Deux grands témoins égyptiens : Sonallah Ibrahim, Bassem Youssef, et l’irrésistible ascension du général Sissi

dhat

Va-t-on nous rejouer la sinistre comédie irakienne en brandissant vertueusement dans le cas syrien la carte du chimique – dont on apprend, selon des documents aujourd’hui déclassifiés, qu’elle a été utilisée naguère avec l’assentiment tacite des Etats-Unis ? Au moment d’écrire ces lignes, le monde arabe semble à la veille de bouleversements radicaux, qui modifieraient en profondeur non seulement les données géopolitiques de la région mais jusqu’à ses frontières.

Une seule certitude, les fractures sont déjà immenses entre les points de vue des multiples acteurs (et ceux des observateurs) qui ne partagent plus rien ou presque, y compris a-t-on parfois l’impression par rapport à leurs convictions les plus certaines (ou, si l’on préfère, à ce que l’on se figurait comme telles). En guise d’illustration, on verse au dossier égyptien notre traduction d’une partie d’un entretien (signalé par The Arabist, en train de modifier sa formule) accordé par le romancier Sonallah Ibrahim au quotidien Al-Yawm al-sabee.

Né en 1937, il a milité très jeune dans les rangs du parti communiste égyptien et a connu à ce titre les camps d’internement nassériens. Depuis qu’il s’est consacré à l’écriture à la fin des années 1960, il s’est imposé, sur les scènes littéraires arabe et internationale, non seulement comme un écrivain majeur de son époque, mais également comme une des figures intellectuelles parmi les plus respectées dans son pays (par exemple lorsqu’il a refusé avec éclat, dans l’Egypte moubarakienne de l’année 2003, un prix important (récit par Samia Mehrez, qui revient longuement sur ce « scandale » dans son essai Egypt’s Culture Wars).

Tiré d’un de ses romans, qui, entre autres qualités, met en évidence son incroyable capacité à lire les transformations de la société égyptienne, Zeth, un feuilleton qui retrace l’histoire sociale et politique de l’Egypte depuis la révolution des Officiers libres en 1952, a connu un réel succès (image supra) durant la dernière saison de ramadan. C’est donc un grand témoin de l’Egypte contemporaine qui nous interpelle à travers des commentaires qui (d)étonnent… (Original intégral en arabe, ici.[lien corrigé])

Certains ont peur que l’Égypte entre dans une période de guerre civile, pensez-vous que cela soit le cas ?
– A mon avis, je ne pense pas qu’il y aura de guerre civile. Ce qui se passe aujourd’hui, c’est une confrontation avec les foyers terroristes. Elle va se prolonger un peu mais sans avoir de réelle influence sur la structure profonde (al-bunya al-asâsiyya) de l’Égypte qui est déjà passée par là à de nombreuses reprises et qui est restée homogène.

Après ces événements, les Égyptiens pourront-ils accepter les Frères (musulmans) dans la vie de la société, pourront-ils collaborer avec eux ?
– Cela dépend de la Confrérie des frères [musulmans] elle-même : s’ils acceptent leur défaite et mettent un terme à la violence, ils pourront retourner à la vie de la société. Je parle ici des membres ordinaires de la Confrérie, ceux qui sont plein de bonne volonté, ceux dont on peut se dire qu’on s’est moqué d’eux, et non pas de leurs dirigeants. Avec eux, je ne pense pas qu’il y ait le moindre espoir. Ce sont eux qui ont entraîné la Confrérie dans cette confrontation féroce, qui ont comploté pour provoquer les effusions de sang et la violence. La société ne le leur pardonnera pas.

Certains considèrent que la révolution du 30 juin [2013], en tant que révolution existant à part entière, n’a aucune relation avec la révolution de janvier [2011] : qu’en pensez-vous ?
– Je n’aime pas utiliser ce mot de révolution, il n’est pas assez précis. Le 25 janvier, de mon point de vue, c’est un soulèvement qu’on a fait avorter d’une certaine manière. Et le 30 juin c’est un retour à ce soulèvement. Mais on ne peut parler de révolution que par rapport aux objectifs qu’elle se donne. Pour moi, les soulèvements de janvier et du 30 juin ont réalisé certains de ces objectifs, comme la confrontation avec le terrorisme, l’opposition à la violence et à l’Amérique. Mais en même temps ils n’ont pas apporté jusqu’à présent la justice sociale par exemple.

Que pensez-vous de la manière de présenter la révolution du 30 juin comme un renversement militaire et non pas comme [le résultat de] la volonté populaire ?
– C’est un soulèvement populaire et celui qui ne le voit pas ainsi se trompe. Ce qui compte ici c’est de savoir si ce pouvoir œuvre au profit du peuple ou non. Et la réponse est oui. Il n’y a donc pas de problème. Et si ce pouvoir venait à s’écarter de cette ligne, il est facile de sortir, la rue est là !

Il y a pourtant de nombreuses raisons d’être inquiet du pouvoir des militaires, à cause de l’Assemblée militaire [SCAF, le Conseil suprême des forces armées] installé après la révolution du 25 janvier et du départ (tanahhi) de Moubarak… Comment résoudre ce problème ?
– Comme je l’ai mentionné, les appréhensions au sein des rangs de la jeunesse sont liées à l’expérience amère de la précédente Assemblée militaire. Et il faut rappeler que j’ai le droit et que les jeunes ont le droit de savoir qui dirige cette Assemblée militaire, de savoir ce qui s’y passe, et sans que des informations soient cachées pour des prétextes de sécurité. Le problème n’est pas bien difficile à résoudre, il faut que des jeunes de la rue y soient présents, c’est la garantie qu’il n’y aura pas de déviation par rapport au processus démocratique.

Que pensez-vous de l’intervention du général Abdel-Fattah Sissi dans la vie politique ?
– Il est intervenu d’une manière parfaite (mumtâz). On peut le constater à travers ses discours marqués par la précision, la rationalité (al-nadhra al-‘ilmiyya) et l’absence d’enflure rhétorique. Il est précis et objectif. Je pense qu’il représente un atout (maksab) pour la vie politique égyptienne. Pour moi c’est ce qui explique que des Égyptiens ont eu l’idée qu’il se présente aux présidentielles. À mes yeux, c’est parfaitement son droit. Toute personne en a le droit, alors que dire pour quelqu’un qui, comme lui, fréquente quotidiennement les Égyptiens, qui s’efforce, en fonction des pouvoirs de la loi, de réaliser les demandes du peuple, qui se tient à ses côtés ! Mais il doit le faire sur une base saine. Et pour cela, il suffit que, pour la première fois depuis Gamal Abdel-Nasser, il arrive dans [le contexte] d’une menace des USA et des pays occidentaux. Tout le mérite revient au général Abdel-Fattah Sissi, il a mis en évidence le nationalisme de sa personnalité.

Lui donnerez-vous votre voix au cas où il se présenterait aux présidentielles ?
– Je suis corps et âme avec lui ! Mais la question de savoir si je lui donnerais ma voix me paraît prématurée.

17/11/2013 : des infos intéressantes dans ce billet sur le site The Arabist.

Dans un registre radicalement différent, les arabophones prendront peut-être plaisir à écouter cette émission de Bassem Youssef ironisant (peut-être avec cruauté) sur une Egypte totalement repassée sous la coupe de l’ancien régime… Voir ci-dessous le commentaire de Khawaga : la vidéo est ancienne !

https://www.youtube.com/watch?v=zfbirtzkwtw

En anglais, une déclaration, d’une formidable ironie, vient d’être mise en ligne, toujours par Bassem Youssef (précision rajoutée : ironie dont le sens réel ne se dévoile qu’à la lecture de l’intégralité du texte original en arabe ici)…. L’introduction de ce texte intitulé Egypt-The-destruction-of-a-nation :

I have decided today that I will no longer be neutral. I will not grab the stick from the middle. It would be easy to direct my anger at both sides, to free my conscience from the practice of the police, criticize the performance of the interim government for its stupidity and insistence on the security solution and scream at the top of my lungs, “down with military rule!” I could dedicate the remainder of this article to cursing the Brotherhood and showing how their actions led to our current suffering. I could extend my condolences to the martyrs and emphasize that “all the blood is sacred” as I curse both sides and put my pen down with a healthy conscience because I have preserved my humanity, cursed the universe and raised myself to a moral high ground from which I could drop my curses, disdain and loathing for the army and the Brotherhood.

It is a nice, easy and inwardly comfortable solution.

However, today, I have decided to take a side: I will take one side for there is no room for lenient and undecided stances. I have decided I will take the side of the Brotherhood. What? Did I shock you? Just bear with me.

Sur Sonallah Ibrahim, voir également dans ce blog :
Sonallah Ibrahim, l’homme qui regarde l’Egypte en douce, à propos, notamment, de la sortie de Al-Talassus (mai 2007).
« La loi française », un nouveau roman de Sonallah Ibrahim (octobre 2008).
Les « règles de l’art » et le prix (d’un intellectuel) en Egypte, à propos des prix littéraires arabes en général, et de « l’affaire » de 2003 en particulier (juin 2009).
« Dhât » et la censure des jupes : entre démocratie et démagogie, sur les difficultés du tournage du feuilleton tiré du roman du même nom (février 2012).

Libération de Youssef Abdelké

yousseflibre Les bonnes nouvelles ne sont pas si nombreuses en ce moment : libération de Youssef Abdelké. (Les deux membres du Parti de l’action communiste, arrêtés avec lui, demeurent en prison.)

UNe double page dans Al-Akhbar notamment :
ici et .

Youssef Abdelké a fait part de son intention de rester à Damas. Le combat continue !

Photo de l’artiste au moment de sa libération…
abdelké

Rap, an Art of the Revolution or a Revolution in Art?

OIB Sur le site rénové de l’OIB (Orient Institut Beirut, les actes d’un colloque il y a moins d’un an (bravo l’efficacité !) parmi les nombreux textes, une contribution dont je ne suis pas malheureusement responsable… de l’excellente qualité en anglais !

La conclusion, pour vous donner envie de voir le début !

In the new artistic practices of the Arab youth, « Arabness » is no longer a goal, nor even a creative horizon; it is an « identity » – even though the term is inappropriate – that looms up from the Arab world’s « art in conversation » precisely at the time of digital globalization.

Youssef Abdelké, toujours…

yousef-abdelky-97.5_400x300

Rien de nouveau pour Youssef Abdelké et ses compagnons depuis leur enlèvement, il y a tout juste quatre semaines, à un barrage tenu par des forces du régime. Aucune nouvelle, comme pour des centaines de destinées prise dans la tourmente qui s’est abattue sur la Syrie, et qui semble gagner la région.

Ci-dessous, une courte vidéo (6’45), en noir et blanc, comme la plus grande partie de son oeuvre plastique. Intitulé Charbon blanc (Fahm abyad), cet hommage à Youssef Abdelké a été réalisé par Amer Matar. Le film se referme sur l’artiste qui pose, comme un peu gêné, le regard ailleurs. Il y a quelques jours, une pétition a réuni des signatures prestigieuses (article en arabe). De nombreux articles aussi (tel celui-ci dans Al-Quds al-‘arabi, d’où provient la photo), une émission sur France 24 (en arabe, visible ici).

Attendre, espérer…

Le feuilleton égyptien (2/2) : le prédicateur, vedette de ramadan

كضئمضىض

Alors que leur préparation s’est entièrement déroulée dans une Egypte dont on disait qu’elle souffrait le martyre sous la rigueur despotique des Frères musulmans, les feuilletons de ramadan de cette année tranchent avec toutes les saisons passées, précisément par la manière dont sont présentées les questions religieuses. L’an passé, juste après l’élection de Mohammed Morsi, la critique (article du site Al-arabiya, en arabe, comme les références qui suivent) avait noté une grosse présence dans les séries de ramadan des barbes fournies et des très modestes hijab. Le public avait également eu droit à plusieurs biopics religieux du type Omar (ibn al-Khattab, le troisième calife : voir cette série de billets en juillet 2012). Malgré leur évidente pureté morale, ils avaient suscité les critiques des plus rigoristes, opposés à la représentation des figures saintes de l’islam. Rien de tel pour les séries de ce ramadan, malgré une année entière passée sous la férule des Frères, providentiellement levée juste avant l’entrée dans le mois saint, grâce au réveil de l’armée : très peu de feuilletons religieux, à de rares exceptions près, tel Khaybar, une production qatarie à propos d’une des batailles des premiers musulmans contre les tribus juives qui vivaient à l’époque dans la Péninsule arabe.

En revanche, dès le printemps dernier les critiques avaient noté une très forte présence de barbus dans les séries de cette année. Mais des barbus d’un genre très particulier, à savoir ce qu’on appelle en arabe les « nouveaux prédicateurs » (الدعاة الجدد), les cheikhs médiatiques qui peuplent les petits écrans et parfois aussi les coulisses de la politique. A l’image, le thème n’est pas entièrement inédit. Comme on le signalait dans ce billet, le cinéma – notamment dans le célèbre Tuyûr al-dhalâm (طيور الظلام : Oiseaux de ténèbres, avec Adel Imam) en 1995 – avait déjà mis en scène des hommes prêchant une religion dont ils étaient fort loin de suivre tous les préceptes. Mais traité en feuilleton pour le petit écran, dans des séries qui ont un tel impact auprès du public, la chose est assez inédite, et d’autant plus remarquable qu’il ne s’agit pas d’un phénomène isolé.

Même en l’absence de quelques titres retardés ou repoussés pour des raisons diverses et variées (à commencer par Mawlanâ – Notre maître [spirituel] – photo promotionnelle en haut de cet article – tiré d’un roman à succès du journaliste et éditorialiste Ibrahim Issa passé tout près du Booker arabe (voir ce billet), l’homme de religion, dans toutes ses faiblesses humaines, est sans conteste possible la grande vedette de ramadan 2013.

Entre autres exemples, cet article du quotidien palestinien Al-Hayât al-jadîda évoque le phénomène en mentionnant différentes séries égyptiennes. Bashar mithla-kum (Un homme comme les autres), dont l’acteur principal, Amr Saad, explique dans cet article qu’il a choisi d’y figurer parce qu’il met en évidence les dangers d’une trop grande vénération, au sein des classes populaires notamment, pour les religieux. Même thématique pour Khalaf Allah, du nom d’un cheikh doté de pouvoirs médicaux qui lui permettent d’abuser des gens simples, ainsi que dans Al-Zawja al-thâniya (La seconde épouse), dans la veine classique du feuilleton rural, qui met en évidence les manigances du cheikh du coin, prêt à tout pour aider le vilain ‘umda (le maire) à épouser la belle qui ne l’aime pas! Dans Mawja hârra (Vague de chaleur) – déjà évoqué dans le précédent billet – et encore dans Nirân sadîqa (Tirs amis), un des gros succès de la saison, on découvre que les hommes de religion n’hésitaient pas à collaborer avec la police de Moubarak…

daiyyaCe traitement télévisuel de l’homme de religion, bien souvent présenté comme un charlatan sans scrupules (même si quelques œuvres prennent soin de présenter, en contre-point, des hommes de foi plus conformes à l’idéal), est bien entendu lourd d’arrière-pensées politiques. Pour s’en convaincre, il suffit de penser à Al-Dâ’iyya (Le Prédicateur), une des séries marquantes de la saison avec, dans le rôle principal l’acteur Hani Salama, qui fait sa première apparition au petit écran. Comme dans Mawlanâ, il s’agit de dénoncer, en retraçant les aventures de Youssef, un de ces « nouveaux prédicateurs » médiatiques à la fois cyniques et intéressés, le rôle néfaste des chaînes religieuses qui poussent comme des champignons dans l’espace télévisuel arabe (des exemples dans ce billet de septembre 2007).

Sans doute, la mise à l’ombre de Mohammed Morsi et de ses « fidèles » a-t-elle rendu les choses plus faciles, mais, une fois encore, bien des questions se posent en découvrant aujourd’hui toutes ces séries préparées depuis des mois sous la prétendue dictature des Frères musulmans. Visiblement, la « frérisation » de la culture – comprendre la main-mise de l’appareil politique des Frères musulmans – n’était pas telle qu’elle ait empêché la préparation de ces œuvres très critiques, c’est le moins qu’on puisse dire, des principes sur lesquels reposait la légitimité du pouvoir politique dont on prépare aujourd’hui le procès devant l’opinion.

Pour refermer ce billet sur une note différente, les lecteurs qui ont un peu de temps devant eux peuvent consacrer les huit minutes à venir à visionner ce court métrage d’Alaa Ismail, un jeune réalisateur égyptien qui propose, sous le titre En compagnie de l’accusé (حاضر مع المتهم ) le portrait d’un imam, à la fois profondément sincère et désespéré par l’image qu’a prise la religion dès lors qu’elle est exploitée par le politique. Une image plus complexe, et naturellement moins facile que celle que donnent les feuilletons, des tourments que suscite la raison politique à certains hommes de foi. On y suit un assez jeune imam, qui se rend à sa mosquée pour découvrir que personne ne s’intéresse plus à sa leçon religieuse, consacrée ce jour-là à l’injustice que le prophète de l’islam refusait plus que tout. Ebranlé, il finit par rejoindre des manifestants et soigne les blessés. On le retrouve ensuite sur le bord d’une voie rapide avec une pancarte pour dire que la religion n’est pas coupable de ce que l’on commet en son nom. Dans ses écrits, il dénonce l’utilisation de la religion par les hommes politiques, mais sa voix semble résonner dans le silence. Mais… (Plus de détails sur ce court-métrage dans cet article d’Al-Akhbar).

Coup… de théâtre pour le feuilleton égyptien (½) : la saison est bonne !

whiskeyRamadan
« Ramadan karim » à la mode libanaise ! (Photo credit: Geoana Hobeiche)

A la sortie de l’hiver dernier, les professionnels égyptiens n’étaient guère optimistes alors qu’ils s’apprêtaient à se lancer dans la course finale pour les feuilletons du ramadan de l’année à venir. A l’image de la production cinématographique, le secteur télévisuel traversait une grave crise économique. Faute de liquidités, pas moins d’une douzaine de projets étaient repoussés à une échéance ultérieure (article en arabe, comme les références qui suivent). Quelques mois plus tard, alors que le mois sacré d’orgie télévisuelle approche de sa fin, les avis sont nettement plus optimistes : certes, il y a une réelle baisse de la quantité mais la qualité est au rendez-vous.

Dans le climat actuel fort propice au Morsi bashing, certains se sont empressés de lier cette bonne nouvelle à la mise à l’ombre du président élu il y a à peine plus d’un an. C’est aller un peu vite en besogne ! Même si l’on peut imaginer que l’état actuel de l’opinion a pu favoriser l’accueil fait par le public aux séries les plus critiques des Frères musulmans, il est évident que ces derniers conservent des partisans qui sont aussi consommateurs de feuilletons ! De plus, la production de ramadan aborde, comme chaque année du reste, toutes sortes de sujets. Il y en a vraiment pour tous les goûts et toutes les opinions politiques. Et surtout, la stratégie de programmation, le choix des scénarios, des acteurs, etc., se fait bien en amont, parfois un an ou même davantage avant la réalisation finale du produit. Impossible ou presque par conséquent d’anticiper, alors qu’il venait d’être élu, que Morsi « tomberait » juste avant le ramadan suivant ! Au mieux aura-t-il été possible, dans certains cas, d’opérer quelques coupes, de changer quelques minutes de montage, pour coller davantage à l’ambiance du moment…1

En revanche, on peut raisonnablement défendre l’idée que les œuvres inspirées à un titre ou à un autre de l’actualité politique partagent la plupart du temps un même regard critique sur les conceptions culturelles des Frères musulmans. Parce qu’ils s’inspirent de la vie réelle – on ne compte plus les génériques avec un texte soulignant d’une manière ou d’une autre la proximité du récit avec la réalité – et sans doute plus encore parce qu’il leur faut bien inclure les scènes plus ou moins « osées » qu’attend impatiemment le public, les milieux professionnels du feuilleton se voyaient assez mal obéir aux recommandations des pères-la-vertu désireux de « nettoyer » ou encore d’« assainir » le petit écran (surtout pendant ramadan). Craignant une censure capable de leur imposer un art « vertueux », « propre » ou encore « bien intentionné » (akhlâqi, nadhîf, hâdif), ces professionnels n’ont pas manqué d’imaginer des scénarios où les pères-la-pudeur et autres défenseurs officiels de la vertu n’avaient pas toujours le beau rôle. Néanmoins, ils l’ont fait à un moment où personne n’imaginait encore qu’une pétition en ligne et une manif monstre aboutiraient, fin juin, au renversement du président légalement élu… Et comme ce ne sont pas des cinéastes engagés mais des gens qui gagnent leur vie en produisant des soap opera pour les chaînes télévisées, on peut imaginer qu’ils ont tout de même veillé à ne pas prendre sérieusement le risque de voir leurs investissements partir en fumée à la suite d’une interdiction en justice ou d’une sanction administrative…

En réalité, la qualité de l’actuelle saison de ramadan, et son succès auprès du public, ont bien quelque chose à voir avec la politique, mais surtout à cause des sujets traités. Bien plus qu’au temps de l’ancien dictateur (comprendre Hosni Moubarak bien entendu…), et même bien davantage que lors des deux saisons qui ont suivi la révolution de janvier 2011, les séries de ramadan se sont fait l’écho des événements qui ont marqué l’histoire du pays durant les dernières décennies. La bonne recette, cette année, le triangle magique du succès, c’était manifestement d’associer la révolution, les aléas de la vie politique et la religion (on y reviendra la semaine prochaine). Plus ou moins réussis, les exemples de ce type ne manquent pas : ‘Ala kaff afrit (A la merci du diable) et les déboires de l’ancienne bourgeoisie maffieuse, Taht al-ard (Sous terre) et les manipulations des services de sécurité, Ism mu’aqqat (Nom provisoire) et le trucage des élections, Nadhariyyat al-jawwâfa (La théorie de la goyave) et les errements du nouveau pouvoir, Al-Rakin (L’homme calme), un feuilleton inspiré de la vie de Jika, un des martyrs les plus célèbres de la révolution, Al-‘Arraf (Le diseur de bonne aventure), avec Adel Imam en escroc réussissant à échapper à la prison grâce à la révolution (un récit inspiré, selon certains, par la trajectoire personnelle du président déchu, Mohammed Morsi, ce qui paraît tout de même quelque peu exagéré)… Manifestement, le succès, relativement inattendu d’un feuilleton dont le tournage avait pris du retard, Dhât (Les années de Zeth, inspiré d’un des romans les plus marquants de Sonallah Ibrahim, voir ce billet), tient aux mêmes raisons : bien entendu, le récit s’intéresse aux décennies qui ont précédé la chute de Moubarak en 2011 mais c’est le côté « chronique sociopolitique » qui lui a permis de retenir l’attention d’une partie du public.

Beaucoup d’audace, cette année, dans les sujets des séries de ramadan, et dans la manière de les traiter. A tel point – et c’est une première en ce mois béni – qu’une d’entre elles, Mawjat hâra (Vague de chaleur), pourtant diffusée sur la très prude MBC saoudienne, a été déconseillée aux moins de 18 ans ! La censure a considéré que cette histoire, due à la plume d’Anouar Okasha, « le Mahhfouz de la télé » (voir ce billet), était trop « chaude » pour le jeune public, en raison notamment d’allusions transparentes à des relations homosexuelles entre femmes. Mais là encore, la politique n’est pas très loin puisqu’un des personnages centraux est fonctionnaire aux service de la censure, emploi qui l’entraîne, naturellement, à être mêlé à toutes sortes de déviances parmi lesquelles figure le viol, bien réel, d’un citoyen par un officier de police (une affaire annonciatrice des futurs soulèvements, dénoncée, au tout début du journalisme citoyen en ligne par Waël Abbas : voir ce billet de l’année 2006 !). Si l’on se souvient que « Vague de chaleur », comme beaucoup d’autres feuilletons d’ailleurs (Mazâj al-khayr [Bonne ambiance] et ses inévitables scènes de torride danse orientale par exemple), était menacé par une vague… de plaintes, on constate que la chute des Frères musulmans a, incontestablement, permis un relâchement de la censure, à la fois politique et morale.

Les événements des dernières semaines y sont donc pour quelque chose mais on est bien obligé de constater également que le battage organisé par nombre de médias locaux et internationaux à propos du danger d’une « frérisation de la culture » (voir ce billet) avait quelque chose d’exagéré ; le tournage de ces séries télévisées a commencé il y a des mois de cela et aucun professionnel du secteur n’aurait été assez fou pour se lancer dans une aventure trop risquée. Il faut donc croire que la menace n’était pas aussi terrible qu’on a bien voulu le dire ou le faire croire !… En fait, une bonne polémique, réelle ou un peu fabriquée, est depuis toujours la meilleure promotion possible pour aider une série télévisée à sortir du lot durant cette période de concurrence acharnée (voir notamment ce billet). Dans l’immédiat, et même si la tâche était plus aisée cette année au regard de la faiblesse de la concurrence (la saison syrienne est assez médiocre, et la production du Golfe toujours aussi provinciale), l’Egypte, par ailleurs terre d’accueil – en tout cas pour l’instant – d’un certain nombre d’acteurs et de professionnels, en particulier syriens, que les circonstances ont chassé de chez eux , s’est replacée au centre de cet univers à fort prestige culturel qu’est le monde du feuilleton télévisé arabe.

  1. 8/08 : C’est sans doute le cas pour un des derniers épisodes de Al-‘Arraf [Le diseur de bonne aventure] qui raconte l’attaque des prisons égyptiennes, le 28 janvier 2011, par des commandos du Hamas et du Hezbollah [sic], afin d’en libérer les leaders des Frères musulmans encore emprisonnés. Parmi eux, un certain Mohammed Morsi ! []