Sissi Super Star : le mandat, pas la négociation, mais peut-être l’anarchie !

Un président s’en est allé, un autre arrive, très probablement. Le 11 février 2011, le vice-président du pays, Omar Souleiman, annonçait que « le raïs Hosni Moubarak renonçait à ses fonctions de président et confiait les affaires du pays au Conseil suprême des forces armées ». Une brève déclaration d’une trentaine de secondes, à la fois solennelle et visiblement assez improvisée (avec en particulier un appariteur en arrière-plan qui a longtemps stimulé l’imagination des réseaux sociaux).

Plus de deux ans plus tard, le 3 juillet 2013, le ministre de la Défense, Abdel-Fattah al-Sissi, renversait Mohamed Morsi, lequel l’avait pourtant nommé durant l’été 2012 à la tête dudit Conseil pour succéder au maréchal Tantawi. Le mercredi 24 juillet, le même Sissi s’adressait – en égyptien – aux « bons Egyptiens » (shurafâ’) pour leur demander de « descendre » (dans la rue) le prochain vendredi pour « lui donner mandat et ordre de faire face à la violence et au terrorisme ».

Cette déclaration (traduction officielle en anglais), prévue à l’avance, était destinée à être reprise dans les médias. On le constate dans la vidéo ci-dessous, diffusée par Cairocentric/Al-Kahera wal-Nas, une chaîne « spécial ramadan » (mais la vidéo est peut-être d’origine officielle : quelqu’un est au courant ?). Comme une sorte de revanche après la minable déclaration de février 2011, l’homme fort et providentiel rétablit l’honneur de l’armée de la nation dans ce qui ressemble beaucoup à la chronique officielle d’un coup d’Etat d’une prise de pouvoir annoncée.

En bonne rhétorique, la vidéo commence par un exorde : la date de la manifestation annoncée, avec en alternance les rues du Caire pleines de manifestants (souvent filmées du ciel, par des hélicos militaires ?). Crescendo musical, premières images de militaires qui marquent la fin de l’intro, ponctuée par un drapeau brandi par un manifestant (ça va vite, mais les Egyptiens l’ont certainement déjà vu aux infos : il s’agit du drapeau national, avec au crayon dessus la date du 30 juin, et une série d’opposition sur deux colonnes verticales : « nous », « eux », sur le mode « nous, on n’a pas peur ; eux, ils ont peur de nous ! »)…

Seconde 10 : la musique s’arrête brusquement, parade militaire, une nouvelle séquence commence, c’est le cœur du message. Gros plan sur la vedette du jour : Sissi imperator…. Lunettes noires sous l’énorme casquette, mouvements de menton au-dessus de la ribambelle de décorations, tribune militaire ornée d’oriflammes. Tout cela rappelle de mauvais scénarios passés mais peu importe car il s’agit, en rétablissant un montage ordonné sur des séquences d’images plus régulières, de montrer que l’O-R-D-R-E est revenu. On est dans le temps fort de la communication, le discours du 24 juillet, où la voix du militaire suprême est reprise par des sous-titres mentionnant l’essentiel du message : Tout ce que vous avez commandé, nous l’avons exécuté (retour sur la foule : Dégage, dégage, irhal ! [slogans du temps de Moubarak bien entendu]. Suite du discours : Il faut que tous les Egyptiens descendent dans la rue, etc. (Montage alterné : tête de Sissi et imposantes foules cairotes, applaudissements…). [A noter sur le mode subliminal, seconde 41, flash sur un drapeau national.] Descendre pourquoi ? Pour me donner mandat, et l’ordre, pour que j’affronte la violence et le terrorisme potentiels. [Insert de coupures de journaux.]

(55″) : nouvelle séquence (marquée par un léger changement de cadrage, l’homme aux lunettes noires est cette fois-ci légèrement de trois quart, la caméra a un peu reculé). Je ne vous demande rien, et je ne suis pas en droit de le faire mais je vous demande (sic!) de montrer au monde que la volonté est là… Si on a recours à la violence, au terrorisme, l’armée et la police seront mandatés pour faire le nécessaire afin de l’affronter. (Toute la séquence est au passif indéterminé, aussi bien pour les fautifs de la violence que pour la délégation de pouvoir… Mais l’enchaînement sur la foule massée dans la rue est là pour « expliquer » que le mandat est donné par le peuple dans la rue.)

(1’39) : retour au cadrage initial, serré de face sur le héros du jour. Dialogue entre le peuple et Sissi qui s’adresse directement à lui : Egyptiens ! Assumez votre responsabilité, avec moi, avec votre armée et avec la police. On est dans la péroraison, l’armée sera là pour assurer la sécurité, pas simplement au Caire ou à Alexandrie, mais dans tous les gouvernorats. Nouveau crescendo musical avec une sorte de jingle très télévisuel, séquences alternées qui font écho à l’intro et qui se termine (2’08) par la photo officielle de Sissi avec le slogan Descends, vendredi 26 juillet… de sorte que le monde soit témoin.

Incontestablement, les images peuvent inquiéter – au moins les partisans de Morsi ! – tant elles évoquent quelque chose entre le gauleiter et le golpista. Le clip a beau utiliser toutes sortes d’artifices de persuasion, notamment par un montage visant à créer un effet de dialogue entre l’homme seul à la tribune et le peuple de la rue, l’analyse rhétorique montre un autre réalité, celle d’une sorte de passage en force où le discours hésite à plusieurs reprises entre le je et le nous, tandis que les formes verbales actives et passives se mélangent, dans une anarchie syntaxique où la volonté du locuteur se superpose à la construction logique (ma traduction au plus près possible du «phrasé » original) :

«أقول للمصريين: نحن كنا تحت حسن ظنكم، وأنا أطلب منكم طلباً، وهو أن يوم الجمعة المقبل لا بد من نزول كل المصريين الشرفاء حتى يعطوني تفويضاً وأمراً بمواجهة العنف والارهاب، وحتى تذكر الدنيا أن لكم قراراً وإرادة، وأنّه لو تم اللجوء إلى العنف والارهاب فسيفوَّض الجيش والشرطة مواجهة هذا العنف والارهاب».

Je dis aux Egyptiens : nous étions à l’écoute de ce que vous souhaitiez. Je vous fais une demande, celle que vendredi, il faut que tous les bons Egyptiens descendent, pour me donner mandat et ordre [souligné par l’inflexion de la voix] de faire face à la violence et au terrorisme, pour que le monde ait conscience que vous avez une décision et une volonté et que si on a recours à la violence et au terrorisme, alors l’armée et la police seront mandatées pour faire face à cette violence et à ce terrorisme. »

Une rudesse toute martiale vis-à-vis des règles de la parole et du dialogue, qui n’a pas empêché les Egyptiens de donner massivement leur consentement à cette demande de tafwîdh (تفويض), le mot clé de cette annonce, à savoir, en arabe, la procuration, le mandat. Alors qu’elle est au fondement de toute démocratie, la question de la délégation du pouvoir, de l’autorité est en réalité soigneusement éludée dans les mots qu’utilise le chef des armées, au profit de ce terme, plus administratif ou juridique que politique.

Un mot forgé – il faut s’en souvenir – sur une racine à partir de laquelle la langue arabe propose d’autres termes, dont on peut penser qu’ils résonnent aussi dans la mémoire auditive des Egyptiens. F-W-DH (ف و ض), à la troisième forme (فاوض), c’est la négociation (mufâwadha), précisément ce qui est en train d’être rendu impossible, avec Morsi et ses partisans, défiés dans la rue par ce discours. Mais c’est aussi, nous rappelle le Lisân al-‘arab, le plus célèbre des dictionnaires de l’arabe classique, al-fawdha (الفوضى), l’anarchie… Qawmun fawdha mukhtalitun wa qîla hum alladhîna lâ amîr la-hum, man yajma’u-hum (وقَوْمٌ فَوْضَى مُخْتَلِطُون وقيل هم الذين لا أَمير لهم ولا من يجمعهم) : ceux qui n’ont pas de prince, ni personne pour les réunir

Les Egyptiens se réjouiront-ils longtemps d’avoir apparemment (re)trouvé cet homme providentiel, capable de les rassembler ? En tout cas, Sissi, lui, se rêve déjà en président.

Tamarod: A Linguistic Riddle

tamarod21

It sure is hard to figure out what exactly is going on in Egypt! Especially since the media drowns out anything that doesn’t fit into the mainstream narrative. Worse, it doesn’t even try to grasp the situation, distorts the explanations it does present (out of ignorance, we can charitably hope).

It would be hard to imagine a world where most correspondents working in, say, Latin America could not understand a word of the languages spoken on the continent they ‘cover.’ But most commentators on the Arab world operate in complete linguistic ignorance, their deficiencies ‘covering’ the truth in a thick layer of prejudices, their work repeating the ‘success story’ of the moment…

Comme il est dit dans le début de ce texte : pas facile de comprendre ce qui se passe en Egypte ! En particulier ce jour – vendredi – de manifestations pour et contre Morsi/Sissi l’imperator… International Blvd, quelque part en Californie, a trouvé suffisamment d’intérêt à billet récent pour le traduire. Merci à eux ! C’est ici, et le site est à découvrir. Bonne lecture.

Youssef Abdelké

akhbarabdelké

فوجئت، لأنه خلال فترة طويلة، ظننت أن جملة التعقيدات المتعلقة بالمجتمع السوري، والتركيبة الدينية الموجودة من جهة، وعدم حيادية مؤسسة الجيش من جهة أخرى، كلها عوامل يمكن أن تؤخر هذا الحدث، لكن لحسن الحظ أن شجاعة البشر هي أفضل وأرقى من توقعات المراقبين، ومن ينظرون ببرود، للعناصر المحيطة بأي مجتمع

« J’ai été surpris car, longtemps, j’ai pensé que les multiples difficultés de la société syrienne, la structure religieuse d’un côté, l’absence de neutralité de l’institution armée de l’autre, tout cela pourrait contribuer à retarder cet événement [le soulèvement de mars 2011]. Heureusement, le courage des hommes dépasse, excède les expectatives des observateurs, de ceux qui analysent, de sang-froid, les circonstances que traversent telle ou telle société. »

Youssef Abdelké, l’auteur de cette citation – rappelée dans un bel article d’Ibrahim al-Jabin (en arabe) – a disparu, avec deux autres militants, dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, à un poste de contrôle des forces régulières syriennes à la sortie de Tartous sur le littoral syrien.

Souvent interprétées comme la conséquence d’une pétition adressée par une centaine d’intellectuels syriens réclamant « la liberté, la dignité, la justice sociale et l’unité nationale », ces arrestations pourraient aussi être liées (communiqué en arabe) à une intensification de la répression à l’encontre des membres du Comité national de coordination des forces pour le changement démocratique (هيئة التنسيق الوطنية لقوى التغيير الديمقراطي ), un mouvement regroupant divers partis d’opposition et qui, depuis sa fondation en novembre 2011, se distingue d’autres forces plus connues à l’étranger (et plus médiatisées et bien entendu mieux financées…), par son refus de toute intervention étrangère en même temps que par le choix d’une stratégie exclusivement pacifique.

La nouvelle de l’arrestation de Youssef Abdelké et de ses deux compagnons a été très vite relayée samedi (couverture voir ci-dessus et une double-page) par le quotidien libanais Al-Akhbar, proche du Hezbollah et non pas du régime syrien comme le rappelle Angry Arab. Al-Quds al-‘arabi a juste publié une brève, tout comme Al-Jazeera, deux articles ce lundi dans Al-Hayat, un autre dans Al-Safir… C’est presque tout pour les grands organes de presse à ma connaissance, malgré des pétitions de solidarité en divers lieux du monde arabe (notamment l’Egypte). C’est toujours mieux que ce que font nos médias, en France et ailleurs, pourtant fort prompts d’ordinaire à voler aux secours de « rebelles » au profil souvent bien inquiétant. Youssef Abdelké, proche des communistes syriens, prisonnier sous le régime de Bachar El-Assad à la fin des années 1970, ne doit pas être un bon sujet (dans tous les sens du terme).

Longtemps résident en France, ce très grand artiste (et critique : voir ce précédent billet à propos d’une de ses chroniques sur l’évolution du marché de l’art arabe) avait fait le choix de rentrer en Syrie en 2005, et plus encore d’y rester, malgré les risques évidents qu’il encourait, comme le rappelle Pierre Abi Saab – article en arabe, traduction en anglais ici (mais il y manque un joli coup de griffe à l’encontre d’une dépêche arabe de France24 qui trouve nécessaire de décliner les confessions des trois militants enlevés !).

Dans sa prison, dans les années 80, Youssef Abdelki « sculptait » des colombes avec de la mie de pain récupérée sur sa ration. Dans sa maison de Sarrouja, des colombes l’accompagnaient dans son travail. Ouvert quelques mois après le début des soulèvements, un site, très beau et très émouvant, publie, jour après jour des contributions d’artistes syriens, réunis dans leur combat « pour l’art et la liberté » (الفن والحرية).

La première œuvre y a été « déposée » le 8 juin 2011 par Youssef Abdelké. Elle a pour titre : Martyr à Daraa. Avec ce noir et blanc qui est la marque de ce très grand dessinateur, un homme, la tête posée sur la bordure d’un trottoir nous regarde avec une étrange expression ; son étonnement, plus que de la douleur, semble nous prendre à témoin…

martyrderaa

Un « coup » à la tête du ministère de la Culture en Egypte

Manifestation contre la "fréisation de la culture" sur la scène de l'opéra du Caire
Manifestation contre la « frérisation de la culture » sur la scène de l’opéra du Caire

Sur fond de combats de rue (qui ont fait tout de même sept morts dans la nuit de lundi à mardi), Hazem el-Beblaoui – l’homme qui « a été nommé nouveau Premier ministre intérimaire » selon une curieuse formule dans la presse, formule qui a sans doute l’avantage de jeter un voile pudique (!) sur la légalité de sa nomination – s’occupe à former son nouveau gouvernement. Cet homme de 76 ans – ou bien ses mentors politiques – a fait un choix très symbolique en proposant le portefeuille de la Culture à Ines Abdel-Dayem (إيناس عبدالدايم), qui serait donc, si la nouvelle est vraie car le conditionnel est encore de rigueur, la première femme à occuper cette responsabilité depuis la création du ministère vers la fin des années 1950.

Il ne s’agit pas simplement d’une féminisation, plus que souhaitable, du personnel politique car la nomination d’Ines Abdel-Dayem a, pour certains, le goût suave de la revanche. Cette flûtiste de réputation internationale était en effet en première ligne du combat contre la « frérisation de la culture » (ikhwanat al-thaqâfa). Contrairement à ce qu’elle espérait encore il y a quelques mois (voir ses déclarations en octobre dernier), celle qui était également la directrice du célèbre Opéra du Caire avait fait partie d’une charrette de hauts responsables que Alaa Abdel-Aziz, le nouveau ministre de la Culture dans le dernier gouvernement Morsi – et le sixième à occuper cette fonction depuis la chute de Moubarak – avait destitués, dans le cadre d’une grande opération de nettoyage nécessaire dans le contexte de la nouvelle Egypte selon ses dires, ou bien encore pour permettre aux Frères musulmans de prendre définitivement les commandes d’un secteur par définition rebelle à leurs visées hégémoniques, selon une opinion partagée par une bonne partie des acteurs du domaine.

abdelazizPlus encore que les autres, cette éviction avait suscité beaucoup d’émoi en Egypte, et énormément de commentaires au niveau international. Comme on peut le constater dans cet article retenu parmi beaucoup d’autres, le pitch était (presque) parfait : d’un côté un petit fonctionnaire barbichu, totalement inconnu du gratin des arts, parachuté à la tête du ministère avec pour mission de le mettre sans ménagement à la botte des forces obscures du fanatisme religieux ; de l’autre, l’union sacré des artistes offrant dans la rue leur création au peuple pour protester contre les tentatives de leur imposer le silence ! Difficile de faire plus photogénique que ces vidéos des jeunes danseurs de l’Opéra interprétant Zorba dans la rue ! (Vidéo à la fin de ce billet.) Et plus difficile encore d’offrir une meilleure illustration de l’impudence balourde de Morsi et de sa fine équipe ! Inévitablement, l’affaire ne pouvait que mal se terminer et, comme le résume (en arabe) une jeune journaliste égyptienne, « cette nomination, c’est une bonne claque pour les Frères ! »

L’affaire n’est pas cependant tout à fait terminée. Ines Abdel-Dayem aurait d’abord nié avoir refusé le poste selon certaines dépêches, avant de se désister pour « préserver sa vie de famille » selon ce que l’on peut lire sur la page Facebook des « Ultras du ministère de la Culture » (un nom qui est tout un programme et qui dit pas mal de choses sur l’Egypte actuelle, les Ultras – dont on a parlé notamment ici – sont particulièrement actifs sur les murs, à quelques mètres de l’Opéra, du célèbre club de foot Al-Ahly, incontestablement bien plus populaire que le ballet classique !)

En fait, il apparaît que le « coup… de comm’ » imaginé par l’équipe d’El-Beblaoui s’est heurté, comme la nomination d’El-Baradei au poste de Premier ministre quelques jours plus tôt, à un veto des salafistes du parti religieux Al-Nour (article en arabe), autrefois allié aux Frères et maintenant devenu leur pire ennemi… Une femme, l’Opéra, les danseuses en tutu et le reste : on imagine les cris d’horreur… Pour rendre les choses encore un peu plus compliquées, les « Robespierristes » (comprendre les « ultras de la révolution ») avaient déjà protesté de leur côté contre la nomination de la flûtiste internationale. L’inévitable poète Abdel-Adhim Ramadan avait déjà déclaré à plus d’un média (voir par exemple cet article en arabe) que la future responsable ne « faisait pas partie de la confrérie culturelle » » (الجماعة الثقافية: oui, la traduction est biaisée !) et qu’une telle décision ne pouvait qu’émaner d’un « gouvernement de droite clairement capitaliste » !

Aux dernières nouvelles, le ministère de la Culture devrait revenir à Saber Arab, nommé en 2012, puis démissionnaire et par la suite revenu aux affaires avant d’être remplacé par l’homme des Frères… Toutes ces manoeuvres n’augurent pas grand chose de bon, pas plus pour la culture que pour l’Egypte…

Comme annoncé, la version de Zorba sur les trottoirs du Caire (mais on peut préférer le travail proposé par d’autres danseurs, tunisiens, à voir, ici).

 

Tamarrod et son génie

djinn

Nouvelle « contribution exceptionnelle », dans tous les sens de l’expression : plutôt que de le laisser là où il se trouvait, j’ai préféré donné au long commentaire proposé par Houda Ayoub toute la place qu’il méritait en lui consacrant ce billet. Bonne lecture ! (YGQ)

La langue arabe semble fonctionner, ici, comme un texte qui offre une multitude de lectures possibles.

Le dernier billet d’YGQ fait pétiller les idées et crée un feu d’artifice de significations. Je vais essayer de rendre compte d’une partie des idées qu’il a fait jaillir dans mon esprit.

Mâred, participe actif de M-R-D, même racine que tamarrod, désigne le géant dans l’histoire du pêcheur. Après avoir attendu désespérément, pendant des siècles et des siècles, qu’un sauveur vienne le délivrer de la bouteille où il se trouve enfermé, et après avoir traversé toutes les étapes et toutes les affres de l’attente, le mâred est délivré par le pêcheur. Au lieu de lui être redevable de son salut et de sa liberté retrouvée, le géant déverse sur lui toute la colère accumulée. Sa colère et sa tyrannie sont à la mesure de son attente désespérée et de ses espoirs déçus.

Ce même mâred fonde son existence sur l’absence de barbe, la douceur du visage des petits garçons, qui, même sans barbes commencent à entrer dans le tumulte de l’adolescence et à s’opposer aux adultes. Amrad est le mot qui désigne le garçon encore imberbe, qui, traversant la crise d’adolescence, rejette l’ordre établi, l’autorité parentale, dans un excès de jeunesse, de zèle, dans l’action et dans le refus. Tamarrada implique l’existence d’une autorité contre laquelle on se rebiffe, qu’on remet en cause après une période d’obéissance, de soumission ou de confiance.

Tamarrada c’est dire non, désobéir. C’est l’acte que commet l’imberbe mû par la colère. Tamarrada, nous dit [le dictionnaire] Lissân al-‘arab, c’est dépasser les limites par ses agissements tyranniques et tumultueux… Oui, tout ça…

La remontée de la sève au printemps (arabe ?) ne serait pas loin de la remontée du refus aux abords de l’adolescence où les imberbes commencent à se mesurer aux grands, les défier et, pourquoi pas les vaincre.

La langue arabe n’est pas très tendre actuellement avec l’action de tamarrada, elle la définit négativement : agir d’une manière tyrannique et injuste, dépasser les limites. Il faudrait réécouter Amal Dunqol dans Les dernières paroles de Spartacus pour comprendre que Le propre de Satan et des rebelles c’est de dire NON, qu’ils sont perdants dans cette bataille car ils finiront pendus.

Un pas de plus et nous voyons que marada, pluriel de mâred, est une catégorie de djinns d’une taille énorme et qu’ils n’ont rien à envier aux ogres, sorciers des djinns, ni à Satan en personne, comble de la désobéissance et de l’impiété. Al-marada désigne donc une armée de djinns, dissidente, qui forme un bataillon adverse et s’oppose à celle du pouvoir en place. L’expression consacrée par la langue arabe est al-khourouj ‘ala, sortir contre.

La référence religieuse prend tout son sens lorsque nous écoutons les critiques que les militants de tamarrod et les manifestants adressent à l’omniprésence des arguments et des références religieuses que Morsi et les Ikhwân surinvestissent dans leur discours politique.

L’indétermination du nom d’action tamarrod semble lui conférer le statut et la valeur d’un nom propre, comme insâf, îmân, ibtissâm ou encore îhâb, noms d’action largement utilisés comme prénoms et noms propres dans le monde arabe. Cette valeur ou ce statut le dotent d’une consistance, d’une existence bien réelle, comme acteur de la vie politique, efficace et agissant. Ce n’est pas son statut de nom d’action seul qui permet de le conjuguer en tamarradu, tamarrada ou en impératif tamarrad. Ainsi le mot ikhwân, qui n’est qu’un pluriel irrégulier de akh, a bien donné naissance au nom d’action dans akhwanat misr [la « frérisation de l’Egypte »] et aux deux verbes akhwana et ta’akhwana [(se) frériser]. On aurait tendance à croire que l’uniformisation politique voulue par les Ikhwân ne pouvait que susciter une scission dans les rangs de tous ceux qui ont voté pour Morsi, sous le signe d’un tamarrod qui n’en finissait pas de s’établir sur toutes les autres forces politiques en Egypte.

Tamarrod ne s’oppose pas simplement aux Ikhwân. C’est une sorte de sursaut contre la résignation et la soumission de tous les autres Egyptiens, les incitant ainsi à la rébellion et au refus du projet ikhwânî. En cela, c’est vrai, tamarrad peut être entendu ou identifié avec l’injonction « Indignez-vous ! ».

La pétition signée par des millions d’Egyptiens se voulait une « élection » spontanée qui annihilait et remplaçait les élections qui ont mené Morsi au pouvoir. Très souvent, on a entendu les Egyptiens, manifestants et journalistes, parler de la campagne de Tamarrod comme sunduq al-sha’b contre sunduq Morsi, « l’urne du peuple contre l’urne de Morsi ».

Sortir des rangs, s’en distinguer, se définir comme opposant et retirer sa confiance à celui qui a déçu. Il faut croire qu’après le succès du 25 janvier, la déception fut grande.

Pour les lecteurs arabophones (ou en passe de le devenir !), le poème d’Amal Donqol :

Jeux de mots : tamarrod et tagarrod

tatarebel

Page du site officiel Tamarrud/Rebel.
En haut : « Pour ôter la confiance au régime des Frères [musulmans].
En dessous : Merci de ta rébellion. Grâce à toi, la révolution du 30/06 a réussi.

Pas facile de s’entendre sur ce qui se passe en Egypte ! Surtout quand le vacarme médiatique rend inaudibles les paroles qui n’entrent pas dans le récit dominant ou, pire encore, quand il déforme – par ignorance veut-on croire – des propos qu’il ne se donne pas la peine d’écouter. Alors qu’il est difficile d’imaginer que la plupart des correspondants travaillant en Amérique latine par exemple ignorent totalement la langue utilisée sur le continent qu’ils « couvrent » comme on dit, force est de constater que l’absence d’un minimum de compétences linguistiques de la part de la majorité des commentateurs sur ce qui se passe dans le monde arabe sert surtout à « couvrir » la réalité d’un voile épais tissé de préjugés qui renforcent la success story du moment.

D’une manière générale, personne ou presque ne s’interroge plus sur le sens concret de termes repris au quotidien, du très concret hijab – à dimension variable selon les équivalents qu’on lui prête : voile, voile de tête (sic!), fichu, foulard, tenue islamique, tchador, burqa… – aux notions plus complexes (fatwa, jihad, salafi, etc.) qui, plutôt que d’être citées « en arabe dans le texte » pour faire savant, mériteraient d’être pensées par rapport à leur contexte, sur lequel il n’est pas si difficile de se documenter.

Tandis qu’on glose à n’en plus finir, dans le cas égyptien, sur les subtilités sémantiques de l’expression « coup d’Etat » (controverse sur Wikipedia, voir article dans Slate), on constate une désinvolture assez remarquable par rapport aux mots que se choisissent les « indigènes », y compris quand ils sont au cœur de l’actualité. C’est le cas en particulier de la mobilisation populaire à l’origine, jusqu’à preuve du contraire, de la chute du président Morsi. Un mouvement grassroot (au niveau de la base) comme nous le rappellent les commentateurs anglo-saxons – un qualificatif qui est supposé accorder un label de vertu politique –, une coordination sans leaders (autre notion clé) de citoyens qui « se sont chargés » (verbe transitif souvent employé parce qu’il évite d’avoir à s’interroger sur les modalités de cette délégation d’autorité) de récolter des signatures pour « ôter la confiance » accordée par les urnes au président Morsi et réclamer la tenue d’élections anticipées.

En arabe, ce mouvement s’est choisi un nom : tamarrud (تمرد : tamarod, tamarood et ses variantes, peu importe !) C’est un mot bien connu, un masdar en grammaire arabe, un nom d’action si l’on veut, que les dictionnaires s’accordent à traduire par « rébellion ». Dans les médias non arabophones, ce nom d’action devient celui de personnes (ou parle du mouvement Rebelles), quand il ne se transforme pas en impératif : rebélate reprend ainsi en choeur une bonne partie de la presse hispanophone !

A ceux qui considéreraient qu’il ne s’agit que d’une nuance sans importance, on peut opposer pas mal d’arguments. En premier lieu, il est facile de remarquer que c’est la « traduction » anglaise – choisie par les militants du mouvement – qui est à l’origine de ce glissement sémantique. Le versant anglophone de leur communication utilise en effet systématiquement le mot rebel (et non pas rébellion). La contamination des interprétations par le seul recours à l’anglais (y compris lorsqu’on cite en abondance le terme arabe, dont le sens n’est jamais pris en compte ou presque) est donc aussi évidente que trop fréquente.

Il y a peut-être plus, au risque de surinterpréter les choses. Dans un lointain billet (février 2007), on avait évoqué les campagnes de communication au Liban, en 2005, peu après l’assassinat de Rafic Hariri, pour montrer comment le grand slogan du moment, Independence05, était non seulement écrit à l’anglaise (dans ce bastion de la francophonie arabe!) mais aussi « traduit » graphiquement en arabe de manière peu orthodoxe et même illogique au regard des codes graphiques de la langue qui s’écrit de droite à gauche et non l’inverse. On pouvait déceler dans cette maladresse graphique la trace du travail d’experts en communication venus d’ailleurs, entre autres, comme on l’a su ensuite, ceux du cabinet Saatchi & Saatchi venus faire la promotion – avec le succès que l’on sait en termes de mobilisation populaire sur la place des Martyrs – de ce concept/slogan.

Il y a tout lieu de penser que la campagne tammarud/rebel offre une nouvelle illustration du même défaut de conception, défaut qui met en évidence la hiérarchie des langues dans l’esprit de ses concepteurs, et quelque part le sens de leurs priorités politiques. D’autant plus qu’il y a d’autres indices linguistiques, pour peu qu’on réfléchisse à partir de l’anglais, et non pas à partir de l’arabe comme le voudrait la logique puisqu’on est en Egypte.

Premièrement, le choix d’un nom d’action (surtout de la forme dite 5), sans qu’il soit précisé par un article ou autre chose, est une relative rareté en arabe ; à la différence de l’anglais, un mouvement, une campagne ne s’énonce pas en arabe dans l’absolu de son indétermination grammaticale. Des lecteurs proposeront peut-être des contre-exemples, mais il semble bien que la forme la plus courante est déterminée, par complément du nom ou avec l’article al-… (avec assimilation éventuellement, comme dans le parti Ennahdha, La Renaissance, si on accepte ce terme comme traduction).

D’où peut-être la tendance naturelle à lire le terme تمرد à la forme impérative (graphiquement identique en arabe, à la différence d’une voyelle, non marquée dans ce système graphique mais bien présente dans la latinisation du mot, qui rend impossible cette lecture qu’il faut donc lire comme un substantif). ٍBeaucoup repris, notamment en espagnol comme on l’a noté précédemment (Rebélate), ce passage à l’impératif peut être perçu comme la traduction inconsciente de cette bizarrerie du nom d’action, alors que la forme verbale, pour un francophone en tout cas, y entend facilement les échos du célèbre « Indignez-vous ! » (fort difficile à traduire en arabe par ailleurs).

Cela confirmerait bien que les « inventeurs » (professionnels ou non) de ce slogan ont en quelque sorte inversé l’ordre des choses et sont partis d’un modèle qui avait fait ses preuves (Indignez-vous ! / Les indignés) pour lui trouver des équivalents arabes. A nouveau, le sens de la langue soutient peut-être cette intuition. En effet, les usages de l’arabe limitent les possibilités : révolution ! (sur la racine TH-W-R/ثور) ne convenait pas, car trop chargé politiquement. Q-W-M (قوم), résistance, non plus, car, immédiatement lié dans le vocabulaire politique arabe à « résistance armée », il aurait fallu lui adjoindre l’adjectif « pacifique », mais en introduisant une notion, la résistance passive, qui ne mobilise pas encore les foules. G-DH-B (غضب) – utilisé pour une des traductions arabes du petit livre de Stéphane Hessel – ou encore S-KH-T (سخط) sont trop proches de la colère.

En fait, la langue arabe propose un bel équivalent au sursaut d’indignation protestataire que suggère l’impératif « Indignez-vous ! », à partir de la racine 3-S-M (عصم), sur la 8e forme, à savoir i’tisâmî, le protestataire, plus résolu et guidé par un but que le simple ihtijâjî (sur la racine H-J-J : حجج). On parle d’ailleurs facilement des « protestataires de Tahrir » (i3tisâmî Tahrîr) et le masdar, i3tisâm, aurait eu belle allure ! Sauf que le mot n’est pas « libre », il résonne dans les consciences linguistiques arabophones en tant que formule coranique, reprise par les partis qui utilisent ce vocabulaire pour tirer sur la corde religieuse, sur le mode, précisément, du verset coranique وَاعْتَصِمُوا بِحَبْلِ اللَّهِ جَمِيعاً وَلا تَفَرَّقُوا (Attachez-vous fortement au pacte [corde] de Dieu, ne vous divisez pas !).

Exit par conséquent i’tisâm, et bienvenue à tamarrud, bien moins évocateur et même un tout petit peu étrange… Mais l’histoire ne s’arrête pas là car, comme l’a remarqué un de nos linguistes les plus distingués, Louis-Jean Calvet (son billet ici), la confrontation idéologique a (d’abord) tourné à l’affrontement sémiologique lorsque que Asem Abdel-Méguid (عاصم عبدالماجد), une figure des Frères musulmans au lourd passif politique (il a été impliqué dans l’assassinat de Sadate), a imaginé une réplique poïétique car à la fois langagière et fort pratique. Utilisant le même système de dérivation amplifié par une rime, il a lancé une contre-offensive début mai, soit quelques jours après la campagne Tamarrud, pour mobiliser les soutiens de Morsi, mais autour du mot d’ordre Tajarrud (Tagarrud, à l’égyptienne).

Malgré ses 26 millions de signatures (tout aussi invérifiables que ceux de la liste rivale), la pétition en ligne est restée largement ignorée des médias (à titre indicatif, quelques milliers d’occurrences sur Google contre plus de 750 000 pour la graphie la plus courante de son concurrent « tamarod »). Il faut dire que, faute de sous-titres en anglais, les commentateurs ont été assez désarçonnés pour interpréter le mot que s’étaient choisi les partisans de Morsi (on le trouve même expliqué sur le Net par « bonne conduite islamique » dans un article italien !). Le sens littéral étant à écarter – se dépouiller, éventuellement de ses vêtements, d’où une possible traduction par strip-tease ! –, on est obligé de chercher un sens figuré, du côté du renoncement, du désintéressement, comme le suggère J.-L. Calvet après avoir consulté un collègue arabisant. Il faut probablement fouiller un peu dans la littérature, pas toujours passionnante il est vrai, des théoriciens de l’islam politique pour découvrir que le fondateur des Frères musulmans, Hassan el-Banna, en fait un des fondement de la fidélité au mouvement, le renoncement signifiant ici le désintéressement à tout autre cause que celle-là (lien en arabe).

En vérité, tagarrud était une bonne trouvaille linguistique, mais pas forcément un grand « coup » – sans jeu de mots – en termes de communication politique. Au moins, on s’en tenait encore aux seules joutes rhétoriques et les partisans de Tamarrud n’appelaient pas à un coup… de main des militaires, toujours très attachés, comme tout le monde sait, au respect des règles linguistiques démocratiques.

A suivre…

Il y avait bien un billet sur l’Egypte, mais le destin du dernier ministre de la Culture semble scellé pour le moment… Ou encore un autre sur les graffitis en Arabie saoudite (et ailleurs), mais c’est un peu décalé par rapport à l’actualité du moment. Alors, on attend la suite !

 

Moubarak à Morsi : "Tu fermes les yeux et tu fais pareil que moi !"
Moubarak à Morsi : « Tu fermes les yeux et tu fais pareil que moi ! » (source : réseaux sociaux via alarabiya.net)