FIFA et fitna (2/2) : Viva Palestine!

A Palestinian protester holding a Palestinian flag heads a soccer ball next to Israeli border police during a demonstration outside Israel's Ofer military prison
Israeli border, during a demonstration in solidarity with hunger-striking Palestinian prisoners held by Israel, near Ramallah, June 11, 2014.

(Suite de la chicha et le châcha.)

Il n’aura pas échappé aux vrais fans du monde arabe qu’au classement officiel de la FIFA – cogéré par Coca-Cola ! – l’Arabie saoudite et le Qatar sont en baisse (respectivement de 15 et 5 points), alors que la Palestine, grâce à sa qualification historique pour la finale de la Coupe d’Asie, fait un bon en avant de 71 points. Quand les nouvelles du terrain sont aussi mauvaises pour eux dans la région, les nationalistes arabes se réjouissent forcément de cette victoire acquise sur les terrains de foot !

Absente de la compétition sportive qui occupe aujourd’hui tous les esprits, la Palestine n’en est pas moins très présente durant ce Mondial brésilien. Alors qu’elle avait été annoncée il y a longtemps déjà, la participation de Mohamed Assaf aux cérémonies d’ouverture aura finalement été annulée au dernier moment. « Des Etats et des acteurs inconnus » se sont en effet ligués pour empêcher la présence, lors de cet événement suivi dans le monde entier, de la star de Gaza, dernier vainqueur en date de l’émission Arab Idol. Malgré le soutien de la Colombienne Shakira (née d’un père libanais), il a donc été exclu de la grande fête.

Le patron de la FIFA, Sepp Blatter (seize ans de pouvoir, une longévité de caudillo arabe, et il sera peut-être encore en place pour le Mondial qatari en 2022), lui a tout de même accordé un strapontin sur le podium en l’invitant à ouvrir le congrès des instances mondiales du foot, qui s’est tenu au Brésil juste avant le Mondial. L’occasion pour la vedette arabe de marquer des points en lançant, à l’issue de sa prestation musicale, un vibrant Viva Palestine que les médias comme il faut ont largement ignoré ! (C’est sur cette vidéo, tout à la fin, 6′.)

Autre victoire palestinienne lors de ce congrès, le (pourtant très modéré) Jibril Rajoub, a obtenu qu’on adresse un sévère avertissement contre la fédération israélienne. Pas le carton rouge, synonyme d’exclusion dont rêvait le patron du foot palestinien car il y a eu des désistements de la part de représentants arabes et musulmans (on n’a pas les noms malheureusement). Mais les Israéliens restent tout de même sous la menace d’un rapport qui doit être examiné lors de la prochaine réunion de la FIFA au Maroc, en décembre prochain.

Il faut dire que cela fait des années que les Israéliens tacklent sévèrement le foot palestinien (document très complet sur la question, mais en arabe). Tout est bon pour gêner les prestations de leurs adversaires : train-train habituels des brimades en tout genre pour empêcher l’amélioration de stades, la venue d’équipements et même d’entraîneurs de l’étranger, sanctions contre des clubs au prétexte de quelques emblèmes nationaux brandis dans les tribunes par des supporters palestiniens et surtout, beaucoup plus grave, entraves aux déplacements des joueurs, y compris lorsqu’ils doivent se rendre à l’étranger pour des compétitions officielles. Preuve que les Israéliens sont loin de jouer fair-play, il leur arrive même de tirer à balles réelles dans les jambes de footballeurs (en arabe)…

Présente au Mondial, la Palestine l’est également grâce au beau parcours de l’Algérie. D’abord, parce que les Palestiniens s’identifient naturellement à la seule équipe arabe : ils se font d’ailleurs taper dessus à Jérusalem lorsqu’ils ont le malheur de sortir le drapeau algérien : supporters arabes en France, vous êtes prévenus;-). Mais aussi parce que les joueurs algériens ont manifesté de toutes sortes de manière leur nationalisme et leur soutien sans faille à la cause palestinienne. Après le match nul contre la Russie, sésame pour le tour suivant, leur vedette, Soufiane Feghouli, s’est ainsi fendu d’un tweet pour dédier la victoire aux Algériens et aux Arabes, et tout spécialement aux Palestiniens.

Un message qui s’inscrit dans une grande vague de réconciliation arabe et qui rompt totalement avec ce que l’on observe depuis des mois dans la région. Alors qu’on se déchire joyeusement entre « frères arabes » depuis des mois et même des années, la fête du foot est l’occasion de quitter les drames à répétition de la fitna. Côté tribunes officielles, Bouteflika applaudit une équipe qui n’a pas déçu les espoirs arabe, musulmans et africains, tandis que ses coéquipiers dans l’équipe des dirigeants régionaux lui ont fait part de leurs félicitations officielles. Côté tribunes populaires, les supporters ne manquent pas une occasion d’exprimer leur attachement à la grande nation arabe. Brandissant drapeaux palestiniens et agitant des keffiehs, ils font résonner les stades brésiliens de leur chanson fétiche Shouhada Filastine (Martyrs de Palestine, paroles en arbizi ici). Même le très saoudien Elaph entre dans la partie en saluant la cohésion charnelle (talâhum) du peuple des supporters arabes !

gazagraffiti
Graffiti à Gaza à la gloire de l’équipe algérienne.

Oubliées les vieilles querelles fratricides ! Les Egyptiens se sont mis à soutenir ceux qui les ont pourtant éliminés des qualifications au Mondial, une vraie crise pas totalement diplomatique à l’époque ! Quant à ceux qui cherchent à semer la zizanie, en soulignant par exemple que c’est un Marocain (d’origine) qui a fait perdre l’Algérie (2-1 pour les Belges), le public n’est plus avec eux. Lorsque des excités ont voulu se venger en brûlant le drapeau marocain, Soufiane Feghouli a remis la balle au centre : ce milieu de terrain, un ancien international français qui a opté pour l’équipe nationale de son pays d’origine, a montré l’excellence de sa vision du jeu politique en remerciant les supporters du pays voisin par une photo, prise devant son hôtel, où on le voit avec le drapeau marocain.

Comme personne ne l’ignore ou presque, le prochain match contre les Allemands est l’occasion, pour les Algériens, de réparer l’injustice flagrante d’un match « arrangé » avec l’Autriche qui les avait éliminé en 1982 malgré leur victoire contre les « machines germaniques » (c’est souvent ainsi qu’ils sont présentés dans la presse arabophone, et il y a même une page Facebook !) Si les « Fennecs » devaient l’emporter, on n’a pas fini d’entendre parler de la Palestine au Brésil !

Viva Filastin !

On a commencé avec le classement FIFA-Cola, on terminera sur la même note ! En prime, cette hallucinante vidéo de promotion à la gloire des footballeuses palestiniennes et (fort bien) réalisée par (la branche palestinienne de) la société Coca-Cola ! Ne cherchez pas une allusion directe à l’occupation israélienne, il n’y en a pas ! Mais Coca-Cola/FIFA sauvera le monde (arabe)…

Chicha et châcha (1/2) : comment regarder le Mondial quand on est arabe ?

palestinbein

Alors que tout va mal, le Mondial offre aux Arabes qui aiment le foot – et ils sont nombreux – une parenthèse bienvenue, entre chicha et chacha, comprendre entre narguilé et écran. Pourtant, plus que jamais, le foot, surtout depuis qu’il a fait l’objet d’une énorme OPA qatarienne, est une affaire où fric rime avec politique. Avec, par exemple, ces commentaires dans Al-Akhbar à propos de l’inflation, ridicule à plus d’un égard, d’invocations divines de la part des journalistes commentant les matchs ! Exaspéré par toute cette bondieuserie totalement déplacée à propos des prénoms des joueurs et des interventions divines dans le cours de la partie, Ahmad Mohsin demande si on s’interroge sur TF1 pour savoir si Yohan Cabaye va ou non à la messe le dimanche !

En principe – mais il y a des exceptions comme on le verra, pas moyen d’échapper à la main-mise qatarie sur le football mondial si on est arabe. Hormis les richards du Golfe, et l’Algérie (seul pays arabe qualifié) qui a dû sortir 30 millions de dollars pour offrir à son peuple 24 matchs, les téléspectateurs qui veulent suivre la compétition doivent faire leur bay’a (acte d’allégeance) à l’émir du Qatar, propriétaire de beIN (ex-Jazeera sport), détenteur exclusif mondial des droits du Mondial. Pour cela, il faut acheter une petite boîte magique, un décodeur violet, pour une somme qui varie entre 230 et 280 dollars selon les pays (voir ici). Et le Qatar a mis le paquet pour décourager les plus habiles des pirates qui se sont apparemment cassés les dents sur le code qu’ils ont mis en place pour protéger leur business.

Du coup, les téléspectateurs arabes pour lesquels un tel investissement n’est même pas envisageable, et ils sont nombreux, ont recours au système D (quand ils ont de l’électricité naturellement, et pas des bombes sur leur toit ou devant leur porte). Les bons vieux « rateaux » à l’ancienne, avec des bricolages pour pousser leur portée, ont repris du service dans certaines zones de Jordanie, de Syrie ou du Liban, et de Cisjordanie naturellement, pour « pomper » les retransmissions de la chaîne israélienne.

Pour les puristes, un bon match se passe de commentaires paraît-il mais pour ceux qui souhaitent les entendre en arabe – et c’est vrai que cela peut faire beaucoup pour l’ambiance – les Palestiniens ont trouvé une solution assez amusante : désormais, à côté de la télé, il y a un poste radio, branché sur une station locale – laquelle diffuse la bande son « officielle » sur beIN ou, mieux encore, son propre commentataire en bon arabe palestinien !

Il y a d’autres solutions, à l’échelle de toute la région cette fois. Dans certains cas, on pirate les retransmissions des pays riches, en « récupérant » les signaux satellitaires moins difficiles à décrypter, sur Hotbird par exemple. Plus simplement encore, on peut se rendre – cela fait partie du plaisir – dans un des lieux publics, cafés ou restaurants, qui ont acheté une licence. En principe, les Qataris, qui ne font pas de cadeaux, font payer ce type d’abonnement plus cher mais, dans les circonstances actuelles, il y a pas mal d’endroits où il y a assez peu de chance que les inspecteurs viennent mettre les pieds !

En Syrie par exemple, il y a assez peu de risque qu’on les voit, et les cafés branchés de Damas ont retrouvé, pour la première fois depuis trois ans, un peu d’animation nocturne (ça n’est pas le cas à Alep, vous l’aurez deviné). Avec même un rite un peu particulier, qui consiste à manifester ses sentiments politiques, en affichant ou non les drapeaux nationaux des équipes en compétition. Impensable bien entendu d’arborer un drapeau d’une nation « ennemie » (la France au hasard!) : en pareil cas, c’est l’emblème national syrien qui s’impose ! Un moment tenté de pirater le Qatar, qui n’est plus vraiment un pays frère, les Syriens avaient envisagé de passer la compétition sur une chaîne nationale ou « semi-privée » (c’est-à-dire privée, mais à quelqu’un bien vu du régime, selon la définition régionale la plus commune du secteur privé). Il a dû craindre les foudres du Qatar (et il n’a pas tort sans doute), et peut-être aussi celle de la FIFA qui n’hésitera pas à sortir le carton rouge pour les pays qui ne respectent pas les règles du jeu mondial des droits audiovisuels. Du coup, c’est une chaîne créée de toutes pièces, juste pour la durée de la compétition, qui retransmet les matchs.

Malgré tout, la solution libanaise pour regarder le Mondial malgré l’embargo qatari est encore plus surprenante. Comme la colère publique commençait à monter chez les spectateurs qui, malgré les combines diverses et variées, n’arrivaient pas à s’offrir leur dose de foot, ce pays sans président, a trouvé une combine politique presque aussi subtile que le fameux « pacte national » de l’été 43. Résumé par un titre de L’Orient-Le Jour, la solution libanaise a consisté à imaginer un accord qui réussit à légitimer le secteur très juteux du piratage télévisuel. En d’autres termes, l’Etat, en ponctionnant les sociétés locales de téléphonie, a choisi de payer la société privée Sama, détentrice exclusive de la revente des droits de diffusion du Mondial dans le pays. Mais attention, on est au Liban, et ce ne profitera pas à Télé-Liban. Non, dans son étonnante créativité politique, l’exécutif libanais a choisi de laisser cette diffusion se faire par l’intermédiaire des distributeurs dont les câbles (totalement illégaux et courant dans tous les sens) fournissent à ceux qui paient un abonnement (totalement illégal lui aussi) d’une vingtaine de dollars par mois.

Tant pis si Télé-Liban, la chaîne nationale, est captée par tout citoyen du pays (pourvu qu’il ait de l’électricité ou qu’il ait payé la facture au fournisseur privé du générateur local). Et cela y compris dans les zones rurales et/ou pauvres où il n’y a pas de trafiquants d’images télévisées. Tant mieux pour les distributeurs illégaux. Et bravo à la société Sama dont les sponsors locaux, qui ont failli ne pas faire une bonne affaire car on ne se précipitait pas au Liban pour payer ces abonnements jugés trop chers : avec ce tour de passe-passe, ils voient leurs investissements récompensés ! Pas tout-à-fait « légitimement » mais quand même ! Le Liban, champion du monde de la combinazione politico-financière !

(La semaine prochaine, on s’intéressa davantage à la compétition.)

Omar et Ali sont dans un bateau… (Tania Saleh, Wehdé)

taniasaleh

Comment ne pas désespérer du monde arabe et de ses horreurs à répétition ? Peut-être en se mettant à son écoute, comme on essaie de le faire dans ces chroniques depuis pas mal de temps déjà, en donnant à entendre quelques-unes de ses voix, même si elles semblent hurler dans le désert. Dans l’abattement d’un lundi en quête d’un billet qui ne serait pas totalement pessimiste, un courriel m’est venu d’une amie, qui ne se résout pas au « malheur d’être arabe ». Quelques lignes, renvoyant à un lien sur Internet, une chanson de Tania Saleh intitulée Omar et Ali.

La chanson appartient au second CD de Tania Saleh (تانيا صالح), réalisé en avril 2011, neuf ans après sa première expérience en studio, à un moment où le monde arabe vibrait de l’espoir d’un changement. Un disque que la chanteuse libanaise, qui disait alors son bonheur de penser à l’avenir du monde arabe avec plus d’optimisme, avait choisi d’intituler Wehdé (Unité, prononcé à la libanaise, en référence à la naissance du Liban indépendant comme elle l’explique sur son site).

A l’image d’une très grande partie de la musique alternative arabe, Tania Saleh « invente » une tradition musicale qui associe enracinement dans les modèles locaux (ne serait-ce que par la réinterprétation de thèmes du patrimoine populaire) et emprunts aux musiques du monde, américaines en particulier (le folk et le jazz, au nord, et plus récemment les rythmes latins du Sud). Comme cette musique alternative également, Tania Saleh renouvelle la chanson politique, en délaissant un engagement trop étroitement militant au profit d’un discours ironique et même caustique. Marquée sans doute par ses premières collaborations avec Ziad Rahbani, elle préfère, ainsi qu’une bonne partie de la création contemporaine arabe, manier l’humour et la dérision (comme on le voit sur la pochette de son CD, en illustration ci-dessus).

Avant de vous laisser découvrir sa chanson, Omar et Ali (deux prénoms bien entendu « emblématiques » – si on peut l’écrire ainsi – des sunnites et des chiites), sachez qu’elle a lancé une souscription sur Zoomal (ceux qui ont de l’argent), un site de financement communautaire. Trop tard pour y participer, c’est déjà largement couvert, ce qui est le signe que sa voix, et toutes celles qui se reconnaissent en elle, existent tout de même, quelque part. Voilà au moins une bonne raison d’espérer, à défaut de rêver qu’elles se fassent entendre tout de suite…

En dessous de la vidéo, les paroles en arabe (trouvées sur le site Enfants de Tripoli, une ville qu s’y connaît pour ce genre de problèmes !), et un essai de traduction de ce texte écrit, comme la quasi totalité des chansons de Tania Saleh, en pur « libanais » :

Omar, parle avec Ali يا عمر كلّم علي
Allez, lève-toi, viens lui dire bonjour قوم اوقف سلّم علي
Il vient du bout du monde جايي من آخر دني
Allez, debout, c’est pas une affaire ! اوقفلو مرة شو عليه
Omar, parle avec Ali يا علي كلّم عمر
Il est là, il te tend la main واقف و مادد إيديه
Approche un peu قرّب فشخة يا علي
Fais-lui un gros bisou قرّب بوسو من عينيه

Tu ne peux pas rester avec lui لا قادر عايش معه
Mais tu ne peux pas te passer de lui ولا فيك تكفّي بلاه
Allez, on arrête ça, venez حلّو هالقصة تعو
On n’a pas besoin de problèmes en plus ! مش ناقصنا بلبله

Tous les grands livres venus du ciel كل الكتب المنزله
Tous les prophètes envoyés كل الرسل المرسله
Ont dit que la solution c’était de s’aimer قالو الحبّ هو الدوا
C’est comme ça qu’ils ont réglé le problème و حَلّو كل المسألة
Omar, parle avec Ali يا علي كلّم عمر
Le monde c’est un village العالم صار حارة صغيرة
Et ça se joue dans la cour des grands  لقضىيس و اللعبة لعبة كبيرة
Tu veux jouer Omar ? بدك تلعب يا عمر
Ben il faut le faire avec Ali لازم تلعب مع علي
Allez Ali, pas de hurlements يا علي بلا ولوله
Allez Omar, pas la peine de jouer le petit homme يا عمر بلا مرجله
Que Dieu punisse celui qui a été méchant avec toi, avec toi et avec lui الله يجازي اللي بلاك
يلي بلاك و إلي بلاه

Avec toi et avec lui ا
يلي بلاك و إلي بلاه

Dieu chez les hommes de bonne volonté : si vous en êtes, signez !

KaramSaber1

Inutile de le cacher, ce n’est pas très facile en ce moment de parler avec beaucoup d’optimisme de la création dans le monde arabe… Lassitude personnelle après plusieurs années de cet exercice sans doute, mais plus encore effarement devant la situation de cette région. Les « jihadistes » comme disent les agences de presse (les fous furieux de l’EIIL pour être plus direct) qui se baladent en Irak, la Libye aussi, la Syrie bien entendu, et la liste est loin d’être close… La situation ne va pas être facile, au moins dans un avenir immédiat, pour tous les Arabes qui ont envie d’autre chose. Raison de plus pour ne pas totalement laisser tomber ceux qui se battent pour des idéaux qu’on peut partager : ils vont avoir besoin de soutiens, chez eux, chez nous (nous qui avons, via nos gouvernements respectifs, largement contribué à créer à envenimer les choses : merci BHL pour les Libyens pour s’en tenir à ce seul exemple…)

Le cas d’un écrivain égyptien, Karam Saber (كرم صابر), vient ajouter un épisode à la très longue histoire des écrivains menacés par la « justice » de leur pays à cause de leurs écrits. Vraiment très longue puisque la première affaire de ce genre remonte apparemment à l’année 1910, quand un poète nationaliste du nom d’Ali Al-Ghayati publia un recueil qui s’en prenait violemment aux autorités de l’époque, à savoir les derniers descendants de Muhammad Ali « protégés » par la Couronne britannique. L’auteur, et ses deux préfaciers, furent condamnés à l’époque à des peines allant d’un an à trois mois de prison…

On ne compte plus les affaires du même type qui ont émaillé toute l’histoire littéraire du siècle dernier, y compris à partir du moment où l’Egypte est devenu une république. On constate une évolution notable cependant : la censure « classiquement » politique a été progressivement remplacée, surtout à partir de l’époque de Sadate, par des interdictions de plus en plus réclamées au motif de la religion. Les bonnes mœurs ont ainsi pu servir de motif commode à nombre de censures. Depuis une vingtaine d’années toutefois, c’est tout bonnement le délit d’attaque contre la religion qui est devenu le motif préféré des excommunicateurs officiels (au sens propre du terme puisque un auteur tel que Nasr Hamid Abû Zayd – نصر حامد ابو زيد – a pu être légalement considéré comme apostat).

Une évolution qu’une disposition particulière du code juridique égyptien a favorisée. En effet, le droit local permet à n’importe quel citoyen de porter plainte contre l’auteur d’un livre (son éditeur aussi le cas échéant, voire l’institution, y compris gouvernementale qui l’a produit) pour peu qu’il s’estime offensé par le contenu de l’ouvrage. Bien entendu, le dépôt de plainte ne suffit pas. Il y a en principe une enquête, consultation d’instances ad hoc (telles que l’Académie des recherches islamiques) et surtout un jugement, avec les possibilités d’appel prévues par la loi. Mais, comme on a pu le constater récemment avec les peines capitales prononcées à l’encontre de plusieurs centaines de citoyens égyptiens (voir le précédent billet), les tribunaux locaux, et leurs juges, ne s’embarrassent pas toujours d’arguties juridiques. On ne sait pas si les juges ont la conscience légère ou non, mais leur main est, à coup sûr, très lourde quand ils prononcent des peines !

Les révolutions passent, les chefs d’Etat aussi, mais la loi demeure. Objet d’une plainte déposée en mai 2011 (quelques mois après la chute de Moubarak) pour un recueil de nouvelles publié en 2010, Karam Saber a vu son affaire instruite quand le président Morsi était au pouvoir. Le premier jugement, prononcé en mai 2013, vient d’être confirmé par le tribunal de première instance, deux jours avant la prestation de serment du président Sissi. Cet homme qui est à la tête d’une œuvre littéraire reconnue (Saber, vous l’aurez compris, pas Sissi), est aussi un ardent défenseur des droits des paysans (voir ce site). C’est à eux, que sont dédiées les nouvelles qui valent à leur auteur d’être poursuivi en justice, parce qu’il a osé donné sa propre vision de leur vie de tous les jours, de leur manière de vivre leur foi. Karam Saber reste menacé de prison même si, entre temps, une nouvelle Constitution, votée en janvier 2014, « interdit les peines privatives de liberté pour les délits ayant trait à des productions publiques, qu’elles soient artistiques, littéraires ou relevant de l’opinion ».

Cette dernière citation est extraite d’une pétition, qui vient relayer les très nombreux soutiens, y compris d’écrivains et de critiques, qui demandent au nouveau président de la République égyptienne d’arrêter les poursuites. Il va de soi qu’il faut signer pour que l’auteur de Ayna Allah ? (Où est Dieu أبن الله), c’est le titre du recueil incriminé, ait la réponse à sa question : il est sur terre, parmi les hommes de bonne volonté !

Pour les bonnes volontés, et même si ce n’est pas grand chose, c’est ici.

Programme commun sur les écrans arabes : fin de l’émission Al-Barnameg de Bassem Youssef

yussefend

A juste titre, l’arrivée de Bassem Youssef dans le paysage audiovisuel arabe, dans la foulée de la « révolution du 25 janvier » au Caire, a été saluée comme un véritable événement. Ne serait-ce que par son générique, brodant autour de YouTube et des réseaux sociaux, Al-Barnameg (le programme) ouvrait le monde arabe à un « ton » différent, celui d’un humour iconoclaste assez neuf pour la région. Avec un certain succès puisque l’émission attirait, à la grande époque, un énorme public, et pas seulement en Egypte (où elle était retransmise dans les cafés, comme les matchs de foot !)

Malgré sa critique féroce des Frères musulmans, l’émission n’a jamais été interrompue au temps du président Morsi, pourtant moqué sans pitié. Son animateur avait été menacé, mais de poursuites légales, qui n’ont rien donné. Après le « coup d’Etat du 3 juillet 2013 » (c’est ainsi qu’on présente la chose sur Wikipedia) et la pause, prévue, de Ramadan, la chaîne CBC avait brutalement mis fin au contrat qui la liait à l’animateur. Al-Barnameg avait repris en février dernier, sur la branche égyptienne du méga-groupe saoudien MBC. Une reprise incontestablement difficile au regard des embûches possibles, et en dépit d’un mystérieux brouillage, pile au moment de sa diffusion, avant d’être suspendue jusqu’à la fin de la campagne électorale.

A peine scellée l’élection de Sissi, Bassem Youssef a annoncé qu’il mettait fin à son programme. Trop de pression, a-t-il déclaré, et un climat qui n’est plus « propice à des spectacles d’humour ». Impossible également de revenir aux débuts de l’émission, quand elle était bricolée sur YouTube : Al-Barnameg est devenue une grosse machine qui ne convient plus à ce type de format. Une décision que les réseaux sociaux locaux ont commenté sur le mode humoristique en disant : Dommage que ça soit court, c’était bon ! (ليه كل حاجة حلوة عمرها قصير)

« Nous vivons la plus belle époque de la démocratie, et celui qui dit le contraire, qu’on lui coupe la langue ! » plaisantait encore Bassem Youssef en faisant ses adieux à son public dans le théâtre où était enregistrée l’émission. En soi, le destin d’une émission télévisée satirique n’a bien entendu pas une énorme importance au regard de ce qui se passe en Egypte où, dans l’indifférence polie de la « communauté internationale », les suspects de « terrorisme » (comprendre : les partisans de l’ancien président destitué) sont condamnés à mort par centaines. Néanmoins, la disparition de cette voie/voix qu’incarnait Bassem Youssef est bien entendu symboliquement très importante.

En confirmant que le paysage médiatique n’a pas vraiment changé en dépit des événements que l’Egypte et le reste de la région ont connus depuis la fin de l’année 2011, l’arrêt d’Al-Barnameg est un retour au bon vieux temps d’avant la « récréation » du début de l’année 2011. On peut tenter de faire « porter le chapeau » à tel ou tel lampiste local (en l’occurrence le président du club sportif Zamalek), personne ne doute vraiment de l’intervention directe des autorités saoudiennes. La triste réalité, c’est bien celle du « programme commun » arabe, imposé aux médias arabes par l’argent du Golfe. Seul changement par rapport à la situation d’avant 2011, l’affaiblissement d’Al-Jazeera, victime des aventures diplomatiques de l’Etat qui dirige la chaîne… (Raison de plus au demeurant pour soutenir des médias qui adoptent un placement différent, en l’occurrence le quotidien Al-Akhbar et la chaîne Al-Jadeed au Liban, en proie à une intimidation légale qui suscite, tout de même, quelques inquiétudes…)

« Le temps n’est pas à la plaisanterie », donc, comme le constate Bassem Youssef lui-même. Mais prenons date tout de même  : au vu de ses performances électorales, il serait étonnant que Sissi se révèle le grand homme d’Etat qu’il prétend être. Combien de temps sera-t-il soutenu par ceux qui lui veulent du bien (Fabius entre autres) quand il s’enfoncera toujours plus dans un autoritarisme, pour ne pas écrire une « dictature », qui pourrait bien être pire que ce que l’Egypte a connu jusqu’alors ?