complément, un article du site Nawaat, avec des intertitres à mon avis inutilement accrocheurs et même contradictoires par rapport au texte, lequel rappelle utilement quelques-unes des poursuites judiciaires lancées sous d’autres cieux, y  compris français d’ailleurs.

  1. Le chien représente l’insulte suprême au Maghreb. []
  2. Hammadi Bousbii est un homme d’affaire tunisien, notamment président du groupe qui détient la célèbre bière nationale Celtia. []
  3. Homme d’affaires tunisien, gendre de Ben Ali. []
  4. En Tunisie, il dirige le mouvement salafiste Ansar El-charia. []
  5. Symbole de la police. []
  6. Référence aux cagoules des forces d’intervention. []
  7. Centre de détention au Bardo, Tunis. []
  8. Moubîqât / موبيقات Terme religieux. []