Réseaux sociaux et soulèvements arabes : la fin de l’innocence ?

 

La page Facebook de la chaîne Al-Arabiya "hackée" par l'armée syrienne électronique

Au fil des mois, les mass-média qui avaient montré tellement d’enthousiasme pour les vertus révolutionnaires du Web 2.0 sont passés à autre chose, tandis que cyberoptimistes et cyberpessimistes continuent à échanger des arguments à propos du rôle qu’il faut attribuer ou non aux réseaux sociaux dans les soulèvements arabes. Une façon d’échapper à ces débats, qui ne peuvent que s’éterniser faute de preuve décisive, est de déplacer l’interrogation pour la faire porter non pas sur la valeur intrinsèque des réseaux sociaux mais sur la place qu’ils ont pu prendre dans une période particulière. Pour le dire autrement, on peut faire l’hypothèse que l’éventuel potentiel subversif des réseaux numériques a de toute façon disparu – pour le moment au moins – dans une région où les régimes politiques en place ont rapidement tiré les leçons de la chute de Ben Ali et de Moubarak. Il y a peut-être eu une « fenêtre d’opportunité » au début de l’année 2011, quand les potentialités du réseau étaient laissées aux opposants ou bien quand les appareils officiels prétendaient mobiliser les masses avec des méthodes datant, pour le moins, du Web 1 (à l’image des campagnes de participation citoyenne du type Sammi’ sawtak ! « Fais entendre ta voix », lancées en 2005-2006 et commentées dans cet article de 2007). Mais depuis, le cyberespace a perdu son innocence ! A lire cet article publié dans le Global Post par Jennifer Koons, on se dit que les bonnes vieilles méthodes de censure (filtrage, blocage…) vont sans doute conserver toute leur actualité, mais qu’on est surtout déjà entré dans une nouvelle ère où les réseaux ne sont plus du tout laissés à la seule initiative des contestataires, qui ne peuvent plus se contenter de jouer en amateur s’ils veulent survivre et faire entendre leur voix. En effet, les pouvoirs investissent eux aussi les réseaux, afin d’y diffuser leurs messages de manière tellement massive que leur présence, à défaut de convaincre, serve au moins à « recouvrir » les propositions subversives, à l’image des bonnes vieilles affiches d’autrefois collées par-dessus celles du concurrent !

Au temps du « printemps arabe », c’est dès la mi-février 2011 que le SCAF (Conseil suprême des forces armées) a ouvert en Égypte sa page Facebook dédiée – on se pince pour y croire – « à la jeunesse d’Égypte, à ses fils et à ses martyrs qui ont lancé la révolution du 25 janvier » ! (article en anglais ici) Deux mois plus tard, Walid al-Moallem, le ministre des Affaires étrangères syrien, ouvrait son compte sur Twitter… Dans les deux pays qui voient se dérouler les protestations les plus importantes (il faut dire que la plupart des médias ne sont pas bavards sur l’Arabie saoudite, le Maroc ou la Jordanie), la présence des partisans du pouvoir sur Internet est très notable : à Bahreïn, des « Twitter trolls » interviennent en masse et de manière très agressive (article en anglais) auprès de ceux qui diffusent des opinions contraires à celles des autorités locales qui, officiellement, ne sont pas concernées. En Syrie, l’armée syrienne électronique, qui aurait été fondée par deux étudiants en informatique (article en arabe, multiplie les « exploits », avec par exemple le « hack » récent (article en arabe) de la page Facebook de la chaîne Al-Arabiya. On ne compte plus les exemples qui témoignent des agissements, de plus en plus sophistiqués, des appareils de répression ou seulement d’influence. Néanmoins, pour peu que l’on fouille dans l’histoire – pourtant très courte – d’internet, il est facile de voir que les cybermilitants ne sont plus depuis longtemps les seuls acteurs et que des puissances publiques, « avec les meilleures intentions du monde », leur ont apporté autant d’aide qu’elles ont pu. C’est plus que jamais le cas des USA depuis l’arrivée au pouvoir de Barack Obama et d’une équipe qui avait pu mesurer l’efficacité des réseaux sociaux numériques lors de sa campagne électorale. La « gouvernance du XXIe siècle » intègre désormais tous les outils numériques (lien vers la très belle page du Département d’Etat nord-américain qui a officiellement lancé, lors d’un discours d’Hilary Clinton à Marrakech en septembre 2009, une initiative du nom de « Société civile 2.0 »)…

Comme le relève François-Bernard Huyghe dans une synthèse aussi brève qu’efficace, on arrive aujourd’hui à un paradoxe : « ce qu’Internet confère aux simples citoyens d’un côté (possibilités d’expression ou d’organisation sans chefs, sans partis et presque sans idéologie sinon très vague), ils doivent le payer en termes d’expertise et de stratégie de lutte : la protestation comme la répression se professionnalise. » S’il a jamais existé, le temps de l’innocence du militantisme arabe en ligne est de toute manière désormais révolu.

Un coup de jeune pour l’arabe : la langue métissée de l’internet

A l’occasion d’une énième conférence internationale sur L’arabe, langue universelle : responsabilité de l’individu, de la société et de l’Etat, Abdo Wazen (عبده وازن) se fend dans Al-Hayat d’un  inévitable article sur la décadence de l’arabe. Cela commençait bien pourtant, avec des remarques sur la globalisation, sur l’usage d’internet à travers lesquels s’est effectuée une modernisation de la langue que “linguistes conservateurs et lexicologues fondamentalistes” n’ont pas réussi à contenir. Hélas, cela s’achève par la classique déploration sur la rigueur de règles grammaticales stérilisantes qu’il conviendrait d’assouplir. On laissera aux spécialistes le soin de débattre à l’infini de ces problèmes, en notant au passage qu’Abdo Wazen regrette dans les usages actuels de la langue ce que d’aucuns considéreraient comme une vertu : “une langue d’emprunts, une langue composée, une langue fabriquée, une langue-collage”… Autant de problèmes, de son point de vue, liés à un mésusage de l’anglais, conséquence d’une perte d’identité (إنها اللغة المستعارة، اللغة «المولّفة» و «الممنتجة»، اللغة–الكولاج، التي لا هوية لها، بل التي لا تحمل هويّة صاحبها أو كائنها). Dans l’article ci-dessous, traduit en arabe par les soins de la revue Maqâlid publiée par le Bureau culturel de l’ambassade d’Arabie saoudite en France, je suggère d’arrêter de “pleurer sur les ruines du campement déserté” pour se tourner une bonne fois vers l’avenir, en acceptant les inévitables mutations imposées notamment par la révolution numérique.

L’arabe métissé de l’internet, langue du troisième millénaire

Dans toutes les langues, on rêve de pureté. Pour l’arabe en particulier, dans plus d’un pays, on se plaît à prétendre qu’on parle le « meilleur » arabe, en tout cas « le plus pur ». Pourtant, toutes les langues – et l’arabe n’y échappe pas – sont le produit de mariages ; des mariages qui, dans l’histoire, sont plus souvent obligés que consentis, sous l’effet de brassages, de mélanges, de rencontres, davantage imposés par les circonstances que désirés. Ce sont en effet souvent les invasions, les conquêtes, les occupations, qui ont provoqué le mélange des langues, lesquelles empruntent à leurs « sœurs » non seulement des mots, mais aussi des sonorités et même des règles de syntaxe. En Europe par exemple, l’empreinte de l’Empire romain est clairement visible sur les langues dites « latines », mais on aurait tort d’oublier combien l’anglais aussi doit à la langue officielle de la Rome impériale, langue de culture dans tout le continent européen pendant des siècles… Pour ce qui concerne la langue arabe, il n’est pas bien difficile d’en retrouver les échos, des siècles plus tard, dans la langue parlée en Espagne aujourd’hui et, par voie de conséquence, dans toutes les régions où cette langue s’est implantée, à commencer par l’Amérique latine.

Il y a aussi des mélanges plus pacifiques, en tout cas moins liés aux rivalités des empires et des royaumes. Le commerce en général, et les échanges en Méditerranée en particulier ont permis la diffusion dans le « Bazar Renaissance », cet espace de rencontre magistralement décrit par l’historien britannique Jerry Brotton1, d’une lingua franca dont quelques usages ont survécu jusqu’à l’époque moderne. A l’aube du troisième millénaire, une nouvelle lingua franca est en train de voir le jour. A travers les innombrables réseaux numériques qui innervent la grande société mondiale de l’information une nouvelle langue s’est à l’évidence imposée, le Global English (ou Globish). Il y a quelques années à peine, la moitié des pages disponibles sur internet étaient écrites en anglais. Mais la Toile mondiale évolue, tout comme ses utilisateurs et comme les applications disponibles. Déjà, des langues concurrentes apparaissent, le chinois et l’espagnol en premier lieu. Sur le Réseau des réseaux, l’arabe n’est « que » la septième langue, avec un maigre 3,3 % par rapport à l’ensemble des internautes. Toutefois, elle est bien la première au monde en termes de croissance : durant la première décennie du troisième millénaire, sa présence sur la Toile a augmenté de plus de 2 500 % !!!

Il est donc acquis que l’arabe est en train de trouver sa place dans les réseaux numériques globaux, en partie grâce aux efforts de quelques institutions qui ont su rendre disponibles les trésors de son héritage culturel. Avec la constitution d’une énorme bibliothèque de « classiques » en ligne, le site Al-Warraq2 reste un modèle, dont on ne soulignera jamais assez combien il a été essentiel, non seulement par l’importance des données qu’il a rendu disponibles mais plus encore par le timing de sa mise en œuvre, au tout début de l’internet arabe, à un moment où l’importance de l’économie de la connaissance était encore largement méconnue. Bien d’autres initiatives l’ont rejoint, et l’essentiel de la culture du passé est aujourd’hui accessible sur internet. Avec les années, ce qui n’est pas encore accessible le deviendra, et c’est désormais essentiellement sur les modalités de mise en ligne que l’effort doit porter avec, d’un côté, l’enrichissement des métadonnées qui vont permettre le repérage d’un document dans l’océan de ceux qui sont en ligne et, de l’autre, l’amélioration des interfaces qui enrichissent les nouveaux usages numériques des textes. Trop souvent en effet, les bibliothèques informatiques arabes sont conçues comme des copies des fonds originaux, alors que leur véritable numérisation suppose au contraire un travail sur les données afin d’en exploiter au mieux les richesses. Ce n’est pas un hasard si c’est autour du Coran, le texte par excellence pour les musulmans, qu’on observe les plus sophistiquées des applications électroniques, celles qui associent le son et l’image, les support multimédias et multilingues, la possibilité d’annotations, en attendant les découvertes à venir…

Mais le patrimoine classique est clos, par définition. Quelle que soit notre admiration pour le passé, l’arabe qui va circuler demain et plus encore après-demain sur les réseaux mondiaux ne sera pas celui de jadis. Bien au contraire, avec le temps, l’écart entre la proportion de textes anciens et nouveaux va se creuser, toujours plus en défaveur des premiers jusqu’à ce que la Toile ne nous donne plus d’exemples anciens, sauf à les rechercher de plus en plus profondément sous la masse des textes en circulation. Un cauchemar sans aucun doute pour les puristes de la langue, pour tous ceux qu’exaspère l’oubli systématique des règles grammaticales, syntaxiques, morphologiques et même phonétiques les plus élémentaires. Rien de neuf sous le soleil ! A la fin du XIIIe siècle déjà, dans la préface du Lisan al-‘arab, l’extraordinaire dictionnaire qu’il avait compilé précisément pour tenter de retarder ce désastre, Ibn Manzour se désolait de voir massacrée de la sorte la langue qu’il aimait tant ! Plus près de nous, l’essor de l’imprimerie dans le monde arabe a provoqué celui de la presse, des magazines et des maisons d’édition, source d’une renaissance culturelle et intellectuelle qui rendit inéluctable une première transformation de la langue, sous la pression, déjà, des « nouveaux » médias de l’époque. Inutile par conséquent d’imiter les Anciens et de « pleurer sur les ruines du campement déserté », rien ne pourra l’empêcher : il est écrit que l’arabe de demain sera « numérique », et que la langue va inévitablement beaucoup évoluer, et que cela va se faire au prix de la transformation de nombreuses règles, de l’évolution de très nombreux codes et usages. Avec les techniques numériques, tout le monde, y compris le plus malhabile des utilisateurs, va pouvoir s’emparer de la langue, la maltraiter à sa guise. C’est le prix à payer de la « démocratisation » des usages numériques, et il n’est pas interdit d’ailleurs de considérer qu’il est exorbitant. Mais une fois encore, impossible de lutter contre une évolution implacable.

Impossible, également, de savoir ce que sera cette évolution. En revanche, on peut déjà prévoir que les spécialistes n’ont pas fini d’en parler ! Le plus souvent, pour se désoler – c’est le cas pour toutes les langues confrontées à une telle situation – des changements en cours. Ils ont eu déjà, et ils auront encore très largement la parole, pour assurer la « défense » de ce patrimoine mondial de l’humanité qu’est la langue dans laquelle le Coran a été délivré. Pourtant, cette « nouvelle » langue, cet arabe « métissé » qui atteindra son plein développement demain mais dont on peut observer déjà les premiers pas dans l’espace numérique arabophone, celui des nouveaux médias télévisés ou en ligne, mais plus encore celui des innombrables échanges sur les pages de Facebook ou sur les écrans des téléphones cellulaires, cet arabe-là ne présente pas que des aspects négatifs. Il ne s’agit pas de prendre sa défense – il n’en est guère besoin de toute façon car il s’imposera tout seul – mais d’essayer de mettre en évidence, trop rapidement certainement, quelques-unes des caractéristiques de l’arabe du troisième millénaire.

La première des différences, la plus visible sans doute, tient à l’apparence de la langue arabe qui, pour une grande part des jeunes générations de l’ère numérique, possède désormais deux alphabets ! A l’ancien s’ajoute un second, bricolé à l’aide des caractères latins complétés par quelques symboles complémentaires pour trouver sur les claviers des téléphones ou même les ordinateurs des équivalences pour les caractères manquants. Cet « arabizi » est loin de rivaliser, on s’en doute, avec l’élégance plastique de l’alphabet arabe qui a fait le bonheur des calligraphes au long des siècles. Mais on voit également apparaître de nouvelles typographies qui, en associant les caractéristiques plastiques des deux alphabets, renouvellent et même enrichissent considérablement la gamme des possibilités. Et de toute manière, cet ajout d’un nouveau code, en parallèle à l’ancien, est un mal nécessaire pour que les utilisateurs de la langue arabe participent pleinement, au moins durant une phase de transition, aux applications numériques qui sont au cœur de l’économie de la connaissance. Après tout, plus d’un milliard de Chinois utilisent aujourd’hui une langue qui, dans sa version romanisée, de plus en plus présente depuis le milieu du siècle dernier, a changé jusqu’à son sens de la lecture, passé, du système traditionnel vertical et de droite à gauche au « standard universel » de la gauche vers la droite…

Beaucoup plus importante, lancinante même pour la culture arabe, est la question de la diglossie ou, si l’on préfère, de la coexistence de registres très différents de la langue, allant du plus dialectal au plus savant, selon les circonstances et les besoins du locuteur. Au contraire de ce que pourraient faire croire les apparences, avec la multiplication de revendications du « droit » à s’exprimer dans telle ou telle langue vernaculaire, non seulement à l’oral, à la radio et à la télévision mais également à l’écrit, avec par exemple la tentative de produire une version « égyptienne » de l’encyclopédie en ligne Wikipedia3, il est permis de penser que la multiplication des échanges oraux et écrits en ligne va en réalité favoriser l’émergence d’une nouvelle forme de « moyen arabe4 ». En effet, à l’image des phénomènes linguistiques provoqués par l’arabisation de l’administration de l’Empire abbasside au Moyen Age, la transformation radicale des conditions sociales et techniques du passage à l’écrit produira sans doute une « nouvelle » langue, « moyenne » par sa position à mi-chemin des arabes parlés et de l’arabe classique, mais « exceptionnelle » par sa capacité à s’adapter aux besoins d’utilisateurs loin d’être tous versés dans les subtiles arcanes de la grammaire. La perte d’une partie de ces codes est certainement le prix, encore une fois en quelque sorte obligatoire, de la « démocratisation » des usages de l’écrit que permettent les nouvelles techniques.

La langue arabe va donc prendre « un coup de jeune », dans tous les sens du terme, avec l’apparition de nouveautés lexicales, syntaxiques, morphologiques, etc., où se fera également sentir l’influence des autres langues du monde. Une telle évolution entraînera la disparition de certains codes, et certains diront que l’arabe « métissé » que l’on va voir apparaître de plus en plus aura perdu toute sa « pureté »… Regrets qui n’arrêteront pas l’histoire et qui se refusent à voir qu’une langue, comme tout organisme vivant, ne subsiste qu’en s’adaptant à son écosystème. Regrets également qui ne voient pas que la richesse de la culture arabe moderne est, pour ce qui est du domaine de la littérature, le produit d’une évolution largement comparable. En effet, s’il est vrai que le roman est devenu, selon l’image frappante proposée par le critique égyptien Gaber Asfour, le nouveau « divan des Arabes », ce roman, celui de Néguib Mahfouz ou de Alaa El-Aswani, est bien écrit dans cette langue renouvelée par l’adoption de l’imprimerie quelques décennies plus tôt. Et parmi les œuvres contemporaines les plus marquantes, certaines, dont celles de la romancière saoudienne Raja al-Sanea, montre la voie d’une nouvelle créativité qui intègre les caractéristiques expressive de ces nouveaux usages de la langue arabe au temps du numérique.

L’arabe « métissé » du troisième millénaire va donc obéir à la loi du vivant et s’éloigner encore un peu plus de son passé. Mais il va aussi se rapprocher davantage de cette jeunesse, largement plus de la moitié de sa population actuelle, qui est en train d’écrire son avenir.

  1. Jerry Brotton, Le « Bazar Renaissance ». Comment l’Orient et l’islam ont influencé l’Occident, Paris, Les liens qui libèrent, 2001. []
  2. Voir à ce sujet ce billet sur les Carnets de l’Ifpo. []
  3. http://arz.wikipedia.org/wiki/> []
  4. M. Doss, « Réflexions sur les débuts de l’écriture dialectale en Egypte », Egypte/Monde arabe, n° 27-28, 1996. []

Révolution sexuelle en Tunisie (2/2) : les homos, du pareil au même ?

Un premier billet mis en ligne il y a un peu moins de deux ans proposait quelques exemples du coming out naissant dans le monde arabe de ceux qu’on pourrait appeler, à partir du terme récemment forgé en arabe pour les désigner (mithli), des « pareillistes » (ce serait en tout cas mieux trouvé que le très ambigu, en français en tout cas, « gay » made in USA). Depuis les événements de l’année passée – et cela confirmerait ainsi l’idée que ces bouleversements ne s’arrêtent pas à la scène politique et qu’ils concernent au contraire l’ensemble des questions de société –, on constate que l’allosexualité s’exprime un peu plus ouvertement en Tunisie. Mais alors que l’édition papier du marocain Mithly évoquée en avril 2010 (je ne sais pas s’il existe encore : amis lecteurs ?…) était en arabe, tout comme le site mithly.net, Gayday magazine, lancé il y a un an en Tunisie et qui s’exprime presque exclusivement en français et en anglais, n’est diffusé que par internet (ainsi qu’une radio, qui l’a suivi peu de temps après).

Apparemment, c’est quand même bien assez pour faire débat, et même davantage puisque le site a récemment été « hacké » (article en anglais, d’où est tirée l’illustration ci-contre). Après des déclarations rassurantes, juste après les élections, à propos du « droit des homosexuels à exister » (article  en français), le discours du parti islamo-conservateur qui domine la coalition au pouvoir, Ennahda, a considérablement évolué. Peut-être en raison d’un scandale politique local, en janvier dernier, lorsqu’a circulé en janvier dernier sur YouTube (elle a été retirée depuis) une vidéo tournée du temps de l’ancien régime et, d’après certains, truquée. Sur des images difficilement déchiffrables, on pouvait vaguement distinguer une relation entre deux hommes, dont l’un avait une ressemblance frappante avec Ali Larayedh, actuel ministre de l’Intérieur et cadre important d’Ennahada.

Résurgence nauséabonde – même si la vidéo a été mise en ligne par un « militant de gauche » – de la « porno-politique », une technique chère aux services spéciaux du régime de Ben Ali ? Cette hypothétique relation homosexuelle a naturellement suscité dans la société tunisienne des réactions d’indignation (comme elle l’aurait fait ailleurs, à commencer par la France). Dès lors on comprend mieux que le même parti Ennahda soit allé dans le sens de l’électorat et qu’il ait quelque peu « durci le ton » sur la tolérance sexuelle. Au début du mois de février, le ministre des Droits de l’homme, Samir Dilou, a ainsi déclaré à la télévision, à propos des homosexuels précisément, que la liberté d’expression avait ses limites et que « ces personnes-là » feraient mieux de se soigner. (M. le ministre ne sait pas que l’OMS a officiellement rayé l’homosexualité de la liste des maladies mentales en 1990!)

En dépit de la réelle solidarité d’une bonne partie de la classe politique, tous courants confondus, ainsi que parmi nombre de militants sur la Toile, Ennahda a donc choisi d’afficher ses préférences sexuelles, en définitive aussi conservatrices que sa doctrine politique : menace des fermeture du site Gayday magazine d’un côté, et défense du « droit à la polygamie » (déclaration du même Samir Dilou) de l’autre, avec ou sans « mariage coutumier » (voir le billet précédent).Visiblement, pour Ennahda, hétos ou pareillo-sexuels, ce n’est pas du pareil au même !

Révolution sexuelle en Tunisie (1/2) : le mariage coutumier est-il traditionnel ?

Après le temps des bouleversements politiques, voici venir celui des révolutions sociétales… La chape de plomb des années Ben Ali est tombée, l’islam politique longtemps maintenu en dehors de l’arène politique y a fait son entrée en force, autant de raisons pour que les Tunisiens aient le sentiment qu’une ère nouvelle s’est ouverte et que cela doit se traduire dans leurs vies. Pas uniquement en termes de mesures politiques mais très concrètement dans ce qu’il est permis ou non de faire tous les jours.

Dans la nouvelle Tunisie les affaires du corps et du cœur sont autant de prétextes à des conflits entre différentes « cultures » si l’on veut, différentes manières pour l’individu, homme ou femme, de concevoir sa place dans l’espace public : sa visibilité, ses modèles, son autonomie par rapport aux normes familiales, morales, sociales… Autant de questions qui ont pour lieu de désir et d’effroi le corps des femmes. Après le « corps de Dieu », montré à l’écran lors de la diffusion du film Persepolis par la chaîne Nessma en octobre dernier, on a donc eu les corps sexualisés à l’occasion de débats qui ne sont toujours pas terminés sur la légitimité ou non d’une censure des sites pornographiques ; les corps des starlettes lorsque l’actuel ministre de la Culture fait part de sa décision de ne pas inviter au prochain festival de Carthage des chanteuses (libanaises ou égyptiennes) trop aguichantes ; le corps des supportrices de foot lorsque la reprise d’une photo dénudée de l’admiratrice (et épouse) d’une star tunisienne du ballon rond exilé en Allemagne entraîne l’emprisonnement d’un propriétaire de journal (libéré depuis) ; et enfin cette partie bien particulière du corps des femmes quand le débat public, y compris dans la bouche du président de l’Etat, tourne autour de l’excision… Tout cela en l’espace de quelques semaines, et on en oublie sans doute…

Dernier sujet en date, le corps des mariées ou, si l’on préfère, la question du mariage pour les jeunes Tunisiens et Tunisiennes. Une question traitée dans ces chroniques en septembre 2009 (4 billets, le premier est ici), notamment à partir du phénomène du « mariage coutumier » (زواج عرفي), en bref l’existence, sur une échelle de plus en plus importante, de « contrats de mariage » qui arguent de la valeur d’un engagement religieux (un contrat moral passé devant Dieu en quelque sorte) pour se dispenser d’un enregistrement légal (et d’une célébration publique). Un phénomène complexe, qui répond à toutes sortes de logiques sociales, économiques, politiques même parfois, et que l’on peut interpréter, en fonction des contextes, aussi bien comme une forme à peine déguisée de prostitution que comme une manifestation de nouvelles pratiques sexuelles autorisant presque ouvertement les relations sexuelles prémaritales…

Un phénomène présent depuis longtemps dans la société tunisienne (voir ce billet à propos d’un film sorti en avril 2007), mais qui prend visiblement des proportions encore plus grandes depuis la révolution tunisienne, au point que Sihem Badi, actuelle et très contestée ministre des Affaires de la femme, a cru devoir s’en mêler pour en dire du bien dans un premier temps, avant de se rétracter. Concrètement, depuis la révolution de plus en plus de jeunes, en particulier dans les milieux étudiants (un détail qui a son importance), vivent conjugalement – et en toute illégalité – à la suite d’un « contrat » de mariage coutumier (une simple promesse verbale souvent, parfois davantage formalisée, devant une autorité religieuse mais pas nécessairement).

Sur le spectre politique traditionnel, les positions sont aussi claires que parfaitement attendues : surfant sur une tendance plébiscitée par la jeunesse, les différentes tendances de l’islam politique encouragent plus ou moins ouvertement (selon les partis et les individus) des pratiques qui « renforcent l’islam » (en tout cas dans l’espace public), par exemple en donnant à la « loi divine » et au contrat religieux plus de poids qu’à la « loi des hommes » (le contrat de mariage civil) ; à l’inverse, les courants dits « modernistes » de la société tunisienne s’alarment de constater une telle évolution précisément dans un pays où l’indépendance s’est accompagnée de réformes pionnières à l’échelle de la région, notamment sur le plan des droits des femmes. Les termes du débat sont donc parfaitement fixés selon des lignes de confrontation politique archi-connues : pour faire simple, islam politique d’un côté, libéraux modernistes de l’autre.

Ce qu’il serait intéressant de mieux connaître, et qui transparaît dans des témoignages repris dans des reportages pourtant loin d’être en faveur du phénomène (voir ce reportage de France 24 ), ce sont les raisons qui poussent la jeunesse tunisienne à opter de manière assez massive pour ces nouvelles pratiques sexuelles et/ou matrimoniales. Le retour à la loi divine et à la vraie tradition affirme-t-on d’un côté, l’ignorance, la pauvreté, la naïveté dit-on de l’autre, en s’inquiétant (à juste titre sans doute) des conséquences à moyen terme de ce type de relations où la femme n’est guère protégée…

Et si ce n’était ni l’un ni l’autre ? Et si le débat politique traduisait fort mal, et de manière en vérité dépassée, les données réelles de ce phénomène social ? Ne peut-on pas faire l’hypothèse que ces mariages traduisent en quelque sorte les demandes des « enfants du numérique » qui ont fait la révolution politique et qui souhaitent désormais la prolonger dans d’autres domaines de leur vie, sans doute tout aussi importants ? En vérité, on peut se demander si ces « mariages coutumiers » sont vraiment aussi traditionnels qu’ils prétendent l’être… Même si cela peut étonner à première vue, ne seraient-ils pas aussi l’expression, après la révolte politique, d’une autre demande de liberté, au niveau des mœurs cette fois. En bref, une révolution sexuelle…

Image récupérée sur un article en ligne dont je suggère aussi la lecture…