Du mariage et du divorce (4) : les « mariages d’enfants ».

Phénomène qui échappe largement à la statistique officielle, le « mariage d’enfants » (child marriage) ou encore en français le « mariage précoce » ruine chaque année l’existence de millions d’enfants, essentiellement des filles, dans de nombreuses sociétés d’Afrique subsaharienne et d’Asie (rapport en français, un peu ancien, de l’Unicef sur cette question). Dans le monde arabe, la presse aborde de plus en plus souvent la question de ces zawâj al-qâsirât (زواج القاصرات ), le « mariage de mineures » qui a cours dans certaines zones traditionnelles, surtout en Arabie saoudite et au Yémen, pays dont la législation n’impose pas un âge minimal pour le mariage.

Tout récemment encore, l’opinion arabe (article du Yemen Times) s’est émue de la mort en couches d’une fillette de 12 ans. Elle avait été mariée quelques mois plus tôt, de façon tout à fait légale puisque la proposition de loi pourtant votée en février dernier par une large majorité des députés locaux pour repousser jusqu’à 17 ans l’âge légal du mariage n’a pu être adoptée, en raison de l’opposition farouche de quelques parlementaires. Ces derniers ont donc réussi à repousser encore une modification de la loi que rien ne justifie à leurs yeux puisqu’elle n’est pas prévue par la charia et que le Prophète lui-même a en quelque sorte « donné l’exemple » en épousant Aïcha, alors âgée de 9 ans…

Avant la réunification des deux Yémen en 1994, il fallait avoir au moins 15 ans pour se marier, une disposition supprimée par la suite (article en arabe sur le site Middle-East Online), et qui laisse au chef de famille toute latitude quant au choix de donner sa fille. Une décision lourde de conséquences dans un pays où les familles les plus pauvres vivent dans une telle misère qu’elles n’ont pas d’autre issue que de « vendre » leur fille à plus riches qu’eux.

Paradoxalement, la très relative amélioration de la condition féminine, même au Yémen, rend la situation presque plus difficile. En effet, constatant que nombre de « femmes instruites » restent (ou font le choix de rester) célibataires (cf. billet précédent), les chefs de famille, dans les zones rurales notamment, préfèrent retirer leurs filles de l’école très jeunes, pour les marier encore plus tôt (bon article en arabe).

Dans un pays où on estime que plus de la moitié des femmes ont un mari avant d’avoir atteint leur 18 ans, l’évolution des mœurs se note malgré tout au fait qu’une bonne partie de l’opinion condamne désormais ces mariages d’enfants, comme en témoigne l’histoire, très médiatisée, de Nojoud Ali, une petite fille de 10 ans qui a osé s’adresser à un tribunal pour quitter le mari, trois fois plus âgé qu’elle, qu’on lui avait imposé (récit dans le blog de Delphine Minoui, une journaliste basée à Beyrouth et qui travaille notamment pour Le Figaro).

Quel que soit le courage de cette petite fille, dont certains médias ont exploité l’histoire pour mieux dénoncer la perversité de l’islam (fallait-il d’ailleurs la faire venir à New York pour lui remettre, avec d’autres femmes aux histoires bien différentes, le prix de la « femme de l’année » décerné par Glamour, « le magazine des stars, de la mode et de la beauté » ?), il est aisé de comprendre qu’elle n’aurait pu obtenir son divorce si un juge local n’avait pas écouté avec intérêt son récit, et surtout si elle n’avait pas reçu le soutien d’une femme d’exception, Shadha Nasser (شذى محمد ناصر), avocate militante locale des droits de la femme.

bint20mariam20_stillEn Arabie saoudite également, de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer une coutume désormais souvent perçue comme un honteux trafic d’enfants. Lors de la dernière fête nationale, en novembre dernier, une pétition a circulé à l’initiative d’une association locale militant pour les droits de la femme. Rappelant que l’exemple du prophète de l’islam ne vaut pas pour le commun des mortels, et que le mariage, selon la loi religieuse, implique le plein consentement des deux parties, elle demande (article sur le site Islam-online) qu’on ne puisse se marier avant d’avoir 17 ans.

Là encore, il apparaît que ces voix se font d’autant mieux entendre qu’elles bénéficient du soutien d’une partie au moins des autorités (et de l’opinion publique). Si l’on trouve toujours des juges qui s’en tiennent au strict point de vue légal pour refuser de casser des mariages mettant en cause des enfants, on observe également que les victimes réussissent de plus en plus souvent à faire reconnaître leurs droits, à l’exemple de cette décision (article en arabe, Elaph.com) en faveur de trois fillettes dans la région de Damman il y a quelques mois.

Il est facile pour des médias avides de scandale de faire résonner aux quatre coins du monde la voix d’un Mohammed Maghraoui, ce cheikh marocain qui a donné un avis juridique, une fatwa en d’autres termes, autorisant « le mariage “pédophile” » comme le dit par exemple cette brève sur le site Le Post. La réalité n’en est pas moins tout autre, à savoir que le fléau du mariage précoce, hérité de la tradition, est inexorablement appelé à disparaître, grâce notamment à la mobilisation de militantes locales qui se font le relais d’une évolution générale des pratiques sexuelles et du mariage.

Illustrations : (tout en haut) Nojoud Ali et sa protectrice l’avocate Shadha Nasser sur les toits de Sanaaa et (plus bas) affiche d’un court-métrage de fiction réalisé par un jeune cinéaste des Emirats, Saeed Salmeen Al Murry (سعيد سالمين المري), qui raconte l’histoire, encore trop banale, d’une jeune femme mariée, enfant, à un homme de 50 ans et qui devient veuve.

Du mariage et du divorce (3) : de la “pandémie du divorce” à “la belle vie”…

Dans la « grande chanson » arabe de naguère, les amants pleurent à n’en plus finir leur séparation. Les temps changent et, aujourd’hui, la grande vedette irakienne de la chanson, Kadhem Saher (كاظم الساهر), enregistre avec Asmae Lemnawar (أسماء المنوّر : une chanteuse marocaine qui se produit souvent dans le Golfe), Al-Mahkama (المحكمة : le tribunal), un duo déchirant qui raconte le plaidoyer passionné des parties adversaires devant le juge chargé de prononcer leur divorce (extraits des paroles dans cet article d’Al-Akhbar, en arabe comme tous les autres liens de ce billet).

Comme Kadhem et Asmae dans cette chanson, « du Golfe à l’Océan », le monde arabe est traversé par « la crise du divorce ». En Jordanie par exemple (article sur Middle-East Online), on en est à une moyenne de 13 000 séparations par an pour 65 000 mariages (avec une population totale de 6 millions de personnes environ). En Arabie saoudite, où les images « romantiques » du feuilleton turc qui a eu un tel succès auprès du public arabe (voir ce billet) ont été accusées d’avoir contribué à aggraver le phénomène, on connaît des chiffres comparables : plus de soixante séparations quotidiennes devant les tribunaux (pour une population qui approche toutefois les 30 millions d’habitants), si bien que 60% des mariages (selon cet article dans Al-Akhbar) se termineraient désormais par une séparation.  A Gaza, les statistiques des tribunaux religieux révèlent que l’on a connu, durant l’année 2007, environ 2 000 divorces contre 12 000 mariages (article dans Al-Quds al-‘arabi).

On pourrait multiplier les exemples d’une situation que l’on a tendance à attribuer essentiellement à la pauvreté et au chômage. Pourtant, même dans cette enclave déjà victime à l’époque du blocus imposé par Israël (sans que la communauté internationale ne s’en émeuve outre mesure d’ailleurs, y compris en ce jour de fête pour les musulmans…), les observateurs notent que les procédures de divorce sont bien souvent le fait de jeunes femmes poursuivant des études universitaires et qui, une fois mariées, n’acceptent pas le fait de devoir les abandonner.

D’ailleurs, aux Emirats où le contexte économique est pour le moins très différent, l’augmentation très rapide du nombre de jeunes femmes célibataires ne peut pas s’expliquer par le seul coût du mariage, mais bien par un taux de divorce qui n’a jamais été aussi fort, en particulier chez les jeunes (90% des séparations ont lieu chez les moins de 30 ans). Et les statistiques montrent bien que le phénomène concerne tout particulièrement les jeunes femmes diplômées (article dans Al-Quds al-‘arabi). Dans un pays où les données démographiques ont une importance toute particulière, les autorités ne prennent pas à la légère la « pandémie du divorce » ! Avec toutes les précautions possibles, elles ont donc accepté l’ouverture de quelques agences matrimoniales chargées de trouver un mari aux « vieilles filles » (عوانس) dont le grand nombre est sans doute vécu comme une menace pour la fertilité nationale du fait d’une population autochtone très minoritaire.

En Jordanie également où l’on a constaté que presque la moitié des procédures de séparation (6 000 sur 13 350 en 2007) interviennent « avant la consommation du mariage » (qabla al-doukhoul قبل الدخول), certains ont bien conscience que le problème ne se limite pas aux seuls facteurs économiques. Les associations religieuses, musulmanes ou chrétiennes, qui tentent d’endiguer le phénomène considèrent désormais que le traitement d’un problème sans doute aggravé par la crise passe par un travail d’éducation et d’information auprès de la jeunesse.

Celle-ci, très vraisemblablement, ne partage plus totalement les valeurs et les aspirations des générations précédentes. Même si le divorce demeure le plus souvent, comme partout ailleurs, un drame individuel dont les femmes sont le plus souvent les victimes, « la crise des divorces » traduit une mutation sociale dont on peut  mesurer la profondeur dans tout le monde arabe mais en particulier en Arabie saoudite. Dans un pays où divorcer est pourtant une vraie prise de risque pour une femme qui peut se retrouver totalement à la merci de sa famille et réduite à un statut de bonne à tout faire, près de la moitié des mariages (selon une étude réalisée dans la région de La Mekke) se terminent cependant par une séparation dès la première année (article publié dans Al-Hayat en août 2007).

Là encore, les problèmes financiers, aussi réels soient-ils, ne sauraient expliquer que près de 2 millions de jeunes Saoudiennes soient aujourd’hui sans mari. Au contraire, comme le révèle une enquête publiée dans le quotidien saoudien Al-Watan en septembre 2007 (et réalisée essentiellement par de par jeunes journalistes femmes), c’est pour nombre d’entre elles un choix, motivé par le fait que la vie professionnelle est à leurs yeux une manière de se réaliser plus satisfaisante que la vie au foyer avec des enfants.

Dès lors que l’évolution touche également les jeunes hommes, qui sont de plus en plus nombreux, quand leur situation le leur permet, à vivre leur vie loin de la maison familiale sans se presser outre mesure pour fonder un foyer(article dans Elaph), on devine que la « crise du mariage »est bien loin de se résumer à une simple question d’argent. Dans la société arabe d’aujourd’hui, l’affaiblissement de l’institution du mariage et le désir “d’une belle vie” à l’occidentale révèlent, au contraire, une extraordinaire évolution sociale aux conséquences insoupçonnables.

Illustration trouvée sur The Arabic Student, un blog qui peut être utile à ceux qui s’intéressent aux dialectes. Quant à la revue Just Divorced, elle a été lancée en Egypte il y a un peu plus d’un an mais n’a pas vraiment été un succès, en dépit de tout ce qu’on affirme dans ce billet !!!

Du mariage et du divorce… (2) : 9 millions de célibataires…

Pourquoi les fiancés égyptiens ont-ils accueilli avec autant de satisfaction la crise boursière de l’hiver 2008 ? Parce qu’elle a entraîné une chute des coûts de construction, et en particulier celui des ferrailles à béton, un élément essentiel dans la construction des logements, lesquels avaient vu leur prix doubler, et même quadrupler, en l’espace d’un peu plus d’un an (article dans Al-Quds al-‘arabi, octobre 2008). Du coup, bien des rêves de mariage pouvaient enfin être réalisés puisque la coutume veut que le fiancé apporte dans la corbeille de la mariée un logement pour la nouvelle famille.

De fait, le coût du mariage est souvent la principale raison évoquée pour expliquer le fléau social que constitue aujourd’hui le célibat. Publiée à la même époque, une étude du CAPMAS, le service égyptien de la statistique, évaluait à quelque 9 millions le nombre de célibataires de plus de 35 ans (pour une population totale de 75 millions d’habitants).

Sachant que 20 % des Egyptiens vivent en dessous du seuil de pauvreté et que le chômage, dont le taux officiel est estimé à 10%, frappe à 88% des jeunes âgés de 15 à 40 ans (bon article en français dans Ahram Hebdo), on imagine le tour de force que constitue pour la famille du marié la nécessité d’économiser presque 4 années de salaire (43 mois très exactement), soit la somme jugée nécessaire pour fonder une famille (article dans The National, un quotidien anglophone des Emirats)…

Les difficultés sont si réelles que la télévision égyptienne a lancé durant ramadan de l’année dernière un jeu télévisé offrant au jeune couple gagnant l’appartement tellement rêvé ! (Article d’Alexandra Sanders sur Menassat).)

Plus sérieusement, une association d’un village de Haute-Egypte tente d’inciter les familles à se marier « à la Abou Trika » plutôt qu’« à la Drogman », en d’autres termes à opter pour une cérémonie modeste dans le style sérieux et engagé du footballeur international égyptien (voir ce précédent billet) plutôt qu’à la manière du joueur ivoirien, célèbre pour son goût du luxe et du bling-bling (article dans islam-online).

Pour les mêmes raisons, la traditionnelle khatiba (خاطبة, la « marieuse ») semble vouée à disparaître au profit des modernes agences de mariages (مكاتب الزواج ) : 120 pour la seule ville du Caire ! Les sites de rencontres (évoqués dans un précédent billet) fleurissent également sur la Toile avec les risques inhérents à ce média… Car si certaines annonces brillent par leur franchise en suggérant « à celles qui veulent épouser des hommes d’affaires d’envoyer une photo récente et un numéro de téléphone », d’autres exploitent le désespoir et la crédulité des postulants pour monter de véritables escroqueries. En juin 2008, un réseau a ainsi pu être démantelé lorsque des internautes ont constaté par hasard qu’on leur avait envoyé, parfois contre une « avance » de plusieurs milliers de livres égyptiennes, le même portrait de l’épouse saoudienne de leurs rêves (article dans Al-Quds al-‘arabi, dernière page). C’est par centaines semble-t-il que les naïfs désireux de faire un riche mariage se sont fait prendre au piège de quelques photos de comparses locales prenant l’accent du Golfe au téléphone !

Dans ce contexte, le mariage coutumier (الزواج العرفى : encore un billet !) pourrait presque apparaître comme une médiocre solution à une misère sexuelle qui explose désormais en bouffées d’hystérie collective (les feuilletons du ramadan passé s’en étaient d’ailleurs fait l’écho). Est-ce l’explication de l’avis juridique (fatwa) émis en avril dernier par la très officielle Dar al-iftâ’ confirmant la légalité, s’il est pratiqué dans les règles, du « mariage saisonnier » (مسيار misyâr), une forme d’union dans laquelle le couple n’est pas tenu – et même ne doit pas selon les conventions de cet accord – de résider sous le même toit ?

C’est en tout cas l’opinion du journaliste qui commente cette information dans Al-Quds al-‘arabi, en rappelant la complaisance de l’institution religieuse vis-à-vis du pouvoir. On peut en effet s’interroger sur les conséquences de telles unions qui, dans bien des cas, relèvent de formes de prostitution plus ou moins déguisées avec pour conséquence, parmi bien d’autres, la naissance de très nombreux enfants nés de mariages non reconnus civilement.

Le problème, sur lequel se penchent nombre de sociologues, est loin d’être théorique puisqu’un rapport officiel a pu estimer que ce sont quelque 14 000 enfants qui sont nés, en 2005, dans une véritable situation de non-droit juridique. La modification, en avril 2008, de l’article 15 de la « loi de l’enfance » de 1996 qui permet désormais à la mère de déclarer une naissance à l’état-civil apporte une solution. Elle n’est cependant que juridique comme le rappelle un article du Al-Hayat (19 juin 2008) qui évoque cette « bombe à retardement » que constitue l’existence de ces milliers de « bâtards » dans une société qui reste très traditionnelle.

Pourtant les choses évoluent très vite et ces mariages coutumiers ne sont pas tous le résultat des seules circonstances économiques. En effet, on ne peut que faire l’hypothèse d’une réelle évolution des pratiques sexuelles au sein de la jeunesse égyptienne, y compris lorsqu’elle fait jouer en sa faveur la souplesse du droit islamique, quand on constate la multiplication de ce que l’on appellerait, sous d’autres latitudes, des « unions libres ». Selon l’article sur le site Arabonline déjà cité, elles seraient pratiquées par plus de 250 000 étudiants et étudiantes, soit 17 % de la jeunesse universitaire…

Cette évolution des pratiques de la sexualité, on la constate également, comme on le mentionnait la semaine dernière, vis-à-vis du mariage et du divorce, en Egypte comme dans le reste du monde arabe. (La suite au prochain billet !)

Cette affiche est celle d’un film qui vient de sortir sur les écrans égyptiens. Al-Farah (الفرح : littéralement, la fête, la noce en dialectal) est une comédie sur fond de chronique sociale qui raconte une « arnaque au mariage », laquelle prend la forme d’un « faux mariage » destiné à réunir les fonds nécessaires à l’achat d’un microbus ! Même si personne n’est vraiment dupe, tout le monde dans le quartier se sent obligé de participer à la collecte des nouout (نقوط), ces cadeaux que l’on se doit d’offrir aux jeunes mariés dans les quartiers populaires. On peut voir la bande annonce du film en suivant ce lien mais c’est un extrait d’Elemby (اللمبي) que je vous propose, un autre film, plus ancien, également produit par Ahmed El-Sobki. On y voit, sous une forme un peu caricaturale sans doute, un des ces mariages populaires qui ruinent les jeunes mariés égyptiens mais aussi les espoirs de ceux qui ne peuvent s’offrir pareille fête… Pour l’illustration vous aurez reconnu Fiancées en folie de Buster Keaton (1925).

Du mariage et du divorce (complément)

Une info intéressante (merci Armelle !) : on annonce le tournage pour le prochain ramadan d’un feuilleton à partir du best seller de Ghada Abdelal (غادة عبد العال), Je veux me marier (عايزة اتجوز).

En ces temps de rentrée, je signale aux arabisants et à leurs enseignants le site Meedan qui a l’avantage de donner de très brèves infos en arabe et en anglais : un bon exercice de lecture, ou de traduction !

Du mariage et du divorce dans le monde arabe : en Egypte, d’abord…

need_a_solution_afeesh
Il arrive – rarement sans doute – qu’un film contribue à changer le destin d’une société. Icône des grandes heures du cinéma égyptien où elle forme, avec Omar Sharif, le couple glamour de l’époque, Faten Hamama (فاتن حمامة : très bonne notice dans Wikipedia anglais) soutient d’abord la révolution égyptienne de 1952 mais prend rapidement ses distances avec un régime de plus en plus oppressif. Malgré les demandes répétées de Nasser qui regrette, selon ses propres termes, la perte de « ce trésor national », elle ne retourne au Caire qu’au début des années 1970, après la mort du zaïm.

Mais elle n’a rien perdu de ses convictions. A force d’insistance, elle fait porter à l’écran, en 1975, Je veux une solution (أريد حالا : affiche ci-dessus), histoire mélodramatique d’une femme à qui la loi refuse de se séparer de son mari. Salué par la critique et le public, le film provoque un véritable débat de société et permet enfin l’adoption, 14 ans après son dépôt, d’un nouveau Code de la famille qui accorde aux femmes le droit de divorce (en vertu du khul3 خلع selon lequel la femme doit en principe verser une compensation financière…)

Trente ans plus tard, la loi est encore loin de rendre totalement justice aux femmes égyptiennes désireuses de se séparer de leur mari, mais les choses ont tout de même considérablement évolué. Mahasen Saber (محاسن صابر), une jeune scénariste « moderne » a connu un très joli succès avec son livre Je veux divorcer (عايزة اطلق) dans lequel elle raconte notamment comment certains hommes exploitent à leur avantage les failles et les faiblesses du Code de la famille égyptienne.

Pour aller au-delà du khul3 obtenu grâce à l’action de femmes comme Faten Hamama, Mahasen Saber utilise les médias d’aujourd’hui, à savoir internet, avec un blog et même une radio en ligne depuis quelques mois (lien vers son blog où l’on trouve également diverses vidéos qui sont autant de  “tranches de société”).

Avec une allusion peut-être, également, à ce film qui a tant marqué les mémoires féminines égyptiennes, Ghada Abdelal (غادة عبد العال) a publié l’année dernière, à partir de chroniques écrites également sur son blog, Je veux me marier (عايزة اتجوز). Ce best-seller qui en est à sa sixième édition décline toutes les bonnes et mauvaises raisons de se marier, alors qu’on est « une doktora respectée, qu’on gagne convenablement sa vie, qu’on mange, qu’on boit, qu’on dort, qu’on va au ciné, qu’on regarde Rotana »…

Seules ou en couple, les jeunes Egyptiennes d’aujourd’hui ont donc malgré tout considérablement évolué durant ces trois dernières décennies, notamment dans la manière d’assumer et d’exprimer leurs revendications. On peut penser d’ailleurs que le passage au dialecte entre le titre du film des années 1970 et ceux des blogs devenus livres d’aujourd’hui (de أريد à عايزة pour les arabophones) est la marque linguistique d’une approche nettement plus décontractée sur bien d’autres plans. Les femmes continuent à réclamer leurs droits, certes, mais sans tomber dans le tragique et en l’occurrence dans le mélodrame égyptien, sans doute en partie inévitable à l’époque de Faten Hamama.

Au contraire, modernes voilées ou « en cheveux », elles assument leurs choix de vie, sans complexe et avec humour.

Suite la semaine prochaine avec “Neuf millions de célibataires”… en folie ?

Brève vidéo de Ghada Abdelal (à gauche) signant son livre. A côté d’elle, Rehab Bassam (رحاب بسام), autre blogueuse devenue elle aussi auteure à succès avec Riz au lait pour deux personnes (أرز باللبن لشخصين). Les internautes curieux peuvent aussi aller écouter Banat9bass (= banat wa bass, : excellente leçon d’arabizi !), une radio, « rien que pour les filles », créée il y a un peu plus d’un an.