L’unité arabo-musulmane en direct à l’antenne !

Le lieu et le temps importent pour le texte dont je propose ci-dessous la traduction intégrale (et assez littérale). Il s’agit d’un éditorial non signé, publié mardi 29 juillet dans le quotidien Al-Quds al-‘arabi, anciennement indépendant, national-arabe pro-palestinien et désormais passé sous financement qatari, son rédacteur en chef, Abdel-Bari Atwan, ayant été prié d’aller voir ailleurs

Au lendemain de la fête de rupture du jeûne, et tandis que l’armée israélienne livre à Gaza ce qu’on pourrait appeler sa traditionnelle « guerre d’été », accompagné par l’assourdissant silence des « pays frères » et de la « communauté internationale », l’auteur offre sa vision toute personnelle de l’histoire politique arabe récente.

J’ai choisi de livrer ce texte sans autre commentaire, mais il va de soi que je ne me reconnais pas dans un point de vue qui mériterait bien des commentaires (bienvenus pour autant qu’ils restent dans les limites admises dans ce blog). J’ai malgré tout souhaité en proposer la lecture, tant il est représentatif de l’offensive idéologique visiblement à l’œuvre au sein de médias dans l’orbite des pays du Golfe. Avec ses nuances particulières marquée du sceau qatari (coups de griffe à l’Algérie et à l’Egypte par exemple), cette étrange anayse montre bien comment le devenir du projet politique (de l’utopie ?) arabe, quelles que soient ses formes, constitue le principal enjeu du dérèglement total que traverse le système régional.

L’unité arabo-musulmane en direct à l’antenne ! (الوحدة العربية ـ الإسلامية على الهواء مباشرة!)

Nombreux sont les facteurs qui ont convergé pour permettre que se lève l’étendard du nationalisme1 dans le monde arabe, après la formulation de ce concept en Europe, en réaction au colonialisme auquel ce monde arabe était soumis et comme une alternative à la dissolution du califat par les Turcs. On vit alors se multiplier les appels à la création d’un grand Etat arabe unifié, capable de réunir les potentialités économiques, politiques et naturelles de la région afin de la rendre capable de rivaliser dans la compétition de la Renaissance2 moderne.

Après l’échec de la Révolution arabe3 conduite par le chérif Hussein et la mise en place d’une nouvelle carte politique à laquelle Britanniques et Français contribuèrent pour l’essentiel, arriva la retentissante Nakba palestinienne, désastre qui donna plus de force encore aux appels nationalistes et qui donna corps à une dynamique idéologique créant au sein des populations arabes l’espoir d’une unification pour affronter Israël et même pour lui infliger une défaite et, à côté de cet objectif de libération de la Palestine, pour réaliser d’autres ambitions telles que la modernité, la justice sociale et le développement.

Ces appels furent lancés par des mouvements tels que ceux des Nationalistes arabes, du parti Baath, du Parti social nationaliste syrien4, du Parti du l’union socialiste arabe, etc.). Conjointement à une intervention grandissante de l’armée, ces mouvements réussirent, en s’alliant ou en se faisant les théoriciens de nombre de renversements (qu’on appela « révolutions »), à s’installer au pouvoir dans des pays régionalement importants, dotés d’une longue histoire civilisationnelle – la Syrie, l’Egypte, l’Irak, le Yémen, la Libye (chose qui, d’une manière générale, n’a pas été suffisamment méditée). Une fois bien établie l’alliance idéologique de ces pouvoirs avec les militaires, ces différents pays lancèrent, sur un mode bilatéral ou parfois trilatéral, des tentatives d’unification qui, toutes, se soldèrent par un échec retentissant.

Ces pays – auxquels il faut ajouter le Soudan, la Mauritanie et l’Algérie – se tournèrent toujours davantage vers des régimes totalement dictatoriaux, faisant usage des appareils de l’Etat (armée, police, services spéciaux…) pour soutenir le leadership d’individus ou de familles régnant sur de vastes fabriques à corruption et cherchant le plus souvent à transformer ces républiques « révolutionnaires » en royautés mais sans avoir les vertus propres aux royautés et aux émirats lesquels offrent en général à leur population un minimum de développement, de bien-être, de sécurité et de stabilité (même si on a vu qu’ils pouvaient eux-aussi sombrer dans la corruption, la répression et la violation des libertés politiques).

Non seulement ces pays sont allés droit dans le mur mais en plus, et alors qu’ils se voulaient unitaires, ils ont réussi à créer d’épouvantables antagonismes dans leur voisinage immédiat (l’Irak avec le Koweït, la Syrie avec le Liban et la Palestine). Ils ont même réussi à créer la discorde au sein de leur population, et à la transformer en fractions se combattant les unes les autres sur des bases ethnico-confessionnelles ou doctrinaires.

Depuis 2010, les peuples arabes s’efforcent de briser ce mur mais les régimes ont fait front commun contre les révolutions : les services de sécurité égyptiens ont repris les rênes du pouvoir et le président syrien a noyé son pays dans un bain de sang, tandis que le Yémen et la Libye se tiennent sur le bord du gouffre sous l’effet de nombreux facteurs internes et externes ; l’Algérie quant à elle a réussi à échapper à cette révolution et elle a même été depuis le début de ce Printemps arabe une des places-fortes des courants opposés au changement.

Cette lutte complexe entre les forces du changement et la contre-révolution a ouvert le monde arabe à l’intervention de forces régionales et mondiales, et en particulier à l’Iran, présent en force au Yémen, en Irak, en Syrie et au Liban, ainsi qu’à Israël, qui poursuit sans relâche ses massacres et ses guerres sans vainqueur possible. Malgré ces luttes aux finalités parfaitement évidentes, la mécanique rouillée de l’idéologie nationaliste a sournoisement continué à fonctionner, tantôt au profit de l’ancienne tyrannie, celle des régimes dictatoriaux, tantôt au service d’une nouvelle, celle de Daesh [EIIL : Etat islamique en Irak et au Levant] et de ses pareils.

On continue par conséquent à subir l’influence des idéologies nationalistes, lesquelles se font sentir désormais à travers des groupes qui lèvent l’étendard des idéologies islamiques alors même qu’ils sont en réalité un mélange d’idéologies et de pratiques héritées des « réalisations » des régimes arabes caricaturaux associées à une représentation maladive de l’islam nourrie des apports pernicieux de la « modernité » occidentale avec ses jeux criminels, ses tueries à l’aveugle sur Play Station et sa pornographie internet.

Le résultat, c’est une explosion des limites de l’imaginaire et de la géographie. Des groupes se déplacent à travers les frontières, brisant les lois les mieux établies de la religion, de la politique et de la géographie. Au-delà des régimes, ils se meuvent dans une unité arabe (et islamique) qui, au propre comme au figuré, dépasse les frontières pour empêcher la révolution de s’étendre jusqu’à leur trône. Attirés par le carnage, des extrémistes de tout poil, venus au prétexte de défendre l’islam ou les sanctuaires de leur confession, ont achevé de faire avorter le projet des peuples.

Vraiment, une belle unité arabo-musulmane !

  1. Qawmiyya, panarabisme ou nationalisme unitaire arabe, à l’échelle de la région, à différencier, comme dans l’ensemble du texte, du national-étatisme d’un pays en propre. []
  2. L’auteur utilise le terme nahda, utilisé pour évoquer l’entrée de la région dans l’époque moderne à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. []
  3. Traduction mot à mot de l’événement historique connu en français sous le nom de « Révolte arabe » []
  4. Egalement connu sous le nom de PPS, parti populaire syrien. []

Programme commun au Liban : la téléréalité de Gaza

Elles sont si rares en ce moment que les bonnes nouvelles en provenance du monde arabe méritent d’être signalées dans ces chroniques, y compris en bousculant un peu le rythme des billets…

Dans la litanie sordide des bombardements quotidiens sur Gaza, les malheureuses victimes impuissantes à se protéger des bombes et des obus israéliens n’ont pour se consoler que la solidarité de leurs voisins. On ne parle pas des Israéliens bien entendus car les plus lucides d’entre eux sont eux-mêmes terrifiés par le devenir de la société dans laquelle ils vivent (lire Michel Warschavski, Israël, vers le fascisme). En revanche, en Cisjordanie, on a clairement choisi son camp : à l’heure où les déclarations des dirigeants de « l’Autorité » palestinienne les font apparaître toujours davantage comme les porte-paroles officieux de l’occupant, les « victoires » de la résistance sont saluées par la population avec enthousiasme. Vraie ou non, l’annonce de la capture d’un soldat israélien a été saluée, y compris en plein centre de Ramallah, par une foule dont les forces de l’ordre n’ont pu, cette fois-ci, rendre invisibles les manifestations enthousiastes de soutien au Hamas et à ses alliés. Pas étonnant dans ce contexte que la famille d’un Mahmoud Abbas, moins crédible voire plus traître que jamais aux yeux de nombre de ses concitoyens, soit prudemment partie, paraît-il, en Jordanie

Plus « étonnante » encore, voire stupéfiante, est l’initiative prise par les médias libanais. A la suite d’une proposition de Talal Salman, le rédacteur en chef du quotidien Al-Safir, les huit principales chaînes libanaises, les privées et la publique, ont diffusé un même bulletin d’information en solidarité avec Gaza. Sous le titre « Palestine, tu n’es pas seule !  » (فلسطين… لستِ وحدك), elles ont participé à un hommage collectif aux victimes et aux combattants de la résistance, avec en générique la voix de Mahmoud Darwich lisant un poème intitulé Sur cette terre (على هذه الأرض) : Sur cette terre, il y a ce qui mérite vie… Annoncé sur les médias par le hasthtag LB4GAZA (Lebanon for Gaza), on a donc pu voir et entendre pour la première fois de l’histoire médiatique du pays, successivement ou même côte-à-côte, les journalistes des « chaînes du camp du 8 mars » (Al-Manar, pro-Hezbollah, Al-Jadeed, NBN et OTV) et celles du « camp du 14 mars (Future TV propriété de la famille Hariri, la LBCI, MTV) en plus de la chaîne nationale (Télé Liban).

Est-ce l’effet d’une angoisse qui saisit tout le monde, singulièrement chez les groupes minoritaires, au regard de ce qui ce passe dans la région ou bien tout simplement parce que l’injustice terrible que subissent les Palestiniens est ce qui unit le mieux les différentes sociétés de la région, comme en témoigne d’ailleurs l’extraordinaire résonance des poèmes de Mahmoud Darwich auprès du public arabe ? Faut-il s’étonner d’assister à cette « union sacrée » dans un pays aussi morcelé tel que le Liban ou bien celui-ci, avec sa longue expérience de la guerre civile et des attaques israéliennes, est-il justement celui qui annonce, plus tôt que d’autres, une autre manière de penser l’unité arabe, non plus « par le haut », selon des modèles politiques voulus par les élites et le plus souvent contre les masses, mais au contraire « d’en bas », à partir d’une histoire partagée par tous, en grande partie parce qu’elle se construit dans la lutte contre les aggressions étrangères ? Est-ce de la « téléréalité », rien d’autre qu’un spectacle médiatique, ou, en prenant à la lettre la traduction de l’expression utilisée en arabe pour parler de ce type d’émission, talfizyûn al-wâqi’ (تلفزيون الواقع), la retransmission télévisée de quelque chose en train de se produire ?…

Quelle que soit la réponse, cette demi-heure d’émission mérite d’être observée !

https://www.youtube.com/watch?v=YhBw8U-dms4

 

 

Le bilan provisoire d’une semaine – désormais ordinaire – dans le monde arabe

Au gré des titres cette semaine… Les commentaires sont superflus.

Lundi 14 juillet
IRAK
Qui s’en prend aux prostituées à Bagdad, en IrakUne trentaine d’entre elles ont été tuées, samedi soir, dans l’assaut de deux immeubles utilisés à des fins de prostitution. On déplore 31 victimes, dont deux hommes.

Mardi 15 juillet
LIBYE
15 personnes tuées et 70 blessées dans les affrontements pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli qui a essuyé des tirs de missiles entrainant de très graves dégâts aux installations et aux appareils stationnés sur le tarmac, rapporte mardi matin le Libya Herald.

LIBAN
Trois combattants du Hezbollah libanais et trois rebelles syriens ont été tués ces dernières 24 heures dans de violents combats à la frontière, ont affirmé avant-hier soir des sources du parti chiite et un responsable des services de sécurité libanais.

Mercredi 16 juillet
TUNISIE
Au moins 14 soldats tunisiens ont été tués et d’autres blessés mercredi dans une attaque «terroriste» sur le mont Châambi, près de la frontière avec l’Algérie.

Jeudi 17 juillet
SYRIE
Plus de 250 personnes ont été tuées aujourd’hui en Syrie, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), ce qui constitue la journée la plus sanglante depuis le début de la révolte dans le pays à la mi-mars 2011.

Samedi 19 juillet
EGYPTE
Vingt et un soldats de l’armée égyptienne ont été tués samedi dans une attaque perpétrée par des hommes armés contre un point de contrôle militaire dans l’ouest du pays, a-t-on appris auprès des services de sécurité.

SYRIE
En Syrie, 270 morts dans les combats qui ont permis à l’Etat islamique de prendre un champ gazier à Homs.

Dimanche 20 juillet
GAZA – PALESTINE
Plus de 100 Palestiniens et une quinzaine de soldats israéliens ont été tués ces dernières heures, faisant de dimanche l’une des journées les plus meurtrières.

Gaza…

nocefrontièrehawajiri

Septième jour de bombardement sur Gaza. Faut-il en dire plus ?

La reproduction ci-dessus est tirée du site du quotidien Al-Akhbar, qui a consacré il y a quelques jours une série d’articles à une exposition collective à Beyrouth de 18 artistes palestiniens. Organisée au Beirut Exhibition Center par la galerie Mark Hachem, elle s’intitule Un pont vers la Palestine (جسر نحو فلسطين). Cette oeuvre, intitulée Noces à la frontière et qui appartient à la série Guernica Gaza, détourne bien entendu la Noce russe, un tableau célèbre de Chagall, un artiste fièrement exposé par les Israéliens à la Knesset.

Matons et amateurs de feuilletons en Tunisie : Maktoub IV

logikpolitik
La page Facebook de « La logique politique »

En principe, les feuilletons télévisés participent de ces rites collectifs qui font la douceur des nuits arabes de ramadan. Pourtant, comme pour être au diapason des folles turbulences qui balaient toute la région, une série tunisienne a provoqué, la semaine dernières, une série de mouvements de protestation qui ont culminé avec une grève des gardiens de prison. En cause, Maktoub (Destin), une série qui, depuis ses débuts en ramadan 2008, connaît toujours un grand succès auprès du public tunisien. Ce dernier est en effet heureux de suivre des péripéties « socio-sentimentales » qui tranchent quelque peu avec le médiocre ronron de la production ordinaire nationale. Fidèle à sa ligne réaliste, Maktoub, pour les épisodes du cru 2014, proposait notamment aux téléspectateurs un voyage dans les geôles tunisiennes. Au menu l’ordinaire de ce qu’on trouve dans ce genre d’endroit : surpopulation, violence, corruption, trafics de tout genre pour une meilleure gamelle, un téléphone, un peu de drogue… Rien que de très banal mais suffisant, toutefois, pour susciter la colère des matons qui se sont sentis « humiliés » par un récit visiblement trop réaliste.

Cela tient, très certainement, à l’expérience du réalisateur, Sami Fehri, « mis à l’ombre » pendant plus d’une année (ce qui explique que Maktoub, entamé il y a six ans, n’en soit qu’à sa quatrième saison). Durant l’été 2012, il avait en effet été emprisonné sous l’inculpation de « complicité de détournement de fonds publics » pour des contrats passés entre la télévision nationale et Cactus, sa société de production pour laquelle il avait comme associé un certain Belhassen Trabelsi, le beau-frère de l’ancien président (le genre de concession parfaitement indispensable pour faire du business dans la Tunisie de l’époque). Mais comme cette arrestation intervenait quelques jours après l’interdiction de l’émission phare de Sami Fehri, Al-lûjîk al-siyâsî (La logique politique), un remake à la sauce locale des Guignols de l’info, nombreux étaient ceux qui avaient vu dans cette embastillement un épisode supplémentaire des pressions subies par les acteurs médiatiques trop rebelles aux quatre volontés du parti alors tout puissant Ennahda. Des soupçons confirmés, pour beaucoup, par de longues tribulations juridiques, s’achevant – même si la procédure judiciaire se poursuit encore – par la libération de Sami Fehri en septembre dernier, juste à temps pour mettre en chantier la nouvelle série de Maktoub, avec les fameux épisodes sur la vie carcérale locale…

Mais en Tunisie comme partout dans le monde arabe (et ailleurs…), la volatilité des dossiers politiques se double de très sensibles enjeux économiques. Evoquée dans cet article du Monde , cette affaire politico-médiatique n’était certainement pas sans lien avec la rivalité acharnée qui opposaient, y compris sur le « concept » des Guignols de l’info à la tunisienne, les propriétaires de la chaîne privée Nessma à Sami Fehri, en tant que créateur d’Ettounsiya, une chaîne rivale lancée peu après le départ précipité de Ben Ali et donc sans le « soutien » de son beau-frère, Belhassen Trabelsi…

Deux ans après, les téléspectateurs tunisiens se sont prononcés. En l’absence d’audimat totalement crédible, les statistiques des recherches sur Google offrent une bonne indication des choix du public. Et sur ce plan, protestations des matons ou pas, les requêtes pour Nsibti Laaziza, la sitcom ramadanesque de Nessma se traînent loin derrière les recherches pour visionner les derniers épisodes de Maktoub IV. Un verdict sans appel !