Ondes de choc : Al-Jazeera et le printemps arabe

"Le peuple veut la chute d'Al-Jazeera et d'Al-Arabeyya" : manifestants devant les bureaux d'Al-Jazeera à Damas
"Le peuple veut la chute d'Al-Jazeera et d'Al-Arabeyya" : manifestants devant les bureaux d'Al-Jazeera à Damas

L’été dernier, Al-Jazeera avait connu quelques soucis avec la démission très commentée de plusieurs présentatrices. On avait tenté d’expliquer, dans ce billet, que la chaîne qatarie, qu’on accusait alors d’être outrageusement conservatrice, et même vendue aux extrémistes musulmans, traversait à l’évidence une crise. Et celle-ci n’avait pas grand-chose à voir avec la manière dont ses speakrines pouvaient apparaître à l’écran, mais bien davantage avec la façon dont la première chaîne d’information arabe devait gérer son succès pour se maintenir largement au-dessus de ses rivales.

Quelques mois plus tard, tout semblait être rentré dans l’ordre. Dans cet article d’Al-Akhbar par exemple, on pouvait lire que la chaîne avait su dépasser ses problèmes pour continuer son expansion, notamment dans le monde anglophone, tout en consolidant encore ses positions dans le paysage audiovisuel local. Car Al-Jazeera, il faut toujours le souligner, ce n’est pas seulement une chaîne gratuite d’information mais, y compris avec les problèmes de brouillage connus lors de la retransmission de certains matchs (voir ici et ), c’est d’abord et avant tout un « bouquet » (payant) où le secteur « sports et loisirs » a de fort belles perspectives depuis que l’émirat a été retenu (en décembre 2010) pour organiser la Coupe du monde de football en 2022.

Sur un plan plus politique, l’article déjà mentionné soulignait combien le climat régional était « porteur » pour la chaîne, notamment à cause de la crise yéménite. Des propos pour ainsi dire prophétiques, à un moment où on ne parlait pas encore beaucoup des événements tunisiens, et pas du tout du « printemps arabe ». Fidèle à son image publique, Al-Jazeera jouait une fois de plus les redresseurs de torts en participant à la publication des documents divulgés par Wikileaks, en particulier à propos de la guerre d’Irak. Mieux, sur le même modèle, elle créait son propre site, The Transparency Unit, pour appeler à lui communiquer – anonymement – des documents restés secrets alors que le public aurait dû en avoir connaissance. Créé en janvier, ce nouveau service allait en particulier s’illlustrer avec la publication des Palestine Papers, une véritable bombe diplomatique qui devait mettre dans l’embarras (ils s’en sont remis…) certains négociateurs palestiniens peu avares de concessions lors de leurs discussions avec les officiels israéliens.

Et puis est survenu le « printemps arabe », avec le rôle que l’on sait de certains médias : réseaux sociaux en tête, sans doute, mais aussi, comme on l’a déjà souligné, les médias de masse, à commencer par Al-Jazeera, un peu tiède au début, indiscutablement, mais ensuite à la pointe de la mobilisation médiatique en faveur des révoltés arabes. Devenue pour certains une sorte d’organisation révolutionnaire (تنظيم ثوري), la chaîne de Doha, une des rares capitales arabes à entretenir des liens diplomatiques avec Israël, se voyait, last but not least, décerner par Hillary Clinton des éloges appuyés. Un revirement pour le moins surprenant de la part d’un Etat qui, il n’y a pas si longtemps, cherchait surtout à faire taire une voix impertinente, y compris en bombardant les locaux d’où elle émettait, à Kaboul , à Bagdad et même à Doha !!! Assez pour susciter bien des interrogations dans le monde arabe, bien des interprétations aussi, et même bien des accusations au regard de la suite des événements.

En effet, après les débuts glorieux de la couverture médiatique des soulèvements tunisien et égyptien, les choses sont devenues beaucoup plus compliquées lorsque le théâtre des opérations s’est déplacé à Bahreïn, avec une contre-révolution, menée par les Saoudiens, coupable de violations des droits de l’homme « de plus en plus flagrantes ». A observer son silence, plus d’un téléspectateur arabe a pu se faire la remarque qu’il y avait à l’évidence, pour Al-Jazeera, de bonnes et de moins bonnes révolutions…

Les limites d’Al-Jazeera par rapport à certains sujets sensibles, à commencer par ce qui touche de près ou de loin au Golfe en général et à l’Arabie saoudite en particulier (voir ce qu’en raconte par exemple Hugh Miles, un très bon connaisseur de la chaîne), sont bien connues. Ce n’est donc pas le silence de la chaîne à propos de la répression à Bahreïn, mais bien un changement de style assez radical, qui a heurté une bonne partie du public arabophone (c’est en effet moins flagrant sur le canal anglophone, qui n’a pas la même histoire de toute manière). En effet, depuis quelques semaines, Al-Jazeera semble avoir perdu une bonne partie de sa rigueur professionnelle pour quitter son rôle d’observateur et se faire, sans beaucoup de nuances, le héraut d’une révolution arabe mise en image sous forme de clips assez grossiers, vantant la révolution libyenne, yéménite et désormais … syrienne.

De fait, après quelques jours d’hésitation (le Qatar est en principe l’allié stratégique de la Syrie), Al-Jazeera a mis tout son discours au service du soulèvement syrien. Peu présente sur le territoire car ses bureaux à Damas font l’objet d’une sorte de siège sous la forme d’un sit-in “spontané” de citoyens outrés par l’image qui est donnée de leur pays (voir l’illustration ci-dessus), la chaîne reprend à nouveau ce qui “traîne” sur Internet en sus semble-t-il d’un nouveau réseau de correspondants locaux dont les récits, qui accompagnent les vidéos mises sur le Net par les manifestants, s’inscrivent en faux avec la version donnée par les médias locaux. Des officiels syriens continuent à intervenir, mais leur discours est de plus en plus inaudible face à ceux des très nombreux opposants, sur place ou à l’étranger, et face surtout à l’accumulation de faits qui cadrent de moins en moins avec le déroulement d’une crise dont l’importance se mesure, pour ne s’en tenir qu’à cela, au nombre des victimes, y compris dans les bilans officiels.

Dans ce contexte, c’est peu dire que la nouvelle de la démission de Ghassan Ben Jeddou (Ghassan Bin Jiddu غسان بن جدو) a fait du bruit. Responsable du bureau d’Al-Jazeera à Beyrouth, ce Tunisien (née d’une mère libanaise) qu’on considère proche du Hezbollah ne fait pas mystère de ses convictions nationalistes. Il avait un moment été évoqué pour diriger le secteur information de la chaîne, un poste en définitive confié à Wadah Khanfar. Cela, et bien d’autres raisons encore (la suppression de la grille de nombreux débats télévisés au profit de reportages plus factuels mais aussi plus superficiels), peuvent expliquer ce départ. Il reste que la vedette incontestée du journalisme arabe a choisi de présenter sa démission (au quotidien libanais Al-Safir, particulièrement peu critique de la Syrie en ce moment…) en raison de ses profondes divergences par rapport aux choix éditoriaux de sa chaîne à laquelle il reproche son traitement biaisé des crises du printemps arabe . Et la presse arabe (Hashad, un site yéménite par exemple) fait état de rumeurs à propos d’autres démissions possibles, notamment celle du Syrien Faysal El-Qassem, l’animateur d’une émission phare, Contre courant (Ittijâh mu’âkis)…

Pour les autorités syriennes, cette démission tombe à point nommé car elle conforte leur conviction qu’elles sont la cible depuis des semaines d’un “complot étranger” soutenu par une campagne de presse offrant une version totalement déformée des faits. Et dans l’immédiat, la décision de Ghassan Ben Jiddou, qui contribue, au moins sur place, à donner du crédit à ceux qui dénoncent les dérives d’Al-Jazeera, risque de rendre encore plus difficile le travail des professionnels de l’information ; ceux d’Al-Jazeera, bien entendu, mais également tous les autres, locaux et trop rarement internationaux, qui s’efforcent de présenter le récit, aussi complet et contradictoire que possible, des très graves graves événements qui se déroulent en Syrie.

Petit coup de projecteur sur…

What Women Wish : un projet menée par une association 1901 avec en fer de lance “deux femmes travaillant dans le journalisme, la communication et le Web”. L’idée de base : parcourir le monde pour essayer de mieux comprendre l’impact des TIC sur la vie des femmes. Cela se décline en trois temps : identifier, accompagner, informer… Elles s’en expliquent très bien sur leur site où elles tiennent, de manière très riche, la chronique de leur très long périple, lequel a commencé par le Proche-orient et se poursuit par la Turquie.

Bonne route WWW !

Don’t be evil ! Révolutions virtuelles sur un Net pas très net…

Avec le printemps des révolutions (?), on se met à adorer les geeks des middle-class arabes qui « nous » ressemblent tellement. Il faudrait qu’ils soient tous à l’image de Wael Ghoneim, le modern-day Gandhi (sic !) de la révolution égyptienne : militants courageux bien entendu, mais surtout pacifistes et mieux encore libéraux, parfaits pour les plateaux de CNN après des discussions avec les responsables de la Banques mondiale et du Fond monétaire international ainsi que nous le rappelle le Washington Post. Comme l’analyse Rabab El-Mahd dans un article sur l’excellent Jadaliya, ce nouveau narrative de la révolution égyptienne repose sur la bonne vieille équation orientaliste où l’« Orient traditionnel » s’oppose à l’« Occident moderne », les cocktails Molotov de la lutte armée aux amis modernes et non-violents de Facebook, et enfin les hordes agressives des faubourgs [et des voilées] aux élites cosmopolites de la nouvelle Egypte…

Ne soyez pas malveillant ! Ce mot d’ordre, adopté par Google depuis sa naissance ou presque, seuls quelques affreux dictateurs arabes s’obstineraient à ne pas vouloir l’entendre. En réalité, c’est un peu plus compliqué. Lors du renversement des régimes tunisien et égyptien, les acteurs des réseaux sociaux arabes ont bénéficié d’une marge de manœuvre qui ne semble pas devoir leur être accordée en toutes occasions. Marge de manœuvre et même soutien effectif puisque l’on se souvient que la société Google a développé à la hâte, au plus fort des manifestations de la place Tahrir, une nouvelle application, Speak to Tweet, qui a permis aux manifestants de faire passer vaille-que-vaille des micro-messages en dépit de la fermeture des réseaux. A dire vrai, les choses sont allées encore plus loin. A l’occasion de la chute du président Moubarak, la société américaine n’a pas hésité à sortir du traditionnel business as usual en ouvrant une ligne d’urgence pour aider les Egyptiens à utiliser le nouveau service mis sur pied avec Twitter, en incitant les militants à déposer leurs vidéos sur son canal privé Citizen Tube, et même (voir cet article du toujours très précieux Arabist) en mettant en place, en liaison avec des militants et des ONG en Egypte et aux USA, une protection spéciale pour les groupes Facebook particulièrement vulnérables, tel le célèbre We are all Khaled Said créé sur le réseau par le responsable marketing de Google pour la région MENA, un certain Wael Ghoneim justement…

En susbstance, le porte-parole de Facebook a expliqué que si le changement de gouvernement était certes une question spécifiquement égyptienne, la privation de service pour quelque 5 millions d’utilisateurs locaux était bien un problème pour l’ensemble de la « communauté » des usagers… Dommage pour les Palestiniens qui risquent de ne jamais peser assez lourd pour bénéficier d’autant de sollicitude pour leurs propres actions sur la Toile. Au contraire, et bien qu’elle ait réuni quelque 350 000 membres en moins d’un mois, la page Palestininian Intifada (illustration ci-contre) lancée sur Facebook le 6 mars dernier a été supprimée à la demande du ministre de l’Information israélien. Message reçu par les responsables du célèbre réseau social au prétexte que des commentaires appelaient à la violence. En riposte, les activistes qui appellent à une marche pacifique sur Israël, le 15 mai (jour de la commémoration de la nakba de 1948) ont tenté, sans grand succès, un boycott de Facebook, et ont surtout multiplié les sites de remplacement, à commencer par celui du Compte à rebours pour l’intifada du 15 mai (216 000 membres au moment de la rédaction de ce billet). « Malveillant», Facebook semble bien l’être de temps en temps, du moins aux yeux des militants pro-Palestiniens puisque la page Liberté pour la Palestine (الحريّة لفلسطين, plus de 200 000 membres) a également été fermée, et que, selon cet article dans Al-Akhbar, une autre page, intitulée Je suis le premier volontaire égyptien en cas de guerre contre Israël (أنا أول متطوع مصري في حال حرب على إسرائيل  : plus de 115 000 membres à ce jour) connaît toutes sortes de difficultés.

Les autres réseaux sociaux ne font pas mieux. Tout récemment, Flickr, le site gratuit de partage de photos et de vidéos, a ainsi retiré les documents que Hossam el-Hamalawy avait mis en ligne à partir de CD récupérés dans les locaux de la police égyptienne à Nasr City. Apparemment – voir ce billet –, l’auteur du très célèbre blog 3arabawy ne respectait pas les lois sur le copyright ! Avant que les cyberactivistes cairotes ne deviennent la coqueluche des médias, Wael Abbas avait eu la très mauvaise surprise de constater – une fois de plus – la fermeture du compte YouTube sur lequel il mettait en ligne des vidéos, et notamment celle qui avait fait tellement scandale en Egypte durant l’hiver 2007 (voir cet ancien billet). Quatre ans avant la déposition de Moubarak, il lui avait fallu batailler ferme pour obtenir satisfaction. On voit donc que pour certaines interventions fort à propos, lors des manifestations en Iran par exemple (article sur le regretté ReadWriteWeb), on compte en définitive bien plus d’exemples beaucoup moins à l’avantage des mastodontes américains des réseaux sociaux.

Ces derniers sont par conséquent très sélectifs lorsqu’ils décident de relayer tel ou tel mouvement social, et c’est parfaitement leur droit. Mais il faudrait s’en souvenir à l’heure où l’on affirme un peu vite que lesdits réseaux sociaux sont la clé des changements révolutionnaires, dans le monde arabe et même ailleurs. Sur ce type de question, Sami Bengharbia a publié il n’y a pas si longtemps un article fondamental (liens vers les différentes versions dans ce précédent billet ) dans lequel il évoquait toute la complexité des relations entre le cyberactivisme arabe et la politique étrangère des USA. En conclusion, il insistait notamment sur le fait que la défense de la liberté sur internet se porterait mieux si les autorités américaines interdisaient les logiciels de censure et de filtrage mis au point dans leur pays. Il faut sans doute aller plus loin encore en se demandant s’il est très sain que la gouvernance du Réseau des réseaux soit entièrement décidée depuis le territoire américain, où sont par ailleurs installées la plupart des sociétés qui proposent les applications majeures des réseaux sociaux utilisés par les internautes mais aussi les langages informatiques utilisés par les ingénieurs (à titre d’exemple, Java – mais aussi Skype – ne sont officiellement pas disponibles en Syrie qui fait partie, avec Cuba, l’Iran et quelques autres pays, de la liste des embargoed countries selon de Département d’Etat américain).

Une réalité qu’il vaut mieux avoir à l’esprit, à l’heure où le vent des « révolutions virtuelles » souffle sur le monde arabe.

Tant pis pour les principes !

Ces carnets sont dédiés à la création arabe in situ et , en quelque sorte par principe, on n’y parle pas de ce qui se déroule ailleurs, y compris lorsque cela concerne des artistes venus de cette région. A fortiori, on n’y mentionne pas non plus le travail de créateurs venus d’ailleurs, quand bien même il concerne directement le monde arabe. Tout juste une petite exception pour Ernest Pignon Ernest à propos de  Mahmoud Darwich… Mais quelqu’un a eu la bonne idée de me signaler ce travail de Zoo Project à Tunis, en hommage aux martyrs de la révolution. Cela mérite le détour.. Bonne lecture !

Une pensée pour  Juliano Mer-Khamis, et ses proches… Pour les arabophones, Al-Akhbar, dans son édition de mardi, s’honore une fois de plus en lui consacrant tout un dossier.