Séries en Syrie : le mystère de la drama damascène

syriadrama2

Trois mois encore et ce sera le début de ramadan, accompagné de sa débauche rituelle de feuilletons en tout genre. Signalé à la fin de l’année passée dans ce billet, le mystère du feuilleton télé syrien, ou plus exactement l’énigme de la survie de la production télévisuelle syrienne s’épaissit : deux années après le début de la révolution/rébellion/crise/catastrophe (autant de termes utilisés par les camps en présence), la production syrienne proposera une bonne vingtaine de feuilletons.

Apparemment, 24 séries seront prêtes pour la saison (17 « seulement » ont été tournées dans le pays, et 7 autres, à l’étranger). C’est vrai qu’on est loin des années fastes avec au total plus de 40 séries, mais la Syrie va faire aussi bien, sinon mieux, que l’Egypte, où l’industrie de l’image (cinéma compris) est touchée de plein fouet par la crise. Néanmoins, il ne suffit pas de produire, il faut être distribué, ce qui passe par des contrats avec les grandes télés régionales. Là encore, les perspectives ne semblent pas si mauvaises : financement de la production (article en arabe, comme pour la suite) avec la chaîne égyptienne CBC (celle de Bassem Youssef : voir ce billet), pour Le jeu des morts (لعبة الموتى) le dernier opus de Haytham Hajjo (حيثم حجو), et accords de distribution avec d’importantes chaînes comme MBC ou Abu Dhabi TV, en dépit d’une géopolitique des feuilletons (voir ce billet) qui aurait dû en bonne logique entraîner un boycott implacable de tout ce qui vient de Damas de la part des financeurs du Golfe.

Etonnante résistance, c’est bien le terme qui convient, de la part d’un secteur qui, à l’image du « système El-Assad », aurait dû « tomber » depuis longtemps sous l’effet d’une conjonction de facteurs défavorables. L’industrie syrienne du feuilleton aurait ainsi dû être supplantée depuis longtemps par la rivale turque, ou encore la mexicaine (article dans Al-Hayat), avec la situation sécuritaire qui rend les tournages difficiles ailleurs qu’en studio. Pour ne rien dire de la crise financière et notamment de l’assèchement des devises, mais aussi de la disparition de vedettes (mort de Yassine Baqqouch – article Al-Hayat – après celle de Muhammad Rafea (محمد رافع : voir ce billet) et plus encore de l’exode à l’étranger de celles qui manifestent leur opposition au régime ou qui veulent simplement échapper à la situation dans le pays. Enfin, les professionnels restés sur place, soupçonnés de collaboration avec le régime, devraient être privés de l’accès aux marchés extérieurs régionaux…

« Résistance », en effet, car le maintien de la production syrienne, grande fierté nationale (voir ce texte étonnant sur ce site pour les arabophones), est sans aucun doute une manière pour certains de « contribuer à l’effort de guerre ». La profession s’est mobilisée pour tenter de survivre, y compris au prix de sacrifices énormes – les salaires ont été divisés par dix dans certains cas ! –, des sacrifices acceptés faute d’autre choix possible de toute manière… Dans une région où la vie politique illustre la propension des élites à occuper la place aussi longtemps que possible, le départ à l’étranger des vedettes les plus « fortunées », dans tous les sens de l’adjectif, a été en quelque sorte une « chance » pour la nouvelle génération (article dans Al-Akhbar). En tout état de cause, il y aura cette année encore dix-sept « vraies » séries, tournées intégralement en Syrie, comme Désorientées (حائرات), feuilleton féministe tourné par Samir Hussein (سمير الحسين : article dans Al-Hayat), ou encore Bouton d’Alep (هبة حلب : article dans Al-Akhbar), du nom de cette maladie de peau qui a fait sa réapparition dans la capitale du nord en mars dernier (feuilleton confié au célèbre réalisateur d’origine palestinienne Basel Khatib).

syriadramaLa délocalisation fait partie des bricolages mis en place pour pallier les difficultés de l’heure. Cela peut se faire aux Emirats où Mu’min al-Mallâ (مؤمن الملا ) va finalement tourner Hammam damascène (حمام شامي ), la sixième saison de Bâb al-Hâra, le navire amiral du feuilleton syrien (article sur le site Middle East Online), mais cela se fait le plus souvent au Liban  – cinq séries sont dans ce cas –, où la logistique pose, en principe, moins de difficultés. Avec des productions littéralement «à cheval entre les deux pays, comme cet invraisemblable – au regard de la situation du moment – Tirs amis (نيران صديقة : article sur le site Elaph), comédie à la Nadine Labaki qui raconte l’histoire de deux villages de part et d’autre de la frontière syro-libanaise (précisément là où l’on bombarde à tout va en ce moment). Pourtant, travailler au Liban pour des Syriens est loin d’être toujours facile ! Récemment, un tournage prévu pas très loin de Tripoli, une région en proie à de fortes tensions sécuritaires, a ainsi dû être brutalement interrompu pour « exfiltrer » (article dans Al-Akhbar) le comédien Durayd Lahham, une des figures de proue du soutien au régime en place depuis le début des soulèvements (voir ce billet) du soutien au régime de Bachar El-Assad.

La « solution » libanaise a d’autres limites. Clacket, une des plus grosses sociétés de production installée à Damas et qui poursuit ses activités en dépit de la situation et de la disparition (crise cardiaque) de son fondateur, s’est ainsi en partie installée dans des studios loués à Beyrouth, tout en continuant à faire travailler des professionnels syriens qui se rendent dans le pays voisin quand c’est nécessaire. Mais un article dans Al-Akhbar révèle que la réalisatrice, Rasha Shurbatji (رشا هشام شربتجي‎), ainsi que l’équipe technique, ont brusquement annoncé leur refus de poursuivre l’expérience. Selon Wissam Kanaan, l’auteur de l’article, cette décision tient à leur peur des conséquences possibles de leur participation à un feuilleton dont le scénario aurait reçu le feu vert du régime à Damas mais qui irait bien plus loin dans la critique que ce qui était annoncé.

La liberté de ton est en effet l’autre grande question qui concerne les feuilletons produits pour le prochain ramadan. La question ne se pose pas vraiment pour celui que tourne Rima Fleihan (ريما فليحان), une opposante (voir ce billet) de la première heure aujourd’hui réfugiée à l’étranger (article sur le site d’Al-Arabiya). En revanche, il sera intéressant de constater le maintien ou non de la très étonnante vélléité d’ouverture manifestée par la production officielle ou officieuse ces deux dernières années (voir ce billet et cet article, cette fois en anglais ). A en croire Najdat Anzour (article sur le site Middle East Online ; sur ce réalisateur voir ces deux billets, ici et ), « toutes les lignes rouges ont été franchies » durant le tournage de la nouvelle saison et la crise syrienne sera abordée « dans toutes ses contradictions ».

Peut-on croire sur parole cette grande figure du feuilleton syrien, proche du régime ? Après avoir su « résister » pour assurer, dans un premier temps, sa survie, on peut en effet se demander si la drama syrienne sera capable de poser des jalons pour l’avenir en s’ouvrant à une véritable (auto)critique sociale. Et la question ne concerne pas que l’univers du feuilleton, c’est bien le drame !…

Icônes et émotions :’-( [2/2] Arab Idol et ses politiques

arabidolssite

Pas d’idôlatrie au Moyen-Orient, là où les religions du Livre ont en commun de célébrer un dieu unique qui s’accommode mal de la concurrence ! Même au sens figuré, on est prié de trouver d’autres solutions pour nommer les nouvelles icônes de la pop culture globalisée. Commercialisés dans le monde arabe, les shows télévisés du type Pop Idol ou American Idol reprennent à l’identique la formule qui a fait leur succès partout dans le monde, avec toutefois quelques ruses sémantiques pour faire passer le mot tabou. Traduit en arabe, idol sent en effet quelque peu le souffre ! Quand la chaîne libanaise Future TV, au temps de sa splendeur, l’avait repris, en 2003, Pop Idol était devenu Super Star. Quand la LBC, une autre chaîne libanaise, a pris le relais, elle a commercialisé ce succès sous le nom de Star Academy pendant plusieurs saisons.

Mais la géopolitique des médias a fini par reprendre ses droits et la « Toute-Puissance » saoudienne règne sans partage sur les ondes populaires arabes depuis que la chaîne MBC (établie à Dubaï mais à capitaux saoudiens) a lancé à son tour, à la fin de l’année 2011, la version arabe de American Idol, « rebaptisée » pour les programmes arabes Mahboub al-Arab (Ceux qu’aiment les Arabes) pour éviter les reproches de cheikhs imprécateurs (article en arabe sur Al-arabiya), ce qui n’empêche pas le logo impie, Arab Idol, de s’afficher en grosses lettres latines sur les écrans. Fidèle reflet des rivalités régionales au sein de la Péninsule arabe, cette victoire symbolique des médias saoudiens a bien entendu suscité l’agacement des Qataris : dans ce pays bien connu pour la vigueur de son expression démocratique, des « manifestations spontanées » ont éclaté en novembre dernier (article en arabe dans Al-Akhbar) pour empêcher la tenue des auditions durant lesquelles les responsables du programme recrutent les concurrents en provenance de tous les horizons du monde arabe.

Le constat, démontré à l’envi par Marwan Kraidy (voir ce billet) se vérifie une fois de plus : la politique n’est jamais très loin de la téléréalité arabe… Si les émotions des tyrans déchus animent l’opinion publique (voir le précédent billet), les émotions des vedettes, « ceux qu’aiment les Arabes », constituent un ingrédient à part entière de la scène politique. La chose s’est vérifiée une fois de plus avec Arab Idol, entrée dans la phase cruciale des éliminatoires qui voient les candidats amateurs se produire devant un jury, composé de professionnels de la chanson. Rien n’est laissé au hasard dans ces spectacles télévisés réglés au millimètre. Au risque de décevoir les fans de l’émission, il faut bien se rendre compte que tout écart par rapport à la norme, tout accroc au déroulement « normal » du show, est moins un accident provoqué par une émotion souvent factice qu’un subtil montage, une mise en scène adroite d’affects individuels qui entrent en résonance avec une subjectivité collective (la fameuse « rue arabe » !)

arabidolC’est dans cet esprit qu’il faut apprécier la « sortie », il y a quelques jours à peine, d’un des membres du jury, la chanteuse des Emirats Ahlam al-Shamsi (أحلام الشامسي ), qui s’en est pris vivement à la seule candidate irakienne. Ou plutôt du « Kurdistan irakien », car c’est ainsi qu’était présentée Barwas Hussein (برواس حسين), en provenance de ce qu’on appelle en général la « province semi-autonome du nord de l’Irak ». L’occasion était trop belle pour ne pas jouer sur la fibre nationale arabe et la pauvre candidate, qui visiblement ne parle quasiment pas un mot d’arabe (elle serait venue avec un traducteur !), s’est retrouvée sur le gril – et à coup sûr grillée pour la suite du concours – lorsqu’on lui a demandé de classer ses préférences en termes d’affiliations identitaires, à savoir l’Irak ou le Kurdistan (article en anglais sur un site kurde).

Autre moment d’émotion politique, sur fond d’enthousiasme musical cette fois, celui de la prestation, quelques jours plus tôt, d’un des candidats syriens. Venu d’Alep, Abdel-Karim Hamdan (عبد الكريم حمدان) a choisi d’interpréter un mawwal, un genre musical pour lequel sa ville est devenue illustre dans tout le monde arabe, en particulier par la grâce de la voix d’un de ses plus grands interprètes, l’illustrissime Sabah Fakhri. Pour gagner les faveurs du jury et du public, le jeune Alépin a proposé un mawwal de sa composition, une complainte déchirante sur les malheurs que traverse sa ville bien aimée : Alep, fontaine de douleur qui coule dans mon pays. Quel sang versé dans mon pays. Je pleure le cœur brisé (mahrouq) sur mon pays, sur ses enfants devenus des étrangers, ô mon pays !…حلب يا نبع من الألم يمشي ببلادي، ويا كتر دم اللي انسكب ببلادي، أنا ببكي ومن قلب محروق ع بلادي، وعا ولاد اللي صاروا فيها غراب… آه يا بلادي

Naturellement, dans une ville où les destructions s’accumulent, Abdel-Karim Hamdan s’est bien gardé de prendre parti pour l’un ou l’autre des camps qui s’affrontent les armes à la main. Après un passage à la télévision qui a fait couler des torrents de larmes (près de 4 millions de visionnages sur Facebook de la vidéo proposée à la fin du billet !), tout le monde veut s’approprier cette prestation mais la page Facebook du jeune chanteur affiche une neutralité parfaite…

Et pourtant, rien n’est simple dans les identités politico-culturelles. Si l’on veut commenter le choix de ce mawwal, on peut ainsi noter qu’il est dédié à la capitale du nord de la Syrie, et donc, si l’on veut, « contre » celle du sud, Damas. Mais on peut aussi retenir le fait que le chant constitue, en soi, une prise de position, dans une ville où les fractions ultra-religieuses opposées à toute expression artistique exercent un pouvoir de facto dans certains quartiers « libérés » (article sur le site de la radiotélévision belge). Enfin, pour rendre les choses plus compliquées encore, on remarquera que le candidat alépin fait suivre sa composition personnelle d’une interprétation de قدك المياس (Adduk al-mayyas), un classique des classiques, d’origine… turque !

Après l’épisode Abdel-Karim Hamdan, le téléphage arabe a eu droit – comme une sorte d’antidote ? – à la prestation de Muhammad Assaf (محمد عساف), un jeune Gazaoui, capable de porter la keffieh (noire et blanche) illustrée en son temps par « le vieux » (Arafat), tout en déclarant qu’il ne va pas faire, lui, dans la complainte/mawwal. Son ambition ? Faire entendre la voix d’une Palestine unie, qui ne se limite pas à la chanson politique, un discours que les médias mainstream saoudiens se sont empressés de relayer bien entendu (ici, la version de la chaîne Arabiya).

Tout est déjà prévu dans le programme. On le sait par avance : jusqu’à la finale, Arab Idol va continuer à dérouler, en même temps que son chapelet de tubes à la mode, des épisodes qui exploiteront, avec plus ou moins de sincérité, les ressorts politiques des émotions arabes.

Pour les amateurs, l’émotion est au rendez-vous avec ce chant alépin. En visionnant la vidéo, vous constaterez qu’elle est aussi dans le public (la spectatrice que l’on voit en larmes, est une autre candidate syrienne).

Icônes et émotions :-) [1/2] le sourire de Moubarak

Moubarak4

L’annonce, par le président du tribunal, du renvoi de l’appel de l’ancien président Moubarak devant une autre cour a naturellement déclenché beaucoup de commentaires. Pour les médias et sans doute dans l’opinion aussi, à en croire ce qui s’échange sur les réseaux sociaux, l’essentiel, ce n’est pas de savoir que les parents des « martyrs de la révolution » (plus de 800) devront attendre encore un peu plus la fin d’un processus judiciaire entamé il y a deux ans. Ce qui restera de cette séance du 13 avril, c’est l’émotion suscitée par « le sourire du président destitué » (مخلوع en arabe, quelque chose comme « dépouillé de son prestige »).

Après sa condamnation à la prison à vie, début juin 2012, au terme d’un procès qu’il avait suivi allongé sur une civière, Moubarak était, quinze jours plus tard, agonisant à en croire les dépêches des agences de presse qui annonçaient sa mort clinique. Et le voilà qui réapparaît en avril 2012, bien calé dans son fauteuil roulant, le cheveux noir, l’oeil peut-être vif aussi, mais les lunettes de soleil qu’il porte ne permettent pas de le vérifier ! Un an et demi après sa déposition minimale lors d’un épisode judiciaire resté historique, l’ancien raïs a retrouvé la vedette. Les vidéos du procès le montrent agitant la main à l’intention de ses supporters et amis dans la salle et affichant ostensiblement un sourire que beaucoup d’Egyptiens ont reçu comme une véritable provocation.

smilingMubarakDeux années de révolution pour en arriver là ? Est-il donc si sûr de lui pour se permettre ce rictus narquois ? Comment peut-on se moquer ainsi du peuple, en présence qui plus est des familles de ceux qui ont donné leur vie pour mettre un terme à trois décennies de despotisme et de corruption ? Justement, c’est bien le signe que les temps ont changé, analyse le New York Times, qui voit dans cette attitude la marque d’une assurance nouvelle chez ce politicien roué, persuadé de voir triompher tôt ou tard sa lecture de l’histoire : moi ou le chaos !

Bien des commentateurs vont dans ce sens et analysent ce fameux sourire, qui restera peut-être dans l’histoire, comme avant lui le rire de Nasser (à revoir en suivant ce lien, cet extrait sous-titré d’un discours à propos du voile ). Si les foulouls de l’ancien régime en rajoutent un peu en affirmant que le plus célèbre des détenus égyptiens a retrouvé la confiance parce qu’il sait que « le peuple l’aime encore plus » (article en arabe, comme tous ceux qui suivent), d’autres avancent plus sérieusement qu’il y a sans doute plus d’équilibre entre ceux qui lui en veulent à mort, et ceux qui, deux ans plus tard, sont en proie au doute. (article du Youm el-7). Masquarade judiciaire, parodie de procès ? Moubarak apparaît « sans photoshop » comme l’écrit Akram al-Qassas, et mise sur la désillusion de ceux qui ont eu le loisir de constater « qu’on peut trouver pire que lui » !

Alors ? Enorme erreur de la part d’un vieil homme qui n’a toujours pas réalisé ce qui lui arrivait ou bien au contraire communication parfaitement maîtrisée ? En définitive, les interprétation du sourire de Moubarak varient en fonction de l’avenir que l’on imagine pour les soulèvements arabes, inévitablement confrontés aux défis d’une reconstruction politique qui remet en question, notamment, les données fondamentales de l’unité régionale (comme on a pu le voir à travers la relecture sardonique de la Grande patrie arabe par Bassem Youssef dans le billet précédent). Un « rêve arabe » définitivement perdu selon certains, comme en témoignent les dernières décisions de la Ligue arabe, alors que d’autres y voient les aléas inévitables d’une réorganisation nécessaire à l’exercice du leadership de nouveaux acteurs présents dans le Golfe, bien décidés à hâter une islamisation des systèmes politiques qu’ils pensent être le prélude indispensable à une nécessaire modernisation de la région.

Bassem Youssef, Mon Qatar chéri et l’utopie arabe

bernameg

Y a-t-il toujours un « rêve arabe » ? La question est posée par Bassem Youssef, une des voix les plus incisives du monde arabe d’aujourd’hui, l’équivalent égyptien du comique nord-américain Jon Stewart. Dans un contexte très différent naturellement, le succès de cet ancien chirurgien cardiaque ne peut manquer de faire penser aux remous provoqués sur la scène politique par des personnalités comme Coluche en France ou Beppe Grillo en Italie.

De plus en plus en effet, les interventions de cet animateur télévisé – sur YouTube d’abord, juste après la chute de Moubarak, puis sur la chaîne ONTV et depuis novembre dernier sur CBC (Capital Broadcast Center) – ne relèvent plus seulement du phénomène de société. Elles donnent désormais une dimension nouvelle à un affrontement éminemment politique. On y mesure les transformations qui secouent la société égyptienne, et plus largement le monde arabe.

Bien entendu, la forte parole de Bassem Youssef pose au régime la question de la liberté des médias. Une question brutalement rappelée dans un rapport publié par l’ANHRI, une ONG locale, qui résumait la situation en écrivant que le président Morsi avait fait « mieux » que tous ses prédécesseurs en réclamant, en 20 mois de pouvoir, pas moins de 24 actions en justice envers des journalistes (contre 14 seulement durant les 112 années qui ont précédé) ! Une statistique à manier avec précaution cependant car nombre d’autocrates du passé se dispensaient de tout formalisme juridique; par conqéquent, le recours à l’action légale constitue une sorte d’avancée démocratique !

De plus, la mise au pas des médias peut s’exercer d’autre manière. A l’image des menaces à l’encontre de Bassem Youssef qui prennent un tour juridique comme on le verra mais qui passent aussi par toutes sortes d’autres pressions. Parmi bien d’autres intimidations, parfois physiques, on trouve ainsi la mise en examen de certains de ses invités (le comédien Ali Kandil (article en anglais) ou encore des menaces de fermeture administrative exercées par l’Organisme en charge des zones franches, d’où émet la chaîne de celui qui est devenu aujourd’hui le plus célèbre des animateurs télé (30 millions de visionnages sur YouTube!).

Après avoir déjà été inquiété au tout début de l’année (article en arabe sur le site Al-Arabiyya), Bassem Youssef a donc été convoqué à la fin du mois de mars par le Procureur général égyptien, sous l’accusation d’insultes au chef de l’Etat et à l’encontre de l’islam. Une entrevue de cinq heures qui s’est soldée par la libération de l’animateur contre une caution de 2 200 dollars (ce n’est pas trop cher payé !). La presse du monde entier (article dans L’Orient-Le jour par exemple) a abondamment parlé d’une action en justice qui a même tourné à l’affaire d’Etat lorsque l’ambassade des USA au Caire a jugé bon d’intervenir dans les débats en diffusant via Twitter le soutien apporté par Jon Stewart à son émule égyptien (article dans le Washington Post).

youssefCnbcDémontrant une fois de plus son humour et son sens politique, Bassem Youssef a eu l’intelligence de continuer son émission dont l’importance – et le danger pour le pouvoir – tient peut-être moins à son aspect satirique qu’au travail d’éducation publique qu’elle permet. En effet, au fil des séquences hebdomadaires de son émission (en arabe égyptien, du début à la fin), Bassem Youssef entraîne derrière lui le public, conquis par son humour dévastateur, à une analyse, largement inédite dans la région, des images et des mots de la politique. Dans un univers particulièrement dominé par la langue de bois de responsables figés dans des rôles d’un autre temps, l’œuvre est non seulement salutaire mais à la vérité totalement révolutionnaire…

A travers son émission née avec les soulèvements arabes et qui n’aurait pas été possible sans eux, al-Bernameg (« Le programme », prononcé à l’égyptienne, ici sur YouTube) met en évidence la rupture que réclame une partie au moins des populations arabes, à savoir ces nouvelles générations dont les pratiques culturelles, telles qu’on les évoque dans ce blog, témoignent d’aspirations nouvelles, visiblement en totale rupture avec une grande partie des normes héritées du passé. Dans quelle mesure ces jeunes générations seront-elles suivies par le reste de la population ? Comment arriveront-elles non seulement à traduire politiquement leur refus de l’ordre ancien mais également à « reconstruire du politique » dans un contexte très difficile, ne serait-ce que du point de vue économique, pour ne rien dire de la géopolitique locale dominée par les monarchies du Golfe ?

A défaut de solutions, Bassem Youssef a, sans l’ombre d’un doute, une parfaite maîtrise des données de la situation. En témoigne ce que l’on pourrait appeler la contre-attaque qu’il a su mener en riposte au harcèlement juridique dont il fait l’objet. Suivie avec passion par le public égyptien – témoignage de l’ambiance dans les cafés-trottoir du quartier de la Bourse au Caire dans cet article en arabe dans al-Quds al-‘arabi –, sa dernière émission a déclenché un déluge de commentaires dans la presse mais plus encore peut-être dans les médias sociaux tels que Twitter et Facebook.

En plongeant sans ménagement le scalpel dans la plaie de l’amour-propre national, avec pour seul anesthésiant une très forte dose d’humour, l’ancien chirurgien a vraisemblablement ruiné à jamais tout espoir, de la part du régime, de le faire taire. Plus que jamais, il bénéficie désormais de puissants soutiens, non seulement parmi les défenseurs dans le monde de la liberté de parole, mais plus encore auprès des Egyptiens, touchés au cœur, le mot n’est pas trop fort, par une parodie d’opérette nationaliste qui a suscité à la fois exaspération et enthousiasme.

Dans la culture arabe contemporaine, l’« opérette » (en arabe dans le texte) est un genre musical à part entière. Evénement commercialo-culturel à l’échelle de toute la nation lors de la sortie de clips qui associent un grand nombre de chaînes télévisées autour de la célébration, par les vedettes locales, du « rêve » ou de la « conscience arabe »s (voir ces précédents billets, ici et ), l’opérette a, dans ses formes les plus récentes en tout cas, perdu une partie de sa charge politique (voir ici Bokra, dont l’arrangement a malheureusement été commis par le grand Quincy Jones). Aussi édulcorées soient-elles, elles n’en font pas moins toutes référence à un modèle fondateur, évoqué d’ailleurs à l’occasion de la mort de Warda, la chanteuse algérienne qui avait participé en son temps à ce monument de la musique arabe moderne. Au temps de la splendeur du nationalisme arabe, lorsque l’Egypte guidait tous les pays de la région vers des lendemains qu’on imaginait forcément radieux, le régime nassérien avait en effet demandé à quelques-unes des vedettes de la scène musicale de l’époque de participer à l’enregistrement d’une œuvre à la gloire de la « grande patrie » (Watani al-akbar), la nation arabe bien entendu.

Un bon demi-siècle plus tard, l’imaginaire politique arabe reste marqué par un thème (musical et politique en somme) qui ne cesse de hanter les mémoires et les consciences, comme un rêve impossible à oublier… Cet imaginaire, Bassem Youssef a pris le risque énorme de l’évoquer avec humour, au risque d’ailleurs de retourner contre lui une partie de son public. Ironisant férocement surles temps présents, l’animateur d’al-Bernameg a osé une parodie dévastatrice de ce « rêve arabe » transformé, aujourd’hui, en hymne sardoniquement dédié au Qatar. La grande patrie, chantée dans les années 1960, est devenue Mon Qatar chéri (Qatari habibi), mon tout petit frère – le pays fait un peu plus de 10 km2, avec beaucoup de cailloux riches en pétrole il est vrai – jour après jour tu t’enrichis… Impossible de traduire l’ensemble des paroles (on les trouve en arabe ici) dans lesquelles les Egyptiens, entre rire et larmes, retrouvent sans difficulté la triste litanie de leur déchéance politique actuelle, depuis les avanies subies par Morsi lors de sa dernière visite au Qatar jusqu’aux offres – paraît-il – du riche Emirat gazier de leasing des richesses nationales, du Canal de Suez aux pyramides (sachant que la Grèce, elle, lui a déjà vendu cinq de ses îles !)

Nouvelle étoile de la scène médiatique arabe, Bassem Youssef ne manque pas de flair politique, et il en faut pour manier l’ironie sur un terrain aussi sensible. Etait-ce pour désamorcer les éventuelles accusations de tous ceux pour lesquels le « rêve arabe » a encore un sens ? On note que Hamdeen Sabbahi était invité lors de la fameuse émission. Le candidat « nationaliste de gauche » issu de la tradition nassérienne et arrivé, à la surprise générale, en troisième position aux présidentielles égyptiennes a d’ailleurs avoué avoir pleuré en découvrant la parodie de Ma grande patrie.

De rire, de rage ? Probablement les deux à la fois… Oser se moquer ainsi de soi-même et de ses souvenirs les plus chers, avec Bassem Youssef à la baguette (dans le rôle d’Abdel-Wahab, l’auteur de cette mélodie éternelle, qui apparaît dans la version d’époque), c’est vraiment le signe qu’on a changé d’époque, mais pas forcément de rêve.

Pour visionner, et la version originale, et la parodie Yousséfienne (il y a désormais un parti de Bassemiyyoun, des Bassemistes, du prénom de l’auteur qui signifie, littéralement, le Souriant), le mieux est encore d’ouvrir cet article dans Al-Akhbar. Figurent à la fin les deux versions. Même les non-arabophones reconnaîtront facilement un mot passé en français, flous (associé à l’adjectif « qatari »). Signalée par The Arabist, il y a pas mal de temps déjà, un extrait sous-titré en anglais permet de se faire une idée de l’humour de Bassem Youssef.
Grâce à leur flair, les jeunes arabisants de Normale Sup’ ont eu l’idée brillante d’inclure un débat, le 18 avril, avec Bassem Youssef en personne, dans leur désormais célèbre Semaine arabe. Bravo à eux !

Topless Jihad day et moudjahidat

titsentête

Sans aucun doute, la Femme arabe (majuscule et singulier de rigueur) sera éternellement reconnaissante aux Femen d’avoir puissamment contribué à la libérer. Après avoir récupéré Alia El-Mahdy, quelque peu abandonnée par ses camarades de lutte en Egypte, les militantes de l’ONG ukrainienne se mobilisent à présent en faveur d’Amina, la titslamist tunisienne comme elles disent (tit = nichon, comme sur l’image en haut du billet qui vient de leur site avec son Femenshop où l’on peut acheter un Femen livre autographié).

En France aussi, on se mobilise beaucoup pour Amina – juste un prénom, comme un site de rencontres. C’est bien la moindre des choses dans ce pays des droits de l’homme (!) où trois personnes sur quatre, comme nous l’explique Le Figaro sur la foi d’un sondage impayable imparable, « rejettent l’islam ». Des esprits grincheux peuvent toujours dénoncer ce « pseudo-féminisme raciste et morbide » (Mona Chollet sur Beauté fatale, à lire), il reste tout de même Le Huffington Post pour nous rappeler, que « non, tout ne va pas bien… ». Ces mots vigoureux sont de Caroline Fourest qui dénonce « le silence assourdissant de militants ayant aimé la France quand il s’agissait de s’y réfugier pour fuir la persécution politique sous Ben Ali, mais trouvent la solidarité internationale, y compris venant de démocrates arabes, odieuse… depuis qu’ils président à la destinée de la Tunisie et se comportent, à leur tour, comme des autoritaires ». Pauvre Marzouki, lui qui pensait qu’il suffisait d’un léger voile de laïcité pour être aimé !

A l’initiative d’Inna Shevchenko, leader des « sextrémistes » du Femen (toujours le Huffington, mais version anglaise), le 4 avril sera donc le Topless Jihad day, le jour du « Jihad seins nus ». A n’en pas douter, une initiative qui va permettre de faire avancer les choses, pour beaucoup de femmes musulmanes en général et arabes en particulier ! Forte de l’écho international qu’elles reçoivent, on peut rêver et penser que les Femen ne vont pas s’arrêter en si bon chemin et qu’elles vont s’empresser de s’attaquer à bien des situations révoltantes. Par exemple en dénonçant les appels au « jihad par relation sexuelle » (jihad al-nikah) auquel appelleraient des religieux d’obédience saoudienne (article sur Médiapart) pour inciter des jeunes femmes à soulager les combattants en Syrie (les intéressés nient de tels appels, mais les textes circulent). Ou bien encore, pour se mobiliser en faveur des dizaines de milliers de jeunes femmes réfugiées syriennes contraintes à se vendre quasiment au plus offrant, en l’occurrence toutes sortes de prétendants, qui viennent jusque des pays du Golfe pour faire œuvre pieuse en se portant au secours de ces malheureuses désargentées…

Selon plusieurs organisations égyptiennes, le Conseil supérieur de la femme et l’Egypt Women Union notamment, qui ont tenté d’alerter les autorités de leur pays, ce sont en effet quelque 12 000 réfugiées syriennes en Egypte qui, faute d’autre solution, ont été contraintes de se vendre pour une centaine de dollars (référence en arabe seulement, le thème n’est pas aussi vendeur dans la presse étrangère que les aventures d’Amina sur lesquelles on est informé dans toutes les langues de la terre !) Le phénomène existe partout où se trouvent des « familles de déplacés » (Egypte mais surtout Jordanie, avec le Liban et l’Irak et peut-être aussi la Turquie mais on n’a pas de témoignages). Il a commencé à se développer à grande échelle semble-t-il à partir de l’automne 2012. Après avoir circulée sur les réseaux sociaux (article dans ce quotidien anglophone des Emirats), la « bonne occasion » à saisir sur le vif, à savoir la jeune femme Syrienne réfugiée, était même annoncée par des publicités affichées à l’entrée du principal camp de « déplacés » au nord de la Jordanie (article du Al-Safir repris dans Jadaliyya, en arabe).

Les prix sont partout les mêmes, quelques dizaines de dollars seulement. Une affaire pour un célibataire trop pauvre pour s’offrir une « nationale » (une moyenne de 21 000 dollars pour la dot en Jordanie par exemple). Mais bien souvent, rien de plus qu’une escroquerie dont sont victimes des réfugiés déjà privés de tout. Malgré les mises en garde du ministère de l’Intérieur jordanien, qui a rappelé que seuls les mariages devant la loi (civile) étaient légaux, bien des gens, croyant échapper un peu à la misère ou même simplement au risque de déshonneur au regard de la promiscuité des camps, ont accepté un mariage coutumier. Un arrangement (voir ce billet) qui laisse tout le loisir à l’homme d’abandonner dès qu’il le souhaite une relation qui n’est souvent qu’une forme de prostitution déguisée… Sur place, des associations s’efforcent bien d’informer les familles, de les soutenir pour qu’elles évitent ce qu’elles croient être une « solution ». L’association « Réfugiées, pas captives » (لاجئات لا سبايا) par exemple, dont la page Facebook permet de prendre connaissance de toutes sortes de documents (dont le reportage d’une chaîne britannique proposé à la fin de ce billet). On rêve que leur travail bénéficie un jour ne serait que d’un dixième de l’attention prêtée aux Femen…

NasserAlgériennesPas assez spectaculaire sans doute, ou trop conventionnel. En tout cas pas aussi intéressant que ces émouvantes histoires d’amour entre « Hanane l’infirmière d’Alep » et « Abou Khaled le snipeur » rebelle (plus élégant de fait que « tireur embusqué » !) Sortie dans un nombre incroyable de journaux (ici, version sur RTL Belgique), ce beau récit de propagande a même sa vidéo, réalisée par l’AFP, proposée sur YouTube (Syrie: un mariage sur les front des combats à Alep). Dans le même genre, on peut s’arrêter aussi à ce reportage publié dans le Los Angeles Time. Avec un titre d’une rare finesse, The bride wore an AK-47 – La fiancée avait un AK47 –, ce très respectable quotidien nord-américain a publié le récit, largement repris, d’une belle rebelle qui a gagné son ticket pour rejoindre le front en épousant le commandant de sa brigade.

Il y avait naguère les moudhahidat de la Guerre de libération algérienne (on voit ci-dessus Nasser saluer deux d’entre elles, Djamila Bouhired et Zohra Drif). Aujourd’hui c’est par le jihad – révolutionnaire et/ou topless ou même de nikah/relation sexuelle – que passerait donc la libération de la femme arabe.

Syria’s women refugees fear sham marriages and rape, un reportage de Channel 4 (en anglais, 10′) dans le camp de Zaatari au nord de la Jordanie.