Boycott du Salon du livre : quand une langue est réduite au silence

Choisir l’Etat israélien, à l’occasion du soixantième anniversaire de sa création, comme invité d’honneur du Salon du livre de Paris n’était pas, à l’évidence, totalement dénué d’intentions politiques. Venu officiellement pour l’inauguration, le président Shimon Pérès fut d’ailleurs reçu avec tout le protocole d’un chef d’Etat comme en témoigne cette photo des Champs-Elysées. Dans ce contexte, le boycott arabe et musulman était inévitable.

Boycott qui a suscité des prises de position, tout aussi inévitables, critiquant cette attitude de refus et justifiant la position israélienne, sans craindre d’affirmer, par méconnaissance sans doute, des contrevérités.

Pierre Assouline par exemple justifie l’invitation des seuls auteurs écrivant en hébreu par le fait qu’il s’agit de la langue nationale en Israël : il oublie, avec beaucoup d’autres il est vrai, que l’Etat israélien a deux langues officielles, l’hébreu et l’arabe.

On a donc choisi délibérément, y compris en invitant un auteur arabe écrivant en hébreu, de faire hommage à l’occasion de ce Salon du livre à la seule partie que l’on veut bien reconnaître de la création littéraire israélienne…

Réduire au silence l’arabe, l’une des deux langues officielles en Israël, ce n’est tout de même pas exactement indifférent, en termes politiques.

Drapeau déployé par des militants de “Génération palestine”
à l’occasion de la venue d’Ehud Olmert (octobre 2007).
Source : www.europalestine.com.

La question du boycott est certainement difficile, douloureuse dans bien cas. Pourtant, dans ce cas précis, l’exploitation politique de cet événement en principe culturel, était assez évidente.

Une fois de plus, à l’exception d’un seul article, assez fade, du Safir libanais traduit dans Courrier international, les voix en provenance du monde arabe n’auront pas été données à lire en français. Voici donc, à la fois résumées et librement traduites, deux opinions publiées le même jour (le 28 mars).

Le Salon du livre de Paris et le boycott arabe.
(texte publié par Samir Taher, poète irakien, dans le quotidien panarabe et propalestinien Al-quds al-‘arabi du 28 mars 2008)

Des écrivains arabes participant au Salon du livre de Paris nous disent que boycotter cette manifestation c’est boycotter la littérature en hébreu. Ils savent bien que faux ! Il y avait au moins deux bonnes raisons : d’abord parce que le Salon honorait Israël au moment même des massacres de Gaza et des décisions d’étendre ses colonies ; ensuite parce que l’invitation était limitée à la littérature écrite en hébreu. Les adversaires du boycott ne font pas allusion à cela. Tahar Ben Jelloun explique que c’est une faute de boycotter des livres à cause de la politique d’un pays, alors que le boycott ne concerne pas les livres, et que ce ne sont pas eux qui sont honorés ! A l’évidence, cette manifestation est politique : n’a-t-elle pas été inaugurée par Sarkozy et Pérès ? Maïssa Bey aurait été d’accord pour un boycott si tous les auteurs invités avaient soutenu la politique de leur gouvernement : chère Maïssa, justement, ceux qui n’étaient pas d’accord ont boycotté (l’historien Ilan Papé, le poète Aharon Shaptaï). Au moins Maïssa Bey n’est pas aussi arrogante (عجرفة) que Hoda Baraka qui n’aime rien tant que les auteurs israéliens et parle de boycott stupide. […)] De fait, le Salon aurait pu être l’occasion d’un dialogue entre intellectuels arabes et israéliens si le gouvernement français n’avait pas tout gâché en ne laissant aux écrivains arabes d’autre possibilité que de célébrer Israël ou de le boycotter. C’est à se demander si tout cela n’était pas planifié de la sorte par la droite française depuis le début…

Deux Salons du livre en l’honneur d’Israel : n’est-il pas plus efficace de boycotter ?
(texte publié par Yûsuf Damra, un Palestinien de Cisjordanie installé en Jordanie, auteur de nouvelles dans le quotidien Al-Hayat, qui est tout sauf un brûlot de gauche…)

De nombreuses voix arabes, celles d’intellectuels et d’écrivains, ont appelé à participer aux Salons du livre de Paris et de Turin, bien qu’Israël y soit l’invité d’honneur, à l’occasion du soixantième anniversaire du viol de la Palestine et de la création d’un Etat raciste sur son territoire. Et cela au prétexte que l’expérience montre que laisser le champ libre à l’ennemi permet seulement qu’il se fasse encore plus entendre. Ces voix veulent nous faire croire que le vrai problème, c’est l’absence des Arabes qui, avec la présence sioniste, fait que l’Occident reste captif d’une voix unique.
[…] Certains “nouveaux libéraux arabes” voudraient nous convaincre que participer à ces deux Salons fera contrepoint à la présence de l’ennemi, évitera qu’il fasse seule entendre sa voix aux citoyens occidentaux. Ils voudraient nous convaincre que le boycott est négatif, inefficace parce que la voix arabe restera cantonnée aux médias arabes, que les citoyens occidentaux ne pourront pas entendre le point de vue arabe et qu’ils épouseront donc le point de vue sioniste, non pas par conviction mais par défaut.
On veut bien croire, même si ce n’est pas évident de nos jours, que les nouveaux libéraux arabes, partisans de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme, sont animés de bonnes intentions. Pourtant, le boycott est-il vraiment quelque chose de négatif, de stupide ? Plus personne ne peut s’illusionner sur l’ignorance de l’Occident, à commencer par ses élites intellectuelles et politiques vis-à-vis de la question palestinienne, surtout à l’heure de la société de l’information. Ces élites sont parfaitement au courant, depuis le début en fait. Il suffit d’observer le nombre d’organisations, civiles ou gouvernementales, qui essaient de contribuer à trouver une solution au problème : c’est la preuve de leur méconnaissance, ou bien le contraire ?
Boycotter c’est prendre parti, exactement comme participer, c’est prendre position d’une façon particulièrement efficace et susceptible de susciter des interrogations. Boycotter, c’est mieux que de refuser de prendre la parole, c’est une protestation qui touche au cœur de la raison occidentale, qui la touche à l’endroit le plus sensible.
Participer, c’est se soumettre aux faits établis, réduire le conflit à une simple divergence de points de vue. Agir ainsi, c’est faire que l’Occident n’éprouve jamais le moindre remord pour tous ses agissements depuis un siècle, faire que l’Occident se dise que finalement il avait raison puisque les Arabes auront fini par accepter cette entité raciste et hostile. (…) Mieux encore, ce seront les Palestiniens qui auront fini par payer le prix d’une solution sans que l’Occident n’ait à porter la responsabilité morale et légale de ce qu’il a fait. Boycotter c’est donc rappeler à l’Occident son crime, et être présent, c’est pardonner l’impardonnable.[…] Le plus étonnant cependant, c’est de voir que le boycott se trouve décrit par Ben Jelloun comme « un crime contre la culture ». Il nous dit que le boycott est un crime et fait semblant d’oublier les crimes pires encore commis en Palestine ! Il n’y fait même pas allusion de près ou de loin, pas plus qu’au soutien de la France à l’entité sioniste.
Cette manière de caresser dans le sens du poil l’Occident (تزلف) revient, dans le fond, à faire la même chose pour Israël. Apparemment, il y a des écrivains arabes qui ont compris le rôle joué par le sionisme sur le marché mondial du livre et des écrivains, à travers les traductions, les prix… C’est cela qui en fait saliver plus d’un et qui les fait parler de pardon et de tolérance, fut-ce sur le cadavre des bébés de Gaza et les lamentations de leurs mères.
Il n’y a pas de honte à participer à la célébration des soixante ans d’Israël tant qu’on en retire quelques miettes de profit… Tant pis pour les enfants de Gaza, les mères, les vieux, le blocus et la famine imposée à deux millions d’êtres humains. Tant pis pour les obus qui tombent sur les ambulances, c’est secondaire. Ce qui est grave, primordial même, c’est le coup que fait subir le boycott arabe à la culture universelle !!!

"Mari" : un orchestre féminin en Syrie


Disparu il y a moins d’un an (septembre 2007) à l’âge de 73 ans, le grand musicien syrien Solhi al-Wadi (صلحي الوادي) appartenait à une prestigieuse génération d’intellectuels proche-orientaux souvent méconnus et dont la figure, célèbre en Occident, d’un Edward Said donne une idée du cosmopolitisme raffiné.

Né en Irak, Solhi al-Wadi était parti, après ses premières études à Damas, à Alexandrie pour le célèbre Victoria College, puis l’Institut supérieur de musique. Après cette formation, complétée à la Royal Academy of Music de Londres, il créa dans les années 1960 l’Institut arabe de musique de Damas qu’il dirigea trente ans durant avant de prendre la tête de l’Institut supérieur de musique où il mit en place, quelques années plus tard, le premier orchestre national symphonique.

On a déjà eu l’occasion d’écrire dans un précédent billet combien il faut de sottise arrogante à un Bernard Lewis pour écrire, en dépit de tels exemples, que la musique occidentale “reste profondément étrangère aux habitants du Moyen-Orient”.

Avec l’Orchestra Mari (أوركسترا ماري), créé en 2006 et qui a remporté un très grand succès lors d’un récent concert donné à Dubaï, une bonne occasion lui est donnée de corriger ses préjugés, non seulement sur la réalité musicale de la région, mais aussi sur la situation de la femme arabe.

Tirant son nom de l’antique cité fondée non loin de l’actuelle frontière syro-irakienne au troisième millénaire avant notre ère, l’Orchestra Mari regroupe dans sa formation la plus étendue quelque 39 chanteuses et 62 musiciennes, professionnelles ou non, formées aussi bien à l’étranger (Paris, Londres, Moscou, Saint-Pétersbourg…) qu’au conservatoire de Damas.

L’idée de cette formation, le premier orchestre féminin dans la région, revient à Ra’ad Khalaf (رعد خلف), un musicien syrien d’origine irakienne comme Solhi al-Wadi. Violoniste de réputation internationale, musicologue et compositeur, il s’inspire en particulier du patrimoine millénaire de son pays dont il lui arrive de reprendre certains textes et même divers instruments notamment à travers le projet musical “Ziryâb” (زرياب du nom d’un célèbre musicien né à Bagdad au IXe s.)

A l’origine de cette réunion d’interprètes exclusivement féminins (même s’il arrive que des hommes se joignent à elles au gré des circonstances), dont la programmation reprend un certain nombre d’oeuvres “légères” de la musique classique occidentale, il y a le désir de proposer un cadre qui permette aux nombreuses interprètes formées par le conservatoire de Damas d’exprimer leur talent.

Cependant, et même s’il se défend de tout parti pris féministe, Ra’ad Khalaf ne fait pas mystère de ses autres intentions : dans le contexte actuel, il n’est pas indifférent aujourd’hui de donner à voir, à un Bernard Lewis par exemple, triste inspirateur des politiques bushiennes dans la région, une image aussi positive de la culture et de la femme en Syrie.

Un émouvant portrait de Solhi al-Wadi par Imad Moustapha, l’actuel ambassadeur syrien à Washington, dont je signale ici le très cultivé blog (en anglais) qui parle beaucoup plus d’art que de politique (quoique…)

Chanson et politique : "Je hais Israël."

Je hais Israël,
Et je le dirai si on me le demande
Même si on m’assassine
Ou si on me met en prison (…)
Je hais Israël
Parce qu’il n’aime que détruire
Et empêcher le développement. (…)
Je hais Israël,
Et Shimon et Sharon
Et j’aime Amr Moussa
Parce qu’il dit des choses modérées
Quelle est la faute des enfants
Qui meurent chaque jour ?
Il y a de gens avec des armes
Et d’autres avec des bâtons
Je hais Israël
Et tous on le hait
Car on est tous en colère… (…)

Telles sont quelques-unes des paroles (traduction intégrale en anglais ici) d’un titre, Je hais Israël (بكره إسرائيل) qui a porté il y a quelques années Abdel-Rahim “Shaaboula” Shaaban (عبد الرحيم شعبان dit شعبولا) aux premiers rangs de la chanson arabe.

Un incroyable succès dans la lignée d’une très riche tradition arabe de la chanson politique qui montre combien l’exaspération populaire trouve un exutoire à travers des produits aux chiffres de diffusion parfois hallucinants (voir ces deux billets : 1 et 2). A cet égard, il faut absolument regarder cette vidéo sous-titrée en anglais d’une chanson presque aussi célèbre que Je hais Israël. Elle porte différents titres : ‘Ammi ‘arabî (les paroles en arabe sont ici) mais également Feuille de route (خارطة طريق) ou encore Al-soura wal-kitâba (littéralement “l’image et la lettre”, pour dire les deux faces de la même monnaie).

Du jour au lendemain, cet obèse au physique ingrat, anonyme makwagi (repasseur) dans l’échoppe de son père, se trouvait à la tête d’une véritable fortune après avoir vendu paraît-il cinq millions d’exemplaires de son titre vedette (en 2001 selon cet article – en arabe – sur islam-online, le fisc égyptien lui réclamait tout de même 1,5 million de dollars).

Cinq ans plus tard, alors qu’Adel Imam, l’inamovible vedette de la comédie arabe, le reprenait encore (voir cette vidéo) dans une comédie intitulée L’Ambassade [israélienne] de l’immeuble (السفارة في العمارة), le tube de Chaaboula venait en tête des manifestation d’hostilité vis-à-vis d’Israël dans le monde arabe que mentionnait le très contestable Daniel Pipes, fondateur, à côté de nombreuses autres activités, de Campus Watch, une organisation visant à “examiner et critiquer les études nord-américaines sur le Moyen-Orient pour les améliorer” (reviews and critiques Middle East studies in North America with an aim to improving them).

Aujourd’hui, Chaaboula récidive en reprenant le titre de son morceau fétiche avec de nouvelles paroles inspirées des récents bombardements israéliens sur Gaza (un aperçu des paroles en arabe dans cette brève d’Al-Akhbar). Il s’agit cette fois de saluer le départ prochain de “celui dont l’élection a été un jour noir” (كان يوم أسود منيل يوم ما رشحوك), le président Bush bien sûr. Signe des temps : le chanteur, qui sait parfaitement prendre le pouls de l’opinion, se garde bien dans son refrain de refaire l’éloge de ‘Amr Moussa, ministre égyptien des Affaires étrangères dans la première version et désormais Secrétaire général de la (très impuissante) Ligue arabe…

Signe des temps également, l’homme qui persiste et signe dans sa détestation de l’Etat israélien jouit d’une popularité toujours aussi manifeste. Pour s’en convaincre il suffit de constater avec le journal Al-Hayat que le chanteur ne cesse d’être sollicité pour de nombreuses causes : tout récemment, une mise en garde contre la grippe aviaire (37 victimes en Egypte) à la demande des autorités officielles, mais également dans le cadre de la lutte contre la toxicomanie en se joignant à la campagne organisée par le très célèbre prédicateur new look ‘Amr Khaled (déjà rencontré dans ces billets).

Avec son fidèle et très politisé parolier, Islam Khalil, un ancien petit instituteur du nord du Caire (voir cet article en français dans Ahram Hebdo), Chaaboula utilise depuis ses débuts sur la scène musicale arabe un même procédé : doté d’un robuste bon sens d’illettré qui n’a pas honte de ses origines, il se fait le porte-parole de sentiments partagés par la grande masse de la population lors de chaque épisode tragique – et il n’en manque pas… – de l’actualité arabe.

Toutes les grandes causes politiques sont ainsi évoquées à longueur de clips construits sur le même modèle (gros plan du chanteur sur fond d’images d’actualité) : l’Irak, le Darfour, le Liban, les conflits inter-palestiniens, l’affaire des caricatures… Sans oublier les enjeux de la politique locale, par exemple en 2005 le très célèbre Moi j’aime pas les chaises (مبحبش الكراسي) : Chaaboula y explique qu’il préfère, quant à lui, s’asseoir “à l’arabe”, c’est-à-dire par terre, de peur d’avoir mal au dos, allusion transparente à la situation du président Moubarak, à ses problèmes de santé et à son goût pour le “siège” du pouvoir. Reprise (voir cette vidéo) par le mouvement d’opposition Kefaya (Assez !) la chanson a fait se tordre de rire toute la population d’un pays qui n’a souvent guère d’autre ressource devant l’adversité…

Héritier de la chanson politique, le “phénomène du troisième millénaire”, comme l’annonce avec une certaine emphase un livre publié à sa gloire, s’écarte par plus d’un aspect de nombre de ses modèles. Porte-parole gouailleur des petites gens à la manière d’un Cheikh Imam, il est aussi un pur produit des vidéoclips et des TV satellitaires, qui confirme la montée en puissance d’un nouveau public, très populaire, cible privilégiée des industries culturelles de masse.

Ainsi, au journaliste certainement très distingué qui lui reproche de n’être qu’un “chanteur pour minibus” (le meilleur marché et le plus populaire des transports publics), Chaaboula, avec son costume atrocement vulgaire “assorti à ses rideaux”, son bagout et ses bagouzes, a beau jeu de répartir, presque agressivement : Et alors, y z’ont quoi ceux qui prennent les microbus ? (ما لهم بتاع الميكروباصات ؟)

L’immense succès de l’ancien repasseur analphabète est bien dans l’air du temps, un air du temps au goût de revanche pour les classes populaires vis-à-vis des élites intellectuelles paternalistes qui les ont souvent regardées de haut. Une fois encore, la scène “culturelle” peut apparaître comme le modèle réduit d’autres mouvements qui traversent aujourd’hui le champ politique.

Un long et intéressant article de Walter Armbrust, chercheur américain en anthropologie politique Bravely Stating the Obvious: Egyptian humor and the anti-American consensus disponible en ligne sur le site Arab Media & Society (ou l’on trouve également The Fool Sings a Hero’s Song: Shaaban Abdel Rahim, Egyptian Shaabi, and the Video Clip Phenomenon, un article un peu plus ancien par James R. Grippo).

Pour ceux qui préfèrent lire en français, il y a aussi ce point de vue du journaliste Ahmed Halli dans Le Soir d’Algérie.

L’image en Arabie saoudite (2/2) : prochain cinéma 500 km !

Près d’un siècle après son apparition dans le monde arabe, en Egypte, le cinéma fait ses vrais débuts en Arabie saoudite. En 2005, un jeune réalisateur, Abdallah al-‘Ayyaf (عبد الله العياف), a ainsi réalisé un documentaire remarqué. Intitulé Cinéma : 500 km (السينما 500 كم), le film raconte le périple d’un jeune cinéphile de la capitale, Riyad, qui n’hésite pas à se rendre au Bahreïn – 1000 km aller-retour ! – pour voir un film non pas sur son home cinema mais “en vrai”, dans une des salles de Manama remplies certains soirs à 80 % de Saoudiens paraît-il !

Haïfa Mansour, qui avait déjà défrayé la chronique avec divers courts métrages, réalisait la même année Femmes sans ombre (نساء بلا ظل), un documentaire également. Le film, dont le titre fait allusion à la condition féminine dans son pays, provoquait un beau scandale, en dépit d’une unique projection privée dans la demeure du consul de France à Djeddah !

Soumis à de rudes pressions, un prédicateur très médiatisé, un certain Aîd al-Qarni (Aaidh Algarne عائض القرني) – déjà rencontré tout à la fin d’un précédent billet -, revenait publiquement sur ses <a href=”http://www.asharqalawsat.com/details.asp?section=43&article=294395&issue=9639
” target=”_blank”>déclarations dans le film, déclarations qui laissaient entendre que l’obligation du port du voile (غطاء الوجه en termes techniques) ne faisait pas l’unanimité chez les jurisconsultes musulmans.

Toujours à l’affut d’un investissement intéressant, le richissime prince saoudien Al-Walid Ibn Talal engageait la jeune réalisatrice auprès de sa société Rotana, le plus grand label musical dans le monde arabe, qui possède aussi une division cinéma (en plus de six chaînes musicales et quelques bricoles dans la presse…)

A ce titre, Haïfa Mansour a participé à l’aventure, largement financée par la société Rotana, du premier long métrage de fiction “saoudien”. Les guillemets s’imposent en effet car Kayfa al-hal ? (Comment va ?), sorti en 2006, a été tourné aux Emirats par un réalisateur d’origine palestinienne résidant au Canada… Le scénario, dû à des plumes libanaises et égyptiennes, réunit les diverses composantes de la société saoudienne, des plus religieuses aux plus “libérales” avec par exemple Sultan, un des héros de l’histoire, vedette (dans le film) du jeu télévisé Star Academy et amoureux de Sahar, la soeur du très religieux Khaled…

Mais le “premier long métrage de fiction saoudien” ce serait en fait une autre oeuvre sortie quasiment en même temps (dans les festivals étrangers naturellement). Il s’agit des Ombres du silence (ظلال الصمت), un huis clos entre politiciens et savants dans le désert, dont le réalisateur, Abdallah al-Muhaysin (عبد الله المحيسن) est bien saoudien cette fois (même s’il a été secondé par un conseiller technique algérien).

Depuis, les films se succèdent et trois longs métrages de fiction sont ainsi attendus en 2008 selon Mamdûh Salem, organisateur à Jeddah, en juillet 2006, d’un “festival des présentations visuelles” (مهرجان العروض المرئية), ainsi nommé pour éviter de choquer avec un mot aussi sensible que “cinéma” comme le rappelle le blogueur saoudien d’où a été tirée la photo en tête de ce billet !

La présentation des 16 films devant un public mixte qui plus est n’ayant pas provoqué de violentes protestations, c’est désormais le Club littéraire pour la région de Al-Sharqiyyah (النادي الأدبي في المنطقة الشرقية) qui va organiser, au mois de mai, la toute première “compétition cinématographique” du royaume saoudien.

Clairement, les choses sont désormais en route et les salles qui sont déjà prêtes à fonctionner dans les grands centres commerciaux du pays n’attendent plus pour ouvrir qu’un signe des autorités. Comme le fait remarquer un bon article de Jaafar Umran dans Al-Sharq al-awsat, le plus important est sans doute que l’image a clairement gagné aujourd’hui en légitimité.

C’est bien le terme qui convient puisque c’est en 2005, l’année même de la projection “publique” des premières oeuvres cinématographiques saoudiennes, qu’un tribunal local s’est fondé pour délivrer son verdict sur une photographie : pour la première fois dans l’histoire du pays, l’image n’était plus a priori rejetée comme trompeuse mais devenait au contraire susceptible d’apporter un témoignage véridique.

Une évolution par ailleurs dangereuse à l’heure où le numérique rend les manipulations plus faciles que jamais, mais c’est une autre histoire !

“La preuve par l’image” si l’on veut ! Pour célébrer la journée mondiale de la femme, Wajeha Al-Huwaider a mis sur YouTube cette vidéo où on la voit en train de conduire. Au volant, elle explique qu’il s’agit pour elle de protester en ce jour particulier contre le fait que les femmes n’aient pas ce droit en Arabie saoudite même si certaines d’entre elles contournent allègrement la loi, en particulier dans les endroits peu fréquentés… Avec d’autres femmes, elle a à nouveau envoyé une pétition pour réclamer ce droit et espère bien que lors de la prochaine journée de la femme, cette question, présente depuis les années 1990 tout de même, aura été résolue…

Je ne l’ai pas vu mais je suis certain que c’est très bien (allez voir son blog, lien dans mes favoris)

l’arabie politique
textes et photos pascal ménoret
du 1er au 31 mars 2008
mmsh
5, rue du château de l’horloge
aix-en-provence

L’image en Arabie saoudite (1/2) : publicités

L’interprétation de l’islam qui règne aujourd’hui dans la pays de la famille (آل) Saoud est dite “wahhabite”, du nom d’un religieux qui fit alliance avec le fondateur de la dynastie au milieu du XVIIIe siècle. Au nom de cette lecture particulière, très loin d’être majoritaire surtout au regard de l’ensemble de l’islam non-arabe, les représentations d’êtres vivants (صور ذوات الأرواح), considérées comme des formes d’idôlatrie, sont en principe proscrites.

Pour autant, et même si cela ne s’est pas fait sans débats, il y a en Arabie saoudite des journaux illustrés, une télévision depuis les années 1960 et toutes les images numériques du monde, en particulier depuis que le royaume s’est branché sur la Toile au tout début de l’année 1999.

Mais il n’y a toujours pas de salles de cinéma (on y reviendra la semaine prochaine), et les seuls écrans publics sont ceux des grands panneaux publicitaires, éventuellement électroniques et animés, que contemplent les passagers des véhicules arrêtés aux feux de circulation.

Compte tenu des habitudes locales, les agences de publicité doivent faire preuve d’inventivité. Habitudes en effet, car il n’y a pas – selon les professionnels concernés (voir cet article du Sharq al-awsat) – de loi ou de règlement qui exige expressément que les visages des personnages sur les panneaux publicitaires soient floutés (مطموسة dans le jargon des infographistes).

Dans certains cas on peut se contenter de “pixelliser” les yeux : s’il ne reste que la silhouette, ou même la forme du visage, sans rien laisser qui manifeste la vie – le regard en l’occurrence -, l’image devient licite !

En réalité, les graphistes de la publicité contemporaine réinventent à l’heure du numérique des procédés très anciens : sur cette miniature, l’homme en vert avec le visage qui semble avoir été effacé sous Photoshop (il s’agit d’un voile) n’est autre que le prophète de l’islam.

Signe d’une incontestable évolution, et de l’inventivité des “créatifs” locaux, un aménagement de la règle a été trouvé : désormais, on peut reproduire des visages sur les panneaux publicitaires dans les lieux publics. Enfin s’il s’agit d’hommes ou de garçonnets et pour autant que leurs yeux ne soient pas visibles, ou soigneusement dissimulés derrière des lunettes de soleil !

____________________________________________

Il y a des semaines où la perspective choisie pour ce blog paraît presque ridicule au regard des tragédies que connaît le monde arabe. Comment continuer ces chroniques sans évoquer Gaza ? Pour ne pas faire comme si de rien n’était, voici trois images, tirées de la presse arabe (Al-Safir notamment pour la première, les autres ont été reprises dans pas mal de publications).


Celle-ci, par sa lumière et sa composition, par le jeu des regards, fait irrésistiblement penser à un tableau ancien avec cet étrange contraste entre le cadavre de ce tout petit enfant et le regard des adultes qui l’entourent. Dans ce pays qu’il sait être sans électricité, l’oeil du spectateur est happé par la lumière crue au centre et au premier plan : le linceul de la victime, prolongé par les autres nuances de blanc des vêtements traditionnels de celui qui tient l’enfant dans ses bras et le T-shirt siglé Nike du jeune homme qui ferme l’angle gauche de la photo.

Ces images qu’a vues le monde arabe sur les premières pages de ses quotidiens ont-elles été publiées dans la presse que vous lisez ?