Eid (pas) Moubarak !

Ce dessin de presse publié dans Al-Quds al-‘arabi il y a une semaine fait bien sûr allusion aux suites du match entre l’Algérie et l’Egypte (voir le précédent billet). Jouant sur les différents sens du mot marma (le but mais aussi Marma al-Jamarat, un des rites du pèlerinage où les fidèles « lapident » le diable), les deux supporters échangent les mêmes pensées : Enfin, grâce à Dieu, un but qui nous unit et qui efface nos fautes !

Toujours selon Al-Quds, les vœux de fête ont été quelque peu bousculés cette année. Une des formules les plus traditionnelles, Eid moubarak (Que cette fête te soit bénie !) est définitivement écartée en Algérie puisqu’elle se confond avec le nom du président égyptien, au profit de Eid Saadane, variante imaginée à partir de la formule Eid saïd (Bonne fête) en hommage à Rabah Saâdane, l’entraîneur de l’équipe nationale locale !

En ces temps de fête, la piété et la croyance d’un islam volontiers fanatique si l’on en croit les experts n’empêchent donc pas l’humour !

« Politisation du ballon » et « ballification de la politique »

Trop « arabes » en France au goût de certains, les Algériens sont paradoxalement souvent perçus chez leurs voisins arabes comme « trop français » ! Depuis l’invasion de leur pays, suite à la réaction d’orgueil national d’une France outragée par le coup d’éventail donné par le bey d’Alger à son représentant en 1830, les Algériens sont, certes, respectés pour l’ampleur de leurs souffrances (certains évoquent la disparition d’un tiers de la population lors de la colonisation, et 1,5 million de morts ont péri selon les historiens locaux durant la guerre de décolonisation). Mais ils sont également toujours suspects de vivre une arabité un peu dérangeante par rapport aux idées reçues, à l’image de la langue qu’ils utilisent au quotidien, à la fois profondément arabe et métissée, comme l’exprime ce slogan, martelé dans une superbe lingua franca par les supporters algériens après la victoire finale de leur équipe : One, two, three ! Viva l’Algérie !!!.

Difficile de l’ignorer en effet, l’Algérie s’est qualifiée pour la phase finale du prochain Mondial, et représentera donc le monde arabe aux dépens de l’Egypte, vingt ans tout rond après que cette dernière l’ait elle-même éliminée à l’issue d’un match particulièrement houleux : en 1989, l’arbitre – un Tunisien ! – avait été accusé d’avoir volé un but aux frères algériens (ceux-ci n’avaient pu retenir leur colère et, entre autres violences, un joueur avait été condamné pour avoir blessé un supporter égyptien dans un hôtel : article dans le Guardian).

Sportive en principe, la confrontation entre les deux pays s’est transformée en sévère crise diplomatique, source d’inquiétudes dans le monde arabe à propos de cette nouvelle fitna qui interroge la réalité des liens de fraternité entre les populations de la région et donc, par conséquent, l’efficience des récits fondateurs développant les thématiques identitaires de l’arabisme ou de l’islam. Même s’il y a fort à parier que tout cela sera très rapidement oublié si l’équipe algérienne réussit quelques beaux matchs lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud, il reste que la violence entre les deux entités nationales a atteint des sommets.

De quoi d’ailleurs nourrir les interrogations de bien des commentateurs qui constatent que, dans cette région où les médias n’échappent pas à la censure, ou tout au moins aux conseils avisés du pouvoir, ce dernier, tant en Algérie qu’en Egypte, s’est bien gardé d’intervenir. Au contraire, emporté – ou se laissant porter – par la vague de chauvinisme, il a dans les deux cas sa part de responsabilité dans la crise.

Laquelle était parfaitement prévisible, et même annoncée au regard des affrontements par médias nationaux interposés et sur internet depuis bien des jours. Mais tandis que les Algériens l’emportaient sur internet où leurs détournements de films célèbres (Brave Heart par exemple) se révélaient bien plus percutants que ceux des internautes égyptiens (article en arabe dans Elaph), la presse algérienne n’a pas pesé bien lourd face à la « puissance de feu » des commentateurs sportifs sur les chaînes égyptiennes (Dream, Hayat, Modern…).

La palme de la bêtise raciste revenant sans conteste à un célèbre commentateur sportif, un certain Amr Adib qui, entre autres gracieusetés distribuées avant le match décisif, s’est interrogé via le bouquet panarabe Orbit sur les raisons qui faisaient que (tous) les Algériens haïssaient de la sorte (tous) les Egyptiens ! (vidéo sur YouTube pour les arabophones). Après la défaite égyptienne à Khartourm, le même inconscient a cru bon, en réponse aux rumeurs (totalement infondées) évoquant de très nombreux blessés parmi les supporters égyptiens présents au Soudan, d’appeler ses concitoyens à se venger sur les Algériens résidant en Egypte !…

De tels propos ne sont qu’un faible échantillon des insultes en tous genres échangées surtout après le caillassage du bus des joueurs algériens lors de leur arrivée au Caire (dans un pays qui vit tout de même depuis 1981 sous le régime de l’état d’urgence !). La presse algérienne n’a pas été en reste et a bien souvent colporté, avec la même totale absence de professionnalisme, n’importe quelle rumeur susceptible d’alimenter les passions chauvines.

Mais la presse n’est pas la seule en cause. Outre les sociétés, multinationales ou non, « communiquant » avec ou plutôt sur la fièvre nationale, les politiques des deux pays sont montés au front. Certes, les deux chefs d’Etat n’ont pas fait le déplacement jusqu’au stade de la banlieue de Khartoum, mais ils ont envoyé leurs représentants les plus proches, Abdelaziz Belkhadem pour l’Algérie et les deux fils du rayyis pour l’Egypte : Gamal, le successeur putatif (déjà évoqué ici), et le bien plus discret ‘Ala, qui s’est brutalement rendu follement sympathique auprès des masses populaires en traitant les Algériens – c’est tout de même le fils du président – de « hérétiques terroristes mercenaires » (ارهابيين مرتزقة), précisant un peu plus tard sur une autre chaîne qu’il « y avait en eux quelque chose de bizarre » (شيء غريب في تركيبهم).

La récupération politique n’a cependant pas totalement fonctionné et certains studios ont coupé les émissions où l’on entendait trop certains Egyptiens, dont des stars du foot, hurler leur colère parce que le gratin politique était tranquillement rentré dans l’avion privé d’un homme d’affaires par ailleurs député du parti au pouvoir, tandis que les supporters égyptiens se faisaient (prétendument) égorger par les hordes algériennes : إيه مصر ؟ مع فيهاش غير جمال مبارك؟ حرام عليكم تهينو الناس بالشكل دا!!! C’est quoi l’Egypte ? Il n’y a que Gamal Moubarak au monde ? C’est pas une honte d’humilier les gens ainsi ?!!!

Impossible de résumer cette affaire dans tous ses détails mais il faut savoir que les dégâts pour les sociétés égyptiennes installées à Alger sont estimés à quelque 5 millions de dollars, que des centaines d’émigrés égyptiens ont quitté l’Algérie en catastrophe, que le Conseil de sécurité nationale égyptien a été réuni en urgence, que l’Egypte a officiellement menacé le Soudan d’intervenir si ses ressortissants n’étaient pas protégés, ou encore qu’une trentaine de policiers ont été blessés pour empêcher que l’ambassade algérienne au Caire ne soit prise d’assaut (pour ne rien dire des 14 morts et des 250 blessés associés aux 175 accidents de la route qui ont marqué, en Algérie, la célébration de la qualification).

Impossible également de relater le déluge de déclarations de chauvinisme flamboyant submergeant de trop rares tentatives pour « calmer le jeu » : artistes déclarant boycotter à tout jamais le pays frère, abandon des feuilletons cairotes en Algérie contre mise en quarantaine des artistes algériens, listes noires de personnalités désormais indésirables, etc.

Quelques remarques en guise de conclusion pour ce billet trop long déjà ! Comme le mentionnent certains commentateurs (voir par exemple cet article en arabe dans Al-Akhbar), l’efficacité des ponts aériens mis en place par les deux pays pour transporter des milliers de supporters au Soudan tranche avec l’absence de réactions pour Gaza ou même pour le Darfour, sans parler des ambassadeurs précipitamment rappelés dans leurs pays respectifs quand le représentant de l’Etat israélien au Caire n’a pas eu si souvent à se plaindre d’un tel traitement, quelle que soit la politique de son pays…

On notera également le rôle aussi dangereux que peu « démocratique » joué par les médias, plutôt ceux du secteur privé, livrés à une concurrence effrénée, que ceux du secteur public d’ailleurs. Comme quoi la multiplicité des canaux ne résout pas tout …

Et s’il est vrai que cette « guerre » fratricide oblige à s’interroger sur la puissance du référent panarabe au regard des identifications étatiques, et plus encore sur l’état de décomposition du projet national arabe, force est de constater aussi que le lien religieux est bien incapable de lui servir d’alternative en pareilles occasions, même si les imams des mosquées, la main sur le cœur, ont dénoncé dans leurs sermons, a posteriori, cette bouffée de haine.

Détournés, parodiés, manipulés par un discours chauvin et raciste, que valent encore les symboles de l’histoire aux yeux des générations nées deux ou trois décennies après les événements qui ont tant fait pour associer les deux pays, notamment au temps de la guerre d’indépendance algérienne soutenue par Nasser ? A l’évidence, la « politisation du ballon » ou encore la « ballification de la politique » (تسييس الكرة / تكوير السياسة) n’a pas fini d’être utile pour canaliser les passions populaires et pour faire oublier les malheurs d’une jeunesse sans espoir, sans avenir, sans représentation politique digne de ce nom, et dont la frustration sexuelle n’est pas la moindre des souffrances.

Scène de violence à Zamalek (image tirée du site The Arabist. Celle de Coca est reprise de The Lede, un blog du New York Times

Géopolitique des médias arabes (2/2) : “Murdochtana”, la révolution néo-conservatrice.

La crise financière de l’hiver 2008 aura coûté au prince Walid Ibn Talal, de son propre aveu, un cinquième de sa fortune. On se situe dans les 5 milliards de dollars, grosso modo trois fois la valeur de Rotana… Dès lors, des questions se posent sur la stratégie du groupe dans la mesure où son secteur d’activité, de toute manière caractérisé par des retours sur investissements assez lents, est aujourd’hui terriblement frappé par la chute considérable du marché publicitaire.

Dans l’avenir immédiat, il semble tout de même à peu près certain qu’on ne reviendra pas tout de suite au joyeux temps de l’insouciance, lorsque que la production d’un clip coûtait couramment 1/2 million de dollars ou quand la facture de la seule petite fête organisée à  Beyrouth pour la signature de son contrat par Haïfa Wehbé, « la jolie fiancée » de Rotana, était évaluée à 40 000 dollars (quand aux montants des contrats, sans parler de leurs conditions, le secret est bien gardé !)

Voilà donc des mois que la presse arabe scrute la vie de ses vedettes et constate avec étonnement que les rares stars qui n’étaient pas encore au catalogue de Rotana, telle l’Algérienne Warda, ont désormais rallié la major du monde arabe, tout en prédisant dans le même temps que nombre de têtes d’affiche ont décidé de quitter en masse un navire qui fait eau de toutes parts.

Dans ce concert de rumeurs contradictoires, où l’intox se paie sans doute cash, on peut tout de même s’appuyer sur quelques certitudes. La première concerne Beyrouth que Rotana, 7 ans après s’y être installé en fanfare, s’apprête à délaisser au profit de Amman et surtout du Caire. La crise financière d’une part, la vigueur de la concurrence, notamment avec la MBC, de l’autre, expliquent en partie une décision qui est aussi la conséquence des luttes fratricides interlibanaises.

Et cela, paradoxalement, depuis l’annonce officielle de la fusion, durant l’été 2007, entre Rotana et la LBCI (devenue LBCSat et désormais possédée à 85 % par al-Walid Ibn Talal). S’appuyant sur les autres activités de la holding, le nouveau géant des médias arabes aurait dû se trouver en position de force dans le paysage médiatique arabe. En réalité, il semble bien que la greffe (article en anglais) n’ait jamais bien pris entre le groupe d’origine saoudienne, où l’on trouve par exemple la chaîne religieuse Al-Risâla, et la très légère LBC (dont l’acronyme anglais se lit en arabe comme « Va te rhabiller », impératif adressé à une femme qui pourrait être en l’occurrence n’importe laquelle de ses présentatrices qu’on dirait choisies, bien souvent, pour la seule qualité de leur plastique…)

A cela s’est ajoutée la guerre sans merci que se sont livrés Gabriel Murr (de la famille de la célèbre tour en ruines qui domine, depuis la guerre civile, le centre ville de Beyrouth), et « cheikh » Pierre Daher, directeur de la LBC, naguère fondée par les Forces libanaises (lesquelles forces continuent, via leur trop célèbre leader Samir Geagea, à réclamer leurs droits sur la station devenue une très belle affaire commerciale…)

Il semble bien que le combat livré par Pierre Daher contre Gabriel Murr se soit soldé par une victoire à la Pyrrhus. En effet, l’homme qui possède sa propre chaîne de télévision, la MTV, à nouveau en service depuis quelques mois (l’histoire est trop longue à raconter mais article très partisan ici), a décidé de cesser toute collaboration avec Rotana, ainsi privée des importantes facilités techniques de la société Studiovision. Plus grave pour le groupe saoudien  est le fait qu’Antoine Choueiri a pris position en faveur de Gabriel Murr. Dans une conjoncture très morose depuis la crise de l’hiver 2008, la défection du super patron de la publicité dans le monde arabe est assurément un coup dur (article en arabe dans Al-Akhbâr).

Si l’on ajoute à tout cela les déboires qu’aura connus al-Walid Ibn Talal par rapport à ses grandes ambitions cinématographiques (rapidement évoquées dans ces deux billets 1 et 2, on voit que la société Rotana a bien du mal à négocier sa « sortie de crise ». Et c’est naturellement dans ce contexte qu’il faut apprécier – sur fond de rumeurs entre un accord possible entre les deux autres grands acteurs du champ médiatique arabe, MBC et ART (voir le précédent billet) – les informations, presque officielles cette fois, à propos d’un accord entre Rotana et News Corps, l’énorme groupe médiatique de Rupert Murdoch (près de 24 milliards de dollars de revenus en 2005).

A vrai dire, le rapprochement entre les deux géants des médias est dans l’air depuis le printemps de l’année 2008 au moins, lorsque Rotana a choisi de concurrencer directement la MBC en faisant accord avec 20th Century Fox (fleuron du groupe News Corp) pour diffuser, au Moyen-Orient, la chaîne Fox Movies. A l’époque, Al-Walid Ibn Talal était déjà entré dans le capital du groupe News Corp à hauteur d’un peu moins de 5 %.

Un an après les premières indications à ce sujet, les discussions entre les deux magnats des médias sont apparemment sur le point d’aboutir (article en arabe, encore dans Al-Akhbar) en vertu duquel le groupe de Rupert Murdoch rachèterait entre 20 et 25 % du capital de Rotana (une transaction entre 250 et 350 millions de dollars). Accompagné par la nomination d’un administrateur de la News Corp au conseil d’administration de Rotana, cet accord serait renégocié dans un an.

Pour les médias du monde arabe, il s’agit bel et bien d’une révolution. Bien entendu, l’intégration d’une major arabe telle que Rotana au marché mondial, via cet accord avec News Corp, entérine la prise de pouvoir médiatique, sur la scène arabe, des groupes saoudiens. Incidemment, on notera aussi la marginalisation de Beyrouth, écartée de l’industrie de l’entertainment arabe au profit d’autres capitales régionales. Mais le plus significatif reste incontestablement la naissance de la Murdochtana, monstre quelque peu effrayant qui voit le groupe de l’émir al-Walid Ibn Talal dont les images de rêve forgent l’imaginaire de la jeunesse arabe s’allier à celui de Rupert Murdoch, le propriétaire de la Fox News, une des voix les plus outrageusement néo-conservatrices, au sens donné par l’administration de Georges Bush à ce terme…

Géopolitique des médias arabes (1/2) : Rotana, mondialisation et normalisation

Déjà présents dès la fin des années 1970 dans la presse imprimée (« imprimée » est une manière très inexacte de présenter les choses car leurs investissements massifs viennent précisément avec les premiers pas de la numérisation des quotidiens Al-sharq al-awsat et Al-Hayat), les Saoudiens commencent à investir dans les médias audiovisuels, et notamment dans les télévisions satellitaires, à la suite de la première Guerre du Golfe (1991).

Sur le registre officiel, l’infléchissement des décisions politiques, avec par exemple la prise de contrôle de facto du programme Arabsat, est sans doute un peu plus ancien. Néanmoins, l’arrivée des capitaux saoudiens dans les nouveaux médias panarabes se fait au début des années 1990, souvent à travers des hommes d’affaires liés, d’une manière ou d’une autre, à la famille royale.

Walid Ibrahim lance ainsi la MBC (Middle East Broadcasting Center), la première véritable chaîne panarabe, dès 1991. Puis viennent Saleh Abdullah Kamel avec ART (Arab Radio and Telvision Network) en 1993, suivi par le groupe Mawarid avec Orbit en 1994 (dont la rupture avec la BBC Arabic, en 1996, donnera un sérieux coup de pouce à la naissante Al-Jazeera au Qatar). Quant au prince Al-Walid Ibn Talal, le magnat des médias arabes, il ne fait sa véritable apparition dans cet univers qu’en 2003, lorsqu’il rachète, pour quelque 100 millions de dollars, les parts de Saleh Abdullah Kamel dans la LBCI (Lebanese Broadcasting Corporation International), passée au satellite en 1996.

Ce janus arabo-mondialisé (cf. ces deux photos) figure régulièrement parmi les 20 plus grosses fortunes mondiales : entre 20 et 25 millions milliards (!) de dollars, selon les variations de la Bourse, ce qui lui permet de s’offrir de menus plaisirs tels la résidence de la famille Bruni, non loin de Turin, pour 17,5 millions d’euros. Né, en 1955, sous une bonne étoile – il est à la fois le petit-fils du roi Abdulaziz ibn Saoud et de Riadh El-Solh, grande figure de l’indépendance libanaise, et il a même quelques liens avec la famille royale marocaine –, al-Walid Ibn Talal a mis en place, au fil des ans, un véritable empire médiatique, via la Kingdom Holding Company (المملكة القابضة‎ , au nom plus équivoque en arabe car on pourrait s’amuser à le traduire par “Le royaume qui en a plein la pogne”!).

Groupe privé qui s’appuie notamment sur sa participation au capital de Citigroup (un peu moins de 5 %, un « coup » réalisé en 1991 et qui a donné à Walid Ibn Talal sa stature internationale), la Kingdom Holding investit dans toutes sortes de secteurs, mais en particulier dans les nouvelles technologies et les médias. Dans ce dernier domaine, elle contrôle les titres les plus importants de la région (Al-Sharq al-awsat et Al-Hayat pour les quotidiens panarabes, Al-Nahar et Al-Diyar au Liban…), mais le fleuron du groupe reste Rotana, créée en 1987, qui regroupe des chaînes télé de divertissement (Music, Clip, Cinema, etc. ), des radios (un projet en développement pour les années à venir), une maison de disques (Rotana Records) diffusant, à quelques exceptions près, la totalité des stars de la chanson arabe, une société de spectacles (Rotana Events), une agence de publicité, un hebdomadaire spécialisé, et depuis peu une chaîne de cafés branchés, les Rotana cafés, destinée à bourgeonner dans toutes les grandes villes de la région. Aujourd’hui, Rotana « pèse » environ 1,5 milliard de dollars…

Entreprise « intégrée » de telle sorte qu’elle règne sur toutes les étapes de l’industrie de l’industrie globalisée des loisirs, Rotana sait intégrer la dimension locale propre au monde arabe, avec par exemple Al-Resalah (الرسالة), un récent investissement (2006) pour occuper le créneau important des chaînes islamiques. Pour autant, on ne fait pas de politique chez Rotana, dont le « métier » consiste à vendre du loisir et de la distraction à la jeunesse arabe, un énorme gisement avec près de 40 % de la population qui n’a pas 15 ans (rapport UNDP 2002).

Cependant, la politique n’est jamais bien loin de la culture, et singulièrement dans cette région du monde. Entreprise spécialisée sur le marché de l’entertainment arabe, Rotana développe ses activités dans un secteur qui est en quelque sorte le fer de lance de la mondialisation, tant financière et économique que « culturelle ». Son développement, qui passe par des accords avec les majors internationales, pose inéluctablement la question de la « normalisation » avec Israël. On l’a vu par exemple lors de l’accord conclu en juin 2008 avec la société Sony dont Rotana est devenue la représentante exclusive pour l’ensemble de la région, ce qui implique naturellement une collaboration avec les sociétés israéliennes, ne serait-ce que pour l’exploitation du marché palestinien (article en arabe dans Al-Akhbar).

Mais plus fondamentalement, la logique même des échanges sur un marché (en partie) dématérialisé produit des effets assez dérangeants au regard des représentations géopolitiques traditionnelles. Un site tunisien spécialisé, Tekiano.com, indiquait ainsi tout récemment que figurait désormais parmi les 10 premiers sites les plus fréquentés par les internautes locaux une adresse… israélienne, celle de Panet.co.il (capture d’écran à gauche, détail avec lettres en hébreu, ci-dessous).

En réalité, les internautes tunisiens ne font que suivre un mouvement général puisqu’on retrouve au premier rang des utilisateurs de ce site israélien (créé par Basam Jaber, un « Palestinien de 48 »), des internautes locaux d’Israël et des Territoires occupés, mais aussi des Egyptiens, des Marocains et des Saoudiens.

Et tous sont à la recherche, sur le segment israélien de la Toile, des précieux fichiers vidéo et MP3 des vedettes… de la très saoudienne et arabe Rotana pour laquelle mondialisation rime nécessairement avec mondialisation.

(Une association dont les ramifications plongent plus profond encore, mais ce sera la semaine prochaine !)

Sex and the Arab City : les vents du changement soufflent dans le monde arabe

A voir le nombre de commentaires qu’elle a suscités sur le Net, la vie sexuelle des Arabes, en particulier en Arabie saoudite, est un sujet qui passionne ! Rappel pour ceux qui n’ont pas suivi cette affaire : en juillet dernier, un Saoudien a eu la malheureuse idée de faire état de ses aventures galantes dans le cadre de « Ligne rouge » (الخط الأحمر), une émission tapageuse – et à succès – de la chaîne libanaise LBC (contrôlée par le milliardaire saoudien Al-Waleed Ibn Talal).

Les sanctions n’ont pas traîné : fermeture des bureaux de la chaîne en août, 5 années de prison et 1000 coups de fouet pour le « Casanova saoudien » et, pour faire bonne mesure, condamnation en octobre d’une journaliste locale, Rosana Al-Yami, à 60 coups de fouet pour sa collaboration à la préparation de l’émission (elle a bénéficié, juste après, d’une grâce royale).

Plus récemment, et toujours sur fond de compétition politique entre « libéraux » et « conservateurs », ce sont deux chanteuses, souvent qualifiées de “bombes sexuelles”, qui ont fait parler d’elles. En Egypte, l’annonce d’un prochain concert de Beyoncé, dans un luxueux hôtel sur la mer Rouge, a provoqué un beau scandale (article en arabe dans Al-Akhbar). Alors que les Malaisiens avaient réussi à décourager la star en lui imposant un (trop) strict code vestimentaire pour ses tenues de scène, un député proche des Frères musulmans a interpelé le gouvernement au Parlement à propos de la venue d’une chanteuse coupable de propager « l’immoralité et la dépravation » (الفسق والفجور).

Une attitude d’autant plus scandaleuse à ses yeux que le même gouvernement a été accusé – à tort semble-t-il si l’on en croit cette info en arabe sur le site d’Al-Jazeera – d’avoir contraint les très célèbres Tuyûr al-janna ( طيور الجنة : Les oiseaux du paradis) à mettre un terme plus rapide que prévu à leur tournée estivale en Egypte. (Pour être tout à fait complet il faut rappeler que cette chorale religieuse, qui connaît un énorme succès et qui a tout de même son propre canal satellitaire, a également connu quelques problèmes à la même époque en Arabie saoudite, mais à cause de la police des mœurs locale qui n’apprécie pas du tout cette interprétation musicale trop « moderne » de l’islam : article en arabe sur IslamOnline).

Mêmes débats, mais cette fois à Agadir, dont la plage accueillait la quatrième édition du Concert pour la tolérance. Pour ce « moment intense de partage et de dialogue entre les peuples » selon les termes du communiqué officiel, ce « pont culturel entre les deux rives de la Méditerranée » proposait notamment une prestation de Haïfa Wehbé. Fidèle à sa réputation, la chanteuse libanaise s’est produite dans une tenue que certains médias locaux ont décrite comme assez proche de la chemise de nuit, au point que les vertueuses caméras de la télévision marocaine ont préféré rester prudemment à distance !

Si une partie du public masculin, selon la presse, a exprimé avec beaucoup de vigueur toute sa ferveur pour la créatrice de Bouss al-wawa, dans les journaux proches de l’opposition religieuse, tel Al-Tajdid ( التجديد : Le Renouveau), on s’en est pris violemment à l’image donnée par la principale représentante de la Méditerranée arabe pour ce concert en hommage à la tolérance.

Certains éditorialistes (voir cet article en arabe sur IslamOnline) ont ironisé à propos de cette tolérance qui consiste à exhiber sur scène un Sud tel que le veut le Nord, à savoir déshabillé et dépouillé de toute dignité (هيفاء كشفت عن الوجه “الذي يُريد البعض أن يظهر به شعوب جنوب المتوسط أمام شماله، شعوب عارية، نزعت عنها ثيابها، وتخلت عن كرامتها، كل ذلك يتم باسم ‘التسامح’ المفترى عليه). Et tout cela alors que l’humoriste français Dieudonné était empêché de se produire à Casablanca…

Rien de bien neuf malgré tout dans ces querelles entre les différentes formes de pouvoir et leurs oppositions, où tout est réglé d’avance dans les moindres détails (jusqu’à la petite robe de Haïfa qui avait déjà défrayé la chronique : voir ce précédent billet). Néanmoins, une telle présence des « choses du sexe » dans l’actualité récente, avec tous les enjeux de société qui les entourent, offre une bonne introduction à un autre échange, plus inédit, sur l’importance qu’il convient d’accorder à de tels événements, et sur le sens que l’on peut leur donner.

Auteur de plusieurs livres sur le monde arabe et à la tête d’un blog qui regorge d’informations utiles, Brian Whitaker est aussi responsable de la section Moyen-Orient du Guardian où il participe à une très intéressante tribune collective, intitulée Comment is free. Dans un billet récent, il y a proposé quelques commentaires sur la question du changement dans le monde arabe.

Sous le titre Arab Winds of Change, il développe – en quelques lignes – une idée qui sera familière aux lecteurs de ces chroniques, à savoir que les véritables changements dans cette région du monde seront la conséquence, moins de nouveaux équilibrages politiques que de transformations sociétales liées au poids de la jeunesse et à l’expression de ses désirs, dans tous les domaines. Je le cite : « If asked where change is likely to come from in the Arab countries, I would not put much faith in “reformist” politicians and opposition parties – they’re mostly no-hopers – but I would definitely put feminists, gay men, lesbians and bloggers very high on my list. »

Pour compléter sa démonstration, Whitaker explique que si l’oppression politique arabe existe, il ne faudrait pas négliger le rôle que les acteurs sociaux eux-mêmes, notamment au sein de la famille et dans le système éducatif, jouent dans la mise en place de ce régime d’oppression, dans sa perpétuation : « In these highly stratified societies, people are discriminated for and against largely according to accidents of birth: by gender, by family, by tribe, by sect. Women, as the largest disadvantaged group, can play a major role in overcoming this and helping smaller disadvantaged groups to do the same. Once the equality principle is accepted for women it becomes easier to apply it to others. Contrary to popular opinion, most human rights abuses in the Arab countries are perpetrated by society rather than regimes. Yes, ordinary people are oppressed by their rulers, but they are also participants themselves in a system of oppression that includes systematic denial of rights on a grand scale. »

Un point de vue qui a déclenché la fureur de As’ad Abu Khalil, universitaire américain qui intervient lui aussi sur le Net, à l’occasion de chroniques souvent très intéressantes sur son blog dont le titre est tout un programme : Angry Arab. Je vous laisse découvrir son point de vue, très énergiquement exprimé comme toujours chez lui ! En gros, il s’étrangle de rage en découvrant une explication qui lui semble passer sous silence toute l’oppression, bien réelle, exercée par les pouvoirs politiques – à commencer occidentaux – à l’encontre des citoyens arabes. (La réponse de Brian Whitaker mérite également d’être lue à mon sens.)

Du côté CPA, on se réjouit en tout cas de voir autant d’attention accordée à ces « révolutions minuscules » que l’on s’efforce de chroniquer chaque semaine, parce que toutes ces manifestations que porte et exprime la culture arabe actuelle (au sens large du terme) révèlent, au quotidien, les vrais enjeux politiques de la région. D’ailleurs, As’ad Abu Khalil ne doit pas être très loin de le croire, lui qui a choisi de sous-titrer son blog : A source on politics, war, the Middle East, poetry, and art !