Chiites et sunnites dans le monde arabe : la “culture”, ça sert aussi à faire la guerre !

“Le centre culturel iranien de Tunis accusé de propager le chiisme”, article (en arabe) publié sur le site (saoudien wahhabite) “Elaph.com”
(http://www.elaph.com/Web/news/2012/8/756494.html?entry=Tunis)

Dans un « naguère » qui paraît tellement d’autrefois, on parlait, au temps de la guerre civile libanaise, des « islamo-progressistes », une expression, sans nul doute assez étrange, qui servait à définir les alliances compliquées du moment. Très éloignée en tout cas des clivages sur lesquels s’appuient les mobilisations d’aujourd’hui, et les haines de demain. A présent, la “mode”, si on ose le terme pour évoquer la situation en Syrie par exemple mais pas seulement, est au conflit irréductible entre chiites et sunnites. On ne reviendra pas ici sur les ressorts géopolitiques de cette thématique – cet article du Monde le fait très bien. En revanche, la mise en en place, patiente et méthodique, de cette « fabrique de la haine » mérite quelques commentaires.

L’actualité récente en Tunisie offre un bon point de départ. Le 16 août dernier, un groupe d’excités s’en est pris violemment à une rencontre culturelle organisée à Bizerte, au nord de Tunis, dans le cadre de la « journée Al-Aqsa » (Jérusalem). L’homme qu’ils recherchaient n’a dû son salut qu’à une porte dérobée qui lui a permis de s’enfuir, quand d’autres se faisaient bastonner. Encore un peu et Samir Kuntar (ou Kantar, Qantar, etc : سمير قنطار), celui qui a passé plus d’une trentaine d’années dans les prisons israéliennes avant d’être libéré dans le cadre d’un échange négocié avec le Hezbollah, aurait pu mourir sous les coups des « salafistes » tunisiens ! Intéressant paradoxe ! Mais pourquoi ces derniers étaient-ils tellement furieux contre celui dont la libération, en juillet 2008, a été l’occasion de célébrations de joie répercutées à l’époque par Al-Jazeera ? En réalité, le héros d’hier, qui avait pris la parole la veille pour dénoncer la « puanteur des pétro-dollars » et rappeler le soutien du régime syrien à la résistance palestinienne, est surtout coupable d’être… chiite !

On voudrait croire qu’il s’agit « seulement » d’une divergence politique traitée avec la souplesse idéologique dont font preuves les franges les plus militantes de l’islam politique radical. Malheureusement, l’événement n’est pas isolé. Au contraire, il fait suite à une série de conflits dans le domaine de la culture depuis, entre autres événements qui auraient aussi mérité commentaire, l’attaque de Nessma TV en octobre 2011 jusqu’au « printemps des arts » en juin dernier… Sauf que la confrontation semble se focaliser désormais sur la « menace chiite », avec, entre autres exemples, des intimidations à l’encontre du groupe Mehrab, une troupe iranienne de musique soufie empêchée de se produire, vers la mi-août, au festival international de musique sacrée et soufie de Kairouan.

A écouter nombre de personnalités politiques de premier plan, Sadok Chourou notamment, élu du parti Ennahdha, il est clair que l’expansion du chiisme est aujourd’hui une vraie menace pour la Tunisie sunnite (entretien traduit en anglais, original en arabe ici). La moindre requête « chiites Tunisie » sur le moteur de recherche de votre choix vous donnera une idée de la violence des débats. On y rappelle rarement que la Tunisie a été, à partir du Xe siècle, le siège d’une brillante dynastie « chiite », celle des Fatimides, et encore moins le fait que les chiites sont tout au plus aujourd’hui dans le pays quelques dizaines de milliers (impossible de trouver une sérieuse référence en ligne sur la question, ils ne figurent même pas dans la liste des « populations chiites minoritaires » des articles de la Wikipédia sur la question).

Si on quitte la Tunisie − dans les affres d’une transition difficile malgré toute la sollicitude de quelques riches Etats (dirigés par des sunnites) du Golfe − pour élargir la perspective à la fois temporellement et géographiquement, on s’aperçoit rapidement que la scène culturelle régionale est depuis plusieurs années déjà travaillée par le débat entre sunnisme et chiisme. La télévision, opium des peuples (arabes compris), est en première ligne, à travers les feuilletons de ramadan du type Omar dont il a été question ici), mais on trouve des exemples plus anciens. Celui de la série Lil-khataya thaman (Les fautes ont un prix) par exemple, qui a suscité l’attaque des locaux de la MBC au Koweït en septembre 2007 par les chiites locaux offensés par l’image de leur rite véhiculée sur la chaîne « saoudienne sunnite wahhabite ». Bien loin d’être un « accident », l’affaire s’est répétée en 2010, cette fois-ci à l’occasion du feuilleton Al-Qa’qa’, diffusé par MBC à nouveau mais produit cette fois par Qatar TV (comme Omar, du reste).

Les exemples de « feuilletons historiques à histoires » abondent (voir dans l’encadré Catégories en haut à droite l’onglet « image »), avec notamment le très contesté Hassan, Hussein et Moawiyya, mais la polémique a pu aussi gagner le domaine des émissions dites « théologiques » comme l’explique cet article en arabe publié en 2010 sur le site Islam-Online à propos de Al-Tarîq ilâ Karbalâ’ (Le chemin de Kerbéla), une émission en principe oecuménique tournant au lynchage médiatique selon certains chiites. Inutile de dire que les meilleurs spécialistes n’hésitent pas à s’en mêler, à tel point que des citoyens saoudiens (chiites) ont ainsi jugé bon d’intenter un procès à l’encontre du très célèbre et célébré global mufti Qardawi (un Qatari d’origine égyptienne, on reste dans le sunnisme bon teint), pour « insultes contre le chiisme (article du site Elaph).

A tout cela, il faut bien entendu ajouter les innombrables talk-shows sur « le danger de l’enchiitisation » (خطر التشيع, vilain néologisme qui traduit au plus près le terme arabe pour lequel je suggère aux arabisants de lancer l’instructive requête sur internet), un thème « bien » présent dans la programmation du dernier ramadan égyptien à en croire cet article (en arabe) dans Al-Quds al-‘arabi… 

Autant d’exemples tirés d’un passé très récent (les 6 dernières années de ce blog, c’est presque un anniversaire), qui permettent de constater que le « problème entre chiites et sunnites » est tout sauf le fruit du hasard. On ne le constate que trop facilement,  voire amèrement, la « culture » arabe, à commencer dans ses formes populaires de grande diffusion, ça sert aussi à faire la guerre !

 

La mémoire des dattes : le président Morsi et la vox populi

Les dattes l’avaient prédit : bien avant les rassemblements spontanés de la place Tahrir pour contrer un éventuel coup militaire, on pouvait deviner que le soutien populaire dont bénéficie le président égyptien Mohamed Morsi rendait pratiquement impossible une réaction de l’armée. Et cela grâce au yamish, un terme local pour désigner les fruits secs dont les Égyptiens font une énorme consommation durant cette période de fête.

En effet, chaque année les Égyptiens s’amusent à donner aux dattes de ramadan des noms tirés de l’actualité. Certains consommateurs s’obstinent à demander leur variété préférée selon son appellation d’origine (soukouti, siwi, etc.) mais dans les marchés populaires, les vendeurs rivalisent d’imagination pour trouver des appellations susceptibles d’attirer l’attention de la clientèle en la faisant sourire et en la confortant dans ses convictions.

Totalement spontanée, la création de ces noms n’en répond pas moins à certaines règles : n’importe quelle proposition ne peut pas s’imposer sur le « marché » de la création langagière et la « fortune » d’une expression dépend au contraire de l’écho qu’elle trouve auprès du public des chalands qui délivrent un verdict populaire. Du coup, les dattes de ramadan proposent de façon saisonnière une sorte de sondage sauvage de l’opinion. Les appellations successives des dattes de ramadan dressent ainsi le palmarès des personnalités qui ont marqué les esprits.

La "Obama"

Les vedettes naturellement. Il y a ainsi eu une zaïm, du nom de la meilleure comédie de ‘Adel Imam, et d’innombrables variétés certainement prodigieusement goûteuses, dédiées à Leila Elwy, une actrice locale, ou à Haïfa Wehbé (encore elle!) et à ses consœurs de la chanson. Les étoiles du sport ne sont pas oubliées et, notamment lors du succès de l’équipe nationale à la Coupe d’Afrique des nations en 2006 et en 2008, les étals ont rendu hommage à Abu Trika, auteur à chaque fois du but victorieux !

Mais il y a aussi, et même surtout, la politique avec son cortège de figures célèbres dont certaines traversent le temps – Nasser, Sadate, sont ainsi des appellations qui ont duré – alors que la plupart des surnoms font au contraire écho à l’actualité immédiate. En mal ou en bien, car les dattes les moins chères n’échappent pas à la verve des marchands à la criée. Ils se sont ainsi moqués de la « Bush » et de la « Sharon » en 2003, tandis que le fond du panier, la datte de triste mémoire pour les estomacs (et pas seulement), a reçu cette année le nom de fouloul, terme consacré par l’actualité pour désigner les partisans de l’ancien régime.

A contrario, la gouaille populaire a réservé le nec plus ultra du palmier-dattier à des destinées politiques qui sont loin, en France et ailleurs, d’être perçues d’une manière aussi favorable. S’il y a eu la « Obama » en 2009, à la suite d’un discours mémorable adressé au monde musulman cette année-là à l’Université du Caire, la mémoire saisonnière des dattes de ramadan a nommé au panthéon de l’imaginaire arabe Ben Laden et Saddam Hussein en 2004 et 2005, ou encore Hassan Nasrallah en 2006, année de la résistance victorieuse du Hezbollah au sud du Liban.

La "Hassan Nasrallah"
En 2012, bien évidemment, la datte « président Morsi » s’arrache sur le marché bien plus cher que la variété dédiée à son rival malheureux pour l’élection présidentielle, Ahmed Shafiq. Façon de dire à qui vont les faveurs du peuple et manière aussi de prolonger le message donné l’année précédente par la vox populi. Cette année-là, elle a dérogé à la coutume en offrant son hommage verbal non pas à une personne, aussi éminente fût-elle, mais au grand événement que le pays venait de vivre. L’histoire se souviendra longtemps qu’en 2011 les dattes de ramadan s’appelaient Tahrir (Libération, comme la place), Horreya wa adala (Liberté et justice), al-shohada (les martyrs [du 25 janvier]), sans oublier la plus longue en bouche, Al-thawra mostamerra (Révolution continue !)

 

L’écho des feuilletons arabes sur CPA

Avec bientôt six années de CPA, il est temps de faire un peu de ménage car les mots clés n’ouvrent pas toutes les portes ! En commençant par un des thèmes souvent abordés, les inévitables dramas de ramadan, un sujet en or pour traiter des aventures rocambolesques du politique et du religieux dans le monde arabe. On le constatera, comique ou dramatique, modeste ou à gros budget, le feuilleton (de ramadan) fait vraiment écho à l’actualité arabe, dans ses dimensions politique, sociologique, géopolitique, économique, artistique… Voici donc ce que ces chroniques ont proposé au fil du temps sur cette question, en vingt-sept épisodes – grosso modo autant de jours que le mois lunaire de ramadan !

1 – Le ramdam des feuilletons arabes (1/2) – 2 octobre 2006

Les feuilletons comme « grande cérémonie sacrificielle » (une expression de Doureid Lahham). Présentation rapide du paysage panarabe (plus d’une centaine de feuilletons, compétition Egypte, Syrie, sur fond de consommations transnationales).

2 – Le ramdam des feuilletons arabes 2/2 – 7 octobre 2006

Quelques exemples : Tâsh mâ tâsh, production saoudienne entamée en 1993 sur la chaîne MBC. Commentaire des épisodes comportant une critique de la police des mœurs. Trilogie syrienne contre l’islam politique : al-Mâriqûn (Les hérétiques), Jund al-shâm (Les soldats de Damas) et al-Barzakh (L’Isthme, sur les qabîsiyyât, sorte de musulmanes ultra-orthodoxes), qui fait suite à des œuvres comme Du’ât ‘ala abwâb al-juhannam (Prédicateurs aux portes de l’enfer). Khâlid ibn al-Walîd, série historique, qui pose la question de la représentation des figures sacrées, de même que Al-Amîn wal-Ma’mûn. En Egypte, déprogrammation de productions avec des actrices voilées (mais achat par des chaînes du Golfe).

3 – Télévisions de ramadan (1/3) : inflation d’écrans religieux – 15 septembre 2007

Présence du religieux dans la programmation, avec la création récente de plusieurs chaînes spécialisées sur ce créneau. Traduction d’un extrait de « Et c’est ainsi que la ‘religion’ a gagné la guerre du satellite », article de Muhammad ‘Abd al-Rahmân, dans Al-Akhbâr.

4 – Télévisions de ramadan (2/3) : feuilletons, critique sociale et censure – 22 septembre 2007

Dans le domaine de la critique sociale, à nouveau, commentaire de la nouvelle saison de Tâsh mâ tâsh, critiquant certaines dérives religieuses, notamment dans le domaine audiovisuel. Le rituel du scandale annuel, gage de publicité (cette année-là, sur une procédure judiciaire). Dans le même temps, un épisode critique les « libéraux » du courant rénovateur. Dans la même veine, mention de la série “Les fautes finissent par se payer” (Lil-khatâyâ thaman), également sur la MBC, qui fait débat, notamment au Koweït.

5 – Télévisions de ramadan (3/3) : géopolitique du feuilleton et questions de femmes – 29 septembre 2007

Malgré le succès de “La porte du quartier” (Bâb al-Hâra), baisse de la production syrienne sur fond de rumeurs de boycott de la part des chaînes du Golfe. En Egypte, des problèmes de censure politique pour “Une fille de Choubra” (Bint min shubrâ), “Le temps des fleurs” (Zaman al-ward) et surtout “Question d’ordre” (Nuqtat nidhâm). Mais c’est surtout autour de la question féminine/féministe, et de la révolution culturelle (éventuellement) en marche, que les débats ont été nombreux à propos notamment de “Question d’opinion” (Qadiyyat râ’y) de Muhammad Aziziyyeh (avec notamment Yusra).

6 – Passions turques : un truc de femmes – 2 août 2008

A propos de “Nour” et de “Années perdues”, le feuilleton turc doublé en syrien, phénomène de société dans le monde arabe. Un succès dû à l’image d’une société musulmane moderne ? Les milieux conservateurs religieux protestent et mettent en garde les téléspectateurs arabes, et plus encore les téléspectatrices en quête d’un peu de romance, qui se ruent sur ces produits dont s’est emparée l’industrie audiovisuelle arabe.

7 – La fatwa comme rite de ramadan et le choc des « civilisations » – 16 septembre 2008

Déclaration de cheikh Saleh Ibn al-Luhaydan déclarant « licite » la mort de certains producteurs de chaînes de télévision, au vu des images qu’ils diffusent ! Donné en plein ramadan, cet avis de la plus haute autorité religieuse en Arabie saoudite semble considérablement gêner les autorités.

8 – Le retour de Nasser : un feuilleton à épisodes – 28 septembre 2008

Après le succès de “Farouk” l’année précédente, ramadan 2008 est marqué par de nombreux biopics. La vie de la chanteuse Esmahane et surtout celle de Nasser sont les deux « grosses machines » panarabes de la fabrication jusqu’à la consommation, mais le second, en raison de son sujet, se heurte à des difficultés de diffusion dans les pays du Golfe et même en Egypte, de la part des autorités mais également des Frères musulmans, peu satisfaits de la manière dont leur mouvement est présenté.

9 – « L’invasion », mais pas sur les télés arabes – 1 décembre 2008

Premier feuilleton arabe à recevoir un Emmy Award, “L’invasion” (al-Ijtiyâh) se situe dans la ville de Jénine au temps de l’attaque de l’armée israélienne en 2002. Est-ce à cause de son sujet, de la manière dont il est traité, de l’inclusion d’une histoire d’amour entre un Palestinien et une Israélienne ? Toujours est-il que le feuilleton, pourtant désormais primé, n’a guère été diffusé sur les chaînes arabes, preuve que multiplicité ne rime pas avec diversité.

10 – Mahmoud Darwich : le feuilleton d’un héritage – 6 avril 2009

A propos de la polémique qui a accompagné la publication d’un recueil posthume, mention du feuilleton préparé sur le poète palestinien et prévu pour le prochain ramadan.

11 – Le « croissant chiite » et la guerre des images saintes – 12 avril 2009

Depuis les déclarations du roi Abdallah de Jordanie sur le « croissant chiite » en 2004, les tensions entre musulmans sunnites et chiites sont récurrentes. Avec des traditions religieuses et culturelles très différentes sur cette question précise, l’image est au cœur de l’affrontement entre les deux grandes branches de l’islam, comme en rend bien compte un projet tel que al-Asbat, qui raconte la destinée des deux fils de Ali.

12 – « Jodhaa Akbar » : ailleurs qu’en Méditerranée – 27 avril 2009

Ce feuilleton « bollywoodien » diffusé par la MBC et qui véhicule l’image d’un islam tolérant rencontre un grand succès dans les pays du Golfe : une importante population immigrée d’Asie y vit, sans doute, mais on y est aussi traditionnellement sensible aux échanges avec l’Est.

13 – La publicité, vedette des feuilletons du ramadan télévisé arabe – 30 août 2009

Les enjeux publicitaires du ramadan télévisé : campagne avancée d’un jour pour Nile TV, lancement de la chaîne Cairo Centric (Al-Qâhira wal-nâs), chaîne « spéciale ramadan », lancement de Syria Drama pour relancer la diffusion du feuilleton syrien, énormes campagnes d’affichage notamment en Egypte.

14 – Feuilleton tragi-comique en Palestine – 5 octobre 2009

Grand succès de Watan ‘a watar (Un pays sur la corde raide), feuilleton satirique palestinien qui ne craint pas l’autodérision.

15 – Le retour de l’Empire : romance arabo-turque au « nouveau » Moyen-Orient – 29 mars 2010

Sakhrat hajar (Le cri des pierrres) et avant lui Wâdi al-dhi’âb (La vallée des loups), feuilletons très critiques de l’Etat israélien, illustrent le nouveau positionnement de la diplomatie turque. En écho, la Syrie réalise Suqût al-khalîfa (La chute du califat), une lecture « positive » de la fin de l’empire ottoman.

16 – Le « Mahfouz de la télé » et la fin du « grand homme de lettres » – 31 mai 2010

Décès d’Osama Anwar Okasha, le « Mahfouz de la télévision », scénariste phare au cœur de l’industrie égyptienne du feuilleton, parmi les derniers représentants d’une certaine incarnation de la figure de l’« homme de lettres ».

17 – La religion des feuilletons de ramadan : côté business (1/3) – 16 août 2010

Le feuilleton, industrie saisonnière panarabe au budget impressionnant : 130 ou 150 millions de dollars pour plus d’une centaine de productions.

18 – La religion des feuilletons : côté images (2/3) – 20 août 2010

Classiques de ramadan (Bâb al-Hâra, saison 5 ou Tâsh ma tâsh, saison 17!) et inévitables biopics (parmi lesquels Al-Jamâ’a (La confrérie), sur la vie d’Hassan al-Bannâ’, le fondateur des Frères musulmans. Seconde saison, réussie, pour Watan ‘a watar (Palestine), et polémique autour de Ma malakat aymanu-kum (Ce que votre main droite possède…), feuilleton du Syrien Najdat Anzour sur l’extrémisme religieux.

19 – La religion des feuilletons : côté « images pieuses, mais sacrilèges » (3/3) – 23 août 2010

Reflux du feuilleton religieux, moins rentable que les autres ? La baisse de la production profite aux feuilletons iraniens dont le succès auprès des publics arabes n’est pas sans conséquences politiques.

20 – La révolution : un drame pour la télé arabe ! (1/2 : l’Egypte) – 6 juin 2011

Désorganisée par le « printemps arabe », l’industrie arabe du feuilleton ne sera pas au rendez-vous. Cette année, les séries seront remplacées par les talk-shows.

21 – La révolution : un drame pour la télé arabe ! (2/2 : la Syrie) – 14 juin 2011

Les vedettes des séries syriennes enrôlées dans la lutte politique, tantôt du côté des autorités officielles, tantôt du côté de l’opposition, souvent depuis l’étranger. Divergences ou non, plus ou moins réglées par Bachar el-Assad en personne, l’industrie syrienne du feuilleton traverse une passe difficile.

22 – En exclusivité sur la télévision nationale égyptienne, la « drama » historique de ramadan – 8 août 2011

Le plus dramatique des feuilletons de ramadan, le procès de l’ex-raïs Mohammad Hosny al-Sayyid Moubarak !

23 – Paradoxes syriens : le feuilleton de ramadan et le dialogue national – 29 août 2011

Arrêt de la diffusion sur la chaîne nationale, lors du 16e et dernier épisode, du feuilleton syrien Fawq al-sasf (Sur le toit), étonnante production mettant en scène… la révolution syrienne !

24 – La fiole et la tête du Prophète ! Le vrai complot iranien contre les Saoudiens ! – 18 octobre 2011

Quelques semaines après la énième polémique à propos de la représentation des figures sacrées de l’islam (Hassan, Hussein et Moawiyya [al-Asbât à l’origine]), les signes d’une évolution des autorités religieuses saoudiennes sur cette question se multiplient, en réponse fort probablement à la pression imposée par le succès des séries religieuses iraniennes.

25 – « Ramadan nous rassemble » 1/3 (mais il reste des frontières)
26 – « Opération Omar » : les cheiks aboient, la caravane du feuilleton passe ! (Ramadan nous rassemble : 2/3)
27 – Le nationalisme religieux à l’assaut du monde (Ramadan nous rassemble 3/3)

A propos de “Omar” (ibn al-Khattâb), la grande saga saudo-qatarienne (en principe, c’est encore frais dans  les mémoires !)