Pour suivre l’Egypte…


… je vous suggère de lire les chroniques de SN, en le remerciant pour ce qu’il fait et en espérant qu’il y ait toujours moyen de se connecter sur Internet en Egypte… Merci et bon courage là-bas !

http://snony.wordpress.com

(2 février : les chroniques ont repris, grâce au retour – sans doute provisoire – d’internet et forcément avec un décalage dans le temps, mais ça vaut toujours la peine)

25 janvier : le tour des Egyptiens ?

Ils sont environ 80 000 à appeler sur Facebook à manifester dans les rues du Caire pour réclamer la démission du ministre de l’Intérieur, la mise en place d’un salaire minimum, la fin de l’Etat d’urgence et deux mandats maximum au poste de président de la République… Réponse des autorités : promesse d’arrestation pour les éventuels manifestants…

On verra ce soir si “l’effet Tunis” a joué ou non et si les Egyptiens ont fait mieux que les fois précédentes…

Avec ou non des coups de pouce de l’extérieur, la jeunesse arabe (avec les plus vieux qui sont restés jeunes !)  est en marche…

Révolution à Tunis : les leçons des médias

(Encore un “faux billet” puisque cette intervention concerne moins l’actualité arabe, et la chute du régime tunisien, que la manière dont elle est commentée en France….)

Il faudrait pouvoir se réjouir du fait que les médias français – à quelques exceptions près bien entendu mais si peu – ont enfin redécouvert le vrai visage de la Tunisie, après s’en être tenu à l’écart pendant deux bonnes décennies… Tout de même, après toutes ces années d’oubli et d’indifférence, cette débauche de commentaires où l’on chante désormais la maturité du peuple tunisien tout en lui prodiguant de généreux conseils  écœure un peu. Ce n’est pas parce qu’elle semble prendre tardivement la mesure des événements que la voix enfin audible du journalisme hexagonal fera oublier, outre Méditerranée, les propositions de l’ancienne puissance coloniale offrant aux Versaillais du peuple tunisien le savoir-faire de ses propres forces de sécurité  !

On a du mal à croire que tout l’appareil de la diplomatie française ait été victime d’une pareille cécité et on aimerait comprendre les motifs qui ont pu présider au choix d’une telle déclaration, si peu de temps avant la chute du régime… Sans doute, la ministre et ses conseillers étaient loin de mesurer le caractère d’urgence de la situation à la seule lecture de la presse française. Mais ils auraient pu lire la presse anglophone. Dès le 28 décembre par exemple, soit 10 jours après le début des protestations, deux semaines avant les propos de Mme Alliot-Marie et d’autres responsables politiques, un article de Brian Whitaker dans le Guardian prédisait à peu près que la chute du vieux dictateur était just a matter of time.

Au cas où le message ne serait pas passé, le journaliste enfonçait le clou à peine deux jours plus tard (le 30 décembre). Signalant le silence des médias occidentaux, mais aussi arabes (ces derniers, toutefois, commenceraient à se réveiller juste après), ce spécialiste du monde arabe – dont on a déjà parlé ici – émettait cet étonnant commentaire :
There have been complaints from bloggers about this silence but in a way it’s refreshing not to have the likes of Fox News, Bernard Lewis and Glenn Beck telling us what should be done. In any case, the Tunisians – so far at least – seem to be getting on quite well with their uprising by themselves.
Foreign governments have been similarly quiet and, again, this is something of a blessing: too many activist movements in the region have been killed off by the wrong kind of support from the west.

Comment un journaliste aussi important (et clairvoyant) pouvait-il se réjouir ainsi de constater que les événements de Tunisie ne suscitaient pas davantage l’intérêt des grandes plumes de la presse internationale ? Constatant que les Tunisiens se débrouillaient très bien tout seuls, comment en arrivait-il à se féliciter de voir qu’ils ne “bénéficiaient” pas du soutien des gouvernements étrangers ?

La réponse se trouve peut-être dans les analyses de Sami Ben Gharbia à propos de la “liberté sur Internet made in USA”. Dans ce texte (repris en français ssur le portail Rezo.net, mais on peut aussi lire la version anglaise ou encore arabe publiée par Al-Akhbar), ce militant tunisien, membre de l’équipe de Nawaat (mentionné dans le précédent billet) explique de manière très convaincante tous les dangers qui menacent “l’activisme arabe sur internet”, dès lors que celui-ci reçoit l’intérêt trop intéressé des puissances étrangères, à commencer par l’américaine.

Ce que nous disent aussi Brian Whitaker et Sami Ben Gharbia, chacun à leur manière, c’est qu’une bonne partie des populations arabes partage désormais la conviction que les “démocraties occidentales”, au regard de leurs pratiques, apparaissent de plus en plus comme les parfaits contre-exemples des valeurs qu’elles affirment incarner. A observer comment leur révolution a été comprise, suivie, soutenue, “dans-le-pays-qui-a-inventé-les-droits-de-l’homme”, les Tunisiens et les Tunisiennes qui pensent ainsi sont aujourd’hui sans doute encore un peu plus nombreux.

Hausse des prix en fin d’année (1/2)

Les prix littéraires, certains s’honorent en les refusant quand d’autres n’ont pas honte de les recevoir… Avec tous leurs défauts, ils sont en tout cas de bons indicateurs des tendances culturelles lorsque, par exemple la dernière édition du « Booker arabe » a consacré la reconnaissance, sur la scène arabe au moins, du roman de la Péninsule, désormais arrivé à maturité. Si on revient à nouveau sur ce thème, c’est que les prix figurent en bonne place, pour la première fois à notre connaissance d’une manière aussi visible, dans la série des bilans qui fleurissent dans les pages culture de la presse à chaque fin d’année. Dans son édition du 29 décembre, le quotidien Al-Hayat a ainsi publié une série d’articles faisant le tour de la question, avec des contributions illustrant la situation dans une bonne demi-douzaine de pays.

Il faut dire que les prix littéraires sont un vrai phénomène de société dans le monde arabe ! Des décennies durant, il n’y avait guère que de modestes récompenses accordées par les instances officielles aux plus méritants (et souvent aux moins dérangeants) des serviteurs des arts et des lettres. En 1959, Naguib Mahfouz reçut ainsi de la part de l’Etat 100 guinées pour sa première distinction littéraire, à peine de quoi améliorer son ordinaire de fonctionnaire tout à fait ordinaire… La situation a commencé à changer au tournant des années 1980-1990, avec des initiatives comme celle de Su’ad al-Sabah (سعاد الصباح). A la fois poète et économiste (PhD d’une université anglaise tout de même), la princesse koweitienne, avait d’abord fondé  au Caire, à grands frais, une maison d’édition, source, pour nombre d’écrivains et d’intellectuels égyptiens, de ressources sans commune mesure avec ce qu’ils pouvaient espérer gagner comme agents de l’Etat (pour ne rien dire de leurs droits d’auteur). Mais Su’ad al-Sabah fut également à l’origine d’un prix littéraire, à l’image de bien d’autres riches particuliers de la région convertis en mécènes, tel le richissime pêcheur de perles Sultan Bin Al Owais, fondateur d’une des récompenses littéraires les mieux dotées de la région (www.alowaisnet.org).

Depuis quelques années, on dirait qu’il y a un tel « besoin » de prix dans le monde arabe qu’il faut en créer sans cesse de nouveaux (le « prix de la nouvelle littéraire », par exemple, doté de 80 000 L.E. par le ministère de la Culture égyptien qui l’a décerné pour sa première édition en 2009 au Syrien Zakaria Tamer). Même si les initiatives plus ou moins privées y contribuent – avec, pour rester en Egypte The Naguib Mahfouz Medal for Literature des Presses de l’Universitaire américaine au Caire ou encore le prix de la Fondation Sawiris (du nom de la famille propriétaire, notamment, du groupe de télécommunication Orascom) – les principaux pourvoyeurs restent les services de nombre d’Etats qui se sont lancés dans une sorte de diplomatie du prix littéraire, où leur rang dans la hiérarchie régionale est noté au nombre de prix, souvent dotés de sommes très importantes, qu’ils sont capables de distribuer…

Bien des hommes politiques et des têtes couronnées du monde arabe ont donc « leur » prix. Parmi les récompenses les plus recherchées de nos jours figure ainsi celle qui a été instituée aux Emirats en mémoire du fondateur de la confédération, Sheikh Zayed Bin Sultan Al Nahyan. Mais la formule avait déjà été utilisée par Saddam Hussein avec le prix créé sous son nom en 1996  – la Jâ’izat Saddam Husayn lil-‘ulum wal-funun – que le philosophe marocain récemment décédé, Mohamed Abed al-Jabri, reçut aussi discrètement que possible lors de sa première édition tant la réputation du maître de l’Irak était déjà sulfureuse. (Le dramaturge syrien Sa’ad Allah Wannous s’était désolé, en 1988, de constater qu’un homme de lettres de la stature d’un Jabra Ibrahim Jabra, s’était abaissé à en recevoir l’équivalent : cf. cet article publié à l’origine dans Al-Safir.)

Paradoxalement, plus les prix sont nombreux et plus il semble y avoir de problèmes ! Ouverte sur le scandale du critique égyptien Gaber Asfour recevant le prix Qadhdhafi (prix qu’avait décliné l’Espagnol Juan Goytisolo), l’année 2010 s’est refermée sur des discussions animées à propos du prix de la création romanesque attribué par le même Gaber Asfour à un romancier, au hasard… libyen ! Il s’agit d’Ibrahim al-Koni, malgré tout, sans conteste possible un très grand écrivain qui a d’ailleurs fait don de sa récompenses aux enfants réfugiés touaregs, ethnie dont il est lui-même originaire.

Entre-temps, il y aura eu d’autres remous, par exemple ceux qu’aura occasionnés la remise au romancier Khalil Suwayleh du prix Naguib Mahfouz (organisé par l’Université américaine du Caire, c’est là le problème dans certains milieux syriens). Ou bien encore, plus navrantes encore, les péripéties du prix Sheikh Zayed (aujourd’hui à sa 4e édition, 7 millions de dirhams des Emirats, pas loin de 2 millions de dollars tout de même) un temps décerné à un universitaire algérien, Hafnaoui Baâli, jusqu’ à ce qu’on s’aperçoive que l’œuvre couronnée faisait la part trop belle au plagiat. Constat d’autant plus gênant que le premier des auteurs piratés n’était autre qu’al-Ghadhami, pourtant membre du jury ! Si le critique saoudien a eu l’honnêteté de présenter immédiatement sa démission, l’affaire a apporté de l’eau au moulin de ceux qui voient dans ces mirifiques récompenses un malheur plutôt qu’ue chance…

Bon début d’année et à la semaine prochaine avec “la politique des prix”.

Photo : Remise de prix à la fondation Oweiss. Crédits : Hadrian Hernandez/gulfnews.com/news/gulf/uae/general/al-owais-cultural-award-winners-honoured-at-glittering-ceremony-1.595724