De l’Orient compliqué, je venais avec des idées simples

Aucun conflit ne déchire aujourd’hui l’opinion arabe (et au-delà) comme celui que traverse aujourd’hui la Syrie… Vingt mois après le déclenchement des premières manifestations, la situation sur le terrain, la nature des parties en présence et de leurs rapports de force, pour ne rien dire de l’avenir qu’on peut imaginer pour ce pays, tout cela reste aussi difficile à interpréter et source de conflits incroyablement douloureux, de déchirements sans fin.

Pour l’anecdote, si l’on ose un terme comme celui-ci par rapport à la multitude de drames que cela signifie dans la réalité de ceux qui vivent ces événements, on rappellera que la fameuse chanteuse Asala (voir ce billet), célèbre et célébrée pour avoir ouvertement pris parti pour les insurgés, est en procès contre un de ses frères lequel, lui, soutient le régime… Cela fait-elle de la vedette une nouvelle Antigone comme certains le diront rapidement, ou bien au contraire est-ce la preuve qu’elle a trahi les siens, aveuglée par on ne sait quelles promesses ? Ce n’est pas si facile à trancher, quoi qu’on en dise…

Loin des feux de la scène et des médias, le site Nawaat a publié le témoignage (original en arabe ici) d’une Syrienne réfugiée en Tunisie. Avec ses imperfections et même ses contradictions, il permet de percevoir le désarroi des militants syriens découvrant l’image de leur combat dans le pays dont le soulèvement a joué un rôle tellement important pour les autres pays arabes.

Loin des certitudes toutes faites (y compris en partie chez son auteure), il révèle combien ce qui se joue en Syrie sera de toute manière déterminant pour l’histoire de la région et pour l’idée politique arabe, et cela quelle que soit l’issue en Syrie.

Traduction par mes soins, sans coupe, d’un texte pas toujours très précis dans sa formulation mais dont la sincérité, qui ne saurait être mise en doute, ne peut manquer d’interroger…

Tu arrives à Tunis, fuyant l’oppression du régime, l’arrestation … ou même la guerre, Syrien non seulement par la citoyenneté mais mais aussi par les souvenirs, les espoirs et les rêves … Tu arrives “au berceau des révolutions”, fatigué, tu cherches quelqu’un qui te tendra la main…

Tu t’attends à ce que les Tunisiens, eux qui ont modifié le cours de l’histoire en renversant le régime qui les gouvernait, soit proches de toi, qu’ils te comprennent mieux que quiconque à l’heure où ta révolution en Syrie s’est transformée en guerre dont personne ne sait quand elle prendra fin. Tu te retrouves loin de chez toi, en exil, et tu imagines ton prochain rendez-vous avec la révolution…

Mais chaque jour, du type qui te vend les cigarettes au chauffeur de taxi en passant par tes amis, ce sont les mêmes questions qui reviennent, et les mêmes réponses. Tu as l’impression de répéter les mêmes choses comme une bande magnétique, comme un disque rayé, pour rien…

– Tu viens d’où ?
– De Syrie ..
La question suit immédiatement, sans même un temps de réflexion mais après avoir fait allusion au feuilleton Bab al-Hâra dans ses versions syrienne et tunisienne :
– Tu es avec Bachar el-Assad ou contre lui ?
– Je suis …. Je ne suis pas avec un assassin, quel qui soit !

Commencent alors les dialogues syro-tunisiens, avec leurs variantes en fonction des interlocuteurs, de leurs origines, de leurs expériences et des orientations [politiques] et aussi de leurs informations sur ce qui se passe en Syrie. Tout le monde dit que la situation n’y est pas claire, qu’on n’y comprend rien, mais tu te retrouves quand même dans différents milieux tunisiens où l’on parle de la Syrie — ce pays où tu es née et où tu as grandi et vécu toute ta vie — en présence de personnes qui parlent avec le ton de la plus grande certitude, celui de l’expert non seulement de la situation syrienne mais arabe. Cela varie en fonction des opinions politiques de tes interlocuteurs : la majorité de la gauche tunisienne — et je n’exagère pas — ne croit pas à la révolution syrienne, ne la reconnaît pas, à cause de ce qu’elle endure avec les islamistes et le parti au pouvoir Ennadha. Leur seule manière de se positionner c’est de demander : Vous avez envie que les islamistes vous gouvernent comme ils le font en Tunisie?

On répond toujours la même chose : la révolution, ce n’est pas quelque chose qui commence et qui s’arrête… Ceux qui ont été capables de renverser un régime répressif qui a fait tout ce qu’il a pu pour se maintenir pendant des décennies peuvent faire tomber n’importe quel gouvernement. La liberté d’expression des Tunisiens aujourd’hui rend possible un changement, une poursuite de ce qui a été commencé …

Mais ce ne sont que des mots si les Tunisiens, les Égyptiens, les Libyens, les Yéménites, les Syriens, si chaque être humain ne continue pas à lutter pour arriver à faire ce pays auquel tout le monde aspire. Sinon rien ne changera, si ce n’est que tu pourras dire autant de fois que tu le voudras : Je déteste les islamistes…

Quant aux nationalistes [arabes : 3urûbiyyin], ceux qui croient à l’unité arabe et à la primauté de la cause palestinienne déterminante pour le peuple arabe dans son ensemble, oublieux de ce qui s’est passé et de ce se passe dans leur pays et oublieux de l’exploitation éhontée par tous les gouvernements de la souffrance du peuple palestinien pour détourner l’attention des gens de leurs propres souffrances, leur réponse est en forme de question : Vous voulez qu’Israël réalise tous ses plans en occupant tous les pays arabes ? La chute du régime Assad, c’est la chute de la résistance et de l’opposition à l’ennemi israélien !

J’en rirais, et cela me rappelle combien le Maghreb et le Machrek sont distants, combien de fausses informations circulent, et que croient les gens. J’ai ainsi entendu quelqu’un dire que “les salafistes entrent en Syrie par la bande de Gaza”. ” Désolé mais vous avez jamais regardé une carte?

Vous n’avez pas remarqué qu’aujourd’hui Assad utilise tous les types d’armes, qu’il s’agisse d’armes légères ou d’hélicoptères, pour réprimer le soulèvement populaire alors qu’il n’a pas tiré une seule balle contre Israël en quarante ans? Est-ce qu’il n’aurait pas mieux valu déclarer la guerre à Israël ? Mobiliser 23 millions de Syriens plutôt que ses partisans pour réprimer l’opposition ? Au lieu de ces réunions de la Ligue arabe pour tenter de briser le blocus imposé à son peuple, Assad n’aurait-il pas pu mettre la Ligue arabe dans une situation telle que ses membres auraient dû unir leurs efforts pour se débarrasser de l’ennemi israélien ?

Dans l’équation tunisienne, il y a aussi les islamistes tunisiens qui ne soutiennent pas les révolutionnaires syriens mais qui aident leurs frères islamistes en Syrie. Et ici j’ai envie de demander à la gauche, aux nationalistes arabes et à la société civile [en Tunisie] : est-ce que ce n’est pas vous qui nous livrez aux islamistes ?

Bien sûr, je ne nie pas l’existence de militants tunisiens participant à l’action révolutionnaire en Syrie, non plus que les nombreuses tentatives tunisiennes pour aider les Syriens de toutes les manières possibles. Mais je m’étonne vraiment de cette réaction émotive si étrangère à la réalité, de ces positions si diverses chez les Tunisiens par rapport à l’assassinat alors qu’on pourrait penser que c’est une chose refusée par principe. Cette sensibilité, cette sympathie n’a plus rien à voir avec ce que ce que tu ressens en tant que Syrien, avec ce qui te fait souffrir. Tu rencontres des gens qui te disent : “Ne le prends pas mal mais j’aime Bachar.” Et si tu leur dis : “Mais tu aimes un assassin ?” Ils te répondent que cela vaut mieux que les islamistes ou qu’Israël !

C’est tout de même étrange de ne pas avoir d’autre choix que d’aimer un assassin, de le préférer à un autre tueur, d’oublier toute ton humanité, celle qui te fait aimer la vie et lutter pour mettre un terme aux machines de mort partout dans le monde !

Je demande à bien des Tunisiens qui aiment Bachar al-Assad : Avez-vous déjà vécu en Syrie? Avez-vous souffert de la répression du régime ? Avez-vous perdu un frère, un père, une mère, un ami ? L’armée d’Assad a-t-elle fait sauter vos maisons ? Comment pouvez-vous parler de la tragédie que vivent d’autres personnes en oubliant complètement leurs souffrances, en faisant semblant de croire qu’au moment où vous sirotez votre thé ou votre café en exprimant votre amour pour Bachar al-Assad, il est, lui, en train de tuer quotidiennement des centaines d’innocents ? Et vous continuez à dire : Ne le prends pas mal mais on l’aime ! Vous aimiez Ben Ali ?

Là, on a des réponses différentes. Il y en a qui vont dire : du temps de Ben Ali, il y avait la sécurité et les islamistes ne pouvaient pas seulement respirer. Certes, comme le dit la formule bien connue, “celui qui préfère la sécurité à la liberté ne mérite ni l’une ni l’autre!” Il faut bien accepter l’Autre, fut-il islamiste…

Et puis il y a ceux qui répondent : “Bien sur que non!” Vraiment, vous détestiez Ben Ali et vous aimez Bachar ? Ne sont-ils pas les deux côtés d’une même médaille ? Ce n’est pas si curieux si l’on pense à la position du gouvernement tunisien et à la façon dont il gère le dossier syrien : d’un côté il expulse l’ambassadeur syrien (inexistant dans les faits) et il ferme l’ambassade de Syrie en Tunisie en réponse aux exactions du régime à l’encontre de son peuple, de l’autre tout Syrien a besoin d’un visa, accordé ou refusé, pour entrer sur le territoire tunisien. Le président Marzouki lance une déclaration fracassante pour dire qu’il est prêt à accorder l’asile à Bachar al-Assad et à sa famille tandis que le gouvernement tunisien n’accorde pas ce doit aux réfugiés [syriens ] qui n’y ont qu’un droit de transit.

Autant de discussions qui se terminent toujours par un soupir à fendre l’âme et par l’unique phrase sur laquelle tout le monde est d’accord : “De toute façon, c’est le peuple qui trinque toujours !” Mais comment parler ainsi “du peuple”, comme si on n’en faisait pas soi-même partie ?

Bien sûr, chacun a le droit de penser ce qu’il veut et d’exprimer son point de vue. Mais comme je voudrais que cela se fasse toujours correctement, que la discussion ne soit pas conclue d’avance, que ce ne soit pas un tour pour rien faute d’accepter de changer de perspective…

Pour finir, me voici actuellement en Tunisie (en tant que pays de transit). Je publie cet article sur le site d’un pays dont je respecte le peuple, avec toutes ses différences. Si je m’exprime ainsi, c’est aussi parce que j’aime ce beau pays auquel je souhaite un lendemain meilleur, grâce à des lois vraiment humaines…

Rania Badri

Sacrifice… d’un billet !

La “fête du sacrifice” est un bon prétexte pour une petite pause dans le flux de ces billets ! (Une fois n’est pas coutume !) Retour à la normale lundi prochain, si tout va bien. Pour me faire pardonner, cette caricature de Hajjaj (ce qui veut dire “celui qui fait le hajj“, le pèlerinage : cela tombe bien !)

 

L’homme qui tient la lettre (s’adressant au mouton du sacrifice) :
Son Excellence Monsieur le Mouton,
Très cher et très grand ami…

Il s’agit bien entendu d’une parodie du texte de la “lettre amicale” adressée par le président égyptien Mohammed Morsi à son homologue israélien Shimon Peres. Une initiative qui a fait couler beaucoup d’encre dans le monde arabe et qui “coule” un peu plus les Frères musulmans aux yeux de l’opinion.

Bonne fête et à lundi.

Arabie (postmoderne) saoudite : des effets pervers sur YouTube !

Page Facebook de la société saoudienne Uturn

90 millions de vidéos visionnées chaque jour sur YouTube : ce chiffre record – qui place l’Arabie saoudite (un peu moins de 30 millions d’habitants) au troisième rang mondial derrière les USA et le Brésil (respectivement environ 300 et 200 millions d’habitants) – s’explique en partie par l’absence de cinéma dans le « Royaume des hommes ». Il n’en reste pas moins un bon indicateur de l’importance des mutations qu’entraîne le développement foudroyant de l’internet arabe. Distraction quotidienne pour près de la moitié de la population saoudienne, ce sont 4 Saoudiens sur 5 qui ouvrent YouTube au moins une fois par semaine.

Et d’autant plus qu’ils y trouvent du contenu, y compris local. Publiée par la version Moyen-Orient de Forbes Magazine, une récente enquête met ainsi en évidence la présence de 17 productions saoudiennes parmi les 25 programmes arabes les plus regardés sur le site mondial de partage de vidéos. Pas mal pour un pays où l’image – dans l’espace public – est soumise à une réglementation particulièrement sévère au nom de la lecture wahhabite de l’islam ! En tout cas, c’est une belle illustration des effets pervers que peut entraîner une prohibition totalement ingérable au temps de la globalisation des flux numériques…

Derrière ce « miracle » à la saoudienne, il y a l’explosion, depuis 2010, d’un « genre » à part entière, la stand up comedy à l’américaine, en d’autres termes un monologue commentant, en principe de manière drôle et acide, l’actualité locale. A ce petit jeu, la vedette incontestable est un certain Bader Saleh (بدر صالح) dont le show, intitulé Eish Elly (ايش اللي – Pourquoi il m’a dit ?) attire plus de 400 000 abonnés et totalise près de 100 millions de visionnages ! Parmi les célébrités du Net qui se sont en général lancées dès 2010, on trouve encore Muhammad Bazeed (محمد بزيد) avec la série Neuf heures moins le quart (20h45, le pic pour les visionnages sur internet), Omar Hussein et sa série 3al6ayer (على الطاير – Comme ça vient !), dont cet article (en anglais) publié par Mashallahnews permet aux non-arabophones de se faire une idée de l’humour.

Page Facebook de la société Telfaz11

L’Arabie saoudite sur YouTube, c’est assez différent de l’« Arabie saoudite de papa », avec ses cheikhs imprécateurs et ses dirigeants bedonnants ! On est déjà dans une Arabie postmoderne, où l’on évoque sur le mode comique – l’ironie permet de ne pas dépasser les lignes rouges ! – des problèmes de société tels que le sida, l’injustice sociale, la situation des immigrés et même les relations entre les sexes… A l’instar de ce qui se fait dans la région aujourd’hui, la production est un joyeux mélange de toutes les ressources visuelles et sonores qui traînent sur la Toile mondiale, le tout passé à la moulinette locale sans trop d’interrogations (oiseuses) sur l’insoluble question de l’authenticité. On colle, on sample, on remixe, plus ou moins en arabe local, lui-même plus ou moins transcrit en arabizi. Pas (encore) de contraintes juridiques trop drastiques même si différentes affaires – politiques mais aussi religieuses ou tout simplement civiles (insultes aux personnes, diffamation) – apportent de l’eau au moulin de ceux qui militent pour une législation bien plus sévère… Pas besoin non plus de budget pour diffuser sur YouTube, dans certains cas les frais sont couverts par un peu de sponsoring grâce à une société locale (en général, spécialisée dans le Hi-Tech et/ou l’informatique).

Pas de gros budgets, pas trop de censure si on ne dépasse pas les limites (ou si on le fait avec beaucoup d’humour), un début de professionnalisation pour quelques-uns, en tout cas une aventure qui sort de l’ennui… Pour donner plus de visibilité aux vidéos, des sociétés comme Sa7i (arabizi pour صاحي) proposent des plates-formes qui se lancent aussi dans la production de « vraies » mini-séries : Le bazar du prix du sang (بازار الدية) par exemple, un très court-métrage qui se moque de l’exploitation par certaines victimes sans scrupules – qui se servent d’ailleurs des réseau sociaux à cet effet – du règlement selon la tradition musulmane de certains dommages corporels. La production web est visiblement un créneau qui donne des ailes à de jeunes entrepreneurs imaginatifs et un peu décalés, tels que la société Uturn qui regroupe une bonne partie des jeunes stars saoudiennes du Net, ou bien encore Telfaz11, une plate-forme de diffusion de vidéos en ligne qui résume ses activités par la formule « C3 », comme Creative Culture Catalysts.

Inévitablement, il y a bien entendu le risque d’une certaine récupération commerciale, comme d’ailleurs pour tout ce type de productions en principe réservées à la jeunesse plus ou moins rebelle (chansons, graffitis, etc.). Les stand-up saoudiennes sur YouTube voient arriver la pub et leurs vedettes sont désormais bienvenues sur les plateaux des chaînes télé, notamment pendant les soirées de ramadan (article en arabe dans Elaph). « Marchandisées » (commodified) ou non, elles n’en transmettent pas moins un langage de rupture qui, à en croire les intéressés (en l’occurrence un des artistes produits par Telfaz11 : article dans The Economist), est moins politique que social.

Mais c’est peut-être cela, précisément, la « vraie » révolution…

Arabités numériques (2/2) : le printemps du Web arabe

 

Dans les jours qui viennent (mercredi ?), votre libraire préféré devrait pouvoir vous proposer (contre 18 euros) cet ouvrage, parfaitement indispensable à tous ceux qui fréquentent ces chroniques ! (Si vous avez eu de l’intérêt à les parcourir, c’est une façon de me le signifier !) Voici la conclusion, pour vous donner envie de lire ce qui précède.

Produite par la figuration mentale de l’“être arabe”, l’af­firmation politique qui a surgi au temps de l’imprimé a lutté pour l’indépendance de son territoire, au prix d’une ten­sion jamais totalement résolue entre les limites de la grande nation et celles des États indépendants : unions avortées aussitôt que nées, regroupements régionaux minés par les conflits de voisinage, scissions internes suivies de brusques élans de solidarité… Un siècle d’histoire a créé des faits qui ne s’effaceront pas comme par magie. Cependant, les réseaux numériques – et c’est encore une des leçons du Printemps – font apparaître un autre monde arabe, à pro­prement parler “virtuel”, ou encore en puissance.

Son existence n’est pas déterminée par la seule géogra­phie. Espace fluide, il ne s’arrête pas aux barrières physiques et aux frontières. Il rassemble les “emmurés” palestiniens aussi bien que les émigrés des multiples diasporas. Quel que soit leur destin, les manifestations qui ont parcouru toute la région durant l’année 2011 ont révélé son exis­tence, et c’est en ce sens qu’on a pu parler à juste titre d’un “Printemps arabe” : les nouvelles techniques numériques informent un nouveau monde arabe qui ne se réduit pas à la seule affirmation politique. En négatif, on pourra dire que c’est une patrie de substitution, à l’image de ces critiques qu’on adresse à une jeunesse qui s’enferme dans ses réseaux sociaux pour échapper aux impasses de son présent. À l’op­posé, on affirmera que les soulèvements du monde arabe ont montré, en dépit des défaites électorales et des difficul­tés à mettre en place un nouvel ordre politique, l’espoir que portent en elles ces nouvelles arabités numériques.

Le pluriel s’impose en effet, d’abord parce qu’il s’agit de phénomènes en gestation, qui se rassemblent en une même dynamique régionale mais selon des formes à l’évi­dence très variées. Mais aussi parce que ces arabités ne se reconnaissent pas dans un type unique érigé en norme ; à la place du modèle “vertical” qui a porté l’arabisme poli­tique un siècle plus tôt, on observe aujourd’hui une masse de circulations “horizontales”, en vagues de propositions multiples qui s’échangent au sein de la “société en conver­sation”. L’année 2011 s’est refermée et l’écheveau des trans­formations politiques reste toujours aussi difficile à démêler. Mais sur la trame de la Toile se dessine, sans doute possible, un nouveau monde arabe.

 

TABLE DES MATIERES
Remerciements
Introduction

Les shebabs ont fait fleurir le désert… numérique !
– L’internet arabe : sous le voile de la censure officielle, la pieuvre islamiste !
– La première “génération internet” arabe
– La “nouvelle frontière” numérique arabe

Le Web arabe avant le Printemps
– L’invention de l’activisme arabe en ligne
– Le Web en politique : le temps des blogs
– Les réseaux sociaux et la politique

Cyberoptimisme et révolutions de légende : Tunis et Le Caire
– Le numérique, une technologie de libération ?
– Réseaux sociaux et soulèvements arabes à Tunis et au Caire

“Le côté obscur de la force” : le cyberpessimisme
– Des militants chez Google
– Cyberactivisme et cyberdissidence : des questions à l’activisme arabe en ligne
ONG à la limite de la société civile
– Cyberpessimisme : le “cliquisme” au temps des soulèvements arabes
– La Syrie et son “régime de vérité”

Les origines numériques des soulèvements arabe
– Les politiques de l’internet arabe au temps de la “société en conversation”
– Pourquoi le printemps est-il “arabe” ?

L’image de couverture est de Romain Beurrier.