Comique troupier : la révolution syrienne et ses vedettes

Avant d’être un genre à part entière, tremplin pour des stars en puissance de l’envergure d’un Fernandel, le comique troupier désigne tout simplement l’artiste comique se produisant devant les troupes. La définition s’applique assez bien à la prestation de Bernard-Henri Lévy paradant sur la Croisette devant quelques vétérans en uniforme de la « campagne de Libye », sans oublier, clou du spectacle, deux authentiques révolutionnaires syriens, exfiltrés de leur pays au prix de tous les dangers et exhibés devant les caméras sous un camouflage ridicule associant lunettes fumées et drapeau du soulèvement syrien. Evoquant l’événement sur le site de La règle du jeu, revue dont BHL est le rédacteur en chef, Laurent David Samama commence ainsi son article :

« Cannes 2012. Un peu avant la montée des marches, libyens, syriens1 et autres résistants acharnés de la démocratie se retrouvent dans les arrières salons (sic) de l’hôtel Majestic. Les regards sont lourds. La conversation est franche, l’ambiance est à la camaraderie mais le contexte de la venue des participants est compliqué. »

La scène est campée, au Majestic, certes, mais seulement dans les « arrière-salons » ! L’heure est grave… Cela se poursuit un peu plus loin ainsi :

« J’écoutais les voix les plus critiques jusqu’à ce que je foule à mon tour le tapis rouge et vive le tumulte [souligné par l’auteur]. Là on mesure la portée d’un mouvement de pensée existentialiste, droit-de-l’hommiste et interventionniste qui se concrétise. Des centaines de photographes, de cameramen, journalistes et spectateurs appellent, interpellent,  demandent dans un incroyable brouhaha de se retourner et de leur expliquer la raison de votre venue. Des milliers d’objectifs vous fixent, la montée des marches est retransmise en direct à la télévision et, alors que la cohorte progresse jusqu’à la salle de projection. De New York à Tunis, de Téhéran à Tel-Aviv, le monde entier vous regarde. Il serait bête de ne pas profiter de l’aubaine pour médiatiser le combat contre Bachar al-Assad et les islamistes. »

La « portée d’un mouvement de pensée existentialiste, droit-de-l’hommiste [ !] et interventionniste »… Ciel ! Retenons la dernière phrase : « le combat contre Bachar al-Assad et les islamistes ». Publiée dans la revue qu’il dirige, on peut penser que ce texte est fidèle à la pensée du maître qui, par ailleurs, a expliqué en long et en large dans son film – c’est le thème du Serment de Tobrouk – combien l’Histoire lui doit pour cette « ingérence réussie ».

Bousculant les règles avec une conférence de presse avant la projection et non pas après comme le veut la coutume (c’était peut-être mieux ainsi aux dires des premières critiques), ce show organisé sur la Croisette, avec figurants encagoulés, avait pour objectif majeur d’associer deux révolutions arabes dans une même nécessité, celle de l’intervention armée. Dans le cas syrien, il s’agit, selon BHL, de lutter « contre Bachar et les islamistes ».

L’association est difficile à saisir : on ne fera pas l’injure à BHL et à son équipe de penser qu’ils ignorent que le régime syrien justifie ses pires exactions au nom de la lutte contre le fanatisme musulman, en l’occurrence sunnite. Proposent-ils une intervention armée à la fois contre le pouvoir et contre les groupes armés extrémistes qui, aux dires même de l’ONU, sont désormais présents dans les rangs de la révolte syrienne ? Au regard de ses antécédents, on espère que BHL ne passera pas une fois de plus par dessus la tête du ministre concerné pour déclencher la foudre guerrière car ce serait une inflexion majeure de la diplomatie française ! Le plus probable, malheureusement, c’est qu’en associant islamistes et Bachar al-Assad l’échotier de La règle du jeu écrit rigoureusement n’importe quoi. Des chiffons rouges agités pour amuser la galerie et « justifer » les analyses géostratégiques de l’ancien « nouveau philosophe ».

Les opposants syriens, ceux de toujours et qui souffrent avec leur pays, avaient raison il y a quelques mois de cela de supplier BHL de leur épargner son soutien ! Car pour faire bonne mesure, le philosophe suprême – selon une dépêche AFP que l’on trouve en arabe sur le site Elaph  par exemple – a déployé tout son sens politique pour expliquer que le destin des Libyens ne pouvait se comparer dans l’histoire qu’à celui du mouvement sioniste en Israël !

Dans le monde arabe aussi, les « vedettes » disent leur mot sur la révolution syrienne. Entre stratégie de réconciliation après des années de compromission avec le pouvoir et engagement sincère, les soulèvements arabes leur donnent l’occasion de se manifester comme jamais (alors que les « intellectuels légitimes » sont, dans plus d’un cas, étrangement muets, ou terriblement mal à l’aise).

Mawazine, le méga-festival marocain, a ainsi été l’occasion de déclarations publiques un peu embarrassantes pour les organisateurs qui n’avaient pas prévu que la scène musicale servirait de tribune à des déclarations assez peu diplomatiques. Déjà remarquée pour ses positions, la syrienne Asalah a confirmé son engagement en dédiant une chanson « aux courageux révolutionnaires qui défendent notre liberté ». Elle n’a pas précisé, mais le message est sans ambiguïté. Et les voisins – sans précision là non plus – n’ont pas été épargné : « on ne jette pas de pierres quand on habite une maison de verre ! » (Vexés, les journalistes libanais sont sortis, on se demande bien pourquoi !)

Mais c’est tout de même le Libanais Fadl Shaker qui a assuré l’essentiel du spectacle. D’origine palestinienne mais né à Saïda dans un milieu très populaire, celui qu’on connaissait comme un crooner a surpris tout le monde il y a quelques semaines en mettant sa renommée au service d’un certain Ahmad al-Asir (billet par Romain Caillet dans les Carnets de l’Ifpo), cheikh originaire de la même ville du Sud-Liban désormais résolument engagé dans un soutien à la révolte syrienne qu’on qualifiera d’« énergique » (avec les traductions concrètes de ce terme sur la scène locale comme on a pu le voir dans le nord du pays en particulier).

A Casablanca, Fadl Shaker a profité de son tour de chant pour agonir d’injures le président syrien (Que Dieu le détruise ! Qu’il l’emporte en enfer !), en demandant aux spectateurs de soutenir ces invocations à grand renforts de Amen ! (Oui, ça se dit pareil en arabe !) En guise de confirmation de cette conversion à la juste voie des croyants, Fadl Shaker – dans la grande tradition locale des artistes repentis – a annoncé sur Al-Rahma, une télé (très) religieuse, qu’il renonçait désormais à la chansonnette pour se consacrer au seul chant religieux…

« Contre Bashar al-Assad et les islamistes » dit-on à La règle du jeu, alors que Fadl Shaker, le néo-converti de choc soutient la révolution en Syrie ? Cela devient de plus en plus difficile à comprendre, Monsieur Lévy…

La photo signalée dans le commentaire de Sosso !
  1. Sans majuscule, ce sont juste des adjectifs, comme des adjuvants au grand show « béhachellien »! []

Disparition de Warda, “la rose pourpre du Caire” : Nous sommes toujours là !

Qu’ajouter à tout ce qui a été écrit à propos de la disparition soudaine de Warda al-Jazairia (وردة الجزائرية ), « Warda – la rose – d’Algérie », qu’on pourrait aussi appeler « La rose pourpre du Caire » tant sa vie fut intimement liée à la capitale égyptienne et à une certaine idée du monde arabe ? Dire que le monde arabe pleure la disparition d’une des dernières grandes figures de cette génération de légende, celle des luttes pour l’indépendance et du nationalisme arabe triomphant ? A la différence de l’Algérie, il n’y aura pas de célébration officielle en France pour la disparition de sa plus célèbre chanteuse arabe ! Car c’est bien en France, qu’est née Warda, à Puteaux, en 1939, et c’est à Paris qu’elle fit ses débuts artistiques.

Warda, c’est l’envers de Dalida – une vraie gloire nationale, elle ! L’ancienne reine de beauté égyptienne choisit la France en 1954, quand la jeune chanteuse du Tam-tam au Quartier latin doit quitter son pays natal, en 1958. Warda-la-rouge partage la lutte des Algériens pour leur indépendance, fait don de ses cachets aux FNL… Avec de telles idées, il vaut mieux ne pas traîner sur les bords de la Seine quand Maurice Papon est préfet de Paris… Elle se rend au Maroc, puis à Beyrouth, gagne finalement le pays de sa famille où elle se marie en 1962.

Juste avant, elle a le temps de participer à un grand moment de la culture arabe quand elle se fait politique : l’enregistrement de Ma grande patrie (Titre exact, Ma patrie chérie, ma grande patrie, il s’agit de la nation arabe, cela va de soi à l’époque de Nasser وطني حبيبي وطني الاكبر ). Mohammed Abdel Wahab en est le compositeur et dirige l’orchestre, tandis que les choristes et même les danseurs dressent la scène pour une bonne partie des vedettes de la chanson arabe de l’époque : Abdel Halim Hafez (عبد الحليم حافظ ), Sabah (صباح ), Faiza Kamel (فايزة كامل , un peu une erreur de casting !), Shadia (شادية ), Najat El-saghira (نجاة الصغيرة ). Une « opérette nationaliste » – l’expression est sans doute inventée pour l’occasion – qui reste dans bien des mémoires arabes. Tout juste cinquante ans plus tard, cette ode aux luttes anticoloniales et à l’unité arabe déclenche encore des passions dans les commentaires sur YouTube !

Warda et Baligh Hamdi

Quand Warda-de-Puteaux retrouve le pays de ses parents, ce n’est pas seulement la France mais toute la nation arabe qui perd une voix exceptionnelle. Son mari, acquis à l’indépendance mais pas à celle de sa femme, lui interdit de chanter. Le public n’entendra à nouveau sa voix qu’en 1972, quand Warda répond à l’appel du père de la nation algérienne, Houari Boumedienne, pour commémorer le dixième anniversaire de la libération du pays. Un retour sur la scène qui est aussi une scène de ménage ! Pour son mari, le contrat est rompu et il exige le divorce. Une perte pour l’Algérie aussi car sa rose gagne Le Caire, et le cœur de Baligh Hamdi (بليغ حمدي ), joueur de oud et surtout grand compositeur. Pour Warda comme pour les autres voix « périphériques », surtout du Maghreb –la Tunisienne Latifa par exemple –, le passage par la capitale égyptienne est la condition sine qua non d’une carrière à l’échelle de la patrie arabe (c’était avant les charmes pétrolifères de Rotana, la signature de Warda étant une des « victoires » de la méga-société saoudienne de production musicale : article en arabe).

La nouvelle rose du Caire voit toujours la vie en rouge et n’a rien perdu de ses convictions. Dans les années 1980, bien après la mort de Nasser, elle interprète un hymne au bouillant colonel Kadhafi qui a le don d’exaspérer Sadate ! On raconte qu’il aura fallu l’intercession de sa femme, Jihane, pour que Warda puisse poursuivre sa carrière en paix !

Jusqu’à sa mort brutale – quelques jours plus tôt, son fils annonçait encore qu’elle était en train de préparer un clip vidéo –, Warda l’Algérienne du Caire, oublieuse de son pays de naissance, s’efforçait de concilier ses attaches auprès de ses deux patries d’adoption, l’Égypte et l’Algérie. Au risque de quelques déchirements, au moins pour certains de ses fidèles de toujours… Au temps de la « guerre du foot » qui déchira les supporters des deux pays en novembre 2009, elle fit partie des voix qui tentèrent de ramener les esprits à la raison. Dans Le Caire de l’après-Moubarak, elle fut quelque peu prise à partie pour avoir été trop conciliante avec l’ex-président (elle était loin d’être la seule, et son cas a rapidement été oublié).

Quelques semaines avant le retour en grande pompe de sa dépouille en Algérie, Warda y avait déjà fait un étonnant come back, avec une chanson en l’honneur d’un demi-siècle de révolution (?) : Nous sommes toujours là ! (ما زلنا واقفين ). Pour l’occasion, un clip avait été tourné, avec une Algérie de carte-postale, et qui sent un peu trop l’hommage à un pouvoir politique qui, lui aussi, n’en finit pas d’être là, et bien là ! Pas vraiment le genre de clip capable de mobiliser la jeunesse du « printemps arabe », une jeunesse qui est bien lasse, elle, de ces mêmes visages, un demi-siècle plus tard…

Plutôt que ce clip de trop – inclus dans cet article  en français par ailleurs très recommandable –, prenez vraiment dix minutes pour un voyage dans le temps et les souvenirs, avec Ma grande patrie (deux versions : la première, bien remastérisée, et la seconde, un peu moins nette, mais avec des sous-titres anglais ; paroles arabes – un peu cafouilleuses – ici ; Warda apparaît vers la sixième minute). A titre de comparaison, cruelle, vous pouvez retrouver d’autres “opérettes nationalistes” avec ce billet sur Le rêve arabe, une “opérette” de la fin des années 1990, et cet autre, cette fois sur La conscience arabe, qui date, elle, de 2008.

 

Rap et “Bloc identitaire” : du travail d’Arabe !

 

Rien ne va plus en France ! Un certain “Bloc identitaire” mobilise à Grenoble contre le “racisme anti-blanc” de Kerry James, un rappeur natif de la Guadeloupe que n’ont pas convaincu les propos de l’ex-président Nicolas Sarkozy sur la colonisation1. Ces militants qui cherchent à préserver nos « identités historiques et charnelles » semblent trouver leur inspiration au-delà des frontières, chez les Arabes en plus ! Au Maroc, où la justice est bien tenue, on vient de condamner un rappeur. Avec une belle constance car c’est la seconde fois que L7a9d (lire : al-Haqed الحاقد) subit un traitement que l’extrême droite française aimerait peut-être faire appliquer en France. Arrêté le 29 mars dernier, le jeune rappeur proche du mouvement du 20 février se voyait reprocher cette fois une vidéo mise en ligne sur YouTube (elle n’est plus disponible). Pour illustrer les paroles d’une de ses chansons, Les chiens de l’État (كلاب الدولة), on voyait une séquence où des policiers à tête d’âne maltraitaient un citoyen.

Suite à une plainte déposée par la Direction générale de la sûreté nationale, le tribunal a prononcé une peine d’un an de prison (ferme) et 90 euros d’amende pour « outrage à un officier public dans le cadre de ses fonctions et à un corps constitué ». « Un an ferme », cela paraît être le tarif en vigueur auprès des tribunaux du pays. Rachid Niny, ex-rédacteur en chef du quotidien Al-Massae (المساء  : arabophone, la plus grande diffusion dans le pays), vient en effet d’être libéré il y a quelques semaines, après une année derrière les barreaux pour « atteinte à la sécurité du pays et des citoyens ». Était en cause cette fois une série d’éditoriaux (sous le titre « Voyons voir ! » شوف تشوف), qui s’intéressaient trop à la question de la corruption. Fidèle au principe de l’indépendance de la justice, le roi a préféré ne pas user de son droit de grâce en février dernier, afin que le condamné « fasse son temps », comme l’avait prévu la loi.

De telles condamnations doivent faire rêver les « identitaires » sur les rives de l’Isère… Hélas, même au Royaume enchanté du Maroc les choses évoluent, à cause de cette Constitution que le souverain marocain a proposé en référendum en juillet dernier, et qui prévoit expressément (article 92) une stricte séparation des pouvoirs. Ces jours derniers, quelque 1 800 juges, réunis au sein du Club des magistrats du Maroc (نادي قضاة المغرب ), une création du « printemps marocain » là encore, ont signé une pétition pour que soit acté le nouveau statut constitutionnel de la justice.

Ce n’est pas le nouveau ministre en charge de la loi marocaine qui les contredira. En dépit d’une promesse du parti Justice et développement (PJD, un parti dit « islamiste ») dont il est proche, il avait fait savoir avant le jugement du rappeur L7a9d qu’il n’interviendrait pas, au nom du sacro-saint principe de l’indépendance de la justice. On attend avec intérêt les positions du PJD sur les transformations constitutionnelles à venir…

La vidéo incriminée n’est donc plus en ligne, mais on peut encore écouter le titre ici. On y trouve les paroles en arabe marocain et je me joins à Ted Swedenburg pour réclamer une traduction (français, anglais ou espagnol, au choix!). L7a9ed (vous vous habituerez à cette écriture, couramment pratiquée par un hebdo comme TelQuel au Maroc par exemple) possède son site (en tout cas, il est à son nom, l’illustration vient de là).

  1. “La vérité, c’est qu’il n’y a pas eu beaucoup de puissances coloniales dans le monde qui aient tant œuvré pour la civilisation et le développement et si peu pour l’exploitation. On peut condamner le principe du système colonial et avoir l’honnêteté de reconnaître cela.”
    Nicolas Sarkozy, 9 mars 2007, meeting de Caen
    . []

Syrie : les théâtres de la bataille

Abu Khalil Qabbani (1835-1902), pionnier du théâtre au temps de la Renaissance arabe, chassé de Damas par un décret ottoman, après une pièce dans laquelle il se moquait du caliphe Haroun Al-Rachid

Sur la grande scène internationale, les événements de Syrie sont un théâtre d’ombres où des silhouettes se détachent sur l’écran des batailles tandis que d’autres acteurs se livrent, en coulisses, une guerre sans pitié. Et sur la scène du théâtre syrien, les événements de Syrie sont un drame où la profession tient son rôle, du mieux qu’elle le peut. Depuis mars 2011, le pays traverse une crise dont l’issue, sauf coup de théâtre, sera forcément encore très longue : des célébrités de la scène soutiennent le régime (voir précédent billet) ; d’autres – tel l’acteur célèbre Abdul Monem Amayri (عبد المنعم عمايري , article en arabe) – se taisent et se jettent à corps perdu dans le travail ; d’autres enfin (voir cet article dans le Guardian), ont rendu publique leur révolte, au risque de la prison parfois (article en arabe), et du chômage forcé souvent. Certains enfin, tels les deux frères Malas, ont été contraints de choisir l’exil.

Présents depuis toujours dans le théâtre syrien, les drames shakespeariens, avec toute leur folie meurtrière, ont plus que jamais la faveur des metteurs en scène locaux. Il y a quelques semaines à peine, ‘Orwa al-‘Arabi (عروة العربي), formé à l’Institut d’art dramatique de Damas, a ainsi présenté une énième version de Hamlet, devenu un classique de l’imaginaire arabe contemporain, comme le rappelle Hussein Omar. Dans le même esprit, et sur le même placement politique du type « soutien critique au régime », la capitale syrienne avait également vu en février la création de Un trône de sang (عرش الدم), une création de Ghassan Massoud (غسان مسعود) qui reprend un titre de Kurosawa pour associer deux œuvres, Macbeth et Richard III.

Dans la série des classiques remis au goût du jour, Hussein Idlibi (حسين الإدليبي), figure « classique » du théâtre national non moins classique, a transposé dans le contexte actuel une pièce déjà ancienne de l’auteur égyptien Alfred Farag. Inspirée des Mille et Une Nuits, La Princesse et le vagabond (الأميرة والصعلوك), histoire d’une princesse bien décidée à épouser le plus moche de tous les hommes disponibles pour se venger de son prince infidèle, a été adaptée pour montrer comme les « marchands du Golfe » sont prêts à tout, y compris à « vendre le sang du peuple syrien ».

Récit d’un pays sans mort (حكاية بلاد ما فيها موت), le dernier spectacle du jeune dramaturge Kifah al-Khaws (كفاح الخوص) également formé à l’Institut d’art dramatique, s’inspire à son tour du patrimoine local mais pour retrouver la tradition des hakawati (les conteurs de café) et pour offrir une réflexion plus complexe sur les événements actuels en imaginant une fable, puisant également dans l’épopée de Gilgamesh, où le héros finit par découvrir comment la mort peut être le chemin de l’éternité…

Etonnante scène théâtrale damascène, où l’angoisse des jours présents paraît stimuler l’énergie créatrice de certains. Après avoir eu l’occasion de travailler ensemble au printemps dernier, de jeunes passionnés de théâtre, en grande partie formés au « Laboratoire théâtral de Damas » d’Ousama Ghanem (أسامة غنم), ont prolongé l’expérience pour une création à partir de deux « dramaticules » (article en arabe) de Samuel Beckett, souvent présenté comme un des maîtres de l’absurde, ce qui n’est pas forcément étranger au climat actuel dans le pays. Un travail aux frontières du genre, sans « texte » et sans « direction », au sens traditionnel du terme, laquelle est remplacée par une mise en scène collective : une vraie révolution…

Mawazine ou « Wallou zin » ? Un équilibre périlleux pour le gouvernement marocain

Partout dans le monde arabe, on organise des festivals : question de prestige national ou même régional ; substitut à de réelles politiques culturelles tant il est plus facile d’organiser un événement annuel que de mettre en œuvre un programme de développement à long terme ; promotion touristique avec des retombées économiques ; et de plus en plus, scène alternative, non pas de l’expression artistique sous toutes ses formes, mais des luttes entre courants politiques qui labourent à grands coups de charrue démagogique un champ culturel où ils espèrent récolter des voix !

Avec les recompositions politiques qui font suite aux soulèvements du « printemps arabe », on voit donc sans surprise se multiplier les polémiques autour des « vraies valeurs ». (Certains extrémistes parlent même de « fermer les frontières » pour préserver l’« identité nationale », ce n’est pas en France qu’on pourrait entendre de telles horreurs!) L’affaire du moment, c’est le procès intenté au célèbre comédien égyptien Adil Imam, accusé d’attaquer « l’Islam » – avec une majuscule en français, et au singulier tellement les accusateurs sont persuadés de détenir la Vérité sur cette question. Mais à quelques jours du lancement de sa 11e édition, on préfère ici évoquer Mawazine, le vaisseau-amiral de l’activité festivalière au Maroc.

On aurait pu retenir l’exemple du festival de Carthage en Tunisie avec les déclarations de Mehdi Mabrouk, le « ministre de la Culture et de la préservation du Patrimoine » du nouveau gouvernement dominé par le parti « islamiste » Ennahda, qui affirmait ainsi, en février dernier, retenir pour la prochaine édition « des critères ayant une dimension morale » (عتماد مقاييس ذات بعد أخلاقي). Censure morale et atteinte à la liberté de la création pour les uns, conséquence logique de la révolution et coup d’arrêt à une programmation « populiste voire indigne » pour les autres, tout est en place pour un remake de la grande scène classique, « méchants-islamistes-passéistes » vs « courageux-laïcs-modernistes » !!!

Une lecture attentive des débats montre pourtant que les choses ne sont pas aussi simples, même si nombre d’acteurs, d’un côté comme de l’autre d’ailleurs, sans parler de la plupart des commentateurs étrangers, font tout pour qu’on pose la question exclusivement en ces termes. Un des intérêts de la polémique actuelle autour de l’organisation du festival Mawazine au Maroc est justement de mettre en évidence la complexité des enjeux, et des stratégies.

Il faut d’abord rappeler que l’opposition au festival ne date pas d’hier. Depuis des années, bien avant d’arriver au pouvoir par conséquent, les courants de l’opposition religieuse ont protesté contre ce genre d’événements culturels, ceux de la jeunesse branchée (du type L’Boulevard) bien entendu, « promoteurs d’une pernicieuse culture étrangère », mais également Mawazine et sa grosse artillerie médiatique proche du Palais. En mai 2008 par exemple, le roi, depuis toujours très attaché à une initiative menée par certains de ses proches, avait surpris ses sujets en prenant la défense d’un groupe de rap, soumis à une furieuse critique moralisatrice (article en arabe).

C’est toutefois en 2011, au plus fort du « printemps », que l’association Maroc-Cultures qui organise Mawazine a dû essuyer les plus violentes des critiques, au point que le festival a bien failli ne pas se tenir. Celles des militants de l’islam politique, bien entendu, mais également celles des jeunes du 20 avril, réunis dans une « Coordination pour l’annulation de Mawazine ». En principe aux extrêmes du paysage politique, les deux oppositions se rejoignaient pour dénoncer de concert la gestion de l’événement, tant sur le plan économique (corruption et favoritisme, assèchement des ressources pour les autres actions culturelles moins prestigieuses et plus dissidentes…) qu’artistique (médiocrité d’une programmation commerciale, marginalisation des artistes locaux au profit des vedettes internationales, etc.). Dans cette période d’effervescence politique du printemps 2011, avec tous les problèmes du pays en termes d’éducation et de culture notamment, comment accepter, avec des cachets de plusieurs centaines de milliers de dollars, l’invitation de vedettes vulgaires et de médiocre qualité du type Shakira (cf. l’illustration de ce billet trouvée ici) ? A l’arrivée, beaucoup de bruit sur Facebook contre le « festival du Roi », et même dans la rue avec des protestations pacifiques quelque peu bousculées par des policiers énervés, mais un festival qui se déroule vaille que vaille.

Les dernières élections ayant mis aux affaires, comme en Tunisie, un gouvernement dominé par un parti « islamiste », le PJD (Parti de la justice et du développement), la « question des festivals » n’a pas manqué de rebondir. Avec peut-être plus de subtilité de la part du PJD, qui a mené son affaire avec un certain doigté, et encore plus de prudence politique. Au départ, pas de déclarations fracassantes à l’inverse de la Tunisie, sur la nature d’une programmation appelée à s’adapter au projet de société exprimé par le vote des électeurs. Plus adroitement, le ministère de la Culture a organisé, en février dernier, une sorte de « festival halal », avec programmation de ces chants religieux dont la tradition musicale locale est si riche. Manière de dire que le PJD n’est pas contre la culture, loin de là, mais qu’il souhaite la développer conformément à son programme politique.

Alors que Abdel-Ilah Benkirane le dirigeant du PJD et actuel Premier ministre, semblait avoir donné la consigne de « lever le pied » sur cette question sensible (article en arabe), Habib Chounani, ministre des Relations avec le Parlement et la Société civile, s’est lancé au tout début du mois de mars dans une violente critique du « Festival de l’État », au risque d’un affrontement direct avec le roi. Certes, il n’est jamais sain que la politique se mêle de culture, mais en vérité comment reprocher au parti qui a remporté les élections de réclamer, pour un festival quasi officiel, une programmation à la fois plus respectueuse de l’utilisation des deniers publics et plus conforme aux demandes réelles de la population ? Dans ses principes, l’argumentaire du PJD pourrait être celui des gauchistes du Mouvement du 20 février ! Pure manœuvre politique ? Si c’est le cas, elle n’est pas totalement maladroite en tout cas.

En guise de réponse, les organisateurs de Mawazine ont clamé haut et fort leur indépendance financière. Promis, ils ne toucheront plus un dirham de l’État, et ils ont publié des comptes pour le prouver : un budget de 7 millions de dollars, couvert aux 2/3 par les recettes (billetterie et droits de retransmission), le reste venant du mécénat privé. Un « équilibre » – c’est le sens de « mawazine » en arabe – très théorique car le budget réel paraît bien plus important, la part des recettes largement surévaluée et le caractère volontaire des « participations privées » toujours très suspect au Maroc…

On verra comment se passent les choses dans quelques jours, sans conflit sérieux très probablement. A terme, ce ne sont pas forcément les manœuvres, plus ou moins habiles, des uns et des autres qui doivent retenir l’attention mais la réaction, au fil du temps, de la population, au Maroc comme en Tunisie et ailleurs dans le monde arabe. Avec le temps, quelles seront les réactions aux « propositions culturelles » de l’islam politique ? Minimiser la part des émissions en français à la télévision nationale – une autre proposition du PJD – passe encore, mais il y aura plus de réactions quand il s’agira de couper les émissions pour diffuser l’appel à la prière (on attend que cela coïncide avec une séance de tirs au but!), après la suppression de la publicité pour le très populaire PMU

Pour ce qui est de la musique, les Marocains apprécient sans aucun doute – comme le rappelle cet article (en arabe) – les chants religieux, mais ils aiment aussi la musique chaabi, tout autant que la (mauvaise) variété internationale. Pour ne rien dire du rap et des autres musiques alternatives chez les plus jeunes… Pas sûr qu’on puisse les priver très longtemps de tout cela… Surtout si Mawazine devient wallou zin (« rien de bien » en marocain) !