Le “Mahfouz de la télé” et la fin du “grand homme de lettres”

Un des plus célèbres “écrivains” arabes vient de disparaître, mais son nom est à peine connu. Osama Anwar Okasha (أسامة أنور عكاشة), auteur, entre autres immenses succès, des Nuits de Hilmiya, vient en effet de s’éteindre, au Caire, à l’âge de 69 ans.

Après avoir publié quelques textes (romans, nouvelles, des pièces de théâtre…) passés largement inaperçus, Okasha a connu la gloire en tant que scénariste de feuilletons, une “profession” qui ne lui a sans doute pas donné la légitimité artistique. Elle aura tout de même fait de lui une étoile de la scène culturelle, gagnant très honnêtement sa vie. (Aujourd’hui, les meilleurs scénarios, ceux du Syrien Fouad Hamira (فؤاد حميرة) par exemple, se négocient aux alentours de 70 000 dollars, un chiffre à faire rêver bien des romanciers : voir cet article en arabe).

La véritable carrière d’Okasha avait débuté avec l’l’ouverture économique des années Sadate dans une Egypte qui s’offrait de plus en plus à la consommation de masse, attisée par les dollars d’un “pétro-islam” puritain d’inspiration wahhabite. Au début des années 1980, alors que la télévision faisait désormais partie des rites familiaux, les studios cairotes réinventèrent totalement l’art du feuilleton en s’inspirant des recettes américaines diffusées à cette époque, le soap opera façon Dallas ou Falcon Crest.

Commencé en 1983 avec Al-shahd wal-dumû’ (الشهد والدموع : Miel et larmes), l’âge d’or du feuilleton égyptien culmine avec Layâli al-hilmiyya (ليالي الحلمية : Les nuits de Hilmiyya, du nom d’un quartier du Caire). Créés entre 1987 et 1991, ses quelque 150 épisodes ont été rediffusés par la plupart des télévisions de la région et c’est en fait toute une génération qui dont l’imaginaire social et politique a été modelé par le savoir-faire d’Okasha, souvent associé à Mohamed Fadel (le réalisateur de Nasser 56, déjà mentionné, dans un précédent billet).

C’est avec ces feuilletons qu’Okasha a gagné son surnom de “Mahfouz de la télévision”. Et il est vrai qu’on trouve plus d’un point commun entre les deux auteurs : chez l’un comme chez l’autre, l’abondante production naît d’un même goût de l’analyse sociale sur fond de saga familiale. Si ce n’est que le scénariste est l’exemple même de ces “scribes” qui, pour reprendre le titre du livre de Richard Jacquemond, ne furent jamais, aux yeux des gardiens de la “république des lettres” des écrivains à part entière, malgré (ou peut-être à cause de) leur immense succès.

Le succès, de toute manière, avait fini par s’éloigner peu à peu. Saluée par de nombreux prix, Al-Masrawiyya (المصراوية : La cairote/ l’égyptianité) aura été diffusée par la télévision égyptienne durant ramadan 2007, mais cela était de moins en moins souvent le cas pour ce scénariste qui s’obstinait à être exigeant sur la qualité, et qui préférait travailler avec de bons acteurs plutôt qu’avec des stars capables d’attirer les spots publicitaires. Faute de faire suffisamment recette, Okasha était un peu devenu l’homme du feuilleton “de qualité” doucement poussé vers les créneaux horaires les moins prisés.

Fidèle à son habitus – pour utiliser les termes de Bourdieu – “d’intellectuel éclairé” (مثقف تنويري), Osama Anwar Okasha pouvait se permettre de traiter ‘Amr Ibn al-‘As (un “compagnon” du Prophète, conquérant de l’Egypte au VIIe s.) de “plus vile personnalité de l’islam” (أحقر شخصية في الإسلام) et de dénoncer, à propos des actrices prenant le voile, “une campagne parfaitement organisée des riches milieux salafistes” (حملة منظمة ومرتبة جيدا من دوائر سلفية ثرية : article en arabe sur le site d’Al-Arabiya). Mais il était pareillement capable d’exploser de colère en constatant que Nancy Ajram (voir ce billet), icône de la pop culture arabe et support de pub pour Coca-Cola, faisait désormais partie des dix personnalités les plus influentes du monde arabe.

Arrivé sur le devant de la scène grâce à l’ouverture économique et à l’afflux de pétrodollars dans l’univers de la production culturelle, Osama Anwar Okasha était bien un “Mahfouz à la télévision”, le représentant d’une époque, celle du “grand homme de lettres”, en train de disparaître. Porté sur le devant de la scène par le développement d’une culture de masse, ce nostalgique des années Nasser et de l’arabisme aura en fait contribué, sans en avoir sans doute totalement conscience, à enterrer une certaine image de l’intellectuel sous l’avalanche d’une culture hybride globalisée à l’image des soap opera à l’américaine qu’il avait, en en fin de compte, favorisée en l’adaptant au goût local.

Un peu de nostalgie pour ceux qui ont connu cette époque et qui connaissent par coeur le générique des Nuits de Hilmiya…

Sex and the City2 (suite)

Dans son blog, que je recommande chaudement, Ted Swedenburg évoque à son tour la sortie de Sex and the City 2, en se demandant notamment si le film confortera ou non le statut des villes de Emirats (Dubaï, Abu Dhabi), en tant que versions améliorées de Las Vegas et symboles de la mondialisation moyen-orientales. Il s’appuie en particulier sur les analyses de Waleed Hazbun, dans un livre qui a l’air bien intéressant (en tout cas il porte sur un sujet peu traité) : Beaches, Ruins, Resorts: The Politics of Tourism in the Arab World (Minneapolis: University of Minnesota Press, 2008). Quelqu’un l’a lu ?

Sex and the (Arab) City (2) : Abu Dhabi fait son cinéma

Quelques jours encore et la saison estivale du cinéma américain sera ouverte avec en particulier la sortie de Sex and the City 2. Un second opus ne pouvait manquer de voir le jour puisque le premier, tourné à partir du célèbre feuilleton et sorti il y a deux ans, avait fait grimper les compteurs des recettes largement au-delà des 400 millions de dollars.

La surprise, c’est qu’une partie de l’intrigue se déroule à Abu Dhabi, “one of the most luxurious, exotic and vivid places on earth, where the party never ends and there’s something mysterious around every corner” selon les promoteurs du film, qui expliquent également qu’ils ont mené de longues recherches pour trouver un endroit où l’étalage d’un luxe insolent ne soit pas associé à des réalités politiques ou financières trop choquantes !

Un point de vue qui n’a pas convaincu une partie de la presse qui, à l’image de ce journaliste du Guardian, trouve largement à redire pour ce qui est des droits de la femme, et de ceux des travailleurs étrangers, dans les Emirats.

Tout en se félicitant de cette publicité qui pourrait doper le tourisme des fans venus du monde entier sur les traces du quatuor de célibataires délurées (des recettes autour d’une bonne centaine de millions de dollars selon le réalisateur du film), les autorités d’Abu Dhabi font tout leur possible pour se dédouaner d’un film dont le titre pourrait donner à penser que la ville du stupre en question n’est pas New York mais la capitale des Emirats !

Après avoir cru à la bonne affaire, en doublant sa rivale Dubaï (voir ce billet : “les Emirats, nouvelle Mecque de l’art contemporain”)  un moment pressentie comme cadre du séjour de rêve gagné, selon le scénario du film, par une des quatre amies new-yorkaises, Abu Dhabi a “rétropédalé” aussi énergiquement que possible en refusant que le tournage se fasse sur son territoire pour ne pas heurter la sensibilité de son tissu social multiculturel (“the multicultural fabric of the society and its perceptions”).

Du coup, le tournage a eu lieu au Maroc, à Marrakech où certains habitants (article en arabe dans Hespress) se sont irrités de voir les techniciens étrangers envahir les toits d’un des lieux saints de la ville tandis qu’un bâtiment abritant des toilettes était transformé en simili mosquée pour les besoins du film !

Michael Patrick King, le scénariste et producteur de Sex and the City, croyait pourtant tenir la bonne piste : à contre-courant du climat dépressif de la crise économique, place à l’extravagance de ces super vacances dans une des capitales mondiales du luxe ! Et puis, quelle super idée que d’imaginer ces jeunes Américaines “libérées au-delà de tout ce qu’on peut imaginer” [!] dans un cadre moyen-oriental (“I thought, great and the idea of Samantha Jones, sexually liberated beyond anyone’s expectation going to the Middle East started to make me amused.”)

De fait, selon les récits des critiques qui ont vu le film, les héroïnes, fidèles à leur réputation, ont bien du mal à bien se tenir, et à retenir leurs critiques en découvrant les mœurs locales et en particulier le fait que des femmes portent le voile !  (Et en plus, on ne peut pas s’y embrasser sur la bouche en public !) Quant à la bande-annonce, elle donne le ton de ce dialogue des civilisations à la sauce Hollywood avec un festival d’orientaleries de pacotille, avec colifichets, pantalons bouffants (dits “de harem” dans nombre d’articles) et balade à dos de chameau (voir vers 1’15)…

Faut-il préciser que le cinéma, dans la région, ne se réduit pas au second volet de  Sex and the City ? Côté officiel, les responsables des Emirats, et singulièrement ceux d’Abu Dhabi, ont mis en œuvre, depuis 2007, un énorme plan (de l’ordre du milliard de dollars – article dans Gulf News) pour le développement du 7e art dans leur pays : création d’un festival, qui commence à trouver sa place malgré l’ombre du “grand frère” de Dubaï et ouverture, dès 2008, d’une branche locale de la prestigieuse New York Film Academy, considérée comme la meilleure école de ce type au monde ; énormes investissements, soutenus par la Abu Dhabi’s Heritage and Culture Authority, pour la production de films en partenariat avec les majors américaines, via la société de production Imagenation (lire “image/nation” bien entendu) ; soutien à la jeune création via le programme sanad (confiée à une Française, Marie-Pierre Macia), ou encore lancement de Twofour 54’s (d’après les coordonnées géographiques de l’émirat) pour faire d’Abu Dhabi le centre d’excellence de la région dans le domaine de la production audiovisuelle (“twofour54’s vision is to enable the development of world class Arabic media and entertainment content, by Arabs for Arabs, and to position Abu Dhabi as a regional centre of excellence in content creation across all media platforms including film, broadcast, music, digital media, events, gaming and publishing“).

Les résultats commencent à être au rendez-vous. Comme l’explique cet article (en arabe) dans Al-Akhbar, après une série de courts-métrages – dont Bint Mariam de Sae’ed Salmeen devenu quasiment un “film culte” pour les cinéphiles qui s’intéressent au cinéma arabe – des longs métrages de fiction sont désormais produits aux Emirats, tel le très remarqué Dâr al-hayy de Mustafa Ali. Autant de films qui, de manière plus évidente encore au sein de la nouvelle génération de réalisatrices (article en anglais), ont pour point commun de rompre avec la célébration du passé pour exprimer au contraire les interrogations d’une ville devenue l’incarnation du cosmopolitisme au seuil du troisième millénaire.

Foules intelligentes…

Foules sentimentales intelligentes… On a soif d’idéal ? Que des choses pas commerciales ???

Dans Smart Mobs (c’est aussi un site), Howard Rheingold, à qui l’on doit peut-être l’expression de “communautés virtuelles”, évoque cette “révolution sociale” que pourrait représenter la possibilité pour des groupes importants, dispersés géographiquement et connectés par des technologies simples (comme le Web), de se réunir rapidement et d’agir collectivement.

Voilà bientôt quatre ans que CPA (Culture et politiques arabes) existe sous sa forme actuelle et il est peut-être temps de le faire évoluer. A l’occasion de ThatCamp Paris, une “non conférence” sur les Digital Humanities (à savoir le genre de choses que permettent des outils pour les échanges comme  celui-ci), c’est peut-être l’occasion de faire un test “grandeur nature” d’une évolution possible.

De manière parfaitement intéressée !), j’invite donc ceux qui le souhaitent à me à nous faire part de ce que leur suggère le développement (la naissance ?) du concept moderne de “culture” (thaqâfa) dans le monde arabe, vers le début du XXe siècle (jusqu’au moment où Taha Husayn écrit L’avenir de la culture arabe مستقبل الثقافة العربية par exemple) : d’où vient le mot ? quand surgit-il ? comment s’inscrit-il dans le vocabulaire arabe et s’installe-t-il dans le paysage social arabe ?

Réflexions, références, citations, suggestions, liens, dans les commentaires en fin de ce billet ou de toute autre façon qui semblera bonne : tout est bienvenu !

Mélange des genres en Arabie saoudite : quand la photo est bonne !

Cette photo (AFP), pas vraiment sublime, n’en est pas moins exceptionnelle. Abondamment diffusée dans la presse, ce portrait du roi Abdallah d’Arabie saoudite – et du prince héritier Sultan Ben Abdel Aziz pour atténuer l’impression qu’aurait pu donner la seule présence du souverain peut-être ? – est une petite révolution. Prise à l’occasion d’un séminaire sur la santé, elle montre les deux responsables saoudiens avec une joyeuse assemblée de leurs concitoyennes sujettes. Manière, pour les autorités saoudiennes, de signifier, sans avoir à le dire explicitement avec des mots qui blessent, que leur point de vue évolue sur la question de la mixité entre les sexes.

Car les mots pour dire ces choses ne sont pas faciles, sachant que la question de la séparation entre les sexes – assez disputée en casuistique musulmane – constitue la pierre de touche du système social érigé en norme par le courant religieux wahhabite vers la fin du XVIIIe siècle et utilisé ensuite par la famille des Al Saoud pour asseoir leur domination politique sur la majeure partie de la Péninsule arabique. Dans le langage courant, on parle souvent en Arabie saoudite de “mélange” (ikhtilât أختلاط, sous entendu, des sexes), un mot qui, comme le souligne cheikh Qardhâwî en personne, n’appartient pas à la tradition religieuse (article en arabe dans Elaph). Le mot “sonne” assez péjorativement en arabe et il faudrait mieux selon le global mufti parler d’association ou de rencontre entre les sexes (liqâ’ – muqâbala – mushâraka). La presse présente les choses souvent de manière plus neutre avec l’expression de “séparation des sexes” (fasl al-jinsayn), laquelle est prônée par les Wahhabites pour éviter l’abomination de la khalwa (خلوة), cet “isolement” (si l’on prend le mot au pied de la lettre) qui signifie en fait, sans que les choses ne soient vraiment dites, le “tête à tête” de deux êtres de sexe différents…

On le sait, les genres ne peuvent se mélanger qu’en vertu (?) de règles très strictes dans le royaume saoudien, et il y a même une police de mœurs dont un des rôles consiste à faire respecter cette loi. (Avec parfois des conséquences assez paradoxales, les teen-agers saoudiens devant ainsi supplier leurs sœurs ou leur mère de les accompagner faire du shopping dans les malls depuis la mise en place d’une règlementation limitant l’accès des jeunes mâles isolés, suite à trop d’incidents car les centres commerciaux étaient devenus de hauts lieux de drague !)

Dans la réalité, voilà des années que tout le monde (ou presque) a compris que les choses ne peuvent plus durer ainsi, sauf qu’il est fort difficile de revenir sur une règle qui, dans la pratique locale de l’islam saoudien, est pratiquement érigée en dogme. Depuis des années, les coups de boutoir contre cette (assez récente) tradition de la séparation des sexes se multiplient, dans des contextes différents, et selon des stratégies multiples où le choc des images sert à ébranler les certitudes, comme on le voit bien dans cette photo du célèbre prince saoudien, et richissime homme d’affaires qu’on ne présente plus, Al-Walid Ibn Talal, se faisant tirer le portrait, il y a tout juste un an, en compagnie de l’équipe féminine de foot de Jeddah (voir ce billet). (Le terrain de foot – on l’a d’ailleurs vu aussi en France – étant apparu comme une nouvelle conquête de la femme saoudienne venue, pas vraiment en masse mais tout de même, encourager son équipe nationale dans un stade rempli de mâles déchaînés : voir cet article en arabe dans Elaph).

Il n’est donc pas étonnant que l’épilogue des temps forts qui ont agité l’Arabie saoudite durant les six derniers mois ait été en définitive annoncé par la photo de la personnalité la plus libérale de la famille royale avec ses footballeuses préférées, et soit aujourd’hui donné grâce à celle qui ouvre ce billet, avec un roi fort bien entouré. Pour mémoire, rappel des principaux épisodes de ces éclats publics :
– Septembre 2009, le jour de la fête nationale, inauguration en grande pompe (tous les dignitaires du Royaume et quelques prix Nobel pour la photo là encore) de la King Abdallah University of Science and Technology (KAUST). On apprend à cette occasion que les femmes, y compris saoudiennes, n’auront plus l’obligation de porter leurs abayas ni de se voiler et qu’elles seront même autorisées à conduire à l’intérieur de ce campus de 36 km².
– Octobre 2009, cheikh Saad al-Shethry (سعد الشثري), membre du Conseil des grands oulémas est, fait rarissime, démis de ses fonctions par décret royal. Lors d’un entretien donné à la chaîne religieuse Al-Majd, ce membre éminent du Comité permanent des recherches et des fatwas avait critiqué cette introduction de la mixité dans la toute nouvelle université. Plus fondamentalement, le religieux luttait sans doute, avec certains de ses semblables, pour garder la main sur les programmes, via le maintien de comités de contrôle …
– Décembre 2009, Ahmed ben Qassem Al-Ghamidi (أحمد بن قاسم الغامدي), responsable, dans la très sainte ville de La Mekke, de la police des mœurs, suscite une véritable commotion dans la société saoudienne en affirmant que la mixité est un fait naturel et que ceux qui s’insurgent contre elle, alors que la sharia est muette sur la question, l’autorisent en fait au sein de leurs propres maisons, remplies d’employées qui y travaillent en présence de nombreux hommes étrangers ! (article en arabe sur Islam-Online avec traduction du passage le plus “saignant” dans Courrier international. Pareille déclaration, bien dans l’air du temps quoi qu’on en dise, n’est pas sans poser problème : que faire de tous ceux qui ont été emprisonnés, jugés, condamnés, pour un délit qui n’en serait plus un ?!!! Il y a eu sans doute un peu d’improvisation de la part d’un fonctionnaire zélé, pressé d’aller là où souffle le vent et on ne sait pas bien aujourd’hui s’il a été révoqué, maintenu en poste (aux dernières nouvelles, il valait mieux ne rien dire, selon cet article du Middle-East Online).
– Février 2010 enfin (mais la saga connaîtra certainement d’autres rebondissements), les milieux conservateurs contre-attaquent à travers la personne d’un religieux bien connu pour ses positions extrémistes. Cheikh Abdul-Rahman al-Barrak (عبدالرحمن البراك) utilise le registre classique de la fatwa (simple avis qui n’a pas valeur contraignante, rappelons-le) pour expliquer que la mixité au travail ou dans le cadre scolaire “prônée par les modernistes” est strictement proscrite car elle permet “de voir ce qui est interdit et autorise les hommes et les femmes à se parler, ce qui est interdit”. “Quiconque permet cette mixité (…) autorise des choses interdites est un infidèle, ce qui constitue une apostasie (…) Soit il se rétracte, soit il doit mourir (…) car il désavoue et n’observe pas la charia”. (Traduction récupérée ici ; texte arabe sur le site d’Al-Arabiya, avec un résumé en anglais).
Tollé dans la presse (toujours fort proche des milieux au pouvoir) ; coup d’éclat de la sympathique candidate saoudienne arrivée en demi-finale de la célébrissime émission Le poète du million, qui “se fait” les vieux cheikhs et se taille un beau succès dans les médias arabes et internationaux en dénonçant dans une belle improvisation lyrique et devant des dizaines de millions de téléspectateurs le chaos des fatwas ; fermeture début mars pour la forme du site du cheikh excessif (il fonctionne pourtant – le site ! – vous pouvez le vérifier !)

Malgré tout cela, “la messe est dite” oserait-on affirmer et la photo du roi en aimable compagnie est là pour nous dire que ce n’est qu’un épisode de plus dans une série de péripéties qui mènent inexorablement à la modernisation de l’Arabie saoudite, et à l’abandon, plus ou moins explicite/hypocrite, des contraintes, longtemps acceptées par les alliés occidentaux du Royaume et désormais de moins en moins supportées, à commencer par les couches les plus jeunes et les plus éduquées de la population.

Et s’il fallait s’en convaincre, et se souvenir qu’une bonne photo en dit parfois bien plus que de longs discours, on s’est beaucoup amusé en Arabie saoudite et dans le monde arabe de ce photogramme (lien sur le site de la chaîne Al-Arabiya) tiré d’une vidéo tournée il y a quelques jours à l’occasion de la célébration, au Koweït, du “jour de la femme” (comme quoi !) : malgré le cadrage serré, on y voit – regardez bien sur les côtés ! – le très sérieux cheikh Muhammad al-Nujaymi (محمد النجيمي), un des partisans notoires de cheikh Barrak (article en anglais) et de sa fatwa incendiaire contre la mixité. Le pauvre homme est en plein “mélange des genres”, et avec des femmes “en cheveux” s’il vous plaît !!!

Avis aux fidèles ! Dans la série de ce que j’appelle les “billets intermédiaires”, je voudrais bien me livrer, mardi ou mercredi, à une petite expérience. Pensez à ouvrir… (Vous pouvez aussi vous inscrire à un des flux de syndication, à droite de l’adresse ou tout en bas tout en bas de l’écran.

Petits arrangements entre amis ! Annonces…

Guido Fierlbeck a la gentillesse de traduire vers l’allemand les billets de CPA qui lui paraissent mériter cet exercice. A mon tour de lui rendre la politesse en vous envoyant vers son site Arabic Language and Culture, où vous trouverez des textes dans la langue de Goethe, certes, mais aussi en anglais, tel ce billet qui complète notre petite présentation des “mots des homos arabes” et qui explique, en substance, que certains ont déjà commencé à retourner le stigmate de l’infamant shâdh (“pervers” si l’on veut) pour mieux revendiquer leur droit à la différence sexuelle. J’ajoute à l’intention des linguistes et que Arabic Language and Culture tient une chronique régulière de tout ce qui paraît dans ce domaine d’étude.

A Montpellier, un débat sur La liberté de la presse au Maghreb, organisé par le Club de la Presse, l’Association Coup de Soleil et les Amis du Monde Diplomatique. Avec Avec Taoufik Ben Brik, le journaliste et opposant tunisien libéré le 27 avril après six mois de détention; Sihem Bensedrine, directrice de Radio Kalima (radio libre); Ali Lmrabet, ancien directeur de l’hebdomadaire Demain; Mohamed Benichou, ancien Directeur du Matin; Yahia Bounouar, directeur de Radio Kalima Algérie. C’est le lundi 17 mai (19h30, au Club de la presse, 1 place du nombre d’or, 34000, Montpellier).

Et enfin, pas de jour férié pour la recherche ! Avec Mohammed El-Oifi et Tourya Guaaybess, je serai à l’Institut du Monde arabe, à Paris, demain jeudi 13 mai. A partir des Arabes parlent aux Arabes, sorti aux éditions Sindbad il y a tout juste un an, nous parlerons des “médias et des sociétés arabes” (IMA- salle du Haut-Conseil – niveau 9 – 18h30).

Pour ceux qui en voudraient encore, séance de rattrapage (mais sans Tourya Guaaybess) le mardi 18 mai à 20 h à l’Ecole normale supérieure (ENS, salle des Actes, Rue d’Ulm, Paris, 75005). L’association PollEns nous suggère de répondre à la question : Al-Jazeera, un média arabe ? (Pour ma part, j’essaierai d’apporter quelques éléments sur le site internet de la célèbre chaîne qatarie.)

Le printemps de la danse arabe contemporaine” : tentative de panorama (2/2)

Comme annoncé, un tour d’horizon de la danse contemporaine arabe, avec certainement des manques (commentaires bienvenus) tellement la matière est riche. Beaucoup de liens aussi dans ce billet, qui compllètent ce rapide panorama et permettent d’aller chercher sur internet pas mal d’autres choses, sachant que le terme “danse contemporaine” (رقص معاصر) correspond aussi à des expressions comme “danse moderne”, expressive dancing (رقص تعبيري), théâtre du mouvement (مسرح حركي), danse silencieuse (رقص صامت) ou encore danse théâtrale (رقص مسرحي)…

Il est à noter que de nombreux danseurs et danseuses, à l’image du Libanais Walid Aoun ou de la Syrienne Mey Sefan par exemple (voir plus bas), ont reçu d’abord une formation classique avant de découvrir à l’étranger des formes de danse plus modernes. Le “printemps de la danse arabe contemporaine”, c’est donc, bien souvent, l’implantation de ces formes nouvelles de danse dans le monde arabe à partir des années 1990, et leur appropriation, aujourd’hui, par toute une nouvelle génération.

Associée à la musique, à l’image, à la vidéo, la danse contemporaine construit, à une vitesse surprenante, ses réseaux (troupes, écoles, festivals, etc.) dans un espace culturel où l’on ne se s’attendait pas à la voir faire une telle percée. Visiblement, une partie de la jeunesse arabe se retrouve dans ce langage des corps qui, par comparaison avec les productions européennes, se caractérise par un fort engagement politique : une constante de l’art arabe moderne.

Le Caire est peut-être le lieu de naissance de la danse arabe contemporaine, avec la création en 1993 de l’Egyptian Modern Dance Theatre Company ( فرقة الرقص المسرحي الحديث المصرية) confiée à Walid Aouni (portrait dans Al-Ahram Weekly). Membre de la compagnie Maurice Béjart entre 1983 et 1990, ce danseur et chorégraphe libanais continue de monter, depuis cette date, des spectacles inspirés de thématiques politiques (son projet actuel, la vie de la résistante algérienne Djamila Bouhired : article en arabe dans Al-Quds al-‘arabi; ou encore la guerre du Liban : article en arabe dans Al-Mustaqbal).

Premier chorégraphe “institutionnel” arabe, Walid Aouni a dû bien évidemment lutter pour faire accepter cet art du corps (souvent féminin) qu’est la danse dans cette Egypte où certains sont capables de réclamer l’interdiction des très licencieuses Mille et Une Nuits (!). On trouve un écho de ce combat dans Dunia un film de la Libanaise Jocelyne Saab (également réalisatrice  de What’s going on? actuellement présenté à Cannes, où apparaît la danseuse Khouloud Yassine : voir ci-dessous), mais également dans un spectacle présenté il y a quelques années, en hommage au “père” du féminisme égyptien, l’écrivain Qâsim Amîn (Women of Qassem Amin : illustration plus haut).

Un peu à l’image des ballets Caracalla au Liban, le travail de Walid Aouni paraît aujourd’hui un peu “démodé” à côté de ce que produisent la jeune génération égyptienne (article dans La revue d’Egypte, intéressant même si déjà ancien) au sein de laquelle on note en particulier les noms de Adham Hafez, un artiste aux talents multiples fondateur de la compagnie HaRaKa, et de Karima Mansour, la fondatrice de la compagnie Ma’at. Créé en 2008, 2B Continued, un festival organisé par la fondation Studio Emad Eddin est désormais l’événement annuel qui permet de suivre l’actualité de la chorégraphie égyptienne.

Au Liban, Omar Rajeh (عمر راجح), le créateur de Bipod, un festival – désormais régional – de danse contemporaine est également à l’origine de Takwîn, un lieu où il forme, avec l’aide de chorégraphes européens, les jeunes artistes du Proche-Orient (article, en arabe, dans Al-Akhbar). Mais d”autres noms viennent rapidement à l’esprit quand on évoque la danse contemporaine à Beyrouth : celui de Khouloud Yassine (خلود ياسين), qui a récemment monté avec son frère, un percussionniste, Entre temps, un spectacle très remarqué ; ou bien Nancy Naous (نانسي ناعوس), créatrice en 2006 de la compagnie 4120.point.corps (4120 étant la distance, en kilomètres, entre Paris et Beyrouth) ; ou encore Guy Nader (غي نادر), danseur libanais installé, lui, à Barcelone où il a monté notamment Btwin Barcelona Beirut.

Dans la Syrie voisine, l’essor de la danse moderne remonte à la fin des années 1990 avec la troupe Leish (Pourquoi ? ليش) créée par Noura Mrad (entretien en arabe). Depuis la disparition tragique, en 2008, du jeune prodige Lawand Hajo (لاوند هاجو), Mey Sefan (intéressant portrait, en arabe, dans Al-Akhbar) reste la principale animatrice de la danse contemporaine dans son pays. Sur le mode de Takwîn au Liban, elle y a créé en 2009 Tanwîn (Tanween), une plate-forme qui sert de relais au réseau Mesahat et qui a permis, pour la seconde édition du Bipod damascène, de présenter le travail de deux troupes syriennes (Sima, la troupe créée en 2003 par Alaa Kremid (علاء كريمي), et Eyas Mokdad (إياس المقداد), formé, comme la plupart des danseurs locaux, à l’Institut national des arts théâtraux de Damas).

Bien d’autres noms devraient figurer dans ce tableau d’ensemble car c’est dans tous les pays du Moyen-Orient que surgissent de nouveaux talents, y compris dans les lieux les plus inattendus. Ainsi, dans l’Irak de la guerre et de la destruction, a surgi Muhannad Rasheed (مهند رشيد), qui a présenté à Bagdad, en 2004, un spectacle au titre significatif : The Dream (vidéo en suivant ce lien).

Aujourd’hui établi à Amsterdam, Muhannad Rasheed se produit parfois avec Ahmed Khemis (أحمد خميس), un danseur algérien très influencé par le hip-hop (mais il s’est formé en Tunisie où, depuis 1995, les Rencontres chorégraphiques de Carthage – avec Walid Aouni au programme cette année d’ailleurs -, constituent un des temps forts de la saison culturelle). Toutes les formes du street dance sont également présentes dans le travail de la troupe Vent de sable. Fondée en 2004 par le chorégraphe Rayddinne Bouhadja et les danseurs, Raouf Bakkouche, Abdelhak Zeggar, Samir Cheriro, Walid Borni et Hamza Billel représente peut-être le meilleur de ce que l’on pourrait appeler “l’école algérienne” de la danse contemporaine (article sur le bon site Algérie 360).

Au Maroc aussi, la danse contemporaine connaît depuis quelques années un essor étonnant, grâce à des personnalités comme la chorégraphe Bouchra Ouizgen (entretien dans Babelmed). Etroitement associée à la création, en 2006, de On marche !, le festival international de danse contemporaine de Marrakech, Bouchra Ouizgen est notamment la créatrice de Madame Plaza (du nom d’un ancien cabaret de Marrakech), spectacle “hors-norme” qui rend hommage, en leur donnant la scène, à ces femmes libres qui interprétaient – jadis ou presque – le Aïta, une forme musicale propre au Maroc.

Pour ceux qui seront allés jusqu’au bout de ce très long billet (surtout si vous ouvrez tous les liens !), quelques minutes de Madame Plaza.

Ni prophètes ni anges : “Ajami”, un film sur des étrangers chez eux.

A propos de Ajami, voici la synthèse d’un article paru dans Al-Quds al-‘arabi le 5 mai dernier.


Israélien ou palestinien ? La réponse à la question n’est pas facile quand on voit le film de Scandar Copti et Yaron Shani, mais également quand on observe ce qui se passe ailleurs alors que de nombreux Arabes nomment la Palestine historique “Israël” dans les programmes scolaires ou dans les infos… Jusqu’au film d’Elie Suleiman Le temps qu’il reste, qui a pu être qualifié d’israélien dans plus d’un article de la presse arabe ! Est-ce qu’on ne qualifie pas “d’Arabes israéliens” les Palestiniens qui ont fait le choix de rester chez eux ?
Les questions n’ont cessé de se poser depuis 1948, lorsque “l’Etat israélien” a été créé sur les ruines de la “Palestine”. Etonnamment, alors que les Arabes commencent, au moins dans le vocabulaire, à “israéliser” les Palestiniens, Israël, de son côté, s’obstine à les considérer non pas comme des Israéliens mais seulement comme des “Arabes” dont il serait souhaitable de pouvoir se débarrasser au nom du slogan “plus de terre et moins d’Arabes” !
Pourtant, génération après génération, les Arabes palestiniens restés sur leurs terres ont su se régénérer, recréer une authentique identité arabe palestinienne.
[… Longue liste d’écrivains et d’artistes…]
Palestinien ou israélien ? Israélien ou palestinien ? La question revient sans cesse dans la création palestinienne, et même dans le discours politique. Ajami n’est pas le premier film coréalisé par un Palestinien et un Israélien. Avant lui, il y a eu le célèbre Route 181 en 2005, et encore avant Toi, moi et Jérusalem de Michel Khleifi et Micha Peled en 1995 ainsi que Les femmes des voisins par Buthayna Khoury et XXX en 1992, sans oublier les scénarios écrits par la Palestinienne Soha Arraf pour le réalisateur Eran Riklis (Les citronniers, La fiancée syrienne…) ou encore la participation d’acteurs palestiniens dans des films israéliens… Tel est le contexte dans lequel Ajami doit être replacé, au lieu de le considérer, comme cela a été souvent le cas, purement et simplement, comme un film israélien. Mais qui a fait l’effort de regarder en arrière ? de voir d’où venait Cobti ? Sans doute, on peut analyser une œuvre pour elle-même, en la détachant totalement de son contexte, mais on peut préférer l’analyser en fonction des conditions qui ont permis sa création. Copti est né à Jaffa en 1975. Il vit à Tel-Aviv où il a été l’assistant d’Eran Riklis pour La fiancée syrienne. Il a également collaboré au festival Tribeca de Doha, et n’est donc nullement coupé du milieu palestinien, et plus largement du monde arabe. Vérité, la vidéo qu’il a réalisée avec Rabee Bukhari, nous révèle son attention pour “l’histoire du lieu palestinien”, clé de “la mémoire et de l’oubli” dans la culture palestinienne en général, et dans celle de Jaffa en particulier. De ce point de vue, Ajami fait partie des très nombreux films (Histoire d’une ville au bord de la mer de Ali Nassar, Miroir de la mémoire de Kamal al-Jaafari…) qui retracent l’histoire de villes, détruites ou non, après 1948.
L’histoire des Palestiniens restés chez eux ne saurait être complète sans la venue des Israéliens. Impossible de faire comme si cette étrange association d’un Etat israélien sur une terre palestinienne n’avait pas eu lieu, association dont Michel Khleifi, Elie Suleiman, etc., ont filmé, directement ou indirectement, les conséquences sur les Palestiniens. C’est ainsi que l’occupation rejoint ce qu’il y a de pire chez les Palestiniens, ce qu’ils ont hérité de pire du passé : l’ignorance, l’arriération, les crimes d’honneur, les liens claniques, l’égoïsme, la débrouille individuelle, le clientélisme, la perte des valeurs individuelles et communautaires…. Ajami ne cherche pas à se cacher derrière le conflit israélo-palestinien. Film d’angoisse, parfaitement réalisé et monté, joué par des acteurs appartenant à la vie réelle et non pas venus des studios de cinéma, il plonge dans les tréfonds de la société palestinienne. Mais surtout Ajami est un film qui a l’intelligence de montrer avant tout les Palestiniens qui sont au cœur du récit alors que les Israéliens sont marginaux. Les Palestiniens sont au centre du récit quand les Israéliens ne sont que des fonctionnaires, de l’Etat, de la police, de l’armée.
Ajami se termine sur un cri : Ouvrez les yeux ! Un cri blessé comme pour dire : certes, les Palestiniens ne sont ni des prophètes ni des anges. Certes, leur société souffre de bassesses, d’arriération, d’ignorance. Mais il est vrai aussi que c’est l’existence d’Israël qui rend les choses pires encore, qui les rend plus visibles, qui les fait remonter à la surface. Israël ne vit et ne partage notre existence (tata’âyash) que par nos erreurs et notre impuissance.

Bashar Ibrahim, critique palestinien

Corps politiques : le “printemps de la danse arabe contemporaine” (1/2)

Quel écart entre les représentations qu’on se fait en France et ailleurs du monde arabe et ce qui s’y passe réellement ! Alors qu’on en est encore, ici, à débattre de minarets, de “burqa”, et des menaces que tout cela ferait peser sur notre démocratie, les scènes du monde arabe offrent une autre réalité, plus complexe et, à bien des égards, plus encourageante.

La danse contemporaine, avec toutes les questions qui accompagnent cette forme de pratique artistique, en offre une illustration assez étonnante. Jusque dans les années 1990, seuls Le Caire, Tunis, Beyrouth ou encore Casablanca offraient à une petite élite de rares spectacles, le plus souvent proposés par des compagnies venues de l’étranger. Mais depuis cinq ou six ans, on assiste à un véritable “printemps de la danse arabe contemporaine”, avec des manifestations qui attirent un public de plus en plus nombreux dans des endroits aussi inédits pour cette forme d’art que Damas, Ramallah ou Amman. A tel point que le quotidien saoudien Al-Sharq al-awsat pouvait titrer, dans un article (en arabe) paru en avril 2009, que “la danse moderne a gagné sa bataille arabe”.

Certes, cette année-là encore, le festival organisé à Ramallah a provoqué bien des réactions dans certains milieux conservateurs choqués par cette forme d’art “allogène” (dakhîl) associée pour certains à la débauche (mujûn) et à l’immoralité (khalâ’a). Ironisant sur les propos de Khaled Ellayan (خالد عليان : un des responsables du théâtre Al Kasaba) décrivant la danse comme une forme de résistance, des voix, au sein du Hamas en particulier, avaient entonné le traditionnel couplet sur “ceux qui dansent sur les blessures du peuple palestinien” (article en arabe dans Al-Akhbar) en mettant en œuvre un “agenda occidentalo-sioniste” subventionné par le dollar américain !… Il n’empêche que le public est venu encore plus nombreux qu’à l’habitude à cette 9e édition du Festival de la danse contemporaine, auquel a participé notamment la troupe des arts populaires palestiniens (فرقة الفنون الشعبية الفلسطينية) avec un spectacle, intitulé Lettre à… (رسالة إلى), inspiré du grand dessinateur de presse Naji ‘Ali, assassiné à Londres en 1987 (évoqué dans ce billet).

Au-delà de la situation palestinienne et des rivalités entre le Hamas et le Fatah, le chorégraphe et danseur libanais Omar Rajeh (عمر راجح) reconnaissait bien volontiers les enjeux “politiques” de la danse contemporaine, dont les représentations dans le monde arabe – comme il le souligne, toujours dans cet article du Sharq al-awsat – continuent à faire problème à la différences des pièces de théâtre, aussi critiques et avant-gardistes soient-elles. Pour Omar Rajeh en effet, les “Arabes ont peur de leur corps [car il a] un pouvoir qui dépasse celui des mots”, surtout quand la danse contemporaine n’est pas simple exercice de style, pure exaltation du corps, mais se veut au contraire une forme artistique fondée sur une lecture politique du monde. Ainsi, “L’assassinat d’Omar Rajeh” (اغتيال عمر راجح), le spectacle qu’il a présenté, à Beyrouth notamment en 2009 (voir la vidéo ci-dessous), propose aux spectateurs une réflexion, par le biais de la chorégraphie, sur les assassinats de journalistes qui ont jalonné l’histoire du Liban entre 1915 et 2005 (année de la mort de Samir Kassir et de Gebran Tuéni).

Figure centrale de la danse contemporaine au Proche-Orient, Omar Rajeh mérite bien une place à part dans cette rapide présentation (il y aura un autre billet sur le même thème la semaine prochaine), ne serait-ce que pour le rôle qu’il a joué dans la promotion de cette pratique artistique dans la région. Ancien membre de la troupe Caracalla (du nom de son fondateur, Abdel-Halim Caracalla), il a lui-même créé la troupe Maqamat et initié BIPOD (Beirut International Platform of Dance), un festival de danse contemporaine lancé à Beyrouth en 2004. Année après année, BIPOD – dont l’édition 2010 s’est achevée le 2 mai dernier avec des spectacles mais aussi des ateliers, des stages, des conférences, une exposition photo… – s’affirme (voir par exemple cet article sur le site iloubnan), comme le principal rendez-vous de la danse contemporaine au niveau régional.

En effet, depuis 2007, BIPOD s’est doté d’une dimension régionale à travers le réseau Masahat (مساحات : Landscapes), qui a intégré, en plus du pôle libanais, des acteurs palestinien (Ramallah Contemporary Dance Festival), jordanien (Amman Contemporary Dance Festival) et syrien (Damascus Contemporary Dance Platform). Depuis 2007, les compagnies étrangères invitées arrivent à circuler – c’est un véritable tour de force – entre les quatre Etats concernés en développant ainsi un véritable réseau régional qui permet les rencontres, les échanges, les découvertes dans un espace qui fait renaître les anciennes circulations au sein des bilâd al-sham (la “Grande Syrie” si l’on veut, ou encore l’ancien “Levant”).

Bien entendu, ce n’est possible que grâce à l’intelligente collaboration des services culturels de plusieurs pays européens (Allemagne, Danemark, Norvège, France…), confirmant ainsi dans leurs noirs soupçons tous ceux qu’effraie le spectacle de ces corps sur scène. Il est vrai également qu’une partie des danseurs arabes qui se produisent résident à l’étranger, là où se trouvent les troupes où ils travaillent. Mais le succès que rencontrent les représentations et le nombre croissant de professionnels travaillant de plus en plus dans leur propre pays sur une “perception contemporaine” (et arabe) du corps, montrent à ceux qui veulent bien le voir que le monde arabe ne vit plus au temps des danseuses orientales (bien souvent étrangères d’ailleurs : voir ce précédent billet), cet équivalent, presque aussi exotique dans l’imaginaire occidental, de la femme “en voile intégral”.

Illustrations : affiches de festivals organisés par Masahat à Beyrouth, Amman et Damas