« Les flics sont des chiens » : le rap de Weld el 15 (en français dans le texte)

Billet spécial, et même exceptionnel. Sur la toile des réseaux du savoir numérique, Stéphanie Pouessel a eu envie de dialoguer avec CPA. Grâce à elle (spéciale dédicace, aussi, à Latifa et Anis), voici ci-dessous les paroles de la vidéo de Weld el 15 (il ne reste plus qu’à trouver un bricoleur pour les inscruter avec les images) et, surtout, voici son propre commentaire, mis en ligne sur le Carnet de l’IRMC sous le titre Sayeb Tounis ! Œillères, fantasmes et héritages autoritaristes en Tunisie :

Nombre de médias tunisiens affichent leur solidarité à la condamnation jugée unanimement trop sévère du rappeur Weld El 15, arrêté pour son clip « Les flics sont des chiens » (la traduction en français ci-dessous). La chaîne Ettounisiya par exemple lui a consacré, en soirée, une émission (« La bess ») tandis que, sur les réseaux sociaux, se multiplient les appels à la solidarité à l’image de la page Facebook Sayeb 15. La diffusion effrénée des appels à lutter contre les menaces à l’encontre des libertés en Tunisie prouve paradoxalement que la liberté d’expression n’a jamais été aussi forte. Au-delà des circonstances du moment, on saisit cette liberté à chaque coin de rue, de la tenue vestimentaire des citoyens aux manifestations et grèves en tous genres. Il faut aussi peut-être pour cela se souvenir de ce qu’était la Tunisie sous Ben Ali et quel conformisme régnait sous le silence imposé par les hordes policières. [pour lire la suite, cliquez, ici]

 

Les flics sont des chiens1

Ils m’ont attrapé pour consommation, ils m’ont embarqué pour le shit
Ils ont fait pleurer ma maman, ils m’ont pris et emprisonné exprès
Ils m’ont mis dans une impasse
J’ai tout donné pour le pays, et au gouvernement je lui ai bien mis
Ah donne moi vite un sniff
Ils m’auraient pas attrapé pour un an de prison si mon père s’appelait Bousbii2
Je voudrais arrêter de me droguer, j’ai enlevé la drogue de ma poche
Je n’aurais pas vu la prison si j’étais le fils de Slim Chiboub3
Hé Président, hé avocats, hé conseillers
Comme vous avez fait pleurer mon père, ton père je vais lui faire la misère
C’est le quartier de Kandahar, il est trop tard
Ma main gauche est le diable, ma main droite Abou Iyadh4
Ils ont profité de moi, j’étais à leur merci
Hier j’ai dormi chez moi et ce soir dans un cachot
Maman ne pleure pas, ils ne m’ont pas martyrisé
Je ferai manger du shit à la mère du flic qui m’a fait tomber.

Les flics sont des chiens et moi je me demande d’où viennent les aboiements,
vas-y dis moi ils viennent d’où ?
Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens
Hé le chien, aboie ! Hé le chien aboie ! Hé le chien aboie !
Les flics sont des chiens !
Hé le chien, aboie ! Hé le chien, aboie ! Hé le chien, aboie !
Les flics sont des chiens !

Charge ton arme, hé flic, tire sur nous
On est chootés à mort, si tu nous tires dessus on va rien sentir
Tu veux prendre ma carte d’identité, non on vous la donne pas
Et pour l’aïd je veux égorger un flic, humm, à la place du mouton
Ils nous ont couru après dans quartier, ils ont pas pu nous attraper
La « rafle » ramasse tout, le quartier est noir tellement il y a de serpents5
Si tu cherches du shit sur moi, tu vas pas en trouver
C’est la génération « arrête les études et fume du shit »
C’est comme ça qu’on vit, hé flic
On n’a rien à cacher
Vous nous avez dégoûté en civil, il n’y a que Dieu qui connait notre souffrance
Tu veux me faire tomber, tu me passes les menottes
Oublie-moi et lâche-moi, putain
Laisse le quartier, hé, petit serpent
Tu nous fais flipper avec la prison
Tu joue le dur, hé, guignol
Tu portes un caleçon sur la tête6
Je suis un fou moi et je vais t’humilier
Comme tu m’as déjà baisé, aujourd’hui je viens pour te l’enfoncer

Les flics sont des chiens et moi je me demande d’où viennent les aboiements,
vas-y dis moi ils viennent d’où ?

Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens
Hé le chien, aboie ! Hé le chien aboie ! Hé le chien aboie !
Les flics sont des chiens !
Hé le chien, aboie ! Hé le chien, aboie ! Hé le chien, aboie !
Les flics sont des chiens !

De Bouchoucha7 à la salle de bain, des cœurs durs on n’a pas peur
On nique les serpents
Donne-moi un flingue, je vais les descendre
Vous m’attrapez ou vous m’attrapez pas, je m’en fiche complètement
Je suis toujours défoncé et chooté
Essaie de me faire chier
Les flics sont des chiens ça a toujours été comme ça
Au ministère de l’Intérieur il n’y a que des corrompus et des balances
Regarde, regarde, il est debout par respect pour les officiers
On est la génération chootée, la génération pêché8
Co co cocaïne, shit, kétamine, c’est venu d’où ? C’est vous qui l’avez ramené
Dis-moi d’où vient cette drogue ? C’est vous qui la vendez, c’est vous les fournisseurs
Vous nous avez détruits avec ce poison depuis qu’on est petits
Je vais faire vite, un truc qui me passe dans la tête
On a cru qu’il y avait eu une révolution dans ce pays mais en réalité on s’est fait avoir
Le gouvernement est tombé
On est dans la merde jusqu’au cou
Dédicace aux potes du quartier et aux jeunes opprimés…

Les flics sont des chiens et moi je me demande d’où viennent les aboiements,
vas-y dis moi ils viennent d’où ?
Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens
Hé le chien, aboie ! Hé le chien aboie ! Hé le chien aboie !
Les flics sont des chiens !
Hé le chien, aboie ! Hé le chien, aboie ! Hé le chien, aboie !
Les flics sont des chiens !

En complément, un article du site Nawaat, avec des intertitres à mon avis inutilement accrocheurs et même contradictoires par rapport au texte, lequel rappelle utilement quelques-unes des poursuites judiciaires lancées sous d’autres cieux, y  compris français d’ailleurs.

  1. Le chien représente l’insulte suprême au Maghreb. []
  2. Hammadi Bousbii est un homme d’affaire tunisien, notamment président du groupe qui détient la célèbre bière nationale Celtia. []
  3. Homme d’affaires tunisien, gendre de Ben Ali. []
  4. En Tunisie, il dirige le mouvement salafiste Ansar El-charia. []
  5. Symbole de la police. []
  6. Référence aux cagoules des forces d’intervention. []
  7. Centre de détention au Bardo, Tunis. []
  8. Moubîqât / موبيقات Terme religieux. []

Merci, M. Qardawi (et les autres) !

shehataLes choses n’ont pas traîné et il est satisfaisant (c’est de l’ironie bien entendu) de constater que la parole des grandes voix religieuses est immédiatement suivie d’effets. Les anathèmes diaboliques du célèbre cheikh médiatique ont été entendus et ses conseils mis en pratique :

En Egypte, quatre personnes ont été lynchées par la foule dans le village d’Abou Moussallam à une trentaine de kilomètres au sud du Caire. Motif : ils étaient chiites dans un pays à majorité musulmane sunnite. Les images très violentes de ce crime ont circulé sur les réseaux sociaux. Et de vives réactions de condamnation ont tout de suite été formulées. (article RFI).

Voir également sur SeenThis : ici et . En cette époque de communications à tout va via les réseaux, comme le souligne l’article mentionné, ces belles images vont faire leur effet. Faites de beaux rêves, M. Qardawi…

Parce que la culture arabe, c’est aussi de la politique… française !

Ahlam Shibli, Trauma n.4, Corrèze 2008 2009
Ahlam Shibli, Trauma n.4, Corrèze 2008 2009

 

Après le MACBA de Barcelone, et avant Porto, le Musée du Jeu de paume expose Phantom Home, une rétrospective de la photographe palestinienne Ahlam Shibli.

Son travail est passionnant et donc aussi, fatalement, « questionnant ». Trop questionnant pour nombre de personnes qui, à l’image du CRIF, trouvent que l’art arabe devrait s’en tenir à l’orientalisme de pacotille et aux mille et une variations sur les sempiternelles Mille et Une Nuits

En butte aux pressions du « Conseil représentatif des institutions juives de France », le ministère de la Culture entend, comme l’écrit Le Figaro, « à la fois apaiser les esprits, ménager la liberté artistique et l’autonomie de programmation du Jeu de paume ». Il n’est certainement pas inutile de lui rappeler qu’en France la défense de la culture arabe est un enjeu politique « bien de chez nous ». Pour cela, il suffit de signer la pétition Soutenez le Jeu de paume (et Ahlam Shibli, et l’art palestinien).

Comme il est dit fort bien ici (le blog de « Lunettes rouges »), Ne cédez pas !, ce qui peut se traduire, comme le dit en images Ahlam Shibli (voir le visuel en haut de ce billet exceptionnel) par Résistance !

Mise à jour (25 juin)

AHLAM SHIBLI – LA LIBERTÉ DE CRÉATION EN DÉBAT – MERCREDI 26 JUIN 2013 À 18H30 – AMPHITHÉÂTRE DES LOGES

LA LIBERTÉ DE CRÉATION EN DÉBAT

TABLE RONDE CO-ORGANISÉE PAR LE JEU DE PAUME
ET L’OBSERVATOIRE DE LA LIBERTÉ DE CRÉATION.

À L’ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES BEAUX-ARTS
MERCREDI 26 JUIN 2013 À 18H30 PRÉCISES.

En réaction à la polémique suscitée par l’exposition « Foyer Fantôme » d’Ahlam Shibli au Jeu de Paume, cette table ronde se propose d’aborder les thèmes de la liberté de représentation artistique confrontée au réel, de la responsabilité de l’institution qui expose des œuvres sources de polémique, de la liberté du spectateur d’accéder librement aux œuvres (article 27 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme), et enfin de l’enjeu démocratique de la liberté d’expression dans toutes ses composantes.

Après une présentation de Marta Gili, directrice du Jeu de Paume, et d’Agnès Tricoire, avocat, déléguée de l’Observatoire de la liberté de création, le débat sera modéré par Christophe Domino, critique d’art.

Les intervenants seront notamment :
– François Cheval, directeur du musée Nicéphore Niépce
– Jean-François Chevrier, historien et critique d’art, enseignant à
l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris
– Valérie Jouve, artiste
– Jacinto Lageira, professeur d’esthétique à Paris I et critique d’art
– Marie-José Mondzain, philosophe, spécialiste de l’art et des images
– Michel Tubiana, avocat, ancien président de la Ligue des droits de l’Homme,
président du Réseau Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme

L’Observatoire de la liberté de création a été créé par la Ligue des droits de l’Homme en 2002. Ce sont aujourd’hui quatorze organisations (ACID, AICA, ARP, CIPAC, FRAAP, 25 images, Fédération des salons et fêtes du livre de jeunesse, Ligue de l’enseignement, SFA, SGDL, SNAP-CGT, SRF) qui luttent ensemble contre la censure des œuvres, et promeuvent la discussion : une libre expression à propos d’une création libre. L’Observatoire de la liberté de création attend des pouvoirs publics qu’ils assurent la liberté de création et de diffusion des œuvres, et le droit du public à accéder librement à celles-ci afin que chacun puisse se faire son propre jugement. Dans la perspective de soutenir ces principes, essentiels à une démocratie, il a proposé au Jeu de Paume d’organiser avec lui un débat mettant en présence des points de vues différents, à partir de la polémique suscitée par l’exposition des œuvres d’Ahlam Shibli.

Le Jeu de Paume, centre d’art et lieu de référence pour la diffusion de l’image des XXe et XXIe siècles (photographie, cinéma, vidéo, installation, net art. ), propose, depuis sa création en 2004, une programmation qui interroge de façon critique les différentes formes de représentation des sociétés contemporaines et, dans cette démarche, veille à promouvoir la pluralité des expressions artistiques autour de l’image sous toutes ses formes. Il présente actuellement « Foyer Fantôme », exposition monographique de l’artiste palestinienne Ahlam Shibli. À travers 6 séries photographiques, dont la série « Death » qui fait polémique, l’artiste questionne les contradictions inhérentes à la notion de « chez soi » dans différents contextes.

Débat ouvert au public, en accès libre, le mercredi 26 juin 2013 de 18h30 à 20h30.

École nationale supérieure des Beaux-Arts
Amphi 1 – Amphithéâtre des Loges
14, rue Bonaparte – 75006 Paris
Métro : Saint-Germain-des-Prés

Weld El 15 et les « chiens de policier(s) »

RADIOLIBRE-WELD-EL-15

Et dire que Weld El 15 a participé en son temps à une campagne incitant à la participation aux élections du 23 octobre 2011 ! Celles-là mêmes qui allaient porter au pouvoir une alliance tripartite, dominée par le parti Ennahda… Le regrette-t-il aujourd’hui, derrière les barreaux d’une prison où il y a fort à craindre qu’il ait droit à un traitement spécial ? Agé d’une vingtaine d’années, Weld El 15, de son vrai nom Alaa Eddine Yacouki (علاء الدين يعقوبي) est bien, comme il est dit sur l’affiche de cette campagne civique (source ici), une « star du rap tunisien », lequel représente inconstestablement une des meilleures traditions (une bonne dizaine d’années au bas mot) de ce genre musical dans le monde arabe.

Familier il y a peu encore de la seule tribu du rap, le nom de Weld El 15 est désormais connu bien au-delà de ces seuls milieux. Vers la mi-mars en effet, quelques journaux – surtout dans le monde arabe (article un peu plus tard dans Le Monde) – ont fait part d’une série d’arrestations en Tunisie. Une actrice, un cameraman ont ainsi séjourné quelques heures en prison pour avoir participé à la réalisation d’un clip largement diffusé dans les médias sociaux. Son titre, Boulicia Kleb (Flics = chiens! ou encore « chiens de policiers » si l’on veut), une charge particulièrement violente – mais purement verbale ! – contre les forces de sécurité. Associés aux juges (qui ont eu tout loisir de se venger par la suite comme on le verra), les policiers se voyaient donc traités de chiens, bons à égorger comme des moutons, et même à être tirés comme des lapins. (En fin de ce billet, les paroles en arabe tunisien : si une bonne volonté veut bien les traduire, même en partie, merci d’avance!)

Les comparses ont été relachés relativement rapidement, y compris quatre rappeurs « coupables » (!) d’avoir été mentionnés par Weld El 15 dans la dédicace de son clip. Mais le principal accusé, le chanteur, restait introuvable… Pire, il narguait ses poursuivants en donnant un entretien vidéo pour Nawaat, le site d’information militant le plus célèbre du pays. En substance, il expliquait qu’il ne regrettait rien de ce qu’il avait pu dire dans sa chanson dont les paroles ne faisaient que rendre à la police la monnaie de sa pièce en utilisant le langage qu’elle emploie elle-même le plus souvent vis-à-vis des jeunes. Il s’étonnait aussi d’être accusé de la sorte alors qu’il avait pensé, comme bien d’autres Tunisiens, que la révolution avait été faite pour que tout le monde ait le droit d’exprimer ses opinions. Quant à la justice, il n’avait pas assez confiance en elle pour remettre son sort entre ses mains…

Condamné par contumace, fin mars, à deux années de prison, le rappeur s’est résolu à se livrer à la justice le 13 juin dernier. Il s’est pourvu en appel et, en deux jours, l’affaire était réglée, et le jugement confirmé. Deux ans ferme. Un verdict dont l’annonce a provoqué quelques remous, des lacrymos et des coups notamment contre des journalistes… De nouvelles poursuites judiciaires sont prévues pour les copains de Weld El 15 qui se sont trouvés pris dans une bien étrange bagarre à la sortie du tribunal et qui s’en tireront vraisemblablement moins bien que Hind Meddeb, une journaliste française d’origine tunisienne, tout de même protégée par sa notoriété (article dans Libération).

Pas de justice ! (sur le bus du minsitère de ladite justice)
Pas de justice ! (bombé sur le bus du ministère de ladite justice)

C’est loin d’être la première affaire de ce type en Tunisie qui a en a connu bien d’autres dans la sphère politico-culturelle (voir l’onglet Tunisie pour certaines d’entre elles). Pour beaucoup, cela ne fait d’ailleurs que confirmer l’incompatibilité radicale de l’islam politique avec la création artistique. On peut l’analyser ainsi mais on peut trouver aussi que les choses sont plus compliquées. Du côté du rap, notamment, on a pu constater, dans ce billet par exemple, que les « frérots » – Ghannouchi en tête – savaient faire au moins semblant d’apprécier les rimes rythmées du rap avec, dans certains cas, une filiation idéologique ikhwangi assumée !

Une autre grille d’explication consiste à revenir aux bonnes vieilles analyses de classe en soulignant que les multiples tendances qui forment les jeunesses néo-urbaines de l’islam poltique ont en commun une perte de repères que comble, à leurs yeux, l’adoption de pratiques religieuses extrémistes (article en arabe fort intéressant publié dans Al-Safir par Ghassan ben Khalifa). Sauf que, dans le cas présent, on voit bien se former, notamment dans les réseaux sociaux numériques, une sorte de front commun entre, d’un côté, les membres de ces jeunesses des périphéries urbaines déshéritées et, de l’autre, quelques-uns des « héritiers » (au sens de Pierre Bourdieu) des élites tunisiennes (et même tunisoises)…

Une révolte de la jeunesse alors, point commun à toutes ces jeunes générations du numérique à la recherche d’un mode d’expression politique ? Si le phénomène est difficile à cerner, son ampleur, plus de deux ans après la fuite de Ben Ali, ne faiblit pas. Désormais à l’ombre pour deux années en principe, l’auteur de Boulicia Kleb n’est pas prêt de renouveler ses insolences. Mais le calme n’est pas revenu pour autant, loin de là, sur la scène du rap tunisien. Lancé depuis le début du mois d’avril, le groupe Sayeb 15 continue à faire parler de lui sur Facebook. De leur côté, neuf vedettes du rap tunisien (Lak3y, Klay BBJ, Madou Mc, Blidog, Wistar, Htounsi et même le « légaliste » Balti…) viennent de se réunir pour réclamer, tous ensemble, la libération de leur « confrère » (vidéo ici). Attisée par bien d’autres titres de ce genre, largement aussi violents que celui qui a déclanché la colère des responsables de l’ordre public en Tunisie, la protestation court à travers les réseaux. Religieux ou pas, il ne sera pas facile pour le pouvoir de remettre un couvercle sur cette marmite bouillonnante…

Après le clip de Weld El 15, les paroles de la chanson (en arabe)…

XV – Boulicia Kleb #purplecity
The Mixtape 1920 Out Soon
Lyrics : شدوني عل الإستهلاك…عداوني عالزطلا
بكاو لميما هزوني ربطية باطلا
في قالب غالطة حطوني في ورطة
تونس نعطيها وردة الحكومة تاخو الكتله
أأأه أعطيني شما عاالسريع
عام حبس منشدوش كان جا بابا إسمو بو سبيع
لذا إنحب نتوب نحيت دروG مل مكتوب
الحبس منشوفوش كان جيت ولد سليم شيبوب
يا رئيس يا محامي يا بوليس يا مستشار
كيف ما بكيتو بابا بوك منشعل فيه النار
هذيا الحوما قندهار الكاس فاض
يدي اليسار شيطان رجيم يدي اليمين أبو عياض
خدمو بييا … هزوني للجبانا
إلبارح باييت في الدار ليلا بايت في زنزانا
أمي ماتبكيييش ماكبسونيش
البوليس يلي طيحني أمو نوكلها لحشيش

البوليسيا كلاب وانا نقول النبيح منين
أنا نقول النبيح منين تره قولي النبيح منين
البوليسيا كلاب…. البوليسيا كلاب
البوليسيا كلاب …..البوليسيا كلاب
أنبح ياكلب أأأنبح ياكلب…أأأنبح ياكلب
البوليسيا كلاب .
أنبح ياكلب أأأنبح ياكلب…أأأنبح ياكلب
البوليسيا كلاب .
………………………………….­..
شرجي سلاحك يا بوليس أضربنا بل كرتوش
رانا موتا مGلعين كان تضربنا منحسوش
تحب تاخو لبطاقت تعريف ههه رانا من مدوش
فل عيد نحب نذبح بوليس مممم في بلاسط العلووش
خلطو و رانا فل الحوم جرينا و ماشدوناش
الرافل يلم الكل الحومة كحلا بل الحناش
كان تلوج عالزطول فوقي ماتلقاهاش
……بطل لقرايا والزطلة ما تبطلهاش
هككا نعيشو يا بوليس ماعانا شي مخوبي
كرهتونا فل سيفيل يعلم بينا كان ربي
إنتي تحب طيحني تركبلي المينوط في يدي
خرجني من مخك و بربي سايبلي زبي
هذي الحومة يا حنشون تفجع فينا بالسجون
لاعبها كابس يا قلابس لابس في راسك كلسون
في راسي برشا جنون وسخ وذنيك نسمعهولك
كيف ما حشيتو معايا قبل جيت اليوم باش نركزهولك

………………………………….­….

من بوشوشة ل بيت الدوش قلوب حجر منخافوش
نيك لحنوش أعطيني فرد ما نقتلهوم بلكرتوش
تشدوني وللا متشدوش ماعلابالي بيه
ديما زاطل و متكيف حاول باش تخرالي فيه
البولسية كلاب حكايا باينا مل مااان
أرجل واحد في الداخليية فاسد و طحان
تره تره واقف إحترام للضباط يا عفاط
……. مزطولين …….. موبيقات
كو … كو … كوكائين زطلا و كيتامين
ماكم إنتوما تجيبو فاها قولي الدروG جاي منين
ماكم إنتوما تبيعو فيه إنتوما اللحما لكبار
أ حنا حطمتونا بل عقار ملي ولاد سغار
منطولش عليك نعتيك فلاش أعلى بالي
صارت ثورة في البلاد ياخي طلعت من تالي
تحطح يا حكوما مادام الحشية للكرومة
….. الولاد الحومة و …. المضلومة
لGلg يعمل

En arabe dans le texte, les anathèmes diaboliques de cheikh Qardawi

 

Aujourd’hui, l’anathème désigne la réprobation générale, la mise à l’index, d’une personne ou d’une idée. Mais à l’origine, le mot appartient au vocabulaire religieux (catholique) et désigne la « sentence de malédiction à l’encontre d’une doctrine ou d’une personne jugée hérétique », ou bien encore la « peine ecclésiastique qui consiste à retrancher publiquement quelqu’un pour cause d’hérésie de la communauté des fidèles, à l’excommunier en le maudissant ».

Cette définition s’applique exactement à l’exercice d’exécration publique auquel s’est livré une des plus hautes autorités de l’islam sunnite, depuis longtemps mise sur orbite médiatique par la chaîne satellitaire Al-Jazeera. Cheikh Qardawi (Qaradawi, Qardhâwî, القرضاوي) a ainsi rompu avec le positionnement qu’il a longtemps affectionné, celui du champion de la « voie moyenne », celui qui se tenait loin des extrêmes et même à l’occasion celui qui se faisait le chantre de l’unité des musulmans, chiites et sunnites confondus. En l’espace de quelques jours, en public à Doha et sur son site internet, l’homme qui anime depuis des années les causeries religieuses d’Al-Jazeera (entre autres tribunes) s’est prononcé sur les questions actuelles en utilisant un langage d’une rare violence. Des diatribes qui ont fait du bruit dans le monde arabe mais qui ont eu beaucoup moins d’échos dans la presse internationale, ou alors sur un mode très édulcoré. Pour s’en tenir à quelques exemples, la BBC a ainsi titré que « le religieux Qardawi presse les sunnites de rejoindre les rebelles » (Qaradawi urges Sunnis to join rebels). Quant au New York Times, il va jusqu’à épouser la logique du dignitaire religieux en parlant d’« appel aux musulmans du monde pour qu’ils aident les rebelles syriens » (Sunni Cleric Issues Appeal for World’s Muslims to Help Syrian Rebels). Faut-il comprendre que, pour le NYT , les chiites ne sont pas musulmans ???!!!

Comme on le sait, à traduire il y a toujours danger de trahir. C’est encore plus vrai lorsqu’il s’agit, comme dans les discours de cheikh Qardawi, d’un vocabulaire religieux chargé d’une histoire spécifique qui ne trouve pas forcément son équivalent dans d’autres aires culturelles, et notamment en français. Avec les précautions d’usage, on propose malgré tout cet essai de lecture de « Qardawi dans le texte », c’est-à-dire aussi près que possible de l’original, au risque de ne pas être toujours très élégant dans l’expression. En tout état de cause, ça ne sera pas pire que l’absence totale de verbatim dans les médias chargés d’informer, qui se taisent ou se contentent de résumés très édulcorés.

Pour ce faire, on peut utiliser la dépêche publiée sur le site d’Al-Jazeera, qui, curieusement, n’en fait pas des tonnes sur les déclarations fracassantes du Global Mufti qui fait pourtant partie de ses vedettes les plus célèbres. Illustré d’une photo prise à l’occasion d’un meeting de « solidarité avec le peuple syrien »(voir ci-dessus), tenu dans un stade de Doha, l’article, assez bref, propose un titre particulièrement neutre par rapport à ce qu’on trouve ailleurs dans la presse : « Qardawi attaque Nasrallah » (القرضاوي يهاجم نصر الله ). Avec toutefois un sous-titre qui donne le ton : « Il l’a décrit [= Nasrallah] comme le leader du « parti de Satan » » (وصفه بأنه زعيم « حزب الشيطان » ).

La formule est un classique des échanges musclés de la propagande politico-religieuse, et trouve des échos dans le répertoire coranique (voir ce commentaire de Nidal sur le site SeenThis). Dans le même registre, Qardawi pousse le bouchon un peu plus loin en jouant sur le prénom du Secrétaire général du Hezbollah, quelque chose comme « Victoire du démon » (nasr al-tâghût) en lieu et place de « Victoire de Dieu » (Nasr Allah « حزب الشيطان ونصرٌ للطاغوت » ). L’épithète est coranique elle aussi, et elle a « l’avantage » dans la réthorique de Qardawi de renforcer le jeu sur les mots en introduisant des connotations de tyrannie, bien présente dans cet autre terme (tâghût) utilisé pour désigner l’ennemi principal de Dieu…

Au moment d’entamer sa série d’imprécations, cheikh Qardawi souffre d’un désavantage réel, celui d’avoir été longtemps, non seulement l’avocat de la conciliation entre musulmans, mais également celui qui n’a cessé de prendre parti, des années durant, en faveur de Hassan Nasrallah et même de Bachar el-Assad. Dans cet article (en arabe), « un observateur basé à Londres » vient ainsi de dresser la longue liste des louanges tressées, à l’un comme à l’autre, par le cheikh égyptien devenu qatari entre 2004 (guerre d’Irak) et 2009 (bombardement de Gaza), avec le pic de popularité, partagé dans tout le monde arabe, de la « divine victoire » – voir ce billet – de 2008. Car à l’époque, on jouait déjà sur le prénom du Secrétaire général du Hezbollah, mais c’était alors pour chanter les mérites de cette « victoire de Dieu » (Nasr Allah).

La stratégie oratoire adoptée ne manque pas de souffle ! Transformant son handicap en avantage, Qardawi reconnaît haut et fort ses erreurs passées, avec une formule qui fait mouche (et que reprendront de très nombreux commentateurs arabes) : ceux qui étaient plus critiques que moi vis-à-vis de Nasrallah et des chiites en général ont été plus « mûrs » (en arabe أانضج, mûr, réfléchi, adulte…). Il n’hésite pas à le clamer haut et fort : « Les chiites m’ont trompé » (الشيعة خدعوني). L’expression est violente, et elle le devient plus encore lorsque sont expliquées les circonstances qui éclairent cette volte-face : « La révolution syrienne a dévoilé la vérité et mis en lumière la réalité (haqîqa) du Hezbollah et des chiites dont le Diable s’est emparé en leur faisant oublier Dieu ! » « إن الثورة السورية أجلت الحقيقة وبينت حقيقة حزب الله وشيعته الذين استحوذ عليهم الشيطان فأنساهم ذكر الله ».

La suite est dans la même veine, avec des attaques contre les chiites qui n’auraient d’autre objectif que de liquider les (vrais musulmans) sunnites : « Les chiites se tiennent prêts, ils dépensent sans compter pour perpétrer des carnages (majâzir) en Syrie et anéantir les sunnites. » « أن الشيعة يعدون العدة وينفقون المال من أجل تنفيذ مجازر في سوريا للفتك بأهل السن »

Une autre des stratégies rhétoriques utilisées consiste à brouiller sans cesse les frontières doctrinales et géopolitiques. A plus d’une reprise, les chiites sont volontairement associés aux Iraniens, tandis que les (vrais) musulmans sont, forcément, sunnites : « Il n’y a pas de terrain commun [possible] entre les deux camps car les Iraniens – en particulier les conservateurs – veulent manger (akl souvent traduit par devor dans les versions anglaises) les sunnites. » « لا أرضية مشتركة بين الجانبين لأن الإيرانيين وخصوصا المحافظين منهم يريدون أكل أهل السنة »

Envolée finale, l’énonciateur s’appuie sur son autorité religieuse pour prononcer des jugements sans appel : « Il [l’ancien président Hafez el-Assad] appartenait à une confession (tâ’ifa) plus mécréante que les chrétiens et les juifs, dans la mesure où ses adeptes ne suivent aucune des lois de l’islam. » « ينتمي لطائفة أكفر من النصارى واليهود، كون أتباعها لا يقومون بأي شعيرة من شعائر الإسلام » (La version anglaise du New York Times choisit le terme « infidèle » pour traduire kâfir, mot qui désigne tout de même le péché d’impiété maximal.)

aqConclusion inévitable, livrée lors du prêche du vendredi dans une mosquée de Doha et sur le site du cheikh médiatique (selon la BBC qui le crédite de 60 millions de téléspectateurs) : « Tout musulman ayant une formation militaire et capable de le faire doit se présenter pour aider les révolutionnaires syriens. » « كل مسلم مدرب على القتال وقادر عليه ان يقدم نفسه لمساعدة الثوار السوريين »

On notera que dans la dépêche de la BBC, et sans nul doute dans bien d’autres articles, muslim est traduit par Sunni ! Bel exemple d’à-peu-près journalistique. S’il en avait lui-même la force (il s’approche des 90 ans tout de même), il aurait lui-même combattu à Qussayr, précise le cheikh de Doha ! De même, pour parler des alouites dans le cas syrien, et des chiites en général , Qardawi utilise des termes extrêmement péjoratifs, tels que nusayri pour les premiers – sur l’histoire de cette « communauté, voir les deux billets très détaillés de B. Paoli – et râfidîns pour les seconds) : autant d’attaques, proches de l’insulte en fait, que la traduction rend parfaitement invisibles.

Certes, comme finit par le noter tout de même le correspondant à Doha de la BBC et quelques autres commentateurs (voir le site de la chaîne saoudienne Al-Arabiyya), il y a un risque de dérive sectaire ! C’est le moins que l’on puisse dire en effet en découvrant un discours d’où se dégage une formule qui a marqué les esprits et que l’on retrouve dans plusieurs titres (sans parler des réseaux sociaux) : « Comment 100 millions de chiites peuvent-ils l’emporter sur 1 milliard et 700 00 millions ? Parce que les musulmans se laissent faire ! » « كيف ل100 مليون من الشيعة ان ينتصروا على مليار و700 مليون ؟ لان المسلمين متخاذلون »

Pour cette haute autorité religieuse, il n’est plus apparemment de musulmans que sunnites, et les chiites, dans leur totalité apparemment, sont envoyés au diable ! Un amalgame qui s’inscrit dans le récit (narrative) que Qardawi s’est manifestement donné pour mission d’inculquer à ceux qui croient en son enseignement. Et pour constater combien un tel discours réussit à enflammer des esprits déjà très échauffés, il suffit de lire les commentaires laissés par les internautes sur quelques sites d’actualité (voir quelques liens en bas de ce billet).

Plus grave encore, tous ces propos ne sont pas le fruit d’une exaltation passagère à l’occasion d’un meeting particulièrement chaud. Ils correspondent à une campagne de communication qui s’est déroulée sur plusieurs jours et sur plusieurs supports (live devant les fidèles, site internet et relais médiatiques). Leur lecture attentive permet de se rendre compte que les mots, aussi bien que les arguments, ont été choisis avec attention. Le « harcèlement textuel » des « machine à raconter », propre au storytelling analysé par Christian Salmon, fonctionne à plein régime. Comme on l’écrivait dans ce précédent billet, aucun hasard dans tout cela et les hommes de religion, plus largement les producteurs de valeur pour parler en sociologue, ça sert aussi à faire la guerre !

Une réalité que n’ignorent pas les Iraniens, eux qui ont été les premiers, en 1989, à jouer dangereusement sur la fibre musulmane lors de la publication des Versets sataniques, le roman de Salman Rushdie objet de la célèbre fatwa de l’imam Khomeini. Un quart de siècle plus tard, voilà maintenant les « anathèmes diaboliques » de cheikh Qardawi.

Des liens pour lire quelques commentaires enflammés (il y en a quelques-uns en anglais ou français) : Elaph.com, Middle East Online, Al-Hayat ou encore Al-Quds al-‘arabi.