En complément du précédent billet, cet article (Islam-Online, en arabe) qui annonce, dans les jours qui viennent, l’ouverture d’un canal de la chaîne officielle turque TRT en arabe, ainsi que l’ouverture, après Damas, de bureaux de correspondants au Caire, à Beyrouth et “dans d’autres capitales arabes”. Au programme, des informations, des émissions culturelles et de divertissement (des feuilletons, à coup sûr !) et des programmes pour les enfants, le tout doublé en arabe.

Le retour de l’Empire : romance arabo-turque au “nouveau” Moyen-Orient

Pas grand-chose de neuf en apparence lors du 22e sommet des pays de la Ligue arabe qui vient de se tenir en Libye. Pourtant, à côté les traditionnelles déclarations pleines de bonne volonté à propos des “pourparlers de paix”, on note la conclusion du Secrétaire général de la Ligue, Amr Moussa, appelant à la création d’un bloc régional associant les pays arabes aux deux grandes puissances régionales que sont la Turquie et l’Iran.

Un tel projet – accueilli d’ailleurs avec un enthousiasme assez relatif – relève de la science-fiction. Mais le seul fait qu’il soit seulement évoqué témoigne également d’une lente évolution des esprits vers un “New Middle-East” qui n’est pas précisément celui qu’avaient imaginé les stratèges de Washington … Naguère place-forte de l’Otan (dont elle est membre depuis 1952), la Turquie adopte en effet des positions de plus en plus critiques vis-à-vis du “meilleur allié” US dans la région, l’Etat israélien. Ponctuée par quelques coups d’éclats tel l’accrochage au forum de Davos en janvier 2009, entre le président de l’Etat israélien, Shimon Pérès, et le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, une toute nouvelle  idylle se développe entre l’ancienne puissance impériale ottomane et l’opinion arabe presque aussi passionnée par les coups d’éclat des Turcs que par les intrigues sentimentales de leurs téléfilms (voir ce billet).

Néanmoins, l’actualité politico-culturelle aujourd’hui, ce n’est pas celle des feuilletons à l’eau de rose distillés par les studios d’Ankara mais bien celle des soap opera ouvertement critiques des méthodes de l’Etat israélien, que produisent les chaînes télévisées turques et qui sont rediffusés par leurs homologues arabes. Le dernier épisode en date de cette forme nouvelle de “conflit de basse intensité” a eu lieu il y a quelques jours à peine, lorsque la MBC, une des plus importantes chaînes panarabe à capitaux saoudiens, a entamé la diffusion du Cri des pierres (صخرة حجر, Ayrilik en turc : illustration en tête de ce billet), un feuilleton qui décrit, sans craindre les images choc, les brutalités subies par la population palestinienne dans les Territoires occupés. C’est peu de dire que la série turque, qui devrait également être repris par la chaîne Dubai TV dans sa version doublée en syrien, n’a rien pour plaire à Tel-Aviv. Entre autres gracieusetés, on y voit par exemple des soldats de l’armée d’occupation assassiner de sang-froid un nouveau-né, ou encore violer une femme sous les yeux de son enfant…

Sa programmation en janvier dernier sur une chaîne publique turque a suscité une véritable crise entre la Turquie et Israël. Convoqué, l’ambassadeur d’Ankara à Tel-Aviv avait alors subi une véritable humiliation, à l’origine d’un bras de fer entre les deux diplomaties, pour se terminer par des excuses officielles du ministre israélien des Affaires étrangères, et par la diffusion sur les petits écrans turcs du programme incriminé, sans la moindre modification. Il était en définitive assez inévitable qu’une chaîne de divertissement comme la MBC, flairant la bonne affaire commerciale, s’empresse d’acheter les droits d’une production dont le succès était parfaitement assuré auprès de son public en raison de sa manière de traiter la question palestinienne, mais aussi parce qu’elle répond à l’engouement actuel du public arabe pour les feuilletons trucs.

Avant Le Cri des pierres, le feuilleton des relations de plus en plus tendues entre Tel-Aviv et Ankara avait donc connu d’autres épisodes. Avec La vallée des loups (wâdi al-dhi’âb en arabe : illustration ci-contre), une série à gros budget qui met en scène une sorte de James Bond “à la turque”, de temps à autre aux prises avec ses rivaux israéliens, occasion pour le scénariste, Bahadir Ozdener, de dénoncer leurs méfaits, en Irak comme en Palestine. Immensément populaire en Turquie, le feuilleton, diffusé en arabe par plusieurs chaînes satellitaires dont Dubai TV et ART Hikayat, avait également suscité, déjà sans le moindre résultat, des protestations officielles de la part des Israéliens choqués par des images à leurs yeux “antisémites“. Même scénario encore, dès octobre 2009, lors de la diffusion de La Séparation (traduit en arabe par Al-infisâl, Al-firâq ou encore Al-Wadâ’ ! : article en arabe dans Al-Hayât). Autant de conflits qui ont marqué une opinion arabe observant la capacité de la diplomatie turque à tenir tête aux exigences israéliennes alors que le “processus de paix” d’Oslo se traduit bien souvent, dans ses propres médias, par des (auto)censures de plus en plus fréquentes de tout ce qui peut ressembler, de près ou de loin, à des critiques trop vives de la politique israélienne…

Bien sûr, certains dans le monde arabe voient d’un mauvais œil ces “turqueries” trop modernes pour être honnêtes. Non sans raison, d’autres rappellent aussi que les télévisions locales ont elles-mêmes produit des fictions d’une qualité au moins égale (à commencer par L’invasion, récompensé par un Emmy Award en 2008 : voir ce billet). Il n’en reste pas moins que l’enthousiasme des spectateurs arabes pour les feuilletons produits par les héritiers de l’Empire ottoman inquiète fort les autorités israéliennes. Mieux que personne sans doute, elles savent l’importance de la communication politique, et le rôle que jouent à cet égard les fictions diffusés dans les médias de masse.

Leur capacité à imposer leur récit est aujourd’hui de plus en plus remise en cause dans la région, non seulement par l’émergence d’un système médiatique panarabe de toute manière peu sensible au point de vue sioniste, mais également par la défection de l’ancien allié turc (pour ne rien dire de l’iranien, disparu sans espoir de retour depuis la Révolution islamique). Pire, de nouvelles alliances se dessinent qui pourraient redonner vie à d’anciennes solidarités dans une région où l’Etat israélien ne saurait trouver de place…

Certes, ce n’est pas demain que naîtra ce “bloc régional” évoqué par le Secrétaire général de la Ligue arabe lors de la clôture du dernier sommet régional. Mais s’il est vrai que les faits culturels sont porteurs – et même annonciateurs – de réalités destinées à trouver, tôt ou tard, leur traduction politique, on ne peut qu’être sensible aux péripéties actuelles et à venir de cette nouvelle romance turco-arabe. Isthme traditionnel entre l’Anatolie et l’hinterland arabe, la Syrie, malgré un lourd et douloureux passé avec le pouvoir ottoman, est le pays dont la langue sert à doubler les feuilletons turcs. C’est également dans un studio de Damas qu’on tourne, aujourd’hui, La Chute du califat, le premier soap opera réunissant des vedettes turques et arabes du petit écran (illustration ci-contre). Une initiative de la société Surya al-duwwaliyya (article dans Al-Akhbar en arabe) qui espère sans doute surfer sur la vague de la turcophilie actuelle pour améliorer son positionnement sur le marché arabe. Et c’est encore l’expertise syrienne qui a été retenue pour une grande série historique sur la fin de l’Empire ottoman (article en arabe dans Al-Akhbar) confiée au talent de Basel Al-Khatîb (voir ce billet à propos de son feuilleton sur Nasser).

Comme l’explique le scénariste, il s’agit bien dans cette super-production panarabe, dont un doublage en turc est déjà prévu et qui sortira lors du prochain ramadan, d’aller à l’encontre des idées reçues. Pour le scénariste, il s’agit de montrer que l’Empire ottoman, bien loin d’être la cause de la décadence arabe, fut d’abord et avant tout  la victime des puissances européennes bien décidées à se débarrasser d’un pouvoir qui empêchait leurs propres visées sur la région (lien en principe mais il n’a pas l’air de vouloir ouvrir !).

هناك شيوع بان الدولة العثمانية هي دولة ظالمة جرت العالم العربي إلى الانحلال والتخلف، وللاسف اخذ العديد بها، وهذا الفهم الخاطئ للدولة العثمانية ساهمت فيه الدولة التركية الحالية أو التي يقال عنها، تركيا العلمانية الحديثة، والتي شوهت تاريخ الدولة العثمانية خاصة من جانب نظام اتاترك، بالإضافة إلى الاستعمار الاجنبي الذي قام بتفتيت العالم إلى اجزاء منفصلة، لذلك سعى إلى  تدمير الامبراطورية العثمانية التي كانت تقف حائلاً ضد مشروعة

Par fictions interposées, on est bien, sur les écrans arabes et turcs, en train de refaire l’histoire !

Pour ceux qui voudraient voir à quoi cela ressemble, le lien vers le site de la MBC avec tous les épisodes. Et cet autre lien, vous conduit vers une émission (en arabe) de Al-Arabiya durant laquelle intervient un responsable de la MBC. On peut y visionner un montage des séquences les plus “fortes” du feuilleton (vers 3’50).
Un point de vue israélien iconoclaste et courageux à propos du feuilleton Le cri des pierres, celui de Gilad Atzmon (par ailleurs excellent saxophoniste) sur son blog en anglais (traduction en français ici).

Le rose est de rigueur : transports des femmes…

taxiDubai

Aucune allusion aux élections régionales françaises dans ce billet, qui se rattache malgré tout à l’actualité française à travers les récents propos du secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand, plaidant pour un “espace dans les trains de banlieues” réservé aux femmes. En effet, dans le monde arabe également on débat de la question du transport des femmes, tout comme on se préoccupe de la sûreté de leurs déplacements dans l’espace public.

Depuis sa mise en service à la fin des années 1980, le métro du Caire propose des voitures exclusivement féminines. Malgré cela, la toute récente décision du gouverneur du Caire d’autoriser une société privée à faire rouler des taxis réservés aux femmes fait couler beaucoup d’encre.

Comme pour le métro – même si ce n’est que depuis quelques années que le phénomène du harcèlement sexuel a pris de telles proportions dans le pays –, cette initiative est justifiée par la volonté de protéger les femmes et de faciliter leurs déplacements dans la ville. Les milieux conservateurs s’en félicitent et une autorité d’Al-Azhar (article en arabe) s’est même fendue d’une fatwa pour dire combien la religion louait une telle initiative. En revanche, du côté des associations féministes telles que l’Egypt Center for Women Rights (une association fondée en 1996 par 6 femmes d’un même quartier du Caire), une telle décision, qui pourrait être juridiquement anticonstitutionnelle, est un pas de plus vers la discrimination sexuelle et l’absence d’une véritable reconnaissance de l’égalité entre les sexes. Plus prosaïquement, certains soulignent que les milliers de malheureuses Cairotes qui n’ont pas les moyens de s’offrir un taxi en seront réduites à continuer de se faire peloter dans les autobus et autres minibus (une scène de la vie quotidienne devenue un grand classique de la littérature égyptienne, avec Sonallah Ibrahim notamment).

Curieusement, au regard de certaines idées reçues tout au moins, ce sont les pays les plus « modernes » qui ont ouvert la voie du taxi exclusivement féminin. Sur le modèle des pink ladies cabs londoniens, une flotte de taxis exclusivement féminins a été créée à Dubaï dès 2007  (photo du haut), puis au Liban il y a un an de cela (à droite). Malgré l’hostilité parfois affichée (article en arabe dans Elaph) de leurs collègues beyrouthins, ces taxi Banat sont un vrai succès commercial.

Depuis, la formule essaime partout dans le monde arabe. Au Koweït, les Eve taxis, réservés aux femmes, entre 8 heures du matin et 8 heures du soir, viennent ainsi d’être créés par Bedoor Al-Mutairi, une femme d’affaires très avisée ! Et même dans les Territoires palestiniens, à Hébron précisément, des voitures roses devraient être désormais accessibles aux seules femmes.

Malheureusement pour elles, les Saoudiennes ne vont pas pouvoir profiter de cette innovation. En effet, il va de soi que les taxis roses réservés aux femmes ne sauraient être conduits par un homme ! Et comme ceux-ci sont les seuls à avoir le droit de conduire dans le Royaume…

Heureusement, les autorités locales se sont penchées sur une question qui devient un vrai problème de société. En effet, de plus en plus de Saoudiennes vivant seules, par choix ou à cause de la forte augmentation du nombre des divorces (ce que l’on peut interpréter comme le signe de la « modernisation » d’une société où les droits de l’individu l’emportent davantage sur ceux du groupe), elles sont de plus en plus amenées à travailler, et donc à se déplacer. Si ce n’est que, faute de transports publics adaptés à la règle de la séparation des sexes, elles dépensent de véritables fortunes en taxis (35 % de leurs revenus selon une étude (article en arabe dans Elaph). Du coup, on pense à la création de bus réservés aux femmes, un peu comme pour les banlieusardes parisiennes dont se soucie M. Bertrand.

Avec la mondialisation, et les modifications qu’elle entraîne dans les façons de vivre, Riyadh et Paris sont donc plus proches qu’il n’y paraît !

Promesses trahies : clip et politique en Irak

Alors que des résultats préliminaires, une semaine après les élections irakiennes, commencent à filtrer, les débats les plus passionnés portent aujourd’hui moins sur les votes que sur le dernier clip de la chanteuse Shadha Hassoun (شذى حسون).

Née d’un père irakien, Shadha Hassoun a surtout connu le Maroc où elle a passé la plus grande partie de son existence jusqu’à ce qu’elle participe, en 2007, à la quatrième édition de la Star Academy (voir ce billet). Après sa victoire à cette émission phare de la chaîne libanaise LBC, elle est devenue du jour au lendemain le symbole d’un renouveau national, renouveau conforté quelque mois plus tard par la victoire inattendue de l’équipe irakienne lors de l’Asian Cup de football. En dépit des conditions de sécurité précaires que continue à connaître le pays, la jeune chanteuse a été l’été dernier la première grande vedette arabe à retourner à Bagdad depuis 2003, à l’occasion de deux concerts au profit des enfants irakiens.

S’il y a débat aujourd’hui, c’est que le clip qu’elle a tourné pour son nouvel album offre plusieurs lectures possibles : alors que certains y voient un hommage à la résistance irakienne face aux envahisseurs, d’autres y lisent une manifestation de plus de la déchéance arabe.

Pour ce qui est de son titre, l’objet du litige affiche une authenticité sans faille. La chanson s’appelle en arabe Wu’ûd ‘Urqûb (وعود عرقوب), du nom d’un personnage légendaire passé en proverbe pour ses promesses fallacieuses. Dans le registre hyperclassique des chansons sentimentales, une femme se plaint de son amant. Ses belles promesses l’ont longtemps fait fondre, mais, désormais, c’est bien fini, elle a compris !

Pas de quoi lancer un débat, sans doute, sauf si l’on confie le tournage du clip à un artiste tel que Yahya Saadé (يحيا سعادة), un Libanais bien connu dans la profession, très florissante et lucrative, des réalisateurs pour les chaînes arabes spécialisées dans les clips de chanson. Mais Saadé n’est pas un réalisateur comme les autres. Il aime dérouter le spectateur par des images esthétiquement très complexes, porteuses de messages quasi subliminaux qu’illustrent le plus souvent des personnages de femmes, en apparence au moins aussi belles que rebelles !

Pour le clip de Shadha Hassoun, c’est lui qui a eu apparemment l’idée du scénario : celui dont se plaint la belle devenue enfin lucide, cet amant beau parleur, c’est un blond soldat étranger. Dans une rue de Bagdad avance, volontaire et assurée, une femme, refaite et qui plus est quasi-pixellisée tellement l’image est travaillée. Elle remonte un flot de personnes que l’on devine réfugiées, s’approche d’un homme sur lequel elle referme solidement une lourde grille qu’elle cadenasse soigneusement. La scène se poursuit, avec un non-réalisme totalement assumé, sur une sorte de lit militaire, l’occasion pour la femme d’asséner, à travers une gestuelle manifestement érotique, ses griefs tandis qu’un écran de télé, sur le côté, diffuse des images de combats et de destructions. Pour finir, la caméra s’écarte progressivement et nous fait découvrir la chanteuse, jambes nues, à l’arrière d’un camion militaire qui s’éloigne, tandis que l’image fait apparaître le visage d’un enfant en pleurs derrière des barbelés.

Pour les réalisateurs et les producteurs du clip, fort probablement, aucune ambiguïté. Comme s’en explique la chanteuse (en arabe, dans les commentaires qui accompagnent le clip et sans doute sous la pression du scandale), le scénario doit se lire comme une allusion à la situation irakienne, et comme une dénonciation de l’appétit des grandes puissances qui viennent chargées de belles promesses – démocratie, justice, indépendance… – qui ne se réalisent jamais. D’ailleurs, un œil exercé distingue tout à la fin du clip, vraiment aux dernières images du générique, une route jonchée de chaussures, hommage sans équivoque au courage de Muntazer al-Zaidi, l’homme qui a osé lancer ses chaussures à la tête d’un président américain. (Détail ci-contre pour vous aider à les repérer si vous visionnez le clip : on peut vraiment passer à côté !)

Malheureusement, une bonne partie du public populaire, supposément consommateur de ce type de produit, semble être passé assez largement à côté des subtilités de cette esthétique postmoderne. Et au lieu d’un message subliminal porté par les images décalées du clip, c’est une lecture au premier degré qui a été faite, celle de la traînée collabo dont la bassesse va jusqu’à coucher avec l’envahisseur qui opprime les siens ! Pour ne rien dire du mauvais goût d’un clip qui mêle les souffrances de l’amour à celles, bien réelles, de la guerre en Irak.

Illustration de la rupture – du choc si l’on veut – entre différentes “cultures” arabes appartenant à des couches sociales plus ou moins intégrées à la grammaire mondialisée. Illustration également du fossé qui sépare ceux qui maîtrisent les codes de cette mondialisation et qui s’en délectent, et ceux qui n’y ont pas accès et qui les vivent comme une suite ininterrompues d’agressions humiliantes.

En complément, quelques documents : (en arabe) les paroles de la chanson et les explications de la chanteuse sur son clip ; un autre clip de Yahya Saadé, politiquement parfaitement correct mais tout aussi débridé esthétiquement ! un article dans Elaph sur la question, et un autre dans Al-Akhbar, qui développe une curieuse thèse sur une sorte de complot de l’industrie audiovisuelle saoudienne !

Le Royaume et la “république des lettres” arabes

riyadh

Trop peu de titres, pour un public dont les pratiques vont d’autres formes culturelles : l’édition arabe “de qualité” souffre… Même à l’heure d’internet, la région doit faire avec l’absence d’un véritable réseau régional capable d’assurer la distribution du livre auprès de ses lecteurs potentiels, par ailleurs souvent privés des titres qui les intéressent vraiment par une multitude de censures nationales toutes plus frileuses les unes que les autres…

Plutôt que de chercher des solutions concrètes à ces vrais problèmes, les autorités en charge des politiques culturelles dans les différents pays ont fait le choix de multiplier les prestigieuses récompenses littéraires (voir ces deux billets : 1 et 2), qui présentent le double avantage de les mettre en valeur tout en leur assurant la docilité des auteurs qui – sauf exception notable (voir ce billet) – se plient bon gré malgré aux “règles de l’art” qui régissent la république des lettres locale.

C’est bien souvent “clés en main” que sont achetés ces prix littéraires pour lesquels on fait appel, pour ce qui est de leur organisation au moins, à des compétences étrangères, à l’image du “Booker arabe”, de son vrai nom International Prize for Arabic Fiction, une “déclinaison” arabe (il y en a également une russe, et une africaine) d’un prix littéraire fondé en Grande-Bretagne en 1968.

Avec son inévitable lot de calculs, de polémiques et de rancœurs, la troisième édition du Booker arabe s’est soldée par une petite révolution puisque, pour la première fois dans le cadre d’une compétition interarabe de cette importance, c’est un auteur de la Péninsule qui a été couronné. Le lauréat est saoudien, un pays où le roman est certes apparu, historiquement parlant, dès 1930 (Les Jumeaux التوءمان de Abdel-Qouddous al-Ansari عبد القدوس الأنصاري) mais où l’écriture de fiction n’a vraiment débuté qu’à partir des années 1960, pour connaître un essor fulgurant depuis une bonne décennie, notamment sous l’impulsion de jeunes romancières “scandaleuses” (voir ces trois billets 1 2 et 3).

Révolution en effet car elle marque, selon nombre de commentaires de la presse, un nouvel épisode dans la lutte entre le “centre” et la “périphérie”. Depuis la nahda (renaissance) et la modernisation du monde arabe au XIXe, le centre ne saurait se situer nulle part ailleurs qu’en Egypte, la oum al-dounya cette matrone régionale dont le règne sur la république des lettres arabe s’est prolongé durant tout le XXe siècle, même durant le boycott (مقاطعة) qui a suivi la signature des accords de Camp David par Sadate. Dans cette “république des lettres” gouvernée par le centre, on est fatalement périphérique, à quelques exceptions près, pour peu qu’on soit originaire des marges  – les pays du Maghreb, le Soudan, le Yémen… – ou même d’une zone moins périphérique telle que la Syrie, le Liban, la Palestine ou encore l’Irak.

KhalTout littéraire qu’il soit, le Booker arabe, patronné par les Emirats, comporte aussi une dose de politique. Dès lors que les deux premières éditions avaient consacré des auteurs égyptiens (Baha Taher بهاء طاهر et Youssef Zaidan يوسف زيدان), il était à prévoir que le choix, parmi la short-list des six auteurs retenus, se porterait sur une autre nationalité (bonne présentation dans cet article d’Al-Hayat pour les arabophones). Délaissant les candidats libanais, jordanien et palestinien, le jury (réduit à quatre membres dont deux étaient originaires du Golfe en plus de la Tunisienne Raja Ben Slama et du Français Frédéric Lagrange) a donc fait le choix de la périphérie en retenant Abduh Khal (عبده خال).

Né en 1962 dans un petit village du sud du royaume saoudien et auteur d’une douzaine de romans, cet ancien enseignant d’arabe est aujourd’hui éditorialiste au quotidien Okaz (عكاظ), réputé pour être un organe “libéral”. Les lecteurs français (et pas mal d’autres) vont devoir attendre un peu pour découvrir une œuvre entamé en 1991 avec La mort passe par là (الموت يمر من هنا). Mais dans la presse spécialisée arabe, les avis sont plutôt favorables sans être enthousiastes, en raison d’une écriture qui n’est pas jugée sans faiblesses alors qu’on reconnaît à l’auteur davantage de talent dans le choix de thèmes qui explorent les aspects les plus sombres de la société saoudienne.

Ainsi, le roman retenu par le jury du Booker propose une critique sévère des dérives du pouvoir à travers l’histoire de Tareq, qui quitte “l’enfer”, son quartier déshérité à Jeddah, pour se mettre au service des fantaisies les plus cruelles de son maître, bien à l’abri dans son palais. Quelque peu énigmatique pour celui qui ne connaît pas son Coran par cœur, le titre (Lançant des étincelles…) est une partie d’un verset (77:32) qui décrit l’enfer “lançant des étincelles grosses comme un palais”.

Romancier de la périphérie, décrivant les marges sombres du Royaume, Abduh Khal n’est pas absolument en odeur de sainteté dans son pays, surtout auprès des courants conservateurs religieux exaspérés par ceux qui “décrivent leur société sous ses aspects les plus outranciers et les plus ignobles, qui peignent le monde du sexe et de l’homosexualité et qui s’attachent à toutes les saletés et à toutes les ordures qu’on peut y trouver”.

On s’explique mieux la réaction de ce religieux saoudien (cité dans cet article en arabe) si l’on sait que le précédent roman d’Abduh Khal, Dépravation (Fusûq, 2006), relate les amours impossibles entre une jeune femme en rupture de foyer familial et un ancien jihadiste en Afghanistan qui finit par assouvir sa passion en déterrant le cadavre de l’aimée qu’il conserve au frigo !!!

fusûqAnnoncé juste au moment où s’ouvrait la foire du livre de Riyadh, la prestigieuse récompense accordée à un romancier local a donc servi de prétexte à une nouvelle empoignade entre “conservateurs” et “libéraux”. Alors que certaines sources affirmaient que le roman primé avait été retiré, les responsables ont énergiquement démenti et, depuis, le livre d’Abduh Khal caracole en tête des ventes (voir cet article en arabe dans Ukaz).

De quoi donner raison à Abduh Khal lorsqu’il explique, dans ce court entretien (en arabe) publié par Al-Quds al-‘arabi, que ce prix couronne en réalité la production romanesque de toute une région du monde arabe trop longtemps négligée par la critique. Et qu’il espère qu’il contribuera à faire évoluer le point de vue de la censure locale, pour que les œuvres des écrivains saoudiens puissent circuler librement dans leur propre pays.

En somme, pour que les écrivains ne soient plus tenus en marge du “royaume des lettres arabes” !

Illustration (Ukaz) : à la foire du livre de Riyadh, le stand des éditions Manshurat al-Jamal, une maison fondée par des réfugiés irakiens à Cologne aujourd’hui présente à Beyrouth.

Patrie et patrimoine : des sites “repris” par Israël

“La police israélienne a pénétré dimanche dans le complexe abritant la mosquée Al Aksa, à Jérusalem, à la suite du jet, par des Palestiniens, de pierres sur des touristes visitant le site, ont rapporté des témoins”, nous raconte Reuters ce lundi, dépêche reprise par une bonne partie de la presse.

Il faut bien chercher pour obtenir d’autres récits. Celui d’Al-Arabiya (en anglais) par exemple qui ajoute que les “touristes” en question ont été perçus, par les fidèles musulmans présents sur les lieux, comme des extrémistes juifs.

Pourquoi ces jets de pierre et cette éventuelle méprise ? Dans la presse arabe (Al-Quds al-arabi, en arabe), on a une explication, selon laquelle des groupes religieux juifs extrémistes estiment qu’ils ont le droit, lors de la fête de Pourim (marquée notamment par une sorte de carnaval), de pratiquer leurs rites sur l’Esplanade des mosquées. Ce serait donc pour empêcher cette provocation que des Palestiniens auraient, selon certains récits, refusé de quitter les lieux lors de la fermeture, puis “attaqué” les “touristes”. Au passage une vingtaine de blessés (côté palestinien bien entendu !) et des arrestations.

De ces deux versions, une seule aura été diffusée massivement : au moins cela évite de se demander laquelle est la bonne ! Plus important, l’absence d’un minimum de contexte.

Il y a tout de même un certain nombre d’articles pour mentionner que ces échauffourées à Jérusalem font suite aux tensions de ces derniers jours à Hébron. A l’origine des protestations des quelque 160 000 Palestiniens qui habitent la ville (pour 600 colons installés dans le centre ville, et 6 500 dans la colonie de Kyriat Arba à proximité), la décision du gouvernement israélien d’inscrire “pour restauration” à liste du patrimoine israélien la mosquée Ibrahimi, plus connue sous nos latitudes comme le “caveau des patriarches”. (Au passage, on note que dans la phraséologie sioniste – mais c’est peut-être une mauvaise traduction ? – on parle de site “repris” dans le plan du patrimoine, en français dans le texte, ce qui est assez éclairant).

Aux lecteurs distraits, on rappelle que Hébron figure dans ce qui reste de territoire palestinien théoriquement sous contrôle de l'”Autorité” en charge des Territoires… Tout comme la ville de Bethléem, pourtant déjà hermétiquement close par un “mur de séparation”, mais qui a la malchance supplémentaire d’abriter la mosquée Bilal Ibn Rabah… Ou plutôt “la Tombe de Rachel’, puisqu’elle figure désormais sous ce nom, depuis la toute récente décision du gouvernement israélien, au patrimoine juif “éternel et réunifié” pour reprendre la formule consacrée.

Pour rappeler le contexte immédiat, on peut encore utilement ajouter qu’Israël vient d’annoncer (dans l’indifférence lasse de la communauté internationale) la création de 600 unités d’habitation à Jérusalem. Et puis encore que l’annonce de cette “judaïsation” du patrimoine musulman palestinien a été faite alors que les Territoires occupés autonomes palestiniens sont bouclés par l’armée israélienne, pour éviter des incidents entre indigènes et colons juifs célébrant les fêtes de Pourim (sur cette photo prise à Hébron il y a quelques jours, certains ont eu l’idée plaisante de se déguiser en arabes : voyez l’homme en tarbouche).

Délicate – et très peu notée – attention des autorités qui veillent à leur façon sur le patrimoine local (cet article du Monde précise que les lieux n’ont pas le moins du monde besoin d’être restaurés) : cette “judaïsation” intervient quasiment jour pour jour au 15e anniversaire du massacre perpétré par Baruch Goldstein, précisément dans la mosquée qui fait désormais partie du patrimoine israélien. Fin février 1994, ce colon dit “ultra-orthodoxe” y avait massacré une petite trentaine de fidèles qui se trouvaient à l’intérieur d’un édifice qu’il considérait, lui, comme exclusivement juif (en principe, le lieu, surveillé par les Israéliens, est partagé entre les deux religions comme on le voit sur cette photo).

Aucune provocation des autorités israéliennes, bien entendu, et juste quelques protestations polies des organismes internationaux. Il est vrai qu’une petite mosquée à Hébron ne mérite pas de tels honneurs alors que l’Unesco, l’autorité des Nations unies en la matière faut-il le rappeler, n’arrive pas à faire respecter ses injonctions concernant la préservation de Jérusalem, et cela depuis des années ! (Rappelons que la prise de la partie orientale de la ville par l’armée israélienne en 1967 a été suivie, quatre jours plus tard, par la destruction du quartier “des Maghrébins”, un site historique au pied d Mur de lamentations, qui  ne devait pas être assez juif pour mériter d’être préservé…

Et si Jérusalem ne suffisait pas, on pourrait aussi évoquer les destructions de la vieille ville de Naplouse bombardée en 2002 (voir cet article dans le Journal des arts). Ou encore, rappeler que la construction du “mur de séparation” a entraîné, selon le journaliste palestinien Ihab al-Hadhri (أيهاب الحضري), la destruction de dix sites historiques, et la perte (pour les Palestiniens) de 70 autres qui se trouvent du “mauvais” côté du mur !

Apparemment, personne n’ignore dans la “terre trois fois sainte”  que, dans “patrimoine”…
.. il y a aussi “patrie” !

Illustration en haut : photo par David Silverman. Colons célébrant Purim à Hébron en 2005.