Damas, capitale de la culture… de résistance!

Depuis que le groupe arabe à l’Unesco en a eu l’idée en 1995 (article en arabe comme toutes les références de ce billet), chaque année un des pays de la Ligue arabe (créée en 1945) devient la “capitale culturelle” de la région : après Alger en 2007, le tour de Damas est donc arrivé. Et plus que jamais – en attendant de voir ce qui se passera pour Jérusalem, capitale de “l’Etat” palestinien, l’année prochaine… – ce grand événement culturel n’est pas totalement sans significations politiques…

Cela doit commencer par une petite révolution pour les créations graphiques affichées sur les camions, une pratique artistique particulièrement vivante dans toute la région comme on l’a vu précédemment : désormais, elles devront utiliser exclusivement la langue classique et donc éviter toute forme dialectale (voir cet article du Hayat).

C’est en tout cas ce que voudrait le très officiel “Comité pour le renforcement de la langue” (لجنة تمكين اللغة) qui demande également que toutes les enseignes – à l’exception de celles des grandes chaînes internationales – soient désormais rédigées en arabe (classique) avec, le cas échéant, une traduction, en caractères latins plus petits et en dessous de la version arabe. Pour trouver le bar branché Neutron, il faudra donc désormais chercher dans le dictionnaire la traduction du très classique نواة Nawât !

Idem pour les prêcheurs des mosquées et les profs dans les écoles qui devront s’abstenir de tout dialectalisme. Sans oublier les acteurs du feuilleton culte Bâb al-hâra, qui, pour la troisième série programmée pour le prochain ramadan, devront interpréter des voyous et autres fiers à bras tyrannisant les quartiers populaires du vieux Damas en s’exprimant dans une langue parfaitement châtiée !…

Cette exigence de “pureté linguistique”, que la Commission voudrait imposer y compris aux chauffeurs de bus (!), poursuit en fait une quête ouverte depuis la Renaissance arabe du XIXe qui plaça au cœur de son projet culturel et politique la question de la langue et de sa généralisation, dans une version modernisée et unifiée, à l’ensemble de la “communauté arabophone” (en arabe, oumma ‘arabiyya, une expression qui, naturellement, relève tout aussi bien du vocabulaire politique).

Le soin qu’il met à “arabiser” les rues de Damas le montre assez : le “cœur battant de l’arabité” (قلب العروبة النابض), comme aime à se décrire le pouvoir syrien, compte bien tirer tout le profit possible de l’événement qui tombe à point nommé comme le note le quotidien libanais Al-Safir, réputé ne pas être hostile à Damas…

Et pour mieux faire passer le message, les cartons d’invitation portaient cette citation de Nizar Kabbani, le très célèbre poète damascène récemment décédé : دمشق ليست سيفا أمويا على جدار العروبة أنها العروبة نفسها (Damas n’est pas une épée omeyyade sur les murailles de l’arabité, elle est l’arabité même !)

Mais sur le plan politique, dans le cadre très “explosif” des relations syro-libanaises, la grande affaire, c’est naturellement la venue en Syrie de la chanteuse libanaise Fairouz. Sahh al-nawm, l’opérette musicale donnée à Beyrouth il y a un an environ (voir ce précédent billet) doit en effet être représentée dans quelques jours à l’opéra de Damas, offrant ainsi à la dernière diva des Arabes un retour, après plus de deux décennies d’absence, sur les lieux de ses premiers grands succès internationaux sur les ondes de la radio syrienne, au début des années 1950 (voir cet article bien documenté dans <a href=”http://www.daralhayat.com/celebrities/01-2008/Item-20080116-83e7e333-c0a8-10ed-01ae-81ab068d99c0/story.html)
” target=”_blank”>Al-Hayat).

Il faut dire que les autorités syriennes y ont mis le prix : 6 millions de dollars pour une petite semaine de représentations (durant lesquelles Fairouz, selon un article fielleux sur le site saoudien Elaph, chantera en play-back !) Pas étonnant dès lors que les places les moins chères soient annoncées à 100 dollars (grosso modo l’équivalent d’un petit salaire mensuel de la fonction publique) ! Et pourtant, elles se sont arrachées en un clin d’oeil et deux soirées supplémentaires ont été décidées.

Pour certains, ce ne sont pas les conditions financières de ce tour de chant qui font problème, mais son principe : comment la gloire nationale libanaise peut-elle ainsi accepter de se rendre et de se vendre dans la capitale voisine, source de tous les maux du pays du cèdre ?

En écho à une puissante campagne dans la presse et sur les TV locales, le tonitruant Walid Joumblat, membre de la “majorité du 14 mars”, a ainsi dénoncé “certaines voix estimables collaborant avec des services de renseignements syriens qui apprécient le meurtre, la tyrannie, l’oppression, l’injustice et la force, mais certainement pas l’art”. (أصوات غنائية قديرة تبرع لأجهزة الاستخبارات السورية التي تفهم ثقافة القتل والاستبداد والقهر والظلم والبطش ولا تقدر الفن )

La chanteuse n’a pas daigné répondre, mais sa fille l’a fait pour elle (article dans Al-Quds al-‘arabi) en rappelant que sa mère, avec les Rahbani, ont été de toutes les causes et en refusant donc une “politisation” (تسييس), particulièrement vaine dès lors que les forces syriennes ont quitté le pays (depuis bientôt trois ans comme on s’en souvient).

Quant à ceux qui reprochent à Fairouz de se produire dans un pays de répression, un Marocain, Abdessalam Benaïssa, leur répond que, si la liberté doit être un critère, il n’y aura pas beaucoup d’endroit pour chanter dans le monde arabe !

Au-delà de la seule “affaire” Fairouz, une pétition appelle les intellectuels arabes qui se produiront à Damas à exiger des gestes concrets de la part des autorités, pour empêcher la destruction de secteurs entiers de la vieille ville menacés par de mauvais programmes de rénovation et par la spéculation mais surtout pour exiger la libération de très nombreux prisonniers d’opinion au premier rang desquels figurent le journaliste Michel Kilo, l’avocat Anouar al-Bounni et l’universitaire Aref Dalila.

Si les mots ont un sens, le président Bachar el-Assad ne peut manquer d’exaucer ce dernier vœu : n’est-ce pas lui qui, dans la belle langue de bois du discours d’inauguration précédemment cité, a vanté les mérites (réels) de la culture syrienne, cette “culture de résistance, qui est la culture de la création parce que notre liberté est la condition de notre création et que celle-ci est indissociable de la liberté”…

(ثقافة المقاومة، هي ثقافة الابداع، لأن حريتنا شرط لابداعنا، ولا يمكن ان ينفصل الابداع عن الحرية)

Lettres modernes (2/2) : les sens des signes

(La dernière oeuvre du Soudanais Waqialla. Source : http://www.waqialla.org)

Alors que la calligraphie arabe est renouvelée par la typographie contemporaine avec toutes les ressources du graphisme contemporain assisté par ordinateur, elle accomplit également depuis la seconde moitié du XXe siècle une autre révolution, mais sous la main des artistes plasticiens.

Dans un livre (en arabe) déjà ancien mais qui continue à faire autorité, le poète et critique Charbel Dagher fut un des premiers à proposer une véritable lecture de ce courant esthétique nommé en arabe al-hurûfiyya (الحروفية traduit par “lettrisme”). Il est aussi un des premiers à avoir relevé l’étrange coïncidence qui fit naître ce mouvement en Irak au moment même où une génération de jeunes poètes (Badr Shaker al-Sayyâb, Nâzik al-Malâ’ika) rompaient définitivement avec des siècles de prosodie traditionnelle pour ouvrir la poésie arabe à de nouveaux horizons.

Dans l’un et l’autre cas, on retrouve à l’évidence une même impatience vis-à-vis des formes artistiques anciennes. Et tout aussi fortement, dans un monde arabe qui croit alors en son destin, le désir d’affirmer la présence d’un art à la fois “authentiquement arabe et moderne”.

Ecole ou mouvement, un ou multiple, le “lettrisme” ne se laisse pas saisir facilement. A la suite de cet article (en arabe, par Muhammad Monif), on peut tenter de le définir comme “un travail plastique sur la lettre arabe pour la dégager de sa signification et de sa lecture et la transformer en quelque chose d’autre” (الحروفية هي تشكيل الحرف العربي وتجريده من العبارة والجملة المقروءة إلى حال أخرى).

Même si on leur a reproché de ne proposer qu’une pâle imitation de la démarche des artistes occidentaux transposée aux caractéristiques de l’alphabet arabe, les tenants du lettrisme ont clairement affiché une volonté diamétralement opposée : affirmer une identité esthétique arabe, par l’élaboration d’une abstraction à la fois moderne et enracinée dans sa tradition graphique et esthétique.

La hurûfiyya s’est élancée avec le manifeste de l’école d’Art moderne de Bagdad en 1951 pour s’affirmer pleinement, au seuil des années 1960, notamment avec Shakir Hassan Al Said (شاكر حسن آل سعيد), récemment décédé à Bagdad.

Toutefois, durant ces années, qui sont aussi celles de l’arabisme politique triomphant, le mouvement est loin de se limiter à ce seul pays. Il essaime par exemple au Soudan où se développe, au sein de la Faculty of Fine and Applied Art of Sudan University of Technology, toute une génération d’artistes encore très présents sur la scène arabe. Parmi eux se distingue la très grande figure de Osman Waqialla (عثمان وقيع الله) décédé il y a juste un an : un beau et intéressant site – en anglais et en arabe – lui est dédié.

Avec cet artiste qui travailla notamment pour un fabricant londonien de billets de banque, on ne peut que constater comment les frontières s’effacent, non seulement entre graphisme et création artistique, mais également entre calligraphie et création plastique. Une tendance qui s’affirme chez d’autres artistes plus contemporains, tel l’Egyptien Hâmid al-‘Uwaydhi (حامد العويضي), formé à l’édition et à la mise en page, dont le travail est décrit dans cet article (en arabe) comme une tentative pour mettre un terme au divorce entre le trait et la composition plastique (ينهي القطيعة بين الخط والتشكيل).

Ali Omar Ermes, The Third Ode
(source : www.hermitagemuseum.org)

Une exposition) récente au musée de l’Hermitage a réuni quelques-uns des grands noms du “lettrisme” actuel, parmi lesquels on note la forte présence d’artistes du Maghreb : le Libyen Ali Omar Ermes), le Tunisien Nja Mahdaoui dont les calligraphies ont orné plusieurs appareils de la compagnie GulfAir pour son 50e anniversaire.

Bien entendu, on trouve à leur côté l’Algérien Rachid Koraïchi assez bien connu en France grâce à ses illustrations pour de très nombreux ouvrages, travail qui s’inscrit pleinement dans la lignée du lettrisme. Depuis ses débuts, celui-ci est en effet intimement associé à une démarche autour des grands textes de la littérature arabe, classique et actuelle, religieuse et profane.

C’est d’ailleurs parce qu’ils explorent à leur manière les sens infinis des signes que les plasticiens du lettrisme arabe contemporain sont les véritables héritiers des calligraphes classiques.
(Rachid Koraïchi avec des brodeurs cairotes, lors de la préparation à l’exposition “Mejlis al-qamar”.
Source : www.ambafrance-eg.org)

Lettres modernes : calligraphies arabes actuelles (1/2)

(Illustration : Wael Morcos, http://www.theplacedesign.com)

Tout le monde s’accorde à reconnaître la beauté et la singularité de la calligraphie arabe. Mais, comme bien d’autres formes artistiques propres à cette culture, ce qu’on apprécie en général – j’entends en dehors du monde arabe, en France par exemple – c’est une pratique bien spécifique de la calligraphie, “culturellement légitime” parce que produite par des artistes (on devrait en reparler la semaine prochaine) parfois contemporains, mais le plus souvent appartenant au passé.

Pourtant la calligraphie est d’abord un “art populaire”, et un art bien vivant. Bien loin d’être réservé aux contemplations esthétiques des salles de musée, ou même aux moments de prière et de recueillement, c’est un art de tous les jours, intimement lié aux images et aux activités les plus quotidiennes : faire ses courses, prendre sa voiture, marcher dans la rue…

(Illustration : http://www.khtt.net)

Rien d’étonnant donc si les camions et les voitures sont autant utilisées par les calligraphes amateurs : à la différence des murs et des vitrines, les signes et les messages que portent les véhicules décorés ont l’avantage de sillonner les rues et les routes !

(Illustration : Pascal Zoghbi, http://29letters.wordpress.com)

Une brève en dernière page du quotidien Al-Quds nous informe que la sociologie jordanienne vient enfin de prendre conscience de l’existence de ce phénomène social et même de son utilité : une étude récente préconise en effet de multiplier les messages inscrits sur véhicules car ils contribuent à véhiculer – c’est bien le terme ! – des valeurs positives dans l’esprit de ceux qui les déchiffrent ! (Pour ceux qui lisent l’arabe, plusieurs billets sur ce blog du pasteur égyptien Fred Samuel dressent un inventaire, assez impressionnant, de ce que l’on peut lire dans les embouteillages cairotes !)

Bien avant les sociologues, les spécialistes arabes du signe – typographes, designers en particulier – ont su apprécier l’importance de ce langage artistique. Leurs sites, qui mettent au service du graphisme arabe les ressources les plus sophistiquées du numérique, prennent aussi le temps de décoder les fonctionnements, les usages, les richesses, et les usages politiques même, de ces signes qui peuplent les rues arabes.

Sur les calligraphies qui ornent les camions, Pascal Zoghbi, un typographe beyrouthin qui enseigne à l’université Notre-Dame au Liban a ainsi écrit (en anglais) ce commentaire sur son blog, 29 letters (celles de l’alphabet arabe). Il publie également un site, où l’on trouve par exemple cette analyse des procédés graphiques mobilisés lors de campagnes de communication politique (également évoquées dans ce billet sur ce blog).

Les camions (libanais) avec leurs calligraphies aux fonctions à la fois esthétiques, identitaires et « pratiques » (se protéger des coups du sort) ont également suscité des commentaires sur le blog, tout aussi passionnant, que tiennent trois jeunes graphistes libanais Maya Zankoul, Wael Morcos and Khajag |kj| Apelian (all MISTD), tout aussi « fondus » de typographie arabe.

Pour les retrouver, avec le meilleur de la création typographique contemporaine, il faut à coup sûr prendre le temps d’explorer le site de la Khatt Foundation (الخط : le “trait” en arabe), animé par Huda Smitshuijzen AbiFarès qui, après ses études au Liban, a vécu aux Pays-Bas et enseigne aujourd’hui aux Emirats. Arabictypography est presque aussi riche d’informations, tout en donnant davantage accès à son propre travail, notamment de publication.

La typographie arabe contemporaine est un réseau bien tissé puisque le webdesigner du site de Huda AbiFarès n’est autre que Tarek Atrissi, originaire de Beyrouth lui aussi mais installé aux Pays-Bas. La visite de son blog peut être utilement prolongée par celle de son site où il présente ses réalisations.

Et enfin, c’est encore une Libanaise, Nadine Chahine, qui tient le blog intitulé arabictype. Elle travaille pour Linotype, la vénérable société qui fut au coeur de la révolution de la presse imprimée à la fin du XIXe s. (La première machine de ce type pour l’arabe fut introduite en Egypte pour le quotidien Al-Mu’ayyad, au début du XXe siècle.)

Le design du Levant n’est pas très loin non plus d’une agence graphique implantée en Arabie saoudite sous le nom particulièrement bien trouvé de al-mohtaraf (المحترف), un terme forgé sur la même racine d’où est tiré le mot « lettre » (حرف) et utilisé en arabe pour traduire le terme « professionnel ».

Toujours dans la Péninisule, Sakkal propose la création de logos, notamment à partir du style “kûfi”, très géométrique.

Enfin, on peut encore aller visiter le blog de Hassan Abu Hafash, calligraphe contemporain à Gaza, ou celui de Mohamed Hacen, un jeune graphiste mauritanien, sans oublier, pour sortir un peu des polices traditionnelles, le site de la société Arabetics aux Etats-Unis.

Il faut absolument découvrir les adresses de cette longue liste – qui doit d’ailleurs pouvoir être complétée (des suggestions sont les bienvenues dans les commentaires). Elles nous font découvrir un autre visage de la calligraphie arabe et nous montrent aussi combien l’éternel débat qui oppose modernité et authenticité (حداثة|أصالة) est inutile et stérile.

Avec le meilleur de la création contemporaine, ces passionnés des “lettres modernes” arabes prouvent en effet que l’authentique modernité n’est une tradition vivante et vraiment “héritée” que lorsqu’elle exploite sans complexe les techniques les plus actuelles.

La petite vidéo (graphique) de la semaine, sur le site de Tarek Atrissi (cliquer sur l’onglet “Typography” puis sur le “6”).
16/01 : un bon article (en arabe) ce jour dans Al-Akhbar à propos de la KhattFoundation et du travail de Houda AbiFarès

Que fait la police ? du "Chaos" à la révolution

Est-ce parce que les gens ont plus de temps ? parce qu’ils recherchent la fraîcheur des salles conditionnées ? En tout cas, en Egypte, l’été est la saison de la meilleure fréquentation des cinémas. C’est donc celle que retiennent de préférence les deux principales sociétés de distribution pour les films susceptibles de faire de bonnes salles.

Toutefois, comme la production égyptienne a sérieusement augmenté après un certain passage à vide, les vacances d’hiver (qui coïncidaient cette année avec l’adha, la fête du sacrifice) voient également bon nombre de sorties, en général moins fracassantes.

Recalé l’été dernier, parce qu’il était jugé incapable d’attirer le grand public, Le Chaos (هي فوضى), le dernier film de Youssef Chahine, a donc été présenté au public cet hiver. Avec au final une excellente surprise puisque le résultat des entrées dépasse toutes les espérances : plus de 10 millions de livres égyptiennes de recettes, un peu plus d’1,2 million d’euros, un résultat très honorable même si les blockbusters de l’été peuvent faire plus du double.

De quoi redonner le goût de la vie au cinéaste égyptien, âgé (bientôt 81 ans), malade, et sérieusement ébranlé par l’accueil très réservé fait à son film par la critique. Des mauvaises langues avaient même été jusqu’à insinuer que c’était parce qu’il avait lui-même conscience des faiblesses de son œuvre qu’il avait choisi de se dédouaner par avance en faisant figurer sur l’affiche, à côté de son nom, celui de Khaled Youssef, son disciple. (Depuis 1992, ce dernier est son assistant et coscénariste : Le Destin, L’Autre, Alexandrie… New York.)

D’après les témoignages (article en arabe d’Al-Quds, du 4 janvier), les spectateurs, jeunes, s’enthousiasment pour cette “histoire d’amour contrarié dans un climat de violence sociale et de répression policière” selon le synopsis du film sur le site du distributeur français. Ils n’hésitent pas à applaudir les scènes où le méchant, un épouvantable flic véreux qui fait régner sa loi sur le quartier, reçoit pour finir le juste châtiment de ses innombrables forfaits.

Avec ou sans Khaled Youssef, Chahine reste donc fidèle à son style et propose un cinéma de dénonciation politique. Sur un mode suffisamment direct d’ailleurs pour avoir affirmé, au début de l’année dernière, qu’il s’attendait à ce que son film soit interdit.

Mais cette fois-ci, le censeur égyptien a joué en finesse. Ali Abou Shadi, le responsable de la censure cinématographique – un poste qu’occupa Naguib Mahfouz dans les années 1960, mais la comparaison s’arrête là ! – a ainsi multiplié les déclarations triomphales dans la presse (article en arabe dans Al-Akhbar du 11 décembre). Ainsi, les coupes exigées, minimes, avaient pour seul but d’« alléger des scènes et des dialogues composés d’une litanie d’insultes » (التخفيف من مشاهد وجمل هي عبارة عن شتائم). Il a paru également nécessaire de supprimer une brève séquence où le policier véreux humiliait le courageux substitut du procureur, tout cela pour ne pas susciter de discorde entre les représentants des pouvoirs exécutif et judiciaire !

Quelles que soient ses qualités et ses défauts, le film de Youssef Chahine montre bien que la corruption et la violence policières, vigoureusement dénoncées par l’opposition, notamment sur les blogs (voir ce précédent billet), sont des thèmes qui suscitent un réel écho auprès de la population égyptienne.

Une réalité soulignée dans cet article (en arabe, Al-Akhbar, 24 décembre) qui souligne que, dans la production hivernale, trois autres films mettaient directement en cause les pratiques des forces de l’ordre locales : Al-Jazîra dans lequel un trafiquant de drogue se moque ouvertement de l’efficacité de la police, Khârij al-qânûn, dans lequel un représentant de la loi décide de mettre celle-ci à son propre service, et enfin, Hina maysira(حين ميسرة, “Juste un moment de bien-être”), réalisé par Khaled Youssef, « l’assistant » de Chahine, qui dénonce les collusions de la police avec les militants de l’islam radical dans les “zones d’habitat spontané” (عشوائياتdu Caire).

Mais, dans ce dernier cas, l’attrait du film, et la rumeur de scandale, ne sont pas seulement politiques. En effet, et on peut y voir un signe que les choses évoluent, une scène fait clairement allusion à des pratiques homosexuelles féminines, ce qui a provoqué d’ailleurs, une plainte de l’inévitable ‘Abd al-Sabbour Chahine (عبد الصبور شاهين : déjà rencontré dans ce billet à propos de Taha Hussein). Ce religieux, qui s’est fait une spécialisté de la chasse aux intellectuels progressistes, n’hésite pas à voir dans le film de Khaled Youssef un éloge de la perversion sexuelle où il reconnaît “les doigts – je traduis mot-à-mot ! – de l’Amérique et du sionisme” !!! (cf. cet article en arabe sur Al-Arabiyya).

Entre la dénonciation, assez attendue, des pratiques policières et l’évocation à l’écran, plus inédite, de certaines pratiques sexuelles, quelle est la vraie “révolution” ?


Et si vous en avez envie d’en voir plus !
– cinq extraits, sous-titrés en français, et la bande annonce du film en suivant ce lien
– la bande-annonce de la dernière réalisation de Khaled Yussef (en solo), Hîna maysira
– le site officiel de Youssef chahine (tout en anglais !)