Rites pour une société en souffrance : la magie


Il y a toute une tradition en islam à propos des vertus curatives de la parole divine. Une tradition qui s’appuie en particulier sur un verset du Coran (sourate Al-Isrâ’, verset 82) : “Nous faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants.”(ونزل من القرآن ما هو شفاء ورحمة للمؤمنين)

Le Coran peut donc être un remède, à la fois dans un sens métaphorique, en aidant le croyant à être meilleur, et aussi selon certaines traditions en permettant à la parole divine d’agir contre des atteintes physiques parfois mais en général d’ordre psychologiques.

Exploitant un marché de l’occulte en pleine expansion dans un monde en quête de “réenchantement’, les désenvoûteurs et autres “tradipraticiens” proposent de “guérir” troubles somatiques et même affections mentales. Pour cela, on fait appel dans les pays arabes à un homme de religion – au savoir souvent autoproclamé – qui administrera, sous différentes formes, la parole divine accompagnée, et c’est là que réside le danger, de divers autres traitements plus ou moins violents.

Conjurer le mauvais sort, exorciser ces forces de l’invisible que sont les djinns, peut être réalisé par ruqiy (رقي), ce que l’on peut traduire, faute de mieux, par “incantation magique”. Celle-ci est légale – sur le plan religieux – lorsqu’elle use des versets du Coran et des formules religieuses reconnues autour des différents noms de Dieu, quand elle est proférée en langue arabe (ou dans une langue connue) et lorsqu’on reconnaît que la vertu curative de cette incantation réside dans la puissance divine et non pas dans la formule elle-même.

Faute de cela, on sort du cadre légal religieux et l’on entre dans l’univers de l’associationnisme (رقي شركي), de la magie (سحر). Des pratiques hautement répréhensibles aux yeux des jurisconsultes, mais que la religion populaire ne perçoit pas de la même manière par ignorance sans doute, et aussi parce qu’elle a toujours “accordé foi”, dans toutes les régions du monde arabe, à des traditions curatives venues du fond des âges.

Des pratiques qui ont toujours eu cours par conséquent mais dont on peut penser qu’elles sont plus présentes, plus visibles, en temps de crise grave, lorsqu’il n’y a plus d’autre solution ou encore lorsque les menaces ou les difficultés semblent si importantes qu’il n’y a de sortie possible que par une sorte d’échappée magique dans l’imaginaire.

Une situation qui s’applique sans doute assez bien à ce que vivent les Palestiniens, en particulier à Gaza où cet article (en arabe, comme les autres références de ce billet) du quotidien en ligne Elaph signalait en novembre dernier l’essor sans précédent des guérisseurs et autres “cheikhs docteur bénis de Dieu” (الشيخ الدكتور المبارك) ayant pignon sur rue, passant des annonces dans des journaux et tenant des sites internet.

Un phénomène que l’on retrouve en Cisjordanie selon un article très récent du quotidien Al-Quds al-‘arabi qui explique par la difficulté de la situation actuelle l’essor spectaculaire de ceux qu’on appelle là-bas les fattâhin (rien à voir avec le mouvement Fatah !) ou encore ‘arrâfin (ceux qui “ouvrent”, au sens de délivrer, ceux qui savent…).

Frappée elle aussi par une crise sociale et politique à laquelle il semble bien difficile de trouver des remèdes (rationnels), l’Algérie connaît de son côté un engouement sans précédent pour ces pratiques curatives selon cet article d’Islam-online. Dans un pays où près de 10% de la population souffrirait de troubles psychologiques, les autorités limitent leur ambition à empêcher autant que possible qu’elles se déroulent dans les lieux publics et en particulier dans les mosquées.

A l’évidence, la réapparition notable de ces pratiques magiques, qui n’étaient plus que marginales, est bien le signe de la souffrance qu’endurent aujourd’hui les populations du monde arabe.

Photos tirées du site palestinien : www.tattar.com

La censure dans tous ses Etats

1) “Organiser” le paysage satellitaire arabe

Pour le comédien syrien Duraid Lahham, “les seuls dirigeants arabes capables de se mettre d’accord, ce sont les ministres de l’Intérieur”. En fait, dès lors qu’il s’agit d’inventer de nouvelles formes de répression, les ministres de l’Information, eux aussi, peuvent faire l’effort de s’entendre…

Image (avec bonne synthèse en arabe
par Amira al-Tahâwi) : menassat.com

Au moment où son Secrétaire général, Amr Moussa, multiplie les voyages à Beyrouth sans arriver au moindre résultat, la Ligue arabe vient de réussir le prodige de réunir la signature de 21 ministres (sur 22) au bas d’un document “proposant les principes et les cadres visant à organiser l’émission et la réception satellitaire de la radio et de la télévision dans le monde arabe” (المبادئ والأطر المقترحة لتنظيم البث والاستقبال الإذاعي والتلفزيوني عبر الفضاء في المنطقة العربية).

Un véritable tour de force quand on sait qu’un groupe d’experts a préparé en moins de six mois un document adopté au terme d’une heure à peine de discussions, lors d’une assemblée extraordinaire tenue la semaine dernière au Caire.

A une voix près, celle du Qatar, l’unanimité des Etats arabes aurait même pu être trouvée. Il faut dire que Doha, la “capitale d’un Etat nommé Al-Jazeera” selon la plaisanterie bien connue tirée du nom de la célèbre chaîne TV, n’a aucun intérêt à s’associer à ce document.

Proposé par les Egyptiens et les Saoudiens, il prétend mettre un terme aux excès (de liberté ?) d’un paysage satellitaire arabe constitué aujourd’hui de quelque 400 chaînes. Pour faire passer la pilule auprès de l’opinion, le document s’élève contre le monopole exercé par certaines chaînes cryptées (la chaîne privée saoudienne ART en fait) sur la retransmission de grands événements sportifs au premier rang desquels figurent les matchs de foot.

Ces bonnes intentions cachent mal une volonté de mise au pas : toute diffamation (تجريح) à l’encontre d’un dirigeant arabe, d’un “symbole national et religieux” sera passible de sanctions allant du simple avertissement au retrait de la licence, en passant par la confiscation et l’amende.

Cette sorte de charte est applicable par l’ensemble des pays signataires. L’Egypte se vante même de l’avoir déjà mise en vigueur pour les chaînes désireuses d’utiliser les services de Nilesat, ou pour celles qui sont installées dans la zone franche de Media City, bénéficiant en principe d’une sorte d’extraterritorialité.

Les choses vont très vite : la prochaine réunion, en juin, doit permettre la mise en place d’une Haute Autorité panarabe chargée de statuer sur les infractions. Et pour ne pas s’arrêter en si bon chemin, des “sources informées” prétendent qu’un document similaire est en préparation pour réguler le monde de l’internet arabe…

2. Liberté de la presse en Palestine

Nouvelle affaire à propos d’une caricature (voir la série de billets consacrés à cette question). Cette fois, il s’agit d’un dessin de Bahâ’ al-Bakhary (بهاء البخري) pour Al-Ayyam, un quotidien de Ramallah, proche du Fatah.

Un article (en <a href=”http://www.menassat.com/?q=ar/news-articles/2926-
” target=”_blank”>arabe ou en anglais) de l’excellent Menassat (source de l’illustration) précise que, selon les propos du procureur général Ismaïl Jaber, membre du gouvernement Hamas “démissionné” en juin 2007, l’offense est comparable à celle des (trop) célèbres caricatures danoises. Le dessin franchit les limites de l’acceptable parce qu’il se moque non pas d’hommes politiques mais de symboles religieux.

En effet, en montrant une forêt de barbus – il s’agit en fait du visage démultiplié d’Ismaël Haniyeh, le leader du Hamas à côté de la légende “اللاشرعية” (illegal selon l’article de Menassat, je traduis plutôt par “la non-légitimité”) -, la caricature se moque d’hommes (les députés du Hamas) qui ont leurs convictions et pas tous la barbe ! Mais aussi, et de façon beaucoup plus grave, elle trahit une forme de dédain (تحقير) à l’encontre de la religion.

Depuis le 6 février, Al-Ayyam est interdit à Gaza… Le caricaturiste et des responsables du quotidien ont été condamnés à diverses amendes et à des peines de prison avec sursis..


3) A l’Ouest aussi ?

Muhammad Aboutrika, que nous découvrions la semaine dernière en train de se prosterner après avoir marqué un but, est un homme “engagé” (ملتزم). Dans le vocabulaire actuel, cela ne signifie plus l’adhésion à une attitude politique “nationaliste de gauche” inspirée des thèses d’un Jean-Paul Sartre par exemple, mais bien l’adoption d’une muslim attitude citoyenne et responsable.

Dans cet esprit, l’expression de la piété – le soujoud de la semaine dernière – n’exclut pas la revendication politique. Après avoir marqué un but, le joueur égyptien a ainsi relevé son maillot devant les caméras de télévision du monde entier pour afficher sa sympathie avec la population de Gaza soumise au blocus israélien.

Comme l’ont noté nombre de blogs, son geste aura été sanctionné par les autorités internationales du football, à la différence d’autres joueurs, en d’autres occasions (voir ce “fanatique” chrétien qui n’est autre que le très grand Kaka de la sélection du Brésil). Mais surtout, selon une information publiée notamment par le quotidien saoudien Al-Watan, l’image d’Aboutrika dévoilant son message de sympathie pour la populaton de Gaza est désormais bien difficile à trouver sur la Toile à partir de Google (je peux en témoigner moi-même pour avoir fait cette recherche il y a une bonne dizaine de jours puis au moment de la rédaction de ce billet).

Même si son responsable en Egypte continue à le nier énergiquement (voir cet article du Hayat), les internautes égyptiens – et arabes – ont la conviction que la société Google a cédé aux injonctions israéliennes, ou égyptiennes selon les versions, pour rendre plus difficile l’accès à une image devenue gênante par sa popularité auprès des populations arabes et musulmanes.

Les rites du foot et de la religion : les Pharaons champions d’Afrique

La première Coupe d’Afrique des Nations (CAN) date de 1957 : elle opposait alors trois équipes, l’Egypte (qui l’emporta), le Soudan et l’Ethopie. L’Afrique du Sud devait y participer mais le régime de l’apartheid n’avait pas accepté l’idée d’envoyer une équipe multiraciale (voir cet historique sur le site de RFI). Pour la finale de la 26e édition, organisée au Ghana, l’Egypte a gagné contre le Cameroun.

Sur les terrains de foot du monde arabe qui, comme on l’a vu dans un précédent billet, sont aussi des arènes politiques, les passions sportives étaient naguère associées à des identifications de type national, mais aussi régional et ou ethnique (telle ville berbère contre telle autre ville d’Algérie par exemple). Bien sûr, les conflits de classe n’étaient jamais très loin (le “riche” Zamalek contre le “populaire” Ahali au Caire), le tout pouvant fort bien se mêler comme dans la rivalité ethnico-politico-sociale – et sportive bien entendu ! – entre le Nejmeh et les Ansars, les deux principaux clubs de Beyrouth.

Depuis une bonne dizaine d’années à en croire cet article (en arabe, comme les références suivantes) publié sur le site islam-online, on voit s’y ajouter une dimension religieuse, ce qui n’a rien d’étonnant dans le contexte actuel. Une de ses manifestations les plus visibles est celle de la prosternation, le soujoud (سجود) pratiqué collectivement (سجود جماعي écrit-on dans les journaux, ici exécuté par l’équipe d’Arabie saoudite), mais le plus souvent en individuel (photo plus bas, il s’agit de Muhamad Aboutrika, l’attaquant vedette égyptien).

Pour l’ensemble des autorités religieuses, c’est une action recommandable (مستحبة) pour un musulman que de se laisser aller de la sorte à remercier ainsi le Créateur lorsque celui-ci a permis la réalisation d’un désir (marquer un but, gagner un match en l’occurrence).

Mais le geste rituel peut se charger d’autres significations. Un psychologue de l’université (islamique) d’Al-Azhar note ainsi, toujours dans cet article, la valeur morale et même religieuse qu’elle donne à la pratique du sport : décrié parce qu’il s’agit d’une activité vulgaire, physique, qui détourne le vrai croyant d’actes de dévotions plus agréables à Dieu ou plus utiles à la société, le football, rehaussé par ces marques de foi affichées sur les terrains, devient une autre façon de servir Dieu, de montrer que la volonté divine sait faire triompher ceux qui ont la foi.

Sami Sabri, un membre de la sélection nationale égyptienne, offre dans le même article une justification plus intéressante à cette nouvelle pratique. A ses yeux, il s’agit clairement, par cet acte, de proposer “une alternative islamique à des expressions de joie [pratiquées par d’autres joueurs d’autres cultures] étrangères à notre culture musulmane et à notre société”. Puisque les rites (notamment télévisuels ) exigent de lui qu’il extériorise la joie qu’il ressent, le buteur musulman ne gesticule pas en tous sens comme un sauvage mais se prosterne sur la pelouse en hommage au Dieu de sa culture…

Il reste que durant cette dernière CAN l’équipe égyptienne s’est livrée comme jamais à ces manifestations de religiosité publique selon les commentateurs sportifs. Ainsi, alors qu’ils le faisaient jusqu’alors dans l’espace privé des chambres d’hôtel ou même des vestiaires, peut-être comme une manière de “créer du collectif” comme disent les coachs, les joueurs ont étonné en récitant ostensiblement à haute voix des versets coraniques sur l’herbe des stades, au vu de tous les spectateurs africains.

On peut y voir l’indice supplémentaire d’une religiosité toujours plus affichée qui gagne l’un après l’autre tous les secteurs de la vie publique. Un article d’islam-online, qu’on ne peut suspecter d’être hostile à la religion ou d’en minimiser l’importance, offre une autre explication, qui n’exclut pas la première.

Si les joueurs égyptiens ont multiplié les signes de piété islamique, c’est en fait pour contrer les pratiques de sorcellerie réputées si puissantes sur le Continent noir ! Et chacun sait qu’elles le sont tout particulièrement à Kumasi (où se jouaient plusieurs matchs), ville du grand club Asante Kotoko, deux fois champion d’Afrique grâce – peut-être – à la magie de ses fondateurs et dirigeants, les dignitaires religieux du peuple Ashanti…

Les apparences pourraient donc être trompeuses : les prosternations et autres récitations de versets, toutes ces néo-pratiques religieuses des terrains de foot de la TV globalisée témoignent sans doute de la manière dont la religion envahit l’actuelle modernité arabe. Mais elles s’enracinent aussi dans des pratiques populaires ancestrales, qui sont très loin d’être toutes acceptables aux yeux des normes religieuses (islamo-puritaines notamment) auxquelles on serait tenté de les assimiler.

D’ailleurs, pour les fans, les nouveaux champions d’Afrique s’appellent “les Pharaons”, ce qui n’est pas vraiment très islamique !

Pour le plaisir des oreilles plus que celui des yeux peut-être, cette petite vidéo de la « rencontre historique » entre le Ahâli du Caire et l’America Club du Mexique. On y voit Muhammad Aboutrika, le buteur de la photo du haut, réaliser un magnifique but et une superbe prosternation ! Mais le plus grand plaisir naît de l’enthousiasme du commentateur !