Au foot aussi, le chemin de croix des Palestiniens continue…

Explication de l’image tout à la fin du billet !

Même si le score est sans appel (6-0 contre la Thaïlande pour les filles lors des éliminatoires de la Coupe asiatique), ce n’est pas sur le gazon des terrains de foot que les Palestiniens connaissent leurs pires défaites. Sur le tapis vert des négociations au sein de la FIFA, ils viennent de vivre un nouveau revers dans la bataille qui les oppose depuis des années (premier billet sur cette question ici) à la fédération israélienne. Voilà longtemps en effet qu’ils réclament que celle-ci soit sanctionnée parce qu’elle fait participer à son championnat national six équipes basées dans des colonies implantées dans les territoires illégalement occupés depuis 1967. Bien qu’il se soit tenu dans une capitale arabe, Manama au Bahreïn, le dernier congrès de la FIFA a une nouvelle fois botté en touche sur cette question.

Dans l’absolu, la situation ne se présentait pas trop mal pour les Palestiniens : Gianni Infantino, le nouveau patron de la FIFA, se devait de montrer sa différence avec son prédécesseur, le très décrié Sepp Blatter. Sur les questions de corruption en particulier, le mois d’avril avait été riche en événements avec la démission de Richard Lai, le président de la fédération dans l’île de Guam, accusé par les tribunaux nord-américains d’avoir perçu, durant son assez longue carrière il est vrai, pas loin d’un million de dollars en pots-de-vin. Une affaire qui avait entraîné par ricochet la démission du Koweïtien Ahmad Al-Fahad Al-Sabah, un membre de la famille royale, dont la probité n’est guère plus assurée. On pouvait donc espérer des progrès également sur d’autres questions d’éthique.

En prévision du congrès, un des anciens candidats à la présidence de la FIFA, le sud-africain Tokyo Sexwale avait préparé à l’intention du comité ad hoc différentes recommandations par rapport aux réclamations palestiniennes. Israël, qui avait pris les devants en multipliant les pressions diplomatiques, avait écarté toute menace d’exclusion mais il craignait malgré tout de possibles sanctions, à l’issue d’un délai de six mois pour tenter encore de trouver un arrangement. Mais comme le rappelle James Dorsey dans un billet très complet sur la question, le président Abbas, sur ce dossier comme sur beaucoup d’autres, n’était pas en mesure de se montrer très offensif. Par ailleurs, il ne pouvait pas non plus risquer de perdre trop manifestement la face en se montrant beaucoup moins pugnace, sur une question particulièrement populaire, que l’un de ses rivaux politiques, par ailleurs dirigeant de la fédération palestinienne de football, Jibril Rajoub.

Conscients du danger, les Israéliens avaient préparé le terrain, si l’on peut dire, en lançant une très officieuse et vicieuse campagne médiatique contre l’ancien dirigeant des forces de sécurité reconverti dans le sport. Reprenant le slogan de précédentes campagnes de la FIFA contre le racisme, ils avaient commencé à mettre Jibril Rajoub hors-jeu en l’accusant de racisme. Sous le slogan Kick Terrorism Out of Football, des voix pro-israéliennes réclamaient ainsi l’éviction d’un homme qui depuis des années organisait en toute impunité des tournois de foot en Palestine en l’honneur des terroristes assassins des attentats de Munich !

Une fois de plus, le lobbying des Israéliens s’est révélé particulièrement efficace. La réunion de la FIFA s’est bien tenue à Manama, où sont venus les trois délégués israéliens, en dépit des protestations de la population sur place (article en arabe), relayées par une quinzaine d’organisations locales. Mais, au dernier moment, certains à la FIFA ont déclaré forfait et la discussion de la plainte palestinienne a été retirée de l’ordre du jour. Un coup de fil de Benyamin Netanyahou à Gianni Infantino n’est sans doute pas étranger à cette décision (article en arabe).

Le chemin de croix du football palestinien continue par conséquent, avec, au mieux, un examen lors d’une prochaine réunion en Inde, en octobre. Mais on parle déjà d’une décision reportée à mars 2018, pour ne pas dire ad vitam æternam

La transition est un peu lourde, mais puisqu’on parle de foot et de chemin de croix, j’ajoute à cette chronique deux petites infos qui en disent long. La première concerne la grande et belle équipe du Real Madrid, coachée comme vous ne l’ignorez pas par le célèbre Zinédine Zidane. Pour ne pas déplaire à l’un de leurs sponsors aux Émirats, qui a le monopole de la vente de leurs produits dans la région, les dirigeants madrilènes n’ont pas hésité à gommer la petite croix qui orne, traditionnellement, l’emblème du club (image en haut de ce billet). À leur défense, si l’on peut dire, ce n’est pas la première fois qu’ils agissent ainsi pour ne pas ennuyer leurs amis dans le Golfe comme le rappelle cet article sur RT).

La croix en tant que signe a l’air d’être un sujet particulièrement sensible dans les pays du Golfe (et peut-être ailleurs) car un très célèbre et populaire prédicateur d’obédience wahhabite, Muhammad al-Arifi (voir notamment ici) a fait (une fois de plus) parler de lui en s’adressant directement à la FIFA. Pas pour lui reprocher d’oublier ses bonnes résolutions de probité ainsi que les malheureux Palestiniens, mais pour protester contre le fait que, trop souvent à son goût, on voit des joueurs fêter leurs exploits sur le terrain en multipliant les signes de croix ! Il ne doit pas souvent regarder la chaîne qatarie Bein Sports, parce qu’il saurait que les sportifs musulmans n’hésitent pas, eux non plus, à remercier le ciel en se prosternant, seuls ou collectivement (pour plus de détails, voir ce billet).

Si vous souhaitez prolonger cette question du foot palestinien, je vous renvoie à ces précédents billets :
Scandale à la Fifa en version arabe : la double trahison de Jibril Rajoub.
Manque de fair play : l’unité arabe minée par le foot.
Football en Palestine : un terrain de reconnaissance.
Le foot en Palestine, au risque de l’intifada.
Les grands jouent au foot : sport et politique au Moyen-Orient.
FIFA et fitna (2/2) : Viva Palestine !

Et avec le Bon Dieu, vous en êtes où ? : le pouvoir égyptien et l’institution religieuse

 

Dans les « quartiers difficiles » d’Alexandrie, comme dans bien d’autres villes du pays, les prêcheurs sont allés au contact des fidèles. Dans les cafés (vidéo au-dessus) et même parfois dans des boutiques de coiffeurs, la discussion avec ceux qui se trouvent là est bien souvent lancée à partir d’une question volontairement provocatrice dans sa simplicité : Et avec le Bon Dieu, vous en êtes où ? (عاملين إيه مع ربنا؟ ). À en croire le site Raseef22 (en arabe), l’initiative serait venue d’Al-Azhar, et plus précisément du Service de la guidance religieuse (مكتب الإرشاد الديني), une direction qui n’existe pas à ma connaissance dans la plus que millénaire université islamique (elle a été fondée à la fin du Xe siècle) mais dont le nom, en revanche, fait penser à la phraséologie des Frères musulmans, lesquels sont naturellement bien présents dans cette institution.

En tout état de cause, l’initiative, dont l’objectif déclaré consistait à lutter contre l’emprise des groupes extrémistes au sein des milieux populaires, a fait long feu car le ministère des Waqfs (Affaires religieuses) a brutalement mis un terme à ces caravanes de prêcheurs (قوافل الوعاظ). De toute évidence, il s’agit d’un nouvel épisode dans l’âpre lutte qui oppose, depuis qu’il s’est installé au pouvoir, le régime du maréchal Sissi à l’institution religieuse.

Déjà évoquée au début du mois de février, cette lutte fait partie des thèmes sur lesquels la presse arabe revient régulièrement, notamment à propos de la question de la formation des religieux, véritable pierre d’achoppement entre les deux camps opposés. Face aux demandes du président Sissi qui réclame un renouvellement du discours religieux (تجديد الخطاب الديني ) – comprendre un changement dans la formation des futurs religieux, pour tenter d’assécher peu à peu le vivier de cheikhs ultra-conservateurs –, le cheikh d’Al-Azhar, Ahmed el-Tayeb (أحمد الطيب), en poste depuis 2010, traîne les pieds.

Pour sa défense, on peut lui reconnaître que la situation n’est pas simple car différents courants conservateurs continuent à dominer Al-Azhar. Un article du quotidien libanais Al-Akhbar explique ainsi qu’on y trouve sans doute quelques cheikhs éclairés, à l’image du héros du film controversé Mawlana (voir ce billet). Mais ils sont quelque peu noyés dans la masse des professionnels du religieux, qui se répartissent entre ceux qu’on appelle sans fard en Égypte les imams du pouvoir (أئمة السلطة), éventuellement assez réactionnaires mais qui ont « l’avantage » d’obéir aux directives du pouvoir politique, et surtout les cheikhs sensibles aux idées salafistes et, plus nombreux encore, à celles du courant des Frères musulmans qui sont loin d’avoir disparus en dépit de la mise à l’écart brutale du président Morsi.

Dans ce contexte, la réforme n’est pas une chose simple, si tant est qu’Ahmed el-Tayeb veuille vraiment la mener. On comprend par conséquent que le chef d’Al-Azhar s’efforce de gagner du temps, en louvoyant du mieux qu’il peut au gré des circonstances, cédant sur certains points pour conserver son autorité sur ce qui constitue le cœur de son métier, à savoir tout ce qui relève des questions personnelles, telles les modalités religieuses du divorce par exemple.

Publié le même jour, un second article dans Al-Akhbar aborde un autre aspect de cette bataille autour de la formation des religieux, celui de la question des manuels utilisés dans le cursus des futurs cheikhs égyptiens. On y apprend ainsi que le précédent chef d’Al-Azhar, Mohammed Tantoui (محمد سيد طنطاوي ), avait réusi à imposer un recueil de droit islamique (fiqh) relativement modéré et « moderne », ouvrage immédiatement retiré par son successeur, Ahmed el-Tayeb, à la demande pressante du Front des Oulémas d’Al-Azhar (جبهة علماء الأزهر), un « club de réflexion » comme on l’appellerait en France particulièrement réactionnaire. Le nouveau manuel introduit un retour aux sources les plus anciennes et les plus traditionnelles du fiqh, ce qui permet aux étudiants, par exemple, de se former sur la question très actuelle des modalités islamiquement correctes de l’esclavage, une question de casuistique en principe assez peu utile, sauf, le cas échéant, au sein de quelques groupes fanatisés en Syrie ou ailleurs !

C’est dans ce contexte qu’il faut interpréter le dernier épisode en date de la confrontation, à fleurets mouchetés, entre le pouvoir politique et l’institution religieuse (voir cet article en arabe). En effet, Ahmed el-Tayeb a brutalement démis de ses fonctions, il y a quelques jours de cela, un de ses principaux subordonnés, Ahmed Husny (أحمد حسني), en charge précisément de la formation des étudiants. Au cours d’un entretien sur une chaîne locale, ce dernier avait en effet déclaré, dans la meilleure des traditions ultraradicales, qu’Ahmed el-Behery (أحمد البحيري : déjà rencontré dans ces billets, ici  et ), un téléprédicateur très libéral, très critique des courants intégristes conservateurs, n’était qu’un apostat dont le sang, conformément à certaines interprétations de la loi musulmane, était par conséquent licite à ceux qui souhaiteraient purifier la terre de cet hérétique… Le « malheureux » cheikh a eu beau tenter de revenir sur ses paroles, ce discours extrémiste ne pouvait rester sans sanction, dans une Égypte où tout le monde chante, visite du pape oblige, les vertus de la modération. El-Behery, de plus, n’est pas n’importe qui : condamné à une lourde peine de prison pour des propos jugés outranciers sur certaines grandes figures historiques de l’islam, le jeune prédicateur a été gracié par le président Sissi en novembre dernier. Ahmed el-Tayeb n’a pas eu d’autre choix par conséquent que de faire un exemple en sanctionnant un de ses proches collaborateurs. Il s’est plié à l’exercice d’autant plus rapidement qu’il subit en ce moment les pressions constantes du pouvoir, lequel a retiré, pour l’instant du moins, un projet de loi visant à renforcer les prérogatives du gouvernement civil dans le processus de nomination des responsables religieux du pays.

C’est également dans ce cadre général des relations entre politiques et religieux qu’il faut placer les déclarations, en apparence très libérales, de Dâr al-iftâ’, autre branche du pouvoir religieux en Égypte, et à ce titre inévitablement instrumentalisée. En annonçant sa décision de lancer de nouvelles préparations au mariage, lesquelles incluront désormais des cours d’éducation sexuelle à l’intention des futurs couples, l’institution, dont la première  charge reste la délivrance des avis religieux (les fatwas), met en évidence, par contraste, combien Al-Azhar reste engoncée dans une tradition qui n’a plus grand chose à voir avec l’air du temps. Incidemment, ces projets de modernisation soulignent aussi l’actualité de cette question dans la région tout entière (voir ce premier billet d’une série de quatre, publiés il y a 8 ans, mais les choses n’ont guère évolué, si ce n’est en pire) : les dernières statistiques indiquent ainsi qu’en Égypte quatre mariage sur dix se terminent, en l’espace de cinq ans, par un divorce…

Le peuple saoudien refuse « les agendas occidentaux » !

Mohammed Abdou, surnommé le « Paul McCartney saoudien », en concert à Riyad le 9 mars 2017 ( FAYEZ NURELDINE / AFP )

Dégagez-les tous !  Ce mot d’ordre qu’on a pu entendre en France ne peut manquer de faire penser au « Dégage ! » (Irhal) lancé par les manifestants des premiers soulèvements arabes il y a six ans de cela. Certains indices donnent à penser qu’en Arabie saoudite également le slogan pourrait devenir d’actualité…

Dans un pays qui n’y est guère habitué, les réseaux sociaux, Twitter essentiellement, ont diffusé des appels pour que les demandeurs d’emploi descendent dans la rue les 21 et 30 avril. Même si les forces de l’ordre ont été les seules à se présenter au rendez-vous, ce début de mobilisation a frappé les esprits, à commencer parmi les dirigeants du royaume. Sur la Toile, les protestataires font en effet preuve d’une virulence sans précédent. Niant farouchement être manipulés par l’Iran, ils ont eu l’audace de se plaindre de leur sort en comparaison de celui des princes de la famille royale, sans épargner le vice-prince héritier, Mohammed Bin Salman (MBS), qui se serait offert un yacht à 500 millions de dollars juste au moment où il imposait ses mesures d’austérité. Ils ont même été jusqu’à s’étonner des largesses du Royaume à l’égard des USA voire de l’Égypte (article en arabe), alors que leurs gouvernants ne sont même pas capables de leur offrir un emploi…

Un langage plein d’impudence, qui n’est sans doute pas totalement étranger au fait que les fomentateurs de troubles ont l’impression d’avoir eu gain de cause. En effet, au lendemain du premier appel, une bonne partie des mesures d’austérité, très impopulaires, décidées en septembre dernier ont été supprimées du jour au lendemain. Officiellement, c’est en raison d’une amélioration budgétaire, grâce à une légère hausse des cours du pétrole. Dans les faits, beaucoup pensent que le retour des primes accordées aux très nombreux fonctionnaires, 20 % du salaire et bien davantage dans certains cas, ainsi que le rétablissement des prêts bancaires à la consommation, sont bien liés au mouvement de mauvaise humeur exprimé dans les réseaux sociaux, et aussi aux inquiétudes du secteur commerçant constatant que ses kilomètres de galeries commerciales restaient de plus en plus vides de clients.

Les mauvais esprits se demandent également si le pouvoir n’a pas choisi de lâcher du lest en prévision d’autres mesures impopulaires à venir, en particulier dans le cadre d’une hausse des impôts à la consommation. En tout état de cause, la manne royale s’est accompagnée d’un remue-ménage particulièrement spectaculaire au sein de la haute administration. Des articles détaillent la chose (au choix, une version russe et une étasunienne). Pour résumer, on retiendra que 14 jeunes princes ont été nommés à des postes importants, la promotion la plus spectaculaire restant celle de l’un des frères de l’héritier putatif (MBS) au poste très sensible d’ambassadeur à Washington. L’heureux élu n’a que 28 ans, et une expérience de pilote de chasse… Manifestement, il s’agit d’un pas de plus de MBS, fils de l’actuel roi, vers un trône qui, en principe, devrait revenir à son oncle, Muhammed ben Nayef..

Mais les jeux ne sont pas faits et l’on ne doit pas oublier que l’Arabie saoudite a connu plus d’une succession difficile. Même si, en apparence, tout se présente sous le meilleur jour pour le jeune prince pressé d’arriver au pouvoir, celui-ci a tout de même contre lui l’interminable, meurtrière et coûteuse guerre du Yémen et, sujet très sensible auprès de l’opinion et notamment au sein des milieux influents du pays, une privatisation partielle du principal joyau de la couronne, la société Aramco, la plus importante compagnie de pétrole au monde. Des rumeurs insistantes font état d’inquiétudes réelles de la part de grosses fortunes qui commencent à explorer les possibilités d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte et le sable un peu moins brûlant (article en arabe).

Dans le cadre de ces chroniques, il convient de s’arrêter à une suite de déclarations sur le thème de la « politique du bonheur » déjà évoquée il y a de cela quelques semaines. Pour ceux qui ont manqué les épisodes précédents (ici et ), rappelons que, au sein de la stratégie qui accompagne l’irrésistible ascension de la potentielle future altesse MBS, figure un élément singulier, qui consiste à briser (en partie) les codes puritains en vigueur depuis des décennies dans le royaume. Le but est d’imposer une ouverture libérale en développant une industrie des loisirs susceptible, en principe, de créer des emplois et de préparer le pays à l’économie moins dépendante des ressources pétrolières. Avec cette « ouverture rectificatrice » (أصلاح انفتاحي), il s’agit surtout d’offrir à la très nombreuse et peu satisfaite jeunesse du pays un cadre de vie « moderne » (ou encore « occidentalisé »), davantage en lien avec ses aspirations. En d’autres termes, cela revient, pour MBS et ceux qui le conseillent, à modifier le traditionnel système d’alliance de la famille royale avec l’institution religieuse wahhabite pour créer de nouveaux équilibres, davantage en faveur de la jeune génération et par ailleurs susceptibles de plaire aux parrains nord-américains.

Au premier rang de cette nouvelle politique culturelle figure l’Autorité générale pour les loisirs (General Authority for Entertainment), un organisme créé par MBS pour insuffler une nouvelle dynamique « culturelle » (beaucoup de guillemets car il s’agit bien d’entertainment, et donc surtout d’industrie des loisirs : tarfîh d’ailleurs en arabe). Ancien ministre de la Santé, Ahmed al-Khatib (أحمد بن عقيل الخطيب ), son actuel président, a récemment accordé à l’agence Reuters un entretien qui n’est pas passé inaperçu, surtout dans le contexte actuel du pays. Assez sûr de lui, ce membre de la garde rapprochée du prince MBS a annoncé l’ouverture prochaine de cinémas dans le Royaume. Un serpent de mer dans ce pays où ils ont été supprimés il y a plusieurs décennies de cela (voir ce billet de mars 2008), et surtout un véritable symbole de l’affrontement entre les partisans de l’ouverture et ceux du maintien de la tradition.

Mais bien plus que l’argumentaire, assez bien connu, sur les mérites des activités artistico-commerciales de l’Autorité générale pour les loisirs, ce qui a suscité beaucoup de commentaires (toujours sur les réseaux sociaux) c’est surtout une manière assez grossière et suffisante – aux yeux d’une partie de la population en tout cas – de présenter les choses. Pour Ahmed al-Khatib, en effet, la bataille est en train d’être gagnée (I believe we are winning the argument) car si les Saoudiens sont parfois libéraux (comprendre, dans le langage local, très progressistes) et parfois conservateurs, ils sont selon lui surtout modérés. Avec des projets aussi ambitieux que la construction d’un gigantesque parc d’attractions, les Saoudiens vont bientôt bénéficier de loisirs « qui ressembleront à 99 % à ce que l’on peut trouver à Londres ou à New York » (ترفيه يُشبه بنسبة 99 بالمائة، ما يحدث بلندن، ونيويورك). Quant à ceux qui n’aimeraient pas cela, a-t-il conclu, ils peuvent tout simplement rester chez eux.

Sans surprise, une partie de l’institution religieuse (par ailleurs souvent proche de Nayef, l’oncle de MBS, le premier héritier putatif du trône si rien ne change…) n’a pas fait mystère de son irritation. Les critiques de l’Autorité générale pour les loisirs ont fusé, venant tantôt de figures intouchables, tel le mufti du royaume, ou de religieux moins importants que l’on a donc pu mettre au frais en prison, par exemple Abdul-Aziz al-Tarefe (عبد العزيز الطريفي) et, tout récemment, Essam al-Owayyed (عصام العويد )

Après huit décennies d’endoctrinement wahhabite, les milieux ultra-conservateurs bénéficient, à l’évidence, d’une très grande influence sur les esprits, y compris au sein de la jeunesse. Comme je le rappelais dans ce billet d’août 2014, le responsable saoudien de ce qu’on appellerait en France un « centre de déradicalisation » estimait que « 92 % des Saoudiens penseraient […] que Daesh (ISIS si l’on préfère) est conforme à l’islam » D’ailleurs, sur les réseaux sociaux, les protestations contre les propos d’Ahmed al-Khatib expriment assez bien cet état d’esprit avec par exemple un mot d’ordre (sous forme de hasthtag) tel que « Le peuple refuse les agendas occidentaux ! » (الشعب يَرفض أجندات الغرب).

Plus inquiétantes pour les projets du prince MBS, les critiques, comme le montrent les protestations sur les réseaux sociaux, ne se limitent pas à ces seuls milieux. Outre les minorités chiites à l’est du royaume (en particulier les partisans de cheikh Nimr al-Nimr, exécuté, avec une petite cinquantaine d’autres condamnés, il y a un peu plus d’un an : voir ce billet), les responsables saoudiens doivent faire face, comme rappelé au début de ce billet, à une opinion publique de plus en plus ouvertement critique vis-à-vis d’un système politique construit sur le népotisme, et aujourd’hui particulièrement fragilisé par ses rivalités internes.

Rien n’est joué mais, très significativement, le président de l’Autorité générale pour les loisirs a dû revenir sur ses déclarations en expliquant qu’on l’avait mal compris. Il a commencé par dire que tous les projets, non seulement seraient bien entendu menés dans un esprit conforme à l’interprétation locale de l’islam « in a way that harmonizes with Saudi values that depend on the tolerant teachings of Islam », mais qu’il y en aurait également pour les esprits religieux à qui l’on ne demanderait donc pas de se contenter de rester chez eux !