Le retour d’Enrico Macias en Algérie : l’amitié a un prix

Aux dernières nouvelles, celles que donnait en tout cas jeudi 22 novembre le site de la télévision Al-Jazira, Enrico Macias n’accompagnera pas Nicolas Sarkozy lors de la visite que ce dernier doit effectuer en Algérie du 3 au 5 décembre prochains. Bien que des travaux d’embellissement y aient été lancés en prévision du passage du président français, Enrico ne reverra pas sa ville natale, Constantine, quittée en 1962.

Etre un ami proche de l’ancien président, s’être prononcé pour sa candidature lors d’une émission de Ruquier à la télévision en dépit de ses sympathies à gauche, avoir chanté pour lui à Bercy lors de son meeting final, rien n’y aura fait : Enrico Macias ne sera donc pas “le plus heureux des hommes” en retrouvant le pays de son enfance, comme il l’avait déclaré dans un entretien pour Le Jour d’Algérie . Cette nouvelle tentative de retour au pays n’aura pas eu plus de succès que les précédentes.

En 2000, l’invitation du président Bouteflika, rencontré au sommet de Davos, avait suscité de très fortes protestations en Algérie, notamment celle de la “Coordination nationale contre la normalisation” [avec Israël] alors dirigée par celui qui est devenu aujourd’hui le chef du gouvernement, Abdelaziz Belkhadem. En 2003, un projet de tournée avait dû être abandonné, ainsi que celui d’une visite imaginée en 2006, lorsque le succès du retour de Zineddine Zidane, autre exilé célèbre, avait fait naître chez Enrico Macias des espoirs que l’Express avait aimablement relayés dans un article …

Il faut dire que le prix de l’amitié menaçait d’être lourd à payer pour le président français dont l’objectif pour cette visite est de réaliser, non pas trois milliards d’euros de contrats divers comme au Maroc, mais quatre. Et cela ne se fera pas si l’ambiance n’est pas là… Or, comme le soulignait perfidement un communiqué de la “Coordination nationale contre la normalisation” déjà mentionnée, comment Sarkozy pourrait-il emmener avec lui l’ancien pied-noir alors qu’il s’était gardé de se faire accompagner, pour ne pas blesser la susceptibilité du trône chérifien, par certains “officiels français d’origine marocaine”, y compris pour les plus… proches, Rachida Dati pour ne pas la nommer ???!!!

Certes le chanteur reste incontestablement populaire en Algérie, mais il n’est pas pour autant en odeur de sainteté. Un article d’Alsharq al-awsat en décembre 2002 signalait ainsi qu’un étudiant avait cherché à lui témoigner par écrit son admiration, ce qui lui avait d’ailleurs valu de se faire passer un savon par la police locale…

Car en plus d’un lieu et d’abord à Constantine, la mémoire est loin d’être apaisée en ce qui concerne la Guerre de libération (حرب تحرير : on ne dit pas les “événements d’Algérie” de l’autre côté de la Méditerranée…). La venue du chanteur en tant qu’accompagnateur officiel du président français serait même vécue comme une “insulte” (اهانة : le mot est proche de l’humiliation) à la mémoire des moujahidines. Dans la capitale de l’Est algérien, le nom de Gaston Ghrenassia, le vrai patronyme d’Enrico Macias, est en effet associé à travers son beau-père, le célèbre musicien “cheikh” Raymond Leyris assassiné en 1961, à une famille juive dont on affirme, selon cet article d’Al-Quds al-‘arabi, qu’elle prit ouvertement le parti des colons et qu’elle aurait sur la conscience la mort de nombreux combattants nationalistes.

Pour ne rien arranger, Enrico Macias ne fait pas mystère de son soutien à l’Etat d’Israël et il accepte toujours généreusement de chanter bénévolement pour les œuvres de bienfaisance de l’armée israélienne. En janvier 2006 notamment, au profit de Migdal, une association sioniste clairement de droite. A cette occasion, et avec cet aspect chaleureux qui le caractérise, on a pu ainsi l’entendre ainsi déclarer : “Depuis le début de ma vie je me suis toujours donné corps et âme pour l’Etat d’Israël mais en premier lieu pour Tsahal, mais maintenant pour Magav. (…) Je fais pas ça ni pour ma publicité, ni pour ma carrière, ni rien du tout … Je me suis toujours donné pour l’Etat d’Israël, donc pour Tsahal et pour Magav, et pour Migdal.(…) Croyez-moi, c’est ça le miracle d’Israël…” Facilement disponible sur internet, la vidéo ferait certainement beaucoup d’effet en Algérie en cas de visite du chanteur avec le président français !

S’il veut tellement revoir son pays d’origine, Enrico Macias devrait peut-être suivre les conseils que lui donne l’auteur d’un article publié sur le site lemague.net et signé Ben Ali : pourquoi ne pas faire comme tout le monde et prendre le bateau ou l’avion, comme d’autres artistes pieds-noirs célèbres avant lui : Robert Castel, Guy Bedos ?… Encore mieux, il devrait se joindre à la magnifique troupe d’El Gusto, cette bande d’amoureux du chaabi algérien.

Toutes générations, nationalités et origines religieuses confondues, les membres de cette sorte de Buena Vista Social Club algérien se retrouvent pour le plaisir de jouer ensemble, après avoir été séparés pendant des années par les suites de la guerre. Découvrez cette vidéo, juste pour el gusto !

Guerre des moeurs, guerre des marques : interdiction des "artistes" libanaises en Syrie

Haïfa Wehbe et sa bande

Parallèlement au mot “fannânât” (فنانات), l’arabe moderne utilise également le terme “artîstât” (أرتيستات) qui désigne, de manière assez équivoque, certaines vedettes féminines qui “se servent de leur esthétique pour assurer leur succès” (اللواتي يتسخدمن مظهرهن الخارجي كوسيلة لنجاحهن) comme on peut lire dans un des articles consacrés par le site elaph.com au sujet de cette semaine.

Des artîstât qui sont en effet très présentes dans les pages de la presse arabe, même la plus sérieuse, depuis les déclarations du responsable du “syndicat des artistes syriens” (نقابة الفنانين السوريين : “artistes” au masculin, pour cette organisation professionnelle parfaitement respectable). Car Salâh ‘Ubayd – c’est le nom de ce parlementaire élu à ce poste syndical jusqu’en 2014 comme il s’en vante – a décidé en juillet dernier de lancer une campagne contre “l’art dégradé” (al-fann al-hâbit : mot-à-mot : l’art qui s’abaisse), contre cette “pollution morale” (التلوث الاخلاقي) qui caractérise des pratiques relevant à ses yeux davantage du strip-tease que de la chanson. En conséquence, Haïfa Wehbe mais également Elissa et Nancy Ajram, sans oublier Dominique et toutes les autres, ne seraient plus autorisées à vendre leurs charmes de l’autre côté de l’Anti-Liban.

L’oukase du patron des artistes syriens a valu à cet acteur de réputation très moyenne non seulement les honneurs de toutes les feuilles à scandale et d’innombrables entretiens sur les chaînes satellitaires, mais également les félicitations de quelques imams de mosquée qui ont salué le mérite de “l’artiste croyant” (الفنان المؤمن : comprendre Salâh ‘Ubayd). Dans le climat politique local, la sortie d’un député soutenu par le Baath, le parti au pouvoir plutôt libéral (sur le plan des moeurs bien entendu !), est en quelque sorte du “pain bénit” pour l’opposition religieuse qui fait du respect de la stricte morale musulmane un de ses chevaux de bataille.

Dans un premier temps, de nombreux commentateurs ont cru que le boycott des artistes libanaises par la Syrie était politique, surtout dans le contexte des relations entre les deux pays depuis l’assassinat de Rafic Hariri. Hayfa Wahbe aurait ainsi chanté pour “Doc’ Geagea”, le patron des Forces libanaises, Elissa, aurait participé au “Independence Day”, la grande manifestation du 14 mars, et Nancy Ajram se serait permis des propos désobligeants sur la situation des libertés dans la “Syrie soeur” (سوريا الشقيقة).

La rumeur du boycott se répandant comme une traînée de poudre, notamment sur les innombrables sites où les fans partagent leur passion pour les vedettes du vidéoclip arabe, le président du syndicat des artistes syriens a tenu à confirmer qu’il n’y avait dans cette mesure aucun ostracisme envers les Libanaises. Même si une de ses déclarations avait pu laisser croire qu’on leur reprochait de ne pas avoir payé à l’Etat syrien les taxes sur leurs prestations dans ce pays, Salâh ‘Ubayd a bien précisé par la suite que cette décision devait se comprendre comme une forme de protection morale (محمية اخلاقية) contre d’innombrables attentats au bon goût dont se rendent coupables de trop nombreuses artistes. La liste noire dressée par ses soins révèle ainsi qu’elles sont souvent libanaises mais pas exclusivement puisque la sulfureuse égyptienne Ruby (sur la photo) y figure également.

Cette interdiction est sans nul doute un coup sévère pour les Syriens amoureux de l’art sous toutes ses formes, mais plus encore pour les professionnelles libanaises dont les activités sont durement frappées par une crise politique qui ruine les échanges touristiques autrefois si puissants et si riches. Certaines artistes militent à leur manière pour une réconciliation entre les deux pays et Dominique “Farfoura” Hourani (photo de la page d’accueil de son site) a ainsi eu l’idée de lancer un clip avec une chanson en syrien. Hélas, ceux qui ont eu l’occasion de l’écouter affirment que ses trop nombreuses erreurs de prononciation risquent surtout d’aggraver les choses !

Pour surmonter la crise, d’autres n’hésitent pas à payer de leur personne pour proposer une gamme de services inédits destinés à la clientèle des nouveaux marchés. Elissa, en tête de la “liste noire” syrienne semble-t-il, vient ainsi de se rendre aux Emirats pour lancer, dans le très luxueux palace Emirates Tower, sa propre gamme de parfums, “Elle d’Elissa”.

Dès lors que les chaînes satellitaires continuent à bombarder les malheureux spectateurs syriens de vidéoclips tous plus pernicieux les uns que les autres, beaucoup s’interrogent sur les véritables motifs de la décision prise au début de l’été par le responsable du syndicat des artistes syriens. Après avoir prévalu un temps, l’hypothèse la plus immédiatement politique, celle d’une vulgaire attaque contre les ambassadrices du charme libanais, est désormais écartée. Reste donc une lecture tout aussi politique, mais moins immédiate, celle de la répression de toutes les formes de liberté – y compris sexuelle – sous prétexte de morale et de religion. C’est l’opinion d’un journaliste algérien qui, dans un article en français, fait une bonne place aux péripéties des artîstâts des vidéoclips dans la litanie des atteintes récentes aux libertés dans le domaine de l’art et des moeurs.

Mais une autre interprétation est possible : le refus des artîstât, libanaises ou non, a d’autres fondements politiques. Il exprime – ou bien il exploite, comme on voudra – le refus de ce que l’intéressante notice de Wikipedia sur Nancy Ajram appelle “l’ajramisation des sociétés du monde arabe”, à savoir un processus d’occidentalisation qui va bien au-delà des moeurs et des comportements sexuels car il implique aussi l’acceptation de l’hyperdomination économique globalisée. Tout cela est remarquablement expliqué (en anglais) dans un billet intitulé The cola wars come to panarabia, sur un blog furieusement éclectique que je ne connaissais pas : Revolt in the desert (Adorno y voisine avec Nancy Ajram et c’est bien intéressant !)

De ce point de vue, il est assez inévitable qu’en Syrie, bête noire des Américains, des voix s’élèvent au nom de la morale pour faire de la politique (et que des voix politiques fassent la morale). Elles prétendent faire barrage aux ambassadrices de charme de Coca-Cola et de Pepsi, les Nancy Ajram (à gauche) et autres Elissa (à droite), vedettes du marché arabe pour les multinationales du Cola.

En prime, le clip de la semaine : “Farfoura” par Dominique Hourani, qui a fait date semble-t-il par l’apparition en maillot de la chanteuse (ex-mannequin).

Foot, guerre et politique au Moyen-Orient

Scènes de joie à Bagdad
après la victoire de l’équipe nationale


On peut s’en rendre compte en observant comment la télévision nous montre ou non, en France, la tribune présidentielle et ses occupants : la politique n’est pas toujours hors-jeu dans les matchs de foot internationaux. Région de passions politiques, et passionnée par la politique, le monde arabe connaît aussi le même mélange des genres.

Sur le plan sportif, la victoire de l’équipe d’Irak lors de la dernière coupe d’Asie en juillet dernier reste le grand événement de ces derniers mois. Venant après le succès de la candidate irakienne, lors de la dernière Star Academy arabe, la plus célèbre sans doute des émissions télévisées dans la région, cette bonne nouvelle a donné aux Irakiens, qui n’en ont pas beaucoup, une occasion, de se réjouir. Et pour le foot (cela n’avait pas été le cas pour la finale de la Star Ac’), les fans ont pu suivre le match à la télévision car il n’y a pas eu de panne de courant !

Des larmes de joie, et même des coups de feu – en l’air pour une fois ! – ont salué la victoire des “Lions de Mésopotamie”. Dans un pays déchiré, tout le monde a apprécié la belle entente entre les membres chiites et kurdes de l’équipe, dont les passes ont mené au fait marquant du match : le but décisif du capitaine sunnite !

Début août, l’équipe nationale a fait un retour triomphal à Bagdad, avec réception et discours par les plus hautes “autorités” politiques… dans la zone verte sous contrôle américain. Mahmoud Younis, l’auteur du but vainqueur, en a toutefois déçu plus d’un en déclarant qu’il ne rentrerait pas dans son pays. Il a demandé à ses concitoyens de l’en excuser, expliquant qu’il rentrait rejoindre son club au Qatar, faute de sécurité en Irak mais aussi parce qu’il ne croyait pas aux bienfaits de l’occupation américaine.

Bagarre générale sur un stade turc
après un incident entre deux joueurs israélien et égyptien


Mais la guerre est d’abord sur les terrains. A en croire le quotidien israélien Haaretz, le championnat turc a ainsi donné lieu juste après la victoire irakienne à un nouvel épisode du conflit israélo-arabe. Une faute a été commise durant la partie contre un joueur du Sivasspor, un certain Pini Balili. Rien de bien grave en principe, sauf que l’agresseur de Balili, qui est un ancien international israélien, est lui aussi un étranger jouant dans le championnat turc, le défenseur égyptien Ayman Abdelaziz.

Apparemment, Balili fait l’objet d’un traitement spécial de la part des défenses locales car il avait déjà eu maille à partir avec un autre joueur égyptien, Abdel-Zaker al-Saka. C’était en septembre 2006 et Balili n’avait pu s’empêcher de confier aux gazettes sportives que Saka avait voulu se venger des bombardements israéliens sur le Liban. Opposé comme nombre de ses compatriotes à la moindre “normalisation” avec l’Etat hébreu, Saka avait eu lui-même l’occasion de déclarer quelque temps auparavant qu’il ne serait pas sur la feuille de match si son équipe rencontrait un club israélien, et qu’il avait même refusé une proposition financièrement très intéressante en Allemagne pour ne pas avoir un Israélien comme partenaire.

En Turquie, de tels incidents restent exceptionnels. En Israël, apparemment, c’est monnaie courante, en tout cas lorsque le célèbre “Bitar de Jérusalem”, connu pour ses supporters racistes qui s’opposent depuis toujours à tout recrutement d’un joueur arabe et/ou musulman, rencontre la modeste “Entente des enfants de Sakhneen” (اتحاد ابناء سخنين), une petite ville de Galilée, la seule formation arabe du championnat israélien, qui bénéficie à ce titre du soutien enthousiaste de ceux qu’on appelle souvent dans la presse arabe les “Palestiniens de 48″ (et dans la presse internationale, plutôt les “Arabes israéliens” : notez la différence !).

Pour ce match sur le stade construit grâce à des fonds du Qatar, les supporters du Bitar ont fait leur entrée en insultant le président Arafat (remarquez qu’ils n’ont pas choisi Mahmoud Abbas !). Ils ont continué en injuriant l’islam et son prophète, tout en brandissant le drapeau israélien. Très mobilisés, les supporters de “l’Entente des Enfants de Sakhneen” ont répliqué avec le drapeau palestinien et celui du Hamas (un signe, là encore), en criant « Allahu akbar » et même en insultant le prophète Moïse pour faire bonne mesure !

Il faut dire que le Bitar n’est pas un club tout à fait comme les autres. C’est le club favori de la droite nationaliste israélienne, et il compte à ce titre, parmi ses supporters, quelques figures politiques célèbres, comme l’ancien Premier Ministre likoudnik Benjamin Nathaniahu. Des supporters qui, lors d’une rencontre récente en présence de l’actuel Premier ministre Ehud Olmert, se sont mis à siffler lors de la minute de silence demandée à la mémoire d’Yitzhak Rabin. Il faut dire qu’on était au stade du Maccabi Haïfa, l’autre bête noire des supporters du Bitar.

La ballon rond est donc très loin d’abolir les conflits, ou même seulement les frontières. Le quotidien Al-Quds a ainsi repris le 20 octobre dernier une étonnante histoire publiée dans les pages sportives du Yediot Aharonot. Il se trouve qu’un attaquant étranger, brésilien d’origine italienne, jouant dans une équipe israélienne déplore de ne pas être davantage en contact avec son frère jumeau qui n’habite pourtant pas bien loin, guère plus d’une centaine de kilomètres en réalité. C’est à peine s’ils peuvent communiquer entre eux par Internet. En effet, le frère en question est également footballeur professionnel, lui aussi recruté par un club étranger. Mais il joue défenseur, dans une équipe syrienne !

Fatwas pour un président

Nicolas Sarkozy et cheikh Tantawi
Al-Azhar, décembre 2003

Alors que le mufti est une vieille connaissance de la langue française puisque sa présence est attestée dès 1546 (sous la jolie orthographe de “mofty”), la fatwa, selon le Robert historique dirigé par Alain Rey, n’y fait son entrée qu’en 1989 lors de la condamnation par l’imam Khomeini des Versets sataniques de Salman Rushie. Contrairement à une idée reçue, une fatwa n’est pas une interdiction. Il s’agit en fait, sur une question pour laquelle les textes de la religion n’offrent pas de réponse immédiate ou évidente, d’un avis émis par une personne en principe autorisée à le faire, sur la base de sa connaissance du fiqh, en d’autres termes la jurisprudence, la somme des traditions juridiques héritées du passé.

Pendant des siècles, des fatwas ont été délivrées par des religieux pour aider les croyants à trouver des solutions dans leur vie de tous les jours, un peu à la manière dont un curé de paroisse pouvait être le conseiller de fidèles confrontés à une difficulté (un rôle que remplit aujourd’hui, anonymement et efficacement internet, grâce à d’innombrables sites où l’on peut trouver, en ligne, “sa” fatwa). Evidemment, des avis de personnes autorisées ont également été émis à l’occasion d’enjeux bien plus importants, dans le domaine politique en particulier, suscitant toutes sortes d’âpres contestations.

Le système a fonctionné vaille que vaille pendant des siècles. Mais comme le rappelle notamment cet article dans le très bon dossier (entièrement en arabe) réuni sur la question par la rédaction du site islam-online, il est entré en crise au XIXe siècle, dès lors que le mufti, et le faqîh (spécialiste de fiqh) en général, sont entrés en concurrence avec ces rivaux que la modernisation du monde arabe avaient fait apparaître : le muthaqqaf (l’intellectuel : مثقف) et le mufakkir (le penseur : مفكر). Aujourd’hui que ces derniers, comme partout ailleurs, ont tendance à être supplantés par les journalistes et de plus en plus par les stars de la communication de masse (présentateurs, acteurs, animateurs, etc.), le monde de la fatwa est visiblement pris de folie.

Les exemples récents de fatwas proprement insensées ne se comptent plus. On a ainsi beaucoup parlé, et beaucoup ri (jaune en ce qui concerne de très nombreux musulmans, versés ou non dans les sciences de la religion) après l’avis émis par deux cheikhs d’Al-Azhar pour trouver une solution au problème suscité par la présence d’un homme et d’une femme dans la même pièce, sans témoins, par exemple sur leur lieu de travail. S’inspirant d’une tradition remontant au temps du prophète de l’islam, ils ont proposé, sous forme d’avis juridique, que la femme donne le sein au collègue concerné. Devenue pour lui, à la suite de cet acte symbolique, comme une sorte de mère, elle ne peut plus être pour lui un objet de désir légitime…

En cherchant un peu, on doit pouvoir trouver des délires de ce genre dans bien d’autres religions mais il n’est pas étonnant que la nouvelle ait été tellement reprise dans la presse (voir ici par exemple) en ces temps où le muslim bashing se porte bien dans des médias (au sens où l’on a parlé de French bashing de la part des journaux américains quand la position de la France vis-à-vis de l’Irak ne leur plaisait pas).

Sur une scène médiatique arabe où les “chaînes-du-tout-religieux” poussent comme des champignons (un phénomène déjà évoqué ici), on peut faire l’hypothèse que nombre de muftis télévisuels sont avant tout à la recherche d’audience sur un marché devenu très concurrentiel. C’est peut-être l’explication du retour dans l’actualité d’une fatwa émise il y a quelques années et qui a naturellement suscité les protestations indignées de nombre d’acteurs et d’actrices. Affirmer qu’il n’est pas islamiquement correct de tourner, dans les feuilletons en particulier, des scènes de mariage ou de divorce car il ne faut pas se moquer, par l’image en l’occurrence, des liens sacrés du mariage, est en effet une manière assez certaine d’attirer sur soi les feux de l’actualité !

Il est évident que bien des avis religieux répondent aussi à des stratégies politiques à peine déguisées. Ainsi, lorsque le mufti saoudien déclare, juste avant le début de ramadan, que les télévisions satellitaires jouent le même rôle que les “corrupteurs” (مفسدون) et qu’il faut donc imaginer d’infliger à leurs responsables les peines prévues par la loi religieuse pour ce délit, il est clair qu’il prend position pour le camp conservateur à la veille de la grande offensive déclenchée par le camps des “libéraux” (sur ce terme, voir ce ici) à la faveur des longues veillées télévisuelle du mois de jeûne.

Compte tenu du fonctionnement des médias modernes, des erreurs d’appréciation peuvent être commises par les membres les plus chevronnés de la profession, tel Mohammed Sayyid Tantâwi (محمد سيّد طنطاوي), recteur d’Al-Azhar et à ce titre une des principales autorités religieuses en Egypte. Il a en effet déclaré à la radio, le 8 octobre dernier, que ceux qui diffusaient des informations sans fondement devaient, en vertu d’un verset coranique (sourate Al-Nour) concernant les fausses accusations d’adultère, être punis de 80 coups de fouet.

A l’heure où nombre de figures de la presse, y compris les plus célèbres, sont menacées de plusieurs années de prison pour avoir fait état de rumeurs inquiétantes sur la santé de Moubarak (alors que ce dernier n’a même pas fêté ses 80 ans !), certains se sont imaginé que c’était les journalistes que visait la fatwa du “recteur” d’Al-Azhar. Celui-ci s’est – mollement – défendu d’avoir eu une idée pareille, juste avant de prononcer un autre avis, tout aussi, fracassant.

Bien que rien ne soit officiel, il semble que Gamal Moubarak, le fils du président de la République égyptienne, soit très intéressé par le job de son père (voir ce billet). Aux esprits chagrins qui considèreraient cela comme une sorte de succession dynastique, Mohammed Sayyid Tantâwi a expliqué, dans un entretien donné à Al-Sharq, un journal qatari, que le fait que Gamal succède à son père à la suite d’une élection annule toute accusation de ce type. (Il ne l’a pas fait mais il aurait pu d’ailleurs citer en exemple George Bush Jr.)

Certains y ont vu une intrusion manifeste du religieux dans le champ politique (comme quoi, au passage, tous les musulmans ne mélangent pas nécessairement temporel et spirituel, dîn et dawla). Ils se sont même étonnés de voir tant de vertu accordé au principe de l’élection alors que le même recteur d’Al-Azhar venait précisément d’expliquer sur la chaîne MBC qu’il lui semblait préférable, dans le cas d’une fonction telle que la sienne, d’être désigné par le pouvoir plutôt que de devoir être élu, par un collège de ses pairs par exemple.

Ces mêmes esprits étroits, parmi lesquels on compte une organisation (interdite de réunion) de cheikhs d’Al-Azhar, ont osé évoquer le riche passé de Mohammed Sayyed Tantawi et la manière dont il avait, en 1989, réussi à légitimer les intérêts bancaires qui, pour tout le monde jusque-là ou presque, étaient clairement condamnés par la religion, au nom de l’interdiction coranique du prêt à intérêt.

Ils ont tout de même été assez charitables pour se dispenser en général d’évoquer une autre de ses fatwas mémorables, délivrée en décembre 2003 (voir cette traduction en français de son discours) quand M. Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, était venu le voir à Al-Azhar pour obtenir une fatwa sur la question de la prohibition du voile (islamique) dans les collèges et les lycées français. Le très souple Mohammed Sayyid Tantâwî avait donné alors son avis de juriste musulman, sa fatwa donc, pour expliquer qu’une musulmane se devait de suivre les lois du pays où elle vivait et que la religion, en ce cas, ne lui tiendrait pas rigueur d’être sans voile, “en cheveux” comme on disait autrefois.

On a les fatwas et les muftis que l’on mérite…