Bassem Youssef + Hishem Fageeh = révolution culturelle

femmesksa

Révolution ou non ? La question ne cesse d’être débattue dans le monde arabe depuis le déclenchement des soulèvements populaires à la fin de l’année 2010. A dire vrai, ce n’est pas un très bon signe de constater que les interrogations demeurent sur la nature de ces mouvements. Certains, d’ailleurs, les considèrent comme de simples coups d’Etat, et même comme des contre-révolutions, plus ou moins manipulées de l’étranger. Trois ans plus tard, la situation est toujours aussi complexe et il faut admirer ceux qui continuent à se croire en mesure de lire – voire de prédire – les évolutions du moment.

Néanmoins, dès que l’on s’écarte un peu des premiers rangs de la scène politique, il est parfaitement évident que le monde arabe est le théâtre, back stage, d’une indiscutable « révolution culturelle ». Pour s’en convaincre, il suffit de constater l’incroyable impact, non seulement en Egypte mais aussi dans tout le monde arabophone, du retour à l’antenne de Bassem Youssef (article, de loin le plus intéressant de ce qui a été écrit en français sur la question, par Claire Talon : c’est gratuit et ça se trouve sur orientxxi.info, un site déjà devenu indispensable)… Attendue depuis des semaines car son show aurait dû reprendre avec la fin de ramadan, cette rentrée des classes d’un humoriste dont la célébrité est indissociable des changements politiques qu’a connus son pays est en soi un prodigieux événement culturel : qui aurait pu penser, disons il y a seulement dix ans, que le monde arabe accorderait une telle importance aux propos d’un ex-chirurgien en cardiologie devenu star d’une émission télévisée satirique ? Rappelons qu’il y a peu – et l’on trouve encore quelques chaînes et quelques journaux pour leur faire cet honneur –, les grandes figures de référence étaient, tantôt Mohammed Hassanein Heikal, ancien ministre de l’Information de Gamal Abdel Nasser, tantôt, dans une veine à la fois plus populaire et plus subversive, le poète Fuad Nagem. Deux grandes voix, sans aucun doute, mais âgées de 90 ans pour la première et de « seulement » 84 pour la seconde…

« Culturelle », la révolution arabe ne se joue donc pas dans la seule arène politique. Celle-ci a bien entendu toute son importance, mais il faut de plus en plus lui adjoindre d’autres territoires de révolte qui relèvent de ce que l’on place dans ces chroniques, faute de meilleur terme, sous l’enseigne de la « culture » (entendue, naturellement, au sens le plus large du terme). Largement épargnée – in chah Allah ! – par les révoltes populaires dont les échos se font à peine entendre dans quelques-unes des provinces de l’Est du pays, l’Arabie saoudite affronte une autre « guerre civile », qui mobilise une bonne partie de la population contre les excès rigoristes de la « brigade des mœurs » locale. Depuis le tristement célèbre incendie d’une école de filles à La Mecque en 2002 (les victimes n’avaient pu être sauvées par les mâles secouristes car, à cette heure matinale, elles étaient dans un trop simple appareil), la société saoudienne est secouée de rébellions récurrentes qui se nourrissent de petites explosions quand telle ou telle « victime » des excès des zélotes du « pourchas du mal » les ridiculise sur les réseaux sociaux.

Feuilleton à rebondissement lui aussi car elles se succèdent depuis plusieurs années déjà, la dernière (en date) des campagnes visant à permettre aux femmes saoudiennes de conduire leur voiture est devenue, plus encore que les autres, un événement politique. Au sens strict du terme cette fois-ci dans la mesure où les (très modestes) formes organisées de l’opinion publique dans ce domaine se sont fait le relais modeste de cette question dans le débat politique. Mais également et surtout au sens où on l’entend dans ce blog, dans la mesure où la nouvelle sphère politique numérique, celle de la Toile et des réseaux sociaux, intervient désormais en force, et à visage de plus en plus découvert (une métaphore à prendre au pied de la lettre, aussi bien pour les femmes ôtant leur voile que pour les hommes affrontant une possible répression en sortant de l’anonymat).

Icône – un terme clé lui aussi – des vedettes des stand-up comedies diffusées sur YouTube (ceux que la question intéresse trouveront l’article que j’ai écrit sur cette question dans le très bon volume intitulé Jeunesses arabes et édité par L. Bonnefoy et M. Catusse), Hisham Fageeh (هشام فقيه) vient de proposer, via la société productrice, Telfaz11, une vidéo qui « fait le buzz » d’une manière tout simplement… révolutionnaire ! Pastichant une chanson de Bob Marley, celui qui se définit dans ce clip, il faut s’y arrêter, comme un artist and social activist, propose, en anglais, sa version, en apparence très islamiquement correcte puisque non instrumentalisée (!), du célèbre No Woman, No Cry. Devenue No Woman, No Drive, le clip est un savoureux pastiche, parfaitement dans le ton de Bassem Youssef, de l’argumentaire islamico-machiste développé pour interdire aux femmes de prendre le volant.

Bassem Youssef, Hisham Fageeh, et bien d’autres social activits : le combat de la culture numérique continue ! Thawra raqmiyya mustamirra (Révolution numérique permanente) dira-t-on, pour pasticher à notre tour ce qui se crie dans les rues du Caire et d’ailleurs…

Le droit de retrait : Mohamed Hashem, l’éditeur du Merit

Ce billet sera très court. La nouvelle qu’il faudrait commenter aujourd’hui soulève tellement d’interrogations qu’il paraît impossible de le faire « à chaud », surtout si, comme c’est le cas actuellement, le temps manque un peu… Et puis il y aurait presque quelque chose d’indécent à couvrir de paroles plus ou moins oiseuses une telle décision.

Après des années de combat, l’éditeur Mohamed Hashem annonce (sur les réseaux sociaux, naturellement !) sa décision de quitter l’Egypte. Celui qui a fondé en 1998 une maison d’édition, « Merit », qui s’est rapidement imposée comme une des plus importantes du monde arabe par sa qualité, mais surtout celui que beaucoup considèrent comme « l’âme de la révolution » réclame pour lui, au vu de ce qui se passe aujourd’hui en Egypte (et probablement dans la région) une sorte de « droit de retrait »: il lui faut s’éloigner, partir, prendre de la distance…

Ce geste est d’une immense importance symbolique. Il faudra y revenir. Pour l’heure, on se contente donc de prendre acte d’une décision qui est bien plus qu’un choix personnel mais sans doute, et surtout, un appel à réfléchir.

Mohamed Hashem

Sur un coup de tête ! L’art moderne au Qatar

zidane Mathaf-Museum-of-Modern-Arab-Art-Doha-Qatar-166

Nathat zaydan ! (نطحة زيدان) : pour évoquer le geste « historique » de Zinédine Zidane lors de la mémorable finale du Mondial 2006, la très riche langue arabe possède un mot, natha, tiré de la racine qui signifie donner un coup de tête, ou de corne. Au Qatar, c’est ainsi qu’on parle du célèbre « coup de boule » dû au sculpteur d’origine algérienne Adel Abdessemed, en tout cas parmi les locuteurs arabophones (qui ne sont pas si nombreux puisqu’ils restent minoritaires dans ce petit pays, même en y ajoutant les immigrés des pays arabes).

zidanestatueUn temps érigée sur le parvis du Centre Pompidou, l’énorme masse de bronze de cinq mètres de haut est appelée à couler désormais des heures ensoleillées sur la corniche de Doha. Un voyage qui ne lui a rien fait perdre de son « capital de provocation » puisque, après les protestations de nombre de personnalités du foot français, choquées de voir figé dans l’éternité le geste le plus regrettable de la carrière de cet « immense joueur », ce sont maintenant les Qataris qui se mobilisent.

Sur Twitter et Facebook, ils ont été un certain nombre à protester contre cette installation sur la base d’un argumentaire moralisateur là encore : pourquoi immortaliser de la sorte un geste qui n’a rien de glorieux ? Tant qu’à ériger des statues, n’y avait-il pas d’autres figures plus nobles qu’il aurait mieux valu célébrer pour l’édification des populations locales ? Et comme on est sur une terre musulmane où l’on se targue d’une interprétation stricte du dogme, il n’a pas manqué de voix pour protester, sur un mode plus véhément, contre ces idoles, très peu halal, qu’on se sent obligé d’acheter fort cher à l’étranger – le prix de la transaction n’est pas connu… Dans le style ramassé propre aux réseaux sociaux, cela donne des propos du type : Qu’on donne un micro à [cheikh] Shaarawi pour qu’il nous dise ce qu’il pense du vin, des églises, des fêtes [païennes], des distractions et des idoles, on a besoin de sa franchise ! Heureusement, tous les Qataris ne sont pas suffisamment férus d’art contemporain pour savoir que ce que les connaisseurs apprécient parmi les œuvres d’Abdel Abdessemed, c’est moins l’évocation de l’énorme coup de tête du Mondial 2006 que l’étonnante reprise du célèbre rétable d’Issenheim, un Christ en croix du début du XVe siècle qu’on est pas près de voir trôner en majesté dans les rues d’une capitale arabe !zidaneAbdessemedDécor

Il faut reconnaître que l’affaire de la statue de Zizou a fait long feu. De toute manière, c’est rarement le cas des mouvements d’opinion dans un pays où l’art contemporain peine encore à galvaniser les foules qui disposent pourtant de musées richement dotés. Mais cela ira sans doute mieux dans quelques années avec la tenue du Mondial en 2022 et l’on peut imaginer que, comme à Beaubourg, se faire tirer le portrait sous les pieds des deux célèbres footballeurs sera un des musts du voyage pour les hordes de supporters venus communiquer dans la chaleur des stades (c’est le cas de le dire compte tenu du climat local)… Du moins si le fameux Mondial est bien maintenu au Qatar car un malheur ne venant jamais seul, c’est la grande célébration du foot dont on voudrait désormais priver le célèbre Emirat après qu’une grande lassitude a contraint son monarque à passer la main à son fils en juin dernier. Un changement de coach qui a entraîné un remaniement de l’équipe ministérielle puisque l’ancien Premier ministre a lui aussi été remercié.

Il n’y a pas eu de changement en revanche du côté des très nombreux conseillers qui veillent au lustre de l’Emirat, à savoir la très ambitieuse politique d’investissements culturels qu’il mène, à l’image d’autres pays de la région tels les Emirats (voir ce billet). Comme on l’a vu la semaine dernière, le marché international de l’art continue, plus que jamais, à miser sur le Golfe. D’ailleurs, parmi les conseillers de la grande prêtresse dans ce domaine, cheikha Al-Mayassa bint Hamad bin Khalifa Al-Thani, fille de l’ex-émir du Qatar et sœur de l’actuel, on trouve (comme on l’apprend dans ce portrait diffusé il y a quelque temps sur France Culture), un trio d’experts venus tout droit de chez Christie’s.

Ami du Qatar quels que soient les régimes, l’Etat français y place ce qu’il a de meilleur : son industrie de pointe dans l’armement, ainsi que les productions de ses artistes, parfois immigrés même. A l’époque où Paris accueillait Adel Abdessemed, jeune Algérien fuyant les sombres années que connaissait alors son pays (Ahmed Asselah, le directeur de l’école des Beaux-Arts d’Alger devait en être une des nombreuses victimes), un autre jeune créateur venu lui d’Extrême-Orient s’installait aussi en France. Yan Pei-Ming, célèbre depuis lors pour ses grands formats. C’est lui aussi un artiste très coté à Doha.

Ceux qui ont eu la chance de visiter le musée d’art d’islamique dessiné par l’architecte Ming Pei ne peuvent avoir manqué, dans l’entrée, le double portrait – ils doivent y être encore ! – de l’ex-émir, Hamad ben Khalifa al-Thani, et de son épouse favorite (il en a trois), la cheikha Mozah. Gentille surprise réservée par la princesse Mayassa à ses parents lors de l’inauguration de ce bâtiment de plus de 300 millions de dollars (voir cet article dont est tirée l’illustration du haut), ce double portrait est bien dans le style de cet artiste acclamé sur tous les marchés et qui a récemment eu l’honneur d’une exposition au Qatar Museum Authority. Sous le titre Peindre l’histoire, une centaine d’aquarelles de Yan Pei-Ming ont ainsi proposé, l’hiver dernier, une sélection d’« icônes » de la modernité arabe, hommes politiques mais aussi chanteurs, comédiens, écrivains qui ont fait l’histoire de cette région.

Comme l’explique le site du musée, Nasser voisine ainsi avec Arafat et Fairouz dans cette sorte de panthéon local. Un aimable pêle-mêle comme on disait autrefois, où le poète Adonis dialogue avec Omar Sharif. qaddafiyanpeimingL’art est libre, naturellement, mais on imagine toutefois que le peintre d’origine chinoise a dû recevoir quelques conseils pour procéder à cette sorte de « sélection internationale » arabe des visages les plus marquants de l’époque. Et si le Figaro fait preuve d’une grande impertinence pour noter que, dans cette saga, le Qatar apparaît « comme le moteur des révolutions », on notera que, dans le monde arabe, c’est le portrait de la mort misérable du Libyen Moammar Qaddafi, avec des airs de saint Sébastien, qui a suscité, dans le monde arabe et ailleurs, quelques murmures discrets de réprobation.

Mise à jour au 31 octobre : les conservateurs auraient gagné et imposé « l’enlèvement du sérail » de la statue ! http://www.middle-east-online.com/english/?id=62290

L’art et la guerre : le cas syrien

TAMMAM-AZZAM-KLIMT-KISS-570

En Syrie, la scène artistique locale se présentait d’une manière assez remarquable quelques mois encore avant les soulèvements de février 2011. Associée aux débuts de la modernité arabe dès la seconde moitié du XIXe siècle et soutenue durant la période baathiste par de forts investissements de la part des autorités politiques, Damas était devenue symboliquement la « capitale culturelle » du monde arabe pour l’année 2008 (billet de l’époque). En réalité, la culture y était déjà « en crise ».

Non pas parce que les artistes syriens se rebellaient contre le pouvoir tant cette attitude est en théorie la norme pour la plupart des créateurs dans la région (dans la pratique, c’est naturellement un peu différent). Mais bien davantage parce que ce qui se passait dans ce pays mettait en évidence les modifications en profondeur du statut de la création. Ce qui se jouait en Syrie sur le plan culturel durant les années qui ont précédé la contestation du régime syrien, ce n’était donc pas toujours une lutte pour la liberté de créer mais aussi, dans ce cas précis en tout cas, une lutte pour la « liberté d’entreprendre », y compris au sens économique de l’expression.

Très investi d’enjeux qui dépassaient le cadre national de ce pays, le marché de l’art syrien, comme on l’avait évoqué à l’époque (ancien billet ici), posait de manière particulièrement évidente à la fois la question de son modèle économique et celle de son rôle social. En effet, la polémique opposant, d’un côté, quelques artistes (plutôt minoritaires et appartenant souvent aux générations les plus âgées) et, de l’autre, certains opérateurs privés en passe de « révolutionner » le monde de la création plastique permettait de comprendre que différentes conceptions de l’art et de sa mission, reposant sur des intérêts variés eux aussi, s’affrontaient brutalement.

Cette opposition frontale, on l’avait évoquée alors en proposant en traduction l’intervention dans le quotidien Al-Safir d’un des plus grands artistes locaux, Youssef Abdelké. Intitulé « Un art sans frontières », cette diatribe, assez violente, posait la question du devenir de la création plastique syrienne et plus largement arabe au moment où l’action de quelques intermédiaires privilégiés, tel le galeriste Khaled Samawi, permettait son intégration au sein du marché globalisé de l’art (billet sur ce sujet écrit à la suite).

Alors qu’on se demande comment la Syrie sortira – et dans quel état – de la spirale de violence qui l’entraîne depuis bientôt trois ans, que sont devenus les protagonistes de l’époque ? Peut-on encore leur prêter un peu d’attention dans un pays désormais ravagé par la guerre ? Oui, plus que jamais, ne serait-ce que pour constater combien les événements qui se sont déroulés depuis permettent une intéressante lecture rétrospective des positions qu’ils avançaient à l’époque. Mais également parce que le contexte actuel montre que les oppositions qu’on aurait pu croire simplement « esthétiques » participaient déjà d’un affrontement plus vaste, qui n’allait pas tarder à paraître au grand jour, entre différentes représentations, rivales et même antagonistes, du « monde arabe » et de sa place dans le système mondial.

Youssef Abdelké, on a eu l’occasion de l’évoquer dans ces chroniques, à l’occasion de son arrestation en juillet 2013, puis de sa libération à la fin du mois d’août. La traduction d’un entretien paru, là encore, dans Al-Safir, aura permis, du moins on l’espère, de mettre en lumière toute l’importance de cette figure artistique et politique exceptionnelle, depuis son tout premier engagement contre le régime, au temps de Hafez El-Assad et de ses prisons, jusqu’à la Syrie d’aujourd’hui, que Youssef Abdelké se refuse à quitter et où il continue à s’associer à des forces d’opposition qui luttent contre la dictature du régime avec presque autant d’énergie qu’elles condamnent les courants qui ont emprunté les voies de la révolte armée.

Voici donc venue l’occasion de revenir sur l’autre figure du débat qui avait défrayé la chronique culturelle arabe durant l’été 2010, à savoir Khaled Samawi, revenu en 2001 dans son pays natal (juste après l’accession au pouvoir de Bachar) pour se lancer dans des activités qui y transformaient en profondeur les données matérielles de la création plastique. Après Damas en 2006, l’ancien banquier d’affaires en Europe a ainsi ouvert de nouveaux lieux d’exposition à Beyrouth puis à Dubaï, afin de donner plus d’ampleur à son projet visant à promouvoir l’art contemporain syrien et plus largement arabe. Un art, sous-évalué artistiquement (et financièrement), qui pouvait se voir reconnaître sa vraie place pour peu qu’on y investisse de manière avisée, en amont, du côté des créateurs en leur offrant des conditions de vie décentes, et bien entendu en aval, en améliorant la diffusion pour que ces œuvres gagnent en cote dans les circuits internationaux du marché de l’art.

Inaugurée fin décembre 2010 avec une exposition de Safouan Dahoul (صفوان داحول), un des artistes phares de la maison, la branche cairote des galeries Ayyam, pourtant à l’abri dans les beaux quartiers de Zamalek, n’allait survivre que quelques mois à la chute de Moubarak. Pour ce qui est de la Syrie, on a pu croire pendant longtemps que les combats qui faisaient rage dans le pays resteraient sans conséquences directes pour le plus actif des marchands d’art locaux. Seule galerie encore ouverte dans le pays, Khaled Samawi présentait en septembre 2011 « Damas 2012 », une exposition qui associait quatre jeunes plasticiens locaux réunis dans une même dénonciation du « complot » nord-américain à l’encontre de leur pays.

Cette position favorable dans les faits à la politique du régime – et bien dans la ligne des bonnes relations qu’il entretenait avec la nomenklatura locale depuis son retour une décennie plus tôt –, n’allait pas toutefois se prolonger. Réussissant à faire exporter, dans un pays déjà ravagé par la guerre, des dizaines de milliers d’œuvres, Khaled Samawi déplaçait l’essentiel de ses activités à l’étranger, surtout aux Emirats où le patronage qu’il offrait déjà en Syrie à de jeunes artistes, plus ou moins salariés (un des reproches que lui adressait autrefois Youssef Abdelké), allait prendre une forme caricaturale puisque c’est au titre d’employés de Ayyam Dubaï – une condition nécessaire pour obtenir un visa de résidence – qu’une quinzaine d’entre eux, parfois avec leurs familles, allaient pouvoir fuir le pays en s’installant aux Emirats.

Un exil hors des frontières syriennes qui allait fatalement entraîner le dirigeant de Ayyam à croiser les chemins de l’opposition. Sans se livrer (du moins à ma connaissance) à des déclarations politiques contre le régime, celui qui jouissait naguère, sans le moindre doute, de sa protection (si ce n’est de ses faveurs) adopte désormais une approche artistique à mille lieues (au propre et au figuré) de « Damas 2010 » et bien plus voisine des positions communément défendues dans le Golfe sur la question syrienne. En partenariat avec Jusoor, une ONG regroupant des expatriés syriens désireux de venir en aide à certains de leurs concitoyens, Ayyam organise ainsi dans quelques jours (avec l’aide de Rafia Koudmani, de la galerie Rafia) des enchères dont les bénéfices iront à des projets éducatifs. Mais surtout, les œuvres exposées chez Ayyam, sans être nécessairement des dénonciations explicites du régime syrien, sont de plus en plus associées à des artistes connus pour leur opposition farouche aux autorités en place.

Le travail d’un plasticien tel que Tamam Azzam en offre le meilleur exemple. Celui qui critiquait, dans un entretien accordé à la revue Al-Jadid, des artistes libanais ou syriens comme Ziad Rahbani ou Adonis parce qu’ils ne rejoignaient pas la révolution et redonnaient, dans les faits, quelque légitimité au régime en place, a connu une étonnante célébrité sur les réseaux sociaux grâce à une œuvre créée début 2013. Produite dans une série associant des chefs-d’œuvre de la peinture occidentale à des images d’effroyables destructions en Syrie, cette reprise du célèbre « Baiser » de Gustav Klimt (reproduction en haut de ce billet) est devenue une sorte d’icône, notamment sur les réseaux sociaux de la révolution (voir par exemple cet article dans le très libéral – au sens nord-américain du terme – Huffington Post). Un constat cynique oblige à le reconnaître : la guerre n’est pas toujours, si on peut l’écrire ainsi, une mauvaise affaire pour les artistes syriens comme l’écrit un article récent du quotidien Al-Hayat. En effet, la sympathie pour les souffrances qu’endure ce peuple profite à certains de ses artistes…

Malgré l’échec de l’expérience égyptienne, la galerie Ayyam, désormais absente de Damas, conserve ses précédents ancrages à Beyrouth et à Dubaï. Mais surtout, deux nouveaux lieux, Londres et… Djeddah en Arabie saoudite, sont venus tout récemment étendre encore un peu « l’empire » du seul galeriste syrien véritablement présent sur le marché international. Faut-il préférer les choix d’un Youssef Abdelké, militant à Damas contre le régime tout en critiquant les dérives de l’opposition, notamment dans sa forme armée, à ceux de Khaled Samawi, désormais réfugié dans la Péninsule arabe d’où il soutient des artistes qui, grâce à lui, font qu’une certaine idée de la Syrie reste encore possible pour l’avenir ? Répondre à cette question relève de l’opinion personnelle et, dans le cadre de ces rubriques, on préfère s’en tenir à la position, trop souvent oubliée, du spécialiste de cette partie du monde auquel il revient de faire connaître, de mettre en contexte, d’expliquer et non pas de prendre parti (en tout cas de façon militante) à la place des acteurs eux-mêmes.

Quelle que soit la réponse, pourtant, un fait demeure, qui prolonge le débat ouvert entre ces deux personnalités sur l’avenir de l’art arabe, en tant que vecteur d’une identité régionale : si, dans la Syrie, ravagée par la guerre, on ne trouve plus que les fantômes du passé, c’est aujourd’hui dans les capitales du pétrole arabe, à Dubaï ou à Djeddah – pointe libérale d’un Royaume sourcilleux sur les règles de la représentation figurative – que se trouvent, paraît-il, les images qui nourriront l’imaginaire du monde arabe de demain…

Sur le même thème, je vous propose de découvrir, en suivant ce lien sur le site Nafas, les portraits en noir et blanc de Jaber El Azmeh, un photographe syrien qui a choisi de mettre en scène une vingtaine d’artistes exprimant leur opposition au régime (on y retrouve Youssef Abdelké, mais aussi Rafia Koudmani)…

orientxxi.info : découvrir un monde arabe différent ?

jazz En ce début du mois d’octobre, un nouveau site est officiellement entré en service, orientxxi.info.

Il se présente ici mais le mieux est d’aller le découvrir vous-même (et de le faire connaître autour de vous) pour vérifier s’il est à la hauteur de ses promesses, à savoir contribuer à mieux faire connaître et à rendre davantage visibles de nouvelles facettes des sociétés arabes, en particulier au sein de la jeunesse.

Un programme auquel CPA ne peut que souscrire totalement et c’est donc sans surprise aucune que vous trouverez quelques-unes de ses contributions, inédits ou non (7 d’après l’index).

Parmi les atouts d’Orientxxi.info, Au fil du web, une rubrique particulièrement originale et novatrice, une sorte de « veille informationnelle » instantanée réalisée par l’équipe (bénévole) du site qui signale, en plusieurs langues et quasi en temps réel, des infos qui lui paraissent pertinentes et pas forcément toujours reprises (certaines sont en arabe, et en général présentées avec un minimum d’explication pour en profiter).

Un grand article par jour (Magazine), des commentaires réguliers sur l’actualité (Lu, vu, entendu), des cartes, des ressources en ligne… Sans compter ce qui reste à inventer !

Bonnes lectures, n’hésitez pas à commenter, à suggérer, à diffuser pour nous faire connaître !…

orientxxi