“Harragas” : de la décolonisation à la mondialisation

Il faut avoir le talent d’un Dilem (évoqué dans ce billet) pour résumer, en un dessin de presse, un demi-siècle d’histoire. Novembre 1954 : le FLN lance son premier appel au peuple algérien, point de départ d’une lutte qui prendra fin avec l’indépendance de juillet 62. Près d’un demi-siècle plus tard, la jeunesse algérienne – 1/3 des 35 millions d’Algériens a moins de 15 ans – “brûle” ses papiers (en arabe : ﺣﺮﺍﻗـة, haraga) avant de risquer sa vie, armée de ses seules rames, sur les “barques de la mort” pour tenter de gagner l’Eldorado européen.

Plus que jamais, l’Algérie vit en effet à l’heure des harragas, ces milliers de jeunes qui désespèrent de leur pays et partent tenter leur chance dans un ailleurs qu’ils imaginent meilleur. Illégal, le phénomène échappe par définition à l’approche statistique mais il y a tout de même des chiffres qui parlent : entre 2005 et 2008, le nombre des victimes retrouvées sur les côtes algériennes a ainsi plus que triplé. En 2008, les garde-côtes algériens ont arrêté plus de 1300 candidats à l’émigration (âgés de 21 à 27 ans), tandis que les statistiques européennes recensaient quelque 67 000 arrivées clandestines (données  mentionnées par Madjid Talbi dans un bon dossier sur la question). Pour combien de tentatives réussies ? Et combien de morts durant les traversées périlleuses sur les fragiles pateras ?

Face à l’augmentation des candidats à l’exil au sein d’une jeunesse désespérée, les autorités algériennes ne semblent avoir trouvé de meilleure réponse que la répression. A l’image des législations déjà adoptées par la Tunisie et le Maroc (voir cet article), la “sortie illégale du territoire” est devenue, à l’automne 2008, un délit, passible de 6 mois de prison (10 ans pour les passeurs), en dépit de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 qui stipule pourtant que “toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays” (article 13).

Après avoir suggéré aux imams des mosquées (voir cet article) de participer à la lutte contre ce fléau social au nom de l’interdiction, par l’islam, de ce qui revient à une forme de suicide au vu des risques encourus, les autorités appellent-elles à l’aide, aujourd’hui, les artistes ? La question peut se poser au regard du soutien accordé par le ministère de la Culture algérien à Harragas, le dernier film de Merzak Allouache (مرزاق علوش) récemment présenté au “Sierra Maestra”, une des rares salles de cinéma dignes de ce nom (depuis sa récente restauration) à Alger, dans une ville qui en comptait près de 60 au début des années 1960. (C’est par une décision du président Boumediene que l’ancien “Hollywood” a pris ce nom, inspiré de la région montagneuse où les barbudos de Fidel Castro tenaient maquis au temps de la révolution cubaine, et le “Che” en personne avait assisté à l’inauguration de la salle, en 1963 ! Sur Alger et son passé, je recommande chaudement Biladi, le blog d’un amoureux d’Alger d’où j’ai tiré cette image).

Auréolé de plusieurs prix remportés aux festivals de Valence et de Dubaï, Harragas renoue avec un procédé utilisé par le cinéaste au tout début de sa carrière, en 1976, avec le très bon Omar Gatlato (عمر قتلتوا الرجلة : “Omar, sa virilité le tue!” en arabe). L’odyssée tragique des candidats à l’émigration est en effet racontée a posteriori, par un témoin, en voix off. C’est lui qui retrace la destinée de la petite embarcation qui quitte la côte de Mostaganem, à l’ouest d’Alger, pour tenter de gagner les Canaries. Sous la conduite d’un passeur par ailleurs policier véreux, et lui-même tenté par l’exil, les dix passagers connaîtront le sort de milliers de leurs semblables, parfois arrivés à bon port (si l’on ose s’exprimer ainsi), mais plus souvent encore, nul ne le sait, disparus en mer ou repris par la police…

Les avis sont partagés sur un film qui sera distribué en France à partir de cette semaine. Il a en tout cas le mérite d’avoir donné leur chance à un groupe de très jeunes acteurs, issus de l’Institut national des arts dramatiques d’Alger ou encore du Théâtre de Mostaganem. Il rappelle également l’existence d’un cinéma algérien qui continue à produire en dépit des impasses de la société algérienne. Après une longue éclipse, Mascarades (مسخرة) d’Elias Salem (إلياس سالم) et peut-être plus encore Inland (Gabla – قابلة) de Tariq Teguia (طارق تقية) ont montré comment de jeunes réalisateurs étaient capables d’œuvres marquantes, malgré toutes les difficultés. Des difficultés qui, en dernière instance, sont bien d’ordre politique quand les écarts de rémunération dans les professions du cinéma, comme l’explique l’auteur d’Inland dans un entretien donné au Monde, vont de 1 à 10 entre le Nord et le Sud.

Des propos qui nous rappellent que les vraies questions – malgré tous les commentaires nauséabonds à propos des sandwichs halal et autres burqas – sont posées par l’accélération de la mondialisation qui rend insupportables les écarts de richesse entre les pays de la décolonisation et ceux du Nord de la Méditerranée.

Une Méditerranée aujourd’hui devenue, comme le dit le titre de ce blog (en arabe), le cimetière de ceux qui ont un rêve (المتوسط مقبرة الحالمين).

Ci-dessous, la bande-annonce de Rome plutôt que vous (روما ولا أنتوما), le très remarqué premier film de Tariq Teguia. Pour expliquer le choix de la seconde citation, “Arabes ça veut dire ceux qui bougent“, il faut savoir que le mot “Arabes” désigne à l’orgine, dans la sociologie d’un Ibn Khaldoun par exemple, les bédouins nomades, par opposition aux sédentaires.


Rome plutôt que vous (VOST)
envoyé par gotti57. – Court métrage, documentaire et bande annonce.

Avatars palestiniens : le discours de l’indien rouge

Et il vous manquera une trêve avec nos fantômes dans les nuits stériles,
un soleil moins enflammé, une lune moins pleine,
pour que le crime apparaisse moins fêté sur vos écrans.

Mahmoud Darwich, Discours de l’indien rouge.

Une quasi-brève du Monde signale que l’armée israélienne, sur décision de la Cour suprême, a commencé à déplacer un tronçon du « mur de séparation » que conteste la population de Biline (بلعين), à 12 km à l’ouest de Ramallah en Cisjordanie.

Après une première décision de justice en 2006, les habitants de ce petit village, devenu une sorte de « capitale » de la résistance palestinienne non-violente, remportent ainsi un nouveau succès grâce aux formes de lutte qu’ils ont adoptées, même si celles-ci ne sont pas sans risques (voir par exemple  « Non-violence en Palestine » un billet d’Alain Gresh).

Néanmoins, la manifestation hebdomadaire s’est soldée une fois de plus par la répression violente des forces d’occupation israéliennes qui ont blessé quatre manifestants en tirant directement sur eux bombes assourdissantes et grenades lacrymogènes.

Mais on en parlera peut-être un peu plus que d’habitude parce que cinq militants – palestiniens, israéliens et internationaux – ont eu l’idée de sensibiliser l’opinion à leur cause en se déguisant en Nävis, ce peuple pacifique et innocent dont Avatar raconte l’existence menacée par la cupidité guerrière (intéressante vidéo qui mêle des images du film à celles de la manifestation).

Ce n’est pas la première fois qu’on suggère cette interprétation du film de James Cameron, suffisamment « œcuménique » pour en accepter bien d’autres. Dans le monde arabe, Jihad El-Khazen (جهاد الخازن) par exemple avait mentionné dans un de ces éditoriaux (en arabe) pour Al-Hayât ce rapprochement entre la violence que subissent les malheureux indigènes de la planète Pandora et celle qui s’est abattue sur les Palestiniens une fois ouverte la “boîte de Pandore” de la création d’un “foyer national juif” en Palestine.

Mais pour les lecteurs de Mahmoud Darwich, les malheureux Nävis font surtout penser à l’un de ses très beaux textes, Le discours de l’indien rouge (خطبة الهندي الأحمر). Reprenant la célèbre supplique adressée  en 1854  par Chef Seattle au gouverneur Isaac M. Stevens, le poète y associait le destin de son peuple à celui des Amérindiens, spoliés de leur terre par les colons étrangers.

Sur cette vidéo, Mahmoud Darwich lit ce poème dont vous trouverez le texte arabe ici. Les extraits de la traduction d’Elias Sanbar ci-dessous correspondent aux paragraphes 1, 3 et 7 du texte arabe).

1 – Ainsi, nous sommes qui nous sommes dans le Mississippi. Et les reliques d’hier nous échoient. Mais la couleur du ciel a changé et la mer à l’Est a changé. O maître des Blancs, seigneur des chevaux, que requiers-tu de ceux qui partent aux arbres de la nuit ? Elevée est notre âme et sacrés sont les pâturages. Et les étoiles sont mots qui illuminent… Scrute-les, et tu liras notre histoire entière : ici nous naquîmes entre feu et eau, et sous peu nous renaîtrons dans les nuages au bord du littoral azuré. Ne meurtris pas davantage l’herbe, elle possède une âme qui défend en nous l’âme de la terre. O seigneur des chevaux, dresse ta monture qu’elle dise à l’âme de la nature son regret de ce que tu fis à nos arbres. Arbre mon frère. Ils t’ont fait souffrir tout comme moi. Ne demande pas miséricorde pour le bûcheron de ma mère et de la tienne. ( … )
3 – Nos noms sont des arbres modelés dans la parole du dieu et oiseaux qui planent plus haut que les fusils. Ne coupez pas les arbres du nom, vous qui venez guerre de la mer. Et ne lancez pas vos chevaux flammes sur les plaines. Vous avez votre dieu, et nous, le nôtre. Vos croyances, et nous, les nôtres. N’ensevelissez pas Dieu dans des livres qui vous ont fait promesse d’une terre qui recouvre la nôtre. Ne faites pas de Lui un huissier à la porte du roi.
Prenez les roses de nos rêves pour voir ce que nous voyons de joie ! Et sommeillez au-dessus de l’ombre de nos saules, pour vous envoler mouettes et mouettes, ainsi que s’élancèrent nos pères bienveillants avant de revenir paix et paix. Il vous manquera, ô Blancs, le souvenir de l’adieu à la Méditerranée et vous manquera la solitude de l’éternité dans une forêt qui ne débouche point sur un abîme, et la sagesse des brisures. Et il vous manque une défaite dans les guerres. Et un rocher récalcitrant au déferlement du fleuve du temps véloce.
Et il vous manquera une heure pour une quelconque contemplation, pour que grandisse en vous un ciel nécessaire à la tourbe, une heure pour hésiter devant deux chemins. Euripide un jour vous manquera, et les poèmes de Canaan et des Babyloniens, et les chansons de Salomon à Shulamit. Et vous manquera le lys sauvage pour la nostalgie, et vous manquera, ô Blancs, un souvenir qui apprivoise les chevaux de la démence et un cœur qui racle les rochers afin qu’ils taillent dans l’appel des violons.
Et il vous manque et manque l’hésitation des armes. Et s’il faut nous tuer, ne tuez point les êtres qui avec nous d’amitié se lièrent et ne tuez pas notre passé. Et il vous manquera une trêve avec nos fantômes dans les nuits stériles, un soleil moins enflammé, une lune moins pleine, pour que le crime apparaisse moins fêté sur vos écrans. Alors prenez tout votre temps pour la mise à mort de Dieu. ( … )
7 – Il y a des morts qui sommeillent dans des chambres que vous bâtirez. Des morts qui visitent leur passé dans les lieux que vous démolissez. Des morts qui passent sur les ponts que vous construirez. Et il y a des morts qui éclairent la nuit des papillons, qui arrivent à l’aube pour prendre le thé avec vous, calmes tels que vos fusils les abandonnèrent. Laissez donc, ô invités du lieu, quelques sièges libres pour les hôtes, qu’ils vous donnent lecture des conditions de la paix avec les défunts.

L’écrivain et le Président (écrivain) : Idris Ali censuré à la Foire du livre du Caire

kadhafiLivre

L’homme qui préside aux destinées de la Libye depuis le 1er septembre 1969 (quarante ans !) fait partie de ces chefs d’Etat qui, tel l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing, se piquent de littérature. Outre le célèbre Livre vert dans le registre de la philosophie politique, Mouammar Kaddhafi (معمر القذافي : il y a une bonne dizaine de transcriptions latines de son nom) est également l’auteur de plusieurs ouvrages de fiction dont l’écho n’est pas étranger, on s’en doute, à la personnalité de leur auteur. Avec un peu de chance, le public arabe pourra même découvrir à l’écran les talents littéraires de l’inamovible “Président du Conseil de la Révolution de la République arabe libyenne populaire et socialiste” puisqu’un de ses romans sert de trame au cinéaste syrien Najdat Anzour, réalisateur notamment de La fin d’un homme courageux (نهاية الرجل الشجاع : un titre prophétique !). Annoncé dans les prochains mois (article en arabe) Injustice (الظلم) raconte les souffrances du peuple libyen durant l’occupation italienne.

IdrisAliCertains persistent à penser que les malheurs du peuple libyen n’ont pas nécessairement pris fin avec l’indépendance du pays. C’est en tout cas l’impression qu’on retire à la lecture du dernier roman d’Idris Ali, un des grands écrivains nubiens dont les œuvres ont été traduites à plusieurs reprises en anglais, en espagnol et en français (voir à la fin de ce billet). Depuis 2005 et la publication de En dessous de la ligne de pauvreté (تحت خط الفقر), cet écrivain autodidacte retrace son itinéraire personnel qui l’a vu échapper à la vie des mauvais garçons grâce à la découverte, sur les bancs d’une école pourtant peu fréquentée, d’une traduction d’un roman de Maurice Leblanc (Arsène Lupin est un personnage qui a également beaucoup influencé Sonallah Ibrahim, lequel lui a dédié une de ses premières nouvelles).

Sans égaler les prouesses du “Prince des voleurs”, Idriss Ali a en effet quelques souvenirs à raconter, lui qui s’est enrôlé très jeune dans les rangs de l’armée égyptienne pour combattre au Yémen avant d’émigrer, à la fin des années 1970, en Libye. Après Scènes du cœur de l’enfer (مشاهد من قلب الجحيم), publié en 2006, c’est cet épisode de sa vie que l’auteur de Dongola, son roman le plus célèbre, a choisi de raconter dans le troisième tome d’une série qui doit en comporter quatre. Publié tout récemment, Le leader se coupe les cheveux (الزعيم يحلق شعره) parle notamment de l’exode, à travers le désert libyen, du narrateur expulsé, à l’image de centaines de milliers de ses compatriotes, par les autorités libyennes en représailles à la politique de Sadate (l’épisode est un peu oublié mais il y a même eu un bref conflit armé entre les deux pays en juillet 1977).

couvIdrisQuand au titre du roman, il fait allusion à une décision du “frère Guide” (الأخ القائد)  aux commandes de la Libye : à la suite d’un mauvais rêve où il se serait vu égorgé par son barbier, il avait décrété la fermeture de tous les salons de coiffure du pays en suggérant à ses concitoyens de se couper eux-mêmes les cheveux !

On n’aurait jamais dû entendre parler autant de ce court texte (80 pages). Conscient des risques qu’il prenait, Idris Ali s’était résolu à se montrer discret lors de sa publication. Celle-ci se faisait chez Waad (وعد : Promesse), une petite maison d’édition du Caire car Dar al-Shorook, peut-être le principal éditeur local, avait paraît-il préféré ne pas tenter le diable en accueillant ce titre. Mais c’était sans compter sur la censure égyptienne qui n’a rien trouvé de mieux que d’ajouter un nouvel épisode à la longue saga de ses exactions, en profitant de la grande fête du livre arabe, à savoir la tenue de la Foire internationale du livre au Caire, pour perquisitionner le siège de l’éditeur, le poète Gumayli Ahmed Shahata (الجميلي أحمد شحاتة) lui-même énergiquement interrogé pendant quelques longues heures avant d’être libéré. Mais il reste, ainsi que l’auteur du leader se coupe les cheveux, sous le coup d’une infraction passible de trois années de prison selon le Code égyptien, pour “outrage à la personne d’un chef d’Etat étranger”…

Tout romancier qu’il est, l’auteur du célèbre Livre vert est en effet fort susceptible de s’offusquer du traitement – même littéraire – que lui a réservé son confrère nubien. Les policiers égyptiens ont donc eu peut-être raison de faire du zèle en allant au-devant des demandes libyennes ; à moins qu’ils n’aient voulu remercier Tripoli d’avoir énergiquement mis au pas, il y a quelques mois, une chaîne télévisée trop critique de la politique égyptienne (voir ce billet). Une chose est certaine en tout cas, c’est que Mu’ammar Kadhafi s’est déjà montré fort chatouilleux à propos de ce qu’on écrit sur lui à l’étranger. En juin dernier, et parce qu’ils avaient publié des propos jugés diffamatoires, trois journaux marocains ont ainsi été condamnés par la justice de leur pays à verser 270 000 euros au plaignant, le “Bureau de la Fraternité arabe” (sic !), à savoir l’ambassade de Libye !

830JABERMalheureusement pour lui, car il peut aussi, à l’occasion, se révéler un critique pertinent, ce nouvel épisode de la vie littéraire égyptienne contribue à mettre en évidence la médiocre conduite d’un des responsables culturels locaux, Gaber Asfour. Il a en effet accepté à l’automne dernier de recevoir le Prix international de littérature Kadhafi – d’un montant de 150 000 euros – que le romancier espagnol Juan Goytisolo avait eu le courage et l’honnêteté, lui, de refuser, au nom des idéaux défendus dans sa littérature (Pierre Assouline en a parlé dans son blog ; voir aussi cet article dans The Independent).

Mais comme on le souligne dans cet article (en arabe) paru dans le quotidien libanais Al-Safir, l’ancien directeur de l’Organisme général du livre est, en la matière récidiviste. En effet, alors que des auteurs aussi prestigieux qu’Elias Khoury, Hoda Barakat ou Alaa El Aswany, rejoints par le critique Maher Jarrar, avaient démissionné du jury pour protester contre les irrégularités dans l’organisation de Beirut 39, un important prix littéraire, Gaber Asfour n’a guère hésité semble-t-il à prendre la place des protestataires et à constituer un nouveau jury, avec Abdo Wazen du quotidien Al-Hayat, le poète omanais Saif al-Rahbi et la romancière libanaise, la sulfureuse Alawiya Sobh.

Si tu as peur, n’écris pas, et si tu écris, n’aies pas peur ! ( إن كنت خائفا فلا تكتب وإن كتبت فلا تخف) a déclaré Idris Ali lors d’un entretien (en arabe) avec la radio allemande (son téléphone a été coupé, et il a reçu des menaces de mort). On souffre de voir que son œuvre – et son courage – sont  jugés, chez lui, par des intellectuels qui collectionnent peut-être les prix (qu’ils sont capables de se décerner à eux-mêmes : voir ce précédent billet) mais qui n’ont guère de valeur…

DangolaEn attendant L’explosion (انفجار جمجمة) annoncé chez Sinbad/Actes Sud, on peut lire en français, d’Idris Ali, Le Nubien, publié par les éditions Al Bouraq en 2007. On trouve également un chapitre de Dongola mis en ligne par une passionnée de Nubie qui a dû utiliser la traduction anglaise. Dans cette langue, on trouve aussi Poor (تحت خط الفقر), le premier volume de la quadrilogie autobiographique. En suivant ce lien, les lecteurs arabophones pourront télécharger النوبي (Le Nubien).

Le jour où l’Egypte a frôlé la catastrophe : foot, télévision et conflits asymétriques

logojazeera

Lors de leur dernière rencontre, les ministres de l’Information de la région ont rejeté une résolution du Congrès étasunien appelant à des sanctions contre al-Manar (Liban), Al-Aqsa (Gaza) et Al-Zawra (Irak), trois chaînes satellitaires accusées de promouvoir le terrorisme tout en incitant à l’anti-américanisme. Comme l’écrit Marc Lynch, dans le pourtant respectable Foreign Policy, il est presque pathétique de constater que la Ligue arabe, avec sa cohorte d’Etats autoritaires, se montre en l’occurrence plus favorable à la liberté des médias que le Parlement des USA !

Il ne faudrait pas croire pour autant que les régimes locaux se sont brutalement convertis à la liberté d’opinion. Au contraire, l’ordre du jour reste celui d’une Charte capable d’« organiser » le domaine audiovisuel arabe, projet déjà discuté il y a deux ans et à l’époque déjà vigoureusement rejeté par le seul Qatar ou presque (voir ce billet). Cette fois-ci, toujours à l’initiative de l’Egypte et de l’Arabie saoudite, c’est un Haut-Commissariat (مفوضية) qui est envisagé pour mettre un peu d’ordre parmi les quelque 700 chaînes du paysage télévisuel arabe.

De fait, on peut l’avouer maintenant, il y a quelques jours le monde arabe a tout simplement frôlé la catastrophe…

Tout a commencé à la fin du mois de novembre 2009, lorsque la chaîne Al-Jazeera, financée par le Qatar, a acheté au bouquet Orbit l’ensemble de ses chaînes sportives. Pour cette transaction, sans nul doute record même si son montant exact n’a pas été divulgué, le chiffre incroyable de 5,5 milliards de riyals, soit 1,5 milliard de dollars, est avancé dans cet article dans Elaph. Quoi qu’il en soit, c’est toute une époque qui se referme, celle des premiers temps de la télévision privée commerciale dans la région, inaugurée, au début des années 1990, par le cheikh séoudien Saleh Abdullah Kamel (voir ce billet) propriétaire du groupe ART.

Cependant, comme la cession portait également sur les droits de diffusion que possédaient les chaînes du groupe Orbit, Al-Jazeera Sport s’est retrouvée en position d’exclusivité pour les retransmissions des compétitions de football : celles des différents championnats européens, celles de la prochaine coupe du monde en Afrique du Sud et aussi celles de la CAN (Coupe d’Afrique des Nations), que vient tout juste de remporter l’Egypte en battant péniblement le Ghana après sa large victoire sur l’Algérie.

Un tel monopole sur le sport de très loin le plus populaire dans la région a bien entendu la plus haute importance stratégique.

On a commencé à s’en rendre compte en janvier. Quand les phases finales de la CAN ont commencé, les supporters des équipes arabes engagées dans la compétition (Tunisie, Algérie, Egypte) n’ont pas eu d’autre choix que de se tourner vers Al-Jazeera, dont le canal sportif, à la différence de la chaîne d’information, fonctionne sur abonnement, comme c’était d’ailleurs déjà le cas avec Orbit, malgré tout nettement plus chère. Au fur et à mesure des éliminatoires et de la progression des équipes arabes, la situation est devenue de plus en plus difficile à gérer, à commencer en Egypte où les télés locales en étaient réduites à diffuser de vieilles images d’archives. De leur côté, les responsables de la chaîne qatarie avaient fait savoir qu’une offre de retransmission des matchs des “Pharaons” , pourtant raisonnable en termes financiers selon eux, avait été refusée par l’Egypte.

Rien d’étonnant en vérité car, comme on l’a vu dans un précédent billet sur les déclarations, à propos de Gaza, du global imam, l’Egyptien Qardhâwi aujourd’hui installé au Qatar, les relations sont au plus mal entre la plus populaire des chaînes arabes d’information et les autorités du Caire résolues à poursuivre leur politique pro-américaine à l’encontre du Hamas. Dans un contexte qui rendait un accord commercial impossible, la tension ne pouvait que monter dangereusement. Même si de fort opportunes campagnes se sont développées sur Facebook pour dénoncer le monopole d’Al-Jazeera qui privait l’Egypte de ses champions, on n’ose imaginer ce qui aurait pu se passer si, dans une Egypte déjà prise de fièvre nationaliste, les supporters avaient été privés des images de leurs champions remportant la Coupe africaine des Nations tout aussi sévèrement que les habitants de Gaza le sont de liberté et d’autres nécessités plus matérielles encore ; au regard des quasi émeutes au Caire en novembre dernier (voir ce billet) à la suite d’un match perdu contre l’Algérie, tout ou presque pouvait arriver…

Mais l’explosion n’a pas eu lieu car, le 12 janvier dernier, Al-Jazeera a soudainement annoncé, deux heures seulement avant un des matchs de l’équipe d’Egypte, qu’elle diffuserait en clair les compétitions de la CAN. Une assez bonne affaire commerciale pour la chaîne qatarie car, aux abonnements de ceux qui ne pouvaient se passer des images de la compétition, sont venus s’ajouter les revenus des publicités diffusées à l’intention des 80 millions de consommateurs égyptiens.

Mais surtout un très bon coup politique. On peut imaginer en effet qu’il y a eu un prix à cette « aumône » en apparence généreusement offerte à l’Egypte. Le Qatar aurait-il échangé la menace d’une éruption populaire en Egypte contre certaines garanties, pour sa chaîne, dans la nouvelle police médiatique régionale ?

La création de la chaîne Al-Jazeera avait déjà été pour Doha, au milieu des années 1990, une manière de se protéger des éventuelles ambitions de son voisin saoudien ; la création d’un monopole sur les émissions sportives avec le rachat des chaînes du groupe Orbit, et la menace d’un « blocus » sur les images des matchs de la CAN, sont peut-être une nouvelle démonstration de l’habileté des Qataris à gérer les situations de conflit asymétriques.