Jeux vidéo : une nouvelle conscience numérique arabe


Truffés d’images virtuelles, les jeux vidéo transmettent évidemment des messages. Mais ce qui n’était que d’innocentes distractions quand les “méchants” bronzés se faisaient descendre sur fond de scénarios plus ou moins fictifs ou historiques relève tout à coup de la propagande, comme le rappellent les théoriciens américains du domaine, dès lors que les producteurs changent et mettent en image des histoires où ce sont les bronzés qui se mettent à taper sur les blancs, Israéliens en l’occurrence.

A l’origine, il y a bien sûr les jeux à fort contenu idéologique, du type Arab-Israelis Wars: 1948-1973 (créé en 2001 et qui change de nom pour devenir Divided Ground: Middle East Conflict 1948-1973). Le pire, dans le genre, est probablement atteint avec Operation Al-Fajr, basé sur les tristements célèbres combats de Fallujah…

Mais très vite, on a su imaginer des utilisations pas toujours strictement ludiques pour les logiciels, avec Mech War par exemple, un jeu d’arcade (en deux dimensions seulement) utilisé dans les universités militaires américaines dès la fin des années 1970, ou encore BattleZone, un jeu en 3D – avec par conséquent bien plus de réalisme – introduit, lui, dans les années 1980.

Les choses “sérieuses” commencent néanmoins dans les années 1990, lorsque l’armée américaine investit des sommes très importantes pour transformer un jeu vidéo particulièrement célèbre, Doom II, en Marine Doom, destiné à favoriser le recrutement. Une évolution que confirme la création, totalement aux frais de l’armée US cette fois-ci, de America’s Army, un jeu en ligne où il s’agit de “casser” des ennemis de l’ordre, dépeints comme des “sauvageons” archétypiques ou des étrangers parlant… arabe.

“Guerre de haute intensité technologique” dans le vocabulaire des spécialistes, la guerre d’Irak ne fait qu’entériner le rôle toujours croissant des techniques numériques dans les opérations comme dans la formation des combattants. L’armée américaine développe ainsi une série de logiciels destinés à aider les GI’s à mieux gérer la dimension culturelle des conflits, et en particulier la gestuelle propre aux “indigènes” qu’ils sont – tout de même – amenés à croiser (encore vivants) sur leur route. Il y a ainsi Tactical Pashto et surtout, un grand succès semble-t-il, Tactical Iraqi (que vous pouvez aller visiter en démo pour apprendre à dire bonjour à un Arabe !) A toutes fins utiles, la même entreprise prépare aujourd’hui un Tactical French : est-il prévu d’envahir la France ?


Du côté du monde arabe, il faut attendre 2003 pour assister aux premières “contre-attaques” numériques. Le Hezbollah, rarement en retard d’une guerre sur le plan de la communication politique, lance alors Al-Quwwa al-Khasa (Force spéciale). Sur fond de guerilla au Liban sud et sur un canevas d’un très grand classicisme (héros indestructible), il s’agit de glorifier le rôle du “parti de Dieu” dans la défaite de l’armée israélienne.

Dans la même veine, un très court dessin animé en vidéo, attribué à des partisans d’al-Qaïda a également circulé sur internet en décembre 2005. Bien plus récemment, un blog “anti-14 mars” au Liban – sans doute “aouniste” – propose des jeux assez ironiques où il s’agit de libérer le Grand Sérail de Beyrouth (siège du gouvernement) ou d’assister l’armée libanaise dans sa tâche de “nettoyage” du camp de Nahr el-Bared.

Mais l’initiative la plus intéressante, de très loin, revient à la société syrienne Afkar Media, qui lance, en février 2003, le premier “docugame” en 3D sur le conflit israélo-palestinien. Entamé en 1997, Taht al-ramâd (تحت الرماد – Sous la cendre) ne voit le jour que six ans plus tard, en raison notamment d’un certain nombre d’attaques informatiques. (On notera que, depuis 2007, la Syrie est devenue le premier pays arabe à produire, avec des collaborations russes, ses propres logiciels antivirus : une nécessité stratégique, et technique dans un pays soumis à l’embargo américain…)

Pour ses initiateurs, le projet de ce jeu répond clairement à un objectif politique : recouvrer quelque chose qui relève de la “dignité numérique” (digital dignity) en permettant aux enfants arabes de s’initier à leur propre histoire sans avoir à passer par les stéréotypes négatifs véhiculés par les produits occidentaux.

Le héros, Ahmad, doit arriver jusqu’à la mosquée du Dôme en échappant aux balles des colons et en jetant des pierres contre les soldats israéliens. Une fois arrivé, il doit sortir un blessé de la fusillade, arracher le fusil d’un soldat et l’expulser. D’autres péripéties suivent, dans une colonie puis à la frontière du Liban sud où Ahmad participe à une opération armée de la résistance.

Un scénario de jeu classique mais avec quelques différences de taille qui ne tiennent pas seulement au point de vue idéologique adopté par les créateurs syriens (“Histoire réelle ? propagande ? vous avez le droit de décider !” annonce un bandeau à la fin de la démo). En effet, Sous la cendre est un jeu extrêmement difficile. Car le héros auquel s’identifie le joueur n’a qu’une vie, comme dans la réalité ! De plus, s’il tue par erreur un civil lors des actions qu’il mène, un message s’affiche, irrémédiablement : Game Over ! Enfin, très volontairement, les concepteurs ont choisi de ne pas donner de véritable fin au jeu. Ahmad peut surmonter les obstacles, défaire l’ennemi, sa victoire n’est que partielle car, comme dans la “vraie vie”, la résistance ne peut pas espérer remporter une victoire définitive et sans appel…


En dépit de son très grand succès, les créateurs du jeu n’aiment guère s’étendre sur ce premier essai auquel ils préfèrent leurs produits plus récents. Sur le même thème, ils ont lancé en 2005, Taht al-hisâr (تحت الحصار – Sous le siège), inspiré plus encore de faits réels puisqu’il met à nouveau en scène Ahmad qui doit cette fois échapper aux balles de Baruch Goldstein, l’auteur du massacre de Hébron en 1994, au cours duquel 29 Palestiniens trouvèrent la mort.

Taht al-hisâr ne prétend pas à la neutralité politique. Dans un intéressant entretien (en anglais), Radwan Kasmiyya, un des concepteurs, explique par exemple la répartition des rôles entre les diffférents personnages. Il y a celui qui ne croit qu’en la lutte armée et celui qui, comprenant qu’elle ne mènera à rien, imagine de collaborer avec l’occupant en espérant améliorer les choses. Il y a aussi un vieil homme capable, grâce à son âge, de comparer la situation actuelle à celle d’avant. Et pour finir, il y a encore Ma’an, un garçonnet dont l’école est systématiquement fermée et qui jette des pierres avec ses copains contre les soldats avant d’être finalement tué…

A la suite de ces deux premières tentatives, très politisées, la société Afkar Media a récemment mis sur le marché (septembre 2006) un produit plus historique, mais tout aussi culturellement engagé : Quraysh, qui retrace les premiers temps de l’islam. Et l’intrigue de son prochain jeu, Les sabres du paradis (سيوف الجنة), reste un secret jalousement gardé !

Quelques liens :
– un article en français sur Tactical Iraqi et un autre, en anglais, à propos de Sous la cendre
– une étude écrite en anglais par un chercheur hongrois sur les représentations des Arabes et des musulmans dans les jeux vidéos
– moins documentée sur le monde arabe, mais avec des informations sur l’histoire “militaire” des jeux vidéos, cette étude en anglais
– le site de “Sous le siège” (en arabe et en anglais ; “Sous la cendre” n’est plus officiellement disponible) et celui d’Afkar Media où il y a pas mal de choses intéressantes à lire (en anglais)

Ajaaj et les 99 autres : la bande dessinée dans la Péninsule arabique

Né au Koweït, Naïf al-Mutawa (نايف المطوع) a passé toute son enfance aux USA où il a également commencé sa carrière professionnelle. Mais celle-ci a vraiment changé lorsque – dans un taxi londonien paraît-il – lui est venue l’idée de lancer une bande dessinée associant à la fois les techniques narratives et figuratives des comics contemporains et les références culturelles propres aux enfants arabes et plus largement musulmans.

Lancé depuis le Koweït en septembre 2006, son projet a immédiatement été adopté par le public à qui il était destiné, en Egypte en particulier. Sa société de distribution, Tashkeel – agent pour la région des produits Marvel (Spiderman,Batman…) – a reçu le soutien d’importants investisseurs où figurent certains fonds d’investissement islamiques. Publication mensuelle, reprise par plusieurs journaux arabes, la bande dessinée de Naïf Mutawa va également être diffusée commercialement en ligne.

Si le graphisme de la BD n’a rien de très particulier (le dessinateur, Dan Panosian, vient des studios new-yorkais de Marvel), cette success story repose sur un concept que le fondateur de Tashkeel explique de la sorte : entre les super-héros (Superman, Spiderman, etc.) propres à la culture judéo-chrétienne et l’imaginaire asiatique des Pokemon avec leurs personnages sans pouvoirs extraordinaires mais terriblement solidaires, il y avait place pour une sorte de synthèse porteuse d’une dimension universelle, fondée sur des valeurs musulmanes associant puissance et solidarité.

Tel est le point de départ des 99, une BD qui regroupe presque autant de héros venus de tous les horizons du monde et qui incarnent ce qu’il est convenu d’appeler les “99 attributs” de Dieu (quelques-uns, spécifiquement divins, ne seront pas “illustrés” par un personnage). Leur chef, Ramzi Razem, psychologue et historien à l’UNESCO (!), les envoie à la recherche des 99 joyaux, symbolisant la puissance et la sagessse de la civilisation portée par le califat de Bagdad, détruite par l’invasion des barbares mongols au milieu du XIIIe siècle.

La BD dans la Péninsule arabique a connu un autre événement encore plus récent avec le lancement, à la mi-juillet, de Ajaaj (عجاج) dans la galerie Ibn Battûta, un des plus grands mall de l’Emirat de Dubaï, qui porte donc le nom du grand explorateur maghrébin du XIVe siècle.

Comme dans la BD des 99, Ajaaj a le souci d’introduire, sur un scénario “universel” (globalisé ?), des péripéties locales. Pour les habitants de la Péninsule, “ajaaj”, c’est une tempête de sable. Dans cette histoire supposée se dérouler dans le Dubaï de l’an 2020, c’est également le nom du héros, un beau et fort jeune homme qui naît de cette tempête pour se précipiter au secours d’un certain nombre de victimes innocentes.

Mais seuls deux petits Emiriens, Humeid et sa soeur jumelle Shamma, les héros de l’histoire, connaissent son existence. Ajaaj n’est qu’un mythe pour tous les autres, à commencer par leurs parents, deux scientifiques pourtant spécialisés dans la prospective et l’observation des phénomènes physiques ! Une exception toutefois, le grand-père qui, habité par les légendes immémoriales du passé, s’avère être le seul capable de porter suffisamment en avant son regard pour rejoindre la vision des deux représentants de la Dubaï du futur.

A la différence des activités de la société Tashkeel, la BD mensuelle de Ajaaj, également téléchargeable sur internet, n’est pas un projet commercial mais une iniative de Watani (“national”), un programme officiel de développement social chargé de faire la promotion de l’identité nationale dans un Emirat où les étrangers, comme dans le reste de la fédération, forment plus des trois quarts de la population.

Dans une cité-monde résolument tourné vers l’avenir – l’Emirat possède désormais le plus haut gratte-ciel du monde et pense bien aller plus haut encore -, Ajaaj cherche à diffuser un message selon lequel la maîtrise des défis de l’avenir passe par la préservation de l’identité nationale. Dans ce contexte, la mise en orbite officielle de Ajaaj correspond à une volonté “d’ancrage” dans les valeurs identitaires locales, ce qui n’implique aucun refus des Batman et autres Superman, bien au contraire.

Sans doute utiles pour contredire les sempiternels clichés sur “l’islam-opposé-à-toute-forme-de-représentation” et “l’islam-religion-de-fanatiques-incapables-d’évoluer”, ces nouvelles BD en provenance de la Péninsule arabique révèlent bien d’autres choses encore. A l’image du “Mickey du Hamas”, elles nous parlent bien entendu d’une mondialisation galopante.

Cependant, dans cette région richissime placée au carrefour du Vieux Monde et de la nouvelle Asie, il faut noter un phénomène inédit : après la simple délocalisation en sous-traitance de produits standards de la consommation globale, on est désormais entré en quelques lieux du monde dans une nouvelle phase, celle de la production, à partir d’initiatives locales, d’icônes de la consommation culturelle mondialisée.

Quelques liens :
Un article du International Herald Tribune sur les “99”.
Toujours sur les “99”, un article de Newzy, une intéressante newsletter en français.
L’article d’Al-Akhbar sur Ajaaj et celui Alarabonline.

Le "retour à Haïfa" de Mahmoud Darwich : une frontière de trop ?


Deux affiches, pour la même lecture poétique que doit donner Darwich à Haïfa, dimanche 15 juillet. A gauche, l’invitation officielle avec le nom du poète encadré, en haut, par une phrase qui fait allusion à la question palestinienne et à ses frontières imposées (ولا هناك سوى هنا : Pas de là-bas si ce n’est ici) et, en bas, par les logos des deux institutions à l’origine de l’invitation.

A droite, le pastiche que des mains anonymes ont fait circuler sur internet et qui reprend ironiquement les premières lignes d’un des plus célèbres (et anciens) poèmes de Mahmoud Darwich (déjà évoqué ici) en changeant un des mots pour que Inscris ! Je suis Arabe. Numéro de ma carte : cinquante mille devienne Inscris ! Je suis Arabe. Prix du billet : cinquante… shekels (la monnaie israélienne).

Véritable icône nationale, dont les paroles, les moindres faits et gestes sont traqués, surinterprétés et surinvestis, Mahmoud Darwich doit en effet se rendre à Haïfa, ville de ses années d’adolescence, de ses premiers poèmes et de ses premiers emprisonnements. Ville qu’il a quittée en 1970 et qu’il n’a pour ainsi dire jamais revue, comme le reste de la “Palestine de 48″. Il n’a eu l’autorisation d’y revenir, pour 48 heures à chaque fois, que trois fois : d’abord en 1996, pour les funérailles du romancier Emile Habibi, son père spirirituel ; puis en 2000, pour célébrer la mémoire de son ami et poète, maire de Nazareth, Tawfiq Zayyad ; enfin en 2003, pour se rendre au village de Kfar Yassef dont il avait fréquenté l’école en tant que petit Palestinien “présent-absent”, résident illégal dans son propre pays dans la mesure où sa famille avait réussi à s’infiltrer pour rentrer chez elle, quelques jours après la fin de la guerre de 1948, en évitant ainsi la destinée de centaines de milliers d’autres réfugiés qui eux sont restés, depuis bientôt soixante ans, dans les camps hors des frontières d’Israël.

La violente controverse autour de ce “retour à Haïfa” (ce titre, souvent repris dans les articles publiés à cette occasion, est celui d’un célèbre – et beau – roman du Palestinien Ghassan Kanafani, tué à Beyrouth par les services secrets israéliens en 1972) est déjà le signe que, dans le monde arabe et en Palestine en particulier, la poésie et les poètes demeurent des figures publiques qui cristallisent autour d’elles des passions tout simplement inimaginables sous d’autres latitudes. C’est en raison d’un tel fait culturel que la question de savoir si le récital de Mahmoud Darwich est une initiative “bienvenue” ou non est devenue un problème éminemment politique. La presse y a consacré des dizaines d’articles, les chaînes de télévision comme Al-Arabiyya, des émissions, et sur internet, caisse de résonance démultipliée de ce qu’était autrefois le “courrier des lecteurs”, un article peut susciter des centaines de commentaires enflammés.

Pour dénouer les fils, complexes, de cette affaire, un mot de l’invitation. Elle provient de la revue culturelle Masharef, mais également du Front démocratique pour l’égalité et la paix, une des organisations politiques où militent nombre de Palestiniens d’Israël. Son principal rival est le Tajammu’ ( تجمع : “rassemblement”, également connu sous le nom de “Balad” : http://www.tajamoa.org), un parti dirigé par Azmi Bishara qui a dû quitter récemment Israël pour des raisons trop longues à expliquer dans ce billet. (Voir tout de même cet article sur le site de RFI.) Proche du Parti communiste israélien – une école qui a formé nombre d’écrivains, en Palestine comme ailleurs -, le “Front” est farouchement laïc. Le Tajammu’ est nettement plus ouvert aux forces d’opposition religieuses, et Azmi Bishara ne fait pas mystère, par exemple, de son soutien au Hezbollah libanais. (Il publie régulièrement, entre autres tribunes, une chronique pour Al-Akhbar, proche de ce parti).

C’est de ce quotidien, d’ailleurs, qu’est partie l’affaire, à la suite d’un article écrit par Pierre Abi Saab le 6 juillet, qui exhortait la “dernière étoile” de la culture arabe à ne pas se rendre à Haïfa, pas en réponse à cette invitation, pas durant cette période où la résistance se déchire à Gaza et en Cisjordanie, et pas à ce moment – c’était l’accroche de l’article – où les Rolling Stones eux-mêmes avaient suivi les campagnes de boycott et décidé de ne pas se rendre en Israël…

Publié en écho aux débats qui agitaient la scène palestinienne à propos de cette invitation, l’appel de Pierre Abi Saab a suscité une vague impressionnante de réactions, positives ou négatives, le plus souvent très violentes. Mahmoud Darwich s’est lui-même exprimé, en traitant ses détracteurs – dans le quotidien beyrouthin Al-Mustaqbal, proche du mouvement du 14 mars – de “gamins, semi-intellectuels jaloux et excités” (“أولاد صغار” و”أنصاف مثقفين يملؤهم الغيظ والغيرة”). Selon le quotidien palestinien publié à Londre, Al-Quds, qui se désole de cette affaire, il aurait également déclaré, dans un entretien donné au Haaretz israélien, que le Hamas lui fait peur non pas politiquement mais culturellement. Selon lui, le Hamas ne croit à la démocratie que le temps d’arriver au pouvoir. Compte tenu de la force politique que représente ce parti, il faudra bien dialoguer avec lui, lorsque le sang aura refroidi, mais à condition qu’il présente ses excuses et répare ses erreurs…

On le voit, ce n’est pas la “classique” question du boycott (déjà évoquée dans le billet précédent à propos de la chanteuse algérienne Souad Massi) qui fait se dresser les intervenants de part et d’autre d’une frontière qui paraît – aujourd’hui – difficilement franchissable. Dans le court article d’Al-Akhbar, l’étincelle qui a mis le feu aux poudre était une allusion à la position des membres du “Front” accusés d’être fort peu solidaires du sort de l’ex-député et leader du Tajammu’ Azmi Bishara, notamment lorsqu’il s’est agi de le défendre à la Knesset.

Mais à travers cette allusion, ce qui se dessine en réalité c’est un affrontement, autrement plus grave, de part et d’autre d’une frontière intellectuelle, culturelle et politique de plus en plus menaçante. Deux territoires où s’opposent les partisans du “Front” et ceux du Tajammu’ dans la Palestine de 48, ceux du Fatah et du Hamas dans les Territoires occupés, et ceux qui se reconnaissent dans l’un ou l’autre de ces camps partout ailleurs dans le monde arabe.

Symbole de la résistance, avec ce prestige inouï que donne dans le monde arabe la maîtrise du verbe poétique, Mahmoud Darwich, de plus en plus ouvertement, a choisi de se cantonner à un seul de ces deux territoires, et de ne plus (se) reconnaître (dans) l’autre. Le 17 juin, il a ainsi publié, dans le quotidien palestinien Al-Ayyam et dans le pro-saoudien Al-Hayat, un poème intitulé Tu es désormais un autre (أنت منذ الآن غيرك: un titre que l’on pourrait aussi traduire par “Tu es désormais étranger à toi-même”). Tout en rappelant qu’il s’agit d’un poème et non pas d’une tribune politique (disponible sur le site Al-Oufok, avec une traduction de Rania Samara), et même s’il n’est pas question de dénier à l’écrivain le droit de dire ce qui lui chante, et dans sa propre syntaxe, le texte, écrit au moment où le Hamas prenait le pouvoir à Gaza, se lit clairement comme une sévère critique de ce parti bien entendu mais plus encore de ceux qui, sans être religieux et sans appartenir au camp de l’islam politique, se reconnaissent dans son combat et le soutiennent. Mahmoud Darwich écrit ainsi :

لا يغيظني الأصوليون، فهم مؤمنون على طريقتهم الخاصة. ولكن، يغيظني أنصارهم !العلمانيون، وأَنصارهم الملحدون الذين لا يؤمنون إلاّ بدين وحيد : صورهم في التلفزيون

Les fondamentalistes ne me gênent pas, ils sont croyants à leur manière. Ce sont leurs acolytes laïques qui me dérangent, de même que leurs acolytes athées qui ne croient qu’en une seule religion : leur image à la télévision !

Parmi les nombreuses réactions suscitées par cette affaire, il faut sans doute citer celle de Joseph (Yusuf) Massad, universitaire palestinien installé aux USA (déjà mentionné ici pour un excellent article sur la chanson politique). Sa tribune, publiée sur le site d’Al-Akhbar, s’en prend violemment à Mahmoud Darwich, cette figure quasi sacrée de la scène culturelle arabe. Reprochant au poète, si prompt à condammner le Hamas, de n’avoir guère critiqué le Fatah et ses dérives, il l’accuse de reprendre la vision du monde prônée par la politique américaine pour opposer les “Lumières” de la raison laïque et occidentale aux “ténèbres” de l’islam(isme), en faisant accroire que le combat ne met pas aux prises ceux qui collaborent avec les dictatures et ceux qui les combattent, mais bien les “laïcs” d’un côté, et les “islamistes” de l’autre.

فنحن ‏اليوم لسنا أمام صراع وطني بين من ينادي بالديموقراطية في البلاد العربية ومن ‏يعزّز الديكتاتورية، بل صراعنا الحسم، حسب مثقّفينا هؤلاء، هو بين «العلمانيين» ‏و«الإسلاميين».

Nous ne sommes plus aujourd’hui en présence d’un combat national entre ceux qui veulent la démocratie dans le monde arabe et ceux qui renforcent les dictatures mais, selon ces intellectuels [i.e. Darwich et ses semblables], le combat décisif est celui qui oppose “laïcs” et “islamistes”.

Ce n’est pas sur le seul terrain des réalités géopolitiques que la stratégie américaine du “chaos constructif” fait des ravages. Au moment où Alain Badiou se félicite (dans un article qu’il faut absolument lire) de la disparition de “l’intellectuel de gauche” à l’orée de ce qui peut apparaître comme un tournant de l’histoire politique du champ intellectuel français, l’intellectuel moyen-oriental, prisonnier de ses propres frontières, pourrait bien connaître le même sort.

Le Mickey du Hamas : un autre épisode de la guerre entre le Fatah et le Hamas


Cette chronique est dédiée aux animateurs de l’émission “Arrêt sur images”, en leur souhaitant de trouver très rapidement l’occasion d’exercer à nouveau leur talent, sur le Web par exemple !

Le Mickey en question est le personnage principal d’une émission télévisée pour les enfants récemment diffusée en Palestine, ou plus exactement à Gaza. Il s’appelle “Farfour” (فرفور : mot traduit dans nombre de dépêches par “papillon”, ce qui est sans doute vrai pour les Libanais mais, en palestinien, le mot signifie plutôt quelque chose entre “malin” et “étourdi” ; le “farfour”, c’est aussi le “petit oiseau” des petits garçons…)

On a beaucoup parlé de Farfour dans la presse européenne et nord-américaine (“occidentale” si on veut…). Il a ainsi eu les “honneurs” – on peut le dire ainsi ! – de ce qu’il est convenu d’appeler le “quotidien de référence” français, Le Monde. Mais Rue 89, un site animé par des anciens de Libération, en avait parlé avant dans un bon article de Pierre Haski (avec également une très bonne séquence vidéo). Le Mickey du Hamas – Farfour al-hamsâwi, comme l’écrivent certains journaux arabes – se retrouve également, la liste est loin d’être exhaustive, sur le “web2zero”, le site de Karl Zéro.

On devrait se réjouir de constater – une fois n’est pas coutume ! – un réel intérêt pour la culture arabe vivante… Sauf que cet intérêt, comme le montre bien la présentation diffusée sur le site de Karl Zéro, n’est pas vraiment gratuit. En vérité, lorsqu’on fréquente assidûment certaines zones de la Toile, on est gagné par la désagréable impression que les fils de ladite Toile sont trop souvent tendus par des mains qui ne sont pas innocentes, ni invisibles d’ailleurs. En l’occurrence, les commentaires d’un nombre considérable de médias non arabes au sujet de Farfour sont largement le résultat d’une campagne menée, comme on peut le voir en ouvrant les liens proposés, par le PMW, Palestinian Media Watch (à ne surtout pas confondre avec PMWatch, totalement opposée idéologiquement mais bien moins connu). Bien loin d’être palestinien, le PMW est un de ces organismes qui, tel le très bien fait Memri (Middle East Media Research Institute), sont financés par des fonds israéliens (ou pro-israéliens) pour mener, dans les médias et donc aussi sur le Réseau des réseaux, la bataille de l’opinion.

La vidéo proposée dans l’article du Monde est ainsi un montage, clairement partisan – mais ce n’est pas dit dans la plupart des sources qui la reprennent – montage effectué par PMW qui n’a gardé, bien entendu, que les moments susceptibles d’illustrer sa propre vision de l’émission. Même si elles sont honnêtement traduites d’un point de vue strictement linguistique (ce qui n’est pas toujours le cas chez Memri par exemple dont les choix de traduction ont souvent le génie pour retenir le terme qui, sans être faux, va forcer le trait et infléchir le sens vers une certaine lecture), les séquences réunies dans ce montage, mises en ligne sur le Net sans la moindre contextualisation, produisent un effet explosif : tout bon internaute découvrant ces images, conforté dans des certitudes que les médias matraquent à longueur de temps, ne peut que s’écrier que les Arabes/les Musulmans (rayer la mention inutile !) sont décidemment des gens vraiment épouvantables et que, non contents de “ne pas aimer la vie” (voir le précédent billet à ce sujet), ils inculquent à leurs enfants la haine et le culte du martyre. De commentaire en commentaire, on en arrive vite à la caricature, et le Spiegel parle de l’émission pour expliquer que le “Hamas apprend le jihad aux enfants”.

L’émission en question a été produite et diffusée à partir du mois de mai, à une heure de grande écoute (le vendredi après-midi, jour férié) sur Al-Aqsa (Jérusalem), une chaîne télévisée privée proche du Hamas, lancée début 2006 au grand dam du Fatah. Celui-ci, alors que se préparaient les élections qui allaient porter le Hamas au pouvoir, avait tenté d’user de moyens légaux pour interdire la chaîne qui défendait le programme de son rival.

A l’image d’innombrables produits télévisuels de ce type, l’émission conjugue interventions de jeunes téléspectateurs au téléphone avec des commentaires en studio de l’animatrice (une petite fille – voilée – d’une dizaine d’année, fort sage et très sérieuse), ainsi que des interventions du fameux Farfour qui répond à l’animatrice ou qui apparaît durant des séquences filmées. La dernière, celle que reprend le site Rue 89, une des plus courtes, se termine donc par la mort (hors écran…) de la malheureuse souris qui refuse de livrer la terre héritée de son grand-père malgré les coups d’un odieux israélien qui s’adresse à son interlocuteur en vrai colon et avec un épouvantable accent.

Faut-il faire tout un fromage pour cette petite souris ? Au vu de la situation qui règne à Gaza, qu’est-ce qui est le plus étonnant : qu’une télévision locale – et militante – diffuse des émissions enfantines à fort contenu politique, proches, de fait, de la propagande, ou qu’il y ait encore, dans ce que bien des observateurs qualifient de “prison à ciel ouvert”, des studios et des compétences pour créer ce type d’émission ?

Peut-être mû par le souci de préserver la santé morale des jeunes têtes palestiniennes, mais sans doute plus intéressé encore par l’exploitation politique de cette affaire, David Baker, un membre du cabinet du Premier ministre israélien, a jugé bon de s’élever contre cette émission qui prône la supériorité de l’islam et apprend aux petits Palestiniens à haïr les Américains et les “juifs”. (Peut-être faut-il rappeler que c’est le terme couramment utilisé en arabe pour désigner les habitants de l’Etat qui se définit lui-même comme “juif”, et que le mot, en arabe, n’a pas la même histoire qu’en français ou dans d’autres langues européennes.)

De façon plus inattendue, le ministre palestinien de l’Information a joint sa voix aux protestations du gouvernement voisin. Tout en niant vouloir se livrer à la moindre censure, et encore moins entraver le renforcement des sentiments patriotiques, il a estimé qu’il n’était pas forcément nécessaire d’ajouter à la violence ambiante et qu’il valait mieux tenir les enfants en cet âge tendre loin de la politique.

Mais tout cela s’est passé au moment où le Hamas allait affirmer son emprise sur la bande de Gaza, les responsables de la télévision Al-Aqsa se sont bien gardés d’obtempérer aux injonctions du ministre “cisjordanien” et, bien loin d’être déprogrammée, l’émission a continué sans le moindre changement, jusqu’à la disparition tragique, et tout de même un peu inattendue, du pauvre Farfour, à la fin du mois de juin.

Pour la presse arabe, le Hamas et ses partisans ont une fois de plus bien joué le coup : après avoir attiré l’attention sur eux avec la “complicité” des Israéliens, ils ont montré l’impuissance de l’autorité “légitime” palestinienne et du Fatah, tout en apparaissant comme les “vrais” défenseurs de la cause. Et pour finir, ils se sont intelligemment débarrassés de l’encombrante souris en la faisant mourir en “martyr” sous les coups de l’occupant !

On n’est pas obligé de suivre le quotidien Al-Akhbar lorsqu’il écrit que la “mort subite” de Farfour est la conséquence de pressions exercées par la très puissante société Disney soucieuse de protéger ses droits. Mais son point de vue nous rappelle tout de même que, Hamsawî ou fathâwî, partisans du Hamas ou du Fatah, les petits Palestiniens vivent à l’ère de Mickey.

Les bloggers débloquent : Souad Massi au Moyen-Orient


C’est une affaire à rebondissements qu’a connue la chanteuse algérienne Souad Massi lors de sa tournée au Moyen-Orient, grâce aux bloggers égyptiens.

Chanteuse algérienne qui a connu un succès international depuis une tournée au France en 1999, Souad Massi propose une musique qui mêle toutes sortes d’influences méditerranéennes (chaabi algérien, fado portugais ou encore flamenco) et nord-américaines (musique country, folk-song). Alors qu’elle a récemment publié son troisième CD (Misk Elil – مسك الليل – le chèvrefeuille mais aussi “belles de nuit” en algérien) et contribué à différentes musiques de film (c’est elle qui interprète les chansons du film Azur et Asmar), elle se rendait au Moyen-Orient à l’invitation des services culturels français (sans commentaire).

La tournée s’est avérée un peu plus compliquée que prévue. En effet, après un concert à Alexandrie et au Caire pour la fête de la musique, Souad Massi devait enchaîner avec trois autres représentations, à Abu Dhabi, à Ramallah et à … Tel-Aviv. En Egypte, où l’on peut être très sourcilleux sur ce chapitre, des voix se sont élevées, dès le début du mois de juin, pour dénoncer cette tentative de “normalisation” (تطبيع), le terme traditionnellement utilisé pour dénoncer les efforts pour intégrer – de force aux yeux des opposants à cette politique – l’Etat israélien dans son espace régional en imposant des échanges avec ses voisins, notamment sur le plan culturel.

Les protestations ont pris la forme d’un appel au boycott des concerts de la chanteuse algérienne, appel qui s’est rapidement propagé à travers les blogs de l’opposition, avant d’être repris par la presse en ligne (Al-Masriyun par exemple : www.almesryoon.com).

Après avoir longtemps gardé le silence, Souad Massi a annoncé au dernier moment, le 21 juin, jour de la fête de la musique et du concert au Caire, qu’elle ne chanterait pas à Tel-Aviv. Même si certains bloggers ont continué à polémiquer entre pour savoir s’ils iraient ou non assister au concert après ces éclaircissements tardifs, la presse égyptienne – selon le quotidien algérien Al-Chorouk – a brutalement opéré un virage à 180° pour se mettre à chanter les louanges de la “diva” venue du Maghreb.

Celle-ci, dont le mari est Marocain, a accordé peu après un entretien au journal Le Maroc-Aujourdhui. Elle y affirme avoir refusé de chanter dans la capitale israélienne mais on perçoit assez facilement qu’elle a pris cette décision à contrecoeur. Elle regrette ainsi ouvertement que l’opinion soit si sourcilleuse avec les artistes qui pourraient jeter des ponts entre les peuples en conflit, alors qu’elle se montre bien indifférente vis-à-vis des hommes d’affaires locaux qui ne se gênent pas, eux, pour commercer (et en disant cela au Maroc, il est vrai qu’elle parle d’or !)

A lire la presse – plutôt d’opposition car les organes officiels ou officieux ont été bien plus discrets -, on a bien l’impression de se trouver devant un nouvel épisode de la lutte, dans le domaine culturel, entre “pro-” et “anti-” occidentaux (avec beaucoup de guillemets pour cette simplification digne de nos médias à nous), entre ceux qui soutiennent une politique de négociation et de compromis, face à la réalité israélienne et à la domination occidentale en général, et ceux qui défendent une opposition frontale et le refus de toute concession face à l’adversaire…

Islam-online (opposition islamique) tire par exemple deux leçons de l’affaire : d’abord, que les institutions européennes cherchent systématiquement à obliger les artistes arabes à contribuer à une normalisation qu’ils refusent ; ensuite, que les bloggers égyptiens ont apporté une preuve supplémentaire (voir cet épisode) de leur pouvoir par leur capacité à mobiliser l’opinion.

Mais les choses sont un peu plus compliquées que cela. En effet, toutes les sources concordent pour dire que l’appel au boycott contre la chanteuse algérienne coupable de se rendre à Tel-Aviv est parti d’un blog, celui d’un certain Jarelkamar (حار القمر), avant d’être repris par les “vedettes” de l’opposition “blogueuse” (Alaa et Manal par exemple, sur le blog http://www.manalaa.net) et abondamment discuté à longueurs de “posts” (voir les sites de Zanji ou de <a href=”http://spring456.blogspot.com/2007/06/blog-post_03.html
” target=”_blank”>Rabi’ par exemple).

Seulement voilà : en prenant soin de préciser dans l’en-tête d’un nouveau billet – mis en ligne le 20 juin et avec une photo du concert – qu’il est sérieux cette fois (تنبيه : التدوينه القادمه جدي), Jarelkamar a annoncé que son premier appel, lancé un mois plus tôt, était à prendre au second degré ! Qu’il avait voulu s’amuser en imitant la rhétorique pompeuse des appels au boycott des “jusqu’au-boutistes” et qu’il n’en revenait pas lui-même qu’on ait pu le prendre au sérieux !

Cette affirmation, bien tardive, doit-elle être prise au sérieux ? Est-ce une manière habile de se tirer du guêpier après que l’affaire eut pris de telles proportions ? Que faut-il penser, de toute manière, des débats qui ont agité la Toile égyptienne un mois durant, pour entraîner, en fin de compte, l’annulation du dernier concert prévu dans la tournée de la chanteuse algérienne ?

Comme le souligne lui-même dans sa conclusion Jarelkamar, “il ressort quelque chose de ce sac de noeuds : nos blogs sont bien plus influents que nous ne le pensions…”

درس اخر تعلمته من هذه المعمعه : مدوناتنا اكثر تأثيرا مما كنا نعتبره مساحاتنا الصغيرة للفضفضه ..

Pour mieux connaître Souad Massi, cette adresse et celle du riche site de Houari “Dauphin”, un chanteur de raï qui tient son nom d’un club, le Dauphin rose, où il se produisait !