Un entretien avec Youssef Abdelké dans Al-Safir [traduction]

Dans son supplément culturel de vendredi dernier, le quotidien libanais Al-Safir a publié un long entretien avec Youssef Abdelké, une des grandes figures en Syrie de la création artistique mais aussi de l’engagement citoyen. Au cœur des problématiques traitées dans ces chroniques, ses réflexions méritaient d’autant plus d’être traduites en français qu’elles expriment un point de vue rarement donné à connaître, celui du refus d’une partie de l’opposition intérieure, non seulement de toute ingérence extérieure, mais également de tout recours aux armes. Ci-dessous, la traduction intégrale (par mes soins) de cet entretien réalisé par Ahmed Bezzoun (sans les quelques sous-titres de la rédaction mais avec le chapô ; original en ligne ici).

abdelkiIl y a moins d’un mois, les autorités syriennes relâchaient le peintre Youssef Abdelké après une détention de 36 jours, qui a suscité les protestations des milieux culturels syriens et arabes. Déjà emprisonné entre 1978 et 1980, l’artiste s’était rendu par la suite en France avant de rentrer dans son pays après une absence d’un quart de siècle, pour y poursuivre son œuvre artistique, celle d’un des plus importants artistes syriens et arabes, ainsi que son combat au sein de la gauche syrienne. Nous l’avons rencontré à Beyrouth, lors de sa première sortie du territoire syrien après sa détention. Propos sur sa détention, sur l’art, et sur le conflit qui ensanglante la Syrie.

Bienvenue à Beyrouth ! C’est sans doute la première fois que vous quittez la Syrie après la prison et depuis votre retour d’exil.

Cela fait des années qu’il m’est interdit de quitter le pays. C’est mon premier voyage après être resté des années durant, de gré ou de force, en Syrie. La dernière fois que je suis venu à Beyrouth, c’était il y a trois ans et demi.

Pensez-vous que les protestations contre votre arrestation, de la part des « modérés » et de tous ceux qui admirent votre expérience politique et culturelle, ont joué un rôle dans votre libération ? Étiez-vous au courant de ces protestations à l’intérieur de la prison ?

Pour commencer, je veux remercier tous les amis, et tous les autres, journalistes ou non. Une telle solidarité à mon égard, c’est vraiment une manifestation d’humanité. Il n’y a rien qui puisse abattre un prisonnier plus que le fait de se sentir abandonné, de penser que personne ne s’interroge à son sujet. Savoir que quelqu’un, qu’une voix parle de celui qui est détenu donne une capacité extraordinaire à supporter la détention. Alors que dire lorsqu’il s’agit d’une véritable campagne, d’un grand nombre d’amis qui se sentent concernés. En prison, je ne l’ai su qu’à travers une remarque d’un des gardiens qui m’a dit : « Il y a une chaîne qui parle de toi, tu es au courant ? – Non. – On réglera tout ça plus tard ! » a-t-il répondu d’un ton menaçant. Bien entendu, je ne l’ai pas revu ensuite et on n’a rien réglé du tout ! (Rire.) J’ai compris à ce moment-là qu’il se passait quelque chose à l’extérieur. À part cela, les prisonniers sont totalement coupés du monde extérieur. La seule occasion pour eux de recevoir des informations, c’est quand arrive un nouveau prisonnier. Mais ceux qui entrent ne sont pas toujours véritablement préoccupés par la situation politique, ils ont leurs propres soucis, leurs propres problèmes. Mais c’est le seul moyen de rester en contact avec ce qui se passe à l’extérieur.

Est-ce qu’il y a une différence entre cette prison et celle que vous avez connue autrefois ?

Une très grande différence ! Les méthodes de torture qui existaient avant, je trouve aujourd’hui qu’elles étaient bien moins dures. Ils mettaient le prisonnier dans un pneu et le frappaient à coups de gourdin sur les pieds ou sur le dos. Ça me paraît bien gentil par rapport à ce qui se passe maintenant ! Aujourd’hui, ils tirent le prisonnier de la cellule et quand il revient on dirait qu’il est resté enfermé avec une bête féroce ! Il est en sang, il a des zébrures rouges et bleues imprimées sur sa peau, déjà infectées parfois. On n’arrive pas à comprendre comment ils sont arrivés à un tel résultat aussi vite, c’est une violence totalement déchaînée. Comme si la violence qu’il y a aujourd’hui à l’extérieur se répercutait à l’intérieur de la prison. Mais pire que la torture encore, c’est le fait pour le prisonnier de se sentir humilié, d’être dépouillé de toute humanité et toute dignité. Un être humilié qui ne peut pas se défendre devant des gens qui ressemblent à des machines aveugles ! Pas de soins, pas de médicaments. La nourriture est exécrable : chaque jour, des olives le matin, du borghol le soir. Il y a 32 ou 33 ans, quand j’étais prisonnier, on nous apportait du thé : un rêve aujourd’hui ! En plus, tout le monde est entassé dans la même cellule. Une cellule de 6 m sur 8 peut contenir jusqu’à 120 prisonniers. Il fait tellement chaud, il y a u
ne telle humidité qu’on est obligé de se déshabiller. Parfois, on n’a pas le droit de dormir ou de parler. Parfois, c’est un peu moins terrible, comme la cellule où j’ai passé la plus grande partie de ma détention : 3,5 mètres sur 5, nous étions 20, on pouvait dormir ou se laver, et en général nous étions mieux traités.

Avez-vous été torturé ?

Non, je n’ai pas été maltraité non plus. Mais la torture est une pratique quotidienne dans toutes les prisons.

Quelle accusation a-t-elle été portée contre vous ?

Je ne sais pas. Durant le premier interrogatoire, ils m’ont posé des questions à propos d’une réunion avec des amis. Ils m’ont demandé si j’avais parlé de politique. J’ai répondu que oui. Le second interrogatoire a été plus long : ma vie, mes études, mes voyages, ma famille, quelques questions politiques, mais sans accusation particulière. L’interrogatoire s’est terminé sans accusation et le juge a ordonné ma mise en liberté en quelques minutes. Pourquoi mettent-ils en prison quelqu’un un jour, une semaine, un mois, cinq, je n’en sais rien ! Il s’agit d’appareils [de répression] qui pensent différemment de nous. C’est une équation à plusieurs inconnues : l’un est torturé, l’autre non ; l’un est libéré, l’autre, non. Parfois on n’arrive pas à comprendre les véritables raisons des traitements qui sont infligés dans la prison. Quelqu’un peut-il expliquer pourquoi les autorités mettent en prison des hommes politiques et des juristes tels que le docteur Abdel-Aziz al-Khayyer, l’avocat Khalil Maatouk, Adnan al-Debs ou encore Ali al-Chihabi…

Comment avez-vous vécu l’expérience de la prison en tant qu’artiste ? Comment vous représentiez-vous la scène ? Est-ce que vous pensiez aux œuvres que vous dessineriez une fois que vous seriez dehors ?

En prison, c’est tellement différent qu’on ne pense pas à ces choses-là ! Bien sûr j’ai pensé à des tableaux mais ce qui occupe tout l’esprit, c’est de se retrouver prisonnier de quatre murs sans la moindre issue ! On pense sans cesse aux petites choses de la prison : comment manger, dormir, se laver, boire, des choses qui mobilisent tout ton temps… Avec en plus les rêves…

Vous voulez dire les cauchemars ?

Non, les rêves ! Des rêves différents. Un des moyens de se protéger pour le prisonnier, c’est de continuer à rêver à toutes sortes de projets, à des rencontres avec des amis, à des promenades dans des lieux sans murs. Rêver c’est une façon de se protéger pour le prisonnier, de garder une sorte d’équilibre. Mais travailler, réfléchir à des vraies questions artistiques, c’est possible seulement une fois sorti de prison. Bien entendu, l’artiste emmagasine des idées, des sentiments, des sensations, qui ressortent avec le temps. Jusqu’à présent je n’ai encore rien fait mais j’ai toutes sortes de projets. J’ai aussi le sentiment que ce sur quoi je travaillais ces derniers temps n’est pas encore achevé. Du coup, il est encore trop tôt pour que je commence quelque chose de nouveau.

Dans vos dessins, vous vouliez montrer la violence, comme une manière de la refuser. Après la violence de la prison et tout ce que vous voyez aujourd’hui en dehors de la prison, est-ce qu’on peut imaginer que cela va modifier votre style ?

Je pense que la violence de la prison fait partie de la violence de la société et de la vie politique. Ce qui me m’angoisse vraiment, et c’était l’axe de mon travail ces derniers temps, c’est l’idée de la mort, la mort comme perte que rien ne pourra remplacer au niveau individuel.

On dirait que vos précédentes œuvres représentaient déjà les massacres avant qu’ils n’aient eu lieu. Maintenant que tout cela est arrivé, que dessiner ?

Qu’une personne perde la vie à cause d’un slogan, qu’il s’agisse d’un défenseur de régime ou d’un opposant, c’est une chose insupportable ! L’idée qu’un homme vienne à mourir, c’est une perte épouvantable au point de vue humain et c’est ce qui se passe pour des dizaines de milliers de Syriens. C’est ce qui leur arrive, à eux, à leurs parents, à leurs enfants, à ceux qu’ils aiment, à leurs amis… Pour moi la mort est une chose insupportable, c’est à cela que je pense pour l’essentiel ces temps-ci. C’est une idée qu’il est difficile d’exprimer rationnellement. Je ne peux pas supporter que quelqu’un meure parce qu’il a dit quelque chose ou qu’il a manifesté ou qu’il a fait quelque chose sur le plan politique. Rien ne mérite un tel châtiment. C’est une question existentielle, au plus profond de moi, qui me bouleverse totalement, et qui va bien au-delà de l’univers de la politique. Je pars du principe que les gens ne méritent pas un tel destin. Tout peut être réparé sauf la mort. Si on se met à la place des mères qui ont perdu leurs enfants, qu’est-ce qu’elles peuvent bien ressentir ? C’est un véritable vol de leur vie, une blessure ouverte avec laquelle elles vivront jusqu’au jour de leur mort.

Cela veut dire que vous dessinez la mort pour la refuser, comme vous le faites avec la violence ?

Voilà un moment que je travaille sur cette question. Je pense qu’aucun travail artistique, qu’il s’agisse de littérature, de musique ou de quoi que ce soit d’autre, n’a de poids face à l’idée de la mort, même si les créateurs travaillent pour s’en approcher, parce qu’il y a dans la mort une violence qui va au-delà du pouvoir des artistes, au-delà des limites humaines de l’expression. Ils s’efforcent d’y arriver, sans savoir jusqu’à quel point ils y parviennent ou non, c’est le temps qui le dira. C’est vraiment quelque chose de difficile.

Vous avez certainement déjà commencé à penser à ce nouveau projet, vous avez imaginé des choses qui commencent à s’accumuler dans votre tête. Pouvez-vous nous en dire davantage sur ce nouveau projet artistique ?

Dans mes dessins au charbon sur feuille, il y avait quelque chose qui s’approchait déjà de cela, en rapport avec ce que signifie la mort, avec sa symbolique, par exemple lorsque je dessine un oiseau mort ou un couteau fiché dans une table à côté d’un oiseau. Mais ce que je fais à présent est vraiment très différent de ce sur quoi j’ai travaillé durant les dix années passées. Je travaille sur des gens, sur des personnages. Je sens quelque chose de fort en moi-même, je ne saurais pas l’expliquer, quelque chose qui me pousse à dessiner non pas la symbolique de la mort, ni même les gens « ordinaires », « stylisés ». Je veux dessiner des gens qui ressemblent aux vendeurs de foul, au loueur de bicyclettes du quartier. Ce sont des gens faits de chair et de sang. Parler de la mort de façon générale, c’est insupportable par rapport à la violence de la mort, à sa totale injustice. Il faut vraiment montrer que les morts, les victimes, les martyrs, ce sont les gens du quartier, les voisins. Il faut absolument qu’ils soient vraiment présents, ce n’est pas juste une envie comme ça…

Dans votre célèbre portrait, intitulé « Le martyr », on a l’impression que vous avez dessiné la mort elle-même, et pas simplement son action sur les vivants. C’est cela que vous recherchez, l’effet de la mort ?

Je ne veux pas dessiner la mort elle-même. C’est difficile de parler de la mort comme d’une idée philosophique parce que c’est également quelque chose qu’on ressent physiquement, qui touche profondément, qui peut bouleverser, dominer toute autre pensée en un instant…

Mais vous avez déjà représenté la mort, cette chose qui arrive, directement dans des œuvres comme « Le moineau » ou encore « Le martyr », ou dans ces dessins de bras arrachés. Pourquoi représentez-vous les choses comme elles sont, juste en vous plaçant à leur niveau ?

Je crois qu’il est difficile de répondre à cette question, parce qu’il y a des motivations qu’il est difficile de saisir. La mort est tellement dure, immédiate, qu’il est difficile d’en parler d’une manière symbolique ou générale, cela n’est pas à la hauteur de ce qui vous pousse à le faire. Il se passe des choses comme on n’en a pas vu depuis des siècles. Il y a longtemps qu’on n’avait pas vu des foules aussi nombreuses protester, autant de manifestants dans les rues, dans les villes, dans les villages. Il s’agit d’un événement qui est peut-être en train d’ouvrir une nouvelle époque, de permettre des relations différentes entre les citoyens et le pouvoir, qui va peut-être redessiner la géopolitique de la région, pas seulement en Syrie mais dans toute la région, un vrai tournant dans l’histoire moderne pour ce pays et sa région. Cela va se payer au prix fort.

Avant de passer aux sujets politiques, on peut dire que, dans votre art, il y a une représentation traditionnelle de la mort, en noir et blanc. Dès lors que la mort n’est plus celle d’avant, peut-on s’en tenir au noir et blanc ?

L’univers du dessin et celui des couleurs, ce sont deux choses à la fois différentes et totalement liées. Il faut savoir ce que l’on a envie de faire, et ce dont on est capable. Le noir et le blanc, ce sont mes outils en tant que dessinateur, c’est avec eux que se joue le combat entre traits et surface, un combat et en même temps une harmonie. C’est très différent des outils du coloriste qui associe les couleurs chaudes et froides. De ce point de vue, il n’y a pas de rapport entre le blanc le noir et les sujets traités. Le blanc et le noir, comme les couleurs, peuvent permettre de traiter les sujets les plus légers ou les plus dramatiques.

Pendant votre détention, on a pu suivre les réactions et les prises de position des uns et des autres : certains réclamaient votre liberté, d’autres se réjouissaient de voir ce qui vous arrivait. Vous êtes à la fois rejeté par le pouvoir et par une porte bonne partie des franges de l’opposition. C’est un peu paradoxal de voir Youssef Abdelké, l’homme de gauche, apparaître aujourd’hui comme un « modéré ». Qu’est-ce que vous pensez de cette « modération » ?

Je ne suis pas d’accord avec cette idée de modération. Permettez-moi de vous dire que la politique n’est plus rien quand elle est dominée par la haine, les sentiments, les instincts, l’esprit de vengeance. Rien ne demande autant de réflexion, d’analyse objective que la politique ! La question de la liberté l’emporte sur toutes les divergences politiques et par conséquent celui qui donne plus d’importance à des divergences politiques qu’à la question de la liberté commet une faute politique contre lui-même et par rapport à son combat politique. Il y a deux oppositions en Syrie. Je comprends qu’il y ait des divergences politiques mais pas qu’il y ait un tel affrontement sur les questions qui nous réunissent tous.

Il y a plus que deux oppositions…

Globalement, il y a une opposition qui a un agenda extérieur et qui s’efforce de provoquer une intervention militaire étrangère parce qu’elle pense que cette intervention réglera les choses à son avantage. Et il y a une opposition intérieure qui veut un changement total, accompli par les Syriens eux-mêmes et pour eux. Elle refuse toute intervention [extérieure] parce que cette intervention, c’est le premier pas vers l’occupation et la division du pays en « comtés » confessionnels, une chose dont l’administration américaine n’a pas caché qu’elle œuvrait à sa réalisation. Une autre chose, c’est cette malheureuse tendance à l’émiettement dans les cercles de l’opposition. Il y a un nombre incalculable de conflits, entre partis, confessions, clans, personnes… Les financements étrangers y jouent un grand rôle. Cet éparpillement de l’opposition, et en particulier l’opposition extérieure, n’est pas à la hauteurs des souffrances du peuple syrien. Quand on regarde les hommes politiques, on dirait qu’il n’y en a pas un seul qui ait de l’envergure, quelqu’un qui aurait le sens de l’intérêt collectif et qui répondrait aux espoirs du peuple syrien et à ses sacrifices héroïques. A côté de tout cela, qu’Untel ou Untel soit emprisonné, cela n’a vraiment qu’une importance secondaire.

Vous avez payé, pour l’opposition, le prix de vos déclarations contre l’utilisation des armes. Où entraînent-elles la Syrie, ces armes ?

J’ai dit ce que j’avais à dire sur la question des armes à la fin de l’année 2011. J’ai dit alors, en gros, que cela revenait à voler la révolution syrienne, que c’était la conduire vers des horizons qui n’avaient rien à voir avec la révolution. Aujourd’hui même un aveugle peut se rendre compte que les armes et les financements de l’étranger ont conduit la révolution syrienne à des objectifs qui n’ont rien à voir avec elle, à des hypothèses qui n’ont rien à voir avec les aspirations du peuple syrien. Une bonne partie de ceux qui participent à l’opposition armée, on ne sait rien de ce qui les anime, on ne sait pas jusqu’à quel point ils dépendent de l’étranger, quels sont leurs objectifs. Beaucoup d’entre eux ont toutes les qualités, sauf celle d’être les défenseurs du peuple syrien, de ses choix et de son avenir. Les armes ont détourné la révolution syrienne de ses objectifs initiaux, la liberté, la dignité, la démocratie, la justice, un gouvernement de la société civile (al-dawla al-madaniyya). Peu à peu, elles lui ont fait perdre son soutien populaire. Toute révolution qui ne présente pas un modèle moral supérieur à celui du régime contre lequel elle se révolte perd son sens et son soutien auprès de la population.
Il y a une autre chose qui apparaît aujourd’hui dans la situation en Syrie, c’est que l’absence d’une direction, de dirigeants, tellement vantée par nombre de journalistes et de commentateurs comme un signe de « démocratie », et bien ce n’est pas vrai ! Une révolution qui ne possède pas une vision claire de sa tactique et de ses objectifs stratégiques ne peut pas réussir. Voilà le résultat de ces groupes armés qui pullulent, de ces chefs innombrables, des armes et des financements qu’ils ont reçus. Voilà ce qui a conduit la lutte à cette situation pitoyable. Une situation où les groupes armés sont tellement éparpillés qu’ils ne sont capables de rien, et encore moins de faire quelque chose en faveur du peuple syrien et du changement. Aujourd’hui il y a des groupes avec des motivations idéologiques et politiques si différentes qu’ils sont parfois capables de se battre les uns contre les autres ! Tout comme il y a des parties qui sont bien davantage liées à leurs intérêts extérieurs qu’à ceux du peuple syrien. De ce point de vue, les armes n’ont pas aidé le peuple syrien à se rapprocher de ses objectifs. Tout ce qu’elles ont fait, c’est rendre plus lourd le coût humain et matériel de la révolution.
On pourrait se demander : est-ce que l’action pacifique aurait permis au peuple syrien d’arriver à ses objectifs ? Je pense que c’était impossible au regard de la violence bestiale par laquelle on a répondu aux manifestations pacifiques. Mais il faut tout de même se demander aussi : est-ce que les armes ont permis à la révolution d’atteindre ses objectifs ? La réponse est un non sans appel. Le sang syrien coule aujourd’hui à flots, le pays s’enfonce toujours davantage dans la violence et le confessionnalisme, et on ne voit pas de lumière au bout du tunnel.

Et après tout cela, comment voyez-vous l’évolution de la lutte ?

Un an après le déclenchement de la révolution, les forces locales n’étaient plus essentielles, elles n’avaient plus leur mot à dire dans les combats. Les forces internationales avaient la haute main sur le cours des opérations. Les forces locales, qu’il s’agisse des forces du régime ou des forces de l’opposition gardent une certaine marge de manœuvre mais l’essentiel de la décision se fait à l’étranger. Dès lors, aucune force internationale n’accepte la défaite de son allié local. S’il est affaibli par une défaite sur le terrain, la partie étrangère le renforce. C’est ainsi qu’on peut comprendre l’insistance américaine pour déclencher une frappe à cause de l’utilisation de l’arme chimique, pourtant utilisée à quatre reprises auparavant comme le reconnaissent les Américains eux-mêmes. Ils ne se sont mis en ordre de bataille que lorsque l’équilibre des forces militaires a été modifié sur le terrain.
Malheureusement ce qui est appelé à durer, c’est la violence et la destruction qui finiront par provoquer la division du pays, sauf en cas d’accord politique au niveau international, avec sa traduction au niveau intérieur, sa mise en œuvre par les parties locales. Le problème c’est que les parties locales continuent à croire qu’elles peuvent l’emporter et que la « victoire » réclame un peu de patience. Mais il n’y aura ni vainqueur ni vaincu, tout le monde sera perdant. Nous sommes dans un trou noir, sans solution visible.

Les conflits entre intellectuels ont été tout aussi violents, et même parfois davantage, que les combats sur le terrain. A votre avis, c’est quelque chose de normal ou bien s’agit-il d’une évolution injustifiable ?

Ce qui se passe en Syrie est exceptionnel à tous points de vue. Les oppositions violentes ou politiques se reflètent naturellement au sein des intellectuels. Peut-être que cela se voit particulièrement à cause de la place qu’ils occupent, à cause des médias. Les divisions sont parfaitement naturelles dans une situation aussi exceptionnelle. La révolution syrienne a été pour tous un examen, une véritable épreuve pour savoir vraiment ce qu’ils pensaient, pour révéler leurs véritable aspiration au changement, même si le « changement » suscite la peur chez beaucoup de gens, intellectuels ou non. Ce que je veux dire, c’est que le régime ce n’est pas simplement l’institution militaire, les services de renseignements, un gouvernement, des batteries de missiles, des avions, etc. Le régime possède une base populaire que l’opposition a méprisée. Je crois qu’il aurait fallu la gagner à soi. Mais cela n’a pas été fait et en fin de compte cela a nui à la révolution car cela a réduit sa base populaire.
Les circonstances exceptionnelles que traverse la Syrie ont fait surgir une foule d’analystes, de sociologues, de politologues et de stratèges en tous genres. Des gens qui n’avaient jamais rien montré de toute leur vie, dont on n’avait jamais entendu parler, qui n’avaient aucun rôle politique et qui ont tout à coup obtenu des positions importantes. Les financements étrangers ont joué un rôle important dans la visibilité de ces gens-là, de ces personnes marginales jusque-là dans la vie politique, et cela pour des raisons qui ont quelque chose à voir avec cette énorme éponge qu’on appelle les médias et qui a besoin de ces gens-là : ceux qui financent ont besoin de personnes pour les représenter.

Sur Youssef Abdelké (يوسف عبد لكي) voir également sur CPA :
billet mis en ligne (22/07/2013) lors de son arrestation (représentation du dessin intitulé « Le martyr » dont il est question dans l’entretien).
L’art arabe face au marché global : synthèse d’un article de l’artiste sur la « marchandisation » de l’art arabe (20/07/2010).

Les trois coups de la rentrée

Alors qu’on frappe les trois coups de la rentrée d’automne, quelques mots sur trois publications auxquelles je suis associé et qui arrivent en librairie.

hlam2La première réjouira tous ceux qui enseignent/apprennent la langue arabe et qui s’intéressent à la littérature moderne écrite dans cette langue. En complément du tome 1 de l’Histoire de la littérature arabe moderne (1800-1945), maître ouvrage de presque 800 pages (Sindbad/Actes Sud, 39 euros) et qui reste indispensable pour comprendre comment cette région s’est ouverte à la modernité (notamment littéraire) au tournant des XIXe et XXe siècles, Boutros Hallaq et Heidi Toelle viennent de publier une Anthologie bilingue. Patient travail qui permet au lecteur francophone de disposer désormais, avec leur orignal en arabe, de plus d’une centaine d’extraits (prose, poésie…) qui illustrent en quelque sorte les textes théoriques du premier tome. Inédites à de rares exceptions près, les traductions sont dues à Houda Ayoub, Hélène Boisson, Rania Fathi et Heidi Toelle – sauf pour quelques textes fournis par des auteurs du premier volume, comme c’est le cas pour moi-même. En ces temps de rentrée universitaire, il va sans dire que cette anthologie est un riche gisement de textes indispensables aussi bien à l’enseignant qu’à l’étudiant.

jeunessesarabesLa seconde, Jeunesses arabes. Du Maroc au Yémen : loisirs, culture et politique (La Découverte, 375 pages, 24 euros), dirigée par Laurent Bonnefoy et Myriam Catusse, réussit le tour de force de faire cohabiter une petite quarantaine d’auteurs dont les contributions éclairent, chacune à leur façon, les multiples visages de ces générations qui font tellement parler d’elles depuis le début des soulèvements au sud et à l’est de la Méditerranée. Mais précisément, le parti pris – et ce qui fait toute l’originalité et la valeur de la démarche – n’est pas directement politique. Au contraire, l’objectif est de présenter, dans toute leur diversité, les multiples manières d’être un/une « jeune Arabe » aujourd’hui. Comme l’écrivent les deux coordonnateurs en titre de leur introduction, il s’agit, avec ces « portraits croisés de jeunes Arabes », de « déconstruire les stéréotypes » en quittant les sentiers battus des clichés avec, comme guide, une « bande de jeunes » (spécialistes) qui proposent au lecteur une vraie « découverte ». A peine plus âgés que ceux qu’ils présentent – et dont ils partagent bien souvent les passions et les interrogations –, ils renouvellent – et pas qu’un peu ! – les approches traditionnelles de l’univers, souvent un peu rassis, des études sur le monde arabe. Raison de plus pour CPA de se réjouir de faire partie des quelques « anciens » adoptés par cette jeune génération !

ramsesMême thématique pour la troisième publication présentée dans ce billet, à savoir le rapport 2014 de l’Ifri qui a pour titre Les jeunes : vers l’explosion ? (sous la direction de Thierry de Montbrial et Philippe Moreau Defarges). Dans cette synthèse de l’actualité des relations internationales (Dunod, 350 pages, 32 euros, chronologie, cartes, données chiffrées, index), six contributions, réunies par Mansouria Mokhefi, sont consacrées au monde arabe autour des problématiques aussi originales par leur objet que par leur inscription géographique : l’homosexualité dans le monde arabe, le féminisme islamique, la jeunesse en Algérie ou en Arabie saoudite… Pour ma part, je reviens sur « la jeunesse arabe et les réseaux sociaux », et donc sur le « numérique, terreau des changements ».

 

Bonnes lectures !

La politique, chanson éternelle (rétrospective)

chansonéternelle

 

 

Film culte pour plusieurs générations, La chanson éternelle (لحن الخلود), réalisé par l’Egyptien Henry Barakat et sorti en 1952, au temps de la Révolution des Officiers libres, offre un titre tout trouvé à ce « post » un peu particulier puisqu’il propose un « rembobinage » des chroniques où la chanson – évoquée dans le billet précédent – occupe la thématique principale. Au total, presque une cinquantaine d’articles, classés sous différentes rubriques.

Rap, hip hop, électro-shaabi, mahragan…

Chants dans l’islam

Industries de l’entertainment (émissions de téléréalité)

Vidéos et opérettes panarabistes

Le chant dans l’actualité politique

Chant et langue arabe

Feirouz, Fayrouz, Fairouz, Rahbani & Co

Panorama

  • Musiques alternatives (Jordanie, Egypte, Liban, Syrie, Maroc (juin/juillet 2008) – Présence de quelques chanteurs et chanteuses au sein de cette présentation de quelques-unes des scènes musicales alternatives.

La politique et les people : « Non à une intervention étrangère dans nos affaires! »

samahaNon

« Non à une intervention étrangère dans nos affaires ! » Pour clamer aussi fort de tels propos, îl faut être à coup sûr hors du flot consensuel que déversent les médias français à propos de l’inéluctabilité – morale ou militaire, ça se mélange… – d’une intervention armée en Syrie. De fait, cette déclaration, partagée par une bonne partie de l’opinion arabe, émane d’une vedette de la chanson arabe, la Libanaise Carole Samaha.

Formée à l’école des Rahbani, la chanteuse – et parfois danseuse, ce qui lui a valu il y a quelques années bien des soucis en raison d’une prestation trop osée aux yeux du très pudibond syndicat des musiciens égyptiens (voir cet article dans Al-Quds al-‘arabi) – est une star fort connue, notamment pour son interprétation, durant ramadan de l’année 2011, du rôle principal dans Al-Chahroura, un feuilleton à très gros budget (on a parlé de 4 millions de dollars) consacré à la vie de Sabah, une icône de la chanson et de la vie publique arabe (huit maris tout de même!), durant la seconde moitié du XXe siècle.

Une figure publique connue par conséquent, mais certainement pas militante ! Qu’est-il donc arrivé pour que Carole Samaha écrive, à la fin du mois d’août, ce tweet vengeur (salué dans cet article d’Al-Akhbar) dans lequel elle met en garde ses fans sur les réseaux sociaux contre une intervention armée en Syrie, intervention qui, à ses yeux, ne sert que les intérêts israéliens ? La première explication qui vient à l’esprit est que la chanteuse se fait l’écho d’un point de vue assez peu répercuté par nos propres médias même s’il est très largement répandu dans l’opinion locale, et tout particulièrement dans les milieux de tradition chrétienne, très inquiets, c’est le moins qu’on puisse dire, de ce qui se passe dans le pays voisin, après avoir eu tout loisir d’assister, notamment, au sort des chrétiens d’Orient en Irak il y a peu de temps encore, et en Turquie (les Arméniens), il n’y a pas si longtemps de cela…

Au-delà de cette sensibilité confessionnelle (obstinément mise en avant en ce moment dans le cas des musulmans chiites et sunnites mais qu’il ne faudrait pas évoquer quand il s’agit de chrétiens), il y a aussi dans la réaction de Carole Samaha une manifestation d’une réalité têtue et obstinée, celle d’une identité arabe plus ou moins partagée mais qui ressurgit de manière particulièrement « vivace » voire virulente lorsque se profile une intervention extérieure, qu’elle soit menée par la super-puissance nord-américaine ou par une ancienne tutelle coloniale comme la France. Le consentement à une telle opération d’une ou deux monarchies du Golfe n’y changera rien. Bien au contraire, il aurait même tendance à resserrer les rangs des Arabes « ordinaires » assez peu convaincus de l’attachement des régimes pétrolifères aux valeurs démocratiques (et aux valeurs en général, du moins celles qui ne sont pas cotées en Bourse). Si une action militaire est menée contre la Syrie, et que celle-ci se montre capable de rendre (seule ou aidée) quelques coups, le prochain « héros » [notez bien les guillemets SVP !] du monde arabe pourrait bien s’appeler Bachar El-Assad ! Et ce ne serait pas forcément à l’avantage de la diplomatie française dont le premier responsable nous a dit qu’il « ne mériterait pas d’être sur la terre » (le tyran, notez bien, pas le ministre !)

Avec des yeux plus critiques, on remarque encore que le cri d’indignation de la vedette libanaise rejoint aussi, et fort à propos, sa pratique professionnelle. L’image qui accompagne sa « déclaration de guerre » sur les réseaux sociaux (celle qui est en tête de ce billet, récupérée chez l’irremplaçable Angry Arab) est en effet une reprise du dernier clip promotionnel tourné par un réalisateur français internationalement reconnu, pour le compte de Rotana, très grosse société de production audiovisuelle propriété du prince et milliardaire saoudien Walid Bin Talal. En effet, qui a déjà vu la vidéo en question (voir ci-dessous) reconnaît tout de suite que le morceau de drapeau dans l’angle gauche de l’image est celui-là même que brandit la chanteuse et qui porte fièrement en devise : Ensemble, nous ferons la liberté (معا نصنع الحرية) !

Sortie il y a quelques mois, Mon pays me manque cruellement (وحشاني بلادي), la dernière chanson de Carole Samaha, délivre sans aucun doute un étonnant message politique. Tourné quelque part dans le désert pas très loin des pyramides (avec tout de même 500 figurants paraît-il), le clip montre, dans sa première partie, une foule d’émigrés/émigrants traînant leurs valises dans le désert sous un soleil qu’on imagine de plomb. Rythmée par des gros plans sur la chanteuse, la présence de la foule devient progressivement plus dense, plus serrée. Jusqu’à l’apparition (2’35) de l’étendard blanc avec son slogan déjà commenté à propos de la fameuse liberté construite collectivement… En quelques secondes, l’ambiance bascule : le tempo devient allègre tandis que les mouvements synchrones des danseurs remplacent le long piétinement de ceux qui erraient dans les sables. Joyeusement, la foule des révoltes arabes (conduite par la vedette naturellement!) dévale la colline pour s’attaquer à un mur [slogan écrit dessus que je n’ai pas réussi à déchiffrer, avis aux amateurs !3’33]… Sur fond d’embrassades joyeuses, ledit mur tombe, comme celui de Berlin en attendant cet autre qui scarifie la Palestine, comme doit le penser plus d’un dans la région en voyant ces images…

Etonnante parabole politique, d’autant plus surprenante qu’elle n’a guère de rapport avec le message initial de la chanson (paroles en arabe ici, la musique est l’intro, écrite par le grand compositeur Mohammed Abdel-Wahhab, pour Laylat hubb, célèbre chanson d’Oum Koulthoum), laquelle se contente d’évoquer la cruelle nostalgie pour la lointaine patrie. Jusqu’à présent la vedette libanaise ne s’est pas confiée sur les raisons qui l’ont poussée à abandonner le registre de la distraction légère pour épouser la cause arabe… Qu’il soit totalement sincère ou non, cet engagement s’inscrit cependant dans la grande tradition de la chanson arabe en tant que véhicule privilégié de l’expression politique populaire comme de nombreux billets ont pu l’évoquer déjà sur ce blog.

Une tradition qui n’a jamais été aussi vivace comme il est facile de le constater. Pour s’en tenir aux seules dernières semaines, on a pu assister, en se tenant aux seuls interprètes syriens et libanais, aux commentaires politiques de Ziad Rahbani, le « barde de Bachar » comme a osé titrer un article de L’Immonde du quotidien Le Monde, mais aussi à ceux de Fadel Shaker, l’ex-crooner de Saïda devenu zélateur d’Ahmad el-Assir, un imam radical aujourd’hui en fuite, sans oublier ceux d’Asala, ancienne favorite du régime Assad aujourd’hui passée dans le camp de la révolte, non plus que ceux de Majida el-Roumi qui, à peine reconnue par la France comme « l’incarnation de l’idéal patriotique libanais » a eu la fâcheuse idée de couvrir d’éloges les autorités de Bahreïn pour leur lutte contre les forces de l’obscurantisme (article en arabe). Une lutte assurément vigoureuse et à laquelle leurs voisins saoudiens ont accordé leur royal soutien qui, pour une fois, n’était pas seulement moral puisque leurs forces de police ont participé à la répression des rebelles locaux…

(à suivre la semaine prochaine)

Le discours du dictateur : Mahmoud Darwich for ever

cover.indd

Certes, elles n’ont plus aujourd’hui l’aura qu’elles avaient encore il y a quelques années… Mais il est tout de même étonnant de constater que les grandes voix poétiques arabes se tiennent à distance, très critique, des soulèvements arabes. Au Bahreïn, Qassim Haddad, auteur avec Amin Saleh en 1984 d’un manifeste qui fut une véritable « révolution » poétique, n’est guère sorti de son silence que pour condamner, au tout début des événements, les excès des révolutionnaires (référence en arabe). Réticent vis-à-vis de ce qu’on appelle le « printemps arabe », Adonis l’est encore plus par rapport à « ce qui se passe en Syrie et qu’on appelle révolution [et qui] n’en est pas une. Il se passe des choses contraires au principe même d’une révolution. » Mais c’est encore « le dernier communiste », l’Irakien Saadi Youssef, qui est le plus cruel avec son poème se moquant des poules caquetant « Printemps arabe, Printemps arabe ! »

Qu’aurait pensé de tout cela Mahmoud Darwich, disparu au début du mois d’août, il y a cinq ans déjà ? Quel parti aurait-il pris dans ces soulèvements qui laissent si peu de place, en apparence du moins, à la question palestinienne ? La réponse se trouve dans les écrits qu’il a laissés, et dans les lectures qu’ils susciteront, longtemps encore. Certains textes plus que d’autres, à certains moments et dans certaines circonstances.

Ces Discours versifiés du dictateur (خُطب الديكتاتور الموزونة) en particulier. Composés à Paris entre 1986 et 1987 pour la revue Al-Yawm al-sâbi’, ils dénonçaient une situation politique qui pouvait caractériser plus d’un pays arabe, même si le régime syrien s’était alors senti visé au point que ces poèmes n’y circulaient que sous le manteau… A cause de ce vers, peut-être, trop évocateur de la base clanique et confessionnelle du pouvoir des Assad ? « Je vous choisirai, un à un, de la lignée de ma mère, de ma doctrine… » سأختاركم،واحداً واحداً، من سلالة أمى ومن مذهبي

Publiés dans de rares numéros de revue (Al-Karmel – nouvelle série – en 2011 par exemple) ou encore sur des sites Internet comme celui du quotidien égyptien Al-Watan, ces poèmes viennent de connaître leur première véritable édition (illustration du haut) par une maison d’édition de Haïfa, Al-Râya, en partenariat avec la Fondation Mahmoud Darwich.

Grâce à l’aide amicale de Houda Ayoub, je vous propose la traduction du premier de ces huit « textes/poèmes » ! Le texte a été édité le mieux possible, en fonction des différentes versions disponibles sur la Toile et donc légèrement différent par rapport à la lecture qu’en donne – vidéo à la fin du billet – le poète lui-même. Sa récitation, où se devine sa moquerie amère de l’enflure verbale des dictateurs d’hier et d’aujourd’hui, est introduite ainsi : Extraits du discours du dictateur arabe qui m’a chargé de l’écrire pour lui, et en son nom…)


خطاب الجلوس – Discours de l’accession au trône

سأختار شعبي
Je choisirai mon peuple
سأختار أفراد شعبي
Je choisirai les personnes de mon peuple
سأختاركم، واحداً واحداً، من سلالة أمى ومن مذهبي

Je vous choisirai, un à un, de la lignée de ma mère, de ma doctrine
سأختاركم كى تكونوا جديرين بي
Je vous choisirai afin que vous soyez dignes de moi
إذن، أوقفوا الآن تصفيقكم كى تكونوا جديرين بي
Alors, arrêtez maintenant d’applaudir afin que vous soyez dignes de moi…
وبحبي
De mon amour.
سأختار شعبى سياجاً لمملكتى، ورصيفاً لدربي
Je choisirai mon peuple, comme une enceinte à mon royaume, comme un bas-côté à mon chemin
قفوا أيها الناس أيها المنتقون كما تنتقى اللؤلؤة
Debout, vous que j’ai triés comme on le fait de perles !
لكل فتى امرأة

À chacun une promise
وللزوج طفلان فى البدء يأتى الصبي
À chaque couple deux enfants, le garçon en premier
وتأتى الصبية من بعد لا ثالث وليعم الغرام
La fille par la suite, sans troisième, et que prospère l’amour…
على سنتى، فأحبوا النساء ولا تضربوهن
Selon ma loi ! Alors, aimez les femmes et ne les frappez point…
إن مسهن الحرام
si quelque impureté vient à les toucher
سلام عليكم سلام سلام
Que la paix soit sur vous !
سأختار مَن يستحق المثول أمام مدائح فكري
Je choisirai celui qui méritera de comparaître devant les louanges de ma pensée
ومن يستحق المرور أمام حدائق قصري
Celui qui méritera de passer devant les jardins de mon palais
قفوا، أيها الناس حولي خاتم
Tenez-vous tous autour de moi comme une auréole
لنصلح سيرة حواء نصلح أحفـاد آدم
Pour que nous révisions la destinée d’Ève, la destinée des descendants d’Adam
سأختار شعباً محباً، وصلباً، وعزباً
Je vous choisirai, peuple aimant, solide et doux
سأختار أصلحكم للبقاء وأنجحكم فى الدعاء لطول
Je choisirai celui d’entre vous qui sera le plus apte à rester, le plus habile à souhaiter longue vie
جلوسي
à mon trône
فتباً لما فات من دولٍ مزقتها الزوابع
Au diable les États qu’ont déchirés les tempêtes
لقد ضِقت ذَرعاً بأمية الناس، يا شعب يا شعبى الحر
Je me suis lassé de cette ignorance des gens ! Peuple ! Ô mon peuple libre
فاحرس
Alors, soit le gardien…
هوائي من الفقراء، وسرب الذباب وغيم الغبار
De l’air que je respire, contre les pauvres, les essaims de mouches, les nuages de poussière
ونظِّف دروب المدائن من كل حافٍ، وعارٍ، وجائع
Nettoie les chemins des cités, des va-nu-pieds, des miséreux, des affamés
فتباً لهذا الفساد، وتباً لبؤس العباد الكسالى
Au diable la corruption, au diable la misère des créatures oisives
سأختار شعباً من الأذكياء، الودودين، والناجحين
Je choisirai un peuple fait de personnes intelligentes, aimantes, brillantes
وتباً لوحل الشوارع
Au diable la boue des chemins
سأختاركم وفق دستور قلبي
Je vous choisirai selon la charte de mon cœur
فمَن كان منكم بلا علةٍ فهو حارس كلبي
Et celui qui est sans défaut sera le gardien de mon chien
ومَن كان منكم طبيباً أُعيِّنه سائساً لحصاني الجديد
Et celui qui sait soigner tiendra la bride de mon nouveau cheval
ومَن كان منكم أديباً أُعيِّنه حاملاً لاتجاه النشيد
Et celui qui sait écrire ouvrira le chemin de l’hymne
ومَن كان منكم حكيماً أُعيِّنه مستشاراً لصك النقود
Et celui qui sait juger deviendra contrôleur de la monnaie
ومَن كان منكم وسيماً أُعيِّنه حاجباً للفضائح
Et celui qui est bien fait sera préposé aux scandales
ومَن كان منكم قوياً أُعيِّنه نائباً للمدائح
Et celui qui est robuste sera le délégué aux éloges
ومَن كان منكم بلا ذهبٍ، أو لآلئ فلينصرف
Et celui qui n’a ni or ni perle, celui-là qu’il disparaisse !
ومَن كان منكم بلا ضجر ومواهب فلينصرف
Et celui qui ne connaît ni l’ennui ni le talent, celui-là qu’il disparaisse !
فلا وقت عندى للقمح والكدح ولأعترف
Je n’ai de temps ni pour le blé, ni pour le labeur, et sache
يا شعبي المنتقَى بيدىَّ
Ô mon peuple, mon peuple choisi de mes propres mains
بأني أنا الحاكم العادل
Que je suis le Bon Maître
أنا الحاكم المتسامح والعادل
Je suis le maître clément et juste
كرهت جميع الطغاة لأن الطغاة يسوسون شعباً من الجهلة
J’ai pris en haine les tyrans car ils sont à la tête de peuples d’ignorants
ومن أجل أن ينهض العدل فوق الذكاء المعاصر لا بد من
Pour que la justice se lève en ces temps subtils, il faut
برلمان جديد، ومن أسئلة
Un nouveau parlement, et des questions
ومنها من الشعب، يا شعب، هل كل كائن
Ainsi : qui est le peuple, cher peuple ? N’importe qui
يُسمى مواطن؟
peut-il être qualifié de « citoyen » ?
تُرى هل يليق بمن هو مثلي أن يقود لصا وأعمى وجاهلا؟
À ton avis, est-il convenable qu’une personne comme moi commande voleurs, aveugles et ignorants ?
وهل تقبلون لسيدكم أن يُساوي ما بينكم أيها النبلاء
Acceptez-vous que votre maître vous traite, vous les nobles,
وبين الرعاع؟ اليتامى؟ الأرامل؟
Comme la racaille ? Les orphelins ? Les veuves ?
وهل يتساوى هذا الفيلسوف مع المتسول؟ هل يذهبان إلى
Et que ce philosophe et le mendiant soient sur un pied d’égalité ? Iront-ils…
الاقتراع معاً كي يقودالعوام سياسة هذا الوطن؟
Voter ensemble pour que la plèbe gouverne la politique de cette nation ?
وهم أغلبيتكم أيها الشعب، هم عددٌ لا لزوم له إن أردتم
Car ils sont la majorité, ô peuple, et nul besoin d’un tel nombre si vous voulez
نظاماً جديداً لمنع الفتن
Un nouveau régime pour prévenir la discorde
سأختار أفراد شعبي
Je choisirai donc les personnes de mon peuple
سأختاركم واحداً واحداً كى تكونوا
Je vous choisirai, un à un, afin que vous soyez…
جديرين بى، وأكون جديراً بكم
Dignes de moi, et que je sois digne de vous
سأمنحكم كل الحقوق
Je vous accorderai tous les droits
سأمنحكم حق أن تخدموني
Je vous accorderai le droit de me servir
وأن ترفعوا صُوَري فوق جدرانكم
De dresser mon portrait haut sur les murs
فهذا حق لكم
Car tel est votre droit
ومن حقكم أن تشكروني لأني رضيت بكم أمة لي
Il est de votre droit de me remercier de bien vous vouloir comme nation
ومن حقكم أن تتملوا ملامح وجهي فى كل عام جديد
Il est de votre droit de vous délecter des traits de mon visage, à chaque an nouveau
سأمنحكم كل حق تريدونه
Je vous accorderai tout droit que vous souhaitez
حق البكاء على موت كلب شريد
Le droit de pleurer la mort d’un chien errant
وحق الكلام عن السيرة النبوية فى كل عيد
Le droit d’évoquer l’exemple du prophète à chaque fête
وحق الذهاب إلى البحر فى كل يوم
Le droit d’aller à la mer tous les jours
لكُم أن تناموا كما تشتهون على أي جنب تريدون ناموا
Le droit de dormir comme vous le souhaitez, de dormir du côté qu’il vous plaira
لكم حق أن تحلموا برضاي وعطفي
Vous avez le droit de rêver de me satisfaire, d’obtenir mes bonnes grâces
فلا تفزعوا من أحد
Ne craignez personne
سأمنحكم حقَّكم فى الهواء، وحقكم فى الضياء، وحقكم
Je vous accorderai votre droit à l’air, à la lumière
في الغناء
au chant
سأبني لكم جنة فوق أرضي كُلوا ما تشاءون من طيباتي
Je vous construirai un paradis sur ma terre, mangez tout ce qui vous plaira de mes délices
ولا تسمعوا ما يقول ملوك الطوائف عني
N’écoutez pas ce que disent de moi les roitelets
وأني أحذركم من عذاب الحسد
Je vous mets en garde contre les tourments de la jalousie
ولا تدخلوا فى السياسة إلا إذا صدر الأمر عني
Et ne vous mêlez pas de politique, sauf si l’ordre vient de moi
فإن السياسة سجني
Car la politique est prison mienne
هنا الحكم شُورى، هنا الحكم شُورى
Ici, le gouvernement est concertation
أنا حاكم مُنتخَب
Je suis le dirigeant élu
وأنتم جماهير مُنتخِبة
Et vous êtes les masses électorales
ومِن واجب الشعب أن يلمس العتبة
Il appartient au peuple de quémander au seuil de la porte
وأن يتحرى الحقيقة ممن دعاه إليه، اصطفاه، حماه من
De s’enquérir de la vérité auprès de celui qui l’a convié, qui l’a favorisé, qui l’a protégé…
الأغلبية، والأغليبة مُتعِبة مُتعبَة
De la majorité, et la majorité est fatigante et fatiguée
ومِن واجب الشعب أن يتبرأ من كل فرد نَهَب
Il est du devoir du peuple de renier celui qui aura pillé,
وغازل زوجة صاحبه، أو زنى، أو غَضب
qui aura courtisé la femme de son maître, qui aura commis l’adultère, qui se sera livré à la colère
ومِن واجب الشعب أن يرفع الأمر للحاكم المُنتخَب
Il est du devoir du peuple de soumettre toute affaire à son dirigeant élu
ومن واجبي أن أوافق، من واجبي أن أُعارِض
A moi d’accepter d’être d’accord ou de m’opposer
فالأمر أمري، والعدل عدلي، والحق ملك يدىَّ
La décision me revient, la justice est mienne, le droit m’appartient
فإما إقالته من رضاي
Soit on est banni de mes faveurs
وإما إحالته للسراي
Soit on est traîné chez le gouverneur
فحق الغَضَب
Car le droit de se livrer à la colère
وحق الرضا، لي أنا الحاكم المُنتخَب
Le droit d’être satisfait m’appartiennent, moi, le dirigeant élu
وحق الهوى والطَرَب
Le droit à la passion, à l’ivresse du plaisir
لكم كلكم، فأنتم جماهير مُنتخبة
Sont vôtres, masses élues
أنا الحاكم الحر والعادل
Je suis le dirigeant, libre et juste
وأنتم جماهيري الحرة العادلة
Et vous êtes les masses libres et justes
سننشئ منذ انتخابي دولتنا الفاضلة
Nous créerons, avec mon élection, l’État vertueux
ولا سجن بعد انتخابي، ولا شعر عن تعب القافلة
Plus de prison après mon élection, plus de rimes rabâchées sur la lassitude des caravanes nomades
سأُلغي نظام العقوبات من دولتي، فمَن أراد التأفف، خارج شعبي، فليتأفف
J’abolirai les châtiments ; celui qui veut rouspéter hors de mon peuple, qu’il le fasse !
ومن شاء أن يتمرد خارج شعبي، فليتمرد
Celui qui veut se révolter hors de mon peuple, qu’il le fasse !
سنأذن للغاضبين بأن يستقيلوا من الشعب، فالشعب حر
Nous consentirons à ceux qui sont en colère de démissionner du peuple, car le peuple est libre
ومن ليس مني ومن دولتي، فهو حر
Il est libre, celui qui n’est pas de moi, et qui n’est pas de mon État
سأختار أفراد شعبي، سأختاركم واحداً واحداً
Je choisirai les personnes de mon peuple, je vous choisirai, un à un
مرة كل خمس سنين
Une fois tous les cinq ans
وأنتم تزكوننى مرة كل عشرين عاماً إذا لزم الأمر، أو مرة
Et vous me confirmerez une fois tous les vingt ans s’il le faut, ou bien une fois…
للأبد
Pour l’éternité !
وإن لم تريدوا بقائي، لا سمح الله، إذا شئتم أن يزول البلد
Et si vous ne voulez pas que je reste – à Dieu ne plaise ! Si vous voulez la perte du pays
أعدت إلى الشعب ما هبّ أو دبّ من سابق الشعب كي أملك
Je ramènerai le peuple à la populace d’avant pour me garder
الأكثرية، والأكثرية فوضى
la majorité, et la majorité est anarchie faute de chef
أترضى، أخى الشعب! أترضى بهذا المصير الحقير أترضى؟
Voudrais-tu, mon peuple mon frère, voudrais-tu d’un destin si lamentable ?
معاذك
À toi ne plaise !
فقد اخترتُ شعبي واختارني الآن شعبي
J’ai choisi mon peuple et mon peuple m’a maintenant choisi
فسيروا إلى خدمتي آمنين
Vaquez en paix à mon service
أذنت لكم أن تخروا على قدمىَّ ساجدين
Je vous permets de vous jeter à mes pieds
فطوبى لكم، ثم طوبى لنا أجمعين
Heureux soyez-vous, heureux soyons-nous tous !

https://www.youtube.com/watch?v=ULcmCXmDYZE