La magie des communications modernes !

œuvre de l'Algérien Rachid Koraïchi, "Jameel prize" 2011

Hollande et Sarkozy, les deux « finalistes » des présidentielles françaises, vont-ils faire comme beaucoup d’autres avant eux et tenter de connaître le sort que leur réservent les urnes grâce aux talents des extralucides ? On ne pense pas aux sondeurs mais plutôt à ceux et celles qui ont le don de lire l’avenir. A tout hasard, on leur rappelle qu’Élisabeth Tessier, la « diseuse de Sorbonnaventure » pour reprendre la formule du Canard enchaîné, très fréquentée par l’ancien président Mitterrand, n’est en principe plus disponible depuis qu’elle a rejoint définitivement le camp de la vraie science après une extraordinaire thèse de sociologie...

Qu’on y croie ou pas, la magie peut s’avérer utile pour ceux qui exercent des responsabilités publiques, à l’image de ce juge saoudien qui, accusé de corruption, a plaidé l’innocence : il était ensorcelé ! Il est peut-être encore temps pour Berlusconi de suivre son exemple, d’autant plus qu’il est de notoriété publique qu’il est homme à tomber facilement sous bien des charmes…

Au contraire de la France – la « vraie » bien entendu, on ne parle pas des quartiers métèques où pullulent les marabouts ! – où ce sont plutôt des hommes qui consultent des femmes, dans le monde arabe on trouve surtout une clientèle féminine qui s’adresse à des hommes. Les choses commencent toutefois à changer. Même dans ce domaine par définition très traditionnel (et même « traditionaliste » puisqu’il s’agit souvent d’utiliser des formules religieuses héritées de la tradition), l’émancipation féminine, vraie révolution sociétale dont on n’a pas fini d’entendre parler, est à l’œuvre. En Arabie saoudite par exemple, cet article (en arabe) dans Elaph nous explique que de plus en plus de femmes pratiquent la « magie blanche ».

Cette évolution du « métier » s’explique peut-être également par le fait que la bonne exécution des rites exige le plus souvent que le « guérisseur » rencontre sa patiente. Les occasions de pareils tête-à-tête étant rares dans un pays où la séparation des sexes est un dogme, au sens propre du terme, il y a forcément des « débordements » : en janvier, on a ainsi exécuté un « sorcier » accusé d’avoir profité de la situation pour abuser une bonne centaine de victimes (toujours dans Elaph, en arabe par conséquent). Entre femmes, les risques ne sont en tout cas pas les mêmes !

Toutes sortes de chiffres circulent à propos de la magie et de ses usages, probablement aussi fantaisistes les uns que les autres : 80 % des femmes en Irak y auraient recours à un moment de leur vie, en particulier pour retrouver la trace d’un disparu, fléau de ce pays ravagé par la violence depuis la brillante expédition nord-américaine ; 60 % en Égypte pour tenter de trouver une solution à un autre drame social, le célibat ou le divorce, l’un et l’autre de plus en plus fréquents… Une inquiétude qui touche toutes les sociétés de la région, l’Arabie saoudite par exemple où de très nombreuses maîtresses de maison, jalouses de l’empire que peut prendre sur les affaires de la maisonnée une domesticité dont elles ne sauraient se passer, ont recours à des « inspecteurs » en sorcellerie, dont le rôle est d’inspecter les affaires personnelles du personnel de maison à la recherche d’indices prouvant que, si tel ou tel membre masculin de la famille est tombé sous leur charme, c’est la faute à la magie !

Probablement très lucrative quand le sort permet qu’on la pratique dans la haute société, la magie est un « business » qui concerne toutes les classes sociales, y compris les moins riches. Ce sont elles qui constituent le gros de la clientèle, aussi fidèle que désespérée sans doute, et limitée dans son budget. En Égypte, un « honnête » talisman se vend aux alentours de 60 dollars. En Arabie saoudite, où le ministre des Affaires religieuses a récemment autorisé – au grand dam de son collègue de la Santé – le métier de « psychologue religieux » (طبيب نفساني اسلامي), on peut désormais se faire « soigner » à l’aide du Coran, mais le traitement ne doit pas dépasser les 150 dollars : une misère !

Signe également du caractère très féminin, dans le monde arabe, des pratiques magiques, le succès des émissions de télévision qui font de ce thème leur fond de commerce. Un excellent article dans (original en arabe ici) évoque ainsi comment sur Al-Nahar, une télévision privée égyptienne, on peut voir un exorciseur au travail sur une jeune femme habitée par les djinns. Un nouveau type de téléréalité dont on peut imaginer qu’il finira bien par trouver sa place dans la programmation de nos meilleurs chaînes (à moins de considérer que les émissions des prêcheurs télé-médiatiques nord-américains appartiennent déjà à ce registre).

Rien de nouveau sous le soleil ! Aux premiers temps de l’imprimerie, Mohammad Abduh, un cheikh réformiste de la fin du XIXe siècle, se lamentait en constatant que l’essor de l’imprimerie servait moins à propager le savoir et la raison que les innombrables sornettes de la superstition, diffusées en une multitude d’opuscules, bien oubliés de l’histoire du livre arabe en dépit de leur immense succès. Aujourd’hui, télévisions satellitaires et réseaux internet produisent les mêmes effets en exacerbant les tensions entre les pratiques « nobles » des élites intellectuelles et culturelles et celles, symboliquement, indignes, des classes populaires. C’est aussi un aspect de la « révolution culturelle » que porte l’essor des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Deux précédents billets sur la magie : ici et .

Boycott sportif : Al-Jazeera en piste ?

Dans une dizaine d’années, la question de Palestine aura peut-être trouvé une solution ! En tout cas, c’est ce que doivent souhaiter les autorités du Qatar qui accueillent, comme on s’en souvient, la Coupe du monde de football 2022. En effet, si rien ne change, la compétition ne va pas être facile à organiser, surtout depuis que les ministres des sports de la Ligue arabe ont récemment décidé le boycott de la société Adidas, coupable d’avoir “sponsorisé” la dernière édition du marathon de Jérusalem. Dans l’immédiat, on a pu mesurer ce que valaient ces bonnes résolutions puisque l’équipe d’Egypte, actuellement en tournée pour une série de matchs même pas officiels (il ne s’agit que de rencontres amicales), a piteusement dû revêtir les maillots fournis par son équipementier favori, au prétexte qu’elle n’en avait pas d’autres !

La réalité est plus sordide : selon un article (en arabe) dans Elaph, le contrat signé par l’équipe nationale d’Egypte prévoit surtout de très lourdes pénalités financières au cas où les “Pharaons” porteraient une autre tenue que celle fournie par Adidas. De quoi ajouter encore aux désillusions de la star nationale, Abu Trika, connu pour son engagement politique : l’homme qui avait il y a quelque temps déjà manifesté sur le terrain son soutien aux habitants de Gaza (voir ce précédent billet) n’a pas hésité au moment de la chute de Moubarak à se mêler à la foule des manifestants (article en arabe) de la place Tahrir. Comme pas mal d’Egyptiens − et ils ne sont pas les seuls ! −, il doit aussi se demander comment se terminera l’incroyable feuilleton des élections avec ses multiples épisodes qui font disparaître, au gré des décisions “juridiques”, tel ou tel candidat, y compris parmi les mieux placés.

Néanmoins, la question du boycott va tout de même se poser très rapidement aux Qataris puisque les patrons de la Formule 1 ont décidé de maintenir le Grand prix du Bahreïn prévu pour le dimanche 22 avril. D’ici là, Abdulhadi Khawaja, qui poursuit une grève de la faim depuis plus de 60 jours, se sera peut-être laissé mourir, ce qui serait très dommageable pour la grande fête du sport pétrolier… Ni le soutien des manifestants au Bahreïn, ni celui qu’il reçoit de la part d’organisations telles qu’Amnesty International qui dénoncent le traitement réservé à de simples prisonniers d’opinion, ne semblent émouvoir beaucoup les autorités locales.

Des chaînes japonaise, allemande ou finlandaise semblent hésiter à couvrir l’événement, surtout pour des raisons de sécurité vis-à-vis de leur personnel, il faut bien le reconnaître. On attend avec intérêt de voir quelle sera la position d’Al-Jazeera : la chaîne qui a fait du sport son cheval de bataille (commercial) sera-t-elle sur la piste pour ce rendez-vous sportif ou bien préfèrera-t-elle rester fidèle au slogan imaginé pour son quinzième anniversaire − “l’information, l’opinion, la conscience” − et à sa couverture des révoltes arabes, même quand elles se déroulent dans un émirat voisin ?

Malheureusement, on connaît déjà la réponse…

Lecteurs internautes : au travail !

Désolé de ne pas avoir été fidèle au rendez-vus du début de la semaine… Pour ne pas laisser la semaine totalement “blanche”,  je relaie – après l’avoir moi-même reçu d’un ami et collègue – un questionnaire proposé par Paul Charbel, de la Drew University aux USA, à propos de ce qu’il appelle the Arabic Chat Alphabet (davantage connu dans ces billets sous le nom d‘arabizi). C’est un signal intéressant de constater un début d’intérêt de la part de la communauté scientifique pour une question que je crois pour ma part essentielle en ce qui concerne l’avenir de la région…

Il s’adresse aux “arabic/english speakers” (en l’occurrence il devrait surtout parler de writers !), mais je ne vois pas en quoi des réponses venues d’ailleurs pourraient ne pas l’intéresser. Le questionnaire est très courtt et très rapidement rempli !!!

A bientôt !

From:Paul Charbel pcharbel@drew.edu
Subject:Survey on use of Arabic Chat Alphabet

Attention Arabic/English Speakers! Do you use the Arabic Chat Alphabet? Ta7ki 3arabi? Then please consider taking this quick 10 question survey; the results will be used for my current study on the use of this online language. No personal information is asked for, so PLEASE share with your friends and family! If you have any questions about the study, you can email me (pcharbel@drew.edu) and I will be happy to answer. Thank you so much!

http://www.surveymonkey.com/s/Y2S89TM

Réseaux sociaux et crimes de lèche-majesté

Amnesty International demande la libération de 6 militants jordaniens détenus depuis bientôt un mois pour avoir, on hésite à l’écrire, « tiré la langue au roi » ! (إطالة اللسان على مقام الملك  : ça peut se dire autrement en arabe ? Merci pour les suggestions !) Pour l’heure, ils risquent trois ans de prison pour crime de lèse-majesté. A la suite des manifestations organisées pour les soutenir, une trentaine de manifestants ont été arrêtés ces derniers jours. On ne sait pas exactement leur nombre, 24 ou 36 selon les sources (apparemment les forces de l’ordre jordaniennes travaillent à la douzaine). Qui s’en soucie vraiment puisque le Royaume de Jordanie fait partie de ces régimes tout à fait respectables qui donnent des leçons de démocratie à leurs voisins ? Le roi Abdallah a ainsi été le premier chef d’État  de la région à appeler son voisin Bachar, le 15 novembre dernier, à démissionner. En dépit des bouleversements politiques que vit la région, on note d’ailleurs la bonne santé des dynasties locales, par rapport au « républicarchies » (mélange de république et de monarchie) : pas un roi, émir ou sultan de la région n’a connu le sort des présidents Ben Ali, Moubarak, Qaddafi et Saleh.

En juin 2010, c’est un journaliste koweïtien, Muhammad al-Jasem, qui avait passé presque deux mois à l’ombre pour crime de lèse-majesté, avant les événements de l’année 2011 par conséquent. De quoi contredire la démonstration d’un certain Abdullah Al-Madani au Bahreïn, pour lequel ce sont les dérives du « printemps arabe » qui incitent quelques mauvais esprits, animés par l’envie et forts du soutien des organisations internationales, à rompre avec les traditions locales en principe respectueuses des suzerains et des chefs en général. Son article (en arabe), qui passe en revue un certain nombre de législations en vigueur à l’encontre du crime de lèse-majesté (المس بالذات الملكية), signale que la législation marocaine prévoit une peine d’un an de prison (si c’est dans un lieu privé, 3 ans dans le cas contraire).

M. al-Madani a tout de même raison : on peut penser que les bonnes traditions se perdent et que les jeunes générations arabes ne manifesteront plus le même respect que leurs aînées à l’égard des différentes formes de pouvoir. Plus encore que sur la scène politique, c’est d’ailleurs sur le terrain du rapport de l’individu à l’autorité que la pratique généralisée des technologies numériques est en train de produire de puissants changements. On le sait bien au très noble (= chérifien) Royaume du Maroc où une vidéo, mise en ligne via YouTube en mars 2011, a déclenché un déluge de commentaires : on y voyait un vulgaire sujet de Sa Majesté lui faire part de toutes sortes de reproches sans même lui reconnaître le « vous » de majesté ! Comme le signale ce billet (en français) écrit en mars 2011, avec les souffles du changement ce type de prise de parole se multiplie. Les réseaux sociaux, tout particulièrement, sont le véhicule d’un échange public qui, pour reprendre le titre d’une conférence récente de Manuel Castells, ne se reconnaît plus « ni Dieu ni maître » !

Tout autre chose. L’ENS de la rue d’Ulm fait à nouveau parler d’elle à propos du monde arabe ! Cette fois, c’est « la bande à Houda » qui organise sa désormais traditionnelle « semaine arabe ». Le programme se trouve ici  (j’interviens moi-même (de façon très bien élevée !) lundi 2 avril, à 20 heures, sur les réseaux sociaux bien entendu !