Le marché de l’art arabe (1/2) : galeries d’art au coeur de l’axe du Mal


Dans Que s’est-il passé ?, cet ouvrage où affleure à chaque page un européocentrisme affligeant de prétention savante, sinon de vulgaire racisme, Bernard Lewis, le distingué orientaliste qui a eu l’insigne honneur de contribuer à la brillante politique américaine en Irak, a osé énoncer ce puissant diagnostic : les musulmans – et donc les Arabes – n’ont pu réellement assimiler les charmes de la musique classique occidentale parce que celle-ci repose, fondamentalement, sur un principe de coopération entre les membres de l’orchestre, “sur l’harmonie sinon l’unisson”, autant de vertus qui échappent à l’homo islamicus !

Des affirmations gratuites qui avaient suscité en leur temps la fureur du regretté Edward Saïd, grand ami de Daniel Barenboïm, avec qui il a fondé le West-Eastern Divan Orchestra, un orchestre classique réunissant de jeunes interprètes israéliens et arabes. (Il faut lire leur livre d’entretiens, Parallèles et Paradoxes. Explorations musicales et politiques, publié au Serpent à Plumes en 2003.)

Dans le domaine des arts visuels, le jugement du grand inspirateur de la politique arabe des Neo Cons est moins sévère et donc, puisque son “jugement” nous y autorise, enfonçons-nous au coeur de l’axe du Mal pour découvrir les mutations du marché de l’art syrien, en prenant pour guide un excellent article paru dans le supplément culturel du quotidien libanais Al-Safir du 25 mai.

Pour brosser le tableau, rappelons que la Syrie, le Levant ou encore les “pays de Shâm” (يلاد الشام) en général, furent au coeur de la Renaissance – culturelle et politique – arabe du XIXe siècle. Sans surprise donc, la région adopta, dès cette époque, la peinture de chevalet à l’occidentale tandis qu’ouvraient, au début du XXe siècle, les premières institutions privées et publiques d’enseignement de la peinture.

Plus près de nous, dans la Syrie indépendante et sous l’égide des politiques des pays socialistes très influents à cette époque, l’Etat a cherché à soutenir, développer, encadrer aussi, les différentes formes de création artistique, inévitablement “progressistes”, “engagées”, “pour le peuple”… Comme dans nombre d’autres pays arabes, ces politiques culturelles ont contribué à la formation de plusieurs générations pour lesquelles accéder aux différentes formes de pratiques artistiques représentait une promotion totalement inespérée. Comme ailleurs, l’Egypte de Sadate a valeur de paradigme sur ce point, ces politiques ont été réduites drastiquement au fil des années, quand elles n’ont pas été purement et simplement abandonnées.

Jusqu’il y a peu, le marché de l’art damascène semblait voué à une totale déshérence. En dépit de tous ses efforts, le célèbre Abou Naïm (lire cet entretien publié en 2006 dans le quotidien Al-Thawra), l’ancien vendeur de légumes émigré au Nigéria et revenu chez lui au début des années 1980 pour travailler comme encadreur, n’arrivait plus à faire survivre les artistes locaux en leur prêtant, contre leurs toiles, de quoi payer un loyer, acheter un médicament ou tout simplement à boire.

Il existait bien quelques galeries – Ashtar dirigée par un artiste, Issam Darwish, la galerie-atelier d’un des pionniers de l’art syrien moderne, Fateh al-Mudarres (فاتح المدرس), la Galerie Atassi fondée en 1993 ou même la (belle) fondation de l’artiste syrien Mustafa Ali (voir ce reportage dans le mensuel Syria Today), mais rien de tout cela ne pouvait laisser présager le véritable boom que connaît le marché de l’art syrien depuis quelques mois.

Et cela parce que, fin 2006, un jeune banquier syro-suisse, Khaled Samawi (خالد السموي), installé depuis peu dans la capitale syrienne, a décidé de rompre radicalement avec les habitudes locales en créant un nouveau lieu d’exposition. Située dans le vieux quartier de Mezzé, la galerie Ayyâm (Les jours) offre des conditions sur lesquelles la concurrence peine à s’aligner : professionnalisme des catalogues, de la scénographie, et surtout, pour la première fois sur le marché local, proposition de véritables contrats (d’exclusivité) avec les artistes.

Pour ce jeune investisseur, c’est le moment d’agir sérieusement sur un marché scandaleusement sous-évalué. Offrir aux meilleurs artistes locaux une “rente” d’un millier de dollars par mois n’est donc pas forcément une mauvaise opération. Et pour débusquer les nouveaux talents, rien de mieux qu’un concours doté de quelque 20 000 dollars au total, grâce au mécénat d’acteurs privés (dont celui du Four Seasons, un luxueux palace, propriété du magnat saoudien al-Walid Ibn Talal, qui vient d’être inauguré).

Quelques semaines plus tard, Art House ouvrait également ses portes non loin de là, dans un ancien palais rénové et avec des moyens financiers comparables à ceux de la galerie Ayyam, ce qui suscite chez quelques mauvais esprits des interrogations sur l’origine des capitaux investis et en tout cas sur la rentabilité de toutes ces opérations. Le nouveau “complexe”, dirigé par une femme, Imane Urabi (ايمان عربي), associe salle de détente, bibliothèque, salle d’exposition et chambres d’hôtes pour les artistes de passage.

S’agit-il d’investissements à fonds perdus ? D’argent utilisé en fonction de logiques qui ne sont pas strictement économiques ? La question est posée mais c’est un fait que, depuis l’ouverture des ces deux galeries d’un nouveau genre, les prix ont déjà grimpé en flèche : cinq fois le cours en vigueur il y a quelques mois seulement ! Il faut dire que le monde arabe, et la région du Golfe en particulier, est en passe de devenir un des lieux les plus actifs du marché international de l’art (on en reparlera dans le prochain billet).

Difficile en tout cas pour les galleristes de la génération précédente de s’opposer à cette évolution, et plus encore pour les jeunes artistes locaux de rester sourds aux sirènes de la modernité financière. Même dans la fière Damas, capitale de l’axe du Mal, avec son marché de l’art naguère si “provincial” mais si génial, avec ses artistes fidèles à leurs convictions “progressistes” désuètes, on est entré dans l’ère du marché de l’art globalisé (c’est le marché qui est globalisé, mais l’art aussi, peut-être).


Du haut vers le bas, oeuvres de Abdelki, Fateh el-Moudarres, Marwan, Abdallah Mrad, Nazir Ismaïl et Safwan Dahoul.

Pour ceux que la question intéresse, le site Syrian Art propose une galerie virtuelle présentant nombre d’artistes syriens, et arabes.

Voir également sur le site La Syrie la présentation, en français, des grandes figures de la peinture syrienne moderne par Boutros Maari.

Dernière minute ! Ce fait-divers, raconté dans un article dans le quotidien Al-Quds al-arabi du 29 mai, qui confirme, sous un jour inattendu, le bouleversement des règles du marché de l’art syrien. Pour la première fois dans les annales du pays sans doute, un critique et artiste syrien vient d’être emprisonné sous l’accusation de vol de tableaux ! Ebloui par les possibilités ouvertes par la soudaine hausse des prix des toiles, ledit critique n’a pas pu se retenir de décrocher à l’intérieur du bâtiment de la présidence de l’Université deux toiles d’un artiste reconnu, Mahmoud Hammad (cf. image d’une autre de ses oeuvres) pour les vendre à la Gallerie Atassi… 90 000 livres syriennes tout de même, de quoi arrondir son pécule pour s’acheter une petite maison dans la coquette banlieue de Artouz…

Sonallah Ibrahim : l’homme qui regarde l’Egypte en douce…

Impossible dans ces chroniques de ne pas croiser, un jour ou l’autre, la route de Sonallah Ibrahim (صنع الله ابراهيم), un des romanciers égyptiens contemporains les plus importants (même si son succès en France n’est pas – hélas ! – celui d’un Alaa El Aswany avec son Immeuble Yacoubian évoqué lors du billet précédent).

Les éditions Actes Sud ont publié la plus grande partie de ses romans, et le dernier d’entre eux sera sans nul doute bientôt disponible en français. En ce qui concerne les éditions arabes, et depuis les années 1980 en fait (les tout premiers textes font exception mais cela s’explique en partie par la censure), Sonallah Ibrahim reste fidèle à son éditeur cairote, Dâr al-mustaqbal al-‘arabî, une maison d’édition fondée au temps du président Sadate par un ancien ministre de l’Information resté fidèle à ses convictions nassériennes (de gauche).

Dans une région qui voit beaucoup d’intellectuels changer de veste (progressistes devenus islamistes, marxistes, proaméricains…) – il est vrai que l’actualité politique française nous montre que ce n’est pas une spécificité locale ! – Sonallah Ibrahim affiche des convictions inébranlables. Alors que les circonstances imposent sans doute plus qu’ailleurs aux acteurs de la culture arabe de faire quelques entorses à leur morale personnelle « par égard » pour le pouvoir politique, l’auteur des Années de Zeth, quant à lui, n’est pas l’homme des compromis, quitte à faire scandale.

Ce fut en particulier le cas lorsqu’il a publiquement refusé, en octobre 2003, la remise d’un prix littéraire important – au moins par sa dotation : 100 000 livres égyptiennes tout de même… – décerné par le Conseil supérieur de la Culture, un organisme officiel égyptien. L’affaire avait fait grand bruit et pas mal embarrassé le régime égyptien, à commencer par l’inamovible ministre de la Culture Farouk Husni (فاروق حسني), parce que le récipiendaire n’avait annoncé son refus qu’au tout dernier moment, en présence des membres du jury, des officiels, des invités. Dans un texte traduit en français sur le site Babelmed, le romancier libanais Hassan Daoud a donné un récit particulièrement intéressant de l’incident car il en situe bien les enjeux politiques.

Un article du très sérieux Arab Strategic Report par exemple, publié annuellement par le Centre des études politiques et stratégiques dépendant du quotidien Al-Ahram (risquons la comparaison avec Le Monde et Le Monde diplomatique), expliquait de son côté qu’il s’agissait d’un incident majeur, révélateur des succès – et plus encore des limites – de la stratégie de l’Etat cherchant à coopter un certain nombre d’intellectuels en vue.

En Egypte et plus largement dans le monde arabe, ceux-ci se sont longuement déchirés entre partisans de l’écrivain égyptien, loué notamment pour son courage et son nationalisme, et ceux – pas toujours très crédibles – qui lui reprochent d’avoir refusé ce prix quand il en avait accepté d’autres, ou qui estiment qu’il a fait ainsi un affront à l’Egypte, ou à ses grands écrivains, alors qu’il n’aurait dû s’en prendre qu’aux seuls membres du gouvernement (voir par exemple dans Al-Ahram Weekly ce panorama, assez tendancieux malgré tout, des points de vue échangés à l’époque…

Revenant en janvier dernier sur cette affaire lors d’une signature de son livre chez Kutub Khan, une des grandes librairies du Caire, Sonallah Ibrahim explique dans cet <a href=” http://www.elaph.com/ElaphWeb/ElaphLiterature/2007/1/207652.htm
” target=”_blank”>article qu’il avait perçu l’offre de cette récompense, à une époque où exprimer son refus de la politique proaméricaine des autorités de son pays était particulièrement difficile, comme une manière de le faire taire, d’acheter en quelque sorte son silence.

Avec l’humour qui le caractérise – car ceux qui le connaissent savent qu’il vit très très modestement, et plus encore si l’on pense au train de vie de nombre des apparatchiks de la culture ! -, Sonallah Ibrahim affirme que c’est précisément la modestie de son train de vie qui lui a permis de sacrifier, d’un cœur léger, un prix qu’il se serait senti dégradé d’accepter et qui l’aurait peut-être même coupé à jamais de ce qu’il conçoit comme son écriture.

Homme de convictions et d’habitudes, Sonallah Ibrahim a toutefois innové pour son dernier roman, publié au Caire au tout début de l’année 2007. Pour la première fois, le texte est en effet disponible en ligne, sur le site www.al-kalimah.com. Créée par le critique Sabry Hafez, installé depuis de nombreuses années à Londres, Al-Kalimah (« Le mot », avec un tâ’ marbûta final translittéré par un « h ») est une revue littéraire disponible exclusivement sur internet qui s’adresse essentiellement aux lecteurs arabophones mais où l’internaute peut lire en anglais certains articles qui peuvent déborder du cadre des questions strictement littéraires. (On y trouve ainsi une étude, intitulée West-East Divan or Procrustean Bed?, à propos de la « dispute » suscitée par la parution du dernier roman de l’écrivain libanais Rachid El-Daïf évoquée lors d’un billet précédent.)

Dans le domaine plus strictement littéraire, ce dernier roman s’inscrit dans le droit fil de toute l’œuvre romanesque de Sonallah Ibrahim. Il utilise d’ailleurs pour ce dernier texte des techniques « classiques » chez lui, avec notamment des documents tirés de la presse de l’époque. La présence d’un personnage central (le narrateur dans ce texte) a pour fonction de réunir les fils de la fiction pour mieux révéler un pan de l’histoire égyptienne, pour mieux éclairer, par le biais de la fiction, un temps de cette Egypte dont Sonallah Ibrahim reste certainement – pour beaucoup de lecteurs – le meilleur, et le plus exigeant, des observateurs.

Mais Sonallah Ibrahim rompt également avec ses romans les plus récents en revenant à une veine plus ouvertement autobiographique et en évoquant de front le traumatisme de ses années d’enfance, traumatisme présent, mais plus en filigrane, dans des textes plus anciens comme Cette odeur-là par exemple (تلك الرائحة , écrit en 1965). Curieusement, avec cet ouvrage qui vient de paraître, Sonallah Ibrahim retrouve souvent presque à l’identique le style d’écriture de sa première époque : phrases dépouillées et volontairement neutres, comme autant de notes inscrites sur quelque carnet intime resté gravé dans les méandres de la mémoire.

En intitulant son dernier roman Al-talassus (التلصص : « regarder en douce », espionner, avec cette curiosité naïve d’un enfant pour les choses du sexe qu’il ne comprend pas encore, et donc avec une connotation qui n’exclut pas le voyeurisme), Sonallah Ibrahim propose une métaphore de son travail romanesque. Vers la fin du roman, on trouve une évocation de cette « scène primitive », au sens freudien de l’expression, sur laquelle a pu se construire par la suite, non sans douleur, l’écriture.

Toujours habité de cette curiosité éventuellement un peu « malsaine » de l’enfance, toujours fidèle, non sans naïveté pour beaucoup, aux rêves et aux exigences de cet âge, Sonallah Ibrahim est bien ce romancier qui offre, sans illusion sur lui-même, le collage de toutes ces images, fragments d’écriture, échos de paroles. Son œuvre compose le tableau d’une Egypte, « regardée en douce », c’est-à-dire scrutée, espionnée malgré elle parfois, mais toujours avec un regard où l’humour teinte toujours de « douceur » l’amertume.

People et politique en Egypte

diabpepsiCes deux images ont plus d’un point commun : outre la symbolique phallique que l’on peut observer sans trop de difficulté, les deux personnages sont, chacun dans leur domaine, des icônes de la culture populaire arabe. Et, puisque que dans le monde arabe aussi les people font de la politique, ils ont également affiché publiquement leur position dans le débat qui passionne l’opinion égyptienne, celui du “sacre” éventuel de Gamal pour succéder à son père, l’actuel président Hosni Moubarak (dont on a déjà évoqué ici la dernière campagne électorale).

imamterroristLe billet précédent évoquait le mariage de “Diga et Jimmy” – leurs surnoms pour les intimes – qui ont donc convolé en justes noces dans la villa présidentielle de Sharm el-Cheikh, le jour du 79e anniversaire de papa. En dépit des esprits malintentionnés qui, à l’image de ce qui se passe hélas dans d’autres républiques, s’offusquaient à l’avance du déploiement d’un luxe tapageur, voire tape-à-l’oeil – on ne prête qu’aux nouveaux riches ! -, la cérémonie, de l’avis des spécialistes, est restée relativement simple : 250 invités seulement, sans même la présence de Condoleezza Rice, la secrétaire d’Etat étasunienne pourtant présente dans la capitale touristique du Sinaï à l’occasion de la dernière conférence régionale sur l’Irak.

Dans le cadre d’un scénario soigneusement préparé afin de vendre à l’opinion, pour le mettre en selle, l’héritier du raïs, la petite cérémonie a tout de même bénéficiée d’une animation musicale de choix : rien moins que la présence live de ‘Amr Diab (عمرو دياب), n°1 au box-office arabe (ce site le présente, dans toutes sortes de langues). L’artiste, qui a consacré une bonne semaine à la préparation de ce tour de chant un peu exceptionnel, a paraît-il refusé d’être payé – un vrai cadeau au prix où sont ses prestations ! – ; il s’estimait que l’honneur d’avoir été retenu pour animer cette fête était une rétribution bien suffisante. Comme c’est bien de pouvoir compter sur ses amis pour ses invitations…

Le succès de ‘Amr Diab, né en 1960, est associé à celui de la jeel music (la “musique de génération”, sous-entendu celle d’aujourd’hui, pas celle de papa…), un style de variétés orientales habilement occidentalisé dans les mélodies, les tempos, les orchestrations et… le marketing (il fut le premier chanteur à arabe à produire un vidéo-clip pour la promotion de ses chansons). Depuis ses grands débuts en 1986, ‘Amr Diab a produit une vingtaine d’albums qui en font une des grandes figures de la variété internationale et à ce titre il est le support local de la société Pepsi pour ses campagnes locales.

Avec son style gentiment rebelle – The rebellious, c’est un de ses surnoms -, l’immense célébrité de ‘Amr Diab est sûrement, aux yeux des communicants de l’équipe Moubarak, un apport fort utile pour les projets de Jimmy. Les mauvaises langues, celles du quotidien palestinien nationaliste Al-Quds par exemple, constatent que cette offensive communicationnelle a été relayée par des potins sur la vedette dans la presse locale et par la diffusion de ses films sur les chaînes satellitaires (même si le journaliste note que ce sont les chaînes privées qui ont été chargées de cette campagne promotionnelle, et non pas la traditionnelle chaîne publique, signe que cette dernière, décidément, est en perte de vitesse).

L’autre grande vedette qui s’est récemment fendue d’un soutien public à Jimmy, c’est Adel Imam (عادل إمام), empereur sans rival des écrans arabes depuis bientôt quatre décennies avec, tout récemment, le rôle vedette dans L’immeuble Yacoubian, le plus gros budget à ce jour de l’industrie cinématographique arabe.

Archétype de l’Egyptien ordinaire, aux ascendances rurales encore bien marquées, ses interprétations (plus d’une centaine de films, une bonne douzaine de pièces de théâtre, sans compter les feuilletons télé) comportent la critique des travers des despotes locaux dans une pièce archi-célèbre comme Le Leader (الزعيم) par exemple, ou celle de l’extrémisme politico-religieux, avec un film tel que Kebabs et terroristes (كباب وارهاب), dont on peut se faire une idée de la finesse d’analyse et de la crédibilité à travers la photo placée au début de ce bilet…

L’acteur préféré du public égyptien, et même arabe, a adopté des positions très remarquées dans les années 1980 en se rendant à Assiout, dans le sud de l’Egypte, pour y donner une de ses comédies en réponse aux menaces de groupes islamistes contre des représentations théâtrales estudiantines. Dans un climat marqué par le retour spectaculaire d’actrices célèbres à des pratiques compatibles avec la morale islamique la plus rigide, il a été à la pointe de la contre-offensive “culturelle” mené par le pouvoir en place pour tenter de modifier auprès de la population égyptienne l’image des “islamistes”, lesquels lui auraient adressé, ce qui semble fort plausible, des menaces de mort…

Dans un long entretien accordé à la version arabe de l’hebdomadaire Newsweek, Adel Imam parle politique, ce qui ne lui arrive pas si souvent en public, et prend ouvertement position en faveur de Jimmy Moubarak sur la base d’un argumentaire tout de même un peu simpliste : “Je l’ai vu à la télévision, il est vraiment le mieux préparé pour gouverner les Egyptiens qu’il aime, et réciproquement, et après tout rien dans la loi n’empêche le fils du président de la République de lui succéder…”

L’offensive des communicants qui travaillent pour Jimmy se poursuit donc, de manière assez professionnelle. En effet, l’image publique du “Charlie Chaplin” arabe, né en 1940 (ou 1947 selon les sources), complète, auprès d’une génération plus âgée, plus petite-bourgeoise et nationaliste, le soutien qu’apporte de son côté ‘Amr Diab aux couches plus jeunes de la jeeel music, celles d’un monde arabe ouvert à la société de consommation et à l’American way of life

Une succession, qui passera par une élection de façade, se gagnerait-elle par la seule vertu de la communication et de l’engagement des people ?

Des unions libres (2/2) : kullu sana ya Gamal…

Elle, c’est Khadiga (25 ans), fille d’un célèbre homme d’affaires local. Celui à qui est destiné ce regard, elle vient de l’épouser : Gamal, ancien directeur de la Bank of America à Londres, est aujourd’hui le successeur supposé de son père, en dépit des dénégations de ce dernier, à la tête de la “républarchie” familiale (pour rendre le terme jumlûkiyya, جملوكية, un mot valise pour désigner cette “belle” invention du système politique actuel, la “république héréditaire”)… Conformément aux traditions, le mariage civil, avec réception grandiose et couverture médiatique digne d’un… président, s’est accompagné d’une cérémonie religieuse célébrée par la principale autorité musulmane du pays.

En prenant son temps pour s’engager, Gamal Moubarak, qui a tout de même 44 ans, se conforme à la tendance générale. En effet, on se marie de moins en moins dans le monde arabe, et en tout cas de plus en plus tard. Mais alors que le “jeune” couple a pu s’acheter sans problème la propriété de ses rêves dans le quartier le plus huppé du Caire, sur l’île de Zamalek, c’est en général pour des raisons économiques que le commun des mortels repousse indéfiniment le moment de se marier “dans les règles”.

“Ouvrir une maison”, selon l’expression consacrée (فتح بيت : dans la pratique, disposer d’un lieu de vie avec, si possible, une domestique, sans parler d’une voiture) est en effet une opération ruineuse, au sens propre du terme. En Arabie saoudite par exemple, où un salaire moyen mensuel tourne aux alentours de 1000 dollars (tout le monde, dans cette société de 27 millions d’habitants, n’appartient pas à la famille royale !), prendre une épouse requiert au bas mot, selon cet article publié dans Al-Hayat, près de trois années de salaire, 34000 dollars (20000 pour la dot et la cérémonie, 10000 pour l’appartement, 4000 pour le voyage de noces souvent effectué, pour les Saoudiens, dans quelque capitale asiatique, New Delhi ou Kualalumpur entre autres). La situation devient si difficile que de grandes familles tribales se sont mises d’accord pour limiter le coût des cérémonies en supprimant quelques dépenses jugées superflues, telles que la voiture offerte à la belle famille. Des associations proposent également des bourses de mariage, ou des cérémonies collectives qui peuvent regrouper plusieurs dizaines de participants.

La situation du royaume saoudien est loin d’être unique. En Palestine, toujours selon Elaph, une association de bienfaisance a récemment lancé une campagne pour offrir aux candidates au mariage un petit apport financier (1000 dollars) et surtout un toit, en l’occurrence une pièce pour abriter le jeune couple. En raison des pressions occidentales et notamment européennes, nombre de fonctionnaires n’ont plus touché de véritable salaire depuis des mois et les jeunes célibataires, à Ramallah par exemple, représenteraient désormais quelque 40% de la tranche d’âge concernée par le mariage.

Dans la Syrie voisine où, d’après cet autre article de Elaph, les femmes fonctionnaires sont outrageusement courtisées car elles assurent un revenu complémentaire, l’âge moyen au mariage selon les statistiques officielles est de 30 ans pour les hommes et de 26 pour les femmes. Même constat en Jordanie où, “dans la classe d’âge des personnes susceptibles d’être mariées “(ne me demandez pas ce que cela signifie au juste !), on constate, toujours selon Al-Hayat, que plus d’un quart des personnes concernées sont encore célibataires. Il est vrai qu’il peut s’agir, comme l’explique la journaliste Leïla Khalifa, d’un choix de vie opéré, y compris chez les femmes, pour des raisons professionnels et au bénéfice d’une certaine liberté individuelle.

Le “mariage coutumier” dont il a été question dans le billet précédent peut donc recouvrir des réalités sociales complexes. Souvent imposé par les difficultés économiques qui en font un simple pis-aller, pour des veuves par exemple qui veulent conserver la garde des enfants ou l’usufruit d’une pension, proche dans certains cas d’une forme à peine déguisée de prostitution, son essor actuel peut également répondre à un besoin de relations sexuelles plus libres, et plus généralement aux exigences croissantes des femmes arabes depuis qu’elles accèdent, de plus en plus nombreuses, à des études supérieures et à une véritable vie professionnelle.

En Arabie saoudite, il est devenu un phénomène de société qui a obligé les autorités à réagir (voir cet article sur le site de la chaîne satellitaire al-Arabiyya, et celui du quotidien en ligne proche de l’opposition religieuse Akhbaruna). Sous le nom de “mariage à la bourse de voyage” (زواج المسفار zawâj al-misfâr), les étudiantes en partance pour l’étanger – les USA notamment – et qui doivent pour cela avoir un garant (وكيل) – masculin bien entendu – proposent des mariages ad hoc – c’est le cas de le dire ! -, juste le temps des études avec divorce à l’amiable immédiatement après. Une réponse en quelque sorte, comme le signale d’ailleurs le nom qu’on lui a trouvé, au “mariage de voyage” (زواج المسيار zawâj al-misyâr) dans lequel le “mari” fixe ses conditions à la femme qu’il prend momentanément pour épouse.

Même dans un pays réputé conservateur et traditionnel comme le Yémen, le phénomène semble concerner un nombre de plus en plus grand de jeunes dans la tranche des 15-24 ans, à commencer chez les étudiants. A en croire les recherches d’une sociologue locale citée par le quotidien Al-Quds, ils sont de plus en plus nombreux à recourir au mariage coutumier, tout simplement pour choisir leur partenaire, et/ou pour entretenir sans les repousser aux calendes grecques des relations sexuelles.

Même s’ils augmentent, les mariages coutumiers contractés par choix au Yémen demeurent largement inférieurs en nombre à ceux qui répondent aux logiques plus matérielles du “mariage touristique”. Selon les autorités, qui cherchent à lutter contre le phénomène et ses conséquences sociales (notamment la naissance de “bâtards” rejetés par leur société) en imposant un contrôle juridique, ces mariages saisonniers concernent au moins 850 unions par an, en grande majorité avec des Saoudiens. (Le même article signale des mesures identiques en Algérie où l’on exige désormais des imams des mosquées qu’ils s’assurent de l’existence d’un contrat de mariage civil avant de procéder à la célébration religieuse.)

C’est naturellement une gageure que de chiffrer des unions à la limite de la légalité ou hors la loi en fonction des législations en vigueur dans les différents Etats. Les chiffres que donne un article récent de Elaph doivent donc être pris avec beaucoup de prudence, même s’ils paraissent fondés sur des études officielles, réalisées par l’Université américaine du Caire et par le Conseil national de la population (المجلس القومي للسكان). En Egypte, ce mariage bien particulier concernait, en 2003, environ 8% des étudiants de l’Université du Caire. Deux ans plus tard, ils étaient plus du double (17%) à pratiquer cette “union libre”, cette fois selon une étude de la Sécurité sociale (التضامن الاجتماعي).

Les choses bougent par conséquent, mais sans doute pas encore assez vite pour des millions de célibataires qui rêvent de mariage. Alors, en attendant, ils font la fortune d’un nouveau genre de sites internet qui fleurissent sur la Toile arabe, les sites de rencontres (islamiques, et plus si affinités…)