Pepsi vs Coca : la "mer" de toutes les stars

Jusqu’au début des années 1990, le Coca Cola était boycotté ans le monde arabe. A cause de ses liens présumés avec le mouvement sioniste sans doute, mais plus encore en tant que symbole de l’impérialisme américain. A ce titre, il joue un rôle capital dans Le Comité, un des meilleurs romans du romancier égyptien Sonallah Ibrahim publié en 1981 (traduction française chez Actes Sud).

Aujourd’hui, alors que nombre de marchés sont saturés, les pays arabes offrent aux producteurs de boissons gazeuses une croissance annuelle de 10 %. Avec une démographie galopante productrice de jeunes assoiffés de boissons (en principe) non alcooliques, leur potentiel de développement pour les marques de “gazouze” est donc immense, et les enjeux commerciaux énormes.

Malgré ses brillantes campagnes de publicité, parmi les premières dans le monde arabe à jouer pleinement le jeu de la mondialisation consommatrice (voir ce précédent billet), Coca Cola a du mal à rattraper son retard et plafonne à 35% de parts de marché (lien vers un bon article du Los Angeles Times).

Couverture de Mohieddine Ellabbad pour Le Comité


Pepsi continue à dominer le marché, une position qu’il est bien décidé à défendre chèrement (c’est bien le mot). A très très grands frais (comme on s’en rend compte par exemple à la qualité – technique s’entend – du site spécialement créé pour l’occasion : cliquer sur le carré de droite pour les connexions rapides puis sur la ligne de texte en dessous du cercle), la société vient en effet de produire la première comédie musicale publicitaire arabe (et peut-être mondiale). Après un lancement auprès de la presse à Beyrouth, au Caire, c’est également le premier film arabe à être distribué simultanément dans plusieurs grandes capitales de la région.

Ecrit par un scénariste américain, réalisé par un Egyptien célèbre pour ses clips musicaux à destination des chaînes télé, Bahr al-noujoum (Sea of stars – بحر النجوم) raconte l’histoire, redoutablement simple, d’un jeune homme qui se désespère de voir son île, autrefois prospère, végéter. Bien décidé à lui faire retrouver la prospérité, il a l’idée de monter un festival musical, lequel, comme de bien entendu, est sponsorisé par… Pepsi ! De l’avis des critiques, le film est totalement nul mais il sera peut-être malgré tout un succès, pour l’industrie du disque en tout cas, grâce à ses principaux interprètes parmi lesquels figurent quelques-unes des grandes vedettes de la chanson arabe.

Cet épisode publicitaire permet de se rendre compte que si la politique américaine s’obstine à passer l’ensemble des conflits de la région à la seule moulinette de la religion, en évoquant un étrange Great Middle East qui va jusqu’à l’Afghanistan et en s’obstinant à ne parler que de Muslim World, les experts des grandes firmes globales, eux, continuent à tabler sur quelque chose qui s’appelle “le monde arabe”.

Comment expliquer sinon que ces promoteurs zélés du capitalisme mondialisé que sont les experts en communication de la société Pepsi ont retenu un panel d’interprètes qui va, selon la formule consacrée, “du Golfe à l’Océan” ? Comme on le voit d’ailleurs sur la photo, le trio de choc libanais – composé des trois super (sexy) vedettes Carole Samaha, Wael Kfoury et bien sûr Haifa Wehbe – est ainsi encadré à gauche par une représentant du couchant (maghreb) arabe, le Tunisien Ahmed El Cherif, une ex-vedette du premier Star Ac’, et à droite par une chanteuse issue de son orient (machrek), la jeune vedette des Emirats, Ruwaida Al Mahrooqi. (Tout ce petit monde, on s’en aperçoit en visitant le site du film, s’exprime en libanais, qui reste la lingua franca des clips arabes.)

Dès lors, on peut s’amuser à relire le (pauvre) scénario du film : cette île jadis prospère, ancien phare de la civilisation et qui maintenant végète dans la pauvreté, c’est bien entendu le monde arabe. Et pour renouer avec le progrès et retrouver richesse, beauté et célébrité, il suffit que les grandes voix de la nouvelle génération fassent preuve de bonne volonté.

Si le sponsor de ce scénario de rêve ne peut être qu’américain, il reste à trouver le jeune homme qui aura l’idée géniale de lancer “la mère de toutes les batailles” pour unir tout le monde au sein du festival de “La mer des stars”… Le jeune Gamal Moubarak peut-être ?

En attendant le brûlant billet de la semaine prochaine, consacré à la sulfureuse Haifa (Wehbe), la vidéo de la semaine vous permet de découvrir la bande annonce de “La mer des stars”…

On annonce la mort de Youssef Chahine. Une précédente chronique parlait de son dernier film, Chaos. Elle vous donnera notamment un lien jusqu’au site du réalisateur aujourd’hui disparu.

Cinéma en Egypte : Hassan et Morcos, sans Cohen !

Voilà plus de trente ans que le “raïs”, alias le comédien Adel Imam, règne sans partage ou presque sur les scènes de théâtre, et surtout sur les écrans du monde arabe. Fort d’une telle célébrité, on pourrait croire qu’il n’a plus vraiment besoin de donner des gages au premier des “raïs”, le président Moubarak… Et pourtant !
[Ce n’est pas le “raïs” mais le “zaïm” qu’on le surnomme, Adel Imam, comme me le signale “Soso” en commentaire : le sens n’est pas très différent, mais le jeu sur les mots ne fonctionne pas, tant pis pour l’intro !]

C’est exactement le contraire qui se passe comme le notent dans le quotidien Al-Akhbar Muhammad Khayr (محمد خير) ou encore Waël Abdel-Fattah (وائل عبد الفتاح). Ce dernier en particulier rappelle que celui qui avait rêvé à ses débuts d’être un “artiste du peuple”, une sorte de conscience de gauche au service des pauvres de par ses origines de classe (لأنني أردت أن أكون بطلاً خادماً لوطنه، وأنا دائماً أنحاز للناس الغلابة لأنني من هذه الطبق), se range désormais sans hésitation du côté du pouvoir en prenant ouvertement position par exemple en faveur d’une succession républicaine héréditaire qui profiterait au fils de l’actuel président (voir ce précédent billet).

Ce qui rend l’engagement politique de la vedette égyptienne d’actualité, c’est bien entendu la sortie, en haute saison car l’été est le temps du cinéma en Egypte, de Hassan et Morcos (حسن ومرقص), le dernier blockbuster de l’énorme société de production – au nom parfaitement local ! – Good News for Me.


Film à budget record – comme l’était déjà L’immeuble Yacoubian, produit lui aussi par la société qui finance également l’autre événement cinématographique de l’année, Laylat Al-Baby Doll – le film, réalisé par Rami Imam, le fils du comédien, est distribué dans une centaine de salles, un record. Il faut dire que le succès est attendu car, pour la première fois, sont réunies à l’écran deux très grandes stars : Adel Imam et Omar Chérif.

Ils interprètent les deux rôles principaux (même si le très cabotin Adel Imam tire la couverture à lui naturellement !) : celui de Hassan (Adel Imam) prêtre chrétien qui a dû se déguiser en religieux musulman pour échapper aux foudres des extrémistes de sa confession, et celui de Morcos (Omar Chérif), musulman modéré qui, pour les mêmes raisons, a adopté l’apparence d’un penseur chrétien libéral.

Naturellement, ces identités empruntées sont sources de nombreuses scènes comiques ce qui n’ôte rien au message politique du film. A l’image de réalisations précédentes où l’acteur égyptien mettait sa célébrité au service de la lutte contre l’islamisme, Hassan et Morcos défend une cause, celle de l’unité nationale menacée par les tensions confessionnelles.

En écho aux grandes luttes du début du siècle, où musulmans et coptes luttaient main dans la main pour l’indépendance, une scène montre ainsi le prêtre et l’imam criant d’une même voix dans une conférence sur l’unité nationale “Que vive le croissant avec la croix !” (يحيا الهلال مع الصليب).

En apparence, le scénario se garde de prendre parti. Fidèle à son style, Adel Imam semble dire au public égyptien : Voilà ce que vous voyez, voilà ce qui se dit tous les jours dans la rue, à vous de juger ! Le scénario ouvre même à une lecture un peu complexe en laissant entendre que les circonstances peuvent inciter les personnes les plus tolérantes, en l’occurrence les familles des deux principaux protagonistes, à céder aux sirènes du fanatisme.

Mais on reste cependant dans un monde très manichéen que le traitement comique des situations, la marque de fabrique du style Adel Imam, n’aide certainement pas à approfondir. Des critiques ont noté par exemple que l’Etat, en tant que puissance régulatrice, est totalement absent de débats qui se gardent bien également de poser la question des origines du fanatisme, et en particulier les causes sociales et économiques qui nourrissent des tensions religieuses, de fait de plus en plus exacerbées.

Succès auprès du public, le film a suscité de nombreux débats, même si on se demande parfois si toute cette agitation n’est pas artificiellement provoquée pour contribuer à la publicité du film. Toujours est-il que plusieurs pétitions ont circulé sur Facebook demandant aux bons musulmans de “boycotter le chrétien Adel Imam” (قاطعوا المسيحي عادل إمام) ! Pour certains, l’acteur, qui joue donc le rôle d’un religieux copte, devrait même être poursuivi pour apostasie car il se serait converti au christianisme !!!

En réalité, la polémique, vraie ou artificielle, avait été lancée bien avant le début du tournage lorsque la vedette égyptienne s’était rendue auprès du pape (copte) Chenouda III : dans l’Egypte d’aujourd’hui, une telle visite était déjà pour certains musulmans une concession inacceptable et Adel Imam (voir cet article en arabe) avait dû préciser qu’il n’avait jamais été question pour lui de demander une quelconque “bénédiction” des autorités coptes mais qu’il était en revanche, en tant que musulman, désireux de mieux connaître certains détails propres aux rites chrétiens.

S’il est vrai que l’on peut suivre Shlomo Sand lorsqu’il affirme qu’il revient au cinéma de nourrir aujourd’hui ce que l’historien Maurice Halbwachs a appelé la “mémoire collective” des peuples, il faut s’arrêter un instant au titre donné à cet appel à la tolérance contre un fanatisme religieux qui met en péril l’unité nationale.

En effet, il est difficile de ne pas entendre dans ce succès des écrans d’aujourd’hui l’écho – conscient ? inconscient ? – d’une production célèbre du répertoire des grandes années du cinéma égyptien, comme l’ont rappelé d’ailleurs certains observateurs (voir ce blog en arabe par exemple). En 1954 sortait en effet sur les écrans égyptiens, Hassan, Morcos et Cohen, une comédie tirée d’une pièce de théâtre, grand succès de l’année 1945, écrite par Naguib Rihani (نجيب الريحاني).

Le scénario, mettant en scène un trio de commerçants multiconfessionnel, avait déjà été exploité dans un autre film dans lequel s’illustrait notamment une très grande figure du cinéma arabe, la comédienne Madiha Yousry. Elle incarnait la partie musulmane d’un trio de jeunes et jolies jeunes femmes représentant la jeunesse féminine de l’époque (Fatma, Marika et Rachel – فاطمة وماريكا وراشيل, de Helmi Rafla, 1949).

Soixante ans après la création d’Israël, et précisément à cause de cela, Rachel et Cohen ont disparu des appels à l’unité nationale… Quant à Morcos, il faut apparemment que soit défendu son droit à garder sa place à côté de Hassan dans le New Middle East…

La vidéo de la semaine : la bande-annonce de Hassan & Morcos (sous-titres en anglais). Apparemment, elle n’affiche pas bien avec Explorer (Mozilla, c’est vraiment mieux ! mais pas toujours pour les caractères arabes. Le lien pour aller la voir si vous ne la voyez pas s’afficher est ici !

Musiques alternatives (5) : Maroc


La “fusion”, au Maroc, c’est de l’histoire très ancienne puisque les premières tentatives entre les multiples traditions musicales locales et tout qui ne s’appelait pas encore la world music remontent à plus d’un demi-siècle : l’écrivain mais aussi compositeur américain Paul Bowles s’installe à Tanger en 1947 et reçoit la visite des poètes de la beat generation Allen Ginsberg, William Burroughs…

Un peu plus tard de très grands noms viennent aux sources, réelles ou imaginées, de leurs musiques : parmi bien d’autres noms, Brian Jones, le guitariste des Rolling Stones en 1969 bien entendu, mais aussi, côté (free) jazz, Ornette Coleman en 1973 et tout récemment Archie Shepp. Bien avant eux, c’est moins connu, il y avait eu le très grand pianiste Randy Weston ouvrant à Tanger, dès 1967, The African Rhythm Club.

Au cœur de ces rencontres musicales, la musique séculaire des gnawas, réinterprétée notamment par deux groupes qui continuent, trente ans plus tard, à faire référence sur la scène marocaine et même bien au-delà : Nass El Ghiwane (déjà évoqué dans ce billet et Jil Jilala, dont le nom fait référence à un mystique du XIIe siècle, fondateur d’une confrérie soufie.

Cependant, à l’image des autres pays visités dans ces chroniques, une jeune génération a fait surgir depuis une autre scène. Comme ailleurs, le phénomène remonte à une dizaine années, lorsque deux passionnés, Hicham Bahou et Mohamed “Momo” Merhari créent en 1978 à Casablanca un festival sans équivalent à l’époque, L’Boulevard.

Dix éditions plus tard, L’Boulevard a pris du poids : quatre jours de musique, par thème (électro, rap, rock/métal, fusion), autour d’une “compétition” qui est surtout un prétexte à donner à la génération montante l’occasion de jouer et de progresser.

Musical et plus largement artistique (chaque année voit l’édition d’un numéro du L’kounache – cahier en marocain – une publication qui recueille l’avant-garde graphique locale), l’événement est aussi un phénomène de société. Plusieurs centaines de milliers de spectateurs pour une manifestation qui occupe désormais le grand stade de l’Etoile et qui a même essaimé, pour le Tremplin (réservé aux jeunes formations) vers Rabat. Phénomène de société également parce que L’boulevard est aussi une sorte de manifeste pour tout une jeunesse qui, à travers cette rencontre, affirme son existence et son rejet des générations plus anciennes

Lancé en 2007, un slogan affiché sur les Tee-shirts portés par la jeunesse marocaine branchée résume le tout dans une formule qui fait fureur : H’mar wa bkheer (حمار وبخير : ma traduction favorite, “bourricot bien dans sa peau !”). Un trio de jeunes stylistes commercialise même génialement le “concept” en créant une société dont le nom est une vraie trouvaille linguistique : “Stounami”, comme un “tsunami de stoun“, variante locale du stoned qui imprègne la culture musicale du pays depuis les premières expériences de “fusion”.

La variante (ou plutôt les variantes) locale de l’arabe joue d’ailleurs un rôle considérable dans un mouvement musical et culturel qui, tout en assumant sa filiation avec les courants mondiaux, revendique son originalité et son authenticité notamment par le biais de la langue. Cette “contre-culture” s’est même donné un nom en marocain, “nayda” (نيضة ?), pour dire quelque chose comme “la fête” (voir cet article sur un blog francophone par ailleurs très riche).

Toutes sortes de courants musicaux nourrissent cette “nayda” (le mot peut se lire également comme un synonyme de “réveil”) mais le plus important d’entre eux, le plus visible, est sans nul doute celui du rap, qui connaît dans le monde arabe, comme on l’a vu dans d’autres billets de ce blog, un développement spectaculaire.

Initié dans la ville de Meknès, rendu célèbre par des interprètes tels que Taoufik Hazeb, dit “Bigg”, dit “El-Khasser” (الخاسر : grossier, mal élevé, en référence aux paroles de ses chansons), le rap a trouvé son public au Maroc. Tellement d’ailleurs qu’il connaît peut-être aujourd’hui ce qu’il a connu ailleurs, à savoir une récupération commerciale qui lui fait perdre souvent une bonne partie de ses aspérités en gagnant par exemple les plateaux des chaînes de télévision, ou des festivals tels que Mawazine, grosses machines bien plus commerciales que militantes.

Récupération économique donc mais, à dire vrai, plus encore politique car la scène artistique marocaine est, comme dans la région, une arène politique où se disputent plusieurs conceptions de la légitimité culturelle. En affichant son cosmopolitisme, ses références “occidentales”, y compris en y associant une profonde et parfois très virulente affirmation identitaire locale, le phénomène nayda est aussi un manifeste politique, celui d’un Maroc persuadé d’incarner la modernité et l’ouverture face à cet autre Maroc de l’islam (de l’islamisme), gardien d’un “authentique passé” menacé par la mondialisation.

Dans ce contexte, inviter tel ou tel chanteur, soutenir, d’une manière ou d’une autre tel ou tel courant musical n’a plus rien d’innocent. Après beaucoup de discussions autour de la participation de vedettes de la scène dite alternative à des manifestations patronnées par certains partis politiques, et plusieurs interventions de responsables politiques en faveur d’un courant musical décidément de moins en moins marginal, une récente initiative royale fait craindre aux puristes une inévitable récupération politique et artistique du mouvement alternatif.

Fer de lance du courant progressiste, le magazine Telquel, se réjouissait ainsi du “coup de pouce” royalement donné en juin dernier par les autorités du pays qui ont accordé un soutien financier (15000 à 20000 euros) aux “jeunes groupes prometteurs ayant hissé leurs productions au rang de la créativité” (sic!).

Dans son éditorial, Ahmed Benchemsi explique toutes les conséquences positives d’une telle décision par rapport au développement du secteur musical et pour l’image du pays. Mais il commence par en souligner la nature politique, en expliquant que ce soutien aura pour effet de “remettre les pendules à l’heure” face aux “islamo-populistes [qui] ne cessent de faire des cartons sur les festivals musicaux et les groupes marocains qui s’y produisent”…

Bravo et merci, Majesté, conclut l’éditorialiste. C’est sans doute vrai de son point de vue, politiquement parlant s’entend. Mais musicalement, il n’est pas certain que la nouvelle scène musicale marocaine en profite beaucoup.

Ce billet est trop long pour entrer dans le détail de ce qui se passe sur cette scène musicale mais les lecteurs francophones ont, sur internet, toutes sortes de ressources. Les plus intéressantes me semble-t-il : Nextline, Raptiviste, rap-bladi plus commercial, et le plus militant, Marockmagazine, malheureusement off-line en ce moment.

La vidéo du jour, pas vraiment dans le genre “islam et bourricots” tellement apprécié des médias français : la bande-annonce d’un documentaire réalisé par Farida Benlyazid. Il donne un avant-goût percutant du L’Bouvevard et de la nouvelle culture marocaine des Ouleds (enfants) de Casa et d’aileurs… A voir !

Musiques alternatives (4) : Syrie

Si besoin était de le prouver, l’évolution récente de sa scène culturelle suffirait à montrer que la Syrie n’est plus ce pays bloqué vivant dans un autre âge, comme coupé du monde. A l’unisson des autres pays de la région, la production musicale y a connu un véritable tournant il y a une dizaine d’années. Est apparue alors une génération d’artistes désireux d’apporter une nouvelle interprétation du répertoire traditionnel en l’ouvrant aux courants musicaux apportés par la mondialisation.

Il y a une spécificité syrienne toutefois, celle de la faiblesse du secteur privé qui commence tout juste à se développer, y compris dans le marché des biens culturels, conjointement à l’existence de structures nationales de formation qui peuvent être de qualité. Dirigé par la comédienne Mai Skaf (مي إسكاف), al-theatro reste encore pratiquement le seul espace où la riche scène musicale alternative syrienne, souvent issue du Conservatoire national, peut rencontrer son public, en concert, le jeudi soir (jour de week-end).

La fondation du groupe Kulluna sawa (كلنا سوى : Tous égaux) au milieu des années 1990 marque sans doute les premiers pas d’une nouvelle orientation musicale saluée par le grand public un peu plus tard, lorsque le groupe sort son premier disque en 1999.

Une orientation prolongée aujourd’hui par le groupe Hiwar (حوار : dialogue). Créé en 2003 par Kinan Azmeh (كنان العظمة) et Issam Rafea (عصام رافع), il associe quelques-uns des meilleurs interprètes locaux. Prenant appui sur leur très solide formation, à la fois orientale et occidentale (Kinan Azmeh par exemple a achevé ses études de musique à la Julliard School of Music), ils offrent ce que nombre de spécialistes considèrent comme l’une des versions les plus convaincantes de ce courant régional qui propose une sorte d’Oriental fusion (comme on parle en espagnol de flamenco fusion).

Comme l’affirme un festival qui existe depuis quelques années à l’initiative d’un returnee Hannibal Saad (هانيبعل سعد), Jazz lives in Syria et, parmi les interprètes syriens de ce que Ziad Rahbani n’aime pas trop qu’on appelle le “jazz oriental”, il faut bien sûr mentionner le nom de Lina Shamamian (لينا شماميان). En compagnie du saxophoniste et trompettiste Basel Rajoub (باسل رجوب), cette chanteuse d’origine arménienne connaît elle aussi un très grand succès, salué en 2006 par un prix décerné par Radio Monte-Carlo (en arabe) à leur premier CD, Asmar al-lawn.Un succès qui avait d’ailleurs suscité une intéressante querelle juridique, totalement inédite pour le pays, celle de la propriété intellectuelle des classiques du répertoire arabe dès lors qu’ils sont non seulement réorchestrés mais véritablement réinterprétés par les musiciens actuels.

Sans surprise, on trouve aussi un rock syrien, avec le groupe du guitariste Anas Abdel Moumen (Anas and Friends), ainsi qu’une sorte de new folk oriental dont le groupe Itar Shameh est sans doute le représentant le plus célèbre.

Signe de la complémentarité des deux pays, en dépit des aléas politiques, c’est le distributeur libanais Incognito qui permet de se procurer les CD de tous ces musiciens, à défaut de pouvoir les entendre sur place. Au catalogue de ce distributeur, figure aussi Twais (طويس), un autre groupe syrien particulièrement apprécié des mélomanes.

Le nom de ce quartet, fondé en 2004 et dirigé par Isam Rafea, le oudiste du groupe Hiwar, est un hommage à l’un des premiers musiciens arabes dont la tradition a conservé le souvenir, un chanteur du VIIe siècle, né à Médine et mort dans le sud de la Syrie.

Manière de dire que les artistes qui proposent cette musique alternative n’entendent pas se couper d’une “authentique tradition” pieusement recueillie au Conservatoire national. Ils veulent au contraire la conserver vraiment vivante, c’est-à-dire non pas reléguée au musée du passé mais renouvelée, revivifiée, par les apports des musiques d’aujourd’hui.

Ce jour (10/07) un long et intéressant entretien (en arabe) avec Kinan Azmeh dans Al-quds al-‘arabi. Il y parle notamment de ses débuts avec Kulna sawa, de ce qu’il pense des expressions “musiques orientales” ou “musiques alternatives”, et de ses expériences musicales, notamment avec le pianiste libanais Rami Khalifeh (fils de Marcel)