Arrêt de "Métro" en Egypte : encore des dessins censurés !


Le 15 avril dernier, au Caire, la maison d’édition Malameh (ملامح) a reçu la visite de la police égyptienne. Cela n’a pas vraiment dérangé son propriétaire, Muhammad Al-Sharkawi (محمد الشرقاوي), car il se trouve déjà en prison. Il lui est reproché, avec d’autres blogueurs qui relaient sur internet les protestations de l’opposition égyptienne, d’avoir appelé à la grève du 6 avril dernier (une autre est prévue le 4 mai prochain, pour “fêter” les 80 ans du raïs Moubarak : on en reparlera sans doute…)

En fait, les forces de l’ordre venaient saisir les exemplaires restant d’un livre intitulé Métro, publié il y a un peu plus d’un an. “En vertu” des dispositions très particulières de la censure locale (voir ce billet), il s’est en effet trouvé un honnête citoyen pour s’offusquer du langage utilisé dans cet ouvrage dont la couverture précise pourtant qu’il est destiné à un public adulte. L’auteur – et son éditeur – doivent donc répondre d’”atteinte aux bonnes mœurs pour cause d’utilisation d’expressions dialectales” (impossible de vraiment traduire la charge officielle, que les arabisants apprécieront : خروجها عن الآداب العامة لاعتمادها اللغة والألفاظ العامية الدارجة في سياق أحداثها).

Métro n’est pas une publication ordinaire. Cet album est le premier “roman graphique” (graphic novel) arabe. Son auteur, Magdy El Shafee (مجدي الشافعي), a débuté dans une publication pour enfants (Alaa Eddin) où il a fait la connaissance d’Ahmed Ellabad – et de son père, la mémoire du graphisme contemporain arabe, Mohieddine Ellabad : leurs encouragements étaient nécessaires pour que l’auteur aille au bout de son ambitieux projet.

Car il aura fallu cinq années de travail pour produire les 92 planches de cette histoire policière qui se déroule dans un Caire ultra contemporain et tout sauf exotique. Shihab, un jeune informaticien financièrement aux abois, attaque une banque et planque son butin dans une station du métro du Caire.

Tout le problème, pour le héros de Métro, est d’arriver à en sortir, et à s’en sortir. Pour lui, dans cet album qui se veut l’expression fidèle de l’Egypte d’aujourd’hui, avec ses manifestations où les journalistes se font sexuellement agresser par les petites frappes (بلطجة) à la solde du pouvoir (un fait-divers authentique dont a été victime une journaliste proche du mouvement Kefaya), il n’y a pas encore vraiment de lumière au bout du tunnel.

Comme pour le reste du peuple égyptien d’ailleurs…


Maintenant qu’il a été saisi, pas facile de trouver l’oeuvre de ce dessinateur qui revendique sa filiation avec Hara-Kiri et Charlie Hebdo… On peut admirer la qualité de son graphisme grâce à une bonne série de planches, traduites en anglais et visibles sur le net, ainsi que quelques dessins (cette Oraison funèbre pour un homme ordinaire par exemple. Magdy El Shafee a un site, avec son blog qui évoque (en anglais) l’interdiction de son livre.
Enfin, pour les « Facebookers », un entretien sur la chaîne Al-Jazeera.

Pour lire plus de détails sur cette affaire, voir le blog d’un jeune écrivain contemporain, Muhammad Aladdin, et dans la presse (en arabe : akhbar al-adab, Middle-East Online et al-Hayat; en anglais, cet article).

Mentionné par Magdy El Shafee, on peut apprécier également le travail du Libanais Mazen Kerbaj, mieux connu des lecteurs français, sur ces planches déjà un peu anciennes, et sur son blog.

Illustrations : dessins de Magdy El Shafee (www.magdycomics.com) et affiche – retouchée ! – d’une exposition à la galerie Townhouse du Caire (www.thetownhousegallery.com) en février 2008.

Poésie et télévision dans le Golfe : une question "géopoétique" !

Renouant avec l’incroyable succès de la finale précédente, l’année dernière, la seconde édition du Poète du million a été suivie, vendredi dernier, par quelque 70 millions de téléspectateurs, essentiellement dans le Golfe (voir ce précédent billet). Triomphe médiatique, l’émission diffusée par Abu Dhabi TV est toutefois en train de se transformer en problème politique, et même peut-être en échec commercial si les choses tournent vraiment mal.

Contre toute attente en effet, l’oriflamme (bayraq) pourpre du vainqueur a été remis non pas au candidat saoudien pourtant donné largement favori mais à un rival. Pour ne rien arranger, celui-ci a été naturalisé au Qatar il y a moins d’un an alors qu’il était né saoudien car cette compétition télévisée régionale connaît désormais des transferts d'”athlètes poétiques” à l’instar de ceux des “artistes du sport”.

En tout cas, il ne fait aucun doute au royaume des Saoud que cet échec national est le résultat d’une sombre machination, et les appels au boycott de la prochaine édition de l’émission produite par l’émirat voisin d’Abu Dhabi se multiplient via les messageries téléphoniques et les sites internet.

En effet, à quoi bon participer à la compétition si les jeux sont faits d’avance ? L’un des deux finalistes saoudiens n’a-t-il pas été victime d’une inexplicable rupture de faisceau ? Plus grave encore, la charmante présentatrice – dont on dit qu’elle doit épouser très prochainement un richissime saoudien – n’a-t-elle pas elle-même exprimé, en toute innocence, sa plus grande surprise à la lecture du verdict final ? Comment le mieux placé des candidats saoudiens, avec un tel soutien de la part du public et de telles notes auprès du jury, a-t-il pu se retrouver si mal classé ?

Pour l’opinion saoudienne, la politisation (تسييس) de la compétition est donc une affaire entendue. D’ailleurs, Cheikh Khalifa bin Zayid Al Nahyan a quitté le théâtre où se tenait la finale au bout de quelques minutes seulement, laissant son ministre des Affaires extérieures remettre le prix. On a dit depuis que les candidats saoudiens n’avaient, de toute manière, aucune chance de l’emporter.

En effet, les tensions entre les Emirats et l’Arabie saoudite, notamment à propos d’un différend portant sur une oasis frontalière, ne sont un mystère pour personne. Dans ce contexte, l’émission préférée des téléspectateurs du Golfe fonctionnerait dans le paysage audiovisuel régional exactement comme Al-Jazeera : de la même manière que la plus célèbre des chaînes panarabes fait partie de la politique extérieure du Qatar, le Poète du million est la carte que joueraient les Emirats contre leur puissant voisin saoudien !

D’ailleurs, il n’aura pas échappé aux observateurs les plus avisés que le jury du concours a proposé cette année aux candidats d’improviser à partir de deux vers choisis “comme par hasard” dans l’oeuvre d’un poète célèbre de la famille de Al Racheed, longtemps rivale de la dynastie saoudienne dans la Péninsule durant la seconde moitié du XIXe siècle !

Pourtant, la véritable leçon “géopoétique” de l’échec saoudien, c’est qu’il ne faut pas beaucoup plus qu’un jeu télévisé pour rallumer les feux mal éteints des rivalités tribales dans un Etat qui n’existe sous sa forme officielle que depuis 1932. Dans la mesure où deux candidats saoudiens restaient en lice pour la finale, il semble bien qu’aucun des deux n’ait reçu le soutien unanime de ses compatriotes, lesquels n’ont pas su s’unir pour faire triompher une seule candidature en envoyant un déluge de SMS (payants !) vers le site de l’émission.

Il faut dire que le propre de cette joute poétique, où l’on s’exprime non pas en arabe classique mais en dialecte, est de jouer précisément sur la fibre tribale. Nâsir al-Farâ‘ina (ناصر الفراعنة), le candidat malheureux, a pu ainsi déclarer qu’il avait fait de son mieux pour représenter – dans l’ordre ! – son pays, sa tribu et son public (الحمد لله على كل شيء لقد مثلت بلدي وقبيلتي وجمهوري أحسن تمثيل) !

Ce retour à des formes d’expression assez archaïques explique d’ailleurs qu’on est très loin de se réjouir dans les milieux littéraires de l’incroyable succès de cette émission : elle ne met en vedette qu’une écriture très traditionnelle dans ses thèmes et dans sa forme, en totale contradiction avec la révolution poétique lancée au milieu du siècle dernier par la jeune génération d’auteurs arabes et progressiste d’un pays voisin, l’Irak.

Une petite vidéo du vainqueur pour se plonger dans l’ambiance.
Un article assez complet dans le quotidien en ligne (saoudien) Elaph sur l’affaire, complété par cet autre et également cet article dans Al-Hayat.
Quant à cet article du Syrien Fadi Azzam, intitulé “Cinq poètes pour un citoyen du Golfe !”, il permet de se faire une idée de la réception du Poète du million dans les milieux intellectuels.

Le diable et le bon Dieu : les deux visages de la modernité arabe

Cette image d’un supporter célébrant les prouesses de l’équipe de foot saoudienne peut apparaître très anodine. Elle a néanmoins en son temps (fin juillet 2007) suscité un véritable tollé.

D’abord parce que le drapeau que tient le jeune homme au milieu du cercle des danseurs n’est pas n’importe quel drapeau, mais celui du royaume d’Arabie saoudite, et qu’il est donc particulièrement mal venu de se livrer à des gesticulations déplacées avec ce tissu orné de la profession de foi musulmane (ce qu’on appelle en arabe les “deux professions de foi”, الشهادتان : “Il n’y a de dieu que Dieu” et “Muhammad est Son prophète”).

Mais de plus, le danseur n’était autre que le célèbre Saad al-Soghayyar (سعد الصغير), qui s’était déjà fait remarquer quelques mois avant en montant sur une scène de Dubaï dans un état d’ébriété visiblement avancé.

Pour ne rien arranger, c’est ce même chanteur égyptien qui avait eu l’honneur, à la fin de l’année 2006, d’être le partenaire à l’écran de la célèbre Dina, une bombe sexuelle locale, un temps mariée avec le richissime homme d’affaires Hussam Abul-Futuh. [Il n’y a que l’Egypte pour imaginer d’aussi invraisemblables scénarios !] Pour le lancement du film, on avait imaginé de faire danser la vedette féminine devant le célèbre cinéma Métro au Caire. Cela avait déclenché, en octobre 2006, une incroyable explosion d’hystérie sexuelle, révélée en grande partie grâce aux bloggers locaux qui avaient fait la preuve de leur nouvelle importance au sein du système d’information.

De nombreuses femmes qui avaient eu la malchance de se trouver dans les parages du cinéma, dans une des zones les plus commerçantes de la ville, avaient été agressées par des hordes de jeunes hommes totalement déchaînés. Ils avaient pourchassé leurs victimes en hurlant le dernier tube de Saad al-Soghayyar, une chanson assez leste où, dans le pur style des vendeur de quatre-saisons, la banane fait bon ménage avec la mangue (voir la vidéo en fin de ce billet)…

Il était donc temps pour Saad d’imiter le repentir d’autres vedettes scandaleuses, Tamer Husni par exemple (dont on a déjà parlé ici), et de se racheter une conduite en enregistrant quelques titres musicaux religieux, un genre particulièrement à la mode aujourd’hui dans le monde arabe.

Naturellement, nombreux sont ceux qui s’inquiètent d’un changement de genre aussi soudain. Cheikh Muhammad al-Rifâ‘i par exemple, haut fonctionnaire au ministère des Waqfs, se demande ainsi dans un article récent d’Al-Quds al-‘arabi si celui qui est passé aussi soudainement du diable au bon Dieu n’est pas capable de retomber tout aussi brutalement dans l’erreur.

On s’inquiète aussi pour le devenir du chant religieux lorsque tant de chanteurs et de chanteuses à la mode se mettent à investir un style qui a l’avantage de leur assurer de confortables recettes et le salut de leur âme (à tout le moins celui de leur réputation). Quel sens peut encore avoir cette haute tradition musicale, née à l’époque fatimide (Xe s.) et développée par les confréries soufies, si elle n’est pas associée à une authentique sacralité ?

Mais tout le monde ne partage pas ces craintes. Sur le site Islam-Online par exemple, proche des Frères musulmans, un assez long article revenait sur ce phénomène en se réjouissant de constater que le chant religieux (nashîd) avait désormais pleinement sa place sur les chaînes télévisées musicales.

Pour son auteur, et en particulier avec l’arrivée d’une nouvelle génération de chanteurs tels que Sami Yûsuf (dont on a déjà parlé ici), le nashîd a définitivement rompu avec le cadre étroitement idéologique des années 1990 et ses lamentations sur les souffrances des pauvres musulmans opprimés.

Désormais, le nashîd appartient pleinement à son époque. Grâce à la table de mixage et aux trucages électroniques, plus de problème avec les interdits sur l’utilisation de nombre d’instruments musicaux. A l’image d’un Mishary Rashid Alafassy – qui possède sa propre chaîne de télévision – le chant religieux contemporain peut associer la foi à des préoccupations écologiques telles que la préservation de l’eau et de l’énergie. Même la question des relations entre hommes et femmes n’est plus désormais totalement étrangère à un style pour lequel il n’y avait jusque là d’autre amour que divin.

Au lieu de tourner le dos au monde moderne, le nouveau nashîd en épouse totalement la logique. Dès lors, il peut affronter sans complexe sur les chaînes satellitaires la concurrence des “chansons libérées” (الأغاني المتحررة) parce qu’à la différence des succès étroitement commerciaux, il est, pour ses fans, une expression artistique dotée d’un but véritable (الفن الهادف).

On ne saurait se contenter de sourire devant des volte-face aussi rapides et radicales entre le vice et la vertu. Pour les vedettes de la scène et de l’écran, mais bien plus encore pour la jeunesse arabe qui consomme ces icônes, la seule hypocrisie et la simple duplicité ne suffisent pas à rendre compte d’une réalité certainement plus complexe. La modernité arabe se partage bien entre le diable et le bon Dieu, entre l’effronté vendeur de fruits et le touchant jeune homme confit en dévotion.

Pour l’amusante vidéo qui fait bouillir le sang de la jeunesse égyptienne, Al-‘Anab, le titre endiablé – c’est bien le mot ! – de Saad, ce lien (et ici pour les paroles).
Les vrais amateurs préfèreront cet enregistrement, musicalement nul mais incroyablement hot.
Et pour le “côté bondieuseries”, le sirupeux “Je loue notre Dieu” (Ahmidu rabba-nâ), beaucoup, beaucoup plus sage, par ici !