La presse fête (fait sa fête à) la victoire du Hezbollah

Quelques écrans internet de la presse de samedi matin. On ne parle pas de la même chose à l’Ouest et à l’Est, et c’est de plus en plus notable.

Pour Le Monde (je reprends à dessein la syntaxe de son titre, mais sa nuance de dédain incrédule ne se retrouve naturellement pas dans mon message !), Nasrallah refuse de désarmer. La même information est présentée positivement par L’Orient-Le Jour , journal que l’on ne peut tout de même pas soupçonner d’être inféodé au Hezbollah et qui parle d’une acceptation du désarmement (sur le mode “oui… mais”). C’est vrai qu’à la différence du Monde, l’Orient-Le Jour est tout même plus proche des réalités locales !

Dans Al-Akhbar (quotidien libanais récemment créé – gauche arabiste), la nouvelle se présente comme ceci (traduction de ce qui accompagne l’image ci-dessous) :

« Le Liban est une grande force régionale »
La foule rassemblée pour fêter la victoire dans la banlieue sud de Beyrouth hier
Nasrallah : Le dialogue est le fondement et la voie d’accès à un gouvernement fort – Gouvernement d’unité nationale – Une loi électorale juste

L’événement est bien le même, mais pas les commentaires… A cette première différence de lecture, il faut en ajouter une autre, celle qu’apporte chaque langue dans sa manière de dire le monde.
Prenons quelques mots en arabe, dans la légende de la photo donnée par
Al-Akhbar : al-muhtashidûn ihtifâlan (belle allitération !). Pour évoquer les “foules”, “les masses de manifestants”, Al-Akhbar a choisi un mot محتشدون tiré d’une racine qui évoque très positivement les idées de cohésion, d’abondance intarissable, d’agrégation dynamique. Assez différent de “l’immense foule de ses partisans” dont parle Le Monde dans un passage qui n’est pourtant pas le plus contrasté par rapport au ton de la presse arabe.

L’effet de sens choisi par le terme arabe est prolongé par le circonstanciel, qui précise que ce rassemblement était “festif”, “carnavalesque” presque, au sens ancien du terme (احتفالا). Quant à l’occasion, c’est celle du “jour de la victoire”
(يوم النصر), sans aucun qualificatif de la part de ce quotidien qui ne roule pas pour le religieux !

Naturellement, cela ne s’arrange pas si l’on se tourne vers le paratexte des images. Al-Akhbar propose une photo où l’on voit la foule. L’Orient-Le Jour a choisi de cadrer serré sur le leader. (Quant au Monde , il propose un extrait vidéo, avec ballet de gardes du corps et son hurlant, qui doit impressionner lorsqu’on n’a pas l’habitude de ce genre d’événement.)

En face de la saturation de sens avec les mots et les cadrages, et même de la puissance du volume sonore (dont l’intensité vous aura peut-être étonné si vous avez ouvert la vidéo), une grande absence, celle de chiffres. Surtout si l’on a gardé présent à l’esprit les batailles symboliques du “Printemps des cèdres”, avec son fameux million de manifestants…

Mais le plus drôle (si l’on veut), c’est encore ce que nous propose le “quotidien de référence” arabe, Al-Hayat . Il a choisi de faire sa “une” sur les propos de circonstance du roi Abdallah à l’occasion de Ramadan. Pas de photo de la manifestation. Les commentaires sur l’événement figurent dans les quelques lignes entourées de rouge sur l’image ci-dessous.


Plus de nouvelles : Il (=Nasrallah !!!) a attaqué la majorité demandant à Joumblat des excuses et critiquant les larmes de Saniora… Nasrallah enjoint à l’UNIFIL de ne pas faire face à la Résistance et laisse entrevoir la possibilité d’une rispote aux violations israéliennes..

Al-Hayat est un quotidien arabe (faut-il écrire que c’est juste un quotidien écrit en arabe ?), basé à Londres et à… Beyrouth. (Mais si !)
Ses fonds sont saoudiens…

Les Bons Arabes

Israël devrait mieux comprendre les erreurs de ses politiques, y compris culturelles, vis-à-vis des Palestiniens. Telle pourrait être la leçon suggérée par Halil (?) Cohen (هليل كوهين), un ancien journaliste devenu prof. à l’Université hébraïque de Jérusalem, auteur d’un livre récemment publié et commenté dans un article du quotidien palestinien Al-Quds al-‘arabi (quotidien publié à Londres, avec une assez bonne rubrique culturelle).

A partir des archives des services de renseignement entre 1948 et 1966, l’auteur met en évidence l’échec des tentatives israéliennes visant à “domestiquer” (c’est ainsi que je traduirais très librement le terme arabe tatwî’ تطويع) les Palestiniens de l’intérieur (160 000 en 1948, 15 % de la population totale, 18 aujourdhui ; on les appelle aussi “Arabes israéliens”).

L’étude, apparemment très documentée, montre comment ce qui aurait pu être, pour l’auteur, une volonté de collaborer avec le nouvel état israélien, de la part de certains Palestiniens, a été très mal payée de retour. Il met en évidence les politiques systématiques des autorités pour interdire, pour entraver tout au moins, toute velléité d’organisation des populations arabes, en particulier sur le plan culturel : interdiction de la moindre association locale, y compris clubs culturels ou sportifs ! Sans oublier la censure des lettres, avec les persécutions à l’encontre de poètes tels que Mahmoud Darwich ou Tawfîq Zayyad (voir polus bas). Il souligne également, et c’est un point qui mériterait un long développement, le rôle du parti communiste israélien dans la résistance des Palestiniens aux diverses tentatives pour les acheter, pour les compromettre, pour en faire, notamment sur le plan culturel, de “bons arabes” (العرب الجيدون) – c’est le titre du livre qui passe fort bien en français, car il y a eu aussi, au temps de la colonisation française, ce désir d’avoir de “bons Arabes” …

Toujours selon cet auteur, le refus d’accorder aux Palestiniens de l’intérieur une identité nationale, une mémoire collective, avec, par exemple, l’interdiction de fait d’évoquer d’une manière ou d’une autre la guerre de 48) a eu pour seul résultat l’affirmation politique palestinienne (et l’affirmation de son identité culturelle) en quelque sorte par l’extérieur, à commencer dans les camps de réfugiés du Liban, de la Syrie et de la Jordanie et d’ailleurs…

L’histoire de la prose arabe vérifie cette lecture : de fait, Ghassan Kanafani, écrivain de l’exil (Syrie, puis Liban) apparaît sur la scène littéraire arabe, au début des années 60, avant Emile Habibi, qui s’impose lui plutôt au début des années 70. En fait, c’est même l’occupation de la Cisjordanie (et de Gaza) en 1967 qui va contribuer à rendre davantage possible la “découverte” par les lettres arabes de cette identité culturelle palestinienne “de l’intérieur” (Habibi, mais aussi Darwich pour ne citer que les plus connus).

Signe que le temps fait quelque chose à l’affaire, l’importance de la voix palestinienne de l’extérieure n’est plus aussi grande qu’auparavant me semble-t-il. La littérature palestinienne se fait avant tout en Palestine, celle des territoires occupés (en 67), où se retrouvent les “Palestiniens de l’intérieur” (comme la jeune écrivain Adania Shibli), à côté des autres, ceux “de 67″ ou de l’exil et de la diaspora.

(Tawfik Zayyad étant moins connu que Mahmoud Darwich, voici quelques liens qui le concernent : le poème Ici nous resterons et cet autre, Je serre vos mains.)