Musiques alternatives (3) : Liban

Citoyen mon frère ! Change-toi donc les idées en allant écouter Ziad [Rahbani] ce soir.
– Et s’il y a une explosion ? – Mieux vaut mourir en écoutant Ziad que vivre en regardant la Star’Ac !

Mission impossible que prétendre présenter ne serait-ce qu’un aperçu des scènes musicales alternatives au Liban ! Mais pour déblayer un peu le terrain, tout ce qui est “rap” est laissé de côté dans ce billet (en espérant y revenir par la suite). Heureusement, plusieurs producteurs (et distributeurs) locaux spécialisés dans ce type de musique ont bien mâché le travail !

Tony Sfeir, l’infatigable animateur d’un haut-lieu de la culture vivante à Beyrouth, la CD-thèque, s’est lancé il y a quelques mois seulement dans une nouvelle aventure : Incognito (إنكونيتو). L’idée consiste à mettre sur pied une sorte de réseau régional (essentiellement Liban, Egypte, Syrie et Jordanie pour le moment). Ces “œuvres culturelles alternatives”, produites par des créateurs qui sont le produit de leur environnement culturel et qui, tout en s’enrichissant des expériences des artistes du monde entier, donnent un écho authentique des problèmes et des conditions sociales de leur région (traduction libre de la déclaration d’intention présentée sur le site).

Le site (malheureusement uniquement en anglais) proposera bientôt les achats en ligne. Cela vaut vraiment la peine de prendre le temps de le découvrir (vous y retrouverez la plupart des musiciens évoqués dans les billets précédents… et à venir !). On y trouve le meilleur des “nouvelles voix du Proche-Orient” (une bonne soixantaine de noms), ainsi que des DVD, des livres, des BD (Persepolis traduit en arabe).

Ce n’est pas la première initiative de ce type. Il faut également aller visiter le site de Forward Production, essentiellement dans le domaine musical mais également avec quelques DVD. A l’origine du projet, qui débute en mai 2001, la réalisatrice Carol Mansour et le musicien Ghazi Abdel Baki (غازي عبد الباقي). Le mot d’ordre de la maison : “indépendance”, c’est-à-dire (glose du site en anglais là encore) ne pas avoir à se vendre, à vendre sa vie et son travail au profit d’une boîte de production commerciale.

Une petite dizaine de titres sont disponibles en téléchargement (payant) et le catalogue présente une quinzaine de titres, dont trois volumes intitulés World Music from Lebanon qui expriment bien le projet artistique de la maison : encourager les nouvelles tendances musicales où se mêlent différents courants culturels pour interagir avec le contexte local ; trouver un nouveau “dialecte” musical qui associe l’héritage arabe et les influences contemporaines…

Résolument expérimental, il y a encore Al-Maslakh (المسلخ – l’abattoir !) qui se définit lui-même comme un OVNI sur la scène artistique libanaise… En tant que maison de production, Al-Maslakh a une activité relativement réduite et limitée dans le temps (les débuts sont en 2005). Mais la “bande” est bien connue, depuis presque une dizaine d’années maintenant, pour organiser, chaque automne, Irtijal (ارتجال), sans aucun doute le festival d’improvisation le plus audacieux, musicalement parlant, de la région.

Enfin, un dernier nom, celui de Those Kids Must Choke, “un label libanais de musique expérimentale, un témoin de l’air du temps, d’une scène issue ou influencée par la lo-fi, le rock expérimental, les laboratoires électroniques de la musique improvisée libre” qui se donne pour mission d’être “une plate-forme sur laquelle la jeune scène peut s’appuyer pour travailler, collaborer avec des musiciens étrangers, archiver des essais, témoigner de l’activité sonore qui agite sourdement nos villes”.

Dans la lignée des précédents billets, j’accorde une place spéciale au “Jazz Oriental” un concept qui, pour beaucoup, est étroitement associé à Beyrouth. Et cela à cause d’un artiste (il est loin d’être seulement musicien) qui incarne toute la vitalité de la création libanaise, le fils de Fairouz, Ziad Rahbani (زياد رحباني : son nom avait déjà été évoqué ici).

Il regrette bien aujourd’hui (voir cet entretien publié à l’origine dans Al-Safir) d’avoir contribué, au milieu des années 1980, à diffuser une expression qu’il récuse aujourd’hui en disant en substance qu’il est aussi ridicule de parler de “jazz oriental” que de jazz tchétchène ! Comme il l’explique, le jazz est, par définition, le produit d’un mélange de cultures, et c’est d’ailleurs pour cela que tout musicien a précisément le droit d’entrer dans cet univers, avec son propre bagage, ses propres références.

A côté de Ziad, qui a donné à Beyrouth un concert mémorable (à l’origine du dessin en haut de ce billet) en mai 2007 (un DVD a été produit, sous le titre Da Capo : pas facile à trouver apparemment ), on connaît bien en France, pour ceux qui s’intéressent à cette musique naturellement, les noms de Toufik Faroukh et plus récemment d’Ibrahim Maalouf. Mais il y en a d’autres, qui méritent une oreille curieuse : le pianiste (dans un style assez classique) Arthur Satyan auquel il est arrivé de jouer, à Amman, dans le très chic club Naï avec un autre grand nom de la scène “jazzorientale” (désolé Ziad !), Charbel Rouhana (maître du ‘oud contemporain aux aventures musicales multiples). Sans oublier Rima Kcheich, une chanteuse venue du monde de la musique orientale “classique” et qui s’offre régulièrement des parcours dans le monde du jazz (elle vient de sortir un CD intitulé Falak).


Moins jazzy tout en s’inscrivant dans le courant du répertoire oriental traditionnel modernisé, il y a naturellement Ziyad Sahhab (زياد سحاب) et son groupe Shahhadeen Ya Baladna (شحادين يا بلدنا – quelque chose comme “Et oui, et mendiants en plus ! Quel pays !”), qui a donné à Beyrouth il y a quelques semaines un concert très remarqué.

Pour des musiques plus expérimentales, c’est donc vers les organisateurs assez allumés du festival Irtijضl qu’il faut se tourner : Bechir Saade (qui tient également en anglais un blog aussi décapant que sa musique), Sharif Sehnaoui, Raed Yassin et Mazen Kerbaj, plus connu en France pour ses dessins (c’est l’un deux, fait à l’occasion d’un concert de Ziad Rahbani qui ouvre ce billet) que l’on peut retrouver ici également.

Pour acheter tout cela, rendez-vous Incognito à l’Abattoir (Al-Maslakh) pour aller de l’avant (Forward) !

Un petit plaisir trop court : un vrai tango chanté en arabe par Soumaya Baalbaki (son CD : Arabtango).

Musiques alternatives (2) : Egypte

L’anniversaire de sa disparition, il y a quelques semaines, 31 ans après sa mort, a permis de le constater à nouveau : Abdel Halim Hafez (عبد الحليم حافظ), la grande vedette, avec Oum Kalthoum, de la chanson égyptienne des années 1950 n’a rien perdu de sa popularité. A en croire cet article dans Al-Hayat, les enregistrements du “rossignol brun” diffusées en cassettes audio – le format audio qui reste encore le plus accessible aux classes populaires – se sont vendus à plus de 150 000 exemplaires. L’éditeur musical, Sawt al-fann, en a aussitôt remis sur le marché 100 000 (à titre de comparaison, 15 000 seulement pour les CD audio).

Si la “chanson de papa” conserve son public, la jeunesse locale a depuis longtemps opté pour la musique de sa génération, la jeel music, sorte de techno-pop arabe apparue dans la seconde moitié des années 1990. Produit de masse souvent considéré comme vulgaire, tant sur le plan de la qualité musicale que des paroles et des modèles qu’elle véhicule, la jeel music se rachète une conduite depuis quelques années en faisant des incursions du côté d’une chanson islamique à la fois modernisée et mondialisée (voir ce billet).

Depuis quelques années, une autre voie est peu à peu ouverte par quelques musiciens locaux, parfois associés à des aventuriers de la musique provenant d’autres horizons et séduits par la scène égyptienne.

Fondé en 1999, le groupe Wust el Balad (وسط البلد – Centre ville) illustre bien cette tendance. Rejoints par des musiciens venus de toutes les régions de l’Egypte et en particulier du vivier des familles nubiennes émigrées au Caire, véritable creuset des nouvelles musiques, les deux copains de lycée ont sorti leur premier disque, après des années de galère. (Extraits musicaux et infos sur leur site, en anglais.)

Plus récent, le groupe Massar Egbari (مسار إجباري – Sens obligatoire), né à Alexandrie, appartient au même courant, mais avec peut-être plus d’exigences, notamment sur le plan de la démarche musicale. Comme l’explique Aymane Massoud (أيمن مسعود), le pianiste leader du groupe, dans cet entretien pour l’Ahram hebdo, il s’agit bien de refuser une société “machine à production de stéréotypes qui envahissent nos pensées et accaparent nos sentiments jusqu’à étouffer en nous toute velléité de création et d’innovation”. (Vidéo d’un concert à Malte en 2007 qui montre bien la manière dont ce rock oriental revisite la tradition.)

Héritières des traditions du Nil, ces nouvelles musiques revendiquent leurs racines à la fois arabes et africaines. De ce point de vue, l’itinéraire musical de Fathy Salama (فتحي سلامة) est sans doute le plus abouti. Né dans le quartier populaire de Shoubra où il apprend le piano dès l’âge de six ans, Fathy Salama fait ses classes musicales, notamment dans le monde du jazz, aux USA et en Europe. De retour en Egypte, il entame dans les années 1980 une brillante carrière dans le monde de la jeel music, compose des musiques de film à succès, avant d’abandonner un univers qui propose une musique qu’il juge non seulement sans intérêt mais dangereuse, au point que sa diffusion devrait être accompagnée d’un avertissement, comme pour les paquets de cigarettes, affirme-t-il dans un entretien !

Fondé en 1989, son groupe, Sharkiat (شرقيات – Orientales), est le résultat d’une conversion musicale qui désoriente les milieux de l’industrie de la musique mais qui reçoit malgré tout un prestigieux couronnement international avec un Gramy Award dans la catégorie World Music obtenu en 2004 pour un album avec le Sénégalais Youssou N’dour, sous le titre : Egypt : Sant Allah (“Merci Dieu” en wolof).

Une visite sur le site (en anglais) de cet artiste en perpétuelle recherche (extraits musicaux disponibles) permet de comprendre l’ambition d’un projet qui, né de la lassitude de voir les traditions arabes pillées par les boîtes à rythmes, entend bien exploiter les ressources de la musique électronique pour redonner aujourd’hui à ces traditions musicales toute leur place.

Homme de toutes les musiques, Fathy Salama apporte sa couleur personnelle à cette chose difficile à décrire que l’on appelle “jazz oriental”. Dans cette ligne, la scène égyptienne propose une autre tentative qui mérite d’être écoutée, celle de Bakash (présentation et écoute en suivant ce lien), un trio assez original qui regroupe une franco-syrienne, Naïssam Jalal à la flute, et deux Américains, Colter Frazier et Miles Jay, au saxo et à la basse.

La sélection mérite certainement d’être étendue : merci d’avance pour les suggestions !

Deux oublis, déjà !

Celui du groupe El-dor el-awel (الدور الأول – Rez-de-chaussée), huit musiciens qui se sont retrouvés il y a quelques années et qui jouent dans une ligne jazz oriental, que l’on peut écouter en suivant ce lien.
Et puis, comme dans le groupe précédent mais dans une ligne plus orientale que jazz cette fois-ci, Masar qui réunit, sous une autre configuration, des musiciens jouant d’ordinaire dans d’autres formations (Eskandarella en l’occurrence, qui reprend, en les modernisant, les thèmes de la chanson engagée, et Miles Jay, le bassiste de Makash). Le disque qu’ils ont sorti récemment, El’Aysh wel Melh (العيش والملح – Pain et sel) fait la part belle aux compositions d’un jeune joueur de oud Hazem Shahine (حازم شاهين), qui n’a pas fini de faire parler de lui (il joue en solo le thème El’Aysh sur cette vidéo).

Et encore un oubli, et pas des moindres, le groupe Eftekasat (افتكاسات- Innovations, en égyptien), créé en 2001 et qui se définit lui-même comme “oriental jazz/fusion/jazz rock and sometimes world music”. Leur site offre extraits et vidéos.

Musiques alternatives (1) : Jordanie

C’est une règle qui souffre peu d’exceptions, sur nos écrans de télévision en particulier : les images du monde arabe s’accompagnent presque inévitablement des mêmes illustrations sonores. Quel que soit le sujet, on a droit, au choix, à l’appel à la prière ou au solo de nay (flute) ! Comme si les clichés de la musique orientale devaient nécessairement faire contrepoint aux images toutes faites de la représentation médiatique des Arabes !

Pourtant, et pour peu que l’on sorte des stéréotypes sur les Arabes et leur musique dont on nous rebat les oreilles, on “entend” très vite que ça bouge beaucoup sur la scène musicale, même si on ne comprend pas les paroles ! Bien loin de ratiociner sur leur passé glorieux, les artistes d’aujourd’hui sont à l’écoute du monde dont ils se servent pour régénérer leur héritage.

Au regard de certains de ses voisins, l’Irak en particulier, la tranquille Jordanie ne peut pas se vanter de posséder une immense tradition musicale. La petite révolution qui s’y déroule depuis quelques années n’en a donc que plus de signification par rapport au pays lui-même, qui apparaît désormais comme un des lieux où se font entendre les “musiques alternatives”. Elles ont en commun, dans la plupart des cas, de chercher à faire fusionner les traditions arabes avec les sons des musiques du monde.

La grande vedette locale se nomme Zade Dirani (زيد ديراني). Agé d’une vingtaine d’années seulement, le jeune pianiste n’en a pas moins été retenu par le roi jordanien comme l’une des six personnalités jordaniennes “qui guident leur pays vers son avenir” (one of the six achievers that are leading the country into its new era). Choqué par les conséquences du 11 septembre, notamment en termes d’images des Arabes dans l’opinion mondiale, Zade Dirani a décidé de mettre sa musique au service de la compréhension entre les peuples.

Pour cela, il a créé Roads to You, une formation musicale qui regroupe des interprètes venus de tous les pays – y compris de Palestine et d’Israël -, relayée par une fondation qui propose notamment des projets au profit de l’enfance défavorisée (Beautifull world).

Ce “merveilleux message de paix”, selon les termes de la très américaine Fox News, va pouvoir être entendu à nouveau à Amman où Zade Dirani ne s’est plus produit depuis bientôt sept ans. Dans quelques jours, un énorme concert sera en effet donné dans l’amphithéâtre romain de la capitale jordanienne. Accompagné par le Royal Philarmonic Orchestra de Londres, Zade Dirani interprètera ses compositions au profit d’une fondation charitable dirigée par la princesse Haya, fille du roi Hussein et épouse de cheik Mohammed Bin Rashid Al Maktoum (Premier Ministre des Emirats). On n’est pas très loin de la politique…

Sur cette vidéo où le jeune musicien explique son projet musical (en américain, à l’exception de quelques mots seulement en arabe), on peut se faire une idée de ses compositions… On n’est pas obligé d’apprécier mais une chose est certaine : elles ont un énorme succès. En tout cas, elles sont bien à l’image de Zade Dirani : mariage de saveurs orientales et occidentales où les dernières l’emportent tout de même nettement sur les premières qui donnent un peu l’impression de n’être là que pour faire couleur locale… (On peut découvrir davantage sa musique en acoutant cette vidéo qui présente son projet Road to You: Celebration of One World.)

Même cocktail musical, mais dans une proportion qui donne plus de présence à la part arabe, dans l’autre grand succès de la scène musique jordanienne, le groupe Rum. En choissisant, en 1998, le nom de cette partie rocailleuse du désert jordanien – le Wadi Rum -, Tareq Al Nasser (طارق الناصر) et sa sœur Rusul entendaient bien affirmer leur identité locale, même s’ils se proposaient de la renouveler par l’apport du jazz notamment. Le leader, pianiste et accordéoniste, est également compositeur, de musiques de feuilletons en particulier, lesquelles ont fait beaucoup pour la réputation, désormais internationale, dont bénéficie le groupe. Une visite sur leur site (tout en anglais) permet de se faire une idée assez complète de ces variations musicales où l’on peut trouver que les influences étrangères l’emportent un peu trop sur les apports locaux.

Selon les goûts, les proportions du cocktail peuvent varier du tout au tout. Ainsi, un certain nombre d’interprètes choisissent de mettre l’accent – c’est le cas de le dire puisque c’est souvent une question de paroles, chantées dans les variations locales de l’arabe moderne – sur le côté jordanien de leurs créations. On a ainsi le chanteur et guitariste autodidacte Yazan Al Rousan (يزن الروسان) qui propose (voir cette vidéo) une sorte de folksong oriental qui fait écho aux préoccupations de la jeunesse branchée.

Mêmes orientations folk & jazz chez Aziz Maraka (عزيز مرقة), né en Tunisie mais élevé en Jordanie (des exemples musicaux sur son site – intelligemment light pour être utilisable par ceux qui ne disposent pas de connexion au débit), chez Maccadi Nahhas (مكادي نحّاس), surtout dans son second disque Khikhal (خلخال) ou encore chez la chanteuse Ruba Saqr, que l’on peut entendre ici chanter “Sadaqa”.

Chez tous ces interprètes, qui appartiennent à la même génération, celle des 20/30 ans, on retrouve un même goût pour les musiques venues d’ailleurs, et en particulier pour le jazz. Dans la très intéressante école du jazz oriental (il faudra bien en parler un jour dans ces billets), la Jordanie peut s’honorer de proposer des tentatives qui méritent d’être écoutées. Le guitariste Kamal Musallam (كمال مسلم) est sans doute lplus célèbre. Né au Koweït, il est aujourd’hui de retour en Jordanie où il a fait ses études, notamment en architecture (des échantillons de sa musique sur ce lien, en particulier de son dernier disque, Out of My City, passionnant !). Mais il faut écouter aussi le groupe Sign of Thyme (en arabe Le temps du thym : زمن الزعتر), que l’on peut entendre jazzer ici sur My Favorite Things joliment orientalisé. Mais le plus décoiffant à mon goût, c’est Ayman Tayseer (أيمن تيسير) qui propose, entre autres tentatives ébouriffantes, Jazz Abdul Wahab, une interprétation “jazzorientalisée” du classique de la grande chanson arabe.

Plus encore que le jazz, le rock a ses admirateurs dans la jeune génération : tendance grunge and punck chez Akheer Zapheer (Le dernier soupir ! أخير زفير) : leur dernier titre, “Hob ayam zaman” (Amour d’antan), est pourtant bien sage ; ou carrément Death Metal, Black Metal, Trash Metal, Heavy Metal (c’est eux qui le disent), chez Tyrant Throne (vidéo où le son est pris d’assez loin pour ne pas être trop fort !)

Amman n’est pas une exception et les frontières de la musique bougent beaucoup dans le monde arabe… (à suivre)

En attendant, pour ceux que le sujet intéresse, deux sites parfaitement indispensables et qui ont l’avantage d’être rédigés autant en anglais qu’en arabe :
The Musical Thoughts of Ruba Saqr, l’interprète de Sadaqa, qui écrit régulièrement pour le quotidien Al-Hayât (ce billet lui doit beaucoup !)
– et Khobbeizeh, qui propose davantage de vidéos, mis en ligne par le graphiste Muhammad Al Qaq.

Une adresse pour la musique à Amman, le très chic club Naï.

Bonne écoute !

La culture de la politique : la "feuille de route" pour l’Unesco !

L’homme qui détient le record de longévité en tant que ministre d’un gouvernement arabe – 21 ans d’affilée en tant que ministre de la Culture égyptien – deviendra-t-il le premier Directeur général arabe de l’Unesco ?

Si le nom de Farouk Hosny – selon l’orthographe retenue par l’intéressé sur son propre site internet – n’est pas connu du grand public, son image dans les milieux internationaux est plutôt flatteuse. Prenant en 1987 la tête d’un ministère largement laissée à l’abandon sous Sadate, il a su en quelques années redonner à l’Egypte toute sa place – la première bien entendu ! – sur la scène culturelle régionale, notamment en multipliant les opérations de prestige : inauguration de l’Opéra du Caire, création du Conseil supérieur de la culture (confié au critique Gaber Asfour), de festivals internationaux pour le cinéma, pour le théâtre d’avant-garde…

Plasticien ayant longtemps vécu à Rome et à Paris, cet homme, qui ne fait pas vraiment mystère d’une discrète homosexualité, cultive une image de progressiste ouvert à la modernité occidentale et luttant avec ténacité contre l’obscurantisme et le fanatisme religieux… Autant d’atouts qui font de lui un candidat de poids pour les prochaines élections au poste de Directeur général de l’Unesco, en dépit d’une méchante candidature rivale posée par le Maroc pariant sur une personnalité féminine.

Le Japonais Koïchiro Matsuura ne doit laisser son poste qu’en septembre 2009, mais la bataille fait déjà rage !

Inévitablement, le premier front est intérieur car, avec une carrière aussi longue, il est difficile de conserver tous ses amis. Les mauvaises langues affirment ainsi que la principale réalisation du ministre consiste à s’être maintenu aussi longtemps à son poste ! Une incroyable longévité qu’ils expliquent par la capacité de l’intéressé à sacrifier ses alliés les plus fidèles au fil de crises qui auraient emporté d’autres ne bénéficiant pas d’aussi solides soutiens (à commencer par celui de Mme Suzanne Moubarak dont on dit qu’elle ne peut se passer de son ministre pour assortir ses chaussures à ses tenues de soirée…)

Le “ministre des crises”, un de ses autres surnoms dans la presse, en a de fait connu beaucoup : des plus banales – accusation de brader le patrimoine archéologique national au plus offrant – aux plus tragiques, la mort de 46 personnes, dont de nombreux artistes de renom, dans l’incendie d’une Maison de la culture en Haute-Egypte en septembre 2005.

Quant à celles qui, d’une manière ou d’une autre, ont eu pour effet de poser la question de la liberté d’expression, en particulier vis-à-vis de la religion, le bilan de ces deux décennies est mitigé. Sans doute, Farouk Hosny est ce ministre qui, en mai 2000, n’a pas hésité à employer la manière forte contre Al-Shaab, l’organe du parti du Travail, proche de l’opposition religieuse, qui qualifiait de blasphématoire l’édition égyptienne du Festin des algues (وليمة لأعشاب البحر), une œuvre d’un écrivain syrien, Haydar Haydar (حيدر حيدر), publiée pour la première fois à Chypre, 17 ans auparavant !

Mais la décision avait été prise à l’issue de quelques tergiversations qui témoignaient de la fragilité des résolutions ministérielles. Ce que devaient confirmer d’autres crises, à l’issue bien moins glorieuses pour le camp de la liberté : sanctions contre divers responsables de collection des éditions nationales coupables d’avoir édité des ouvrages un peu trop audacieux, destruction en janvier 2001 des œuvres “immorales” – il chantait pourtant les amours au masculin ! – d’Abou Nuwas, célébrissime poète irakien du VIIIe siècle, œuvres malencontreusement rééditées là encore par les éditions nationales…

En réalité, ces voltes-faces caractérisent assez bien la manière d’un ministre qui règne avec un certain cynisme sur les artistes et les intellectuels locaux. Devinant qu’il n’y a pas de raison pour que ces derniers soient tous des héros, et sachant surtout que les subsides de l’Etat sont en Egypte plus qu’ailleurs une des rares possibilités de survie, Farouk Hosny a su asseoir son pouvoir en distribuant les subventions. Comme il lui est arrivé de le dire : avec plus de 700 intellectuels dans les commissions du ministère, y en a-t-il vraiment encore qui restent hors du jeu ?

Fort peu à vrai dire et, selon ses propres termes, les intellectuels sous son règne “sont restés dans la bergerie” ! Le constat, s’il n’est pas agréable, vaut hélas pour tous les autres pays de la région où l’absence presque totale d’une véritable autonomie oblige les spécialistes de la pensée et de l’art à bien trop de compromis pour rester honnêtes, à commencer avec les autorités en place.

Une élection au poste de Secrétaire général se préparant de longue date, voilà bientôt un an que de nombreux organes chantent les mérites du “ministre des intellectuels arabes”.

Ce dernier n’est pas en reste pour tenir le discours qu’on attend d’un candidat à ce poste dénonçant par exemple “les chaînes satellitaires [arabes] qui répandent l’obscurantisme” (voir cet entretien dans le quotidien Al-Hayat).

Mais si le front intérieur est sous contrôle, il n’en va pas exactement de même sur le plan international, en dépit du soutien déclaré de plusieurs pays européens dont la France. Une candidature arabe à l’Unesco peut déranger, y compris quand elle émane d’une personnalité offrant d’aussi bonnes garanties qu’un ministre ayant affirmé haut et fort (en décembre 2006) que le voile n’avait jamais été une obligation religieuse et qu’il le considérait comme une offense à la beauté féminine.

Par conséquent, Farouk Hosny sait qu’il doit obtenir des soutiens, ce qui explique peut-être qu’il ait annoncé (en novembre 2007, quelques mois après l’officialisation de sa candidature) qu’il étudiait la possibilité de créer un musée “qui raconterait l’histoire des juifs en Egypte” (article sur le site islam-online).

Rappeler cette part de l’histoire égyptienne est certainement utile, à tout point de vue, mais le véritable examen de passage pour le candidat se situe ailleurs, à savoir sur la question de la “normalisation”. En effet, les autorités israéliennes n’ont cessé depuis les accords de Camp David de regretter la tiédeur des relations entre les deux pays et elles s’évertuent, chaque fois qu’elles le peuvent, à renforcer une normalisation à laquelle s’oppose un boycott arabe, tantôt volontaire, tantôt forcé (par les instances syndicales des professions artistiques, et par l’opinion publique).

On voudrait bien à l’étranger par conséquent que des efforts soient faits par le ministère égyptien de la Culture pour tisser davantage de relations, et c’est ainsi que la presse a interprété une péripétie de la scène culturelle locale. En janvier dernier, l’attaché culturel israélien en poste au Caire a en effet reçu une très surprenante invitation à assister à une représentation du Théâtre national égyptien. La pièce, intitulée Baissez les masques ! (اخلعوا الأقنعة) – cela ne s’invente pas ! – était l’œuvre d’un partisan déclaré de la normalisation, un certain Lénine (sic !) al-Ramli (لينين الرملي).

En dépit des protestations locales, les choses semblaient donc se présenter sous le meilleur jour possible pour le candidat égyptien jusqu’à tout récemment. Depuis, alerté par une ONG américaine, le Centre Simon Wiesenthal, le ministère israélien des Affaires étrangères a en effet émis une “sévère protestation” contre les propos de Farouk Hosny. Celui-ci aurait ainsi affirmé à un député proche de l’opposition religieuse : “Je brûlerais moi-même des livres israéliens si j’en trouvais dans les bibliothèques égyptiennes.”

Le ministre cherche à tout prix à se justifier (voir cet article en français sur le site magalif), en expliquant notamment que la citation a été sortie de son contexte. Apparemment, il doit avoir une idée assez précise de ce qu’on attend de lui puisqu’il s’est clairement prononcé pour une normalisation culturelle avec Israël, allant même jusqu’à dire qu’à qualifier un tel projet de rêve !

Assorti de cette remarque, très politique : un rêve qu’il ne faut pas gâcher et qui viendra donc au juste moment, quand les Israéliens auront signé la paix avec les Palestiniens !

Au rythme où se réalise la fameuse “feuille de route”, celle qui mène à l’Unesco risque d’être elle aussi un peu longue…

Virginité et indignation artificielles

En France nombre de “faiseurs d’opinion”, à commencer dans le journal Libération, se sont emparés avec délices du jugement émis par le tribunal de Lille annulant un mariage en raison d’un différend sur une question de virginité.

Bien que ce soit rarement dit aussi crûment, il est évident que le principal “intérêt” de cette histoire réside dans le fait que l’homme et la femme concernés par cette décision de justice sont de religion musulmane. On en arrive à penser que saisir n’importe quel prétexte susceptible de nourrir la peur et le rejet impulsif de tout ce qui est arabe et/ou musulman est pour certains, non pas le fruit de la simple ignorance, mais bien le résultat d’une volonté délibérée de créer dans l’opinion des sentiments de détestation, pour ne pas dire de haine…

De même qu’il faut sans cesse rappeler que musulman et arabe ne sont pas des synonymes, il faut aussi marteler, encore et encore, qu’il n’y a pas un islam, figé dans une réalité inamovible quel que soit le lieu et le temps, mais des pratiques qui évoluent et se modifient, comme dans toutes les religions d’ailleurs. (Il suffit de penser aux positions des autorités chrétiennes, et des pratiquants, sur la question de la virginité.)

Les choses sont donc en constante évolution, dans un monde arabe bien plus proche de nous qu’on ne le croit, au contraire de ce qui est sans cesse répété. Si la virginité y conserve une grand part de sa valeur symbolique, elle est en train de perdre de sa “valeur réelle” car il y est désormais assez facile de “refaire” médicalement une virginité de plus en plus souvent “perdue” à l’occasion de relations sexuelles prémaritales.

C’est apparemment au Maroc que les prix sont les plus bas : environ 70 dollars (300 dinars). En Tunisie, l’opération – le plus souvent réalisée au laser – coûte davantage, 300 dollars à peu près. Aujourd’hui, dans bien des familles, la virginité de la jeune épousée est tout aussi symbolique pour les participants à la noce que peut l’être, dans ce rite social, le “blanc virginal” de la robe de mariée dans nos contrées.

Il reste que la virginité demeure sans aucun doute une “valeur” socialement très importante mais, comme le soulignent des sexologues et sociologues, au Maroc notamment, la possibilité d’obtenir une sorte de “virginité artificielle” (بكارة إصطناعية) ne peut qu’accélérer une évolution des mœurs, bien réelle déjà au regard du nombre de femmes qui ont déjà eu recours à cette opération.

Quant au rôle de l’islam, dont la presse française fait plus que suggérer qu’il est la principale cause de cette fixation des mâles arabes sur la virginité de leurs femmes, il est intéressant de constater que les autorités religieuses sont loin d’être unanimes sur la question. En fait, certaines d’entre elles défendent la “solution” chirurgicale qui, dans le contexte actuel des évolutions sociales, leur paraît un bienfait pour certaines femmes.

Mais si les choses sont à l’évidence plus compliquées, on a le droit de penser qu’il y a quelque chose de très “artificiel” à ce que la chirurgie soit, dans nombre de familles arabes, une “solution” à la question que pause la perte de la virginité à ce qu’elles croient être leur “honneur”.

D’un autre côté, l’unanimité qui s’est faite à l’encontre de la décision du tribunal de Lille paraît, dans le contexte français, pour le moins… artificielle elle aussi !

Pour une réflexion, d’un point de juridique notamment, sur cette question, voir cet excellent billet paru dans Le journal d’un avocat.