De l’islam “du juste milieu” aux féministes islamiques/istes

A l’occasion de l’inauguration d’une mosquée à Argenteuil, “François Fillon plaide en faveur d’« un islam du juste milieu » respectant les lois et les principes de la République”, peut-on lire sur le portail du gouvernement . Le Premier ministre, dont la pratique religieuse fait débat puisqu’on ne sait plus s’il est “catholique pratiquant” ou non, a consacré une partie de son discours à une mise en garde contre “l’intégrisme religieux”. On est donc obligé de se demander, en toute logique, où se situe ce “juste milieu” évoqué par le chef du gouvernement : d’un côté, bien entendu, il y a l’extrémisme, mais de l’autre ? L’absence de religion ???

Comment les propos du Premier Ministre ont-ils été traduits en arabe ? Dans cette langue, l’« islam du juste milieu » est une notion qui est associée notamment à une des figures religieuses les plus en vue, à savoir Youssef al-Qardâwi (voir ce précédent billet), par ailleurs considéré comme un modéré par les uns, et un dangereux extrémiste par les autres ! Dans le français du XIXe siècle en tout cas, et sans doute encore un peu après, “islam” et “islamisme” ne signifient rien d’autre que “la religion des musulmans”. Mais depuis un certain nombre d’années, sans doute avec la parution de Prophète et Pharaon, les mouvements islamistes dans l’Egypte contemporaine de Gilles Kepel en 1984, on désigne sous ce nom des forces qui luttent pour un changement politique dans le monde arabe, en se réclamant, d’une manière ou d’une autre, de l’islam.

A l’origine, le couple islam/islamisme n’a pas d’équivalent en arabe, et nombre de militants de l’islam politique récusent même par principe la différenciation que le français, à l’image d’autres langues européennes, a introduite. Selon le contexte et les points de vue, l’adjectif islâmî peut donc être traduit par islamique (ou musulman) ou encore islamiste, ce qui n’est plus du tout la même chose (et c’est d’ailleurs un des moyens, pour des personnes mal intentionnées, de faire dire à des textes autre chose que ce qu’ils disent vraiment, en “forçant” la tradition d’un mot aussi important que celui-là).

Pour désigner ce qui relève spécifiquement de ce que l’on appelle en français “l’islamisme”, ou encore l’islam radical, politique, l’extrémisme musulman, l’intégriste wahhabite, le jihad, etc., la langue arabe n’a pas tellement de solutions. Pendant longtemps, on s’est servi de périphrases, du type “l’islam extrémiste”, ou “l’islam politique” (الإسلام المتطرف | السياسي), mais elles sont loin d’être neutres. Depuis quelque temps, on trouve le terme al-islâmiyûn (الإسلاميون), qui ne se confond pas avec les musulmans (al-muslimûn) mais qui ne peut facilement s’utiliser, sans réelle ambigüité, qu’en substantif pluriel. Depuis quelques mois, le site Islam-Online – apparemment toujours en proie à bien des problèmes – s’est ainsi enrichi d’une nouvelle rubrique, islamiyun, défini comme “le portail des confréries soufies et des islamistes”.

Apparemment, les responsables de cette rubrique associent sans problème l’islam piétiste des confréries soufies aux “islamistes”, ce qui est pourtant assez étonnant au regard des catégories politiques utilisées ailleurs. En France par exemple, il y a fort à parier que les pratiques mystiques de l’islam font partie du “juste milieu” évoqué par M. Fillon… Outre le fait qu’il y a toutes sortes d’islam politique, d’islamisme si l’on veut, ce point de vocabulaire met en évidence qu’un accord apparent sur un terme est loin de résoudre toutes les problèmes, au risque même de créer pas mal de malentendus (et plus encore quand on ne veut pas entendre).

La question féminine, si souvent associée aux débats sur l’islam, en France et ailleurs, en offre une autre illustration. Peut-on être musulmane et féministe ? Les réponses sont sans doute partagées. Mais peut-on être islamiste et féministe ? Sous nos latitudes, il est plus que probable que la plupart des personnes sont a priori convaincues que non. Pourtant, ce n’est pas le point de vue que défendrait une des spécialistes les plus respectées pour les questions relatives au monde arabe, Helena Cobban. Auteure de plusieurs ouvrages importants (voir sa fiche sur Wikipedia), cette journaliste américaine tient également un blog , Just World News, où figure, à la date du 24 juin, un billet sur “les femmes du Hamas”.

Elle y évoque une étude, récemment publiée par Khalid Amayreh, un journaliste formé aux USA et aujourd’hui basé en Cisjordanie, pour Conflicts Forum, lequel est une institution créée par Alestair Crooke, un diplomate britannique autrefois conseiller de Javier Solanas et qui a également travaillé pour la “Commission Mitchell” (du nom de sénateur américain, aujourd’hui envoyé spécial d’Obama au Proche-Orient). Khalid Amayreh revient sur une question déjà évoquée par Helena Cobban, dès mars 2006 (Sisterhood of Hamas), à savoir la question des militantes de cette “organisation terroriste” selon les critères de l’administration étasusienne. Il y propose trois entretiens (c’est en anglais, vous pouvez le lire ici) réalisés auprès de trois députées du Hamas (une en Cisjordanie, les deux autres à Gaza, sur six élues en tout lors des élections de 2006).

L’auteur revient naturellement sur le soutien dont bénéficie visiblement le Hamas de la part des femmes de Palestine (lesquelles ont été jusqu’à imposer l’anonymat du vote pour pouvoir exprimer un choix politique qui, dans bien des cas, n’est pas celui de leur mari). Pour Khalid Amayreh, rejoint en cela par Helena Cobban, cet engagement politique exprime clairement la démarche de femmes qui ont décidé de s’écarter du modèle patriarcal traditionnel en s’engageant dans la vie professionnelle, associative… et politique. A rebours des représentations toutes faites sur ces extrémistes musulmanes opprimées par leur religion, c’est bien parce qu’elles sont aujourd’hui davantage éduquées que ces femmes, par ailleurs croyantes, se sentent en mesure aujourd’hui d’affirmer leur place à part entière dans leur société. Paradoxalement, c’est la difficulté même de la situation en Palestine qui fait que le féminisme palestinien, sous la forme qu’incarnent les militantes et les sympathisantes du Hamas, est plus avancé que dans bien d’autres pays de la région.

Difficile à entendre, sans doute, par rapport au déluge de clichés, plus ou moins bien intentionnés, qui circulent sur ce sujet. Ci-dessous, quelques lignes en anglais tirées du texte signalé plus haut.

Mais au fait, ces femmes de Palestine, ce sont des féministes islamiques ou des islamistes féministes ?

Islamist women are often portrayed in the Western media as conservative, anti-modernist, ignorant of their rights who blindly follow their husbands and are oppressed. And while a few examples can be cited which corroborate these stereotypes, it is difficult to apply them to women activists and leaders who are active under the rubric of the Muslim Brotherhood – the mother organization of Hamas.
This stems mainly from the fact that the Brotherhood’s general interpretation of Islam is markedly moderate and more liberal in comparison’s to the Salafi (e.g. Wahabi) interpretation. For example, the Muslim Brotherhood which is the largest and most influential Sunni religious-political movement in the Muslim world places no restrictions on female education, a woman’s freedom to choose her husband, drive a car, or even serve in the army as long as certain disciplines and guarantees are ensured. Such aspects are actually taken for granted by society at large. Moreover, while Palestinian society, like most other Muslim societies, is still essentially dominated by men, women – including Islamist women – are making important inroads toward social equality with men.
It has been women themselves who have discovered that the key to reach this goal is education. This explains why there has been a remarkable and continuous increase in the number of professional women such as doctors, engineers, university professors, and scientists and why there are probably more female college students in West Bank universities and colleges than male students.
It is true that Palestinian Islamist women are not aspiring to emulate or even imitate their western women in many aspects of social behavior. However, it is also true that these Palestinian women are no longer content with their erstwhile traditional status of subservience to their husbands and families. It is also the case that husbands and relatives are now better education to understand that a truly Muslim woman would have to be enlightened and educated.
This is not to say that these women are rebelling or rising against their families and society. What is happening is that society at large, and Islamist movements in particular, are trying to ‘Islamize’ what is generally called modernity but in practice reflects a contemporaneity in a way that does not collide with or contradict Islamic sensibilities. Their motto, which is not confined to occupied Palestine, is that a woman can be modern without having to be westernized, since ‘modernity’ is generally held to be an essential requirement without which society cannot progress, while westernization is a socio-cultural value that often carries with it undesired side effects and different values and beliefs.
In some respects, one can argue that a typical Islamist woman can be even more creative than a typical secular woman. For example, Islamist women in co-operation with the Hamas’ leadership have been able to organize mass weddings in the Gaza Strip for poor couples – a pioneering act that no secular group in Palestine has ever done. Moreover, many of the young widows of fighters killed by Israel have been able to remarry, thanks to generous financial inducements from Hamas.
None the less, while the status of Palestinian Islamist women is more advanced in comparison to the status of women in countries such as Saudi Arabia, it is clear that many struggles remain to be fought in terms of eradicating some of the obstacles impeding women’s liberation. These obstacles have to do with women themselves underestimating their abilities and potentials, as well as with a dismissive attitude on the part of many women – Islamist and others – which can be summarized in the phrase ‘let the men do it’.
The biggest obstacle facing the empowerment of women (and men), however, in the occupied Palestinian territories remains the ongoing Israeli occupation. This is the mother of all problems for the entire Palestinian people, irrespective of gender or ideological orientation.

Appel (du 16 juin) et résistance : le CSA et Al-Aqsa

“Je regarde Al-Aqsa et je vous appelle à en faire autant !” dit le slogan qui accompagne le logo d’Al-Aqsa, une chaîne créée par le Hamas en 2004. Cela ne va pas être facile pour le téléspectateur européen. Le 16 juin, le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel), soutenu par la Commission européenne ou bien à sa demande selon les versions (dépêche Reuters), a en effet appelé l’opérateur satellite européen Eutelsat à retirer de son offre Al-Aqsa, proposée par un diffuseur présent à Bahreïn, Noorsat.

Pour les Européens et les Français, il s’agit de faire appliquer la loi qui interdit explicitement l’incitation à la violence et à la haine, ce qui serait le cas de nombre de programmes d’Al-Aqsa. Parmi ceux qui ont été incriminés, soigneusement “monitorés” par des organismes tels que le MEMRI, figure semble-t-il un dessin animé pour enfants, qui “détourne” le personnage de Mickey pour en faire un héros de la résistance palestinienne (la souris en question finit par mourir sous les coups des forces israéliennes : voir ce billet). La chaîne ayant fait appel (le 18 juin ?), elle aurait bénéficié d’un délai de deux jours selon un article dans Al-Quds al-‘arabi (davantage selon la dépêche Reuters déjà citée).

Ce n’est pas la première fois que le CSA appelle à la fermeture d’Al-Aqsa, et que celle-ci doit faire face à des tentatives pour la faire taire. En janvier 2009 et à l’incitation du Centre Simon Wiesenthal, le CSA avait déjà adressé la même demande. Une demande qui tombait mal, ou à point nommé selon les points de vue, puisque les bâtiments d’Al-Aqsa venaient d’être bombardés par l’aviation israélienne aux premiers jours de son attaque contre la bande de Gaza, ce qui n’avait pas suffi pour stopper ses émissions, poursuivies depuis une unité mobile (que l’aviation israélienne n’arrivait pas à faire taire, tout comme elle n’avait pu le faire avec Al-Manar, la chaîne du Hezbollah, durant la guerre de l’été 2006 – elle aussi interdite par le CSA…).

Peu commentée en France, cette décision a en revanche fait des vagues dans le monde arabe. Alors que certains médias plutôt pro-américains présentaient l’affaire de façon assez neutre (voir cet article en arabe sur Al-Arabiya par exemple), Al-Quds al-‘arabi a publié, le jeudi 17 juin, un éditorial, signé par Abdel-Bari Atouane (عبد الباري عطوان), qui donne le ton d’une partie de l’opinion. Ci-dessous l’essentiel de son argumentaire (c’est une synthèse, et non pas une traduction littérale) pour ceux qui ne peuvent pas profiter de l’original (accessible ici) :

L’interdiction de la chaîne Al-Aqsa à la demande des gouvernements européens et de celui de la France en particulier met en évidence l’influence d’Israël et le caractère fallacieux de leurs belles paroles sur la liberté d’expression. Et ce n’est pas la première fois : il y avait déjà eu [en décembre 2004] l’interdiction de la chaîne du Hezbollah, Al-Manar, et celle de journaux irakiens et arabes lors de la première guerre du Golfe en 1990. Certes, Al-Aqsa n’est pas la BBC, mais elle n’est pas pire que FoxNews. Elle parle au nom d’un gouvernement élu (alors que la France accueille sur son sol des mouvements qui contestent les autorités légitimes du Darfour, tout comme elle l’avait déjà fait dans le cas de l’Irlande et avant cela pour l’Iran au temps de Khomeiny).

Au temps de la France libre, la Résistance n’avait-elle pas des émissions de radio ? On l’accuse de diffuser une émission pour enfants avec un Mickey qui appelle à la résistance : peut-on attendre autre chose d’un pays soumis à un tel blocus depuis quatre ans ? On attendrait plutôt du gouvernement français qu’il interdise les médias de l’Etat qui viole toutes les règles du droit international. Un gouvernement qui fait semblant d’oublier l’utilisation de passeports français par le Mossad lors de l’assassinat d’al-Mabhouh [le cadre du Hamas assassiné à Dubaï en janvier dernier]. Si l’on comprend bien, les victimes devraient accepter les bombes qui déchiquètent leurs enfants et s’abstenir d’appeler à la résistance ?!!!

Une telle absence de compassion pour la population de Gaza peut difficilement se comprendre après tous ces discours dans les médias il y a quelque temps sur les malheureux passagers Européens bloqués dans les aéroports par le nuage de cendre… Pourquoi interdire une station qui n’est pas un danger pour la France puisqu’elle ne s’adresse même pas à ce public étant intégralement en arabe ? Parce qu’elle incite à la violence ? La résistance est donc devenue de l’extrémisme ?!

L’alignement pro-israélien de la France lui fait perdre sa crédibilité dans le monde arabe. Les responsables français feraient mieux de méditer les déclarations du chef du Mossad, ou celle du chef des forces américaines en Afghanistan, le général McChrystal, quand ils parlent d’Israël devenu un fardeau moral et sécuritaire pour l’Occident.

Cette décision à courte-vue ne sert qu’à renforcer Israël dans sa politique d’intimidation brutale.

Guerre des étoiles et “machines à rêves”

Titre de la série de films réalisés par George Lucas, la “guerre des étoiles” (Star Wars), c’est également le nom d’un projet de réseau de satellites anti-missiles lancé par le président Reagan en 1983. Dans le monde arabe, aujourd’hui, c’est le nom que l’on pourrait donner à l’opération de sabotage menée par des mains encore anonymes contre la chaîne Al-Jazeera Sports à l’occasion de la Coupe du monde de football qui vient de débuter en Afrique du Sud.

Vendredi dernier, alors que se déroulait le premier match de la compétition entre l’équipe du pays organisateur et le Mexique, les téléspectateurs arabes ont en effet été privés de football, pendant la majeure partie du match. En dépit de la débauche de moyens investis dans l’opération (350 envoyés sur place pour des images en haute définition et même en 3D, 22 commentateurs en arabe, anglais et même en f’rançais cette année : détails de l’opération dans cet article en arabe), la chaîne qatarie a connu un jour noir en se montrant incapable “d’offrir” au monde arabe les jeux planétaires tellement attendus.

“Offrir” doit nécessairement s’écrire entre guillemets tellement “la fête du foot” est lourde d’enjeux financiers (mais pas seulement, comme on le verra). Ayant récemment racheté – fort cher d’ailleurs – les chaînes sportives du groupe Orbit, Al-Jazeera se trouve désormais en situation de quasi-monopole de diffusion sur la région arabe. D’autant plus, que la vente de droits par la FIFA (Fédération internationale de football association) se fait sur le mode de l’exclusivité. Au moment des enchères, personne, dans la région, n’a pu rivaliser avec l’offre d’Al-Jazeera qui a donc obtenu l’exclusivité des droits pour la retransmission dans l’ensemble de la région (Moyen-Orient et Afrique-du-Nord).

Si la chaîne d’information est gratuite et libre d’accès, les chaînes spécialisées, à commencer par Al-Jazeera Sports, sont payantes. Pour en profiter, il faut donc s’abonner (compter une centaine de dollars). Et comme il n’est pas sans risque de priver tout un peuple de fans de leur sport favori (voir ce précédent billet : Le jour où l’Egypte a frôlé la catastrophe), les solutions de secours se sont multipliées à l’approche du grand événement.

En Syrie par exemple (je ne sais pas comment l’affaire s’est terminée : commentaires bienvenus !), on racontait qu’une puissance financière “privée”, en l’occurrence celle de l’homme d’affaire Rami Makhlouf, le neveu du président, pourrait bien “offrir” à ses concitoyens les droits de retransmission des matchs (article publié dans Al-Quds al-‘arabi à la fin du mois de mai). En Algérie – seul pays arabe qualifié –, les anciens abonnés à la chaîne Orbit ont découvert qu’Al-Jazeera, en dépit des premières promesses, avait modifié les règles du jeu et qu’il leur fallait à nouveau payer pour pouvoir bénéficier des retransmissions. (voir ce billet sur ce blog). De crainte d’affronter un soulèvement populaire, les autorités locales ont donc acheté à Al-Jazeera (14 millions de dollars tout de même : pour le foot, il y a toujours de l’argent !) les droits de retransmission, sur réseau terrestre, pour découvrir que les qataris étaient des négociateurs qui pouvaient manquer de fair-play (article sur le blog d’un journaliste algérien).

Bien qu’ils soient au plus mal avec les Qataris, et singulièrement avec une chaîne qui leur mène la vie dure, les Egyptiens n’ont pas fait exception à la règle. Sous la menace de la frustration populaire, la télévision nationale égyptienne a également racheté, fort cher (22 millions de dollars selon cet article),  les droits de retransmissions – par chaîne terrestre – de 22 matchs. Sauf que les Qataris, cette fois encore, n’ont pas totalement respecté les règles en annonçant, après les accords, qu’ils se donnaient le droit de diffuser en clair et donc gratuitement, certains matchs de leur choix…

Et alors, pourrait-on se demander, où est le problème ? Le problème, il est économique. En effet, qui dit “foot”, dit “public” et dit surtout “publicité” (une hausse de 120%, 60 millions de dollars pour les seuls pays du Golfe selon cet article dans Arabian Business). Et comme l’image est meilleure par satellite, la “gratuité” des matchs sur Al-Jazeera a pour conséquence que les téléspectateurs égyptiens risquent de se brancher sur la chaîne qatarie, et qu’ils seront suivis par une bonne partie des annonceurs, lesquels, selon la théorie des vases communicants, déserteront la télévision égyptienne qui en sera pour ses frais… C’est beau le sport !

C’est donc dans ce climat de saine compétition sportive qu’ont débuté les retransmissions des matchs par Al-Jazeera, marquée par cette très longue et très inexplicable panne qui a privé de leur plaisir des téléspectateurs arabes ayant payé souvent fort cher leur abonnement à Al-Jazeera Sports (ou même seulement le droit d’entrée dans un café ou un hôtel un peu chic accueillant les fans pour l’occasion).

Mais dans la mesure où la panne a eu lieu sur les canaux que loue Al-Jazeera sur le satellite Nilesat (et non pas sur les autres satellites qui peuvent être reçus dans la région : Arabsat, Hotbird ou Noorsat), il n’a pas fallu attendre longtemps pour que les responsables de la chaîne qatarie accusent à demi-mots les Egyptiens d’être à l’origine de ce qui semble bien avoir été non pas une panne technique mais un acte de sabotage. Comme s’est écrié, en direct, un des présentateurs sportifs, l’Algérien Lakhdar Berriche (oui, forcément, alors que l’Algérie est le grand rival de l’Egypte sur le terrain footballistique !!!) “[A Al-Jazeera,] on a voulu faire du mondial une fête sportive mais il y a quelqu’un qui est en train d’y mettre de la politique !”

Depuis, la FIFA a naturellement donné son soutien de principe à un de ses meilleurs clients, le groupe qatari, qui a lui-même commandité une enquête technique. L’affaire est donc loin d’être close, d’autant plus que les responsables d’Al-Jazeera semblent revenir un peu sur leurs accusations à l’encontre de l’Egypte, tout en confirmant qu’ils ont bien été victimes d’un acte de malveillance qui n’a pas pu être le fait de quelques individus mais qui semble relever au contraire d’une piraterie des ondes assez sophistiquée. Qui a voulu attiser les braises de la discorde arabe ?

En attendant, ceux qui se plaignent le moins des problèmes techniques rencontrés par Al-Jazeera, ce sont les milliers d’adeptes d’un autre sport national arabe, la “débrouille”. Face à la hausse des prix rendue possible par le monopole d’Al-Jazeera sur les retransmissions, les “décodeurs”, en vente (bien qu’ils soient en principe souvent interdits) partout dans le monde arabe, restent encore accessibles, pour une petite centaine de dollars. En Egypte (voir cet article en arabe sur le site Middleeast-Online), on leur donne un nom tragiquement significatif :  ce sont des ajhizat al-ahlâm (أجهزة الأحلام), des “machines à rêves”. En deux mots, tout est dit !

L’affaire des présentatrices d’Al-Jazeera : grandes manœuvres dans les médias arabes

Elle, l’hebdomadaire qui lutte inlassablement pour l’émancipation de la femme française – avec cette semaine un important dossier sur le “régime Bikini” –, alertait ses lectrices il y a quelques jours sur le “chaos dans les locaux de la chaîne Al-Jazeera”. Introduit par un très professionnel conditionnel, l’article (non signé) expliquait que ce “chaos” était dû à la démission de cinq présentatrices soumises “à une forte pression au sujet de leurs tenues vestimentaires jugées indécentes et pas assez conservatrices pour la chaîne”.

“Courage, mesdames, face à l’obscurantisme et à la guerre sainte”, pouvait-on lire, sans surprise, dans les commentaires du site (à côté d’autres, il est vrai, plus pertinents). Avec juste un peu de mauvaise foi, “l’affaire des cinq speakerines”, ou bien 4, ou encore 8, revenait tout simplement, par le jeu de quelques interprétations audacieuses, à interroger la capacité de la principale chaîne d’information arabe (présente dans près d’un foyer sur deux) à concilier “sa mission en tant que BBC moyen-orientale” avec “le conservatisme de certaines sociétés où elle est diffusée” (The issue is likely to refocus attention on the difficulties Al-Jazeera faces in trying to reconcile its mission to be the BBC of the Middle East with the conservativism of some of the societies in which it broadcasts : The Telegraph, 31 mai).

Tout n’est pas faux dans l’information mise en ligne sur le site de Elle mais, à l’instar du commentaire du Telegraph, l’éclairage sur une chaîne suspectée d’être devenue la chasse-gardée des “islamistes” et autres “salafistes” (commentaire dans l’algérien Al-Watan par exemple) semble singulièrement biaisé. Pour ce qui est des faits, il est à peu près établi désormais que les problèmes, latents depuis au moins le début de l’année, ont éclaté le 25 mai dernier, lorsqu’un groupe de présentatrices, soutenues par nombre de leurs collègues moins audacieuses, ont présenté, en interne, leur démission collective.

Certes, une bonne partie de la presse internationale (et arabe comme on le verra) a titré sur “le problème d’Al-Jazeera avec les femmes” (comme l’écrit élégamment le Right Wing Liberal, un blog américain qui assume son titre), en utilisant des phrases chocs telles que : conflicts with management on their clothingclothing spat – clothing dispute – quit over ‘modesty’ dress comments – mass resignations [!!!] by Al Jazeera female anchors over dress code – row over ‘clothes and decency’. Pourtant, assez rapidement, et de manière de plus en plus affirmée (article en arabe du 5 juin sur Al-Duwaliya : merci Ben !), les journalistes en question ont fait savoir – en peine perdue ou presque -, d’abord que la question de leur code vestimentaire n’était pas le fond du problème, et même ensuite que ce n’était pas vraiment le problème, tout simplement !

Sur le plan des faits également, il apparaît que certaines démissionnaires ont disparu d’antenne, mais pas toutes (article en arabe dans Al-Hayat). Plus significativement, un rédacteur en chef, Ahmad al-Shaykh (أحمد الشيخ), a été “placardisé”, de même qu’un de ses principaux adjoints, Ayman Gaballah (أيمن جاب الله). L’un comme l’autre, selon cet article d’Al-Quds al-‘arabi (parmi bien d’autres), semblent avoir été sanctionnés pour leur mauvaise gestion de la crise et, en particulier pour le second, à cause d’un autoritarisme plutôt machiste… Une nouvelle réorganisation du desk information est annoncée par Waddhah Khanfar (وضاح خنفر), le directeur de la chaîne, laquelle réfléchit à la mise en place d’une “charte vestimentaire”, à l’instar de CNN ou de la BBC.

Quoi qu’en dise le quotidien Al-Hayat (article en arabe), on est donc probablement assez loin des faits quand on parle, à propos des présentatrices concernées, d’une “protestation contre l’exploitation de leur corps et de leur image” (إحتجاجاً على الإمعان في استلاب أجسادهن وصورتها). En revanche, l’avalanche de commentaires dans la presse s’insère fort bien dans le sempiternel débat, certainement bien intentionné (;-), à propos du droit des femmes (musulmanes bien entendu) à disposer d’elles-mêmes et, incidemment, sur les immenses difficultés des médias arabes, Al-Jazeera en tête, à incarner un journalisme de qualité dans des sociétés “parfois conservatrices”…

Si elle souligne une fois de plus combien le succès d’Al-Jazeera continue de lui valoir un certain nombre d’inimitiés, cette démission collective des icônes médiatiques incarnant un visage de la modernité arabe, et plus encore la manière dont cette crise a été médiocrement gérée, confirme aussi les difficultés de la chaîne qatarie. Alors que la politique médiatique de l’émirat connaît de grosses difficultés avec ce que Nesrine Malik appelle the “Islam-Online debacle” (le site, un des principaux portails arabes en ligne, est en grève depuis plusieurs mois et n’est plus renouvelé depuis quelques jours), la nouvelle grille des programmes, mise en place au début de l’année sur les conseils d’une société américaine, n’est pas, à l’évidence, un grand succès. Depuis, les démissions de journalistes importants se succèdent alors que s’ajoute à la concurrence d’Al-Arabiya une nouvelle menace, celle d’une méga-chaîne d’information que lancerait le groupe Rotana, désormais étroitement associé à Fox News (voir ce précédent billet). En effet, on sait, depuis avril dernier au moins (article en arabe dans Al-Quds al-‘arabi), que l’Arabie saoudite a décidé d’accorder quelques licences pour des chaînes télévisées émettant depuis son territoire, et il semble bien également que le magnat des médias arabes, le prince Waleed ben Talal, est sur les rangs, et qu’il songe à confier la direction de la future “murdochtana” au célèbre journaliste Jamal Khashoggi (جمال خاشقجي), tout récemment “remercié” par le principal quotidien saoudien, Al-Watan, pour des propos un peu trop critiques sur le conservatisme religieux dans son pays.

Quant aux présentatrices démissionnaires d’Al-Jazeera, elles ont fait savoir que leur démission n’avait rien à voir avec ces grandes manœuvres médiatiques et d’éventuelles sollicitations de la part de chaînes concurrentes…

Relais : Dérives et cinéma arabe

Ce billet, mis en ligne par Isabelle Régnier son son blog Film Bazar devrait intéresser les lecteurs de CPA. A l’occasion de la sortie du second numéro de Dérives (une revue+DVD qui a l’air absolument passionnante), elle évoque deux cinéastes du monde arabe : l’Algérien Tariq Téguia (rapidement évoqué dans ce billet et dont il faut absolument voir Inland (Gabbla) si vous en avez l’occasion) et le Libanais Akram Zaatari, également vidéaste et photographe (pour les lecteurs de l’arabe, un article du Safir sur une double exposition, tenue à Beyrouth en septembre dernier).