Musique et révolution (2/2) : où en est la « musique alternative » égyptienne ?

logo-1_0Ma3azefOn a déjà salué dans ces chroniques la naissance, il y a quelque temps déjà, du site Ma3azef, créé avec le soutien du Fonds arabe pour les arts et la culture et de Eka3 (lire إيقاع). Régulièrement, Ma3azef publie, essentiellement sur la musique arabe actuelle, des études passionnantes. Elles n’ont qu’un seul défaut – de ce côté-ci de la Méditerranée s’entend –, celui d’être en arabe, et donc pas forcément accessibles à tout le monde !

En novembre dernier, tout un dossier a ainsi été publié à propos des industries musicales arabes et de la commercialisation galopante de ce secteur. La première partie est théorique avec des textes de Theodor Adorno et des commentaires de Gilles Deleuze sur la musique (à travers un article de Ian Buchalan intitulé Deleuze and Pop Music. La seconde propose des études sur la production musicale actuelle, avec notamment un texte d’Ahmed Nagy, un jeune écrivain et journaliste égyptien (il est né en 1985).

Celui-ci revient sur la « chanson alternative » (الأغنية البديلة), un phénomène ancien qui a pris un tour différent tout récemment dans le contexte des soulèvements populaires de 2011. Ahmed Nagy commence par retracer les origines de cette production musicale en réaction à la mise en place, durant la période nassérienne, d’un secteur culturel étatique hégémonique. Avec pour conséquence la « sacralisation » de certains artistes, en même temps que la marginalisation de formes musicales, notamment « populaires ». Dans les interstices de cette scène culturelle officielle, quelques voix ont parfois réussi à se glisser et à même affirmer leur présence dans le temps, souvent pour des raisons en partie idéologiques (Cheikh Imam en est le meilleur exemple).

Dans les dernières années du siècle passé, la situation a évolué. La culture a perdu de sa centralité dans le dispositif étatique, ce qui a permis l’arrivée progressive, conjointement à la libéralisation de l’économie, de nouveaux acteurs (étrangers ou soutenus depuis l’étranger). Le développement de nouvelles facilités techniques (cassettes audio puis internet et les techniques numériques en général) a également contribué à accroître la souplesse du dispositif de production culturelle. Dans la limite des lignes rouges fixées par le pouvoir, les acteurs « à la marge » (plutôt qu’en marge) du système ont ainsi été en mesure de s’exprimer davantage, avec une place à eux à l’intérieur du champ culturel, quelque part à côté des artistes-fonctionnaires et des chanteurs commerciaux.

Avec les manifestations de la place Tahrir en 2011, cette « chanson alternative », puisque c’est ainsi qu’on la nomme, s’est trouvée propulsée sur le devant de la scène, souvent au sens propre du terme lorsqu’il s’est agi des prolongements festifs des manifestations, avec bien entendu des conséquences sur le statut de ce secteur de la création musicale. Ahmed Nagy observe ainsi que des institutions telles que la fondation Al-Mawred ou Sâqiyat al-Sawi (ساقية الصاوى), « piliers » traditionnels de la création alternative, ont dû en quelque sorte s’adapter au nouveau contexte en redéfinissant, dans les faits, la chanson et plus largement la musique dites « alternatives ». Cela s’est produit en particulier via l’intégration à leur programmation de formes naguère totalement marginales (à la fois socialement, culturellement, esthétiquement et économiquement), telles que la chanson « techno-chaabi » dite mahragan (voir ce billet).

Parallèlement, les industries culturelles locales ont aussi commencé à tenir compte de la nouvelle donne, phénomène que reflètent bien les campagnes publicitaires des deux principales sociétés de sodas (Coca et Pepsi), rituellement axées autour d’une figure musicale : depuis la révolution, les anciennes « stars », y compris lorsqu’elles ont manifesté leur soutien (au moins de façade) aux soulèvements populaires, ont été écartées au profit de groupes « alternatifs » tels que Cairokee ou Eskendarella. Avec pour conséquence que le caractère « marginal » de cette production, ou si l’on préfère son cachet « alternatif », devient de plus en plus sujet à caution, et même à interrogation.

La rotation des modes culturelles, qui permet cette recomposition permanente au sein du champ permettant à des acteurs marginaux d’occuper, aux dépens d’autres, un placement de plus en plus central, est en réalité la condition nécessaire au fonctionnement de ce champ. S’il était totalement statique, ce dernier ne pourrait « fonctionner » faute d’une compétition assez ouverte. Il faut en effet que les acteurs bénéficient d’un minimum d’autonomie, au moins en apparence, pour qu’ils puissent rivaliser afin d’incarner, dans tel ou tel contexte, la légitimité esthétique du moment. Finement analysé par Ahmed Nagy dans le cas de la chanson alternative égyptienne, ce phénomène concerne bien entendu l’ensemble des champs artistiques et culturels. On pourrait ainsi développer des analyses comparables avec le rap marocain de Muslim évoqué la semaine dernière.

En plus de sa pertinence, une telle sociologie de la culture a également un autre avantage, celui de permettre un minimum de méthode dans l’observation, la description et l’analyse des phénomènes, musicaux et plus largement culturels. Céder trop facilement à l’émerveillement naïf devant la chanson, l’art, et même les techniques de communication « révolutionnaires » (rappelons-nous de la « révolution Facebook » chantée sur tous les tons lors du « printemps arabe »), non seulement n’aide pas à la compréhension des choses, mais peut même être considéré comme une simplification révélatrice, dans certains cas, d’une bonne dose de suffisance (de sentiment de supériorité si l’on préfère) chez l’observateur, spécialiste et/ou relais médiatique de ce qu’il prétend observer.

Fidèle à l’esprit plutôt qu’à la lettre — et aussi je l’espère à son sens – voici ci-dessous ma traduction (qui reste à peaufiner) du texte d’Ahmed Nagy. Un exercice qui intéressera je l’espère les lecteurs… Le texte arabe est accompagné de liens Internet vers des vidéos qui constituent un autre apport intéressant. Nombre de ses références et parfois de ses allusions sont traitées dans différents billets récapitulés (en septembre dernier) ici.

La fin de la chanson alternative ?

Brève introduction historique
Nasser et ses compagnons de route ont mené, à partir des années 1950, une opération de transformation radicale, non pas seulement du cadre général de l’État et de ses appareils, mais plus largement de la société et du contexte général, lesquels devaient être soumis à l’action d’une énorme machine qu’on n’a jamais vu apparaître en totalité mais à laquelle on a donné par la suite le nom de « projet nassérien avorté » !

L’art et la culture faisaient partie des domaines soumis à cette opération de « mise au pas », à travers la mainmise de l’État sur les médias et l’édition, puis la radio, le cinéma et la télévision. Par la suite, cette opération a gagné l’ensemble du secteur de la production culturelle et artistique, après la nationalisation des journaux, des sociétés de production artistique, sous différents prétextes.

Dans le domaine de la chanson, l’action de l’État nassérien s’est fait sentir, pour l’essentiel, de deux manières. D’un côté, la prise de contrôle des instruments de production et de diffusion pour prendre en main la chanson arabe et égyptienne et donner une sorte d’aura de sainteté aux vedettes bien en cour (Abdel-Halim Hafez et Oum Koulthoum par exemple), tout en marginalisant les autres, soit à cause de leur appartenance à l’ancien régime (Safar Ali, Fuad Abdel-Moheid), soit en considérant que leurs chansons n’étaient pas « engagées » (Mahmoud Shokoko). De l’autre côté, il y a eu la création d’un énorme ministère de la Culture, confié à des personnes comme Zachariah al-Hajjawi, lequel fit le tour des villes de province pour réunir les artistes populaires et les transformer en fonctionnaires répétant le même numéro sur les scènes des théâtres de l’État.

Mais comme nous l’a appris Foucault, la où il y a un pouvoir qui s’efforce d’exercer son emprise à travers ses appareils, il y a également de la résistance. Le processus de domination par l’État sur la chanson n’est pas allé sans résistance comme on a pu se rendre compte à travers l’expérience de Cheikh Imam. Mais à côté de cela il y avait également, à la fin des années 1960, des groupes de jeunes musiciens qui subissaient l’influence des transformations qualitatives que connaissait alors la chanson en Europe et aux États-Unis. On vit apparaître des groupes comme The Rockets, The Black Coats, etc. ou encore les projets Ismaël Tewfik El-Hakim, qui se suicida par la suite dans des circonstances restées obscures.

Malheureusement ces expériences ne s’appuyaient pas sur un héritage idéologique ou des courants culturels porteurs de modèles historiques comme c’était le cas pour la gauche. Leurs expériences musicales se sont perdues, alors que cela n’a pas été le cas pour Cheikh Imam, ce qui a donné à son œuvre une durée historique qui en a fait une sorte de modèle pour ce qui sera appelé ensuite la « chanson engagée ».

Celle-ci a vu sa marge de manœuvre s’élargir de plus en plus durant les années 1970 et 1980, en raison du retrait relatif du pouvoir étatique dans les domaines artistiques et culturels et en raison également de l’apparition de nouvelles techniques de diffusion et d’impression, moins chères et plus efficaces, plus difficiles à contrôler aussi, telles que la cassette. Tout un courant musical a ainsi fait son apparition sous le nom de « chanson alternative ».

Il est bien difficile de donner une définition précise de ce qu’on réunit sous cette expression. On a pris l’habitude d’appeler ainsi les formes musicales marginales, celles qui ne sont pas soumises au pouvoir de l’État, pouvoir qui s’est élargi pour se constituer en système et en réseaux de production privée qui n’appartenaient peut-être pas à l’État mais qui exerçaient son rôle. En tout cas, l’expression « chanson alternative » n’a jamais totalement recouvert la chanson populaire, qu’il s’agisse d’Ahmed Adaweya ou de ses semblables. Au contraire, on les arelégués à part et on les a considérés comme les produits d’une situation socio-politique complexe et même bizare.

Tout cela s’est passé à un moment où l’État n’éprouvait plus autant le besoin d’affirmer son pouvoir dans le domaine culturel en général et dans la chanson en particulier, sauf pour quelques questions sensibles, marqués par des lignes rouges. Certes, la machine médiatique de l’État, qui restait la plus grande et la plus puissante, a continuer à favoriser les chansons officielles sur le dos des expérimentations musicales de la jeunesse, et même sur le dos de celle qu’on appelait la chanson populaire, pour ne rien dire de la chanson locale (tout ce qui ne se trouve pas au Caire, du groupe Al-Tantoura à la chanson bédouine), traitée comme une production folklorique, tout juste bonne à figurer parmi les arts populaires.

Deux scènes et quelques questions
Tout au long des journées de protestation qui ont suivi les manifestations du 28 janvier 2011, la place Tahrir est devenue une scène où étaient diffusées les chansons patriotiques : celles qui avaient vu le jour au temps du « projet nassérien avorté » mais également celles des nouveaux groupes musicaux de la jeunesse qui répétaient les mêmes expériences du passé. Les slogans se mélangeaient à la musique.

Pour beaucoup, la place était une sorte de manifestation artistique. Le 11 février, alors que la liesse populaire était à son comble, une radio a diffusé pendant plus de trois heures uniquement de la musique mahragan : de Amr Haha, Figo, le groupe 8%. Pourquoi l’« art élaboré » [al-fann al-jamîl] a-t-il disparu des célébrations, à la seule exception du siège du parti Tagammu3 où étaient diffusées ce jour-là, depuis un balcon, les chansons d’Abdel-Halim Hafez ? Pourquoi ont-elles été remplacées par les morceaux des groupes de musique mahragan tels que Eh, Hosni, lâche-les nous et casse-toi ? Pourquoi une institution culturelle comme al-Mawred a-t-elle invité ensuite des stars de la musique mahragan comme Islam Chipsy et Amr Haha à se produire au théâtre Al-Genaina du parc Al-Azhar, tandis que les plateaux des chaînes télévisées officielles ou non invitaient des groupes comme Eskendarella ?…

Voilà un moment déjà que les marques de boissons gazeuses ont pris l’habitude d’inviter les vedettes de la chanson sur la scène internationale et arabe pour animer leur campagne de promotion annuelle. Chaque année, la bourse des vedettes évolue ainsi en fonction de l’artiste retenu ou non cette année-là. Être choisi revenait à être consacré comme la star de la saison.

Un an après la révolution, une de ces marques de boissons gazeuses a choisi le groupe Wust el-balad pour sa campagne publicitaire tandis que l’autre retenait le groupe Cairokee. L’un et l’autre appartiennent à ce type de chansons apparu avant la révolution. Leur public fréquente les lieux culturels indépendants, décharge gratuitement leurs titres sur Internet. Pourquoi est-ce après la révolution qu’un groupe indépendant a pu être élu pour la campagne publicitaire d’une société de boissons gazeuses ? Pourquoi n’a-t-on pas choisi des vedettes comme Amr Diab, Hamada Hilal ou Mohammad Fouad ? Tous les trois ont pourtant chanté la révolution ! Dès lors, est-ce qu’on peut continuer à présenter comme alternatifs, différents ou indépendants des groupes musicaux qui participent à des publicités pour des boissons gazeuses ?

Soif de naturel !
Dans le livre qu’Abdallah Kamal et Ibrahim Issa ont publié (une seule édition, pratiquement à compte d’auteur) dans les années 1980 sur la chanson alternative, tous les jeunes artistes que les deux auteurs présentent sous la rubrique « chanson alternative » disent combien ils sont malheureux de devoir se produire dans les cabarets de la rue des Pyramides. A cette époque, la chanson alternative, c’était celle d’un Ali El-Haggar, d’un Mohamed Mounir, de cette génération qui se battait pour trouver des lieux pour jouer et des sociétés prêtes à les produire.

Mais au début du troisième millénaire, avec les politiques de globalisation et d’ouverture économique que le régime avait autorisées comme il avait autorisé le financement étranger des organisations de la société civile, et notamment celles qui concernaient le développement culturel, la situation a changé. Tout un système chargé de veiller sur « l’art alternatif », dans son ensemble et dans la chanson en particulier, a ainsi vu le jour.

Ce système a permis la multiplication des jeunes groupes musicaux. Il leur a procuré des scènes ainsi que des soutiens. Un soutien accordé cependant en fonction de critères, avec en particulier l’obligation de s’inscrire dans la tradition de la chanson alternative telle qu’elle existait depuis les années 1960. C’est pour cela qu’on retrouve dans les paroles des chansons de cette époque l’écho des expériences antérieures, au point de paraître souvent comme une sorte de copie.

Par ailleurs, le système de production de l’art indépendant créé par les différentes institutions veillant au développement culturel n’offrait pas suffisamment de liberté. Le fantôme du pouvoir y rôdait encore, avec les lignes rouges tracées par ce pouvoir mais également par la société et par le consensus esthétique. Naturellement tout cela s’est reflété sur les expériences artistiques, lesquelles se sont tenues à l’écart des différents tabous politiques, sociaux et esthétiques. Hors de ces limites, impossible de trouver sa place dans l’industrie de l’art indépendant !

Cependant, la période a également vu un développement technologique qui, à travers Internet, a permis l’accès au monde entier. Même celui qui se trouvait à l’écart du système de production de l’art alternatif et qui n’avait pas le moindre lien avec l’art officiel, et y compris si la musique qu’il proposait était aussi expérimentale que possible, destructrice et quasiment incompréhensible, celui-là, grâce à Internet, pouvait diffuser sa production sans même avoir à dévoiler son identité s’il avait quelque appréhension pour sa sécurité ou s’il craignait le regard de la société sur son œuvre.

Internet a permis la création d’un monde nouveau, avec des expériences inédites. L’industrie de l’art alternatif a naturellement essayé de prendre le train en marche. Ainsi, un lieu comme la Sâqiyat al-Sawi, qui avait refusé dans un premier temps d’inviter sur sa scène des groupes de rap, a-t-il été obligé au bout d’un moment de les accepter, surtout lorsque quelques-uns de ces groupes, grâce à Internet, se sont fait un nom et se sont créé leur public.

La fin du vieux monde
En Egypte, la multiplication des médias après la révolution, qu’il s’agisse des chaînes TV, des radios ou encore des journaux, a créé un nouvel équilibre : on a besoin de contenu pour remplir toutes ces heures d’émission et ces pages blanches, à un moment où l’intérêt pour la chose politique est plus fort que jamais. Dès lors, la demande pour des chansons patriotiques a augmenté. Au point que certains ont pu considérer que ce regain d’intérêt pour les formes artistiques alternatives était une sorte de victoire politique. On pourrait mentionner aussi l’utilisation de la chanson à des fins politiques, comme une sorte de propagande médiatique. En pareil cas, la valeur artistique – valeur qui, bien entendu, demeure une question relative – ne tient pas seulement à ce qu’est cette chanson en elle-même mais elle s’étend à la nature de son message politique et idéologique ainsi qu’aux positions politiques de l’artiste concerné.

Curieusement, cette situation n’a pas entraîné un développement de la chanson politique nationaliste, développement qui aurait eu un effet dans le domaine de la propagande politique. Au contraire, les chansons en question sont dénuées de toute ambition visant à montrer leur différence ou encore à expérimenter des formes nouvelles. En fait, elles ont en commun de parler du contexte politique d’une manière très immédiate, en utilisant des formes musicales toutes faites. Au point qu’on ne voit pas vraiment ce qui sépare une chanson comme Les martyrs du 25 janvier interprétée par Hamada Hilal de Ya El-Midan, par le groupe Cairokee avec la chanteuse Aida El-Ayouby…

La chanson alternative n’est plus une alternative à quoi que ce soit ! Elle a perdu son élan expérimental, sa capacité à créer en dehors des cadres, pour ne garder que le « cachet » qui était déjà le sien avant la révolution, sa porte d’entrée vers la globalisation et la marchandisation.

Le défi actuel ne concerne donc pas seulement les musiciens qui doivent dépasser l’esthétique vaseuse qui est, aujourd’hui, celle de l’art alternatif. Il concerne aussi les institutions culturelles qui ont veillé sur cette forme artistique depuis des années et qui ont manifesté, l’année passée, combien elles étaient, plus encore que les artistes, en train de patauger puisqu’on les a vu inviter, à l’occasion de manifestations telles que Al-fenn midan [L’art est dans la place] des groupes musicaux comme Islam Chipsy.

Cette difficulté à se situer signifie, entre autres choses, que ce ne sont pas simplement les institutions culturelles et artistiques de l’État qui ont besoin d’une réorganisation en profondeur et d’une réflexion de fond quant à leur mission. Les institutions qui ont protégé la nouvelle production culturelle alternative et indépendante doivent également le faire, si elles ne veulent pas retomber au niveau [platement festif] de la musique mahragan

Musique et révolution (1/2) : le message de Muslim

Muslim

Sa page Facebook va bientôt atteindre le million de friends et sa dernière vidéo a été visionnée plus d’un million et demi de fois : sur les réseaux sociaux, Muslim fait parler de lui ! Muslim, c’est le nom de scène de Mohamed Mezouri, un chanteur dont le parcours hors du commun est intimement lié à l’histoire du rap marocain.

Naissance en 1981 à Jmaa, un « quartier populaire » (comprendre « pauvre ») de Tanger. Découverte du rap nord-américain, rencontre avec un groupe d’émigrés nigérians, et débuts sur la scène rap dès 1995. Fondation, avec La3rbi, un autre rappeur tangérois, de Zanka Flow (le flow de la rue), qui donne à Muslim son identité musicale, un rap hardcore, aux paroles crues et engagées. En 2001, premier CD, gros succès qui l’incite à se produire de plus en plus en solo. Série de disques qui marchent tous mieux les uns que les autres, jusqu’à la retraite annoncée en 2006. Fausse sortie ! Muslim se produit un peu à l’étranger et, surtout, continue à sortir des titres, en particulier Al-Tamarrod (Rébellion) en 2010. Passage à Mawazine en 2012, ce qui suscite pas mal de commentaires car le méga-festival, créé/géré par une structure proche du Palais, fait alors l’objet d’un boycott de la part de la jeunesse contestataire (voir le billet Mawazine ou Wallou zin, un équilibre périlleux pour le gouvernement marorain).

Comme l’écrivent ses bio officielles (sur sa page Facebook par exemple), Muslim « a également su au fil des années développer ses compétences afin de devenir un rappeur 100% indépendant et auto producteur, c’est-à-dire de la composition des instrumentales, de l’écriture des lyrics, du record mastering au mixage et à la distribution de ses propre CDs ». Il est donc loin d’ignorer l’importance des données économiques dans le monde de la production musicale (une question évoquée également dans le monde du rap par le groupe palestinien Dam (voir ce billet).

Lancé à la fin du moins du janvier, le clip de la nouvelle chanson de Muslim bat des records. Titre principal du CD qui s’annonce comme la suite du précédent Al-Tamarrod publié quatre ans plus tôt : La lettre. Sauf qu’en arabe, cela donne al-risâla, beaucoup plus proche du « message » et que, chanté par un type qui se fait appeler Muslim, les connotations historico-religieuses affluent (voir le billet Le message est dans l’image : la censure au cinéma).

Fidèle à un courant du rap qu’il a largement contribué à rendre populaire, Muslim revient sur des thèmes qu’il a déjà souvent abordés : la drogue, le chômage, la violence urbaine, la misère des déclassés… Pour la vidéo 100 % tangéroise, particulièrement soignée et produite par une nouvelle société de production, HELK Studio avec un jeune talent du cinéma marocain, Hassan Elkourfti (حسن الكورفتي), il a un double, le jeune rappeur, tangérois lui aussi, T-Slack.

Le clip est un classique du genre avec un montage alterné où l’on voit principalement, tantôt Muslim grimpé sur un toit à Tanger ou juché sur un conteneur graffité « Rébellion » (Tammarod), tantôt son double en jeune rappeur, tout frais diplômé mais un peu kiffeur, rejeté du boulot ensuite parce qu’il n’a pas de piston. Inévitablement, de petit boulot en petit boulot, ça se termine par une agression à l’arme blanche, jusqu’à ce que T-Slack/Muslim s’écroule dans la rue, sur fond de milliers de « messages » qui s’envolent au vent.

Les allusions ne sont pas très difficiles à décrypter, et de toute façon les paroles sont là pour enfoncer le clou. Le refrain est déjà sur toutes les lèvres de la jeunesse marocaine et même arabe :

Hadi Rissala Mektouba b dmou3 w dem lfou9ara li jaryin f demé
7rouf kharja mn l9alb ma3labalich bel7areb hit ana mo9id b fomé
fa bla mat3ml rassek ghafel wla ma3arefshi wlla blli rak omé
hadra 3lik ya bnadem nta w hadak o lakhor wlla bghito nssemé

C’est une lettre écrite avec le sang et les larmes des pauvres qui coulent dans mon sang
Des lettres qui viennent tout droit du cœur, pas besoin de faire la guerre, c’est par ma bouche que j’attaque
Pas la peine de faire semblant de rien voir
C’est à toi que je m’adresse, et puis toi, et puis cet autre,
Ou bien tu veux que je donne des noms ?

Plus loin, le message est encore plus direct (paroles en arabe à la fin de ce billet) : Le gouvernement, les ministres, tous ceux qui ne sont pas convaincus, on veut que vous sachiez qu’on est là, qu’on patiente. Mais quand on va se révolter, notre révolution ce sera jusqu’à la mort ! On n’est pas des moutons, et vous n’êtes pas nos bouchers ! Les responsables, c’est nous, vous n’êtes que des usurpateurs. On n’a plus peur, on est sorti de l’ombre (« de la grotte »). On a montré ce que vous êtes ! Rien que des mots ! Des mots trompeurs. Dites-moi ce que vous ressentez alors que les jeunes n’ont pas de boulot, qu’ils disparaissent pour rien. Il n’y a plus beaucoup de temps, le signal approche. Ils ont frappé à toutes les portes, ça fait des années qu’ils attendent sans réponse. Plus d’espoir en l’avenir, rien que des promesses, ils ne voient rien, aucune porte de salut, rien que des mirages. Les rêves sont morts et enterrés. Tous menteurs, tous voleurs !

Toutes ces informations sont fort bien présentées dans un article sur le site de Ray al-Youm. Mais le journaliste (l’article n’est pas signé) va plus loin et évoque également les réactions, apparemment assez nourries, à ce message sous forme de vidéo-clip. A côté de tous ceux qui applaudissent – et à voir les chiffres de fréquentation ils sont nombreux, c’est le moins qu’on puisse dire ! – il y a aussi des voix discordantes, en particulier dans les milieux du rap.

De ce côté-là, certains pensent, en gros, que le « message » de Muslim est à la fois facile et superficiel, surtout pour un chanteur de ce calibre. Ils trouvent en particulier que ce n’est pas faire preuve d’un courage hors du commun que de s’attaquer aujourd’hui à l’actuel gouvernement marocain, dirigé par un parti religieux… Pas d’attaques frontales dans ce clip, et surtout pas contre le Palais. Venant d’un chanteur qui s’est produit à Mawazine alors que la scène engagée boycottait le festival, pour quelques-uns, cela sent un peu la manipulation, avec un scénario qui pourrait faire penser à ce qui s’est passé en Egypte, voire même en Tunisie…

D’autant plus que le clip (plus ou moins) rap sur le mode « message à » est un genre très pratiqué en ce moment. Tout récemment, Anès Tina, un comique algérien que certains jugent un peu opportuniste, s’est ainsi fendu d’un titre pour « supplier » Bouteflika de ne pas se présenter pour un quatrième mandat (avec, m’a-t-il semblé, une lourde plaisanterie sur le chiffre 4 en arabe, symbole des partisans de président déchu Morsi). En Algérie (voir par exemple cet article dans L’Expression), beaucoup ont eu l’impression que l’ex-blogueur, bien présent sur la chaîne privée Nessma, cherchait surtout à faire parler de lui, éventuellement en rendant service à d’autres. En tout cas, son rap n’a certainement pas « l’authenticité » d’un Lotfi « Double Canon » (Lotfi Belamri) qui, lui, a connu de réels problèmes (article en arabe) pour une chanson trop critique d’un responsable qui n’était même pas le président, sauf que cela ne devait pas être « au programme »…

Au Maroc aussi, au moment où le « rap hardcore » fait le triomphe que l’on sait, on rappellera que L7a9d (Moad Belrhouat : voir notamment ce billet), musicien un temps emprisonné et membre du 20 février, a été « empêché » à la dernière minute de tenir la conférence de presse qu’il avait prévue pour la sortie de son nouveau CD.

L7a9d d’un côté, Muslim de l’autre : des traitements bien différents qui obligent à poser la question de la significaiton, sociale et politique, de ces lettres qu’envoient les rappeurs marocains et, plus largement, les « musiciens de la révolution ». La suite, la semaine prochaine mais en attendant, vidéo et paroles en VO (s’il y a des bonnes volontés pour traduire, ne vous gênez surtout pas !)

Les paroles en arabe (marocain) récupérées sur le site de Muslim :

بإسم الشباب دهاد لبلاد نكتب هاذ الرسالة
• حيت ضاق بينا الحال و الحال حالتوا حالة
• ملي خلقنا وحنا صابرين و الصبر صبرو تسالى
• كانقولو غا تحلى و ما زايدة غير فالبسالة
• شابرين لقنات كانموتوا فيهم بالتقالة
• بالدروغا و الهاش كانحاربوا البطالة
• ما كانخدموا ما كانردمو حياتنا ماشا نزبالة
• كيف القاري كيف الأمي كولشي فالشبكة الخبالة
• حرافتلي كيفاش نخدم حيت ماعنديشي الكالة
• رجع نلور وتكالا ولادهم هما لوالة
• ادا باغي تدمر ضرب البيكو و البالة
• ولا تبع الطريق دخوتك سراق وقتالة
• مسكينة الحكومة حرفالا
• من دابا نفوق ماكاينشي الراحة حيت حنا دمالة
• يا غا تشوفونا شي حل يا غانودوا شي قربالة
• قبل مايفوت الفوت أما هذه غير الرسالة

• هاذِ رسالة مكتوبا بدم و دموع الفقرا لي جاريين فدمِّي
• حروف خارجة من القلب ماعلابليش بالحرب حيت أنا مُقِد بفُمي
• فبلا متعمل راسك غافل ولا ماعرفشي ولا بلِّي راك أُمِّي
• الهدرة عليك يابنادم نتا وهذاك ولاخور و لا بغيتو نسمِّي

• هذه رسالة مكتوبة بدموع و دم الفقرا
• نالحكومة نالوزارة نأي واحد بدل الكارة
• بغيناكم تحسوا بينا تعرفونا بلي حنى صبارا
• بالحق ملي غانثوروا الثورة ديالنا حتى نمقبرة
• حنايا ماشي غنم نتومة ماشي جزارة
• حنايا المسؤولية و نتوما المسؤولين شفارة
• صافي مابقيناش نخافوا خرجنا من المغارة
• عقنا بكم غير الهدارا كلمتكم غدارة
• قولولي كيف كاتحسوا ملي الشباب فحال النوارة
• ما جابر مايعمل براسو غير كايضيع خسارة
• سنين تضيع فالحبس ولا في الغربة بلاد النصارة
• ولادنا فالزنقة شمكارة و بناتنا فالدعارة
• كيعيشوا حياة الزنقة لي رداتم غير الحكارة
• حن تتمحن شعار كيكي و الزبارة
• ومابقا قد ما فات و تصفر الصفارة
• أما هذه غير الرسالة بدموع الفقارة

• هاذِ رسالة مكتوبا بدم و دموع الفقرا لي جاريين فدمِّي
• حروف خارجة من القلب ماعلابليش بالحرب حيت أنا مُقِد بفُمي
• فبلا متعمل راسك غافل ولا ماعرفشي ولا بلِّي راك أُمِّي
• الهدرة عليك يابنادم نتا وهذاك ولاخور و لا بغيتو نسمِّي

• هدي رسالة كاتبينها غِي الشباب
• ماخلو فين دقوا ماخلو حتى باب
• بقاو سنين بتسناو باقي مكاين حتى جواب
• صافي القلب راه طاب و الراس على بكري شاب
• الأمـل في المستقبل خاب..
• ونتوما هما السباب
• قتلتوهم بالوعود مشافو غِير الضبـــاب
• مكين طريق فين يهراب..
• كين غِير السراب غِير قتل في الأحلام ودفن تحت التراب
• آلخوا كلشي كذاب آعشري كلشي نصّاب
• حتى لي جْنَى الغلَّة ليوم ولا حطاب
• حتى لخل الزبل ليوما رجع يشطّاب
• علاش الضمير غــاب حيت في قانون الغاب
• الخير معندو حباب و الشر هو الغلاب
• وشكون تكونو باش تحكمو علينا بهذ العذاب
• ودبا سمعو محلكم في الإعراب
• رباعة دولاد الك….

• هاذِ رسالة مكتوبا بدم و دموع الفقرا لي جاريين فدمِّي
• حروف خارجة من القلب ماعلابليش بالحرب حيت أنا مُقِد بفُمي
• فبلا متعمل راسك غافل ولا ماعرفشي ولا بلِّي راك أُمِّي
• الهدرة عليك يابنادم نتا وهذاك ولاخور و لا بغيتو نسمِّي

Haytham Manna : « Catalogués malgré eux ! »

Ce lundi, les négociations reprennent à Genève entre le gouvernement syrien et des délégations d’une opposition divisée, alors que la situation sur le terrain militaire met aux prises, dans des configurations complexes, les forces du régime et leurs alliés locaux à des groupes militaires qui se revendiquent de plus en plus des formes extrémistes de l’islam politique tout en recevant le soutien de différentes puissances étrangères. Pourtant, des courants de l’opposition syrienne continuent, depuis les premières manifestations pacifiques de février 2011 à Damas, à prôner une autre forme de combat politique. C’est le cas en particulier du Comité national pour le changement démocratique en Syrie dont Haytham Manna, militant de longue date pour les droits de l’homme dans son pays, est le porte-parole à l’étranger. Alors qu’elles sont régulièrement reprises par la presse arabophone, ses déclarations, trop rarement relayées dans les médias étrangers, méritent pourtant qu’on en prenne connaissance. Prévue pour Orient XXI qui n’a pas souhaité la publier sous cette forme, cette traduction (par mes soins) est la version abrégée (avec l’accord de l’auteur) d’un texte publié le 3 novembre 2013 par le journal en ligne Ray al-youm.

manna2Haytham Manna : Catalogués malgré eux !

Au nombre de nos malheurs, il faut compter le fait que diverses parties prenantes au drame syrien ont décidé, dès le début, que la marche des événements et ce qu’on pouvait en attendre seraient déterminés de l’étranger, par l’étranger, au détriment de la lutte populaire civile et pacifique.

Tout le monde se souvient comment des éléments proches des Frères musulmans ont créé [sur Facebook] en février 2011 la page « La révolution syrienne contre Bachar Al-Assad », en demandant que celle-ci débute les 4 et 5 février, au jour anniversaire des massacres de Hama [en 1982]. On se souvient également comment les journaux ont décrit, le matin du 15 mars 2011, les manifestations et leurs victimes au jour mentionné par cette page. Or il n’y avait pas encore eu de blessés et encore moins de morts à cette date-là, mais certains avaient déjà préparé leur discours, ou plutôt leur désinformation médiatique.

Tout le monde se souvient également des premiers mouvements à Daraa, qui avaient pris pour cible un officier des forces de sécurité, Atef Najib, symbole de la répression et de la corruption dans ce gouvernorat. On parlait alors de corruption, de réformes, de fin de l’état d’urgence [en place depuis 1963], on scandait des mots d’ordre pour la dignité et la liberté. Les frontières entre ce qui se passait à l’intérieur du pays et à l’étranger étaient clairement tracées avec un slogan tel que « Ni Frères musulmans, ni salafistes, notre demande, un gouvernement civil ! »

La voix de la Syrie venait des épreuves et de la longue souffrance infligée par un système autoritaire, ses slogans étaient locaux, et n’émanaient pas du monde virtuel : « Pacifique, même s’ils en tuent cent chaque jour ! »… Le mouvement populaire en Tunisie et en Égypte avait créé un climat général favorable au changement pacifique. Il avait réveillé la résistance civile dans la conscience collective, dans toute la région. Mais dès le début, notre problème provenait des tentatives conçues depuis l’étranger et des médias visant à soumettre le mouvement populaire à des agendas qui ne respectaient pas le rythme du soulèvement populaire et les demandes venues de l’intérieur du pays.

Cette intervention a commencé à apparaître en toute clarté avec les noms qui furent donnés aux manifestations du vendredi. Des gens riches dans les pays du Golfe réclamaient des banderoles avec des slogans bien précis, puis des religieux de la Péninsule arabe ont pris le relais pour proclamer, d’une manière inconséquente, des slogans tels que : « Mille [soldats] de l’Otan plutôt que les Majus ou les Safavides » [comprendre «hérétiques iraniens»]. La voix de l’étranger a supplanté celle de l’intérieur, aussi bien dans les médias satellitaires que sur Internet.

Ce n’est par hasard que les six personnes qui appelaient depuis Istanbul à la mise en place d’un Conseil syrien de transition l’ont fait de l’étranger, alors qu’elles étaient porteuses de passeports européens ou américains et qu’il n’y avait pas avec elle un seul citoyen syrien de l’intérieur du pays. Ce n’est pas un hasard non plus si la promotion du projet [de renversement du régime syrien] a été faite depuis l’Occident et dans les pays du Golfe au détriment de la lutte interne menée sur le terrain par les forces vives de la société.

Dès la première réunion à Doha en juin 2011, nous avons essayé de faire en sorte que les bonnes intentions l’emportent et que la voix de l’intérieur puisse être entendue. J’ai ainsi demandé à l’un de ceux auxquels il a été promis un poste au sein du Conseil de revenir en Syrie pour empêcher que cette opposition soit en exil, ballottée entre les différents régimes, voisins ou non. Tout cela a été vain : l’aide médiatique, politique et financière a submergé l’opposition de l’étranger pour qu’elle devienne le porte-parole du peuple et de la révolution. Je me souviens encore de ce que m’a dit alors Azmi Bishara [conseiller du prince de Qatar] : « Si vous vous mettez d’accord sur une instance commune, un avion sera mis à votre disposition pour vous faire venir et procéder à votre reconnaissance internationale »…

Et pourquoi certains désapprouvent-ils aujourd’hui les propos d’un haut responsable américain qui a reconnu récemment que son pays était derrière la création de la Coalition nationale ? Quotidiennement, on nous répétait : « Deux semaines et tout sera fini. » Nous répondions que ce serait long. Les accusations pleuvaient sur nous, nous accusant de toutes les trahisons possibles, alors que ce sont eux qui ont prêté l’oreille à l’étranger, qui ont trahi tous les espoirs. Le jour où nous avons lancé les slogans réclamant la chute du régime dictatorial accompagné des trois « non » (non au confessionnalisme, non à la violence et non à l’intervention militaire étrangère), le porte-parole des Frères musulmans a expliqué qu’il n’y avait pas de tabous.

Le 10 août 2011, deux jours seulement après l’assassinat de mon frère Maen Aloudat, le site des Frères musulmans et des sites salafistes ont publié un article disant: « Oui au combat armé sous la bannière du djihad, oui à la riposte contre le confessionnalisme du régime par la mobilisation des sunnites, et oui à l’intervention militaire étrangère parce que nous sommes entrés dans une période de trêve entre les forces occidentales et l’islam. » Je me souviens encore de leur réaction quand j’ai affirmé, juste à la fin de ramadan en 2011: « Si la lutte devient armée, elle va s’islamiser, se confessionnaliser, se radicaliser et elle perdra son élan. »

A cause de la violence aveugle de certains secteurs de l’opposition soutenant l’option armée, certains de ceux qui ont donné au monde entier le plus bel exemple d’une résistance populaire civile se sont mis en retrait, se contentant dans le meilleur des cas de tâches humanitaires. Lorsqu’ils appartenaient à des minorités religieuses ou confessionnelles, ils ont été traités de soutiens du régime. Quand ils appartenaient aux franges éclairées de la majorité musulmane, ils ont été traités de lâches. Et s’ils s’avisaient de critiquer le déroulement des événements, ils ont été accusés d’appartenir aux bandes du régime [shabiha].

Toutes les tentatives d’action civile et pacifique ont été marginalisées, pour mieux permettre la diffusion des mots d’ordre pour le combat armé. Et l’opposition de l’étranger s’est tue lorsque de malheureux soldats ont très rapidement été tués à Jisr al-Shoghour [le 6 juin 2011]. Personne n’a cherché à savoir pourquoi les autorités turques avaient construit le premier camp à Alexandrette avant même l’arrivée des réfugiés. Combien de fois ai-je supplié les habitants du Sud de rester dans leur maison et de refuser de se réfugier dans les pays voisins ! Certains de ceux qui les encourageaient alors à gagner des zones tranquilles et sans danger nous le reprochaient.

Comment pourrions-nous oublier les pitreries d’un de ces clowns qui affirmait qu’avec une dizaine de milliers de Syriens réfugiés dans un de ses pays membres, l’OTAN interviendrait conformément à l’article 8 de sa charte ! Bien sûr, ni Al-Jazira, ni Al-Arabiya ne se sont donné la peine de s’interroger sur la réalité de l’existence de cet article. Un des hauts responsables de l’OTAN a éclaté de rire quand je lui ai raconté cette histoire ! Aujourd’hui, les réfugiés sont abandonnés à leur triste sort, tandis que l’assistance humanitaire et alimentaire est pillée … Mettre en garde contre toute cette tragédie, c’est être un partisan du régime ?

Face à tout cela, il s’est trouvé des consciences au sein de la nation pour dire «non», pour refuser chaque demande d’une intervention de l’OTAN. Tous ceux-là n’ont jamais été pour la dictature, ils se sont soulevés courageusement contre les appareils de sécurité et ils ont payé cher le prix de leur liberté et leur résistance. En vertu de quel pouvoir, au nom de qui certains s’arrogent-ils le droit d’étiqueter telle ou telle catégorie comme « affiliée au régime » ou « insuffisamment opposante » ? Le policier qui fait la circulation, est-ce un soutien de la dictature ? Le soldat qui se fait tuer à un barrage, son assassinat est-il licite ? Ces quartiers et ces villages bombardés sans discernement par tel ou tel groupe armé constituent-ils des cibles légitimes ? Doit-on être responsable des fautes des autres ? Qui sont les entrepreneurs de la révolution de l’étranger pour se faire les censeurs de la morale et de la révolution ?

Les combattants de Quraysh ont mutilé des cadavres alors que le prophète – que la paix soit sur lui – l’a interdit : Qu’est-ce donc que leur islam? Pourquoi ceux qui dénoncent les crimes commis par des étrangers seraient-ils des agents du pouvoir ou même ses alliés ? N’est-il pas temps de mettre un terme à cette farce ? Les hommes politiques et les militaires qui gardent le silence devant de telles pratiques, ou qui y participent, ne savent-ils pas que le Syrie vivra par et pour ses habitants et que ceux-ci devront bien vivre avec leurs voisins et non avec les Talibans, les Tchétchènes et tous les détraqués venus de tous les horizons porteurs d’un message de mort, d’où qu’ils viennent et quel que soit leur camp ?

Malgré l’ampleur de la tragédie que vit la Syrie, il reste aussi une majorité qui a pour programme un changement démocratique et civil. Malgré les échecs, leur foi en l’avenir est plus grande que celle de l’opposition habituée aux grands hôtels. Mais ceux qui sont tenus à l’écart ont une voix, un point de vue, des droits, ceux qui ont perdu la vie comme ceux qui sont encore vivants. Ce sont eux qui construiront la Syrie de demain, eux qui défendent vraiment la dignité, la nécessité d’un État fondé sur la loi et souverain. Ceux qui leur décochent leurs flèches en les traitant de mécréants ou en les critiquant, ceux-là doivent savoir que la mémoire du peuple est plus fidèle encore que celle des historiens, et que ce ne seront pas simplement les criminels du régime dictatorial qui devront rendre des comptes mais également ceux qui ont volé, qui ont trafiqué, vendu et acheté, qui ont comploté avec les forces obscurantistes régionales et la toute-puissance étrangère sur le dos de l’unité du pays.

« Les cheikhs de la discorde » (2) descendent sur le terrain : foot et politique dans le monde arabe

sheikhfootballeurs2
Notre sélection (nationale) dans une confrontation décisive aujourd’hui contre la sélection de l’EIIL

En cette période troublée, on ne s’étonnera pas de constater que foot et politique (un thème récurrent dans ces chroniques) entretiennent des liaisons très particulières dans le monde arabe… Sans remonter trop loin dans le passé, on peut évoquer, en décembre dernier, l’annulation d’un match entre le Club Sportif Sfaxien et l’Espérance Sportive de Tunis. Une décision prise à la dernière minute par les autorités inquiètes des réactions des supporters de l’Espérance furieux contre Le Livre noir : le système de propagande sous le régime de Ben Ali. Cette publication, maladroitement voulue par le bientôt ex-président Moncef Marzouki afin de redorer son image publique, faisait état de pots-de-vin versés par Ben Ali aux dirigeants du club, fort proches du régime… Pour son 95e anniversaire, ceux-ci ont répliqué quelques semaines plus tard avec leur propre ouvrage, Le livre rouge et jaune, les couleurs de l’Espérance, bien entendu !

On peut comparer cette erreur de communication à celle qu’a commise également le toujours très généreux Al-Waleed Bin Talal. Au premier rang des plus grandes fortunes du monde, le prince saoudien – déjà connu comme supporter du football féminin dans son pays – avait pensé soigner son image d’homme libéral en offrant deux millions de dollars à deux équipes de la ville de Riyad (histoire de ne pas avoir à trancher dans les rivalités locales sans doute). Raté ! Tombant juste au moment où les réfugiés syriens souffraient plus que jamais de la vague de froid qui s’était abattue dans la région, son geste aura surtout eu pour conséquence de déchaîner contre lui les critiques des internautes comparant, sur les médias sociaux (article en arabe), les sommes accordées aux vedettes de la balle au pied à celles qui parviennent entre les mains des innocentes victimes d’un conflit devenu international.

Même sous la férule d’un pouvoir religieux ultra-conservateur, le foot est sans conteste le sport roi en Arabie saoudite. La métaphore royale convient parfaitement dans la mesure où le grand événement de l’année est à coup sûr la finale de « la coupe du dauphin ». Cette année, le traditionnel derby entre les deux meilleurs équipes du pays s’est terminé par la victoire du challenger, et c’est le prince héritier et ministre de la Défense en personne qui a remis un trophée qui ne s’inscrit pourtant pas, que l’on sache, dans un patrimoine attesté par la tradition, qu’elle soit bédouine ou musulmane !…

L’actualité arabe offre encore bien d’autres exemples récents des multiples manières dont le pouvoir politique s’efforce de jouer sur le terrain du foot pour tenter de réaliser quelques-uns de ses buts. Outre le scandale, dont on commence à parler davantage, des mauvais traitements subis par les ouvriers étrangers travaillant sur les futurs stades du Qatar, James Dorsey met au jour quelques-uns des dessous de la scène footballistique cairote. Il évoque en particulier les tentatives, de la part de l’actuelle équipe au pouvoir, de se débarrasser des dirigeants « ultra-corrompus » des deux grands clubs, le Zamalek et le Ahly. Réussite dans le premier cas, mais échec dans le second. Mais le plus intéressant, c’est encore d’apprendre les tractations, pas très claires, autour des droits pour les retransmissions télévisées des compétitions. Visiblement, l’actuelle négociation a surtout pour enjeu de « châtier », en l’excluant de la partie, la désormais abominable chaîne qatarie Al-Jazeera !

Beaucoup plus classiquement, la fierté (ou le chauvinisme) national est toujours flatté par une victoire, surtout lorsqu’elle est inattendue ! Un peu à l’image de l’Irak vainqueur en 2007 de la Coupe d’Asie, la Libye – en proie à un chaos qui n’a pas l’air d’émouvoir Bernard-Henri Lévy qui a pourtant si bien contribué à le créer – est devenue dimanche dernier une très surprenante championne d’Afrique, grâce à sa victoire sur le Ghana. Le match, il faut le préciser, ne se déroulait pas en Libye comme prévu à l’origine pour cette compétition, mais en Afrique du Sud.

Au chapitre des victoires aux relents nationalistes, la palme revient tout de même à l’Irak, qui a emporté il y a quelques jours la Coupe d’Asie (des moins de 20 ans) contre sa voisine l’Arabie saoudite. Au moment où le Premier ministre irakien, le chiite Al-Maliki, lançait une grande offensive militaire contre les « djihadistes » de Fallouja dans la province (sunnite) d’Al-Anbar, les métaphores ont été plus militaires que jamais ! Sans qu’on sache toujours s’il s’agit de rumeurs car certains propos ont été par la suite plus ou moins démentis, on s’est beaucoup réjoui, côté irakien, de cette victoire.

L’entraîneur national (celui de l’équipe de foot, pas le Premier ministre) a parlé de ses joueurs, déchaînés sur le terrain « comme les soldats qui combattent l’EIIL » (l’Etat islamique en Irak et au Levant), tandis que les supporters criaient dans les rues (de Bagdad, pas à Fallouja) : « L’EIIL peut faire tout ce qu’elle veut, c’est nous qui avons gagné ! » Dans la même ligne, Al-Maliki a évoqué (article en arabe) l’autre « grande victoire », celle qui sera remportée un jour prochain contre « tous les ennemis de l’Irak, tous les terroristes ennemis de l’humanité ».sheikhfootballeurs

Sans doute, de telles poussées de fièvre nationaliste et démagogique sont trop fréquentes pour qu’on s’y arrête. Pourtant, on retiendra qu’elle a pris, dans le cas irako-saoudien, un tour qu’on peut trouver amusant mais qui est surtout assez significatif (et qui est par ailleurs dans la droite ligne du billet précédent). Outre le fait que l’opinion publique footballistique irakienne associe visiblement la rébellion armée dans l’ouest du pays à l’action, même pas secrète à ses yeux, de ses voisins saoudiens, on constate également qu’elle considère, sans l’ombre d’une hésitation, que les principaux religieux extrémistes du Royaume méritent de figurer au premier rang de l’équipe adverse ! A preuve, ce photo montage (illustration ci-dessus et détail en haut de ce billet) publié dans un quotidien irakien dans lequel les têtes des joueurs saoudiens ont été remplacées par celles des stars les plus extrémistes de l’islam saoudien !

Au Moyen-Orient et dans le monde arabe en général, ce n’est pas avec le foot qu’on pourra siffler la fin de la partie…