Arabités numériques (1/2) : Facebook et les virtualités d’un nouveau monde arabe


« Printemps arabe » ? « Hiver islamiste » ? Au-delà des interrogations immédiates qui ne sont que péripéties – sauf, hélas, pour ceux qui sont pris dans la tourmente de l’Histoire en Syrie par exemple –, il devrait être clair pour tout le monde désormais que le monde arabe ne sera jamais plus comme avant. Il faudra le temps qu’il faudra pour que de nouveaux équilibres soient trouvés mais le retour à l’ordre initial est tout simplement impossible. Une nouvelle configuration régionale est en train de voir le jour, résultat d’une conjonction complexe de facteurs –, démographiques, économiques, géopolitiques, sociaux, culturels – facteurs auxquels est venu s’ajouter le numérique. En quelque sorte, comme on dit en arabe, « la paille qui a brisé le dos du chameau » (القشة التي قصمت ظهر البعير).

Il y a un peu plus d’un siècle, l’entrée en scène (dans la région) de l’imprimé a joué un rôle crucial dans la modernisation des sociétés arabes en rendant possible la diffusion de nouvelles conceptions, notamment politiques, mais plus encore en contribuant à la création de ce que Benedict Anderson a appelé les « communautés imaginées » (imagined communities), ces nouvelles manières de vivre le lien social à partir desquelles se diffusent les idées nationalistes. De la même façon, le développement des réseaux sociaux et plus largement celui des communications de l’âge numérique se sont ajoutés aux éléments de tension et, comme la goutte qui fait déborder le vase, ont provoqué une suite de réactions en chaîne dont on n’a pas encore vu la fin (quasi absente des médias français, la Jordanie, sur la frontière sud de la Syrie, paraît au bord de la tourmente)…

Si un lien pour ainsi dire direct peut être établi entre l’essor de l’imprimé arabe et la création de ce que l’on a pris l’habitude d’appeler le « monde arabe », l’actuelle « révolution de la communication » ne contribue-t-elle pas à son tour à une nouvelle configuration régionale ? Des éléments de réponse apparaissent dans la carte imaginée par Mia Newman, une jeune chercheuse californienne. Développée par un studio spécialisé, elle permet de visualiser, de manière interactive, les « liens d’amitié » établis par les utilisateurs de Facebook. Quel monde arabe dessinent les flux numériques des quelque 60 millions d’utilisateurs dans la région (une personne sur six) du tentaculaire réseau numérique global ?

Il est malheureusement impossible de le visualiser en tant que tel à partir des catégories de navigation qui sont proposées car cet instrument passionnant (voir ici) fonctionne par pays, lesquels ne peuvent pas être regroupés par l’utilisateur lambda en ensembles régionaux du type « monde arabe ». Néanmoins, certaines caractéristiques des actuelles arabités sont facilement visibles, ne serait-ce que par contraste. On voit très bien apparaître ainsi les classiques sous-groupes régionaux au sein de la sphère arabe, qui réunissent l’essentiel des pays autour de trois familles au Maghreb, dans les pays du Proche et Moyen-Orient, et dans ceux de la Péninsule. Dans les captures d’écran ci-dessous (cliquez pour agrandir), la parenté des « silhouettes » marocaine et tunisienne est évidente par rapport aux configuration jordanienne et libanaise, elles-mêmes différentes de la saoudienne et de la qatarie.





Dans le réseau des circulations régionales, la place centrale de l’Egypte (voir ci-dessous) est manifeste. Pivot traditionnel entre les flux « africains » (en vert) et « asiatiques » (en orangé), ses relations sont particulièrement fortes avec la Tunisie. La Libye – pays de révolution, certes, mais bien plus conventionnelle que numérique, n’y apparaît pas, alors que le Maroc, plus éloigné géographiquement, est un peu plus présent que l’Algérie… On voit aussi que les réseaux égyptiens communiquent beaucoup avec la Péninsule arabe et certains pays moyen-orientaux, mais beaucoup moins avec d’autres (la Syrie et l’Irak par exemple).

La variable linguistique est intéressante également. La « schize » qatarie, partagée entre des réseaux arabophones à l’ouest et d’autres polarités asiatiques est confirmée de manière particulièrement parlante (voir ci-dessous).

A l’inverse, des solidarités moins attendues apparaissent (voir ci-dessous) : comme le résume le site Woosh.ma, « le premier ami du Maroc sur Facebook c’est l’Algérie ! »  La Tunisie est elle aussi présente sur le radar des réseaux sociaux : en dépit de l’absence de tout progrès politique et même économique, le grand Maghreb numérique est visiblement en chantier, et il faudra bien que ces « virtualités » trouvent un jour leur concrétisation !

Bien d’autres explorations restent à faire, et bien d’autres nouvelles frontières vont se dessiner, ou s’effacer. A ce titre, la comparaison des “amitiés numériques” palestiniennes et israéliennes, qu’on imagine a priori très différentes, est en fait assez éclairante (voir ci-dessous) : absents ou presque de l’espace politique israélien, les “Palestiniens de l’intérieur” (les Palestiniens de 48, les Arabes israéliens, etc.) retrouvent toute leur présence  dans la visualisation des amitiés numériques d’un Israël très ami avec les Territoires occupés mais aussi avec l’Egypte ou la Jordanie ! Une réalité virtuelle que finira bien par se traduire un jour sur le terrain.



Les banlieues de France, le Qatar et l’avenir du monde arabe

Il faut avoir gardé à l’esprit les cris d’horreur et les interminables discussions franco-françaises qui avaient accompagné en 2007 l’accord franco-émirien à propos du Louvre Abou Dhabi pour mesurer a contrario le vide sidéral – à l’exception notable de quelques titres de presse, Libération en tête – suite à l’annonce de la création d’un fonds (franco-)qatari à destination des banlieues. Aujourd’hui, tout le monde se moque de savoir si l’étranger va s’approprier ou non ce patrimoine humain national que devrait constituer la jeunesse des « quartiers ». Au cas où les jeunes sauvageons ne l’auraient pas compris, ils ne font pas vraiment partie des bijoux de famille du pays et on peut facilement les brader à l’étranger !

Brader, c’est bien le mot, même si les 50 millions d’euros sont devenus 100, l’offre de l’émirat du Golfe étant désormais abondée par « l’Etat et le privé français », sans plus de précision. Certes, la ministre déléguée au PME parle désormais d’un milliard d’euros – ce qui laisse rêveur sur le sérieux des annonces et sur le réalisme de ces montages financiers… Même à cette échelle, on reste dans l’enveloppe, un milliard justement, qui avait été consentie par les autorités d’Abu Dhabi. D’accord, c’était sur trente ans mais pour rester dans le muséal, 100 millions, c’est grosso modo le coût des travaux du département « Arts de l’islam » qui vient d’être inauguré en grande pompe au musée du Louvre.

Il ne s’agit pas de sombrer dans le poujadisme à la mode du Front national sur le thème du « cheval de Troie de l’islamisme» mais de donner à percevoir, avec ces chiffres qui comparent l’incomparable naturellement, nos priorités nationales, résolument tournées vers la conservation d’un passé glorieux et pas terriblement porteuses d’un avenir ambitieux… Au-delà des premières réactions, il va de soi que le projet franco-qatari mérite davantage examen car on manque d’informations précises. Mais le secret qui a entouré les négociations n’est pas fait pour rassurer. Toutefois, lorsque des inquiétudes sont exprimées, en France, on le fait en général par rapport aux éventuels dangers d’une perte des fonctions régaliennes de l’Etat et/ou aux risques d’une influence étrangère. (Curieuse remarque d’ailleurs, de la part d’une nation, la France, qui se glorifie elle-même de son influence internationale, mais on sait bien qu’il y a de bonnes et de mauvaises influences !) Dans l’esprit de ces chroniques, on voudrait prendre les choses par l’autre bout et voir comment un tel accord peut être perçu du point de vue du monde arabe, lequel est, qu’on le veuille ou non, partie prenante à ces accords. L’émirat du Qatar ne faisant pas mystère de ses ambitions géopolitiques, il faut bien se rendre compte que les projets franco-qataris à l’intention, soyons clair, des « jeunes musulmans de France » ont également un écho international, en l’occurrence arabe.

Au moment d’écrire ces lignes, la nouvelle de l’intervention financière qatarie pour les banlieues françaises est encore mentionnée dans les médias arabes de manière purement factuelle, sans plus de commentaire. Mais, sur place, on n’en pense pas moins car, en « faisant affaire » encore un peu plus avec le riche émirat du Qatar, la France s’associe à une puissance qui n’est pas neutre par rapport à ce qu’il est convenu d’appeler le « printemps arabe ». Le Qatar est un acteur de premier plan dans les différents soulèvements (sauf dans le trop chiite Bahreïn et sauf sur son propre territoire, bien entendu), ne serait-ce que sur la scène médiatique via Al-Jazeera mais pas seulement puisqu’il y a eu par exemple l’hébergement de Libya TV, dès la mi-avril 2011, à Doha, entre autres projets moins médiatisés, tel le financement de Tariq al-irtiqâ’ (La voie de l’avènement), une radio salafiste militante qui diffuse à Tripoli depuis juin dernier. L’émirat déploie aussi des efforts diplomatiques et même quasi militaires, à travers l’aide financière et les autres soutiens prodigués à des mouvements insurrectionnels, à commencer en Syrie. Autant de stratégies qui relèvent de la politique du Qatar, bien entendu parfaitement souverain dans ses choix. Mais ces derniers, tel l’appel devant l’ONU à une intervention militaire arabe en Syrie, sont toutefois inévitablement perçus, en tout cas dans les pays concernés, comme étant aussi un peu ceux de son « associée », la France. En d’autres termes, ce qu’on appelle à tort ou à raison « la politique arabe de la France » risque de plus en plus d’être vécu dans l’opinion arabe comme l’officialisation de cet étrange couple, formé sous les gouvernements précédents, que constitue la vieille république jacobine et le très jeune émirat du Golfe.

Un pari audacieux au regard du passé car le Qatar, sur toutes sortes de problèmes qui vont du statut des étrangers à la question religieuse par exemple, reste fidèle à une pratique locale de la politique assez éloignée de la tradition française… Et surtout un pari extrêmement risqué, mais cette fois-ci vis-à-vis de l’avenir. Car choisir de façon aussi calculée – si l’on peut utiliser un terme aussi terre-à-terre – une alliance étroite avec ce partenaire, c’est miser sur un certain monde arabe, avec le maintien des équilibres actuels et donc de la domination régionale des acteurs de la Péninsule arabique, Arabie saoudite et Qatar en tête, lesquels s’intéressent de près à quelques-uns des soulèvements populaires dans la région, mais pas forcément avec l’intention de voir triompher les courants révolutionnaires les plus modernistes…

Il n’est sans doute pas totalement délirant de parier sur la réussite de ce que certains appellent la « contre-révolution » des monarchies pétrolières. En revanche, il est à coup sûr assez imprudent de penser que cette realpolitik suscitera, auprès des populations concernées, un délire d’approbations joyeuses. Il ne faut pas se faire des illusions : le capital de sympathie d’un pays comme le Qatar auprès des populations arabes et même musulmanes est aussi petit que sa force de frappe financière est grande ! Cet accord sur le dos des territoires abandonnées de la République française ne risque pas seulement d’avoir des effets négatifs dans l’opinion française, effets qu’on a pu « apprécier » avec les premiers commentaires – sur France-Culture ! – évoquant les « jeunes entrepreneurs musulmans » des quartiers… En approfondissant leur alliance avec une puissance comme le Qatar, les responsables français s’associent à une certaine vision politique de la région, globalement à l’établissement d’un islam néolibéral modernisé mais conservateur. Ce n’est pas nécessairement gagner en popularité auprès des générations montantes qui ont nourri les révoltes que les régimes arabes en place s’efforcent aujourd’hui de capter à leur profit.

Des images pas vraiment innocentes des musulmans arabes…

L’actualité de la culture et de la politique, dans le monde arabe et pas seulement, c’est bien entendu cette nouvelle « affaire ». Après celle des Versets sataniques il y a maintenant bien longtemps (c’était en 1988), puis celle des caricatures (en 2005), voici donc, en attendant la prochaine, celle du « film » Innocence des musulmans (Innocence of muslims), un titre que la presse arabe rend systématiquement par Barâ’at al-muslimin براءة المسلمين), en choisissant, dans la langue du Coran, la moins injurieuse des lectures du mot anglais, à savoir l’absence de culpabilité des « Mahométans » comme on disait autrefois, et en passant sous silence l’autre interprétation possible, plus proche de l’intention des « auteurs », celle de la crédulité simplette (sadhâja en arabe). Un choix de traduction qui est en soi un commentaire !

Inutile de revenir sur les détails d’un « scénario », celui de la fabrication de cette crise, laquelle n’a de toute manière pas encore livré tous ses secrets. A l’exception (c’est en soi une explication) de Hassan Nasrallah qui a jugé bon de faire le show sur la question (article dans L’Orient-Le Jour), le ton est plutôt à l’apaisement du côté des voix officielles arabes, et au rétropédalage, à l’image du Global Mufti Youssef al-Qardawi (ou Qaradâwi : القرضاوي), le « père spirituel » des Frères musulmans selon certains, qui a condamné sans détour les meurtriers de l’ambassadeur nord-américain.

Il n’est pas certain que ces voix officielles soient très bien entendues par la masse des musulmans qui, après tout, vivent dans un monde où les drones tueurs made in USA ont fait des milliers de morts innocentes entre 2004 et 2012 rien qu’au Pakistan. Certes, personne n’est vraiment capable de tenir la comptabilité précise des victimes anonymes, et surtout pas l’administration nord-américaine. Mais un des aspects les plus étonnants de cette nouvelle crise entre le « monde musulman » et « l’Occident » tient sans nul doute à cette étonnante alliance entre la bêtise des hommes (ceux qui sèment la haine de l’islam) et les armes dites « intelligentes » (lire Of stupid men and smart machines sur le site Jadaliyya).

Entre autres conséquences, cette nouvelle « affaire » va également contribuer à faire évoluer l’image publique des réseaux sociaux et de leur utilisation. Là aussi, le temps de l’innocence a pris fin et on note – à l’instar de la caricature ci-contre parue dans Al-Quds al-‘arabi hier – un sentiment de plus en plus plus mitigé vis-à-vis des réseaux sociaux et plus largement des technologies numériques, capables, on l’observe de plus en plus, du pire comme du meilleur.

Il reste aussi qu’on a un peu l’impression à lire la presse française (mais cela doit être vrai ailleurs) qu’on en fait beaucoup autour de cette histoire. Les images de violences antioccidentales font un excellent teasing pour un énième remake de la grande série intitulée « le conflit des civilisations ou comment ne pas y échapper ». Après avoir dû mettre la sourdine durant le « printemps arabe », certains commentateurs n’hésitent pas à sortir à la faveur de l’« hiver islamiste » leur vieil Huntington des familles et leur inoxydable choc des civilisations. Comme le rappelle très bien “le blog à Bécassine” (tout sauf une bécasse !), ce tapage médiatique à propos d’une tempête dans un verre d’eau, au regard du pourcentage des fidèles potentiellement concernés, masque d’autres vérités, à savoir que les « réformes ne vont pas assez vite et [que] l’avenir semble encore plus bouché qu’avant la révolution. Les révolutions ont été faites contre des tyrans et avec comme modèle, le système politique et les modes de vie occidentaux. L’effort consenti a été intense et pourtant le monde arabe en est toujours à contempler la vitrine occidentale en se faisant taper s’il se risque à y mettre les doigts (Lampedusa). Ce décalage de développement ne suffit pas animer de telles colères envers l’Occident. Il faut rajouter l’arrogance occidentale. L’Occident méprise de plus en plus les révolutions arabes ; ne cesse de parler d’hiver islamiste ou d’automne intégriste après le printemps arabe. »

Néanmoins, « à quelque chose malheur est bon », a-t-on envie de conclure puisque cette provocation d’une rare stupidité pourrait bien entraîner une évolution notable sur un dossier souvent traité dans ces billets car il touche à un registre symbolique singulièrement important. Il s’agit bien entendu de la question des images (voir l’onglet à droite sur cette question), et plus précisément à celle de la représentation (par des mortels ordinaires) des figures sacrées de l’islam, à commencer par le prophète Mahomet (c’est lui qu’on voit représenté en haut de ce billet, dans le film Innocence of muslims).

A lire l’article (en arabe) publié ce jour dans Al-Akhbar, on apprend en effet que certains exhortent désormais les autorités religieuses à lever cet interdit, qu’aucun texte fondamental (Coran et sunna) ne justifie, de façon à permettre aux musulmans de répondre, en quelque sorte à armes égales, à leurs calomniateurs. Un point de vue défendu, comme on pouvait s’y attendre, par le bien connu et un peu opportuniste cinéaste « libéral » Youssef Khaled, mais également adopté, c’est beaucoup plus surprenant, par le religieux Fadel Soliman (فاضل سليمان). Quelques semaines seulement après avoir violemment critiqué la diffusion de ‘Umar (voir la série à ce sujet) précisément à cause du fameux interdit, cette star du business religieux réclame désormais la possibilité pour les musulmans de « donner figure » à leur prophète afin de lancer, pour la bonne cause naturellement, la production d’une réponse filmique à l’ignoble agression du « film » Innocence des musulmans.

Nul doute qu’il se trouvera dans le Golfe, à commencer en Arabie saoudite ou au Qatar, des mécènes ravis de se lancer dans une telle aventure, qu’un esprit ouvert peut parfaitement interpréter comme une forme de jihad, et qui aurait aussi l’avantage de prendre de vitesse les Iraniens (comprendre « les chiites ») puisqu’ils ont déjà mis en chantier (voir ce billet) une Vie du prophète Mahomet. Prélude, comme on peut le craindre, à de nouvelles images, guère plus innocentes, et à de nouvelles batailles, pas toutes symboliques hélas, cette fois entre chiites et sunnites…

Documenter les révolutions arabes : symboles et emblèmes

Les drapeaux continuent à fasciner les foules, et pas simplement arabes (il suffit de penser aux manifestations d’hier pour l’indépendance de la Catalogne). Après l’emblème israélien il y a un peu plus d’un an, un nouveau chapitre dans la vexillologie du printemps arabe  a été écrit avec l’affront subi par la bannière étoilée arrachée de l’ambassade des USA au Caire (ainsi qu’au consulat de Benghazi, où un citoyen nord-américain a été tué). Belle occasion de développer des clichés (dans tous les sens du terme), en particulier à cause de la présence d’un oriflamme qui n’a pas fini de faire parler de lui sur les différents théâtres des contestations arabes (ici à Tunis), à savoir le drapeau noir orné de la profession de foi, aujourd’hui attribué (voir cet article  dans Slate par exemple) aux « islamistes », dont on ne sait plus très bien s’ils sont jihadistes ou salafistes !

La couleur des drapeaux peut changer, mais on note tout de même que, dans ce que Henri Laurens a décrit comme « le grand jeu arabe », « la rue » manifeste avec une belle constance sa colère à l’encontre des symboles nationaux de certaines puissances politiques. On verra le destin médiatique qui sera donné à cette photo (voir ci-contre : cliquer pour agrandir) prise hier au Caire. Une chose est toutefois certaine, il va être difficile de l’intégrer telle quelle au grand imagier du « printemps arabe » que publient les médias du monde depuis le début des soulèvements il y a bientôt deux ans. Ce « grand imagier », on peut en saisir les traits sous une forme condensée à l’occasion d’un événement comme Visa pour l’image, le grand rendez-vous annuel du photojournalisme, qui s’intéresse bien entendu à cette question d’actualité comme il l’avait fait déjà lors de la précédente édition. Un exercice très rarement satisfaisant, tant est grande l’impression de déjà vu dans ces instantanés qui, le plus souvent, se contentent de redoubler la vulgate officielle des événements, en donnant très rarement un sentiment de présence que l’on ressent au contraire si fortement avec les photos de Louisa Gouliamaki, Angelos Tzortzinis et Aris Messinis, les photographes grecs du bureau AFP d’Athènes.

Parmi toutes ces images de l’actualité arabe, une exception tout de même, le travail de Johann Rousselot. Interpellé par la place d’internet, des blogs et des réseaux sociaux dans les mouvements, le photo-reporter a choisi de proposer, sous le titre « Colères. Les peuples arabes à bout – Icônes révolutionnaires », une série de portraits de cette jeunesse arabe « connectée aux valeurs des pays dits libres et démocratiques ». Il l’a réalisé en superposant les « vraies » photos des manifestants aux codes, symboles et autres graffitis, éventuellement récupérés sur la Toile. (En plus des quelques échantillons présentés ici, il faut voir l’ensemble de ce travail sur son site.) Photomontages donc, images artificielles par conséquent, qui s’avèrent en définitive plus « parlantes » que les images « naturelles », avec en plus ce bénéfice que leur auteur ne pose pas à l’objectivité mais affiche au contraire sa subjectivité, ici militante.

Dans cette série où figurent également le Maroc, la Tunisie, la Libye et l’Egypte, la Syrie occupe une place à part. Marqué par « l’abondance indécente des vidéos amateurs, parfois insoutenables, et principal témoignage de la situation dans le pays à ce moment-là », le photographe est revenu à un système plus classique de superposition d’images, avec des portraits de militants qui se détachent sur un arrière-plan, plus flou, de photos témoignant d’une très grande violence. Même si on aimerait y voir un reflet de la spécificité, évoquée il y a pas mal de temps de cela, du « régime de vérité » propre à la circulation de l’information dans le cas syrien, cette variation par rapport à l’ensemble de la série s’explique davantage par les conditions du travail sur le terrain.

Ce choix esthétique, probablement lié aux circonstances (les portraits des militants ont été réalisés dans les camps de réfugiés en Turquie), n’en est pas moins, sans doute à l’insu de leur auteur, un assez bel hommage aux créateurs cinématographiques syriens. En effet, cette manière de refuser l’illusion de la « capture du réel » pour choisir au contraire d’en évoquer la complexité, est une question que n’a cessé de se poser Omar Amiralay, le très grand cinéaste, animateur du printemps de Damas en 2000, alors que Bachar El Assad venait tout juste de succéder à son père. Tragiquement, le destin a voulu que son décès survienne à Damas, à l’aube des premières manifestations pacifiques comme le rappelle Chantal Berman, dans cet article (en anglais) qui évoque d’ailleurs incidemment le regard que la machine du Baath, le parti au pouvoir, pouvait porter sur internet et ses techniques.

Cette façon de préférer à la « fiction traditionnelle » le documentaire capable d’une interprétation créatrice du réel a fait école en Syrie, notamment auprès d’Orwa Nairabiya (ou encore Urwa Nyrabia : عروة نيربية), créateur en 2008 de Dox Box, un festival documentaire devenu à la fois une référence dans la région et le symbole, sur place, d’une possible évolution de la société en dépit de la persistance du régime… La dernière édition, en 2011, des Journées du cinémal du réel (leur nom en arabe) avait ainsi reçu le soutien officiel du ministère de la Culture, une décision controversée qui avait obligé l’animateur de Dox Box à s’expliquer en rappelant son exigence d’indépendance (article en arabe).

Orwa Nairabiya n’est jamais monté dans l’avion qui devait, le 23 août dernier, l’emporter au Caire. Ses proches sont sans nouvelles de lui. Une campagne de soutien internationale réclame sa libération.

12/09 : En espérant que la nouvelle soit très vite officiellement confirmée, Orwa Nairabiya aurait été libéré ce jour ! Confirmation ici : http://toutelaculture.com/2012/09/syrie-hommage-et-mort-du-cineaste-tamer-al-awam-et-liberation-dorwa-nyrabia/

Billet de rentrée : l’arabe et le diplomate

A travers les heurs et malheurs d’une des figures les plus médiatisée de ce que Daniel Reig appelait l’Homo orientaliste, en l’occurrence Boris Boillon, ancien ambassadeur de France à Tunis, Abu Ilyás, l’auteur du toujours intéressant blog Anis del moro, revient dans son dernier billet sur cette bien inconfortable position du locuteur français (européen ou occidental) s’exprimant – un peu, beaucoup, passionnément… – en arabe. Trop bruyamment saluée dès lors qu’elle émane d’un homme qui a étudié les sciences politiques avant de devenir ambassadeur, cette compétence est au contraire invisible voire méprisée dans d’autres contextes, celui de cette résidente colombienne au Maroc qu’il cite en exemple mais on pourrait y ajouter – beau thème d’enquête ! – celui de tous les domestiques asiatiques s’exprimant souvent en arabe, parfois excellent, sans que nul ne s’avise vraiment de les en féliciter !

Quel arabisant n’a jamais péché par vanité facile, pris entre des « locuteurs indigènes » trop facilement admiratifs de quelques rudiment d’arabe et des « pays » naïvement éblouis par l’apparente maîtrise d’une langue réputée inaccessible ? Soulignant les difficultés qu’entraîne ce contexte d’asymétrie linguistique dont il montre sans peine combien elle doit au contexte, Abu Ilyás en tire une leçon pédagogique : celle de la vertu de modestie. Si on le suit bien, le charme et la discrétion (el discreto encanto ?) dont fait preuve, à manier la langue arabe, François Gouyette, l’actuel ambassadeur à Tunis, pourrait bien s’avérer à l’usage, du seul point de vue linguistique naturellement, plus efficace que la rhétorique un peu m’as-tu-vu de son prédécesseur.

A l’un et l’autre et à bien de leurs collègues du Quai d’Orsay, on reconnaîtra néanmoins le mérite d’accorder toute son importance au truchement de la langue (de l’arabe turjuman, traducteur, interprète), une qualité qu’on voudrait retrouver chez nombre d’experts proclamés de la région ! Certes, la connaissance de la langue ne suffit pas à elle seule, mais c’est tout de même un bon début !

Bonne rentrée – scolaire, universitaire, académique et même diplomatique – à tous les arabisants !

A signaler, cet appel à contribution de l’AFDA (Association française des arabisants) sur le thème de L’enseignement de l’arabe vu de tous les points de vue