Culture et révolution en Egypte (2/2) : les arts visuels dans la société en conversation

Ahmed-EL-Attar-portrait-2-D-CAF-2012-740x436
Ahmed el-Attar, devant l’affiche du D-CAF

Quel avenir pour la culture en Egypte ? A priori, aucun ! On a beaucoup parlé des menaces de « frérisation » (voir le précédent billet), mais il y a bien d’autres dangers. La crise économique notamment, qui frappe tous les secteurs, à commencer par ceux de la production audiovisuelle (cinéma et feuilletons télé). Importants pourvoyeurs de commandes, les services du ministère de la Culture sont aussi totalement désorganisés, comme on a pu s’en rendre compte, par exemple, lors du 6e festival du théâtre national en Egypte en avril dernier (article dans Al-Hayat) : manifestation lors de l’inauguration de jeunes artistes « oubliés » dans les invitations ; un tiers des représentations annulées, pour des motifs parfois ahurissants (absence de réservation pour une troupe qui devait en principe venir de Port-Saïd) ; ministre pris publiquement à partie lors de la remise des prix…

Même les institutions chargées, en principe, de défendre les intérêts des artistes créent des problèmes. Au syndicat des musiciens par exemple, c’est un certain Mustafa Kamel qui a été élu il y a quelques jours (article dans Al-Akhbar), provoquant la consternation de tous qui ceux comparent cet obscur parolier et compositeur « populaire » aux grands noms qui ont marqué l’histoire d’une institution fondée par Oum Koulthoum… Une élection qui ne va pas améliorer la situation des musiciens indépendants : en plus de la crise économique et du harcèlement des religieux les plus extrémistes, ces jeunes voix de la révolution du 25 janvier doivent en plus affronter les demandes d’interdiction d’un syndicat qui, pour des raisons corporatistes, voudrait interdire à ces « amateurs » de se produire !

En dépit de tout cela, de nombreux témoignages soulignent la vitalité de la scène culturelle. Le Festival du centre ville pour les arts contemporains (D-CAF, Downtown Contemporary Art Festival) vient d’achever sa seconde édition : quatre semaines d’expositions (deux fois plus que l’année dernière), de concerts, d’événements en tous genres dans des lieux parfois improbables (théâtres et cinémas, parfois fermés depuis des lustres, appartements, hôtels…) En plein air, dans la rue, il y a eu aussi des spectacles de danse, du théâtre pour enfants, sans oublier de nombreux ateliers, pour la création de courts métrages réalisés avec des téléphones mobiles par exemple. Au total, 90 artistes locaux, et autant d’invités étrangers (Europe, Tunisie, Iran).

Une exception ? Pas vraiment : avant D-CAF se sont ainsi tenus, rien que pour le mois d’avril (article dans le déjà regretté Independent), d’autres festivals du même type : Alternative Solution (حال بديل) ou encore Al Fan Midan (littéralement, « l’art est une place ») à Assiout. On pourrait facilement allonger la liste, comme le fait cet article dans Al-Monitor, en mentionnant le Cairo Jazz Festival ou encore le Digital Art Festival.

Pour Ahmed el-Attar, le fondateur (portrait sur le site – par ailleurs intéressant – Conflict and Culture), réussir une initiative telle que D-CAF, c’est bien entendu faire revivre le centre-ville comme lieu d’expériences culturelles, lesquelles ont également été proposées dans les provinces. Mais c’est surtout, montrer à tout le monde et surtout à soi-même qu’on est capable, dans l’Egypte d’après la révolution, de réussir un projet aussi ambitieux !

Pour son budget (350 000 dollars), le Festival du centre-ville pour les arts contemporains a essentiellement recours à l’initiative privée, avec en particulier le Alismaelia Consortium, un groupe d’investisseurs immobiliers (voir cet article) qui rachète à tout va les beaux immeubles du siècle dernier. On apprécie ou pas le « généreux » geste des donateurs qui ont certainement intérêt, au sens financier du terme, à changer l’image du centre de la capitale, mais il est incontestable que le « mécénat » privé est la seule alternative qui peut palier aujourd’hui le défaut de la puissance publique. Entamé depuis longtemps déjà, sous Sadate, le mouvement de « privatisation » de la culture va donc s’accélérer encore dans l’Egypte de l’après Moubarak.

Particulièrement visible, et certainement appelée à être beaucoup commentée par une fraction au moins du champ culturel et intellectuel – les nostalgiques, sincères ou opportunistes des politiques culturelles publiques de jadis –, cette évolution n’est toutefois pas la seule que connaît aujourd’hui le monde de la production culturelle en Egypte. D’autres aspects commencent à apparaître, avec par exemple la place particulièrement centrale occupée désormais par les arts visuels.

D-Caf
Spectateurs jouant avec « SMSlingshot », une installation de VR/Urban au Digital Art Festival in Cairo in April 2013. (photo by Mostafa Abdel Aty)

Est-ce la trace de l’explosion de créativité plastique dont témoignent les graffitis et autres fresques révolutionnaires qui ornent certains murs de la capitale égyptienne ? (Voir ces deux billets, ici et .) Toujours est-il que la création visuelle semble se tailler la part du lion dans les programmations contemporaines. Certes, comme le mentionne cet article, des lieux historiques ferment, à l’image du célèbre ACAF (Alexandria Contemporay Art Forum), mais ils sont bien plus nombreux à ouvrir, tels Beirut, Cimatheque, Medrar for Contemporary Arts, 100 Copies, à la fois galeries, ateliers, et lieux d’exposition, qui mélangent les genres et les activités, dans des lieux alternatifs (des appartements notamment).

Observatrice très informée de la scène cairote, Ursula Lindsey brosse, pour The Arabist, un tableau en définitive assez optimiste de la création artistique actuelle. A travers l’exemple de Art el-Lewa, un projet indépendant développé dans une zone d’urbanisation dite spontanée, elle souligne l’effet positif de la situation actuelle où les acteurs concernés savent qu’ils ne peuvent plus compter que sur eux-mêmes. Avec cette conséquence, dans le contexte très particulier de la période actuelle, que cette « nouvelle » responsabilité des acteurs les incite à rompre avec certains circuits un peu marginaux et élitistes de la scène artistique passée, et à rechercher de nouveaux canaux grâce auxquels ils pourront toucher de plus larges publics.

Un autre article d’Ursula Lindsey, dans lequel elle décrit notamment une installation présentée dans la vitrine d’un magasin du centre-ville dans le cadre du D-CAF, met très bien en évidence les moyens que se donnent les artistes, en l’occurrence Yasmine El-Ayaat et Genzeer, un des « graffeurs » de la révolution, pour entamer un dialogue avec le public, une chose largement inédite pour ce qui est des arts visuels arabes, surtout dans leur forme ultra-contemporaine.

Mais c’est précisément une spécificité de l’expression plastique dans ses formes numériques actuelles, à en croire Sarah el-Sirgany qui revient elle-aussi, dans cet article, sur différentes installations présentées lors de D-CAF (l’article comporte notamment une vidéo de Vs., une installation de Sameh al-Tawil, particulièrement savoureuse). Elle explique ainsi comment l’art numérique modifie les frontières entre l’artiste et le spectateur, changeant dans le même mouvement les définitions traditionnelles de l’art politique (Digital art, which featured prominently in numerous festivals and events this past few months, distorted the traditional lines defining political art and expression. Its interactive nature blurred the boundaries between the artist and the spectator, inviting the audience members to intervene in the innovative process and shape the artwork into a unique experience of their own.)

A observer la scène plastique, on voit donc que la « société en conversation » du Net ouvre des perspectives nouvelles aux « producteurs de valeurs ». C’est ainsi que se forment – en dépit des multiples difficultés que traversent les pays de la région –, les arabités numériques de demain.

Culture et révolution en Egypte (1/2) : danger de « frérisation » ?

ikhwana

En proie à toutes sortes de difficultés, le gouvernement Morsi s’est peut-être créé un nouveau problème en nommant à la tête du ministère de la Culture, il y a quelques semaines, un certain Alaa Abdel-Aziz (علاء عبد العزيز). Après le court intermède assumé par Gaber Asfour dans le dernier gouvernement sous Moubarak, le premier titulaire, Imad Abu Ghazi, avait été déjà remplacé par Saber Arab, lui-même démissionnaire depuis février.

Succédant au règne interminable de Farouk Hosni (presque 20 ans), la valse des responsables continue donc, avec cette fois la nomination d’un illustre inconnu. Titulaire, en 2008, d’une thèse sur le cinéma et la post-modernité, le nouveau ministre, à peine nommé, reçoit une volée de bois vert de la part des acteurs du champ culturel qu’il est censé administrer : articles incendiaires dans la presse (ici Al-Quds al-arabi, en arabe, comme toutes les autres références de ce billet), pétitions d’artistes et d’intellectuels réunis au sein du Comité national pour la défense des droits et des libertés de pensée et de création (اللجنة الوطنية للدفاع عن حقوق وحريات الفكر والإبداع ), le tout sur l’air bien connu des menaces de « frérisation » (إخونة) de la culture (entendre : les risques de main-mise du parti au pouvoir sur l’appareil culturel d’Etat).

Le nouveau ministre a en effet attiré sur lui la foudre en décidant de modifier le nom d’une collection : fondée par Suzanne Moubarak, la Bibliothèque de la famille est devenue la Bibliothèque de la révolution. Une affaire d’Etat apparemment, puisqu’elle a provoqué toutes sortes de critiques et plusieurs démissions, dont celle du patron des éditions nationales, Ahmed Mugahed. Moins médiatisée, on prend connaissance malgré tout, grâce à cet article dans Al-Hayat, d’une autre décision, plus intéressante, celle de redistribuer à l’ensemble du personnel les 80 000 dollars réservés, chaque trimestre, aux hauts fonctionnaires du ministère !…

Démagogie de la part du nouveau responsable trop heureux de régler leur compte, d’une manière parfaitement inattaquable, à quelques intellectuels et artistes toujours suspects d’être fondamentalement hostiles au parti au pouvoir ? Vociférations de profiteurs qui agitent les menaces à l’encontre des libertés pour mieux défendre des intérêts corporatistes ? Que penser de cette nouvelle polémique qui, à partir de la question des politiques culturelles, remet une fois de plus dans le débat public la question, très politique, de la culture ?

La « frérisation » de la culture, c’est peu de dire qu’on en a beaucoup parlé. En Egypte comme ailleurs – la Tunisie par exemple, avec l’affaire du Printemps des arts en juin 2012 [voir ce précédent billet] –, une partie de l’intelligentsia (intellectuels, artistes, et « faiseurs d’opinion » souvent complaisamment relayés à l’étranger…) n’a eu de cesse de faire part de ses craintes, non sans certaines outrances du type « afghanisation de la culture »… Depuis les changements politiques au début de l’année 2011, et plus encore après le verdict des urnes quand il y a eu des élections comme en Egypte, chaque controverse est ainsi l’occasion de dénoncer le retour de la hisba (une sorte de police morale héritée du Moyen Age).

Des notoriétés connues pour leurs idées progressistes ont fait part de leurs craintes (l’actrice Yusra, entre autres exemples fort nombreux : voir cet article), des comités et des débats ont été organisés pour défendre « les droits et les libertés de la création face aux défis de la révolution et de l’avenir » ; on a même été jusqu’à laisser entendre – non sans fondement peut-être – que le gouvernement était prêt à brader le patrimoine national pour quelques sous (qataris en l’occurrence : article dans Al-Akhbar)…

Le bilan, provisoire sans doute, est pourtant loin d’être ce que pouvaient laisser craindre ces multiples cris d’alarme. Certes, la situation du ministère de la Culture n’est pas brillante, mais c’est sans doute le cas dans tous les autres. De fait, le pouvoir a placé ses hommes à la tête des organes de presse officiels mais aucun pouvoir n’a manqué de le faire, et la main-mise des « Frères » sur la culture n’est pas aussi rude que le contrôle qu’ils cherchent à imposer sur l’information… Les multiples « incidents » souvent montés en épingle – au centre culturel Sakiet el-Sawi, réputé « conservateur », mais aussi à la Foire du livre – ont fait long feu car ceux qui étaient prêts à monter au front pour défendre les libertés n’avaient pas grand-chose à se mettre sous la dent.

culture_adel_imamPlus important peut-être, le champ de la culture « populaire /de masse », celui des films, des vidéos, des feuilletons, peut faire l’objet de la même appréciation d’ensemble : les vidéos à la limite de la vulgarité de Sama El-Masri (voir ce billet) ont passé et repassé, les films « mauvais genre » ont été distribués sans problème (3abdo MoOta par exemple, voir ce billet), les sketchs critiques de Bassem Youssef n’ont pas été purement et simplement supprimés (encore un billet). Mieux, s’il y a eu quelques condamnations, quelques affaires de censure, bien d’autres, sinon davantage, ont connu une fin plus heureuse. A commencer par quelques procès hautement symboliques, tel celui intenté à Adel Imam pour « offense à l’islam » (voir cet article). Fort publiquement, l’acteur fétiche du cinéma et du feuilleton égyptiens a d’ailleurs veillé à serrer publiquement la main de Muhammad Badee (محمد بديع), le « guide » de la Confrérie des Frères musulmans (article dans Al-Akhbar) : un signe pour ce baromètre infaillible de l’opinion égyptienne, doué d’une science innée pour savoir d’où souffle le vent !

Au grand dam de certains, ceux qui n’avaient pas craint de faire leur autocritique en dénonçant trop de compromissions de la part des intellectuels « bouffant au râtelier » de l’ancien pouvoir (les « intellectuels d’étable » comme on les appelle en arabe :مثقفو الحظيرة), le nouveau régime, non seulement n’a pas imposé sa « frérisation », mais il n’a même pas donné un bon coup de balai dans les milieux où règnent pourtant les renvois d’ascenseur et même la corruption (voir ce billet sur la mafia des prix littéraires). Certains en viennent même à exprimer leur ras-le-bol de subir indéfiniment le règne sans partage du poète Higazi (أحمد عبد المعطي حجازي , né en 1935 : article dans Al-Hayat).

Avec un peu de recul, on pourrait même affirmer que la nouvelle équipe arrivée au pouvoir au terme d’un épisode révolutionnaire s’est même montrée assez magnanime. Il y a quelque temps, la justice égyptienne a ainsi innocenté des accusations de détournement de fonds qui pesaient contre lui l’ancien ministre de la Culture, Farouk Husni, qui va pouvoir couler des jours heureux et ensoleillés aux Emirats arabes unis…. Le gouvernement des « Frères », sous la houlette du président Morsi, n’a vraiment pas la dent dure car, pour ce qui est de la « scène culturelle et intellectuelle légitime », il aurait pu se souvenir que, grosso modo, elle s’était prononcée sans hésiter en faveur de son principal rival, Ahmed Shafiq (article dans Al-Hayat).

Si souvent dénoncée, la frérisation de la culture, n’est donc pas si manifeste que cela, en tout cas pas au niveau des politiques culturelles officielles. La révolution égyptienne n’aurait-elle donc aucune conséquence dans le domaine de la culture ? Pas certain !… La suite, la semaine prochaine, mais plutôt milieu de semaine;-)

Les « Libres Arabes » et l’ONGéisation du monde

FreArabs

Auteur remarqué d’articles très critiques, en particulier sur les milieux de la droite prosioniste aux USA, Max Blumenthal ne manque pas de caractère : en juin 2012, il annonçait, poliment mais fermement, sa démission du quotidien Al-Akhbar (version anglaise) dont il ne partageait plus la ligne éditoriale, à ses yeux outrageusement pro-Bachar el-Assad (voir sur son blog The right to resist is universal. A Farewell to Al-Akhbar and Assad’s apologists). Un nouvel article – signalé par The Arabist et publié sur le portail Electronic Intifada – illustre à nouveau son talent pour mettre « les pieds dans le plats » en ouvrant des débats qui font pas mal d’éclaboussures.

Intitulé « Weddady et son Free Arabs, le Congrès islamo-américain et les bailleurs de fonds pro-israéliens qui les ont aidé à grandir », l’article, publié sous la rubrique Israel Lobby Watch, est une charge très documentée contre Nasser Weddady, un activiste d’origine mauritanienne installé depuis plusieurs années aux USA. En bref, Max Blumenthal pose de réelles questions sur le parcours de ce cybermilitant très influent (voir par exemple ce portrait particulièrement élogieux publié en janvier 2012 dans The Atlantic). Sans entrer dans les détails qu’on pourra lire dans l’original (en anglais), l’enquête de Max Blumenthal met en évidence divers points forts gênants sur le financement des activités de The American Islamic Congress (AIC), l’organisation qui emploie Nasser Weddady.

Fondée sous le patronage de l’administration Bush au temps de l’invasion de l’Irak, l’AIC a bien négocié le changement d’administration puisqu’elle continue à bénéficier de fonds du gouvernement nord-américain, tout en comptant parmi ses généreux donateurs une brochette assez impressionnante de figures publiques connues pour leur « islamophobie » et/ou leur soutien à Israël. Après avoir épinglé la fondatrice de l’AIC, Zainab al-Suwaij, une Irakienne visiblement très impliquée dans cette épouvantable aventure militaire que fut la tentative, sans nul doute sincère (???), d’exporter la démocratie occidentale au cœur du Moyen-Orient (entre 750 000 et 1,5 million de victimes selon les estimations), Max Blumenthal s’intéresse au directeur des actions extérieures (outreach director) de l’AIC, Nasser Weddady. Il est clair que, pour lui, son ascension sur la scène publique nord-américaine – il vient d’apparaître sur les écrans de télévision comme une sorte de porte-parole des musulmans aux USA à l’occasion d’un service religieux tenu à la mémoire des victimes des attentats de Boston – est étroitement liée à ses positions sur le monde arabe, aussi ambiguës sur la question palestinienne qu’elles sont hostiles à l’islam.

Sur ce dernier point, l’argumentation de Max Blumenthal se fonde très largement sur le fait que Nasser Weddady est le cofondateur de Free Arabs, un site lancé le premier mars dernier. Curieusement quand on sait que l’un de ses deux cofondateurs travaille pour l’American Islamic Congress comme le remarque un article de la presse marocaine, Free Arabs place en tête de ses préoccupations la laïcité (secularism en anglais), à côté de la démocratie et de l’humour. Sur un mode qui se veut léger – même si les blagues sont souvent aussi lourdes que des gags de Charlie Hebdo (formule Val/Charb s’entend) –, Free Arabs se donne pour mission « d’établir et de renforcer les liens avec la nouvelle génération d’Arabes libéraux » (engage and strengthen [an] emerging generation of Arab liberals).

« Dénoncer la corruption et l’autoritarisme » ; « réclamer la totalité du spectre de la démocratie, y compris les libertés individuelles » ; « défendre la laïcité pour ce qu’elle est : la liberté de choix institutionnalisée » ; « mettre en lumière la culture qui bouillonne à travers le monde arabe », le tout pour une meilleure organisation et une meilleure visibilité de ce camp politiquement libéral, qui a participé au « printemps arabe » : tel est ce que l’on peut retenir de la présentation de Free Arabs, selon le site étudiant Horizons médiatiques (bon article ) qui ne voit rien de bien nouveau dans cette initiative. D’autres commentaires apparement plus favorables, sur Al-Jazeera (en anglais) par exemple, évoquent des réactions franchement négatives. Mentionné par un des deux cofondateurs (voir infra), un autre article évoque sans doute « la dernière version en date d’un projet qui vise à amplifier la voix d’une nouvelle génération de penseurs arabes, de militants, de journalistes et d’artistes qui osent, contre toute attente, exprimer leur désaccord face à des normes culturelles pesantes, de maigres droits politiques et individuels et des attentes sociales limitées » (the latest iteration of a long project designed to amplify the voices of a new generation of Arab thinkers, activists, journalists, and artists who dare, against all odds, to flaunt their dissent in the face of weighty cultural norms, meager political and individual rights, and narrow social expectations). Mais c’est pour mieux remarquer que « cette attitude de défi serait beaucoup plus efficace si elle dépassait les représentations coloniales du type laïcs vs musulmans ou islamistes. Faire la satire de ces derniers au nom de la laïcité arabe risque d’accentuer cette confrontation, précisément au moment où l’on constate l’aspect lucratif d’un spectacle médiatique animé par les taux d’écoute, le nombre de pages vues, et les recettes publicitaires » (defiance would be much more effective if it rose above colonial constructs of secularists versus Muslims or Islamists. Satirizing the latter in the name of Arab secularism risks accentuating this confrontation, precisely as it becomes a lucrative media spectacle animated by television ratings, page views, and advertising revenues). Indiquant le départ précipité d’un certain nombre de collaborateurs de la première heure, cet article (en anglais) dans Al-Akhbar va plus loin encore dans la critique en regrettant que cette initative prometteuse tombe de la sorte dans les stéréotypes, reprenant un point de vue orientaliste bien connu, au point de donner l’impression que le site s’adresse plus aux Occidentaux qu’aux « libres Arabes » !

Une impression que ne dissipe pas, loin de là, le fait que Free Arabs soit très très largement rédigé en anglais. Un choix d’autant plus surprenant que le partenaire de Nasser Weddady, le second cofondateur et son rédacteur en chef, n’est autre qu’Ahmed (Reda) Benchemsi, le créateur, en 2001, du magazine TelQuel, puis de Nichane (voir cet ancien billet) au Maroc, pays qu’il a quitté – après avoir démissionné et vendu ses actions dans son entreprise – à la fin de l’année 2011 pour s’installer, provisoirement du moins, aux USA où il est visiting scholar pour l’université de Stanford en Californie, avec un projet de recherche intitulé The Seeds of Secularism in the Post-Spring Arab World.

maxbL’ex « enfant terrible » de la presse marocaine, dont l’absence est toujours une perte pour la presse de son pays, est d’ailleurs le seul (sauf erreur de ma part) à avoir fait front aux attaques de Max Blumenthal. Publiée sur le site de Free Arabs, sa réponse consiste pour l’essentiel à dénoncer ce qu’il perçoit comme une énième théorie de la conspiration, en expliquant que Free Arabs fonctionne exclusivement sur des fonds privés, et que la présence de Nasser Weddady est totalement déconnectée (c’est le cas de le dire) de ses activités à l’AIC… Il ne le fait pas, mais il aurait pu s’autociter et reprendre l’argumentation donnée dans la présentation de son nouveau projet, à savoir que des acteurs tels que Nasser Weddady et lui-même « n’ont que Facebook et Twitter quand les vieilles gardes des élites arabes et les islamistes bénéficient, eux, de poches bien profondes [pour récupérer des financements], de réseaux de soutien et d’une grosse artillerie médiatique » (Both Arab old-guard elites and the Islamists have deep pockets, wide support networks, and massive media artillery. We, by contrast, have only… Facebook and Twitter (which, by the way, they too know how to use).

De fait, comme l’écrit Issandr El Amrani (lui aussi Marocain by the way) dans The Arabist, la question du financement est « plus que problématique » (deeply perturbing) dans la mesure où le courant mainstream – centre-gauche, centre-droit, libéral socio-démocrate – est loin de pouvoir accéder facilement aux sources possibles de financement, lesquelles proviennent souvent des milieux néo-conservateurs et pro-israéliens en « Occident », et proches des monarchies conservatrices du Golfe dans le monde arabe. (There is a real problem in the funding of secular liberal Arab publishing. Often sources are from neo-con, pro-Israel sources that tend to minimize criticism of Israel (in my view is the only logical position to take on Israel as a liberal is critical, otherwise one is buying into the exceptionalism of « liberal Zionism » and thus into the racial/religious supremacism inherent in Zionism, which is hardly liberal.) In Arabic, they are often from conservative Gulf states such as Saudi Arabia, whose princes finance such « liberal » sites as Elaph. This represents almost none of the mainstream, center-left to center-right, liberal/social-democratic thinking in the Arab world. To have institutions like AIC created to supposedly represent « mainstream Muslims » and have them be largely financed by extremists is deeply disturbing.)

On pourrait même être bien plus sévère et rappeler, comme le faisait le Tunisien Sami Ben Gharbia avant même les soulèvements arabes dans un article qui n’a rien perdu de son importance, que les donateurs ne sont jamais totalement désintéressés et qu’ils ont toujours en tête leur propre agenda – Ben Gharbia évoque les USA mais on peut élargir l’idée à tous les généreux donateurs, à l’Ouest comme à l’Est, au Nord comme au Sud. Associant toutes sortes d’ingrédients particulièrement épicés qui relèvent du géopolitique, de l’idéologique, du culturel, du religieux…, la scène de l’activisme arabe en ligne, couplée aux enjeux de l’information, offre des témoignages innombrables de telles dérives, qui prennent souvent la forme d’une « ONGéisation » du monde arabe… Même s’ils affirment haut et fort leur liberté, les animateurs de Free Arabs ne peuvent guère prétendre y échapper.

D’ailleurs, pour qui s’intéresse aux faits de langue, l’emploi de cette dernière, précisément, est un indicateur intéressant et même significatif. Au-delà des reproches souvent adressés à Free Arabs parce qu’il s’adresse aux Libres Arabes essentiellement dans la langue de l’Oncle Sam, on peut s’étonner, quand on connaît le parcours professionnel d’Ahmed Benchemsi, de le voir à la tête d’un site qui, non seulement n’utilise guère (pas du tout, en fait) le français cher à l’hebdomadaire marocain TelQuel et à une bonne partie des fameux Libres Arabes au Maghreb, mais qui, de surcroît, ignore superbement le dialecte marocain, la fameuse darija, naguère portée aux nues par l’hebdomadaire Nichane comme seul véhicule possible de la libération nationale !… Bien entendu, le public de Free Arabs n’est pas le même et la cible du site n’est pas celle de TelQuel ou de Nichane… N’empêche, ce n’est pas exactement la meilleure manière d’illustrer la justesse de la cause, plaidée avec une telle éloquence, du dialecte marocain… Et cela incite à penser que le passage par la case de l’Oncle Sam comporte certains intérêts qui ont fait passer au second plan les grandes déclarations d’intention linguistiques…

Le « petit juge » islamique et le gros compte Twitter : al-Arifi vs al-Ghaith

La page Facebook d'al-Arifi
La page Facebook d’al-Arifi

Vous n’en avez sans doute jamais entendu parler. Pourtant, Muhammad al-Arifi (محمد بن عبد الرحمن العريفي , aussi transcrit 3refe et Arefe) – jeune prédicateur (il est né en 1970) formé en Arabie saoudite, élève d’Ibn Baz, un religieux tendance très conservateur décédé en 1999 – est un auteur à succès à la tête d’une bonne trentaine d’ouvrages et surtout une vedette de l’islam médiatique. Qu’on en juge : en plus de son émission hebdomadaire sur Dubai TV, Qalby Maak (associé à une page Facebook avec près de 300 000 amis), un site perso bien entendu, une page Facebook avec plus de 2 millions d’amis, une « chaîne » télévisée sur YouTube (plus de 200 000 abonnés, 15 millions de vidéos vues, il y en a une autre, moins active, sur Viméo) et, last but not least, un compte Twitter qui, en frôlant les 5 millions de suiveurs, le place dans la Top List des comptes arabes. (A titre de comparaison, le dalaï-lama est à 7 millions, le chef de la chrétienté, le pape François et même Haïfa Wehbe, la pop star libanaise, se traînent aux alentours des 2 millions.)

Al-Arifi sur YouTube
Al-Arifi sur YouTube

Ce Goliath du numérique (tout le monde en parle dans la Péninsule et fort peu ailleurs, sauf sur CPA ;-)) est aujourd’hui sur le gril, à cause d’un David de la Toile, Issa al-Ghaith (عيسى الغيث), membre il est vrai du Conseil de la Shura, mais dont le pauvre petit compte Twitter atteint à peine les 60 000 followers. Après avoir annoncé, sur le réseau, sa décision, le « petit juge » islamique a en effet saisi la justice contre diverses personnalités conservatrices, dont al-Arifi, à qui il reproche d’avoir « re-twitté » un poème satirique – vieille tradition culturelle arabe – qui se moquait de lui en des termes cruels (article en arabe, un autre en anglais). L’affaire est sérieuse car, selon le Code pour la répression des crimes informatiques (نظام مكافحة الجرائم المعلوماتية ), l’accusé encourt au total une peine de six ans de prison et une amende d’un demi-million de dollars (même pour un riche saoudien, ça le fait!)

Sans doute, le « roi du commentaire religieux » a-t-il vite retiré l’objet du délit, mais le réseau a de la mémoire… Et al-Ghaith est bien décidé à aller jusqu’au bout pour que « celui qui n’a pas appris à bien se tenir de ses parents ou de son maître l’apprenne de Twitter » (من لم يؤدبه أهله ومعلمه… سيؤدبه تويتر). Comme bien d’autres dans son pays où Twitter atteint des sommets avec (sans doute) près de 5 millions d’utilisateurs et un taux de croissance mensuel qui peut atteindre les 3 000 %, le justicier autoproclamé de la Toile est en effet parfaitement conscient du fait que Twitter est devenu « le facteur n° 1 dans l’opinion, celui qui fait et défait les réputations… (هو الرقم 1 في الرأي العام بالسعودية، وهو مؤثر على صاحب القرار، فتويتر صنع رموزاً وأسقط رموزاً). Sachant qu’al-Ghaith est réputé proche des milieux royaux (membre de la Shura, il ne saurait en être autrement de toute manière) alors qu’al-Arifi est proche des courants salafistes, on comprend que l’affaire tient au code de bonne conduite sur les réseaux, mais plus encore à des règlements de compte politiques.

Le compte Twitter d'al-Arifi
Le compte Twitter d’al-Arifi

Pour ne rien arranger, al-Arifi est en quelque sorte un récidiviste car il avait déjà pris le risque de franchir la ligne rouge il y a quelque semaines en critiquant Abdul-Rahman al-Sudais, imam de la grande mosquée de La Mekke, après que celui-ci eut prononcé un prône contre ceux qui « sèment la discorde et les idées étrangères » (نبذ الفتنة والأفكار الدخيلة : voir cet article en arabe) . Cette fois-là, le tweet avait été promptement effacé, ce qui avait valu excuse… Une mansuétude dont n’avaient pas profité en leur temps d’autres trouble-fête des réseaux sociaux : pour le camp des “libéraux”, le pauvre Hamza Kashmaghi, toujours en prison plus d’un an après son tweet malheureux à l’occasion de l’anniversaire du Prophète (voir ce billet) et l’écrivain Turki al-Hamad dont le sort ne préoccupe guère les grandes consciences internationales (article en anglais), entre autres exemples ; et du côté des ultras religieux, Cheikh Yûsuf al-Ahmad (الشيخ يوسف الاحمد) notamment, condamné à cinq ans de prison le mois dernier à cause de ses activités en ligne.

Pour reprendre l’expression heureuse de ce journaliste d’Al-Hayat, les réseaux sociaux – et singulièrement Twitter, dont le « style », manifestement, convient fort bien aux pratiques locales – sont devenus le Hyde Park de la jeunesse arabe ! La référence vaut bien entendu moins pour le célèbre gazon britannique que pour le Speakers’ Corner où tout un chacun est libre de prendre la parole pour dire ce qui lui chante. Des « gazouillis » (tweets) de printemps qui n’ont pas l’air de charmer les oreilles de tout le monde en Arabie saoudite.