Les « cheikhs de la discorde », héros du jihad, mais juste sur Twitter !

shiryanpleure

المجتمع لازم يحاسبكم، المجتمع لازم يسائلكم، أنتم من غررتم بأولادنا (…) أفلتّم من العقاب في أفغانستان، وأفلتّم في العراق، في سوريا المفروض ألا تفلتوا « La société doit vous juger ! Vous avez trompé nos enfants. (…) Vous vous en êtes tirés en Afghanistan, vous vous en êtes tirés en Irak, mais pour la Syrie, pas question que ça se passe comme ça ! »

Celui qu’on appelle dans son pays « l’allumette de la presse », le journaliste saoudien Dawood al-Shiryân (داوود الشريان) « parle comme il est ». Dans son pays où les médias ont plutôt l’habitude de ronronner doucement, on peut dire que sa dernière sortie a fait du bruit ! Cela s’est passé il y a une semaine, lors du talk-show qu’anime ce journaliste chevronné sur un des canaux de la chaîne MBC, à une heure de grande écoute, huit heures du soir (le nom de son émission d’ailleurs). En présence de quelques invités, Dawood al-Shiryân s’en est donc pris très violemment à ceux qu’il appelle « les cheikhs de la discorde », les « héros de Twitter » sans scrupules, qui incitent de jeunes Saoudiens à partir se battre en Syrie quand eux-mêmes restent bien tranquilles chez eux. Pire, il les soupçonne – comme il le dira par la suite sur Internet – d’être parfaitement au courant de la réalité de la situation en Syrie, mais de bien se garder de l’avouer pour ne pas se mettre à dos leurs fidèles sur les médias qui les font vivre. روحوا أنتم للجنة أول، واحنا نلحقكم « Commencez par aller vous-même au paradis, on se contentera de vous suivre ! », a-t-il ironisé à l’antenne, en s’adressant nommément, ce qui n’est pas dans les habitudes du pays non plus, à quelques-unes des vedettes de l’islam radical sur les médias saoudiens : Muhammad al-Arifi (محمد العريفي), Salman al-‘Awda (سلمان العودة), Sa’ad al-‘Awaji (سعد العواجي), Mohsen al-Breik (محسن البريك), sans oublier leur collègue syrien, le très enflammé ‘Adnan al-‘Ar’our (عدنان العرعور), installé de longue date dans le Royaume).

Cette attaque en règle, dans un pays où la religion est une affaire d’Etat (dans tous les sens de l’expression) a fait passer un grand frisson dans la société saoudienne, en particulier au moment où « Oumm Mouhammad », la mère d’un jeune de 17 ans, parti se battre dans les rangs de l’AIIL [armée islamique en Irak et au Levant] et disparu depuis, a livré, en direct à l’antenne, un témoignage poignant qui a fait fondre en larmes l’animateur (vidéo pour les arabophones).

A lire les réactions dans la presse et dans les réseaux sociaux, une bonne partie de la société saoudienne s’est reconnue dans cette charge contre un courant extrémiste qui fait parler de lui depuis pas mal d’années. Habitué des critiques contre l’islam politique (même s’il a naguère collaboré avec des journaux qui n’étaient pas si éloignés de ces idées), al-Shiryân reprend un dossier qui n’a jamais été vraiment traité depuis les années 1990, lorsque des religieux appelaient les jeunes Saoudiens, avec le succès que l’on sait, à s’engager pour le jihad. Certains d’entre eux ont sans doute connu de réels problèmes – Salman al-‘Awda pour commencer, qui a été emprisonné à la fin des années 1990 et qui, une fois libéré, s’est vu interdire toute fonction officielle (mais il survit fort bien grâce au soutien d’un public fidèle). Néanmoins, il n’y a jamais eu de « vrai » procès à l’encontre des religieux extrémistes qui ont « envoyé » à la mort une partie de la jeunesse et qui ont contribué à donner au pays, surtout après les attentats du 11 septembre, une image aussi négative au yeux d’une bonne partie de l’opinion mondiale.

Très commentée dans les médias arabes, l’émission l’a été encore plus en Arabie saoudite où les cheikhs cloués au pilori télévisuel ont le soutien d’un public réel, ainsi que de réseaux qui ont également de l’influence… et leurs propres médias. Sur une chaîne religieuse, trois des « accusés » ont réglé son compte à leur contradicteur qui avait décliné l’invitation à débattre avec eux (résumé dans cet article en arabe). Al-‘Awaji a commencé par rappeler l’importance essentielle du jihad en islam, manière de signifier aux critiques qu’ils frôlent la mécréance. Accusant al-Shiryân de se livrer à des accusations sans preuve aucune, il a nié s’être fait l’avocat du jihad… en Syrie ! Rappelant que ce n’était tout de même pas un crime que « d’appeler à la victoire des musulmans », Mohsen al-Breik a été plus direct, en accusant tout simplement le journaliste de ne travailler que pour l’argent et lui a conseillé de s’en prendre plutôt « aux confessions qui mobilisent leur jeunesse pour faire la guerre aux sunnites et au parti du diable » (comprendre le Hezbollah, bien entendu). Enfin, pour Muhammad al- ‘Arîfi, il s’agit clairement, et c’est ce qui l’inquiète, d’une campagne médiatique, organisée « du jour au lendemain »…

Sur ce dernier point, on pourrait presque dire que tout le monde est d’accord tant il est évident qu’un journaliste saoudien, même aussi connu et éventuellement aussi audacieux que Dawood al-Shiryân, ne s’en prendrait pas à des religieux de ce calibre sans être certain de bénéficier de quelques appuis solides. En d’autres termes, cette émission, et les débats qu’elle a provoqués, doivent s’apprécier dans le contexte politique du moment. Sa’ad al-‘Awaji le reconnaît d’ailleurs à sa façon quand il explique, en faisant allusion à l’actuelle conférence pour la paix à Genève (article en arabe), qu’il s’agit en réalité de « criminaliser le jihad ».

La diatribe insolite à laquelle s’est livré Dawood al-Shiryân sur la très officieuse MBC traduit donc les luttes intestines au sein du pouvoir saoudien à l’heure où s’accumulent les signes de l’échec de la politique menée, dans la région en général et en Syrie en particulier, par le prince de l’ombre, Bandar ben Sultan, aujourd’hui officiellement aux USA « pour raisons médicales »…

Requiem pour une révolution : la commémoration du 25 janvier à l’opéra du Caire

opérarévo
La scène de l’opéra du Caire pour la prochaine commémoration de la Révolution du 25 janvier… et le triomphe de « l’imperator Sissi » ?

Faut-il considérer les différents soulèvements arabes comme de « vraies » révolutions ? Voire comme une seule et même révolution à l’échelle de la région (le fameux « printemps arabe ») ? Quand ont-ils commencé ? Au début de l’année 2011 ou en décembre 2010 avec les premières manifestations en Tunisie ? Doit-on penser qu’ils prolongeaient des protestations plus anciennes, menées notamment par les organisations syndicales en Tunisie et en Egypte ? Quel est leur principal moteur : l’autoritarisme de régimes à bout de souffle ? l’impatience de populations désespérées menées par de jeunes générations formées aux nouvelles techniques numériques ? l’inéluctable montée en puissance de l’islam politique dont les idées reçoivent le soutien de la majorité de la population ? ou bien encore une gigantesque conspiration savamment orchestrée par les puissances occidentales et les monarchies du Golfe ou même la Turuqie afin de rebattre les cartes géopolitiques de la région au profit des Frères musulmans ?

À ces questions, sans réponse, s’en ajoute désormais une autre : quand est-ce que tout cela a pris fin ? Car la manière dont est célébré le troisième anniversaire du « Printemps arabe » donne fortement l’impression que certains ont très envie de tourner la page. Ce n’est pas le fait de célébrer une date passée qui est en cause, cela s’est déjà fait, y compris au moment où se déroulaient les luttes : Moubarak n’avait pas encore annoncé son retrait que les manifestants avaient déjà dressé, place Tahrir, leur « musée de la révolution ». La différence est bien plus dans le ton : au seuil de l’année 2014, il ne s’agit plus de documenter un mouvement populaire encore vivant mais bien de commémorer – de ranger dans la mémoire commune – un événement « mort » parce qu’il appartient désormais au passé.

Cheikh Ali Salman inaugurant le « musée de la révolution » à Manama

Bien entendu, cela ne se fait pas en tout lieu et il est déjà très instructif d’observer où se tient cette commémoration de la révolution arabe. En très peu d’endroits en réalité ! En Tunisie, et malgré les efforts des partis au pouvoir, c’est l’indifférence ou encore la déception qui dominent. Rien – mais il est vrai que leur tour vient plus tard dans le calendrier – au Yémen et moins en Libye où le drapeau du temps de la Jamahiriyya est à nouveau brandi par des combattants dans les villes du Sud. Rien a fortiori en Syrie ou même à Bahreïn où le parti Al-Wefaq avait pourtant ouvert en octobre dernier un « musée de la révolution » (celui qui l’avait inauguré, cheikh Ali Salman, est d’ailleurs en prison depuis la fin de l’année mais personne semble s’en émouvoir beaucoup).

En définitive, le seul pays qui se préoccupe encore de célébrer la révolution, c’est l’Égypte. Bien entendu, la troisième version du « musée de la révolution » dressé vaille que vaille l’été dernier par des militants place Tahrir (article en arabe, avec des photos) a été « nettoyé » dans le cadre des travaux d’« embellissement » de la place (comprendre l’éradication totale et si possible définitive des éléments perturbateurs). Pourtant, il proposait un récit conforme à l’idéologie de l’heure depuis le putsch du 30 juin, en critiquant sévèrement le rôle du président Morsi et des Frères musulmans.

muséerévo
Projet du « musée de la révolution » place Tahrir

On ne parle pas davantage non plus du pharaonique projet d’un musée de la révolution, imaginé en octobre 2011 (article sur le site d’Al-Jazeera). Dans un parallèle audacieux avec le musée des Antiquités, juste à côté, il s’agissait ni plus ni moins de drainer les foules des futurs touristes vers l’ancien siège du parti au pouvoir, le PND, transformé en « lieu de mémoire » grâce à une coque en verre préservant l’état du bâtiment après son incendie par les manifestants. Sur le toit d’un parking voisin, il devait même y avoir un grandiose mausolée aux martyrs de la révolution, sous formes de candélabres de verre…

Non ! Après le plébiscite de la Constitution (presque 98 % des voix), tout le monde attend celui de l’idole des foules, le général Sissi. Et l’anniversaire de la chute de l’ancien raïs ferait un cadre très approprié à l’annonce de la candidature du nouveau, façon de rassurer tout le monde en disant que la parenthèse va pouvoir se refermer. D’ailleurs, à l’opéra du Caire la scène est déjà dressée ! Ces courageux artistes, qu’on nous a décrits « vent debout contre ‘l’islamisation’ de la culture » (voir aussi ce billet), voguent désormais vent arrière et toutes voiles dehors grâce aux vents du retour à la normale.

Sans beaucoup de remords pour la manière dont on les a débarrassés des barbus qui les tourmentaient tellement, les employés de l’opéra du Caire travaillent donc activement à un spectacle grandiose (article en arabe) qui a pour titre La révolution : art, espoir, travail (un slogan en forme de triade – un peu sur le mode Travail, famille, patrie ! – qui fait craindre le pire sur le plan esthétique). Mobilisation générale des artistes (plus de 400 sur la scène), décors à la hauteur de cette « épopée nationale » comme le dit la directrice des lieux, avec un sphinx de six mètres de haut pour symboliser la révolution et la puissance éternelle de l’Egypte, etc. Composé d’une suite de tableaux édifiants, le show (j’imagine que Sissi sera au premier rang, en grand uniforme) sera naturellement retransmis en direct par la chaîne nationale.

Bassem Youssef – vous avez remarqué qu’on ne parle plus de lui ? – avait déjà proposé un savoureux remake (voir ce billet) de Watani al-akbar, l’Opérette (avec un grand A) nationaliste arabe tournée à l’époque nassérienne ; celle que l’on prépare en ce moment au Caire restera elle aussi dans les mémoires, mais plutôt comme le « Requiem de la révolution » !

Sur Tahrir et la révolution de janvier, il faut absolument signaler The Square, un documentaire (présenté aux oscars) de l’égypto-américaine Jihane Noujaim (bande-annonce ci-dessous). Présenté aux Etats-Unis, annoncé en France, le film, avec un nouveau montage destiné à intégrer les événements de l’été 2013, n’est toujours pas distribué, malgré tous les efforts de la réalisatrice, en Egypte…

Le succès de Wadjda : se donner le beau rôle ?…

affiche
L’affiche pour la France : notez le slogan « Une femme réalise le premier film saoudien » !

On a eu droit à un discours bien rodé pour le lancement de Wadjda, un discours qui s’est gardé de mettre le doigt où cela fait mal et donc de rappeler par exemple qu’il y avait, autrefois, des films projetés en Arabie saoudite, jusqu’aux années 1980 qui ont vu les tenants d’un islam pur et dur imposer leurs vues à leur société. Qui a oublié également d’expliquer que la « promotion du cinéma », surtout quand il s’agit est fait par une Saoudienne, répond à des objectifs de communication publique qui participent, au Royaume des hommes, de la lutte au sein des cercles du pouvoir entre différentes tendances, tantôt radicalement conservatrices, tantôt franchement libérales (au sens anglais du terme).

Votre moteur de recherche préféré vous guidera sans problème vers une multitude d’articles qui disent tout le bien possible du film de Haifaa Al Mansour (هيفاء المنصور), histoire édifiante d’une petite fille qui n’a qu’un rêve, bien difficile à réaliser dans la société où elle vit, faire du vélo, comme ses copains, et même mieux qu’eux ! Parmi les compliments, il se glisse toutefois nombre d’inexactitudes, voire même d’erreurs, qu’il n’est pas inutile de relever.

« Premier film saoudien » ou encore « premier film par une Saoudienne » comme on l’a si souvent écrit, c’est une affirmation qu’il faut corriger. En effet, pour ce qui est des longs métrages, plus que la comédie commerciale Menahi dont la sortie publique aura été finalement torpillée en 2008 (voir les billets écrits à cette occasion ici et ) ou même que la comédie Comment ça va ? (كيف الحال) réalisée « à la mode saoudienne » par le Canado-Palestinien Isidore Musallam (ايزيدور مسلم: article en arabe), il faut surtout mentionner Les Ombres du silence (ظلال الصمت), réalisé par Abdallah al-Moheissen, formé à Londres et également publicitaire dans son pays, dès 2006. Il n’est pas jusqu’à la petite phrase placée dans plus d’un article affirmant que Wadjda serait « le premier film entièrement tourné dans le Royaume » qui est fausse car on disait déjà cela en mai 2010 pour la sortie de La Péninsule arabe (الجزيرة العربية), un navet de pure propagande !

Cela fait presque une décennie par conséquent que les films et avant eux les courts-métrages saoudiens, de fiction ou non, se multiplient. Faute d’être toujours projetés dans leur pays, ils tournent dans les festivals de cinéma. Parmi ces « courts », on trouve Prochain cinéma : 500 kms (traité dans ce billet) et aussi Femmes sans ombre (نساء بلا ظل), précisément réalisée par Haifaa Al Mansour en 2005 (projeté à l’époque grâce au soutien de la femme du Consul de France à Djeddah – article en arabe : comme la politique officielle française a changé depuis !) En fait, à partir de cette date, c’est toute une nouvelle génération de réalisateurs qui est apparue.

hurmaDe rééalisateurs et de réalisatrices, car si Haifaa Mansour a eu le mérite d’être la première (il y a pas mal d’années déjà), bien d’autres l’ont imitée depuis : Noor al-Dabbâgh, Rim al-Bayyat, Hanaa al-Fasi, Hanaa Abdallah ou encore, et surtout peut-être, Ahd Kamel (quelques infos dans cet article en arabe de 2010 sur le site d’Al-Arabiyya). Très bien présenté par Andrew Hammond, un des meilleurs commentateurs étrangers de la culture arabe contemporaine, son film Sanctity (الحرمة), a pour personnage principal une jeune veuve, une « paria sociale » dans la société saoudienne par conséquent, qui, ô scandale, aggrave en quelque sorte son cas en se prenant d’amitié pour un jeune garçon, un petit orphelin yéménite à qui elle offre un refuge.

Comme dans Wadjda, il s’agit d’un film qui a pour sujet central une dénonciation de la condition féminine, mais la comparaison s’arrête là. Sur le plan des conditions de tournage, on remarque ainsi, même si ce n’est pas le plus important, que le témoignage de Haifaa Mansour, soulignant les difficultés du tournage sur place pour mieux souligner le caractère exceptionnel de son film, ne correspond nullement à celui de Ahd Kamel, qui décrit au contraire (voir l’article de Hammond) la chaleur de l’accueil qu’elle-même et son équipe ont reçu, dans un quartier très pauvre de Jeddah il est vrai, et qui plus est peuplé d’immigrés…

Mais surtout, et c’est cela qui importe vraiment, le film de Ahd Kamel interroge sans complaisance la société saoudienne et la domination masculine sans partage qui s’y exerce, quand Haifaa Mansour se contente d’une vague critique « des traditions »… C’est ce qu’explique très bien Tariq al Haydar dans un article traduit de l’arabe et publié sur le site Jadaliyya. En se gardant bien d’accabler Wadjda, il met en évidence, y compris par des exemples précis tirés du film, combien « le-premier-film-saoudien-et-par-une-femme-en-plus-! » répond à des stratégies politiques qui méritent tout de même qu’on s’y arrête un peu.

A commencer par le fait que Wadjda est, précisément, aussi peu « politique » que possible, en ce sens que le récit de Hayfaa Mansour se contente de dénoncer les travers d’une société « trop » patriarcale, à cause des traditions, mais certainement pas en raison de la politique qui y est menée. Ainsi, non seulement les responsables du pays sont exonérés de toute critique mais la scène finale (celle où la petite fille qui vient de dépasser son petit copain à bicyclette s’arrête à un carrefour) peut être lue par un regard arabe comme une déclaration d’allégeance aux autorités : aux spectateurs arabes il n’échappe pas que le bus qui passe à ce moment-là porte une affiche bien visible, avec le drapeau national, les portraits d’un certain nombre de responsables politiques et un slogan à la gloire du Royaume.

Bien entendu, on est ravi de constater qu’une fiction arabe, réalisée par une Saoudienne qui plus est, ait eu un tel succès international. Mais celui-ci n’est -il pas quelque peu exagéré au regard de la qualité artistique, somme toute ordinaire, de ce film ? On suit assez volontiers Tariq al Haydar quand il se demande, faussement naïf, si le succès du film de Haifaa Mansour n’est pas précisément lié au fait qu’il se garde bien de poser des questions trop politiques et qu’il permet aux spectateurs « occidentaux » de savourer pleinement cette critique en apparence si sévère d’une société arriérée où lui, public éclairé, tient de toute manière le bon rôle…

En être ou ne pas en être ? Al-Jazeera going global

beinviolet

Au passage de l’année, la très puissante Al-Jazeera Sport (الجزيرة الرياضية), bras armé de l’émirat du Qatar dans l’univers impitoyable de l’exploitation audiovisuelle des grandes manifestations sportives, a changé de logo. Créée en 2003, la filiale pour les sports de la chaîne d’information qatarie, elle-même lancée en 1996, a su bâtir en moins d’une décennie son empire sur ce créneau particulier. Au sein du système médiatique arabe, elle a réussi à étouffer la concurrence, un rêve devenu réalité avec l’achat, en novembre 2009 et « pour un montant qui n’a pas été précisé », de son principal rival, le groupe saoudien ART. Et même au niveau international puisque, comme le note fort justement cet article, la chaîne qatarie est devenue, à la suite de ce mercato record, le plus important réseau mondial dédié au sport.

beinPourtant, fin 2013, adieu à Al-Jazeera al-riyadiyya (Al-Jazeera Sport) et bienvenue à Be In Sport. La fin d’une époque marquée par un symbole fort sur le plan communicationnel puisqu’on passe de la transcription anglicisée de « l’île » (al-Jazeera), qui faisait allusion au nom local de la Péninsule arabique (al-Jazeera al-‘arabiyya), à une marque déclinée sous la forme d’une expression anglo-saxonne : be in, être dedans, être dans le coup, « en être » quoi ! Délaissant la célèbre calligraphie en forme de goutte d’eau, la charte graphique actuelle dote la chaîne d’une nouvelle identité qui rompt totalement avec ses origines maintenant qu’elle est déclinée en caractères latins un peu en forme de nouilles. vieux jazeera sportCôté couleurs, abandon également du code associé au groupe dont la chaîne est issue : fin du jeu sur le bleu, jaune et orange, Be In se drape dans des flots d’un mauve dont on chercherait en vain la trace dans la gamme chromatique régionale (à la seule exception, mais cela ne lui a pas porté chance, du parti de l’ex-président tunisien Ben Ali).

change

Le nouvel habillage de cette télévision sportive ne doit rien au hasard. Comme le claironne le slogan imaginé à l’intention de ce qui n’est plus qu’un petit segment de son marché, à savoir le public arabe : Wa taghayyarat al-lu’ba, soit Change the game! comme on dit dans l’idiome adopté pour la communication de la chaîne qatarie (voir l’image à côté). Pour la partie qui s’annonce, BeIn Sport cherche visiblement à se démarquer de sa grande sœur, la première chaîne arabe d’information en continu qui ne se remet toujours pas vraiment de ses exploits durant ce qu’il est convenu d’appeler le « printemps arabe ». Pour des raisons qui peuvent être différentes mais qui tiennent toutes au fait qu’ils jugent que la chaîne a rompu avec une certaine exigence professionnelle pour devenir, d’une manière de plus en plus évidente, un vulgaire porte-voix des manœuvres diplomatiques du Qatar, nombre de téléspectateurs arabes se sont détournés d’Al-Jazeera. Côté tribune officielle, la situation est pire encore ; les autorités égyptiennes ont ainsi vertement remis à sa place l’ambassadeur du Qatar parce que son pays avait osé critiquer la répression à l’encontre des Frères musulmans.

La « marque » Al-Jazeera n’est donc plus aussi porteuse, et les experts en marketing ont dû penser qu’ils pouvaient s’en défaire sans grosse perte. Mais il n’en a pas toujours été ainsi puisque la chaîne qatarie a conservé son identité d’origine lors de son lancement en août dernier aux Etats-Unis. Il est vrai que le regard du public nord-américain n’est pas le même que celui des téléspectateurs arabes. Et surtout, sur ce marché où elle occupe un segment très particulier et où les enjeux ne sont pas strictement commerciaux, il est bien plus intéressant pour le canal anglo-saxon d’annoncer la couleur en quelque sorte, en l’occurrence ses liens avec la maison mère au Qatar.

En revanche, pour la branche sportive qui correspond à un « vrai » plan business, la situation est différente. Pour elle, le marché arabe n’a guère d’importance et la chaîne qatarie, pour régler ses différends avec ses voisins privés de matchs de foot par exemple, continuera, comme elle l’a déjà fait dans le passé, à leur faire l’aumône de quelques retransmissions gratuites ou à prix bradés (voir cet ancien billet). En revanche, parce que sa stratégie est planétaire et que la chaîne du pays qui doit en principe accueillir le Mundial en 2022 s’adresse aux sportifs du monde entier, le branding du produit, son nom et son identité graphique, répondent à d’autres impératifs. Going global, inévitablement, Al-Jazeera n’a aucun intérêt à proclamer son identité arabe, à « en être » – be in – de ce monde arabe ! Comme bien d’autres sociétés actives à cette échelle – les exemples existent bien entendu en France –, il lui faut tout au contraire se doter d’une image aussi neutre qu’internationale.

Ainsi, la naissance de BeIn Sport contient en germe l’annonce d’une disparition. Ayant forgé sa notoriété sur le fait qu’elle était précisément porteuse d’une autre voix – celle des Arabes en l’occurrence –, Al-Jazeera, bien décidée à s’installer dans le paysage mondial, met en sourdine son identité première pour mieux séduire les chalands… Passe encore lorsqu’il s’agit de sport mais la démarche ne peut pas être dupliquée à l’identique dans le domaine de l’information. A la différence d’autres chaînes de ce type, la BBC, Russia Today ou encore CNN, autant de marques clairement identifiées à un type de message, on ne voit pas bien sur quoi Al-Jazeera peut s’appuyer pour « révolutionner l’information » internationale. Et encore moins aujourd’hui que trône sur les débris du projet national arabe la dynastie saoudienne…