Paradoxes syriens : le feuilleton de ramadan et le dialogue national

Photogramme du feuilleton "Sur le toit"

On l’a souvent rappelé dans ces chroniques, la diffusion des feuilletons, le produit par excellence des industries culturelles arabes, est source de très importantes rivalités géopolitiques. Mais c’est également vrai sur le plan intérieur, et chaque ramadan voit revenir comme une sorte de rituel les mêmes inévitables débats pour ou contre l’interdiction de telle ou telle série. En Palestine, policiers et juges se sont ainsi « spontanément » ligués pour réclamer l’interdiction d’Une patrie sur la corde raide (Watan ‘a watar), déjà évoqué, il y a deux ans, pour des problèmes de diffusion. Sans surprise, la justice leur a donné raison et la télévision palestinienne a donc cessé la diffusion de cette comédie satirique.

Il n’y a pas de quoi s’étonner non plus, au regard de la réputation des autorités du pays, lorsqu’on apprend (article en arabe dans Al-Hayat) que la chaîne nationale syrienne, diffusée sur satellite, a récemment déprogrammé un des nombreux feuilletons de ramadan. L’histoire est assez singulière. Si le seizième et dernier épisode de Sur le toit (Fawq al-saqf) n’a pas été diffusé la semaine dernière, le plus surprenant, dans les circonstances que traversent le pays, c’est que les quinze premiers aient été non seulement produits mais diffusés par la télévision nationale !

Le titre est en soi tout un programme car Sur le toit fait clairement allusion à la pétition intitulée Sous le toit de la patrie signée, en avril dernier, par un certain nombre de personnalités du monde de la culture (voir ce billet). La référence au mouvement de protestation est immédiatement compréhensible par le public syrien, même si elle est un peu moins directe que celle qu’avait souhaitée Samer Barqawi (سامر برقاوي ), le réalisateur. Au départ, le projet déposé à la production avait pour titre le slogan phare des manifestations populaires : Le peuple veut… (al-sha’ab yurid…), phrase semble-t-il tracée par des enfants sur les murs de Deraa et à l’origine d’une répression particulièrement féroce, déterminante pour la suite du mouvement. (Événement par ailleurs traité dans un épisode, tout comme d’autres questions politiques extrêmement sensibles, telle que la question du droit à la nationalité de certaines populations kurdes.)

Certes, des scènes, des épisodes entiers même, ont été supprimés ; il n’en reste pas moins que Sur le toit est, à en croire ce qui se dit, le feuilleton de ramadan qui, parmi tous ceux qui ont été diffusés dans l’ensemble des pays arabes cette année, a osé le traitement le plus audacieux du « printemps arabe ». Même si tout le monde ou presque s’accorde à reconnaître depuis longtemps la qualité d’ensemble de la production syrienne, particulièrement appréciée pour ses œuvres à caractère socio-historique, voire politique, la diffusion, sur une chaîne publique, d’un feuilleton racontant à une heure de grande écoute (21h30) comment un groupe de jeunes Syriens organisent une manifestation, et comment ils sont réprimés par la police est (presque) une… révolution ! Pour s’en convaincre, il suffit de savoir qu’une séquence (suivre ce lien), reprise par la chaîne Al-Arabiyya (clairement opposée au régime de Damas) est disponible sur YouTube sous le titre : un feuilleton syrien montre les méthodes de répression des forces de sécurité syriennes ( مسلسل فوق السقف يعرض الأساليب القمعية للأمن السوري : on y voit des policiers, certes un peu trop bien habillés, partir à la rencontre de manifestants qui crient “Pacifique, pacifique…” et surtout on entend, en fond sonore, des détonations, tandis que le responsable de la répression est en proie aux doutes sur ce qu’il vient de faire).

Pour le tournage effectué dans un pays en proie à une grave crise, Samer Barqawi a choisi de faire appel à de jeunes acteurs, certains connus pour leur soutien aux mouvements de protestation et, à ce titre, en principe « black-listés » par les producteurs locaux, mais également à toute une équipe de scénaristes (cinq au total), dans le but d’offrir, non pas une mais plusieurs lectures des événements qui secouent aujourd’hui son pays. Dans son esprit, un feuilleton tel que Sur le toit est la meilleure manière de mettre au jour l’importance des désaccords qui traversent, parfois au sein d’une même famille, la société syrienne pour laquelle un véritable dialogue national, officiellement ouvert par le régime, est désormais plus que nécessaire…

Indéniablement, l’expérience de l’ouverture a été tentée par la télévision nationale syrienne, qui plus est dans un domaine particulièrement sensible, tant le « feuilleton de ramadan » a d’écho dans la société. En définitive, c’est sans doute plus audacieux qu’un traditionnel débat entre représentants politiques. Elle n’est pas allée jusqu’au bout et Sur le toit a été déprogrammé. Il aura pourtant été commandité, réalisé, et presque diffusé en entier. Peut-être un signe encourageant au moment où une nouvelle loi sur les médias vient d’être promulguée par le régime du président Bachar Al-Assad…

Pour les lecteurs arabophones, un article sur le site Bosta.com.
Et surtout Fawq al-saqf est visible sur internet à cette adresse ou sur Facebook.
(J’espère que des DVD existent déjà là où les connexions sont faiblardes…)

Ci-contre, l’affiche du feuilleton.

Les héros arabes sont fatigués : place aux jeunes !

Dessin de Mohieddine Ellabad , trop tôt disparu pour assister à la Révolution égyptienne (voir note infra)

 

Tous les observateurs s’accordent à le reconnaître, les soulèvements que connaissent aujourd’hui nombre de pays arabes sont en grande partie le fait de la génération du baby boom des années 1980-1990. Comptant à eux seuls pour un tiers de la population totale, les 120 millions de jeunes Arabes entre 15 et 29 ans ont en règle générale beaucoup de mal à se faire une place au soleil : les filières qui devraient assurer un renouvellement générationnel sont rares, et les « anciens », plus qu’ailleurs sans doute, ont tendance à s’accrocher ! En définitive, la cacochymie de la classe politique arabe (Ben Ali, 74 ans ; Moubarak, 83 ; Kadhafi, 69 “seulement”, mais 42 au pouvoir…) déteint trop souvent sur le reste de la société. A commencer par les arts et les lettres où la scène continue – pour le meilleur mais aussi pour le pire ! – à être largement occupée par la « génération des années 1960 », la grande décennie du nationalisme arabe. Le succès des « révolutions » pourrait bien se noter ainsi à l’ampleur des bouleversements dans le paysage intellectuel et culturel.

Est-ce le signe d’un tel changement ? En 2005, l’acteur égyptien Adel Imam était encore une grande vedette populaire dont la présence suffisait à assurer le succès de n’importe quelle comédie. Cette année-là, il était la vedette d’un film intitulé L’ambassade dans l’immeuble (السفارة في العمارة). Il y interprétait le personnage d’un dragueur impénitent qui, de retour des Émirats, devenait la victime des mesures de protection imposées par la présence, dans son immeuble, de l’ambassade israélienne et qui se muait en militant de la cause palestinienne.

A peine six ans plus tard, la révolution est passée par là et le public égyptien ne semble pas décidé à pardonner au plus célèbre des comédiens arabes son soutien sans réserve au président Moubarak. L’acteur a beau se démener sur les plateaux télévisés, se désoler de n’avoir pas su à quel degré le précédent régime était corrompu, affirmer qu’il n’a jamais injurié de manifestant place Tahrir, rien n’y fait : il reste sur la liste noire des artistes trop compromis avec le précédent pouvoir et Firqat Naji Atallah, le feuilleton dans lequel il devait interpréter le rôle principal, a mystérieusement disparu de la programmation de ramadan !

Flagman, par le dessinateur brésilien Carlos Latuff

Aujourd’hui, la vraie star de « l’ambassade dans l’immeuble » se nomme Ahmad Shahat. Plus que le diplôme qu’il a obtenu dans une université d’une grande ville de province, le jeune Égyptien a mis au service de son pays une expérience professionnelle acquise… en nettoyant les façades d’immeubles! Le 20 juillet  août dernier, le spider man cairote a escaladé sous les acclamations de la foule en délire1 une vingtaine d’étages pour aller arracher le drapeau israélien flottant sur la terrasse de l’immeuble qui abrite la représentation israélienne au Caire et le remplacer par l’emblème national égyptien. (Voir la vidéo tout en bas du billet.)

À l’image de bien des acteurs de la révolution, ce jeune Égyptien de 23 ans – qui n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il avait déjà réussi à escalader, place Tahrir, un pylône de 12 mètres – n’est pas membre d’un parti et ne se prend pas pour un héros. Au contraire, il se considère comme un simple instrument au service de la collectivité et ne voit dans son acte rien de plus que l’expression du sentiment national après la mort de plusieurs soldats égyptiens à la frontière israélienne.

L’« État hébreu » comme on l’appelle souvent – tant pis pour les citoyens qui sont bêtement palestiniens, chrétiens, musulmans ou athés ! – a adressé à l’Égypte de très inhabituelles excuses, un signe que les temps ont changé. Quant aux responsables du Conseil suprême des forces armées (CSFA), ils hésitent beaucoup à faire flotter à nouveau en haut de l’immeuble de l’ambassade un drapeau qui déclenche tellement de passions populaires. Lors d’un match récent, des « ultras » du club Ahali, dont le savoir-faire en termes de violences urbaines a été un des éléments aussi déterminants que méconnus dans le succès de la révolution  (voir à ce sujet le billet de Ted Swedenburg), en ont encore brûlé un exemplaire : la vidéo est impressionnante : voir ce lien.

Dans l’immédiat, la jeunesse égyptienne (et arabe) s’est trouvé un héros !

* Illustration de Mohieddine Ellabad (محي الدين اللباد) dans Le Carnet du dessinateur (traduction française en 1999).

  1. راجل راجل، إطلع يا بطل : Oh le mec ! Vas-y, tu es un héros ! Sur un mode allitéré du type : Oh mon vieux, ce type c’est un dieu ! []

Exportateur de révolution : le Bendir Man !

Visiblement, il n’y a pas que les publicitaires pour penser que le Printemps arabe™ est un produit qui peut trouver facilement son public ; les forces de l’ordre algériennes ont signifié à un chanteur tunisien qu’il était désormais interdit de séjour dans leur pays pour cause d’« exportation de la révolution » ! Ce fils d’un homme politique de premier plan (il s’agit du dirigeant du Parti socialiste de gauche, une des nombreuses formations politiques – il y en a désormais une centaine en Tunisie – apparues au grand jour après la chute du régime) est en effet bien connu sous le nom de Bendir Man.

Le bendir, c’est le nom d’une sorte de tambour mais jouer du bendir, cela peut vouloir dire en Tunisie, selon le contexte, faire le lèche-cul ! Apparu en mai 2009, Bendir vivait il y a peu encore au Bendirland, pays « où ne sévissent que la corruption et le totalitarisme, le crime et les malheurs, la pauvreté et le manque »… et où tout était uniformément mauve, la couleur favorite de Ben Ali (qui avait également un faible pour le chiffre 7)… Malgré la censure et l’interdiction de se produire sur scène, c’est par centaines de milliers que ses fans écoutaient ses chansons sur MySpace tout en suivant ses aventures sur internet (à ne pas confondre cependant avec El Bendir, mensuel de BD, unique en son genre en Algérie).

Depuis un certain 14 janvier 2011, Bendir Man a moins de problèmes pour ses concerts, en tout cas dans son propre pays. Il est ainsi apparu aux Nuits de Carthage, en juillet dernier, en compagnie de Baaziz, un chanteur algérien cultivant lui aussi la veine satirique et contestataire. Les deux amis avaient prévu de prolonger leur collaborationavec deux concerts prévus à Alger, la semaine dernière. Inexplicablement, la sono a rendu l’âme au beau milieu du second spectacle (récit dans cet article). Pour le plus grand plaisir du public algérois, Bendir avait tout de même eu le temps de dédier sa chanson intitulée 99% chabaa dimokratia (99% plein de démocratie) aux « dirigeants arabes, comme celui que nous avions en Tunisie, et que vous avez présentement » !

La révolution est passée mais Beyrem Ben Kilani (le vrai nom de Bendir Man) n’a pas l’air de considérer que tout a été dit (et chanté). Il continue à déranger en prenant avec d’autres personnalités publiques la défense de Samir Feriani, fonctionnaire du ministère de l’Intérieur aujourd’hui en prison, et en créant de nouvelles chansons, tel Elli baadou (Au suivant) où il se moque de l’opportunisme de la scène médiatique tunisienne, bien vite conquise aux sirènes révolutionnaires (c’est le sens du T-shirt qu’il porte sur la photo en haut de ce billet : source http://www.webdo.tn).

En plus du blog de 2009 avec le début des aventures de Bendir Man, de très nombreuses vidéos, notamment sur son site Facebook ou (plus anciennes) sur MySpace, ce témoignage visuel, au son épouvantable mais qui restitue bien l’ambiance de folie, sur Archives de la révolution tunisienne, un site aussi utile qu’intéressant.

J’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouvé de liens pour les paroles, pas plus en arabe qu’en français… Si quelqu’un peut faire mieux !

En exclusivité sur la télévision nationale égyptienne, la « drama » historique de ramadan…

Rien à faire, le cœur n’y est pas ! Cette année, les téléphages arabes ne montrent pas le même appétit pour leurs séries pourtant étroitement associées aux soirées de ramadan. A peine une petite polémique à propos d’un feuilleton qui raconte, assez maladroitement semble-t-il, la vie du poète palestinien Mahmoud Darwich et qui irrite prodigieusement les fans du poète, agacés par la manière dont la culture populaire traite leur idole (c’est vrai qu’il fait un peu niais sur cette photo qui illustre un article dans Al-Akhbar). Et tout juste la rituelle controverse à propos du caractère, licite ou non, des feuilletons religieux dans lesquels des acteurs, humains trop humains, interprètent les grandes figures de la religion. On a déjà eu l’occasion d’en parler : les points de vue divergent sur cette question, notamment entre chiites et sunnites. Une divergence théologique qui prend une dimension politique (voir « Le croissant chiite » et la guerre des images saintes), d’autant plus aiguë que l’offre télévisuelle reste malgré tout en partie déterminée par les goûts du public, apparemment friand de ce type de production (voir La religion des feuilletons : côté « images pieuses mais sacrilèges »). Cette année, l’objet du scandale se nomme Hassan, Hussayn et Moawiyya (anciennement Al-Asbât), drame historico-politique qui, comme le dit cet article sur le site d’Al-Arabiya, revient sur la plus dramatique fitna de l’histoire musulmane à l’origine, au VIIe siècle, de la divergence entre chiites et sunnites.

Incontestablement, les consommateurs arabes n’ont pas autant besoin cette année de leur dose annuelle d’opium télévisé parce que l’actualité leur offre, avec le printemps arabe, un feuilleton aux péripéties autrement fascinantes. Mercredi dernier, l’Egypte tout entière, et une bonne partie du monde arabe, s’est assemblée devant les postes de télévision pour regarder un épisode historique, qui n’est pas près de se renouveler. Après la très détestable téléréalité, sous le regard complaisant des soldats US, de l’exécution de Saddam Hussein (repris, par les bons soins de la BBC, en vraie série télé tournée en… Tunisie avec dans le rôle principal un acteur… israélien : on a vraiment changé d’époque !), la révolution égyptienne met donc en scène le procès de l’ancien président, avec comme générique cette séquence d’anthologie : dans la « cage des accusés » on voit successivement entrer les différents accusés, une borchette d’anciens ministres, les deux fils de Hosni Moubarak et l’ex-président de la République en personne. Le plus impressionnant, c’est peut-être le silence qui règne entre les commentaires de la speakrine, un vrai silence comme il s’en fait lors des tragédies les plus poignantes : il permet d’imaginer les pensées de millions de personnes en cet instant

http://www.youtube.com/watch?v=lYJ1NoAcKwc&feature=player_embedded

Comme dans les « vrais » feuilletons, la bande-son a la plus grande importance. C’est elle qui, en quelques phrases musicales, résume toute l’ambiance de la drama. Pas de mélodie pour cette série dont les téléspectateurs arabes attendent certainement la suite avec impatience, mais un dialogue que nombre d’Egyptiens ont téléchargé sur internet pour en faire leur sonnerie de portable (pour la décharger, cliquer ici) :
— Premier accusé, Mohammad Hosny Al-Sayyid Moubarak.
— Votre Honneur, je suis là !
— Tu1 as entendu les accusations formulées contre toi. Qu’as-tu à dire ?
— Toutes ces accusations, je les nie en bloc.

(La scène se répète avec les deux fils.)

La suite du procès, c’est en principe le 15 août… D’ici là, bonnes soirées de ramadan (avec peut-être d’autres guest stars pour le grand feuilleton des révolutions arabes !)

  1. Non, ce n’est pas un tutoiement révolutionnaire, c’est usuel en arabe, même si le juge aurait pu trouver une formule pour éviter d’avoir à user de la deuxième personne… Il a choisi de ne pas le faire. []