La chute d’une idole : les déclarations de Adel Imam sur Gaza

On le voudrait, ne serait-ce que pour les victimes, pour qu’elles ne soient pas tombées en vain, mais l’après-Gaza sera-t-il différent ? En tout état de cause, il n’est pas certain qu’on perçoive, en dehors du monde arabe, l’ampleur des conséquences de ces trois semaines de bombardements, dans l’indifférence rigolarde du monde (voir photo ci-dessous). On s’en rendra compte plus tard de la rupture née de cette nouvelle injustice, celle qui sera peut-être de trop.

Adel Imam est cet acteur comique qui, depuis bientôt un demi-siècle, triomphe sur les écrans arabes. Et dans cette région où l’intérêt pour la politique n’est pas un luxe mais, dans certains cas, une question de survie, il représente, selon ses propres termes (article en arabe), un « parti politique indépendant ».

Pas toujours si indépendant que cela si l’on se rappelle ses déclarations lors du mariage du fils de Hosni Moubarak (voir précédent billet), mais incontestablement très populaire. Avec son humour canaille, sa gouaille de fort en gueule, Adel Imam illustre parfaitement une sorte d’archétype de l’« homme arabe moderne », à la fois viscéralement nationaliste et très critique vis-à-vis des pratiques religieuses excessives (comme dans son dernier film, Hassan et Morcos : voir cet autre billet).

Il se trouve qu’aux premiers jours des bombardements, alors qu’on ne mesurait pas encore sans doute toutes les horreurs à venir, Adel Imam a confié aux médias son point de vue sur les événements, en s’en prenant assez vivement aux manifestations de soutien dans le monde arabe à la population de Gaza, et plus encore au Hamas, coupable, par ses provocations, d’avoir déclanché la violence israélienne.

En s’exprimant ainsi, Adel Imam ne faisait qu’ajouter sa voix à toutes celles qui s’exprimaient dans les médias financés par le pouvoir saoudien notamment (la chaîne Al-Arabiyya, le quotidien Al-Sharq al-awsat par exemple, le quotidien en ligne Elaph, etc.), ces voix que les médias européens appellent les « Arabes modérés ». Des voix qui se sont visiblement abstenues de mettre trop d’obstacles sur la route d’un Etat israélien en pensant qu’il leur rendait un fier service en écrasant sous les bombes le nationalisme religieux du parti Hamas.

Mais la durée des bombardements sur Gaza, leur violence, le nombre des victimes, et d’autres facteurs sans doute (les images d’Al-Jazeera…), ont rendu totalement insupportables, et c’est peu dire, les déclarations du comique égyptien. Partout dans le monde arabe, les artistes et les intellectuels dans les journaux, les fans déçus par leur idole sur les sites internet, ont fait part de leur indignation. En Algérie, un groupuscule, proche d’Al-Qaïda paraît-il, a même prononcé une fatwa (article en arabe) rendant licite l’assassinat de la vedette égyptienne.

Celle-ci a profité de cette occasion pour revenir, tant bien que mal, sur ses propos et expliquer, tantôt que le Hamas était un mouvement de résistance légitime mais qu’il n’aurait pas dû se lancer dans une confrontation perdue d’avance, tantôt que ses critiques visaient en fait les Frères musulmans en Egypte et non pas les résistants palestiniens de Gaza (alors que les deux formations politiques sont pourtant fort proches idéologiquement).

Dans le même temps, le très officiel Syndicat des artistes a essayé de faire vibrer la fibre patriotique en évoquant les attaques de personnalités syriennes contre l’immense vedette nationale… Mais ce contre-feu n’a pas suffi et même dans la presse cairote, on n’a plus peur de critiquer ouvertement le zaïm, semble-t-il.

L’homme qui a eu le courage de rompre le siège de Beyrouth (par les armées israéliennes) en 1982 et qui a chassé quelques années plus tard l’ambassadeur israélien venu assister à une de ses représentations au Caire, le réalisateur de comédies« engagées » telles que Al-sifâra fîl-‘imâra (article en anglais) où l’on voit un simple citoyen découvrir la réalité de la politique israélienne, celui qui a incarné pour l’opinion populaire un certaine conception de l’arabité n’est plus aujourd’hui défendu que par les éditorialistes de la presse du Golfe (et ceux de France-Culture, Caroline Fourest en l’occurrence !)

A l’image d’un certain nombre de figures publiques de sa génération, Adel Imam – sans doute vaguement fidèle à ses idéaux de jeunesse mais de plus en plus « rangé des voitures » – a perdu le lien qui l’attachait à son public qui, islamique/islamiste ou non, se sent solidaire d’innocents sous les bombes.

On se demande aujourd’hui dans les médias arabes si le zaïm paiera ou non le prix de cette « trahison ». La réponse ne concerne pas que le sort d’une vedette vieillissante mais, en réalité, elle pose la question d’une cassure, irrémédiable, avec l’histoire des dernières décennies de l’arabisme.

Valse à Gaza


“Nous sommes tous Gaza”, manifestation à Beyrouth au début des bombardements.

Le 11 janvier dernier, Ari Folman, le réalisateur de Valse avec Bachir, recevait à Berverly Hills le Golden Globe du meilleur film étranger pour son documentaire autobiographique, en images d’animation, sur les massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila en 1982.

Le même jour, au moins 60 victimes tombaient à Gaza, comme le rappelle Tania Tabar, dans un article en arabe et en anglais sur le site Menassat. On craint aujourd’hui que ces bombardements aient fait près de deux mille victimes au total.

Très majoritairement, l’opinion israélienne a soutenu ce déchaînement de violence aveugle. Selon les sondages, 90% de la population a approuvé la politique de son gouvernement (bien moins en réalité, mais ces sondages ne tiennent pas compte, ce qui est tout dire, de ce que pensent les citoyens arabes de l’Etat israélien).

Dès lors, comment Valse avec Bachir, ce film écrit clairement contre la guerre et les massacres de populations palestiniennes sans défense – rappelons qu’en 1982 la Résistance palestinienne avait évacué Beyrouth, forte des assurances internationales que la population civile serait protégée – a-t-il pu recevoir un tel accueil partout dans le monde, et y compris de la part du public israélien, à la grande surprise du réalisateur lui-même ?

Pour Tania Tabar, qui n’oublie pas d’exprimer toute son admiration pour la qualité du film, Valse avec Bachir a été aussi bien reçu parce qu’il fait porter la responsabilité des massacres de Sabra et de Chatila sur les seuls miliciens phalangistes, et sur Ariel Sharon, coupable d’avoir donné le feu vert à l’opération de « nettoyage ». Quant aux gamins de 19 ans, tel le réalisateur du film à l’époque, ils auraient eu comme seul tort de s’être trouvés au mauvais endroit, au mauvais moment.

Mais il y a une autre raison, poursuit-elle, qui tient au fait qu’Ari Folman a fait un film « personnel », et qu’il a ainsi donné un récit qui, en refusant de « documenter » l’histoire de la région, exonère en fait l’Etat israélien de toute responsabilité dans la violence méthodiquement employée contre les populations libanaise et palestinienne du Liban, des années durant. Du coup, et même si ce n’est absolument pas le point de vue voulu par le réalisateur, les soldats de « l’armée de défense » sont dégagés de toute responsabilité individuelle, dans cette lutte « contre le terrorisme ». Une position dont on trouve le triste reflet à Gaza, aujourd’hui.

Dans la dernière scène de Valse avec Bachir, les images d’animation laissent brutalement la place à des archives d’actualité. On y voit des Palestiniennes retourner dans les camps pour y découvrir les cadavres des leurs, qui jonchent les ruelles. L’une d’elles se tourne vers la caméra et hurle sa douleur : « Mais où sont les Arabes, où sont-ils ? »

Pourquoi avoir refermé le film sur cette séquence, pourquoi Ari Folman a-t-il voulu conclure ainsi ce film « personnel », se demande Tania Tabar.

D’autres questions viennent à l’esprit encore, comme celle que pose également cet article, sur le fait que 400 000 Israéliens aient pu manifester à Tel-Aviv en 1982, à la suite des massacres, alors qu’on en a compté à peine 10 000 pour Gaza. (Bien entendu, les 100 000 Israéliens de Sakhnine, ville arabe de la Galilée, ne comptent pas, là encore !)

Et puis, à Gaza, et dans le monde arabe, nombreux sont ceux qui se demandent aujourd’hui : où sont les Arabes, où sont-ils ?

(23 janvier) On apprend aujourd’hui que le film ne sera pas diffusé au Liban. L’importation d’une oeuvre produite en Israël y est interdite par la loi.

Yehoshua (en 2004) : “On ne le souhaite pas, mais ce sera une guerre de nettoyage.”

La “une” du Hayat, 7/01/09

Responsable de la page culturelle du quotidien Al-Hayat, Abdo Wazen (عبده وازن) a publié à propos de Gaza un article, traduit par Courrier international. Le poète – qui a connu il y a quelques années des problèmes avec la censure pour un recueil (Le Jardin des sens حديقة الحواس ) un peu trop audacieux sur le plan des moeurs – s’en prend violemment à Amos Oz, David Grossman et autres A.B. Yehoshua. Les représentants du « plus beau visage d’Israël » – comme on peut le lire dans cet article publié sur le site littéraire du Nouvel Observateur à l’occasion du dernier Salon du livre de Paris dont Israël était l’invité d’honneur – se font aujourd’hui sans nulle honte les propagandistes d’une attaque proprement monstrueuse contre une population civile qui n’a aucun moyen de se défendre ou même de fuir les combats, prisonnière qu’elle est dans son ghetto.

A.B. Yehoshua, David Grossman et Amos Oz sont considérés comme faisant partie du “camp de la paix”. Voilà pourtant les propos que tenait A.B. Yehoshua dans le quotidien israélien Haaretz, le 19 mars 2004. Ils inquiètent sur ce qui se passe dans la tête de certains intellectuels de ce pays, et ils obligent, à tout le moins, à se poser des questions sur le camp qu’ils ont choisi.

Il se peut qu’il y ait un jour une guerre contre les Palestiniens. Ce n’est pas certain mais ce n’est pas exclu. Mais si une telle guerre a lieu, elle sera très courte. Une guerre de six jours, peut-être. Quand on aura évacué les colonies, quand on aura cessé d’être une armée d’occupation, les règles de la guerre seront différentes. Nous déploierons toute notre puissance. Nous n’aurons plus besoin d’aller chercher tel terroriste ou tel meneur, nous emploierons la force contre la population toute entière. Nous interviendrons de façon différente… Ce sera une guerre totale… Elle sera beaucoup plus dure pour les Palestiniens. S’ils tirent des roquettes Qassam sur Ashkelon, nous couperons l’électricité à Gaza. Nous couperons les communications hertziennes à Gaza. Nous priverons Gaza d’essence. Nous déploierons toute notre puissance comme nous l’avons fait avec l’Egypte, contre les villes du canal en 1969, et là, quand la souffrance des Palestiniens sera tout autre, beaucoup plus intense, ils mettront d’eux-mêmes fin au terrorisme. Le peuple palestinien neutralisera lui-même le terrorisme. Il n’aura pas d’autre choix que de faire cesser les tirs. Peu importe qu’il s’agisse de l’Autorité palestinienne ou du Hamas. Quand les responsables de l’essence, de l’électricité et des hôpitaux verront que plus rien ne fonctionne, ils interviendront en quelques jours pour faire cesser les tirs de Qassam. La nouvelle donne changera complètement les règles du jeu. On ne le souhaite pas, mais ce sera une guerre de nettoyage. Une guerre qui montrera aux Palestiniens qu’ils sont souverains. La souffrance qu’ils subiront, quand l’occupation aura pris fin, leur montrera qu’ils doivent en finir avec la violence puisqu’ils sont désormais souverains. A partir du moment où nous nous serons retirés, je ne veux plus connaître leur nom. Je ne veux plus entendre parler d’eux. J’en aurai fini avec le régime de l’occupation, les opérations policières et les associations de défense des droits de l’homme. Ce sera peuple contre peuple. Etat contre Etat. Je ne vais pas commettre de crimes de guerre contre eux, mais je vais leur montrer toute ma puissance. S’il y a des tirs sur Ashkelon, il n’y a plus d’électricité à Gaza.

Cette traduction figure dans Le nouveau philosémitisme européen et le ‘camp de la paix’ en Israël (La Fabrique, 2007, p. 97-99), un livre d’un autre écrivain israélien, Yitzhak Laor (déjà mentionné dans ces chroniques) dont nous citons également les commentaires :

Remarquez la phrase : « Nous n’aurons plus besoin d’aller chercher tel terroriste ou tel meneur. » En mars 2004, date de l’interview, « les assassinats ciblés de militants de l’Intifada dans les territoires occupés avaient pris l’allure de chasses à l’homme quotidiennes. Les maisons d’arrêt et les prisons étaient pleines, les camps de détention bondés, les Palestiniens bloqués aux barrages faisaient la queue pendant des heures, l’armée tuait sans distinction ceux qu’elle qualifiait de « terroristes préparant un attentant en Israël. » C’était une généralisation systématique des opérations des escadrons de la mort de l’armée. Analysons la logique terroriste du stratège A.B. Yehoshua : « Ils » tirent des Qassam. Que désigne ce « ils » ? Nous leur coupons l’électricité. Que désigne ce « leur » ? Comme il est facile de priver d’électricité les bébés de Gaza, comme il est facile de priver les hôpitaux de Gaza d’essence et d’eau, et ce, « parce qu’ils tirent des Qassam ». C’est la logique du terrorisme par excellence. […] Pourtant, dans le genre, A.B. Yehoshua atteint un summum dans son interview de 2004 : « On ne le souhaite pas, mais ce sera une guerre de nettoyage. Une guerre qui montrera aux Palestiniens qu’ils sont souverains. » C’est un discours fasciste ou je me trompe ?

Pour ceux qui souhaiteraient un autre éclairage sur A.B. Yehoshua, Pierre Assouline propose dans son blog cette « conversation animée » avec l’écrivain, en juin 2007, où il est question de morale et d’éthique…

Des barbares… à Gaza

Dans la blogosphère francophone, la République des livres est une référence. Alors qu’il est loin d’être insensible au monde arabe, son auteur, Pierre Assouline, a probablement cédé à l’envie de faire un billet au titre accrocheur. Les traducteurs occidentaux sont-ils des barbares ? alerte donc ses lecteurs sur les déclarations incendiaires d’un poète cairote, Afifi Matar, déniant aux « barbares » occidentaux le droit de traduire les œuvres littéraires arabes.

Pour cela, Pierre Assouline s’appuie sur une… traduction ! Les « minutes » de cette conférence en arabe, résumées en anglais par un journaliste local, sans doute un peu pressé (il n’a pas pris la peine de rectifier l’orthographe de la ministre algérienne de la Culture, Khalida Toumi et non « Tomy » !). Le lien vers l’article en anglais permet de se rendre compte que tout y est pour plaire au lecteur complaisant, même l’allusion à l’homophobie sans lien apparent avec le sujet pour autant qu’on sache !)

On ne trouve pas grand-chose sur le Net à propos de cette (énième) conférence sur « la traduction et le dialogue des cultures », qui n’a pas bouleversé la presse régionale. Dans la partie arabe du site (plutôt sérieux) Middle-East Online, on trouve néanmoins un article un peu développé.

Le chapô n’a plus grand-chose à voir avec ce qu’on peut lire dans la République des livres ! « Une conférence spécialisée estime que la traduction est une question de vie ou de mort.. (Khalida) Toumi estime que la traduction est l’arme des Arabes dans la bataille globale et (Mouhammad) Salmâwi (le président de l’Union des écrivains arabes), que le fait de l’ignorer fait disparaître les chances d’un dialogue avec l’Autre. »

L’article reprend l’essentiel des interventions qui, en fait, appellent à une activation des politiques de traduction dans le monde arabe. Il cite même une expression, qui aurait pu faire un joli titre (pour un prochain colloque sous d’autres cieux ?) : la traduction « route de la Soie du dialogue des civilisations »…

Parmi ces résumés, celui qui concerne notre poète pourfendeur de barbares. Voici ce qu’on lit (dans une traduction intégrale du passage concerné, traduction dont on pardonnera la lourdeur, assumée pour plus de fidélité à l’original) : « Le grand poète Afifi Matar a tiré la sonnette d’alarme par rapport à ce qui se passe dans les institutions [culturelles] occidentales qui choisissent dans la littérature arabe ce qui confirme l’image toute faite qu’elles se font des Arabes, en faisant d’eux des peuples des Mille et Une Nuits, et de chaque créatrice, une simple Shéhérazade. Il faut donc que les institutions arabes prennent en charge la traduction de l’arabe vers les autres langues, parce que ce sont ces institutions qui sont le plus à même de distinguer la [vraie] création. Il faut également un plan clair pour changer ces clichés qui circulent sur les Arabes partout dans le monde à la suite de traductions pareillement biaisées. » (ترجمات مغرضة).

Y a-t-il eu autre chose ? Quels sont les mots qui ont été utilisés pour le dire ? Quelle est la bonne « traduction » de ce qui s’est dit au Caire, celle que reprend Assouline ou celle qu’on donne ici ?

En tout état de cause, on peut se demander s’il était vraiment nécessaire de faire tant d’honneur à ce papier bâclé au risque d’en rajouter un peu dans le « dialogue de sourds » qui caractérise le fait arabe (et musulman) en France ?  En vérité, le billet de Pierre Assouline n’offre-t-il pas la meilleure illustration de ce que dit Afifi Matar, à savoir qu’on se conforme, en « traduisant » à des clichés, à ce qu’on veut voir chez l’Autre, de l’Autre (et rien d’autre) ? Après seize mois de blocus, laissant une population sans électricité, sans médicaments, sans espérance tout simplement, pour la seule raison qu’elle a eu le tort d’exprimer sa voix, lors d’élections dont tout le monde s’accorde à dire qu’elles étaient, pour une fois, démocratiques, après une semaine de bombardements et des centaines de victimes, ce matin du 3 janvier 2009, date du billet, le mot “barbare” dont se saisit Pierre Assouline dans ce billet consacré au monde arabe fait hurler.

Pour qui lit « depuis l’arabe », il est tellement évident que toute cette vie culturelle dont ces billets se font l’écho est, à l’exact contraire de ce que martèlent les médias, un appel au dialogue. Un appel désespéré, et qui se heurte à un mur, constatant qu’on lui dénie toute humanité.

Ce billet est dédié à ceux de Gaza, et en premier lieu à ces artistes dont quelques-uns ont été mentionnés dans ce blog : Rashid  Masharawi (رشيد المشهراوي) et le taxi de L’anniversaire de Layla, les rappeurs de Gaza, les gamins du foot qui ont Abou Trika pour idole, Hassan Abu Hafash et ses calligraphies, sans oublier Omeyya Joha (أمية جحا), la voilée, l’islamiste-terroriste-fanatique qui n’en est pas moins femme, artiste, caricaturiste et engagée.

Intitulé “A la face du silence arabe”, le dessin qui ouvre cette chronique est le dernier publié sur son site, en date du 27 décembre, début des bombardements de l’armée de “défense” israélienne.

(Voir également le commentaire de Khalloud au précédent billet.)