Divorce à la libanaise : le Sayyid et la Sayyida

feirouz2
Sur un site comme il en existe des milliers sur la Toile, un musicien libanais révèle que sa mère, artiste célèbre elle aussi, « aime beaucoup » le Secrétaire général du Hezbollah. Un entretien mis en ligne le 17 décembre, sous le titre « Ziad Rahbani (…) : J’ai confiance dans la résistance ». On y parle de toutes sortes de sujets, des intempéries dans le pays à la situation en Syrie en passant par la scène médiatique locale. Mais une phrase, une seule, a suffi à déclencher un déluge de protestations, elles-mêmes submergées par un raz-de-marée de répliques indignées : «  Feirouz aime beaucoup le Sayyid Hassan (فيروز تحبّ السيد حسن كثيراً ). Elle va me le reprocher, comme lors de cet entretien pour une télévision où j’avais parlé en public d’affaires privées et où elle m’avait interrompu. (Sourire) »

La belle affaire ! Donc, celle qu’on appelle la Sayyida – un des surnoms de Feirouz, littéralement « Madame », mais qui signifie aussi La Dame, y compris avec l’allusion à la vierge Marie (la chanteuse est née dans une famille chrétienne) – « aime beaucoup », aux dires de son fils, le Sayyid, littéralement « monsieur », mais il s’agit ici du titre donné à un descendant (mâle!) du prophète via ses petits-fils Hassan et Hussein et qui, employé de façon absolue, ne peut référer, sous une forme à la fois admirative et affectueuse, qu’au seul Secrétaire général du Hezbollah. Au vu du tollé suscité par sa déclaration, Ziad Rahbani « en a rajouté une couche » dans une émission de la chaîne Mayadeen (sur cette chaîne, voir ce billet) pour dire que « ceux qui attaquaient le Sayyid [Nasrallah]et la Sayyida [Feirouz] étaient les défenseurs d’Israël ».

Au Liban et ailleurs, la petite phrase du fils de Feirouz est devenue une véritable affaire d’Etat qui continue, deux semaines plus tard, à susciter de nombreux commentaires, en premier lieu chez les personnalités politiques. Ami d’enfance de Bachar El-Assad et héritier d’une famille politique maronite du Nord du pays considérée comme prosyrienne, Soleimane Frangié a ainsi « twitté » son appui à la chanteuse dont le soutien à la résistance « n’est pas étonnant » à ses yeux. Quant à Walid Joumblatt, autre féodal (druze, et dans le Sud cette fois), il a déclaré que la chanteuse était « trop éminente » pour être mêlée aux minables combats politiques du moment. Après Nabih Berri, le Président du Parlement libanais, qui a jugé bon de revenir lui aussi sur la question, le Secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah en personne, y a fait également une allusion transparente dans un discours prononcé le 20 décembre (courte vidéo ici) en ironisant sur la situation libanaise où certains réclament « un gouvernement neutre » (de technocrates) alors que le simple fait que quelqu’un dise apprécier quelqu’un d’autre – en l’occurrence la présumée sympathie de Feirouz pour sa propre personne – fait l’effet d’un tremblement de terre ! »

Bien entendu, les médias sont de la partie, et les réseaux sociaux plus encore. Parmi de très nombreux articles de presse, on doit signaler ceux du Al-Akhbar, qui a sans doute déclenché toute l’histoire en signalant le premier l’entretien de Ziad Rahbani dans un tout petit article en dernière page le 17 décembre. Deux jours après, le quotidien beyrouthin a publié une double-page (et un éditorial) en réponse à des réactions particulièrement violentes dans les médias sociaux. Parmi celles-ci, celle du célèbre éditorialiste Hazem Saghié utilisant sur sa page Facebook l’expression « feu Feirouz » (الراحلة) pour signifier ainsi que son idole d’hier n’existait plus désormais à ses yeux.

Ou encore, toujours sur les réseaux sociaux et sur un mode qui deviendra le principal argument des critiques des propos de Ziad Rahbani, l’argumentation développée par Fawwaz Traboulsi (le 19 décembre). Pour ce politologue et essayiste libanais, figure importante d’une partie de l’extrême-gauche locale (tendance plutôt trotskyste), il est pour le moins étonnant qu’une des plus belles voix arabes affiche son soutien à un religieux qui est « à la tête d’une parti qui interdit d’écouter la musique et les chants, sauf pour ce qui est des chants religieux et militants (hamâsiyya) et qui interdit d’écouter en particulier les chants interprétés par les femmes » (على رأس حزب يمنع الاستماع من الموسيقى والاغاني الا على الاناشيد الدينية او الحماسية وهو يمنع الاستماع خصوصا للاغاني التي تغنيها النساء بعامة). Un argument auxquels le camp opposé répond assez abruptement que « la voix de Feirouz l’emportera sur [celle du] Daash » (l’acronyme des combattants pour l’Etat islamique en Irak et au Levant).

Une semaine plus tard, la réaction de Fawwaz Traboulsi (voir par exemple le commentaire du 24 décembre toujours sur sa page Facebook, en réponse à une autre émission sur la chaîne Al-Mayadeen) fait encore couler beaucoup d’encre et plus encore de flux numériques, mais à cause d’une autre allusion. Il s’agit cette fois de « l’étroite relation » de Feirouz et des Rahbani « avec le gouvernement de la famille El-Assad et le régime bassiste syrien » (صلة وثيقة بحكم بيت الاسد وبالنظام البعثي السوري). Ce qui explique qu’il « n’est pas étonnant que cette vieille relation s’altère en une forme ‘d’amour’ pour le Secrétaire général du parti qui combat aujourd’hui en Syrie pour défendre le régime de la famille et du parti » (فلا عجب ان تنسحب تلك الصلة القديمة «حبّاً» لأمين عام الحزب الذي يقاتل الآن في سورية للحفاظ على نظام الاسرة والحزب).

feirouzOn pourrait ajouter à ce dossier bien d’autres éléments encore, ce qui naturellement incite à s’étonner – ou même à se désespérer – de voir les « meilleurs esprits » du pays et de la région se perdre ainsi en considérations oiseuses sur les choix politiques d’individus qui ne sont, après tout, que de simples vedettes de la chanson, surtout à un moment où il y a tant de raisons d’intervenir sur des sujets autrement plus graves. Mais ce serait ignorer le fait que ces échanges en apparence futiles dans le champ artistique et culturel sont précisément l’expression, ou encore le prolongement, des combats politiques. Bien entendu, autour des propos attribués à Feirouz par son fils (et résolument démentis depuis par sa sœur Rima !), on retrouve, en rangs bien ordonnés, les partisans du 8 Mars et ceux du 14, ceux qui considèrent que les combats en Syrie sont désormais totalement dominés par une conspiration internationale visant à affaiblir le « front de la résistance » et ceux qui pensent que l’existence de soutiens très douteux, sur le terrain comme dans les chancelleries, n’altère en rien l’authenticité du soulèvement du peuple syrien.

Futile et même désespérante par bien des côtés, cette polémique appelle encore d’autres remarques. On peut ainsi rappeler qu’elle a été provoquée par les propos d’un homme, Ziad Rahbani, dont on se plaisait à rappeler, il y a peu encore (cela veut dire quelques mois, deux ans tout au plus), qu’il symbolisait un certain esprit de révolte, une conscience refusant l’oppression politique, une sorte de modèle avant l’heure de l’esprit insurgé qui souffle depuis sur la région. Pourtant, en Egypte déjà (en mars 2013, à l’occasion d’un concert au Caire boycotté par une partie de la jeunesse révolutionnaire locale) mais plus encore en Syrie où on évoquait dans ce billet un concert donné en août 2008, l’image de Ziad Rahbani est désormais brouillée aux yeux d’une partie importante de son public.

Pour Feirouz, icône du monde arabe – la dernière sans doute car on ne rangera pas Haïfa Wehbé ou Tamer Hosny dans la même catégorie ! – le phénomène est encore plus visible, et même plus troublant. Pour plusieurs générations, depuis son apparition sur la scène arabe au milieu des années 1950 (en bonne partie via Radio Damas!), la diva est l’incarnation vivante d’un âge d’or marqué, entre autres choses, par la  formulation d’un « être arabe » dont la « sensibilité politique » était illustrée par exemple par des chansons offertes à Jérusalem, Damas ou Beyrouth, autant de capitales d’un « être ensemble » rendu possible par un projet commun.

Ceux qui se déchirent aujourd’hui autour des propos prêtés par Ziad Rahbani à sa mère le pressentent, le savent même : briser cette icône qu’est devenue Feirouz, c’est prendre le risque de rompre définitivement avec ce projet, c’est choisir un divorce qui risque fort de rendre impossible à l’avenir toute vie commune. Emportée par la passion, par la haine qui s’est installée sur la douleur des uns et des autres, la conciliation semble néanmoins impossible.

Formons malgré tout des vœux puisque c’est le moment de le faire…

La douleur des femmes et la folie des hommes : Les Troyennes à Amman

troyennesaffiches

Deux représentations seulement à Amman, il y a quelques jours, pour un travail théâtral exceptionnel : la « réinterpétation », par des réfugiées syriennes, des Troyennes, une pièce écrite par Euripide il y a presque deux mille cinq cents ans.

A l’origine du projet, une Britannique, Charlotte Eargar, qui a découvert cette oeuvre lorsqu’elle couvrait la guerre de Bosnie, au début des années 1990. Le texte ne l’a jamais quittée. Tandis que la guerre faisait rage en Syrie, elle a réussi, avec ses proches, à mobiliser sur ce projet des organisations et à réunir des fonds. Prévue pour se tenir à l’origine dans la Békaa au Liban, l’initiative a finalement vu le jour dans la capitale jordanienne. Six semaines de préparation pour aider une cinquantaine de femmes, réfugiées de Syrie, à découvrir l’univers du théâtre en interprétant ce spectacle.

Venu de Damas, le metteur en scène Omar Abu Saada, ainsi qu’une comédienne et une scénographe, syriennes également, ont aidées les femmes qui ont souhaité participer à cette expérience à mettre leurs propres mots sur cette pièce venue de l’Antiquité. Utilisant des projections, la mise en scène associe le texte d’Euripide, sur la douleur des Troyennes confrontées à la perte de leur ville, de leurs maris et de leurs familles aux témoignages de réfugiées qui racontent ce qu’elles ont elles-mêmes vécu en Syrie. Alors que la plupart d’entre elles n’avait jamais connu la moindre expérience théâtrale, il ne leur a pas été difficile d’apporter sur la scène leurs propres souffrances, elles qui menaient une « vie honorable » (hayât muhtarama) chez elles et qui se sont retrouvées à survivre avec les « coupons » des aides internationales. A propos de la scène où Hécube jette un dernier regard sur Troie qu’elle va quitter pour toujours, une des interprètes explique ainsi : « Quand j’ai franchi la frontière jordanienne, mon mari m’a dit : Regarde bien la Syrie, cela pourrait bien être la dernière fois… »

Les deux représentations ont permis de réunir quelque 100 000 dollars, qui iront aux réfugié(e)s syrien(ne)s en Jordanie. Mais au-delà de l’aspect matériel, cette « réinterprétation » des Troyennes avait bien entendu d’autres buts : continuer à documenter les souffrances de ce pays, et surtout permettre à ces femmes, en les aidant à survivre aux traumatismes qu’elles ont vécus, d’avoir la force de penser à l’avenir.

Parmi tous les informations sur cette expérience, une voix discordante, celle d’un article (en arabe) qui considère que la représentation aurait dû être donnée à Damas tant le récit des événements reprenait la version officielle du régime selon lequel « la chute de Troie » est la conséquence d’une conspiration internationale. A en croire ce spectateur, qui cherche sans grand succès à soutenir ses propos par des citations d’artistes syriens, les témoignages de  ces réfugiées n’ont pour seul but que de dénigrer l’islam ! Après trois années de destructions, il se trouve encore de bons esprits pour faire dans la surenchère…

affiche2Quelques liens sur cette expérience : le site du projet avec, notamment, cette vidéo (sous-titrée en anglais, voir ci-dessous). Dans la même langue, un article du Jordan Times et un autre dans le Guardian. En arabe, une vidéo, cet article du Hayat , cet autre sur le site Middle East Online, et enfin celui-ci sur un site yéménite.

Arabs Got Talent : la danse syrienne et le grand écart d’une chaîne saoudienne

sima2

Sans surprise en fait, la Syrie a gagné haut la main la finale, sur la chaîne saoudienne MBC… Il s’agit d’un jeu télévisé bien entendu, la troisième édition de l’émission Arabs Got Talent qui a vu Sima, une troupe syrienne de danse contemporaine, l’emporter sur les deux autres finalistes. Les jeunes artistes repartiront – pour une partie d’entre eux – à Damas avec un contrat en poche pour une des plus importantes chaînes généralistes satellitaires arabophones, un chèque de 500 000 riyals saoudiens (environ 100 000 euros) et une belle américaine (une Chrysler offerte par le concessionnaire local, rien à voir avec une autre candidate, arrivée troisième, Jennifer Grout, une jeune nord-américaine qui a fait le buzz en chantant en arabe dans un style assez kitch : vidéo ici).

Pas de réelle surprise, tant le scénario était écrit à l’avance. Comme l’explique fort bien Wissam Kanaan (article en arabe), on aurait parié que la MBC allait reprendre une success story bien rodée. Après bien d’autres – le dernier en date étant le Palestinien Mohammad Assaf dans l’émission Mahboub al-3arab (Arab Idol) en avril dernier (voir ce billet) –, l’industrie du jeu télévisé a rejoué la grande scène du « sympathique-représentant-d’un-peuple-qui souffre-tant-qu’on-est-heureux-de-voter pour-lui » !…

Le ton était annoncé dès la première prestation durant laquelle quelques-uns des membres de la troupe syrienne avaient prié le jury d’excuser l’absence de leurs camarades, empêchés de venir par les événements (excuse assez peu convaincante comme le rappelle Wissam Kanaan, ne serait-ce que parce que le Liban est un des rares pays, si ce n’est le seul, où les Syriens peuvent encore se rendre sans trop de problèmes…). L’effet de sympathie avait été renforcé dans une émission suivante avec le choix de Huna al-sham (Ici Damas), une chanson célèbre dont la réinterprétation avait permis de rappeler au public (chargé de « sélectionner » les candidats par ses votes) l’origine des jeunes artistes.

Et lors de la finale, la troupe a choisi de faire directement allusion à l’actualité politique avec un tableau chorégraphique (voir la vidéo à la fin de l’article) représentant toutes sortes de gens se disputant des chaises : métaphore du pouvoir qui symbolise – comme le précise la page Facebook de la troupe – « la réalité du peuple arabe [au singulier, c’est à noter] et des révolutions qu’il vit ». Symbole un peu éculé, la « chaise » du pouvoir (le trône si l’on préfère) ne peut manquer d’évoquer aussi pour le public Ah si la chaise pouvait parler (Law al-korsi yehki) un succès lancé à l’automne 2011 par la chanteuse Asala (voir ce billet), qui affichait du même coup son soutien aux rebelles à travers cette chanson très critique du régime.

Emission de divertissement familial, Arabs Got Talent se garde bien de prendre des positions trop tranchées. Conformément aux lois du genre (quelles que soient les latitudes), on se contente de bons sentiments répétés ad nauseam : la musique réunit les peuples, elle peut faire oublier les pires douleurs, ce soir on danse pour notre peuple et c’est à lui que nous dédions notre succès, c’est vraiment comme ça qu’on doit défendre son pays, etc. Aucune aspérité par conséquent, le show continue sur les souffrances des Syriens qui font du bien à l’audimat. Après avoir lancé la formule de la charité télévisuelle panarabe – c’était au début des années 1990, il s’agissait de soulager les souffrances des Bosniaques (musulmans) de l’ex-Yougoslavie –, la très saoudienne MBC continue le charity business grâce à une variation adaptée aux circonstances du moment.

Etonnant spectacle tout de même que celui de cette chaîne très officieuse d’un Royaume qui fournit « le nerf de la guerre » civile en Syrie, et qui met très professionnellement en scène les souffrances de ce conflit pour le plus grand succès d’une émission de divertissement. A peine plus étonnant que celui de cette émission (tournée à Beyrouth) qui joue sur la fibre panarabe, qui mise sur le vieux fond de commerce de la solidarité arabe, en faisant semblant de ne pas voir que le public (celui qui est « roi », mais pas dans le « Royaume des hommes » au milieu des sables de la Péninsule) plébiscite le spectacle d’une orgie de mouvements où se mélangent (et se touchent) les corps de jeunes hommes à cheveux longs remontés en catogan et de jeunes femmes, en jupes courtes et en cheveux libres. Enfin rien de très « islamiquement correct »… A la vérité, le couronnement (!) d’une troupe syrienne de ce genre sur une chaîne saoudienne, cela relève du grand écart !
(Pour voir la vidéo, se rendre ici.)

La compagnie Sima a été fondée en 2003 par Alaa Krimed علاء كريميد, désormais installé au Liban. L’onglet « danse » vous permettra de retrouver les billets sur cette thématique, importante pour ce qu’elle révèle de la culture arabe actuelle et de la place qu’y occupe le corps, avec ce billet sur l’histoire récente de cette pratique en Syrie. A l’invitation du Forum de la danse arabe contemporaine, plusieurs danseurs syriens (Eyas Meqdad, Alaa Krimed, Mayy Sefan, Hussein Khodor…) ont récemment évoqué à Beyrouth les événements tragiques qui déchirent leur pays (article en arabe dans Al-Hayat). On rappellera aussi qu’une troupe de danse traditionnelle bien connue a dû fuir précipitamment la ville de Rakka, libérée par les jihadistes (article en anglais dans Al-Akhbar).

Rendez-vous à la prochaine révolution…

hashem
Au milieu de la photo, l’éditeur Mohamed Hashem regardant le poète Fouad Nagem, dont on vient d’annoncer le décès.

Au temps où l’on condamne à plus d’une décennie de prison des jeunes femmes qui ont à peine plus de vingt ans parce qu’elles ont manifesté en faveur d’un président légalement élu, et à présent que les victimes de la répression du pouvoir égyptien ne sont plus désormais les seuls militants et militantes de l’islam politique mais également des activistes pour lesquels l’opinion internationale est plus encline à manifester sa sympathie, il est temps de revenir sur les mots de l’éditeur égyptien Mohamed Hashem, signalés il y a un mois et demi de cela.

Créateur, en 1998, des éditions Merit, Mohamed Hashem s’est donné pour mission, à travers sa maison d’édition, d’offrir plus de liberté aux écrivains de son pays, et à leurs lecteurs. Très loin des figures médiatiques trop facilement associées aux fièvres révolutionnaires cairotes, il offre le témoignage désespéré de ce qu’Antonio Gramsci appelait un intellectuel organique.

Le texte proposé ci-dessous a été mis en ligne sur sa page Facebook, le 16 octobre dernier. Depuis, c’est le silence, et sans nul doute la douleur et même le désespoir, partagé par bien de ses concitoyens, au regard de ce qui se passe. Dans sa formulation arabe, cet adieu – cet « au revoir » – laisse transparaître une émotion, un désarroi, presque palpables dans la manière dont ce texte a été rédigé. J’ai tenté de le communiquer autant que possible dans ma traduction de ce texte qui me paraît très important pour l’histoire culturelle et intellectuelle de l’Egypte actuelle.

Je vais présenter une demande de visa : je n’en peux plus de ce tapage de l’« Association des faiseurs de tyrans », de ses piaillements perpétuels pour mieux dévaloriser une révolution qui reste pourtant ce qui a le plus de prix dans la vie des Egyptiens, pour un peuple qui rêve d’un gouvernement durable, « ni civil, ni militaire »…

Le cauchemar de l’exil volontaire va devenir réalité en ce qui me concerne, mais cela vaut cent fois mieux que de devoir mettre ma signature, au nom de la révolution, à côté de celle de tous les rejetons d’Aboul-Foutouh, spectres du terrorisme politique au nom de la religion (et cela ne concerne pas que les Frères [musulmans]). Sommes-nous donc condamnés à subir une élite incapable de voir et d’apprendre ? Qui se contente de débiter de jolis mensonges et qui travaille sur des bases totalement étrangères à la révolution et aux rêves que forment les plus pauvres ?

Tout de même, il me reste l’honneur de ne pas avoir à me joindre à la clique des idolâtres du général Sissi, une clique menée par une bande de pilleurs indécents de mots et de slogans, des gens pour qui « patriotisme » signifie se la fermer et « rêver », se contenter de ce que le despote éclairé de demain jugera bon pour nous.

Respecter le rôle joué par [le général] Sissi quand il a soutenu la révolution populaire le 30 juin [2013] et qu’il a fait face au terrorisme de l’islam politique, ce n’est pas assez pour que j’accepte tout simplement un gouvernement à caractère militaire avec le général comme président au nom du slogan « C’est lui ou le chaos ». Faut-il que le désespoir et l’impuissance règnent dans les esprits pour que le peuple souhaite ainsi le retour de l’option militaire après une révolution destinée à mettre un terme à près de 60 années de gouvernement militaire ! Comme si la révolution avait eu lieu pour se débarrasser des agriculteurs ou des vétérinaires !!!

Tout de même, je ne peux m’empêcher de ressentir de la tristesse et de la peine en voyant de grands écrivains, de grands intellectuels, participer à la promotion de la solution militaire comme unique solution magique face à la « frérisation de la nation », l’équivalent de l’excommunication religieuse exercée par les Frères.

Quitte à en mourir, je m’opposerai à choisir entre la continuité militaire et l’exploitation du religieux. L’Egypte mérite mieux.

Tant que les forces qui croient en la révolution ne s’uniront pas autour d’un candidat civil unique, il faudra subir cette confrontation imbécile entre l’alliance civilo-religieuse « révolutionnaire » (…) et une institution militaire qui n’a pas confiance dans le pouvoir du peuple à produire ce qui est à la hauteur de ses rêves de liberté, de dignité et de justice. Elle a fidèlement (cette institution militaire) soutenu Shafiq, la création de Moubarak, puis l’alliance de la droite, Morsi, le candidat des Frères, et maintenant elle veut faire de Sissi l’« unique solution (sinon, la ‘frérisation’) ».

Je voudrais aussi dire combien je suis dégoûté et peiné de constater que de larges secteurs du monde des supporters de foot continuent à se vendre aux groupes qui se fondent sur l’excommunication.

Je pars à l’étranger parce que je ne trouve rien qui exprime l’âme de la révolution au milieu de ces groupes d’intérêts rivaux.

Je m’excuse auprès des amis avec lesquels j’ai préparé la « Conférence des intellectuels » de ne pas poursuivre ce que nous avions entamé et de leur laisser les rêves de ceux qui ont écrit, dans les gouvernorats ou au Caire, pour la défense de leur droit à une culture indépendante des calculs ou des envies du décideur du moment, ou encore des évolutions du pouvoir politique.

La gestion de [la maison d’édition] Merit reviendra à un de ses auteurs et quant à moi, je travaillerai et je collaborerai d’au-delà de cet endroit que je n’aurais pas quitté s’il n’y avait eu cette accumulation de dégoût.