Caricatures arabes (1/3) : Naji Ali, "amer comme la coloquinte"


Si l’on a beaucoup parlé dans les médias européens, fin 2005-début 2006, de caricatures, d’islam et de monde arabe, à l’occasion de ce qui allait devenir « l’affaire des caricatures de Mahomet », on y a rarement évoqué le fait que la presse arabe possède une riche tradition dans ce domaine. Presque aussi ancienne que la presse arabe puisque les premiers journaux satiriques – tel le célèbre Abu Nadhara (أبو نظارة) de James Sanua (يعقوب صنوع) – furent publiés dès le dernier quart du XIXe siècle.


Bien loin d’être maudits, les dessinateurs de presse développent souvent une relation privilégiée avec le public. On se souvient ainsi dans le monde arabe, vingt ans plus tard, de la disparition de Naji Ali (ناجى العلى) tué à Londres. Ses assassins courent toujours en dépit de rumeurs qui évoquent des règlements de compte fratricides contre cette voix si libre, et trop peu respectueuse des représentants officiels du peuple palestinien. A Ramallah, le festival international de musique et de danse s’est ainsi terminé en juillet dernier par une chorégraphie inspirée de quelques-uns de ses dessins. Non loin de là, dans le petit village de Safa (4000 habitants), une torche à la mémoire de l’artiste a été allumée devant l’exposition organisée par le Centre Handhala pour l’art populaire (مركز حنظلة للفن الشعبي)…

Il y a quelques années, une statue avait été élevée à sa mémoire, non pas en Palestine (où un arbre a malgré tout été planté à sa mémoire dans son ancien village) mais au Liban, dans le camp de ‘Aïn Helwé (عين الحلوة) à la périphérie de Saïda. Démoli une première fois, le monument a été remplacé avant d’être à nouveau détruit… Né en Palestine en 1936 (la date varie selon les biographies) tout à côté de Nazareth, Naji Ali s’était en effet réfugié au Liban avec sa famille en 1948. Sa vie professionnelle commença en même temps que son engagement politique dans la presse beyrouthine au début des années 1960, puis au Koweït où il poursuivit une collaboration entamée avec l’écrivain palestinien Ghassan Kanafani, un des premiers à remarquer le talent de ce jeune dessinateur engagé.

C’est après son retour au Liban et avec ses dessins pour le quotidien Al-Safir vers le milieu des années 1970 que débuta la « grande période » de ce caricaturiste prolifique (40 000 dessins !) qui, lors de son assassinat, travaillait pour Al-Qabas al-duwali, un journal koweïtien installé à Londres durant les années 1980, période où la capitale britannique a vu l’installation de plusieurs quotidiens internationaux (Al-Sharq al-awsat, Al-Hayat, Al-Quds al-‘arabî…) et qui annonçait en réalité la compétition entre les grandes chaînes satellitaires à partir des années 1990…

Dans le monde arabe, Naji Ali est à la fois LE caricaturiste et le modèle d’une certaine figure intellectuelle, celle du nationaliste arabe de gauche, dominante à son époque, aujourd’hui en passe d’être supplantée et/ou remplacée par d’autres. A l’image de Che Guevara, sa mort en « martyr » sur le pavé londonien en fait même une sorte d’icône, par le biais de « Handhala », un personnage leitmotiv de ses dessins, que l’on retrouve sur toutes sortes de supports (comme ces tee-shirts de rappeurs palestiniens).

Handhala (حنظلة), c’est le nom de la coloquinte et celui du petit garçon au « crâne d’oeuf – en français comme en arabe, ce fruit sauvage peut faire allusion, dans certaines expressions, à la forme de la tête – qui regarde fixement, bras croisés dans le dos, l’amère réalité du monde. Apparu en 1969, il ne quittera plus l’oeuvre de Naji Ali. Mais la coloquinte est avant tout le symbole de l’amertume (selon une expression que l’on retrouve dans différents hadiths – dits prophétiques – célèbres). Une amertume douce-amère que l’on retrouve dans le regard que Naji Ali jetait sur l’actualité palestinienne, libanaise et arabe, celui d’une génération de Palestiniens jetée sur les routes de l’exil en 48, d’une génération arabe flouée de ses rêves nationalistes…


En cliquant sur l’image, les lecteurs arabophones pourront découvrir ce beau texte où Naji Ali fait parler son « Handhala », pour une fois vieilli, peut-être pour qu’il lui ressemble…

Internet offre beaucoup de ressources sur ce très grand dessinateur, preuve s’il en fallait de son actualité. Un site officiel lui est consacré, (il y en a d’autres en arabe et en anglais ), avec en particulier ce lien sur cette émission en anglais d’Al-Jazeera.

On trouve ailleurs des biographies (en anglais avec des liens intéressants, en français et en arabe arabe). Mais on peut préférer à tout cela le texte (en arabe) écrit par l’auteur sur lui-même.

En date du vendredi 24 août, le quotidien Al-Safir consacre son supplément culturel au dessinateur qui a longtemps travaillé pour lui.

Pas moins de trois films (et pas mal de très courtes séquences, facilement repérables sur le net à partir du nom de l’auteur) ont été réalisés sur ce caricaturiste :
La marche de la soumission (مسيرةالاستسلام) réalisé par Muhammad Tawfîq (محمد توفيق) en 1981.
Naji al-Ali, long-métrage de fiction (moyennement bien) inspiré par la vie de l’artiste et réalisé par l’Egyptien ‘Atif Tayyeb en 1992 – on peut le visionner facilement (c’est un bain dans le climat de cette époque…)
Naji ‘Ali, un artiste dotée d’une vision (ناجي العلي ــ فنان صاحب رؤيا), de 1999.

Enfin, et même s’il est assez éloigné de son oeuvre graphique (encore que la femme, dans le récit, est clairement intentionnellement voilée), on peut également visionner un court-métrage (20′). Il a vieilli (quelqu’un connaît-il la date de réalisation ?), mais ce récit onirique sur les relations au sein d’un couple porte un titre qui, a posteriori, fait irrésistiblement penser aux circonstances de la mort du grand dessinateur : دليل خيانة, Preuve d’une trahison

Poésie et télévision (2/2) : le prince des poètes

Il y a quelques mois seulement, qui parlait encore du « prince des poètes » ? Pour ceux qui conservent quelques souvenirs scolaires, ce « titre » revient à Ahmed Chawqi, auteur égyptien né en 1868 et associé de si près aux khédives égyptiens qu’on l’appelle presque aussi souvent « le poètes des princes »… D’autres, moins nombreux sans doute, se rappellent peut-être qu’on a également surnommé ainsi le Libanais Bechâra El-Khoury (بشارة الخوري), né en 1885 et plus connu comme « le petit Akhtal » (الأخطل الصغير), par référence au grand poète omeyyade.

En revanche, pour la plupart des téléspectateurs arabes, le « prince des poètes » n’a pas encore de nom car, pour le connaître, il faudra attendre la fin du jeu télévisé diffusé depuis le début de l’été sur Abu Dhabi TV. En effet, avec l’énorme succès du « poète du million » évoqué la semaine dernière, les autorités culturelles d’Abu Dhabi ont eu l’idée de lancer une autre compétition pour les auteurs de poèmes, non pas en dialecte du Golfe cette fois, mais en arabe classique.

La recette a fonctionné tout aussi bien et l’émission est suivie avec passion, confirmant ainsi le goût du public arabe pour les joutes oratoires versifiées. Gérée par la société égyptienne chargée de la production du « poète du million » (société qui édite également une revue mensuelle autour de l’émission et de la poésie arabe en général), la compétition télévisée se déroule sur le même modèle, avec des éliminations décidées par un jury de spécialistes et par le public.

Durant les deux heures de spectacle, les auteurs sélectionnés donnent lecture de leurs textes mais doivent également improviser à partir d’une citation d’un poète classique. Ils se soumettent aussi aux questions de l’animateur et parlent, avec une certaine gaucherie qui fait aussi leur charme, de la poésie, de leur vie…

Dans les médias, les prestations sont soigneusement évaluées et, à côté de commentaires sur la télégénie de tel ou tel concurrent ou concurrente, on trouve des appréciations plus inattendues sur les qualités stylistiques, le sens de la métaphore, et la rigueur rythmique des différentes pièces poétiques soumises à l’avis du jury et du public.

Retenus parmi quelque 5 500 postulants, les quinze candidats en lice représentent la plupart des pays arabes mais, pour cette compétition en langue classique, il y a même un représentant indien, malheureusement vite éliminé ! (Il faut se souvenir que l’Inde est également un pays de culture arabe et que ses élites musulmanes ont notamment contribué à la Renaissance culturelle du XIXe siècle ; c’est par exemple à Calcutta qu’a été réalisée la première impression arabe des Mille et Une Nuits en 1814.)

Ausi richement doté que « le poète du million », « le prince des poètes » répond à la même ambition politique : élargir autant que possible la « surface culturelle » de l’émirat d’Abu Dhabi en ajoutant à sa puissance économico-financière une visibilité médiatique internationale qui lui appartienne en propre. (Sur le modèle véritablement visionnaire de la politique mise en oeuvre par le Qatar décidant, dès le milieu des années 1990, de se doter d’une chaîne satellitaire panarabe, la fameuse Al-Jazeera dont la célébrité est devenue telle qu’on dit désormais par plaisanterie que Doha est aujourd’hui la capitale, non pas de l’émirat du Qatar, mais d’un pays nommé « Al-Jazeera », par allusion à la Péninsule arabe !)

Face à l’hyperactivité un peu clinquante de Dubaï et de ses vastes projets culturels (la Gulf Art Fair, déjà évoquée, mais également le Festival international du film qui, en trois éditions seulement, menace déjà de supplanter celui du Caire pourtant créé dès 1976…), Abu Dhabi cherche donc à faire entendre sa voix en lançant des opérations plus prestigieuses, plus élitistes. La poésie, plus encore quand elle est classique, correspond parfaitement à cette stratégie de positionnement sur la carte culturelle arabe. D’ailleurs, au moment même où étaient lancés ces deux grandes compétitions poético-télivisuelles, Abu Dhabi Authority for Culture and Heritage annonçait également la création de la première Académie arabe de poésie (أكاديمية عربية للشعر), destinée à encourager la production d’oeuvres en arabe classique. Quelques mois plus tôt, la même institution avait annoncé avec fierté la création du prix littéraire Cheikh Zayed, du nom de l’émir récemment décédé, le mieux doté au monde puisqu’il offrait au vainqueur un prix de 7 millions de dirhams (environ 1,4 million d’euros…)

En dépit de toute leur « générosité », les initiatives des cheikhs d’Abu Dhabi et d’ailleurs recueillent sans doute les suffrages du public, mais pas toujours ceux des premiers concernés, les créateurs du monde arabe. A l’image d’Amjad Nasser (أمجد ناصر), poète avant-gardiste, co-fondateur du quotidien Al-Quds et responsable de ses (excellentes) pages culturelles (voir son article en arabe et cet