Femmes arabes, « héroïnes » sur YouTube ?

tubemasqueeok

En présence de la princesse Reema bint Bandar bin Sultan Al Saud, vice-présidente pour les Affaires féminines à la toute nouvelle Autorité générale du sport, YouTube a célébré lundi dernier, à Riyad, le lancement d’une nouvelle chaîne. Batala (« héroïne ») propose une sélection de vidéos produites exclusivement par des femmes et en arabe. La plate-forme propose déjà une centaine de Youtubeuses (le mot est désormais passé en arabe : يوتيوبرز), créatrices d’un bon millier de vidéos. En plus d’une sélection des succès du mois, ces vidéos sont classées selon huit catégories, en majorité assez traditionnellement « féminines » : journaux personnels, beauté et mode, éducation pour les enfants, comédies, santé et développement personnel, cuisine et recettes, critique de films et comédies, chanson et musique.

Ont été invitées lors du lancement quelques-unes des stars du YouTube féminin arabe au Royaume des hommes et des pays du Golfe (comme on s’en doute, aucune n’est venue du Yémen, soumis depuis des mois à un strict blocus dans le cadre de la « Tempête décisive », qui pourrait bien tourner fort mal pour les agresseurs). C’est par centaines de milliers que se comptent les abonnés des « chaînes » les plus célèbres (800 000 abonnés pour la Saoudienne Njoud al-Shammari par exemple). À l’image de ce qu’elles montrent dans leur production, certaines sont apparues en public à visage découvert, quand d’autres ont choisi de masquer plus ou moins intégralement leur visage. Une décision qui ne signifie par pour autant le choix d’un véritable anonymat puisque la femme masquée sur la photo en haut de ce billet n’est autre que l’Omanaise Aswak al-Maskari, une Youtubeuse qui se donne pour objectif, précisément, de prouver qu’on peut parfaitement être présente sur YouTube sans rompre avec le code de bienséance en vigueur (en rigueur?) pour les femmes dans la Péninsule arabe.

On remarque que, chez YouTube, c’est une équipe féminine (et arabe) qui gère un programme soutenant l’émancipation des femmes et valorisant leur rôle dans la société, tout en enrichissant le contenu arabe sur internet. Afin de ne pas effaroucher les secteurs les plus traditonnels de la société, les promotrices et actrices de cette plate-forme soulignent néanmoins combien un soutien paternel ou fraternel a été important au début de leur nouvelle activité, laquelle, bien entendu, n’a pas pour but de remettre en cause les structures sociales existantes, à commencer par la famille (voir cet article du Hayat en arabe).

Par ailleurs, l’initiative est tout sauf une opération de bienfaisance. Au contraire, il s’agit bien évidemment pour la société américaine de surfer sur l’essor toujours aussi impressionnant d’internet dans le monde arabe. Le communiqué de presse du lancement de Batala souligne ainsi que la demande pour un contenu intéressant les femmes a fait un bond de 50 % durant l’année 2015 (1/3 des visionnages est ainsi effectué en Arabie saoudite, pays phare de l’utilisation de cette application pour des raisons que vous découvrirez en faisant quelques recherches sur ce blog).

Capture de la page d'accueil de Batala.
Capture de la page d’accueil de Batala.

Centrée sur les pays du Golfe et lancée à Riyadh, pour des raisons économiques et commerciales évidentes, Batala n’en est pas moins une opération « panarabe » : les contributrices viennent de tous les horizons du monde arabe (y compris du Maghreb bien entendu) et toutes les femmes sont appelées à y participer, pour peu qu’elles s’expriment en arabe. Une telle opération, prévue pour durer puisque des « surprises » sont déjà annoncées pour l’année 2017, confirme, s’il en était besoin, que les femmes arabes ne sont peut-être pas les « héroïnes » du Net mais en tout cas des actrices à part entière. En moins de deux décennies, leur présence est devenue majoritaire dans certains secteurs (selon une étude citée par les promoteurs de Batala, elles fourniraient 60 % du contenu de l’information en langue arabe).

Une vraie révolution, sans aucun doute, de par les conséquences sociales et culturelles qu’elle ne peut manquer d’entraîner. Attention tout de même : comme on l’a appris depuis les soulèvements de l’année 2011, la dynamique des réseaux sociaux ne fait pas à elle seule le « printemps »! Et se réjouir de voir apparaître une plate-forme telle que Batala ne doit pas faire oublier que d’autres voix dans le monde arabe ne reçoivent pas un accueil aussi chaleureux sur internet et les réseaux sociaux. Le jour même où était annoncé le lancement de Batala, on apprenait aussi que la santé du blogueur saoudien Raif Badawi s’était améliorée, et qu’il allait donc pouvoir continuer à recevoir sa peine prononcée fin 2014 (voir ce billet) : dix ans de prison et 1000 coups de fouets, pour avoir trop parlé des droits de l’homme…

La vidéo de promotion, déjà visonnée plus d’un million de fois (et par combien de femmes arabes ?)

Quelques liens : en anglais

New YouTube hub for Arab female creators launched


http://english.alarabiya.net/en/media/digital/2016/10/19/Arab-women-YouTubers-get-exclusive-platform-in-new-Batala-channel.html
http://www.arabnews.com/node/999456/saudi-arabia

et en arabe
http://www.alhayat.com/Articles/18009190/
http://news.utdcom.com/130601.html
http://filkhbr.com/saudi/639148.html
http://akhbarelyom.com/news/575284

Journée mondiale de la traduction : divagations quelque peu incertaines par Khalil Suwayleh

Saint Jérôme, patron des traducteurs. Khalil Suwayleh pourrait se reconnaître !
Saint Jérôme, patron des traducteurs. Khalil Suwayleh pourrait se reconnaître !

Le 30 septembre, jour de la Saint-Jérôme, on célèbre depuis quelques années la « journée mondiale de la traduction ». À cette occasion, le romancier syrien Khalil Suwayleh (خليل صويلح) – déjà rencontré dans ces chroniques à propos d’une enquête sur le milieu assez glauque des prix littéraires arabes – a publié dans le quotidien libanais Al-Akhbar un article mordant sur la situation du roman arabe. Au risque de donner des verges pour me faire battre puisque c’est un domaine où je sévis moi-même depuis longtemps, il m’a semblé intéressant de proposer en traduction un point de vue rarement donné en France où l’on entend bien davantage, à l’image des milieux culturels en général sans doute, l’agréable brouhaha des congratulations réciproques échangées au gré des cocktails et autres salons de la « littérature méditerranéenne ».

Pour les mauvaises langues, Khalil Suwayleh s’exprime dans les lignes qui suivent en auteur frustré : en dépit d’une réelle notoriété dans le monde arabe, et de plusieurs prix littéraires importants (notamment en 2009, la « médaille Naguib Fahfouz de littérature »), il n’a fait l’objet –  à ma connaissance – que d’une unique traduction (Writing Love, en 2012). Toujours résident à Damas, ce qui pour beaucoup suffit à le faire passer pour un fidèle soutien du régime, il n’hésite pas non plus à livrer des analyses acides sur l’opportunisme de nombre des intellectuels de son pays qui trouvent, dans leur exil, des soutiens souvent trop intéressés pour être honnêtes (l’un de ces textes, publié en 2014, est disponible en traduction anglaise). « Papier d’humeur » comme le montre bien son titre, cet article est certes contestable, de nombreux coups de griffe s’appuient sur des généralisations souvent outrancières. L’argumentation mérite pourtant d’être écoutée, ne serait-ce que pour entendre, dans cette voix amère, le désespoir d’un Syrien face à la destinée de son pays, plongé depuis bientôt six ans dans un effroyable conflit.

Journée mondiale de la traduction : divagations quelque peu incertaines

En cette journée mondiale de la traduction, certains pensent que le roman arabe occupe désormais un rang éminent dans la littérature mondiale. Un tel optimisme est déplacé car le roman arabe n’a franchi les frontières qu’en de rares occasions. Même après le Nobel de littérature attribué à Naguib Mahfouz, il n’a pas acquis un statut mondial, à l’image de ce qui s’est passé avec Gabriel Garcia Marquez ou José Saramago.
Dans les médias, on s’agite bruyamment pour accorder au roman arabe un statut qui n’est pas vraiment le sien. Imprimer quelques milliers d’exemplaires d’un romancier remarqué ne suffit pas à lui conférer une réputation à l’échelle de la région ; que dire alors au niveau mondial ? Si tant de nouveaux auteurs se sont mis à publier, sans même connaître les œuvres de ceux qui les ont précédés, que dire du lecteur ordinaire ? Dans le monde arabe, la masse de la production finit le plus souvent dans les réserves. Hormis une poignée de titres qui échappent à ce destin à la faveur de prix à la réputation contestable, l’indifférence est le sort de dizaines d’autres. À l’étranger, la réputation du roman arabe est encore plus discutable : je ne pense pas qu’un seul des auteurs traduits soit devenu une référence mondiale, dotée d’une réputation qui aille au-delà des frontières de son pays ou de sa langue. On lit que tel ou tel roman a été traduit, certes, mais on ne sait rien de ce qu’il advient ensuite. Dans le meilleur des cas, la traduction doit finir dans les réserves des bibliothèques universitaires, quand elle ne fait pas l’objet d’études savantes, non pas pour les qualités intrinsèques de l’œuvre mais en tant que récit sociologique utile pour comprendre la manière de penser du monde arabe, ou plutôt du monde musulman. Ces traductions relèvent donc plus du désir de saisir la mentalité de sociétés qui traversent une crise profonde que de celui de découvrir l’esthétique propre à ces peuples.
Le principal problème est celui du regard que l’Occident porte sur la langue arabe, considérée comme une langue sacralisée ployant essentiellement sous le fardeau des contraintes morales. Dès lors, cette langue ne peut occuper qu’une place mineure au sein des littératures du monde. Assurément, les traducteurs contribuent également à cette situation en laissant de côté, par ignorance de tout ce qui se publie, des œuvres remarquables qui mériteraient un meilleur sort. Omnibulés par la production très classique des pionniers du roman arabe, guidés par leur complaisance ou leurs intérêts personnels lorsqu’ils retiennent un auteur plutôt qu’un autre, leur méconnaissance de bien des ressorts de l’éloquence arabe donne à ces textes, à de rares exceptions près, une forme affaiblie, émoussée, par rapport à l’original.
Commençons par souhaiter que le roman arabe parvienne à ses lecteurs sur place avant de rêver de succès mondiaux ! Pour un romancier arabe, être traduit c’est une sorte de sédatif moral, une ligne supplémentaire dans son dossier de presse, et rien de plus !

La neutralité du Net et la « troisième intifada »

fcebookpalestine
Logo de la campagne palestinenne appelant au boycott de Facebook (voir à la fin du billet).

Que faut-il penser de l’efficacité des réseaux sociaux en tant qu’outils de mobilisation politique ? L’exaltation un peu naïve qui a accompagné les événements du « printemps arabe » est manifestement largement retombée. La complexité de bien des soulèvements, en Syrie notamment, et peut-être plus encore la manière dont l’État islamique utilise lui-même les médias en ligne, incitent désormais à davantage de prudence.

Alors qu’il était resté pendant très longtemps un « trou noir » sur la carte des théories de l’internet, on remarque malgré tout que le Moyen-Orient arabe reste un étrange « laboratoire » des conséquences géopolitiques de l’essor des techniques numériques. Plus que jamais, cette région dévastée par les affrontements entre grandes puissances internationales et régionales sert de terrain d’expérience pour les grandes manœuvres des cyber-guerres de demain. Le conflit israélo-palestinien ne fait pas exception.

Pour nombre d’activistes palestiniens, la partialité des majors opérant sur les réseaux sociaux est connue de longue date (voir ce billet d’avril 2011 où était évoquée, entre autres exemples, la fermeture par Facebook de pages appelant à une troisième intifada). Cette réalité maintes fois démontrée ne les a pourtant jamais détournés, du moins jusqu’à présent, d’utiliser les réseaux sociaux pour faire entendre leur voix. Avec succès d’ailleurs puisque leur présence sur les réseaux est manifestement devenue une gêne, voire une menace, pour l’État israélien lequel, depuis un ou deux ans, s’est lancé dans une efficace contre-offensive.

C’est à mon sens vers le milieu de l’année 2014 que la montée en puissance des voix (pro)palestiniennes sur les réseaux sociaux est devenue pour la première fois aussi visible, en particulier lors d’un événement passé relativement inaperçu à l’époque. En réponse à une déclaration de Benyamin Netanyahou affirmant que le Hamas ne jouissait d’aucune popularité dans le monde arabe, des militants lancèrent alors une campagne pour promouvoir le hashtag « Nous sommes tous Hamas » (#كلنا_حماس). L’opération fut couronnée de succès puisque le mot-dièse, avec le soutien du très puissant contingent d’utilisateurs saoudiens, devint un moment la « tendance la plus populaire » sur l’ensemble des flux mondiaux de Twitter.

Autre exemple d’une campagne réussie (tout en recevant très peu d’échos en dehors du monde arabe), celle qui fut déclenchée une année plus tard, en avril 2015, en solidarité avec les prisonniers palestiniens. Dans ce cas, il était demandé aux utilisateurs de Facebook d’adopter pour leur profil une icône dénonçant les prisons israéliennes. De même, les multiplications d’attaques individuelles à partir de l’automne 2015, en prélude à ce que certains Israéliens nommaient déjà la « troisième intifada », mit en lumière, là encore, le rôle des « médias sociaux en tant qu’arme de la Résistance » avec, en première ligne, nombre de femmes activistes, véritables « icônes de la scène virtuelle ».

Mais c’est la guerre de Gaza, en juillet et août 2014, qui offrit la preuve la plus significative des succès palestiniens sur le terrain des luttes numériques . Grâce aux témoignages qu’ils transmirent à l’opinion mondiale, les Palestiniens, comme le titra alors un reportage de Channel 4 (Israel is losing the social media war over Gaza), étaient en passe de gagner la bataille de la communication. Un point de vue que défendit elle aussi Nadine Kanaan dans un article publié à l’époque dans Al-Akhbar sous le titre « Israël a perdu la guerre sur les médias sociaux (إسرائيل خسرت الحرب على السوشال ميديا).

Dans le camp opposé, le phénomène n’était pas passé inaperçu mais, en dépit des efforts pour embrigader la société « civile » avec la mobilisation de véritables bataillons de volontaires étudiants, les militaires israéliens ne purent que constater qu’ils n’arrivaient pas à faire le poids, au regard de la masse des soutiens locaux et internationaux à la cause palestinienne. Dès lors il semble bien qu’ils aient opté pour une autre stratégie, expérimentée de longue date elle aussi (par exemple lors de la fermeture, deux jours seulement après son ouverture, de la page officielle du Hamas sur Facebook), celle de l’action directe sur les acteurs industriels des réseaux sociaux.

À l’automne 2015, alors que de plus en plus de jeunes Palestiniens étaient condamnés à des peines de prison ferme en raison de posts sur leur page Facebook (références ici et ), une « ONG » israélienne, le Israel Law Center, appelait à un recours collectif (class action) contre Facebook, accusé « d’inciter à la violence contre les Israéliens ». De fait, au début du mois de juillet dernier, cinq familles étasuniennes engageaient une procédure juridique par laquelle ils réclament à Facebook un milliard de dollars de dommages et intérêts pour avoir « sciemment fourni un soutien matériel et des ressources au Hamas (…), facilit[ant] la capacité du groupe terroriste à communiquer, recruter des membres, préparer et lancer des attentats, et semer la peur chez ses ennemis ».

Parallèlement, les officiels israéliens ont multiplié les contacts avec les principales sociétés de l’internet. En novembre 2015 par exemple, Tzipi Hotovely, ministre déléguée aux Affaires étrangères, rencontrait des représentants de Google et de YouTube pour les convaincre de lutter contre « l’incitation à la violence et au terrorisme ». Bien qu’Ayelet Shaked, ministre de la Justice, ait affirmé lors d’un déplacement en Hongrie en juin 2016 que Facebook et Twitter retiraient 90 % des posts incitant à la violence contre Israël, il faut croire que ces mesures n’étaient pas suffisantes puisque, quelques semaines plus tard, elle annonçait la préparation d’un projet de loi permettant l’ouverture de poursuites légales contre les plateformes de médias sociaux si les contenus « incitant au terrorisme » n’étaient pas retirés dans les 24 heures suivant leur dénonciation. Gilad Ervan, le ministre israélien de la Sécurité, faisait encore monter la pression en accusant Mark Zuckerberg, le patron du « monstre Facebook », d’avoir « du sang sur les mains » après avoir « saboté le travail de la police israélienne ».

Sans grande surprise, on constate que l’action des deux ministre a rapidement porté ses fruits puisque des représentants de trois géants de l’industrie des médias sociaux (Facebook mais aussi YouTube et Google) se sont rendus en Israël pour des discussions. Manifestement sensibles aux arguments de leurs interlocuteurs qui mettaient en avant le fait que des mesures draconiennes avaient été prises avec succès [???] contre les propagandistes jihadistes, les industriels de l’internet ont signé, le 14 septembre, un accord dont on ne connaît pas la teneur exacte mais qui, semble-t-il, satisfait « à 95 % les demandes israéliennes ».

Les résultats ne se sont pas fait attendre puisque, depuis, le ministère de la Justice a déjà demandé – et obtenu – la fermeture de plus d’une centaine de comptes personnels. Certes, il insiste bien à chaque fois pour affirmer que la censure concerne n’importe quelle incitation à la violence, en précisant par exemple que les demandes de fermeture, en 2015, avaient touché 120 Palestiniens mais également 50 Israéliens (sans dire toutefois combien il y avait de citoyens arabes parmi eux). Il n’en reste pas moins qu’il n’a fallu que quelques jours pour qu’on assiste aux premières « erreurs ». Dans leur zèle de néophytes, les responsables de Facebook ont ainsi coupé l’accès aux pages d’une bonne trentaine de journalistes palestiniens travaillant pour des sites d’information (re)connus tels que Shehab lil-anbâ’ (6,3millions de « likes »), Shabakat al-Quds al-ikhbâriyya (5,1 millions) ou encore Wikâlat Safâ (1million)…

Devant les protestations, Facebook a fait machine arrière et réactivé les pages occultées en présentant des excuses pour cette « erreur technique »… Il n’en reste pas moins que la ligne est désormais bien dessinée : en plus de la « classique » répression déjà fort ancienne, au moyen de très nombreuses condamnations à des peines pouvant aller jusqu’à plusieurs mois de prison à l’encontre de journalistes – ou même d’individus sans opinions politiques très déclarées – « coupables » d’avoir utilisé des mots tels que martyrs ou intifada, l’État israélien compte bien sur l’étroite collaboration des géants du Net pour réduire autant que possible la diffusion du point de vue de la résistance palestinienne sur les réseaux sociaux.

Face à cette collusion entre puissants, quelles sont les armes des Palestiniens ? Pour l’heure, la seule réponse, peu suivie par ailleurs, a pris la forme d’un appel au boycott de Facebook d’une durée de deux heures, le dimanche 25 septembre…