Bonnes à tout faire dans le monde arabe (2/2) : étrangères et domestiques

Amour partagé (dessin de presse marocain)

La présence, nuit et jour, de jeunes bonnes dans l’intimité des familles qui les emploient ne va pas sans créer toutes sortes de problèmes. Le quotidien électronique Elaph a ainsi publié récemment une enquête au titre racoleur : Le sexe, fonction secrète de la domestique dans le Golfe الجنس وظيفة سرية للخادمة في الخليج ). Tirant la sonnette d’alarme quant aux conséquences sur l’éducation des enfants livrés à des femmes étrangères, en majorité non musulmanes, peu éduquées et même analphabètes, l’article évoquait également, sans dire vraiment à qui en revenait la faute, les services sexuels rendus par ces bonnes à tout faire. Selon une statistique, reprise sur de nombreux forums internet féminins du Golfe, les “bonnes”, qui pour les deux tiers d’entre elles n’ont pas 30 ans, accepteraient pour 59% d’entre elles selon les termes de l’enquête “d’entretenir des relations sexuelles avant le mariage”…

Toujours dans cet article, une sociologue des Emirats expliquait, non sans malice, que les maîtresses de maison veillent souvent à choisir des employées qu’elles considèrent moins attirantes qu’elles-mêmes, ce qui n’est pas toujours du goût de leur mari ! Un peu plus loin, M. Zayyât, spécialisé dans la fourniture de personnel de maison, indiquait que, pour les mêmes raisons, les Asiatiques ont la préférence des femmes alors que les hommes penchent davantage pour de “jolies Libanaises, chrétiennes de préférence, ou [au moins] des Marocaines” ! Il faut à l’évidence faire la part des fantasmes car il est proprement inimaginable que des Libanaises, de confession chrétienne qui plus est, travaillent dans les pays du Golfe pour de tels salaires, en tout cas pas pour ce type de services !

Néanmoins, le marché des tâches ménagères n’est pas totalement réservé aux étrangères et la contribution active d’une main-d’oeuvre domestique, ou plus exactement en provenance du monde arabe, est très souhaitée. Il suffit d’ailleurs de lancer une requête sur Google pour trouver rapidement des annonces rédigées dans un arabe pas toujours très assuré et accompagnées de portraits tels que celui qui figure ci-dessous :

السلام عليكم
جمعية متوفرة على يد عاملة جد مهمة لدينا فتيات مغربيات راغبات في العمل في احدى دول الخليج الى من يهمه الامر الاتصال بينا العرض جاد و مهم شكرا

Traduction : Que la paix soit sur vous ! Association disposant de main-d’oeuvre très importante [l’association]. Nous avons de jeunes Marocaines désireuses de travailler dans un pays du Golfe. Pour ceux que la question intéresse, contactez-nous. Offre sérieuse et importante.

Il ne s’agit pas toujours d’initiatives privées car certains Etats aimeraient bien développer des échanges entre populations sur une plus grande échelle. A la fin du mois de mai dernier, un protocole d’accord entre l’Egypte et l’Arabie saoudite a ainsi suscité de violentes réactions au Caire. Certainement animée de bonnes intentions, la ministre du Travail, Mme Aisha Abdel Hady, avait prévu avec ses homologues saoudiens l’envoi, sur une dizaine d’années, de quelque 120 000 “jeunes égyptiennes” (moins de 30 ans) pour travailler auprès des personnes âgées, dans les salons de coiffure et naturellement dans les maisons…

Certains en Egypte ont réagi avec humour, en publiant dans le bien nommé journal d’opposition الكرامة (La Dignité) une petite annonce pour embaucher une bonne saoudienne “anglophone et bien éduquée”. Mais, en général, la nouvelle, comme le révèlent les commentaires accompagnant cet article en anglais, a surtout provoqué consternation et fureur. Moins à cause des salaires proposés, pourtant assez médiocres (800 rials, à peine 200 dollars) que pour défendre l’honneur national menacé par le sort probable de nombre de ces jeunes filles envoyées sans protection familiale derrière ces murs où elles auraient à travailler de jour comme de nuit…

Pourtant – heureusement oserait-on dire -, la sexualité hors mariage n’a pas nécessairement pour seul exutoire le secret des foyers domestiques. Les hôtels de luxe servent de lieu de rencontre pour la prostitution de haut vol. En Syrie, où l’on est moins hypocrite qu’ailleurs apparemment, la presse parle ouvertement de “prostitution 5 étoiles” (دعارة خمس نجوم في سورية). La clientèle moins fortunée trouve son plaisir ailleurs, notamment dans les salons de massage qui offrent des soins spéciaux même si la législation, souvent récente d’ailleurs, impose désormais une sévère séparation des sexes.

A Dubaï, l’année dernière, ce sont quelque 35 salons qui ont été sanctionnés pour avoir contrevenu à la loi faute, ont affirmé les gérants, de professionnels masculins en nombre suffisant ! La situation est pire encore en Jordanie où la presse parle de 45 établissements fermés dans le “Grand Amman” pour les seuls cinq premiers mois de l’année 2007 !

Et dans ce secteur d’activité également, la concurrence entre main-d’oeuvre étrangère et domestique est sévère. On parle de plus en plus de professionnelles chinoises entrées dans le monde arabe avec de simples visas touristiques… Leur présence dans la région mettra-t-elle en péril les quelque 35 000 Marocaines qui, à en croire Hespress (une publication électronique marocaine en arabe dont est tirée l’illustration de ce billet), exercent pour la plupart leurs talents “d’artiste” dans les clubs jordaniens ?

Cela paraît peu vraisemblable tant le Maroc, dont nos médias vantent le décollage économique à l’occasion de la visite de Nicolas Sarkozy, est un pays qui, même face à la compétition chinoise, reste très compétitif dans ce domaine. Selon une étude réalisée en 2005 par l’Unicef (citée dans un article en arabe d’Al-Arabeyya), 800 000 enfants – sur une population totale de 30 millions d’habitants – ne fréquentent pas l’école et 600 000 d’entre eux, entre 7 et 14 ans, travaillent. Même si le gouvernement marocain vient (enfin) d’adopter une législation réglementant le travail domestique, c’est bien le terreau sur lequel prospère le négoce des petites bonnes dont le savoir-faire et le dévouement sont tellement appréciés dans les autres pays arabes, plus favorisés économiquement.

Au point de faire dans nombre de pays arabes – voir par exemple cet article sur le site Elaph – du qualificatif de “marocaine” un synonyme de “prostituée”. Juste retour des choses : dans le jargon professionnel de la prostitution maghrébine, un “saoudien”, selon M.-E. Handman et J. Mossuz-Lavau (La prostitution à Paris, 2005), c’est un “client” !

Bonnes à tout faire dans le monde arabe (1/2) : un marché mondialisé

Le quotidien Le Monde a publié récemment un article sur les traitement réservé aux employées de maison au Liban. Un traitement qui, trop souvent, prend la forme d’un véritable “esclavage moderne”, et pas seulement au Liban mais dans toute la région.

Si le sujet n’est pas totalement tabou dans les journaux arabes, il est tout de même le plus souvent relégué dans les pages “société” de la presse à sensation. En revanche, il suffit de parcourir la Toile, et les forums en particulier, pour comprendre que le sujet, brûlant, fait partie des questions qui agitent singulièrement les sociétés de la région. En général, on se préoccupe surtout des conséquences pour les enfants ou encore pour l’équilibre “sentimental” de la famille d’un phénomène de plus en plus répandu.

Pourtant, on observe également une lente prise de conscience. Ainsi, à l’occasion de la fin du ramadan, une agence saoudienne (celle de Qaswara al-Khatib, dont on a déjà parlé ici) a financé, avec d’autres donateurs, la réalisation de trois clips destinés à inciter les téléspectateurs et employeurs de domestiques – la quasi-totalité de la société saoudienne en fait – à user de plus de clémence vis-à-vis de leurs employées, sur le thème du précepte coranique : “Celui qui n’est pas clément avec les autres, Dieu ne sera pas clément avec lui”. Il est prévu que le clip soit diffusé sur la MBC et la LBC, deux très grosses chaînes satellitaires privées.

Aujourd’hui, l’emploi de domestiques étrangères, en provenance d’Asie (Philippines, Indonésie, Sri Lanka, Thaïlande…) ou d’Afrique (Ethiopie, Erythrée…) n’est plus limité à quelques pays riches et à leurs classes aisées. C’est le cas de la Syrie par exemple, où on n’en trouvait pratiquement pas il y a encore 4 ou 5 ans et où l’on considère maintenant, y compris dans les familles très “ordinaires” voire modestes, qu’il faut s’offrir ce type de service (voir cet article en arabe). Avec les conséquences que l’on peut imaginer dans des sociétés peu ou mal préparées à ces réalités nouvelles, ne serait-ce que sur le plan légal. Toujours dans le cas de la Syrie, traditionnellement exportatrice de main-d’oeuvre peu qualifiée, il a fallu adapter la législation à la nouvelle situation. En novembre 2006, une législation pourtant récente – elle avait été adoptée en 2001 – sur l’emploi de personnel étranger a modifié le cadre légal des “bureaux” spécialisés dans l’importation de ce type de personnel (voir cet article en arabe dans la publication économique syrienne Al-Iqtissadiya).

Dans nombre de pays, il est devenu difficile, avec les progrès de l’éducation, de trouver du “personnel autochtone” : plus instruites, les bonnes deviennent exigeantes, voire rebelles ! Les étrangères, corvéables à merci, sont venues à point nommé pour remplacer les petites paysannes adolescentes et analphabètes, louées par leurs familles, faute de meilleure solution, pour un salaire de misère…

Mais il s’agit aussi d’une véritable mode, que contribuent à propager, indéniablement, les conceptions locales du paraître social (التباهي) et le plaisir, trop humain, de se faire servir, 24 heures sur 24, pour souvent moins de 100 dollars par mois. Une mode favorisée par une mondialisation qui abolit les frontières pour les marchandises et les services tant il est clair qu’il s’agit d’un commerce de “commodités” et non de personnes : d’ailleurs, les “zones de réception” pour domestiques dont parle Dominique Torrès dans l’article du Monde existent dans la plupart des aéroports de la région.

La “traite des bonnes” – comme on a pu parler de “traite des noirs” – est un commerce lucratif. Gérer un “parc” d’employées de maison est un business qui rapporte gros quand on sait que l’importation de la “tête” représente, selon les pays, un investissement qui ne dépasse guère les deux mille dollars entre billet d’avion, taxes et inévitable petite corruption pour graisser les rouages de la machine importatrice. Les journaux publient sans problème les annonces que passent les centaines de bureaux spécialisés, offrant aux éventuels clients, parmi d’autres précisions…, de choisir, parmi une gamme de nationalités plus ou moins chères, selon la réputation, la “bonne” dont ils souhaitent acquérir les services.

Car il y a bien marché, capable par moment d’imposer sa propre logique. Il arrive ainsi que les besoins se développent au-delà des capacités de l’offre, avec pour conséquence de faire monter les prix inconsidérément ! Dans les pays du Golfe, ramadan est ainsi synonyme de pénurie : un vrai scandale ! A en croire les journaux, c’est presque à prix d’or qu’on s’arrache alors les rares employées disponibles (et même les chauffeurs dans les pays du Golfe). Un article du quotidien saoudien Al-Watan s’offusquait ainsi, en 2005, de voir qu’il fallait parfois payer jusqu’à 1700 rials par mois pour une Indonésienne (un peu plus de 450 dollars) ! Heureusement, l’Ethiopienne restait un peu plus abordable (1000 rials) pour ne rien dire de la Somalienne, disponible pour 800 seulement !

On en arriverait presque à plaindre les pauvres employeurs contraints de passer par tous les caprices de celles qui acceptent de travailler chez eux… Il va de soi que la réalité quotidienne est assez différente et que ce sont bien les femmes de maison, souvent privées de passeport et plus généralement de tout droit, qui sont, littéralement, “bonnes à tout faire”, y compris dans le domaine sexuel.

(la suite la semaine prochaine)

Ajout (26/11/07) : un lien pour consulter le rapport de l’organisation Human Rights Watch sur l’exploitation de domestiques sri-lankaises au Moyen-Orient, sous le titre : Sri Lankan Domestic Workers Face Abuse (en anglais)

Islam et vidéoclips (2/2) : Sami Yusuf

En principe, Sami Yusuf ne devrait pas faire partie des sujets dont on traite dans ces billets. Certes il revendique haut et fort son identité musulmane mais il n’est pas arabe. D’origine azérie, né en 1970 en Iran et élevé à Londres, Sami Yusuf est distribué par Awakening, une société britannique avec une filiale étasusienne, qui vend en ligne des islamic commodities : cd, livres, posters, vêtements…

Mais Sami Yusuf est aussi “l’inventeur” du vidéoclip islamique. Vedette internationale “islamiquement engagée”, le jeune chanteur au physique agréable fait partie depuis plusieurs années du paysage culturel arabe avec des concerts réguliers dans toutes les grandes capitales régionales. En plus de son site officiel, on trouve ainsi sur la Toile un site très élaboré réalisé par deux fans, Hishem, un graphiste égyptien et Omar, un étudiant en Business School aux Emirats.

Sami Yusuf est aussi régulièrement invité sur les plateaux des grandes chaînes arabes. En pareil cas, l’artiste doit être traduit. En effet, si les paroles de ses chansons sont en partie en arabe, l’artiste ne parle pas cette langue, en tout cas pas suffisamment pour s’exprimer à la télévision. Comme de nombreux musulmans non arabophones, Sami Yusuf reprend dans ses prières, et dans son cas dans ses chansons et ses clips musicaux exclusivement religieux, un certain nombre de formules prononcées, pour lui, dans une langue étrangère, exactement comme le latin des prières catholiques… (Voir en lien le second clip, entièrement en arabe.)

C’est en 2003 que Sami Yusuf se fait connaître avec la sortie de son premier CD “Al-Mu’allim” (“Le Maître”, par allusion au Prophète de l’islam) vendu à plus d’un million d’exemplaires. Les ingrédients d’une recette dont la réussite n’a fait que se confirmer depuis sont déjà réunis : des paroles – en anglais et en arabe donc, dans la tradition du “nashid”, la louange de Dieu, sur une musique “halal” (islamiquement correcte) car associant seulement voix et percussions même si des titres plus récents associent le piano, le tout superbement illustré dans un vidéoclip vantant, selon des codes graphiques des publicités US pour Hollymood Chewing Gum, les beautés éternelles de la nature et du genre humain…

Le succès n’est pas venu tout seul, en tout cas dans le monde arabe. Dans ce cas précis, il est lié à l’évidence à l’amitié d’une autre vedette des médias islamiques actuels, le prédicateur ‘Amr Khaled, déjà mentionné la semaine dernière. A en croire cet article publié sur le site Islam-Online, leur rencontre s’est faite à Londres, une villégiature que les autorités égyptiennes avaient fermement suggéré au prédicateur qui commençait à prendre un peu trop d’importance dans son pays natal. (Sans être franchement interdit, ‘Amr Khaled y reste aujourd’hui encore assez modérément apprécié par le pouvoir politique et religieux.) C’est donc sur le sol britannique que la collaboration entre les deux hommes a commencé, à l’occasion de soirées où le tour de chant de la Muslim World Star succcédait aux conseils de vie délivrés par le prédicateur préféré de la jeunesse.

Tout naturellement, cette collaboration s’est prolongée sur le sol égyptien. Lorsque Sami Yusuf y a entamé sa carrière arabe en 2005, ses premiers plateaux télévisés ont eu pour cadre la très célèbre émission religieuse – sur une chaîne privée – de ‘Amr Khaled. Et c’est la même compagnie, au nom directement inspiré des méthodes des télévangélistes US, “Good News for Me”, qui gère le business des produits dérivés, à commencer par le lucratif commerce des CD.

A l’époque, ce qui ressemblait un peu trop à une campagne promotionnelle avait d’ailleurs suscité quelques remous et Sami Yusuf avait dû s’expliquer sur le sens d’une démarche (par exemple sur les antennes d’al-‘Arabeyya) qui avait contre elle de trop bousculer les codes locaux, notamment en réduisant la scène égyptienne et arabe au statut de banlieue provinciale du show biz religieux planétaire ! Bien loin de vouloir passer pour un prédicateur ou même seulement un imam – ce sont ses termes -, il se considérait seulement comme un représentant de cette jeunesse issue “des sociétés orientales”. Nul besoin d’argent dans sa carrière de chanteur, nul désir de gloire, précisait-il encore, mais uniquement l’envie de faire passer le message divin dans le monde actuel en montrant – et là il s’agit de notre interprétation – qu’on peut être musulman et moderne, jeune, beau et pieux…

Un point de vue qui trouve à l’évidence un écho dans le monde arabe et chez les musulmans, en tout cas auprès de ces classes montantes des bourgeoisies locales qui offrent à leurs enfants les meilleures universités anglophones, de plus en plus dans les antennes créées sur place, depuis un certain 11 septembre… Un islam fortuné et hype – les décors des clips de Sami Yusuf sont tout sauf misérabilistes – qui ne croit pas en l’action politique mais qui vante au contraire les vertus de la réussite individuelle laquelle, pour peu qu’elle soit morale, ne peut que bénéficier à l’ensemble de la société.

On a déjà évoqué dans un précédent billet cet “islam soft”. Comme pour d’autres courants prétendument apolitiques, telles les pratiques quiétistes des confréries soufies, nombreux sont ceux qui, inquiets de la montée de l’islam politique, sont prêts à accorder une “bénédiction” fort intéressée à cette “positive islamic attitude“.

Liens
– Des vidéoclips de Sami Yusuf en pagaille sur la Toile. Par exemple Al-Mu’allim avec Yusuf Sami en photographe friqué et profondément croyant, ou encore ce titre, Asma Allah (les noms de Dieu), qui décline, dans une atmosphère d’une blancheur virginale, les différents noms – sacrés – de Dieu en faisant défiler toute la diversité des visages de musulmans et de musulmanes (pas toutes voilées), races et âges confondus.
– Pour ce chanteur bien prudent sur le terrain de la politique, un entretien sur al-Jazeera où il évoque tout de même la Palestine..
– Le site de la société Awakening.
– Un article ancien (2004) dans Al-Ahram en français alors que la vedette faisait son apparition sur la scène arabe.

Islam et vidéoclips (1/2) : le repentir du "progressiste"

La pop-star Tamer Husni et le prédicateur ‘Amr Khaled

La mode est aux vidéoclips moraux dans le monde arabe. La sortie durant l’été de la première production de ce genre, intégralement tournée en Arabie saoudite avec un budget d’environ 100 000 dollars offerts par diverses sociétés locales, a marqué les esprits. “Le seul vrai truc, c’est Dieu” (traduction bien libre de ما لك غير الله) a été réalisé par un jeune talent local, Qaswara al-Khatib (قصورة الخطيب), P.-D.G. de la société Full Stop (en arabe dans le texte !).

A défaut d’être original, le pitch du clip en question a le mérite d’être net et précis. Un jeune professional saoudien – on le voit derrière son ordinateur dans ce qui ressemble à une agence de publicité – est dans un jour “sans” : il trébuche en faisant son jogging, se fait rembarrer au boulot… Pire, les séquences qui suivent nous le montrent avec ses copains en train de fumer ce qui ressemble à un joint et de draguer des jeunes femmes sur un banc. Mal lui en prend : sa fiancée qui passe par là le surprend et jette la bague qu’il lui a offerte !

Pour les détails de l’histoire, le clip est disponible ici (et il y a même des sous-titres en anglais). Ce qui compte, c’est que le héros, à la suite d’un accident de moto, finit par retrouver la “Voie juste” et comprend que “lorsque tout va mal, le seul vrai truc, c’est Dieu”…

Comme l’avait bien remarqué à l’époque Amal A., qui tient en anglais Arab Woman Progressive Voice, un blog qui a un peu les mêmes préoccupations que ces billets, il n’y a rien d’innocent à ce que la caméra s’attarde à plusieurs reprises sur le T-shirt que porte le jeune motard lorsqu’il est encore dans l’erreur. Quand il reste à bosser et à fumer derrière son écran alors que les collègues de bureau font la prière, le T-shirt aussi immaculé que sa dashdasha de sortie proclame en anglais et en grandes lettres rouge sang – couleur prémonitoire de l’accident – le message fatal : PROGRESSIVE. (Oui, progressive comme dans le titre du blog d’Amal A. !!!)

“Progressiste”, ou encore “libéral” comme on l’a vu au cours de notre série sur les feuilletons de ramadan, sont autant de gros mots aux yeux de ceux qui espèrent remettre la jeunesse sur la bonne voie en finançant des messages de ce genre (en plus du coût du tournage, une campagne de placards publicitaires a accompagné la sortie du clip en Arabie saoudite).

Temps de piété et de dévotion, ramadan est certainement plus encore une période de consommation. Et l’idéal, pour le commerce, est certainement d’associer les deux aspects de ce mois de fête.

On comprend dès lors que nombre de chanteurs et de chanteuses, pourtant loin d’être toujours exemplaires le reste du temps, s’accordent pour sortir précisément durant cette période de l’année un CD, avec les clips qui vont avec, composé exclusivement de chansons religieuses. Le quotidien Al-Hayat a ainsi dressé une liste impressionnante de grands noms de la scène arabe qui ont sacrifié à ce nouveau rite, à commencer par les deux enfants terribles de l’écurie de Nasr Mahrous, le Star Maker de la scène égyptienne, Chirine Abdel-Wahhab et Tamer Husni (تامر حسني).


Tamer Husni dans Omar et Salma

Ce dernier mérite qu’on s’arrête un peu à son histoire. Tamer Husni est en effet LA grande vedette de la jeunesse égyptienne et arabe. Plus encore que ‘Amr Diab (dont on a parlé ici et qui appartient à une génération un peu plus âgée), il cultive un look aussi peu sage que pouvait l’être sa vie privée à en croire les magazines spécialisés. Salma et Omar, le dernier film dans lequel a tourné le jeune chanteur, a ainsi été descendu en flèche par la critique qui lui a reproché de ne rien faire d’autre que d’exposer sa virilité tapageuse.

Mais il faut parler à l’imparfait car Tamer Husni, à l’image du jeune saoudien accidenté, a retrouvé la “bonne voie”. Non pas à la suite d’un accident de la route pour la pop star qui a commencé à gratter sa guitare à la grille de l’Université du Caire – quoi de plus libéral et progressiste ! – mais après ses malheurs avec la justice locale qui lui a reproché d’avoir falsifié des documents pour échapper au service militaire et qui l’a condamné, pour ce délit, à 9 mois de prison, en mai 2006.

Pendant son incarcération selon certains récits, juste à sa sortie de prison selon d’autres, Tamer Husni a fait une rencontre déterminante, celle de “l’homme le plus influent du monde arabe” à en croire le magazine Time, le prédicateur new look, ‘Amr Khaled (voir ce billet)… Idole de la jeunesse et des médias, mais dans un autre registre bien entendu, celui des shows religieux télévisés, ‘Amr Khaled en accordant son amité à la jeune étoile déchue lui a permis de se repentir et d’abandonner une existence sans morale. Mieux, Tamer Husni est même devenu un chanteur “engagé” (ملتزم), engagé non pas au sens occidental du terme mais “engagé pour le bon combat”, celui de la morale et de la foi.

A l’occasion de ramadan, la vedette de la chanson a donc sorti un CD religieux qui porte justement le titre de l’émission vedette de la star de la prédication islamique, “Le paradis est à notre porte” (mot-à-mot : le paradis est dans nos maisons الجنة في بيوتنا). Mieux, chaque titre de l’album CD est en fait celui d’un des épisodes de la série que ‘Amr Khaled diffuse pendant le mois sacré et qui passe en prime time sur les grandes chaînes satellitaires comme Kowait TV ou Al-Risâla (‘Amr Khaled, malgré sa célébrité – ou plutôt à cause d’elle – est tenu à l’écart des ondes égyptiennes officielles de peur qu’il fasse de l’ombre aux autres professionnels du prêche…)

Il faut être naturellement affreusement mécréant pour voir dans cette collaboration entre ces deux icônes, ces deux “références” du jeune public arabe, autre chose qu’une manifestation de ferveur religieuse ; une superbe opération de marketing médiatique par exemple. Le site Islam-Online, proche des Frères musulmans, s’y risque pourtant dans un article (en arabe) qui prédit que la relation entre les deux vedettes des médias n’a pas fini d’être turbulente. On peut interpréter cela comme une réaction d’agacement devant le succès que remporte la concurrence sur le créneau religieux mais il n’est pas interdit d’y voir aussi un rejet authentique de cette manière d’exploiter médiatiquement – et financièrement – le filon religieux.

Quelques liens :

– Pour les arabophones, un épidode du “Paradis à notre porte” dans lequel Khaled, avec sa voix par moments étrangement haut perchée, explique le principe de la série d’émissions.
– Un article dans Al-Quds al-‘arabi qui évoque le peu d’empressement des chaînes officielles égyptiennes à diffuser ‘Amr Khaled, en dépit de son succès.
– Deux articles (1 et 2 dans Al-sharq al-awsat à propos du clip saoudien et de son réalisateur.