Un triste conte palestinien : Qui oublie son passé…


Man nasi qadimo… tah ! (من ناسي قديمه تاه)

“Qui oublie son passé… se perd lui-même !” Ce proverbe palestinien, Ibrahim Muhawi – aujourd’hui professeur invité à l’université de Munich après avoir enseigné en Palestine, mais aussi aux USA, au Canada, en Tunisie… – l’a pourtant rappelé en introduction à son commentaire d’un article passionnant, The Arab Ear and the American Eye…, dû à la plume (d’oiseau ?) son compatriote et ami, Sharif Kanaana, enseignant à Bir Zeit, la plus importante des universités palestiniennes, et coauteur, avec lui, d’un recueil de contes palestiniens, intitulé en français Il était plusieurs fois.. mais dont le tire arabe est Parle, oiseau, parle (“قول يا طير”).

Le texte, compilation savante et commentée de contes populaires, a d’abord été édité en anglais par l’université de Berkeley en 1989 (le texte intégral est disponible en ligne) et, après la traduction française aux éditions de l’Arcanthère avec le soutien de l’Unesco en 1997, une édition arabe avait été diffusée, à partir de 2001, en plusieurs milliers d’exemplaires auprès des écoles palestiniennes.

Mais au début du mois de mars, le quotiden palestinien Al-Ayyam signale à ses lecteurs qu’une circulaire émanant des services du ministère palestinien de l’Education exige que tous les volumes disponibles dans les établissements scolaires soient récupérés aux fins de destruction.

En effet l’ouvrage constitue une grave menace pour la santé morale des enfants. Car ces contes, qui circulent dans toute la région et dont l’origine remonte, selon les deux éditeurs scientifiques, à la nuit des temps, contiennent des passages affreusement scabreux ! Il y est question de “petit oiseau” (pas forcément celui qui orne la couverture…) et d’ogresse dont on tète le sein (manière, dans le récit, d’amadouer le monstre dont le héros se protège ainsi en devenant, selon les traditions locales, une sorte de fils adoptif), et pis encore… Tout cela dans une langue verte, jubilatoire et… dialectale, ce qui n’est jamais du goût des pères-la-vertu régionaux toujours portés au strict maintien de la langue la plus classique.

Relayés par une bonne partie de la presse arabe, les auteurs, avec nombre d’intellectuels locaux, ont vivement réagi. Des poètes en particulier, Zakaria Muhammad et surtout le très prestigieux Mahmoud Darwich, ont dénoncé une censure pudibonde et imbécile, une politique digne des talibans et rejoignant dans les faits celle de l’occupant israélien lorsqu’il s’acharne à piller, ou à annihiler, le patrimoine culturel palestinien.

Sous le déluge de protestations (voir le résumé en français de l’affaire), le mal-nommé ministre de l’Education, un certain Nasreddine Shaer (“le poète” en arabe !) a fait machine arrière une semaine après une médiocre défense : rien de bien grave à ses yeux puisque le livre, retiré des écoles, restait disponible dans les librairies !

En apparence, l’affaire est donc close. Jusqu’à la prochaine fois ? En effet, pour les amis de l’oiseau, cette décision fait suite à beaucoup d’autres : intimidations contre les baigneurs et les femmes pas assez convenablement vêtues, fermeture de cinémas à Gaza, annulation de concerts à Ramallah… Arrêt de revues culturelles, à commencer par celle qu’a longtemps dirigée Mahmoud Darwich, Al-Karmel (oui, le “carmel”, comme nos Carmélites, dont l’ordre tire son nom d’ermites installés à la fin du XIIe siècle sur une “montagne” près de Haïfa).

Il y a donc un côté politique à l’affaire. Ceux qui voudraient rogner les ailes du petit oiseau appartiennent en effet au parti Hamas, lequel n’en est pas à son coup d’essai sur le terrain de la guerre scolaire. Dans le cadre de sa lutte d’influence qu’il livre au Fatah, lutte qui tourne même de temps en temps au conflit armé comme on sait, le même ministère avait ainsi imaginé, en janvier dernier, de demander aux écoliers de Gaza de composer sur un thème d’actualité : exprimez votre solidarité avec le gouvernement national et son Premier ministre Ismaël Haniyé (sous-entendu, “membre du Hamas”)…

Grand archiviste de la mémoire collective, Sharif Kanaana s’intéresse également aux histoires drôles qu’il récolte depuis des années par milliers. Il faut dire que les Palestiniens, qui ont déjà démontré leur ténacité et leur capacité de résistance, sont également réputés dans la région pour leur sens de l’humour. Dans un entretien (en anglais) sur cet aspect de son travail, il souligne d’ailleurs que les autorités (avant le Hamas en tout cas et à la différence de ce qui s’est passé récemment au Maroc) étaient souvent les premières à rire – et à faire circuler – des blagues dont elles étaient pourtant les victimes. Il remarque aussi que l’humour populaire se donne des règles, et que toutes celles qui concernaient Arafat, souvent plus cruelles les unes que les autres, avaient brutalement cessé quelques mois avant la mort du leader palestinien.

Signe que les hostilités sont loin d’être enterrées entre le Hamas et le Fatah, voici la dernière en date de ces histoires, que rapporte le quotidien libanais Al-Safir :

الحكومة الجديدة تفكر في تغيير اسم مدينة «البيرة» المجاورة لرام الله، وربما تطلق عليها اسم «زمزم» او «الشراب الطهور»


La ville de Bîra (bière) à côté de Ramallah va être débaptisée ! (pardon pour ce jeu de mots facile !) On va peut-être l’appeler Zemzem (du nom de la source sacrée de La Mecque), ou bien encore Aigues-Pures !

Politique et publicité (3) : récupération et dérision au Liban

L’imagination se déchaîne au Liban autour du thème “I love…”. Deux grandes lignes apparemment : dérision et récupération.

Sur ce dernier point, voici ce qu’on a pu admirer un moment, sur l’autoroute allant vers le nord du Liban, à la sortie de Beyrouth (photo trouvée sur ce blog militant pro-14 mars) :

L’afficheur avait imaginé de détourner à son profit la campagne (et la contre-campagne) “I love” pour proposer un très approprié “I love life… in diamonds“. Malheureusement, ce bel effort publicitaire a disparu très vite. Mais, plus au nord, l’autoroute propose encore, simultanément, la contre-campagne politique originale, et ses succédanés plus ou moins volontairement récupérateurs.


“J’aime la vie multicolore” est bien un affichage de l’opposition, les couleurs de l’arc-en-ciel symbolisant comme on l’a vu précédemment, la “polyphonie” partisane et confessionnelle des opposants au 14 mars. Trop peu visible malheureusement, on devine malgré tout sur la droite une campagne Coca-Cola “The Coca-Cola side of life“. Lancée à la fin de l’année 2006 (parfait timing !), elle consiste à expliquer que Coca-Cola, c’est “du bonheur en bouteille, tout simplement !” comme le précise Lubna Forzley, la chargée de communication pour le au Moyen-Orient, dans cet article intitulé Happiness in a bottle(ce grand moment de prose publicitaire mérite le détour !). Dans le New Middle East que s’efforcent de bâtir les néo-Cons américains, Coca-Cola s’est donc donné pour mission d’aider les indigènes locaux à faire les choix les plus “positifs”. Dans une existence pleine de choix difficiles, il faut les inciter à “vivre la vie dans toutes ses couleurs !” Ca ne s’invente pas !

Tout à fait sur la droite, on devine un autre exemple de récupération, non plus globalisée mais authentiquement locale, mieux visible sur la photo suivante. Chez Siblou, on ne craint pas de clamer qu’on aime… le poisson.

Même en ayant à l’esprit tout ce que l’expression “marchand de tapis” peut avoir de négatif en français (avec un certain relent de xénophobie hexagonale…), cette dernière proposition graphique ne doit pas être prise comme une critique fondamentale du système politique local, mais bien comme une simple réclame (photo : même source que pour les diamants) :

Face aux récupérations, les Libanais font assaut de dérision. En voici quelques exemples – librement traduits (pour les amateurs, toute une série de slogans plus délirants les uns que les autres est à découvrir sur ce blog) :

1991 : fin de la guerre
2007 : toujours pas d’électricité…
J’aime la vie !

Je vais payer mon crédit à la banque, la facture d’éléctricité, l’abonnement, l’eau (et en plus celle de la citerne que j’ai fait livrer) sans oublier les bonbonnes d’eau potable, la facture du portable, et puis l’abonnement pour le fixe, et si tout va bien je sortirai ce soir : elle est pas belle la vie ?

Je vais aller faire une demande de visa : j’aime la vie !

Toujours sur l’autoroute, vers le Nord, cette dernière affiche rompt avec les slogans et les contre-slogans, détournés et récupérés. Signé d’un énigmatique “لبنان و بس” (Juste le Liban) et sous les deux partenaires enlacés qui se tirent réciproquement une balle dans la tête, elle a pour message cette seule question : “Qui est le perdant ?”


Message personnel : merci pour le coup de main !
C’est beau l’édition…
à distance !

Romans d’Arabie saoudite (2/2) : outrages et "islam soft"

La littérature saoudienne, surtout quand elle est romanesque et écrite par des femmes, fait couler beaucoup d’encre. Pour autant, elle ne s’est jamais vraiment imposée dans le paysage littéraire régional : la société d’où elle provient, surtout connue pour l’exercice d’un islam rigoriste et même pudibond, est longtemps restée étrangère à la modernité arabe. Ses rares prétentions intellectuelles et artistiques irritent souvent les populations des alentours qui n’ont pas forcément autant de pétrole mais estiment avoir plus de lettres de crédit culturelles. Mais c’est précisément pour cette raison que l’authentique intérêt pour les romans saoudiens actuels, même s’il s’accompagne de réserves, marque un changement significatif sur la carte culturelle arabe.

En effet, sauf à être spécialiste, bien rares étaient ceux qui pouvaient citer quelques noms d’auteurs saoudiens, sans parler de les avoir lus. Abdul Rahman Mounif, le plus reconnu de tous au moment de sa mort en 2004, était précisément le moins “saoudien”, non seulement parce qu’il a été longtemps totalement interdit au royaume, mais plus encore parce que son écriture, son engagement, ses choix politiques et artistiques, ont toujours été, fondamentalement, “anti-wahhabites”…

Un autre nom d’une toute relative célébrité est celui du ministre de l’Industrie, poète et romancier, Ghazi al-Qusaibi (Algosaibi), qui fut parmi les premiers à saluer, avec le critique Abdullah al-Ghadhami (voir le billet précédent), l’avènement de cette génération de jeunes auteurs saoudiens. Parmi les oeuvres du ministre-poète (on se croirait en France !), on connaît surtout un de ses romans traduit en anglais, An Apartment Called Freeedom (شقة الحرية), qui raconte les années de formation dans l’Egypte nassérienne d’un groupe d’étudiants saoudiens. Mais il faut bien reconnaître que cette parution, comme souvent dans le cas d’auteurs de cette région, n’a pas totalement réussi à écarter les soupçons de complaisance, les reproches de subventions déguisées à l’édition, ni même les insinuations selon lesquelles des mains anonymes auraient pu contribuer à l’écriture de ce texte.

Reste la figure de Turki al-Hamad, sulfureux dans son pays sans en être banni, considéré, avant que surgisse l’actuel phénomène littéraire de la nouvelle génération romanesque, comme le seul véritable représentant de la prose saoudienne d’envergure internationale. Pourtant l’intérêt de ses textes relève sans doute davantage de l’analyse sociopolitique que de la création littéraire. Ce “défaut de littérature”, dont souffrait déjà sa célèbre trilogie ( أطياف الأزقة المهجورة Les fantômes des ruelles désertées) centrée sur les années de formation – et d’interrogation – d’un personnage central, Hicham, est plus apparent peut-être encore dans son oeuvre la plus récente (à ma connaissance), Le souffle du paradis (ريح الجنة), qui met en scènes la vie et les pensées de quatre pirates de l’air un certain 11 septembre…

Rétrospectivement, il apparaît que la première manifestation des nouvelles voix romanesques saoudiennes remonte aux dernières années du siècle précédent, quand on n’avait pas encore accès à internet dans un pays à l’aube de la révolution des communications. Leïla al-Juhni, enseignante de littérature anglaise, publie alors son premier roman, Paradis aride (الفردوس اليابس). Expression du désespoir et de la trahison, qui n’a pour seul recours que le choix d’un avortement aux conséquences dramatiques, cette voix féminine qui annonce les thématiques à venir reçoit un accueil très favorable au point d’être couronnée, lors de sa parution en 1998, par différents prix littéraires dont celui de l’émirat de Sharjah (considéré comme un pôle libéral dans la région). Malgré sa sélection dans le cadre du programme 2005 du projet Kitâb fî jarîda, le roman restera largement inconnu des lecteurs locaux car le journal saoudien Al-Riyad, membre de ce réseau arabe de quotidiens publiant simultanément une même oeuvre littéraire dans un supplément distribué gratuitement, n’a pas jugé opportun de prendre le risque de cette impression (pourtant officiellement annoncée par le ministère de la Culture !).

Jusqu’à une date très récente en effet, la censure a constitué le principal obstacle à la reconnaissance, locale et internationale, des mutations artistiques en cours dans le royaume saoudien. En fait, Les filles de Riyad, ce roman que Rajâ’ al-Sâni’ (رجاءالصانع) publie avec un tel succès en 2005 et dont il a déjà été question dans un précédent billet et sur lequel on peut lire cette présentation en français – marque un tournant moins sur le plan strictement littéraire que sociologique. Avant cela, la littérature locale, et l’expression artistique d’une manière générale, étaient contraintes, dès lors qu’elles abordaient certains thèmes sans respecter les règles de la morale wahhabite, de passer par des canaux d’expression à l’étranger, ceux d’une maison d’édition beyrouthine (privée et également implantée à Londres) telle que Saqi notamment. Pour accéder à sa production, l’avant-garde intellectuelle saoudienne devait sortir des frontières du royaume, physiquement ou virtuellement à travers les nouvelles technologies de la communication. Grâce à la mobilisation de réseaux intellectuels et sociaux influents, la prétendue divulgation sur internet (c’est le procédé adopté dans le roman de Rajâ’ al-Sâni’) des “aventures” – encore très pudibondes au regard de ce qui va suivre – d’un groupe de jeunes saoudiennes marque donc un tournant.

La même maison d’édition, Saqi – dont la cofondatrice , Mai Ghoussoub, vient de disparaître (voir le beau portrait
qu’en dresse l’écrivain Neil Belton)-, est également à l’origine, en décembre dernier, de la publication du premier roman de Hani Naqshabandi, Ikhtilâs (اختلاس : le mot n’est pas facile à traduire : s’approprier quelque chose par des moyens peu recommandables, entre le larçin et l’appropriation…) Le récit mêle deux voix : celle de Hicham, rédacteur en chef d’un magazine féminin à Londres, et celle de Sarah, saoudienne “dans la trentaine, assez jolie et de bonne famille” (ce sont les premiers mots du livre) dont les lettres racontent la détresse et la solitude psychologique, sentimentale et même sexuelle, au sein d’une société qui n’est guère tendre pour les femmes, mariées ou pas, fidèles ou non. Avec ce texte, le roman saoudien s’engage plus profondément encore sur le terrain des interdits avec une crudité de ton qui, à en croire la presse, a manqué de provoquer son interdiction au Liban réputé pourtant être la place-forte de la liberté d’expression dans la région.

Dans la même ligne, qui apparaît à certains comme celle des succès faciles sur fond de scandale assuré, les textes se succèdent, assez respectueux des conventions romanesques mais toujours plus audacieux au regard des tabous auxquels ils s’attaquent. Juste avant la fin de l’année passée, les éditions Saqi ont publié un autre texte de fiction, signé d’un pseudonyme, Saba al-Hirz, qui serait celui d’une romancière saoudienne d’une vingtaine d’années, originaire du Qatif, une province de l’est du pays, isolée et dont la population est de confession chiite. Les Autres (الاخرون), c’est le titre de ce roman, aborde de fait la question de la “marginalité” de ce groupe confessionnel dans le très wahhabite royaume saoudien mais la mise au jour de cette question paraît presque anodine au regard de la charge que constituent, pour la morale locale (et pas seulement !), les très explicites scènes d’amour entre partenaires féminines que la passion entraîne jusqu’aux plus extrêmes pratiques sado-masochistes.

Texte écrit par une jeune romancière sous un pseudonyme – ici celui de Warda ‘Abdel-Malik -, scènes toutes plus “osées” les unes que les autres pour marteler l’affirmation individuelle de la femme saoudienne que symbolise le droit à disposer de son corps, relatif conformisme d’une fiction assez courte et un peu décousue, tels sont les éléments que l’on retrouve dans Le Retour (الأوبة) publié début 2007 toujours chez Saqi. A l’image des autres fictions saoudiennes contemporaines, la modernité technologique, à commencer par les multiples appareils de communication, a joué un rôle de premier plan dans ce texte créé dans un premier temps sur le site d’un cercle littéraire virtuel, Muntadâ dâr al-nadwa (منتدى دار الندوة : un cercle libéral que ses adversaires décrivent comme le <a href=”http://www.alarabiya.net/Articles/2005/03/23/11508.htm#1
” target=”_blank”>”club des mécréants de Quraich” – du nom de la principale tribu de La Mekke au temps du Prophète !). Primé sur le site, il avait attiré, à en croire ce qui s’écrit dans la presse, près de 30 000 lecteurs.

On retrouve les éditions Dâr al-âdâb pour le dernier roman saoudien ayant défrayé la chronique littéraire arabe tout récemment. L’auteur – est-ce plus facile quand on est un homme ? – ne s’abrite pas derrière un nom de plume. Ibrahim Badi, 20 ans, journaliste pour le bien connu quotidien panarabe Al-Hayat, se considère avant tout comme un romancier (et un dramaturge). Pour ce texte, qui ne craint les audaces politiques lorsqu’il s’agit de critiquer la société dont il est issu, et plus encore morales, au regard des conventions ordinaires quant au sexe et à la religion, il a adopté une architecture narrative sophistiquée, celle du récit dans le récit. Les premières pages, qui semblent violer à loisir tous les tabous les plus respectés, appartiennent ainsi à un roman, intitulé Un homme et cinq femmes, que le personnage principal, romancier, rédige en conseillant au lecteur, d’ailleurs, d’abandonner cette lecture de ces/ses aventures pas toujours strictement sentimentales ! Il envisage par ailleurs d’utiliser un pseudonyme pour ne pas être accusé de rédiger son autobiographie ! Dans la réalité, le malheureux auteur, de retour chez lui pour participer à la foire de Riyad, s’est vu confisquer la petite vingtaine d’exemplaires qu’il comptait distribuer autour de lui à titre personnel. Mais nul doute que le livre a déjà trouvé malgré cela de très nombreux lecteurs, y compris en Arabie saoudite.

Les choses bougent donc beaucoup du côté des monarchies pétrolières arabes et d’autres (bonnes) surprises sont certainement à attendre. Gare à ne pas s’emballer malgré tout, et à ne pas répéter certains errements passés où, à force d’avoir les “yeux de Chimène” pour certaines formes culturelles, celles qui véhiculent et nous renvoient les “bonnes” valeurs, on a pu s’aveugler pour mieux se construire une lecture idéalisée des évolutions en cours. Tout comme les “gens du livre” en Egypte, sociologiquement parlant, sont bien plus présents dans le monde du “livre islamique” que dans la prose d’un Naguib Mahfouz (ou d’un Alaa Al Aswani auourd’hui), le “millionnaire du livre” comme le rappelle cet article dans Al-Akhbar, celui qui bat tous les records de diffusion, un certain Aîd al-Qarni (Aaidh Algarne عائض القرني), n’a rien à voir avec les romanciers et les romancières de l’outrage mais appartient bien, en revanche, à cette lignée de nouveaux prédicateurs de “l’islam soft” qui constituent une autre manière d’aborder la modernité arabe…

Pour compléter cette présentation, quelques liens (tous en arabe sauf mention contraire) sur
Turki al-Hamad (en anglais);
Leila al-Juhni;
– sur Ikhtilâs, ce premier article et cet autre, de la romancière libanaise Imane Huwaydane Younes;
– sur Al-Akharûn, un article et un entretien virtuel;
– sur Al-Awba;
– et enfin, sur Hubb fî sa’udiyya, ces références : 1, 2 et 3.

Romans d’Arabie saoudite (1/2) : une scène littéraire scandaleuse…


Dans le domaine de la prospective, la critique littéraire fait à peine mieux que la science politique ! L’arrivée en force du roman saoudien sur la scène littéraire arabe continue à surprendre : personne ne s’attendait vraiment ni à voir les écrivains femmes y occuper une place aussi importante, ni à ce que soient abordés, de manière très franche, des thèmes aussi “scandaleux” que les amours saphiques et les pratiques sado-masochistes…

Tout le monde s’agite beaucoup autour de l’éclosion soudaine de cette littérature romanesque : 26 romans en 2005, 50 en 2006 selon une étude réalisée localement (voir ces articles 1 et 2 en arabe, comme les autres références de ce billet). Pour la moitié, il s’agit de la première oeuvre de jeunes romancières qui ont entre 20 et 25 ans. Certains considèrent que le phénomène est largement dû au flair de quelques éditeurs relayés par le traitement des médias friands des scandales que provoque la publication de ces textes que n’arrête aucun tabou. D’autres, tel le critique saoudien Abdullah al-Ghadami, lui trouvent des raisons plus profondes, à commencer par le fait que la société saoudienne ne peut plus continuer à jeter un “voile pudique” sur ce qu’elle ne veut pas voir. De l’avis de cette grande figure intellectuelle du monde arabe, on pourrait lire des textes plus dérangeants encore, ce qui ne veut pas dire que ces expériences soient véritablement abouties (à l’exception du livre de Rajâ’ al-Sâni’, dont on a déjà parlé ici, qu’il considère comme le premier roman “vraiment saoudien”).

Faute d’autres lieux d’expression, il est en fait assez naturel que le roman fasse du corps (féminin) le symbole et le véhicule de la révolte individuelle contre l’hypocrisie sociale. Sans doute y a-t-il une part de sensationnel, ou tout simplement de nouveauté, dans l’intérêt accordé à cette nouvelle littérature et Les filles de Riad est certainement un titre plus accrocheur que Les filles d’Alexandrie (يا بنات الاسكندرية : c’est pourtant le titre d’un roman de l’Egyptien Edouard Al-Kharrat…) Il reste que le roman saoudien existe et traduit l’importance des mutations que vit cette société, notamment sur le plan éducationnel et culturel.

En témoigne, parmi d’autres exemples, cet article qui s’intéresse au rôle d’internet dans cette littérature : outre le fait qu’il joue le plus souvent un rôle important dans l’intrigue, quand il n’est pas utilisé comme une technique narrative, le “réseau” est également, non plus dans la fiction mais dans le monde bien réel de l’écriture, le premier espace de publication et de diffusion. Ces textes ont souvent été d’abord créés – comme on le verra la semaine prochaine – dans des “clubs littéraires” virtuels, actifs sur la Toile. Une fois édités, c’est encore elle qui assure en partie leur diffusion, et plus encore quand ils ne sont pas disponibles dans les librairies locales…

Les choses s’améliorent dans ce domaine, toutefois. Ainsi, Riyad, la plus “libérale” des villes saoudiennes, accueille depuis le début du mois de mars le 11e Salon du livre qui réunit plus de 600 maisons d’édition, en provenance de 22 pays. Apparemment, la manifestation se déroule dans le droit fil de l’édition précédente qui, sous l’égide du ministère de la Culture, avait fait la démonstration que le pays n’était pas condamné, loin de là, à l’immobilisme, en dépit des réactions, parfois violentes, d’une partie de la population.

En effet, et comme on l’a déjà vu dans ces billets, des feuilletons à la télévision, mais aussi des représentations théâtrales sont pourtant l’occasion pour une partie de la société saoudienne de manifester son refus total de ce qu’elle considère comme les succédanés d’une culture occidentale dépravée et instrumentalisée pour imposer au monde musulman en général, et au monde arabe en particulier, ses valeurs et sa vision du monde.

C’est ainsi que la célèbre police des moeurs locale (هيئة الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر) aura bien un bureau à l’intérieur du Salon du livre de Riyad. Pourtant, à l’exception de quelques demi-journées spéciales, c’est bien ensemble que hommes et femmes déambuleront entre les stands des libraires ; mieux, qu’ils assisteront aux rencontres culturelles organisées pour l’occasion (même si un voile séparera les deux sexes dans la salle de conférence). Plus important sans doute, et même si certains livres demeurent interdits, on trouvera des titres aussi incongrus, par rapport aux idées toutes faites sur la société saoudienne, que La Question juive de Karl Marx, ou encore, les romans du grand auteur décédé il y a deux ans, Abdul-Rahman Mounif (en général considéré comme saoudien même si sa famille est en partie d’origine irakienne, s’il a été élevé en Jordanie, et s’il a passé la majeure partie de sa vie en Syrie : l’Orient est décidemment compliqué !)

Plus encore, les titres phares du nouveau roman saoudien, ces textes que les lecteurs locaux doivent le plus souvent se procurer à l’étranger, sont assez largement présents au Salon du livre de Riyad. Le billet de la semaine prochaine en présentera quelques-uns, parmi les plus “scandaleux” bien entendu !

Des nouvelles de la censure arabe : pouvoir politique et religion

Elle va bien, merci ! Le quotidien Al-Quds (palestinien, publié à Londres) a publié dans son édition du 3 mars un long article sur cette question. Son auteur, Nadhim al-Sayyid, est un jeune poète libanais (références) qui écrit dans différents quotidiens libanais ou régionaux. Voici de larges extraits de son article, accompagnés de quelques éclaircissements quand cela a paru nécessaire.

(Le billet de la semaine prochaine prolongera cette question en parlant de récentes foires du livre : si des lecteurs ont des références intéressantes, qu’ils n’hésitent pas à se manifester…)

(…) La complicité tacite de la police du pouvoir et des hommes de religion.

Année après année, plus personne ne s’étonne de voir les censures arabes interdire un livre ici, intenter une action judiciaire contre un autre, là-bas. Chaque année, à chaque salon du livre, des ouvrages sont frappés, directement ou non d’interdiction formulées ouvertement ou bien en douce. A l’ombre de régime despotiques, c’est une affaire entendue et non pas simplement quelque chose de possible ; c’est une chose qui va de soi et non pas qui survient de surcroît. A tel point que les écrivains et les lecteurs arabes en arrivent à s’étonner quand une manifestation se déroule sans censure ! A dire vrai, celle-ci a-t-elle vraiment besoin de circonstances particulières pour se manifester dès lors qu’elle est devenue, non pas seulement l’ordinaire de l’exercice du pouvoir, mais également un élément intrinsèque de sa constitution ? Un pouvoir d’ailleurs qui produit la réalité avant même d’user de répression, tout comme il produit de la vérité avant de jeter sur elle un voile idéologique, à l’image des thèses de Michel Foucault dans Surveiller et punir. Et tout cela, tandis qu’on glose à loisir sur la réforme et la réconciliation, sur les “Etats modérés”, su l’ouverture et l’amnestie générale, le tout accompagné d’accords avec l’Union européenne, de manifestations d’enthousiasme pour la révolution des communications et de théorisations sur la modernité, la modernisation, la mondialisation, le dépassement de l’Etat et la communication entre les continents.
S’il était arrivé que des régimes arabes aient développé des systèmes d’alliance entre le pouvoir politique (tribal ou familial dans le meilleur des cas) et le fondamentalisme islamique, à l’image de la situation en Arabie saoudite, en Jordanie ou au Koweït, contribuant de la sorte à créer des systèmes utilisant la censure à la fois assurer leur survie et pour protéger la société des dangers de la pensée, on aurait pu croire que cette situation aurait pris fin avec les événements du 11 septembre. Cependant, si des régimes avaient pu soutenir durant les années 1980 des forces fondamentalistes contre celles de la gauche, dans l’Egypte de Sadate ou dans la Syrie d’Hafez el-Assad par exemple, l’assassinat du dirigeant égyptien par les islamistes et les combats du régime baathiste syrien contre les Frères musulmans n’avaient pas davantage mis un terme à cette entente tacite où chacune des deux parties trouve son intérêt. Lepouvoir politique veut combattre le fondamentalisme, mais en réalité, en le réprimant pour des motifs moraux ou religieux, il le renforce.

Pour s’en convaincre, il suffit de savoir que 52% des ouvrages interdits appartiennent au domaine de la littérature ou de la philoophie, alors que la religion ne vient après et tandis que les ouvrages politiques ne représentent que 10% des titres censurés (données présentées dans le rapport de la commission d’investigation de l’Organisation égyptienne pour les droits de l’homme en 2005, rapport couvrant l’ensemble des pays arabes comme on le verra ci-dessous). Par conséquent, en monopolisant la force, le pouvoir politique contribue à renforcer les fondamentalismes qu’il combat en interdisant des livres, en intentant des procès. Et il est également vrai que ce pouvoir politique prend prétexte de l’interdiction de ces ouvrages pour justifier la répression, pour en faire une question d’évidence et en décidant à l’avance pour des citoyens traités comme s’ils étaient immatures.
etc., etc.