Leçon marocaine en Arabie saoudite

Les Saoudiennes sont désormais des citoyennes presque comme les autres puisqu’elles pourront participer aux élections municipales de… 2015. Il leur reste tout de même deux ou trois petites choses sur la voie de l’émancipation : le droit de conduire une voiture par exemple (dix coups de fouet pour une contrevenante, le 27/09, au tribunal de Jeddah, grâciée par le roi le lendemain), ou encore de voyager sans un kafîl, un “garant” (mâle), à leur côté. Désireuse de redonner quelques couleurs à un allié dont l’image à l’étranger n’est pas améliorée par son rôle de “briseur de révolution arabe” (accueil du président Ben Ali, regrets manifestes après la chute de Moubarak, soutien au président Saleh au Yémen en dépit de l’importance des manifestations populaires et surtout intervention militaire au Bahreïn…), la diplomatie des USA n’est probablement pas totalement étrangère à cette décision. Bien entendu, le roi Abdallah affirme le contraire, et il est vrai qu’un certain nombre de signes traduisent une évolution favorable de la condition féminine dans nombre de pays de la Péninsule arabe. (Voir ce précédent billet, écrit en mai 2009, et qui attend une suite depuis des mois !)

Parmi toutes les voix qui se félicitent de cette décision, on note, en France, celle de Rachida Dati, qui parle d’une “décision historique“. L’ancienne ministre, aujourd’hui euro-député UMP, s’exprime sans doute sur cette question en tant que femme, mais aussi au nom de ses origines familiales. Car le Maroc reconnaît le droit de vote aux femmes depuis 1963 (1952 pour le Liban, 1946 pour Djibouti : autres données disponibles en suivant ce lien). En contrepoint des déclarations de celle qui aurait souhaité naguère prendre la tête de l’Institut du monde arabe à Paris, l’article publié il y a deux jours dans Al-Quds al-‘arabi par Madawi Al-Racheed, universitaire “originaire de la Péninsule arabe” comme elle aime à signer pour ne pas avoir à user du nom du seul État dans le monde “baptisé” (si l’on ose dire !) d’un patronyme familial, apporte un autre éclairage sur la situation de la femme saoudienne, précisément à la lumière de l’expérience marocaine.

L’article s’ouvre sur le rappel de la polémique qu’a connue le Royaume d’Arabie saoudite lorsque la commission pour l’accueil de la main-d’œuvre étrangère a autorisé l’emploi de domestiques marocaines, souvent de “mauvaise réputation” dans l’opinion locale [voir notamment ici ou encore ]. Dans ce contexte, des Saoudiennes bien intentionnées ont voulu prendre leur défense, tantôt en faisant état de leur propre expérience avec ce type de personnel, tantôt en soulignant que les qualités esthétiques universellement reconnues des femmes saoudiennes font qu’elles n’ont rien à craindre d’éventuelles rivales !

Pour Madawi Al-Rasheed, la médiocrité intellectuelle d’un tel débat a le mérite de mettre en évidence le mode de fonctionnement de la société saoudienne où hommes et femmes s’accordent en définitive à juger de la valeur d’une femme comme un vulgaire bien de consommation. En se libérant, pour certaines d’entre elles, des charges domestiques grâce à la richesse pétrolière du pays, les femmes saoudiennes ont perdu leur rôle dans leur foyer où elles sont désormais remplacées par leur domesticité mais sans arriver pour autant à trouver leur place dans le secteur économique (elles ne représentent que 12 % de la main-d’œuvre locale, un des taux les plus faibles au monde). Et la situation n’est pas meilleure sur le plan politique…

Si la venue de ces employés de maison fait l’objet de tels débats, c’est que l’institution du mariage est en crise pour des raisons à la fois économiques et sociales [voir à sujet notre série Du mariage et du divorce dans le monde arabe, en septembre 2009]. Dans ce contexte, la femme saoudienne tente pitoyablement de retrouver – y compris à ses propres yeux – sa valeur en tant que bien désirable sur un marché hautement concurrentiel du fait de la présence de nouvelles venues du monde entier.

Ces débats qui ont rempli les pages de la presse locale auraient été mieux inspirés, toujours selon Madawi Al-Rasheed, s’ils avaient mentionné les femmes marocaines pour faire état de leurs combats qui ont ainsi permis des avancées importantes notamment sur le plan juridique avec le code du statut personnel (Moudawana) et plus largement politique, depuis les luttes au temps de l’indépendance jusqu’aux femmes qui militent dans les partis politiques et les associations de la société civile. A la différence des Saoudiennes, le combat des femmes marocaines leur a permis d’affirmer leur existence au sein de la nation en tant que maîtresses de maison, travailleuses, intellectuelles, travailleuses émigrées…

En prenant leur défense de cette manière, les Saoudiennes révèlent surtout l’étendue de leurs problèmes vis-à-vis de Marocaines qui ont su imposer chez elles la reconnaissance de droits dont la femme saoudienne rêve encore. Comment expliquer une telle différence entre leurs situations respectives ? Certains ont invoqué le Wahhabisme, d’autres les traditions tribales de la société saoudienne. Pourtant, des millions de musulmans montrent que leur religion n’implique pas la marginalisation de la femme. Quant au facteur tribal, on le retrouve dans bien d’autres sociétés. En réalité, deux facteurs expliquent la persistance de la marginalisation que subit la femme saoudienne dans sa société : l’économie pétrolière qui ne lui a pas donné de place en tant que travailleuse, et la politique de l’État qui considère que la réclusion des femmes est partie intégrante de sa légitimité religieuse.

Aujourd’hui, les femmes sont devenues l’enjeu de rivalités politiques entre les partisans des anciennes formes de légitimité et ceux qui soutiennent un projet de modernisation. Si les Saoudiennes veulent aller de l’avant, il faut qu’elles commencent par lancer une lutte féminine qui soit étroitement associée à la libération également de l’homme saoudien. Et pour cela, elles feraient bien de s’inspirer des luttes des Marocaines !

Quel écho cette “leçon marocaine” peut-elle trouver dans les pays pétroliers du Golfe et en Arabie saoudite en particulier ? Très peu sans doute du côté des actuelles maîtresses de maison en proie à leurs soucis domestiques… Mais peu importe en définitive. En revanche, on aimerait  mieux savoir comment les générations montantes voient les choses…

Démission/éviction du directeur général d’Al-Jazeera, la “chaîne islamiste”…

Rentrée des classes pour CPA, “déplacé” de Damas à Beyrouth pour des raisons qui sont facile à deviner… L’occasion de modifier un peu la formule de ces chroniques, moins synthétiques mais davantage en lien avec l’actualité, à l’image de ce qui vient ci-dessous… Les commentaires sont toujours bienvenus !

Au moment de la rédaction de ces lignes (tôt ce mercredi matin), il n’y avait toujours pas grand chose dans les médias, en dehors du monde arabe, à propos d’une nouvelle pourtant de très grande importance pour la région. Une requête matinale sur Google en français avec les termes Wadah Khanfar (وضاح خنفر), sans doute le plus influent de tous les journalistes arabes, ne renvoyait encore qu’au site de Radio mosaïque en Tunisie. Pourtant, depuis 24 heures, une bonne partie des médias arabes commentaient la démission de celui qui fut, pour une grande part, l’artisan du succès d’Al-Jazeera durant toutes ces dernières années. Celui que le magazine Forbes considérait il y a peu encore comme “une des personnes les plus puissantes au monde a en effet quitté la chaîne pour laquelle il travaillait pratiquement depuis sa création en 1996 et dont il était devenu le directeur général en 2006.

Démission surprise, que rien ne semblait annoncer même si l’intéressé affirme qu’il y pensait depuis plusieurs mois. On notera malgré tout qu’elle arrive le lendemain ou presque de la publication d’un document Wikileaks mentionnant le fait que l’ex-directeur général d’Al-Jazeera, à la demande des USA, avait accepté de sérieusement édulcorer un reportage sur les exactions de leurs troupes en Irak.

Une nouvelle surprise des Wikileaks qui oblige à s’interroger sur le bien-fondé des analyses qui affirment régulièrement que la plus puissante des chaînes d’information dans le monde arabe est  passée sous l’influence de l’opposition religieuse (les “islamistes”), notamment sous le règne de Khanfar… De ce point de vue, son éviction serait un coup d’arrêt à ce que certains analysent comme “l’islamisation des médias arabes” (?). Une lutte d’influence symbolisée par le départ de Wadah Khanfar, qui ne pourrait que profiter à son “rival”, Azmi Bishara (عزمي بشارة , autre Palestinien, ancien député à la Knesset israélienne aujourd’hui directeur du  Doha Institute, un think tank financé par les autorités du Qatar).

Quand on regarde Al-Jazeera (en langue arabe) aujourd’hui, on est surtout frappé par le fait que la chaîne est certes très engagée sur les révolutions arabes, mais de manière extrêmement partisane. Sa couverture des événements, guère éloignée d’un simple discours de propagande dans certains cas, fait qu’elle apparaît de moins en moins comme la meilleure chaîne d’information de la région, et de plus en plus comme le bras armé médiatique de la politique extérieure du Qatar. Ce que pourrait bien conformer la nomination du nouveau directeur général, cheikh Ahmed Jassem Ben Mohamed Al Thani, un homme venu des milieux de l’industrie pétrolière, sans la moindre expérience des médias, mais fort proche du régime…

Asalah : une authentique révolte ?

Dans quelques jours, la chanteuse syrienne Asalah (أصالة نصري) devrait sortir son nouveau clip, Ah si seulement cette chaise parlait… (آه لو هالكرسي بيحكي ). Sous ce titre en apparence innocent, une des plus grandes figures de la chanson populaire prend clairement position en faveur de ceux qu’elle nomme les « révolutionnaires syriens ».

Aujourd’hui installée au Caire, la chanteuse domine la scène artistique depuis le début des années 1990. Fille d’un chanteur célèbre tragiquement disparu dans un accident de voiture, son histoire familiale, lorsqu’elle a dû s’occuper de ses jeunes frères et sœurs, puis sa vie sentimentale, avec notamment son remariage après sa rupture avec un premier mari scandaleusement trop volage, ont accompagné une très brillante carrière internationale, en particulier dans les pays du Golfe.

Alors que le régime syrien s’efforce de mobiliser autour de lui les « voix » chères au public local, la défection de Queen Asalah, surnom que reprend son site, est une mauvaise nouvelle de plus pour la communication du pouvoir . Elle vient en effet d’une chanteuse étroitement associée jusqu’alors au discours officiel. Que Dieu te garde, Assad ! ( حماك الله يا أسد), chanson lancée à la gloire du père de l’actuel président, est un tube que les partisans du fils ont gardé l’habitude de diffuser avec force décibels lors de leurs manifestations de soutien au régime.

Coïncidant avec la fin de ramadan, la sortie imminente du clip a été présentée par la chanteuse comme « un vœu de fête à l’intention des révolutionnaires ». Et cette fois, il ne s’agit pas des rebelles libyens, comme lors de précédentes déclarations il y a quelques semaines en présence de blessés soignés dans les hôpitaux du Caire, mais bien de ses propres concitoyens auxquels font allusion les paroles de la fameuse chanson encore inédite (texte arabe ici) : les héros du peuple y font entendre leur colère, après avoir longtemps gardé le silence malgré l’injustice, alors qu’ils disent maintenant qu’il ne servira à rien de s’entêter à vouloir rester… Trouve-toi quelqu’un qui accepte l’oppression, toi qui as oublié la dignité depuis longtemps !

Aucun nom n’est donné mais l’allusion est tout de même assez claire ! Surtout venant de la part d’une chanteuse qui a déjà signifié dans une lettre ouverte qui avait fait grand bruit au milieu du mois de mai dernier qu’elle n’avait nullement l’intention, à la différence de nombre d’autres célébrités de son pays, de se prêter aux simulacres de manifestation (tamthiliyyât) de soutien au régime du président Al-Assad.

Alors que certains surnomment déjà Asalah « la chanteuse de la révolution », d’autres ont plus de mémoire et ne sont pas prêts à accepter un revirement dont ils doutent de l’authenticité (asâla en arabe, comme le prénom de la chanteuse). Ils n’ont pas oublié les paroles de quelques-unes de ses chansons, pas toujours très anciennes, telle Ton peuple est ton espoir prometteur (شعبك املك الواعد) : Ton peuple est le peuple de la voix unique. La blessure a été profonde , le leader a été choisi, ton Bachar-la-bonne-nouvelle, est le gardien de tes rêves, ô Damas ! (شعبك شعب الصوت الواحد، اشتد الجرح اختار القائد، بشّارك بالأمل الواعد، حارس أحلامك يا شام)

Comment interpréter un changement de ton aussi total de la part de la célèbre chanteuse syrienne ? Ses déclarations relèvent-elles du courage politique ou de l’opportunisme ? On notera tout de même que la communication n’est pas vraiment totalement laissée au hasard puisque la sortie prochaine de ce qui sera peut-être un tube révolutionnaire a été préparée sur internet par une mini-vidéo disponible sur YouTube (d’où a été tirée l’image en haut de cette page) et par la diffusion, sur différents sites, des paroles de la chanson pour l’heure encore inédite… Tout de même, et plus encore si elle est suivie d’autres, cette défection spectaculaire d’une personnalité aussi importante du monde du spectacle est un avertissement pour le régime. (En Égypte, la brutale conversion de vedettes en tout genres a été, il y a quelques mois, le signe certain de la chute imminente du pouvoir en place : voir ce précédent billet).

Mais surtout, l’observation de la scène publique tunisienne, égyptienne, libyenne (on pense au romancier Ibrahim Al-Koni en particulier) suscite le même constat. La marginalisation des élites intellectuelles « légitimes », écrivains, intellectuels… qui, naguère encore, avaient une réelle influence sur l’opinion, est toujours plus manifeste. Parallèlement, les prises de position de chanteurs et autres vedettes du spectacle n’ont jamais eu autant d’écho.

En Syrie, les déclarations tardives et souvent jugées maladroites d’un Adonis confirment cette tendance. Il n’est pas sûr que la nomination à la tête du Conseil national de transition du sociologue (exerçant en France) Burhan Ghalioun suffise à l’inverser…

Différents articles (en arabe) sur le sujet : أصالة لنظام الأسد: آه هالكرسي لو يحكيأصالة: دقّت ساعة الثورة؟  أصالة مع الثوارالليبيين .
Un site Facebook de soutien à la chanteuse et à son engagement et un clip assez rétro à la gloire du président Hafez Al-Assad, avec en fond sonore la voix d’Asalah, en suivant ce lien.