Les symboles du marché de l’art : artistes syriens et iraniens aux ventes de Dubaï

Acheteurs aux dernières enchères de Christie's à Dubaï (AFP)
Acheteurs aux dernières enchères de Christie’s à Dubaï (AFP)

Voilà presque vingt ans que Christie’s exploite le filon du marché de l’art dans le Golfe. Un marché de niche, qui ne pèse pas très lourd à l’échelle des sommes colossales que la société d’enchères réalise à l’échelle mondiale. Les dernières ventes à Dubaï il y a quelques jours se montent ainsi à un peu plus de 7 millions de dollars, une goutte d’eau à côté des huit milliards et demi de dollars réalisés par les ventes d’art en 2014.

Apparemment, les dernières enchères – des artistes contemporains en même temps que des montres hors de prix – se sont révélées un peu décevantes selon un article publié sur le site Raseef. Une petite déception pour les spéculateurs de l’art, qui tient en premier lieu à la baisse des revenus pétroliers. Vendu aujourd’hui à peine plus de 40 dollars le baril, même pas la moitié de son prix il y a encore un an, l’or noir ne remplit plus aussi généreusement les caisses publiques ou privées (sachant que ce sont les fortunes princières, de type semi-public si l’on veut, qui constituent le premier cercle des acheteurs). La situation financière dans le Golfe est d’ailleurs si préoccupante que la révolte grossit dans les rangs de la riche famille régnante saoudienne, surtout depuis que le FMI met ouvertement en garde contre une possible banqueroute du royaume en 2020.

Mais l’épuisement des ressources financières n’est pas la seule explication à l’anémie du marché de l’art arabe à Dubaï. L’autre problème, tout aussi conjoncturel, est plus directement politique puisqu’il s’agit des retombées, un peu inattendues, du « printemps arabe » sur la cote des divers artistes régionaux. Depuis l’année 2011 et les soulèvements que l’on sait dans le monde arabe, les créateurs syriens ont la cote, y compris au sens littéral du terme. Évoqué dans un billet il y a de cela deux ans, le « boom » de l’art syrien, si l’on peut se permettre cette image malheureuse dans ce contexte, a continué à s’amplifier. Comme on peut le lire dans cet article du site Aljazeera America (quel drôle de nom tout de même quand on y pense!), certains intermédiaires avisés, tels que le galériste Khaled Samawi, un banquier syrien qui est aussi un des acteurs majeurs de la « globalisation » de l’art moderne dans la région (voir ce billet de juillet 2010), ont réalisé, en se mettant au service des plasticiens révolutionnaires, des opérations très gratifiantes, y compris sur le plan financier.

Mais les meilleures intentions ne sont pas suffisantes pour imposer leur conduite aux acheteurs et le marché finit par dicter ses lois, en fonction de l’offre et de la demande. Surexploité, surévalué, le gisement syrien – nourri par des artistes souvent réduit aux pires nécessités – a fini par s’épuiser. À l’issue des enchères organisées par Christie’s à Dubaï, pas un artiste syrien ne figure dans les dix meilleurs ventes. En revanche, on y trouve six artistes iraniens. Un symbole où certains voudront lire une indication sur le devenir de la géopolitique régionale !

Le foot en Palestine, au risque de l’intifada

Les tribunes du Beitar lors d'un match récent...
Les tribunes du Beitar lors d’un match récent…

Il y a quelques jours, on annonçait en Israël l’annulation des matchs sensibles, « là où des Juifs et Arabes israéliens vivent ensemble ». La mesure a pour but d’éviter les heurts entre les spectateurs, précise le Times of Israel, oubliant de signaler que les heurts en question viennent systématiquement d’un seul et même côté. Car cela fait des mois et même des années que les autorités s’efforcent de mettre une limite aux débordements des ultras nationalistes, à commencer par les plus fanatiques, ceux de La Familia, qui font régulièrement parler d’eux, y compris à l’étranger, à l’occasion des matchs du Beitar Jerusalem. Né dans la mouvance de l’extrême-droite sioniste en 1939, le Beitar est le seul club israélien qui se refuse obstinément à recruter un certain type de joueurs « étrangers », « vrais » étrangers ou Palestiniens de 48, peu importe du moment qu’ils soient musulmans. Les « supporters » ne le supportent pas justement ! Lors du recrutement de deux joueurs tchétchènes (musulmans) en 2013, ils n’avaient pas hésité, en plus des crachats, insultes et autres menaces, à quitter le stade lorsque l’un des joueurs en question avait marqué un but, tandis que le siège du club était incendié en guise d’avertissement.

Depuis, il paraît que la police israélienne traque sans relâche ceux qu’on qualifie désormais de « criminels », tandis qu’on s’efforce de former la jeunesse en diffusant des petits clips destinés à lutter contre le racisme dans les stades. On ne peut pas dire que ces efforts soient couronnés de succès puisqu’on déplorait encore une nouvelle victime en octobre dernier, un supporter d’une autre équipe attaqué à coups de hache. Un drame de plus qui, peut-être parce qu’il touchait un Israélien juif après une litanie d’autres violences perpétrées, elles, à l’encontre d’Arabes, poussait le Haaretz à sonner l’alarme dans un éditorial associant les fanatiques du Beitar à des terroristes. Pour autant, on ne s’attend pas à ce que la police les liquide à bout portant comme elle le fait avec les manifestants palestiniens…

Si le foot est un bon indicateur de la grande violence de la société israélienne, il est à craindre que les circonstances actuelles contribuent à aggraver la situation. À l’heure où de plus en plus de citoyens (juifs) s’arment, il est certainement prudent de limiter les matchs à risques ! Pour éviter une tuerie de plus sans doute, bien que la politique des autorités israéliennes ne donne pas toujours l’impression de privilégier cette solution, mais aussi, comme le souligne James Dorsey, un spécialiste de la question, pour éviter que la célèbre FIFA devienne la première instance internationale à exclure de ses rangs l’État d’Israël. On en avait parlé lors d’une chronique de l’été passé, la fédération israélienne a évité de peu un carton rouge, synonyme d’exclusion, de la part de la FIFA, une organisation où il est patent que l’argent (du Golfe) joue un certain rôle. Depuis, il y a eu quelques gestes d’apaisement de la part des Israéliens mais, toujours selon James Dorsey, un joueur de l’équipe nationale palestinienne s’est vu il y a quelques temps refuser ce que l’on pourrait appeler son « droit au retour » après être parti disputer un match au Qatar avec la sélection nationale. Autant d’arguments pour que la FIFA, en dépit de ses soucis (ou bien à cause d’eux), se propose d’examiner une nouvelle fois la plainte déposée contre les Israéliens par la Fédération de football palestinienne.

Toutefois, si cette dernière obtient ce qu’elle demande, à savoir des sanctions pouvant aller jusqu’à l’éviction de la Fédération israélienne, on ne peut pas dire que ce sera vraiment grâce au soutien des « frères arabes » qui ont l’art de saboter les luttes des Palestiniens tout en affirmant qu’ils les soutiennent. Dans le cadre des éliminations pour la prochaine Coupe du monde, il est ainsi prévu que l’équipe du royaume saoudien rencontre la sélection nationale palestinienne. A Riyad et donc aussi, pour le match retour, à Ramallah, ce qui signifie que les joueurs saoudiens devront nécessairement passer un contrôle israélien. Situation inacceptable pour les « gardiens des Lieux saints », qui veulent bien prendre langue avec l’ennemi sioniste au plus haut sommet de l’État, mais qui pour rien au monde n’accepteraient l’humiliation d’un contrôle de police, quand bien même les Palestiniens leur expliquent que rendre visite à des prisonniers – ce qui est plus ou moins leur statut – ne signifie pas qu’on adore leurs geôliers !

Récemment encore, les Saoudiens pensaient s’être tirés d’affaire grâce à une décision de la FIFA qui avait accepté, fin septembre, leur demande de déplacer la rencontre en un autre lieu pour des « raisons de force majeure », lesquelles n’étaient pas précisées. Malheureusement pour eux, au lendemain d’un match organisé à Ramallah avec les Émirats (match nul, une très bonne performance pour les Palestiniens), la même FIFA est rapidement revenue sur sa décision, probablement à l’instigation de Jibril Rajoub, le très politique président de la Fédération palestinienne. Simple coïncidence ? Depuis, les Jordaniens ont relancé leur campagne contre Jibril Rajoub, coupable de n’avoir pas soutenu leur candidat à la succession de Blatter (voir le billet déjà cité). Et pour faire bonne mesure, ils proposent même de le remplacer par… le fils de Mahmoud Abbas, sans nul doute la personne la mieux placée pour « arranger » un match entre amis !

On voudrait en rire mais, franchement, le cœur n’y est pas…

Sans être « docteur », le ministre est très ausculté ! Helmy Namnam en charge de la culture en Égypte

Sous Moubarak, le poste fut occupé une bonne vingtaine d’années par Farouk Hosny. Mais depuis la révolution de 2011, la valse des ministres de la Culture, inaugurée par Gaber Asfour en poste une semaine seulement à la toute fin de l’ère Moubarak, ne s’est jamais vraiment interrompue. On a vu ainsi se succéder à la tête du ministère, dans des parcours parfois entremêlés, un critique littéraire grand défenseur des Lumières (Gaber Asfour), le fondateur d’un centre culturel associé à la Culture business (Muhammad al-Sawi), un historien plébiscité sur les réseaux sociaux (Emad Abu-Ghazi), un apparatchik honni par une bonne partie des intellectuels (Shaker Abdel Hamid), un insubmersible routier de la politique (Muhammad Saber Arab), un proche des Frères en butte à la plupart des acteurs culturels (Alaa Abdel Aziz), un ancien responsable des Archives nationales dont l’histoire retiendra peut-être le seul surnom : « le ministre de la goujaterie » (wazîr qillat al-adab), un sobriquet gagné à la suite de ses remarques sur la plastique de ses collaboratrices…

Le dernier nommé à ce jour se nomme Helmy Namnam (حلمي النمنم), un « journaliste » comme le soulignent avec une bonne dose de mépris certains de ses détracteurs pour souligner le fait qu’il n’est pas « douctour » de l’Université. Est-ce à cause de cela ? L’homme tranche avec nombre de ses prédécesseurs par son côté modeste et affable. Il a aussi occupé nombre de fonctions importantes. Avant d’être récemment nommé (par Gaber Asfour) à la tête des Archives nationales, il avait été retenu en 2009 comme vice-directeur de la Gebo (les éditions nationales), un poste où il avait exigé – une décision assez ébouriffante au regard des usages – que les cadres cessent d’y auto-publier leurs œuvres impérissables aux frais du contribuable !

A peine nommé, Helmy Namnam est en butte à pas mal de critiques. Sans surprise, elles viennent en partie de ce bouillon de culture un peu rance qu’est le milieu intellectuel local pour lequel d’autres candidatures étaient plus attendues. Plus intéressante, en revanche, est la campagne médiatique menée depuis l’étranger en particulier par Jamal Khashoggi, un journaliste saoudien autrefois respecté qui n’est plus désormais, en tant que Directeur-Général de la chaîne Al-Arabiyya, qu’un des innombrables plumitifs stipendié par la famille saoudienne.

Sur Twitter notamment, ce dernier a fait part des réserves qu’on avait chez les protecteurs des Lieux saints vis-à-vis de ce nouveau responsable de la culture, bien connu pour ses critiques virulentes à l’encontre des interprétations extrémistes de l’islam, à commencer par les différentes lectures inspirées par le wahhabisme. Tout cela n’est pas bon pour les relations entre les deux pays, souligne-t-on du côté saoudien, en laissant planer de vagues menaces de rétorsions financières, tandis que des députes salafistes du parti Al-Nour s’efforcent déjà de rameuter l’opinion en criant à l’atteinte à la sacro-sainte charia. Fidèle à ses idées, le tout nouveau ministre de la Culture n’a pas craint de plaider pour un partage de l’État et de la religion en affirmant à la télévision que « l’Égypte était laïque bil-fitra » (quelque chose comme naturellement, spontanément ou encore instinctivement laïque)…

Bien entendu, tout est réglé au millimètre entre, d’un côté, ces protestations et ces menaces voilées et, de l’autre, ces réaffirmations solennelles de l’indépendance nationale. Cela fait bien deux ou trois décennies, depuis Farouk Hosny déjà, qu’on rejoue en Égypte (et ailleurs dans la région) la même pièce avec, dans leurs rôles respectifs, les gardiens impeccables de l’authentique tradition et les intègres champions de la modernité. Il reste que dans le grand chambardement géopolitique au Moyen-Orient, le choix d’une personnalité comme celle de Helmy Namnam souligne, s’il en était besoin, que l’Égypte du maréchal Sissi s’efforce, autant qu’elle le peut, de prendre ses distances avec un Royaume saoudien lancé dans des aventures stratégiques, en Syrie comme au Yémen, qui pourraient hâter le déclin de son influence régionale.

En prime, ce clip pour inciter les électeurs égyptiens à se mobiliser. Il vient d’être réalisé par les détracteurs du nouveau ministre, les responsables du parti salafiste Al-Nour. Comme vous pourrez le constater, tout est parfaitement halal – dans l’optique wahhabite – dans ce clip où n’apparaît même pas l’ombre (voilée) d’une électrice !

Sonallah Ibrahim, Nader Fergany : deux intellectuels égyptiens parlent des soulèvements arabes

 

marxcaire
“Le mauvais sort m’a frappé, Karl Marx m’a sauvé!” Microbus au Caire (via le site Angry Arab).

Bientôt 80 ans pour l’un, plus de 70 pour l’autre : que peuvent nous dire deux “vieux” intellectuels égyptiens des événements que traverse leur pays ? Quel jugement portent-ils sur cette “révolution” (si c’est bien le nom qu’il convient de lui donner) ? Partagent-ils les rêves de la jeunesse actuelle aussi différents soient-ils de ceux qu’ils formulaient eux-mêmes quand ils avaient le même âge, il y a de cela un demi-siècle ? Sont-ils optimistes ou non sur le devenir de leur pays et, au-delà, de toute la région ?

Considéré comme un des plus importants romanciers contemporains, observateur singulier et sans complaisance de sa propre société, Sonallah Ibrahim (voir ce précédent billet) se distingue de la quasi totalité de ses pairs par son refus farouche de toute compromission, par exemple lorsqu’il s’agit d’accepter ou non un prix officiel (voir cet autre billet). Pour toutes ces raisons, ses prises de position sont toujours très attendues. J’avais déjà proposé des extraits d’un entretien donné à un quotidien local durant l’été 2013, peu de temps après le coup d’État contre le président Morsi. Celui-ci (réalisé par Reem Abou El-Fadl : ريم أبو الفضل) a été récemment publié sur le site Jadaliyya, en écho à un précédent, cinq ans plus tôt.

Beaucoup moins connu du public francophone, Nader Fergany, est pourtant le principal maître d’œuvre d’une publication qui a suscité d’innombrables commentaires lors de sa sortie en 2002, à savoir le premier volume du Rapport sur le développement humain arabe. Financé par un programme des Nations Unies (UNDP), ce rapport, sans doute parce qu’il avait été confié à un intellectuel qui ne faisait pas mystère de ses engagements militants, posait déjà un diagnostic assez sombre sur l’avenir de la région. Réalisé par Mahmoud al-Qei’i (محمود القيعي), un journaliste égyptien, l’entretien dont j’ai retenu quelques extraits a été publié à la fin du mois de septembre par le quotidien Rai al-youm.

Sonallah Ibrahim : Ce à quoi a abouti la révolution égyptienne.

Dans un entretien donné à Jadaliyya en mai 2011, vous disiez que vous ne considériez pas les événements du 25 janvier 2011 comme une révolution mais comme comme un soulèvement populaire pour changer le régime. Est-ce toujours votre avis à la lumière des développements actuels ? Pensez-vous que la révolution a donné lieu à des rêves et à des attentes qui n’étaient peut-être pas réalistes ?
— Révolution ou soulèvement, il s’agissait de la conséquence naturelle de quarante années de répression et d’exactions par le régime Sadate-Moubarak. Elle a suscité des espoirs parfaitement réalistes. Comment considérer autrement le fait de vouloir une vide décente ?

Dans le même contexte, les manifestations du 30 juin 2013 sont-elles pour vous un mouvement populaire ? S’agit-il à vos yeux d’un prolongement de ce qui s’est passé le 25 janvier ou bien était-ce quelque chose de différent ?
— Les manifestations du 30 juin 2013 étaient certainement un soulèvement populaire dans le prolongement de celui du 25 janvier. Après une année avec les Frères musulmans, le peuple a compris que ce gouvernement allait à l’encontre de ce pourquoi il s’était soulevé en 2011, qu’il s’agissait d’un retour en arrière de plusieurs siècles. Il suffit d’ailleurs de savoir que ces Frères musulmans étaient soutenus politiquement par les Etats-Unis et par l’Occident. La différence entre ces deux dates, c’est que l’armée a fortement soutenu ce mouvement [en 2013], pour son propre intérêt bien entendu. Elle n’avait pas participé au premier mouvement, comme les Frères musulmans qui ne l’ont rejoint que tardivement et qui n’ont pas participé bien entendu aux manifestations du 30 juin [2013]. Par ailleurs, pour les fouloul [restes du régime Moubarak], ce second mouvement est apparu comme une solution susceptible de leur permettre de récupérer leur pouvoir chancelant. Ils ont donc œuvré à en faire quelque chose de différent, en soutenant et même en participant aux manifestations du 30 juin [2013].

Vous souteniez clairement les efforts pour faire tomber le pouvoir des Frères musulmans. Vous continuez à adopter cette position ?
— Bien sûr, il était nécessaire de changer ce pouvoir [aux mains] des Frères musulmans. Lutter contre eux, c’était lutter contre la réaction et la domination étrangère. D’un autre côté, on constate aujourd’hui que Sissi, en vérité, est le prolongement du pouvoir Moubarak.

Abdel-Fattah Sissi est apparu, au temps des Frères musulmans, comme le chef de l’armée, une personnalité peu connue du public. Par la suite, quand il a mis à l’écart les Frères mususulmans, il est devenu un héros populaire. Quel est votre point de vue, un an après son arrivée au pouvoir ? Qu’est-ce que vous pensez des relations entre Sissi et les différents courants politiques égyptiens ? Pour vous, il est plutôt proche du courant révolutionnaire, des milieux d’affaires ou de ce qui reste de la coalition du 30 juin [2013] ?
— Proche des milieux d’affaires, comme le montrent les mesures qu’il a prises (et celles qu’il n’a pas prises également). Par exemple, il n’a pas fait la moindre chose pour les salaires, et il a augmenté la dépendance vis-à-vis des sociétés étrangères. Les réformes fiscales profitent aux milieux d’affaires. On a innocenté ceux qui ont spolié le peuple, ceux qui symbolisent ce pillage, tandis qu’on poursuivait et jetait en prison les figures de la révolution. Il y a un rapprochement de fait avec les forces réactionnaires du Golfe (l’agression contre le Yémen) et, après quelques gestes allant dans l’autre sens, un regain d’hostilité à l’encontre de l’Iran. Pour finir, il y a aussi les relations politiques (et militaires en particulier) avec les USA, la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. (…)

Maintenant que les relations entre le régime et les Frères musulmans sont arrivés à ce stade, comment pensez-vous que l’on puisse sortir de cette impasse ?
— Il vaudrait mieux parler des relations entre le peuple – et non pas seulement le régime – et les Frères musulmans. A mon avis, la seule manière de sortir de cette impasse, c’est que les Frères musulmans abandonnent la violence et qu’ils s’associent à l’action politique non-violente.

Comment voyez-vous l’avenir des courants de l’islam politique en Egypte ? Voyez-vous des idées nouvelles ou bien seulement des tentatives pour redonner vie à de vieilles idées ?
— L’islam politique durera aussi longtemps que le pays tardera à se moderniser (dans les domaines de l’éducation, des médias, de l’industrie, par rapport à son niveau de vie). C’est vrai qu’il y a, chez les jeunes, des tentatives pour développer des idées qui correspondent aux changements qui se sont produits.


 

Nader Ferghaly : Je m’attends à l’effondrement des régimes autoritaires dans les deux ou trois décennies qui viennent. Je suis convaincu du succès de la révolution populaire égyptienne.

À votre avis, qu’est-ce qu’on peut attendre pour l’Egypte dans l’avenir proche ? Est-ce que vous êtes inquiet pour l’avenir de cette révolution populaire dont vous avez si souvent annoncé la venue ? À quoi vous attendez-vous ?
— 
C’est vrai, à court terme, je suis inquiet pour l’avenir de cette belle révolution égyptienne. En même temps, je reste persuadé que la révolution populaire atteindra ses buts, même au prix d’une naissance difficile et de souffrances monstrueuses dont la responsabilité incombe, historiquement, à cette succession de régimes despotiques et corrompus qui a produit ce pouvoir militaire régnant sur le peuple égyptien depuis plus de quatre décennies, avec un mélange de répression et de pauvreté. Pour affirmer cela, je me base sur le fait que tous les moyens employés par ce régime pour imposer son pouvoir au peuple et tenter de repousser l’échéance révolutionnaire créent en même temps les conditions objectives d’une révolte, laquelle se produit le plus souvent à la suite de mouvements populaires de protestation toujours plus importants. Un paradoxe qui, historiquement, est celui de tous les régimes de ce type et dont les tyrans ne savent pas tenir compte. C’est d’ailleurs le secret de ces révolutions populaires auquel personne ne s’attend.

Au-delà de l’optimisme qui caractérise vos analyses, qu’est-ce qui attend cet embryon de révolution apparu en janvier 2011 : la vie ou la mort ?
— 
Je préfère parler de vagues révolutionnaires plutôt que d’embryon, viable ou non. L’histoire nous apprend en effet ques les révolutions populaires déferlent comme des vagues successives. Sans doute, le pouvoir autoritaire contre lequel s’est levée la révolution populaire a réussi jusqu’à présent, dans une large mesure et avec le soutien des forces réactionnaires arabes pactisant avec le projet sioniste, à briser l’élan des deux premières vagues, en janvier 2011 et en juin 2013. Il a même réussi à lancer une contre-révolution pour s’opposer au mouvement de libération arabe qui menaçait ses intérêts dans l’ensemble de la nation arabe (…). Mais, historiquement, j’ai la conviction que de nouvelles vagues déferleront en Egypte et dans d’autres pays arabes, pour les raisons que j’ai mentionnées à la fin de la question précédente. (…) L’histoire du peuple égyptien témoigne de sa capacité à se débarrasser des tyrans de toutes sortes sans qu’on s’y attende. Cependant, l’objectivité nous oblige à reconnaître que les ennemis du peuple égyptien ont réussi à bâtir une institution militaire totalement dominante sur les plans économique, politique et médiatique, une institution qui a épousé la doctrine visant à protéger l’Etat israélien usurpateur.

Quelles sont les causes du succès ou d’un échec d’une révolution ?
— La raison essentielle du succès d’un soulèvement populaire et de sa transformation en révolution tient au fait qu’une entité révolutionnaire arrive au pouvoir pour faire tomber les structures nuisibles et les remplacer par d’autres susceptibles de répondre aux demandes de la révolution populaire. En ce qui concerne cet élan libérateur, je pense que la principale cause de son échec provisoire est liée à une sorte d’innocence révolutionnaire, à l’absence d’expérience politique qui a poussé les forces révolutionnaires à confier le soulèvement populaire à des courants qui l’ont adopté pour mieux le faire avorter.

Quand verra-t-on la fin des dictatures arabes ? Il faudra combien d’années pour s’en débarrasser ? Qui en paiera le prix ?
— Comme je l’ai dit, prédire l’issue du soulèvement populaire est une chose bien risquée. Il faudrait être bien naïf pour dire combien d’années il faudra pour voir le triomphe de la révolution populaire. On ne doit pas ignorer non plus que cet élan libérateur, de par son importance, a également entraîné dans la région des événements d’une grande gravité pour l’avenir de la Syrie, du Yémen, avec cette réalité monstrueuse de Daesh. La région est traversée par un conflit d’une extrême violence, qui pourrait dégénérer en guerre mondiale. Malgré tout, je prends le risque de dire que je m’attends à ce que les pouvoirs autoritaires arabes s’effondrent, après ce conflit, durant les deux ou trois prochaines décennies, même si les conditions seront différentes en fonction des spécificités de chaque pays. (…)

Quel est votre jugement sur le comportement des élites égyptiennes durant ces deux années de régime militaire ? Les masques sont-ils tombés ?
— 
Je n’aime pas utiliser à la légère ce mot d’« élites ». Bien des personnes qui considèrent en faire partie le font à tort et ne méritent pas un tel qualificatif. Il faut faire une distinction entre toutes les personnes qui ont eu une éducation. Le pouvoir dictatorial des militaires a réussi à diviser les Égyptiens : certains ont été attirés par le régime des Frères musulmans et ne pensent qu’à chanter les éloges de la période où ils ont été au pouvoir en espérant le retour de Mohamed Morsi ; d’autres sont déboussolés au point de se déclarer prêts à mourir pour les militaires et celui qui est à leur tête, aussi terribles que soient leurs erreurs. Les élites, quelle que soit la manière dont on les définit, se sont divisées, en tant qu’émanation du peuple, en deux camps recroquevillés sur leur extrémisme aveugle. Les plus acharnés à défendre le régime militaire, ceux qui font le plus de mal à la nation et au peuple, ce sont les journalistes et les dirigeants des pseudo-partis à la solde d’un pouvoir qu’ils ne font que flatter, quel qu’il soit. À mon avis, ceux qui se dressent conte toutes les formes d’autoritarisme, ceux continuent à vouloir la victoire de la révolution populaire, ne sont qu’une infime minorité.

Qui trop lève la tête finit par tomber !

têtelevée
Ici et ci-dessous : “Relève la tête, tu es Jordanien !” Variations graphiques autour de la réutilisation de ce slogan lancé en 1956.

Lundi dernier, 45e anniversaire de la mort de Nasser, décédé le 28 septembre 1970. Une date qu’ignore la majeure partie de la presse arabe, celle qui vit des capitaux du Golfe, mais que célèbre ce qui reste de journaux fidèles à ce qu’on appelle la ‘urûba (العروبة), le nationalisme arabe, à savoir la construction politique d’une nation arabe “du Golfe à l’Océan” sur la base d’une identité partagée…

Inutile de préciser que ce projet, dans les circonstances actuelles de la région, paraît plus éloigné que jamais. À l’heure où les “frères arabes” se pilonnent les uns les autres (grâce à des armes qu’on leur vend sans trop y regarder), bien des témoignages révèlent que Nasser, le dirigeant qui l’a incarné mieux qu’aucun autre, reste inconstestablement présent dans le cœur de bien des habitants de la région. Est-ce une sorte de nostalgie pour une période où un avenir était encore possible dans la région ?  En tout cas, il se trouve des quotidiens comme Al-Safir au Liban pour se montrer lyriques en ce jour anniversaire, avec des titres comme “Nasser où es-tu ?” :

«ارفع رأسك يا أخي»
هذا صوت جمال عبد الناصر. الصوت الذي أذن بعصر عربي جديد. الصوت الذي ملأ الزمان العربي، بقامة مارد، وحرّك شعباً بقامة أمة، صَدَحت أملاً، «من المحيط إلى الخليج».

“Relève la tête mon frère !” C’est la voix de Nasser, la voix qui annonça une ère nouvelle, qui emplit le temps des Arabes avec la carrure d’un géant, qui fit bouger un peuple en lui donnant la taille d’une nation, qui fit résonner du Golfe à l’Océan l’espoir…

tête2Une sorte d’élégie qui résonne tristement quand on s’aperçoit qu’une bonne part de la presse arabe consacre beaucoup plus de face à un fait-divers qui ne peut se comprendre cependant que si l’on a à l’esprit l’injonction de Nasser aux Arabes, lors de la nationalisation du Canal de Suez. “Relève la tête mon frère, tu es Jordanien” :  en plus d’un nouvel emblême, les communiquants du Royaume qui se veut plus hachémite que jamais (voir ce billet) n’ont guère fait preuve d’originalité en mettant sur le marché cet énième détournement du mot d’ordre nassérien. Bien d’autres l’ont fait avant eux, y compris à des fins publicitaires (une marque de bière au Liban par exemple).

Tout juste “inventé” pour redonner au pays un peu de sa fierté après la mort ignomineuse, en février dernier, d’un de ses pilotes capturé par les combattants de l’État “islamique”, le slogan, partout présent dans l’espace public jordanien, aurait été tourné en dérision par une des stars régionales de la chanson, Georges Wassouf, qui donnait un concert à Amman à l’occasion de la fête du sacrifice. La chose serait sans importance si le “sultan du tarab” (duende ?) comme on le surnomme était un chanteur comme les autres. Or, outre le fait d’être Syrien, Georges Wassouf ne fait pas mystère, loin de là, de son soutien inconditionnel au régime dont il est depuis bien longtemps un des proches. Ainsi, à l’heure où nombre d’intellectuels syriens rejoignaient un soulèvement populaire dont la violence était encore absente, fin-février ou début mars 2011, lui animait les meetings organisés en soutien à Bachar El-Assad, alors même qu’il était loin d’être encore totalement remis d’une très grave maladie.

A sa manière, donc, la venue à Amman de cette icône de la chanson sanctionnait la nouvelle carte géopolitique en train de se mettre en place. Dans un des fiefs de la révolution (oui, il y a un peu d’ironie dans cette phrase), le suppôt d’un régime honni, le néanmoins très populaire Georges Wassouf animait donc les belles soirées de la très riche bourgeoisie locale. Difficile à avaler pour certains, la pilule est devenue plus amère encore lorsque la vedette, pour se débarrasser d’admirateurs un peu trop pressants, a cru bon de se moquer de l’un d’entre eux en tournant en dérision le fameux slogan du moment : (نتو على شو رافعين راسكم… رح إكسر لك راسك) “Vous êtes qui, vous, pour ‘relever la tête’ ? Tu vas voir ta gueule !” En plus d’une éventuelle querelle de clocher entre voisins syriens et jordaniens (Wassouf est chrétien et, pour compliquer les choses, il “humilie un sunnite” !!!), l’allusion est évidente également aux profondes divisions politiques dans la région avec, d’un côté, la Syrie fidèle à son arabité et, de l’autre, une Jordanie vendue à mille et un intérêts étrangers (à commencer par Israël qui possède depuis des lustres une ambassade à Amman comme on ne l’ignore pas).

Révélée par un site d’information en ligne, l’information a fait scandale, suscitant même une intervention à la chambre des députés. Fallait-il accorder autant d’honneur à cette histoire quand tant d’horreurs se succèdent jour après jour dans cette partie du monde arabe ?  D’autant plus que Wassouf est connu pour avoir le goût de stimulants, en général liquides, qui l’empêchent souvent de rester maître de ses émotions. Il est également possible, si l’on croit les protestations du chanteur, que toute l’affaire soit largement artificielle et que les réseaux sociaux, une fois de plus, aient donné à un incident des dimensions (politiques) qu’il n’avait pas au départ.

En tout état de cause, on est manifestement tombé bien bas en ce 45e anniversaire du jour où Nasser suscitait l’enthousiasme des foules arabes avec cette phrase restée si fameuse, comme on le voit sur ces images d’un autre temps…

 

 

La possibilité d’une île : ce cher monsieur Sawiris

sawirismickey
Début septembre, Naguib Sawiris, un milliardaire égyptien dont la fortune est essentiellement liée à Orascom, une société de téléphonie surtout présente en Afrique et en Asie, faisait savoir dans les médias qu’il était prêt à acheter une île en Méditerranée pour y accueillir le flux incessant des réfugiés qui cherchent à fuir sous des cieux plus cléments. Quinze jours plus tard, alors que la photo du cadavre du petit Aylan Kurdi, échoué la plage de Bodrum, réveillait brutalement les consciences du monde, l’homme qui possède la troisième fortune d’Afrique, évaluée à 3 milliards de dollars, déclarait que les contacts avec les gouvernements italien et grec étaient bien avancés. Pour une somme évaluée entre 10 et 100 millions de dollars – auxquels il faudra rajouter les investissements nécessaires à l’accueil de la nouvelle population : écoles, centres de soin, logements… – , il se faisait fort de mettre en route cette « possibilité d’une île » pour les migrants ballotés entre guerres inciviles et frontières interdites… “Sell me an island, I’ll call its independence and host the migrants and provide jobs for them building their new country” : une idée un peu folle, celle d’une île indépendante en Méditerranée où les migrants trouveraient du travail le temps qu’ils puissent retourner dans leur pays, écrivait-il ainsi sur son compte Twitter. Une solution provisoire naturellement, en attendant le retour chez eux des migrants réfugiés sur l’île d’Aylan Kurdi comme il se proposait de l’appeler.

Largement diffusée, cette information n’a quasiment jamais été accompagnée d’un élément qui, pourtant, n’est pas sans importance et dont on peut penser qu’il est pourtant bien présent dans toutes les mémoires journalistiques. En effet, le riche philanthrope de l’île aux réfugiés n’est autre que l’investisseur privé qui, en juillet dernier, a pris le contrôle de la chaîne Euronews pour l’équivalent de quelques arpents en Méditerranée, à savoir 35 millions de dollars. Cette information, d’ailleurs, est loin d’être la seule à devoir être prise en compte si l’on veut analyser, dans toute sa complexité, l’offre faite par l’homme d’affaires égyptien. Car celle-ci s’inscrit en réalité dans un parcours singulier, dans lequel bien des gestes philanthropiques apparaissent autant de manœuvres politiques.

Charitable, la fondation Sawiris, créée en 2001, l’est très certainement puisqu’elle se propose pour l’essentiel de fournir à quelques jeunes Égyptiens et Égyptiennes méritant(e)s la possibilité de compléter leur éducation grâce à des formations que les services de l’État sont bien incapables de leur fournir. Mais comme bien des initiatives de ce type (on peut penser à la fondation Hariri au Liban par exemple), cette intervention dans l’espace public est associée à une stratégie de visibilité politique. D’ailleurs, deux ans après la création de ladite fondation, l’homme qui avait fait sa fortune grâce à la dérégulation du secteur des communications en devenant le premier fournisseur privé de services téléphoniques mobiles en Égypte se démarcait du pouvoir en place. En 2003, Naguib Sawiris devenait ainsi le principal investisseur d‘Al-Masri al-youm, le premier très important quotidien d’opposition à voir le jour depuis la nationalisation de la presse sous Nasser au début des années 1960 !

Polytechnicien (formé en Suisse), l’homme dont la fortune est étroitement associée au développement des nouveaux supports de communication et de l’information n’ignore pas l’importance de ce qui se joue dans ce secteur. En 2008, il consent ainsi à différents investissements dans le secteur de la production audiovisuelle, avec notamment de nombreux partenariats dans l’industrie du cinéma. Une décision qui s’inscrit désormais dans une politique médiatique ambitieuse. Après la presse écrite vient en effet le tour des médias audiovisuels avec la création, en 2007, de la chaîne OTV (devenue ONTV en 2009). De plus en plus spécialisée dans les informations, cette chaîne satellitaire arrive même à faire de l’ombre, au niveau égyptien, au leader incontesté (à l’époque) du domaine sur le plan régional, à savoir Al-Jazeera. D’ailleurs, lorsqu’éclateront les grandes manifestations de janvier 2011, ONTV fera au moins jeu égal, en termes de qualité de reportage et d’influence, avec la chaîne qatarie.

Après le renversement d’Hosni Moubarak et l’ouverture d’une page historique dans l’histoire du pays, la voie semble libre pour un homme comme Naguib Sawiris, devenu ouvertement un des acteurs politiques du pays depuis qu’il a contribué, en le finançant, à la création du Parti des Égyptiens libres (حزب المصريين الأحرار) en avril 2011. Comme Mohamed El-Baradeï arrivé plus tôt sur le « marché » politique, il incarne une image moderne et libérale propre à assurer l’avenir de la nation égyptienne. Visionnaire, le patron du groupe Orascom n’hésite pas à se lancer dans des projets qui, outre leurs retombées financières, doivent contribuer à arrimer le pays à la modernité mondalisée, en y réinsufflant le dynamisme qui fit les grandes heures du Caire durant les dernières décennies du XIXe siècle. On découvre ainsi, en lisant cette très intéressante contribution publiée (en anglais) par le quotidien Mada Masr, comment la création, en 2008, du groupe Al-Ismaelia for Real Estate repose en définitive sur un pari audacieux, qui passe par la (juteuse) gentrification du patrimoine urbain du centre-ville dans laquelle une généreuse politique de mécénat culturel (centre culturel Town House, festival D-Caf, etc.) révèle toute sa signification néo-libérale, et sa dimension politico-économique.

300px-NaguibMais ces évidentes ambitions politiques se heurtent à un handicap considérable. Non seulement Naguib Sawiris est copte, mais il se fait publiquement l’avocat d’une ligne violemment opposée aux différentes incarnations de l’islam politique, à commencer celle des Frères musulmans. Depuis toujours ou presque, une sourde hostilité oppose le brillant investisseur privé aux fervents partisans d’une solution politico-religieuse. Par exemple, lors de ses débuts sur le marché égyptien à la fin des années 1990, la société Mobinil est victime d’une campagne de boycott au prétexte qu’elle est la propriété d’une famille copte. La même hostilité se retrouvera en Algérie, principalement en 2008, lorsque Djezzy, sa filiale locale, sera accusé par certains de mettre en péril les institutions économiques du secteur publiques mais également, pour d’autres, de saper les valeurs morales algériennes en ouvrant largement les canaux de la communication globale à toutes sortes d’images condamnées par la religion.

Là où certains auraient fait profil bas en évitant les problèmes, Naguib Sawiris choisit au contraire l’affrontement en laissant paraître dans les médias des opinions de plus en plus ouvertement hostiles à l’islam politique. Non sans excès, calculés ou non, à l’exemple de ce message sur Twitter, en juin 2011, avec une photo de Mickey et Winnie déguisés en fondamentalistes musulmans (illustration en haut de ce billet). Une innocente plaisanterie, plaide le milliardaire, qu’une partie de l’opinion interprète, en partie à cause du choix (particulièrement maladroit) de cette icône de la culture made in USA, comme l’aveu d’une connivence manifeste avec le « le monde riche ».

Naguib Sawiris adopte une posture qui aboutit inévitablement à un affrontement sans merci entre le représentant du courant néo-capitaliste libéral et ceux des divers courants de l’islam politique, à commencer par les membres de la confrérie des Frères musulmans. L’animosité réciproque est particulièrement nette durant la campagne électorale de l’hiver 2011 durant laquelle la chaîne ONTV prend ouvertement position pour le camp de son propriétaire. Lorsque le Parti de la justice et de la liberté, plate-forme des Frères musulmans, l’emporte largement, Naguib Sawiris en tire très rapidement les conséquences. Dès les premiers mois de l’année suivante, il commence à se désengager du marché égyptien, notamment en vendant ses actions au sein d’Orascom à France Télécom. A la fin de l’année 2012, c’est la chaîne ONTV qui est vendue à Tarek ben Ammar, dans le cadre d’une série d’investissements croisés où certains voient déjà, non sans perspicacité, un véritable cadeau empoisonné dont hérite le célèbre homme d’affaires tunisien.

Aux commandes (financières) d’Euronews, Naguib Sawiris s’interroge désormais à haute voix sur la « possibilité d’une île », comme un refuge pour tous ceux qui risquent leur vie sur la Méditerranée et ailleurs dans l’espoir d’une existence meilleure. Sur les réseaux sociaux arabes, certains s’interrogent sur les motivations réelles d’un tel geste. Peut-on le croire aussi gratuit, et même généreux qu’il en a l’air dès lors que l’empire financier du cher monsieur Sawiris s’est ainsi désengagé, autant qu’il lui a été possible, du radeau égyptien partant à la dérive au milieu des tempêtes politiques ?

Shebab al-‘irak : des artistes au cœur du mouvement de protestation

irakshaabBientôt neuf ans que ce blog a commencé, à partir d’une idée assez simple et qui n’a guère changé : contribuer à faire passer des infos qui montrent que le monde arabe ne se résume pas aux images ou aux commentaires qu’on trouve le plus souvent dans les médias. Aujourd’hui, il est plus difficile que jamais pour un Arabe, et plus encore si on est un homme jeune, d’échapper aux clichés du « prêt-à-penser » qui le réduisent volontiers à sa prétendue condition d’islamiste barbu ou, désormais, à celle du malheureux migrant fuyant les horreurs de la guerre. Plus que jamais, il faut donc continuer à croire que la catastrophe que traverse cette région, dans certains pays depuis des années et même des décennies, n’a pas totalement annihilé la révolte de ceux qui refusent ce destin; il faut donc continuer à se faire autant que possible leur intermédiaire en traduisant, en situant les choses, en les contextualisant…

Au Liban, les protestations populaires se poursuivent malgré la répression, mais le phénomène a perdu en importance (comme on pouvait le craindre : voir le précédent billet). En Irak également, les manifestations apparues il y a sept semaines, au plus fort d’une poussée de canicule sans précédent, donnent elles aussi l’impression de suivre un cours identique : moins de monde lors des rassemblements, tentatives de récupération de la part des forces politiques locales, voire de puissances étrangères… Comme à Beyrouth, le mouvement peine à trouver sa place dans l’arène politique d’autant plus qu’il ne s’inscrit pas dans les habituels registres de la revendication. Des citoyens ordinaires innovent en posant, sans intermédiaires reconnus, des demandes qui dérangent : dénonciation de la corruption, de la gestion des services étatiques, des inégalités croissantes, critiques de la confessionnalisation…

Comme à Beyrouth également, la jeunesse est en première ligne, et avec elle une nouvelle génération d’artistes qui marque sa différence avec celles qui l’ont précédée par sa manière de vivre les événements terribles que vit la région et par son engagement aux côtés de ceux qui croient encore à un autre avenir. Dans un article récent du quotidien libanais Al-Akhbar, Hussam al-Saray (حسام السراي), jeune poète par ailleurs brillant chroniqueur de l’actualité culturelle irakienne, propose ainsi une sélection des chansons que les manifestants dans les grandes villes d’Irak ont mis en circulation dans les réseaux sociaux. Sans en rajouter dans la critique, il commence par expliquer combien « César » (القيصر), à savoir le chanteur Kadhim al-Sahir (كاظم الساهر : une très grande vedette dans toute la région), a cherché à garder le contact avec la jeunesse de son pays, avec une « opérette » intitulée justement Shebab al-Irak (sur ce genre musical, voir notamment ce billet).

Husam al-Saray passe ensuite en revue différents interprètes qui ont tous en commun de proposer une critique virulente de l’inaction des politiciens locaux. Comme à Beyrouth – (en plus du billet précédent sur ce blog, un très bon article, pour les arabophones, du site Ma3azef sur « le rap libanais : la repolitisation de la chanson engagée » – le rap est à l’honneur avec en particulier trois interprètes de Bosra chantant, durant une manifestation, un thème dont les paroles et le titre sont directement inspirés des slogans de l’heure : « Moi je suis l’Irak et vous, vous êtes qui ? »(أنا العراق من أنتم؟ : voir le clip en bas de ce billet).

En Irak comme au Liban et comme partout ailleurs dans le monde arabe, la création poétique politique se livre désormais presque exclusivement en arabe de tous les jours, tel qu’il est parlé dans chaque pays ou région. Parmi les exemples proposés (mis en lien avec l’article déjà cité), Jomaa al-Arabi (جمعة العربي) chante ainsi : On a rien que notre nationalité, tous te disent j’ai plus rien à claquer. Les partis disent qu’ils sont des réformateurs, mais ce sont tous des voleurs. Les principes, ils les vendent contre des dollars, avec ton sang, avec le mien, ils se font du lard («ما نملك غير الجنسية والكلّ يكولك معليه / أحزاب تنادي بالإصلاح وكلّ واحد منهم سفّاح يبيع المبدأ بالدولار بدمي ودمك تاجر صار » bien entendu, “le lard” c’est pour trouver une rime à dollar en français !).

Intitulé « Les artistes au cœur du mouvement : nous sommes l’Irak, vous êtes qui ? » (فنانون في قلب الحراك: نحن العراق من أنتم؟), l’article de Husam al-Saray commence par une affirmation qui peut surprendre, celle que les manifestations qui se déroulent en Irak montrent que les quarante années de destructions et de guerres qu’a traversées le pays n’ont pas ôté aux Irakiens, à la jeunesse et aux artistes qui s’expriment avec elle, toute capacité à créer.

Un point de vue qu’on entend rarement aujourd’hui.

Révolution dans la chanson : les poubelles de la politique à Beyrouth

Youstink
Logo “officiel” de la campagne Tol3et rihetkom

« Et tout finit par des chansons » faisait dire Beaumarchais au barbier du Mariage de Figaro, une pièce représentée, après une longue censure, quelques années seulement avant la Révolution française de 1789. La citation pourrait bien s’appliquer à l’actuelle « révolution des poubelles » qui agite Beyrouth depuis une bonne semaine car, au fil des jours, les récits et les images qui nous proviennent de la capitale libanaise laissent une étrange impression. La révolte spontanée des premiers moments a certes pris de l’ampleur, elle mobilise des tranches d’âge et et des milieux bien plus divers, mais on se demande si elle n’est pas en train de perdre son mordant. Comme une sorte d’événement festif qui viendrait clore la saison des nombreux festivals d’été, les joyeuses manifestations du peuple libanais communiant (souvent drôlement) dans la dénonciation de la pourriture de la classe politique laissent l’observateur extérieur quelque peu perplexe quant aux possibilités de ce mouvement d’aboutir à des résultats tangibles.

Bien entendu, cette mobilisation évoque des « printemps » guère lointains : celui du « printemps de Beyrouth » en 2005, encore appelé « Révolution du cèdre », à l’origine tout de même d’une impasse politique qui n’a pas été surmontée dix ans plus tard ; et celui du « Printemps arabe » de 2011, avec ses modes de mobilisation, associés à l’univers des communications numériques, dont il est apparu trop vite qu’ils résistaient mal aux bonnes vieilles logiques de puissance, voire aux réflexes de classe (pour les arabophones, voir à ce sujet, dans Al-Akhbar, l’article fort intéressant de Amer Mohsen intitulé « La fête : du regard que la classe moyenne jette sur elle-même »)…

Parmi les éléments qui incitent à poser ce type d’interrogations, je placerai – fidèle à la perspective adoptée dans ces billets – l’inattendue participation de toute la riche palette locale des starlettes et autres chanteurs de charme qui, du jour au lendemain en général, se découvrent une passion pour la chose publique (res publica en bon latin). Sous un titre qui est tout un programme, le quotidien Al-Yawm al-sabee évoque ainsi « les beautés qui déclarent la révolution contre la laideur du Liban ». L’auteur dénombre pas moins de 16 vedettes de la chanson qui soutiennent le mouvement, ne serait-ce qu’en s’associant aux campagnes de hashtags sur Twitter (Haïfa Wehbé par exemple).

Naturellement, des esprits chagrins y voient de l’opportunisme ainsi que le moyen, pour telle ou telle star peut-être un peu sur le retour, de faire parler d’elle (Ghaleb Alama est un bon exemple), éventuellement, comme Najwa Karam, en recyclant un vieux tube. À lui seul, le principal slogan des manifestations, Tol3et rihetkom (طلعت-ريحتكم / You stink!) a donné lieu en l’espace de quelques jours à au moins trois « grandes » créations par des chanteurs plus ou moins « populaires » (dans tous les sens du terme), à savoir Shadi Farah (jeune chanteur « de charme »), Ali Zalzali (vedette un peu passée déjà) et Ali Barakat (la star des chansons appréciées par le public pro-Hezbollah). Mais la liste est loin de s’arrêter là puisque la révolte des poubelles a également inspiré, entre autres compositeurs et interprètes, le chanteur et joueur de oud Khaled al-Abdallah, un groupe de rock relativement connu, Chained Reaction, et enfin un duo d’humoristes qui se moquent assez cruellement du ministre de l’Intérieur, Nohad Mashnouk, retrouvé en train de faire joyeusement la fête sur une île grecque pendant que les Libanais se débattaient au milieu des tas d’ordures…

Cette inflation de chansons est le signe d’une évidente tentative de récupération de la part de professionnels du show qui, comme on en a de nombreux exemples toutes ces dernières années, jouent leur partition individuelle dans le grand concert médiatique. Avec tout de même certaines évolutions qui ont suscité des commentaires intéressants. Dans Al-Hayat, Rana Najjar souligne ainsi l’absence, chez les manifestants, des traditionnelles chansons engagées qu’ont créé des chanteurs aussi appréciés il y a peu encore que Marcel Khalifé, Ahmed Qabour ou Julia Boutros. Cette dernière illustrant précisément jusqu’à la caricature – fort bienvenue en l’occurrence dans le pro-saoudien Al-Hayat – des « compromissions » d’une catégorie d’artistes un peu people, trop proches du pouvoir puisque la chanteuse originaire du Sud du Liban, celle qui a repris dans une de ses plus célèbres chansons les paroles d’un discours de Hassan Nasrallah en juin 2006 (voir à son propos cet ancien billet) est également l’épouse de l’actuel ministre de l’Education.

À sa manière, Nadine Kanaan développe pour Al-Akhbar des analyses qui vont dans le même sens. Comme sa consœur du Hayat (à moins que ce ne soit l’inverse), elle s’arrête en particulier sur une vidéo mise en ligne par un groupe précédemment signalé dans CPA à travers un renvoi au blog du Tunisien Ahmed Amri, à savoir le très intéressant Al-Rahel al-kabir (Le grand disparu), repéré, entre autres fort bonnes choses, pour une satire mordante du calife auto-proclamé, le tristement célèbre al-Baghdadi et son prétendu État « islamique ». Inspiré par les protestations nées des poubelles libanaises, le groupe a mis en ligne une vidéo qui reprend un autre des slogans clés des événements actuels, à savoir Kellon, ya3ni kellon (كلّن يعني كلَن / « Tous, ça veut dire tous » : comprendre, sans exception, tous les politiques, ce sont des pourris). L’idée, comme le précise l’article, c’est de faire passer, avec cette chanson, un triple message : la nécessité de formuler des demandes précises, susceptibles d’être mises en pratique ; le refus total de toute violence, à commencer par celle des forces de l’ordre ; et enfin la remise en cause de tous les représentants politiques, sans exception » («يجب أن نعمل على قاعدة أن يكون لكل تحرّك مطلب معيّن. أما ثاني نقطة فهي أنّنا رافضون للعنف بكل أشكاله، خصوصاً عنف القوى الأمنية، وأخيراً التصويب على كلّ عناصر الطبقة السياسية اللبنانية من دون استثناء» ).

drapeaubagVaste programme, sans nul doute, dont la mise en pratique passera(it) par une véritable révolution. Dans le contexte actuel, on peut douter qu’elle advienne cette révolution qu’une partie de la population libanaise, notamment au sein de la jeunesse, appelle pourtant de tous ses vœux, avec une certaine « fraîcheur » (سذاجة) politique. Les manifestations attendues pour ce mardi apporteront peut-être un début de réponse mais dans l’immédiat, révolution ou pas, le ras-le-bol des Libanais lassés du spectacle de leurs ordures, notamment politiques, peut s’analyser dans le contexte régional comme une manifestation supplémentaire d’un long et douloureux processus d’accouchement. À l’image de ce qu’évoque le passage de témoins entre les différents acteurs de la chanson politique, une génération, celle des trois ou quatre dernières décennies du siècle passé, est en train de quitter la scène – à reculons et en retardant tant que possible l’échéance. Avec ses propres références, son style, son ton à elle pour ses revendications comme l’illustre parfaitement la vidéo du groupe Al-rahel al-kabir ci-dessous, une autre génération se prépare à la remplacer, mais force est de constater qu’elle paraît encore en partie « immature », du moins du point de vue de l’organisation politique.

كلّن يعني كلَن
————–
البلد خربان
وفي واحد عم يرقص برّا ومدري شو شربان
وبّدو يعمل فحص بول للشعب الكحيان
والمعلّم الكبير عنده Ski
هيدا التزلّج بالفرنسي إسمه Ski
ولو في مواطن مات جوع بيسألن c’est qui?
البلد خربان
وفي واحد عم يقصف برّا وما منقدر نحكيه
وفي واحد وزير عنده انفصام
نازل قال ليتظاهر لي قال ضدّ النظام..
ولك أي نظام؟ ما إنت وعمّك وولاد عمّك أركان النظام..
ولذلك: كلّن يعني كلّن يعني كلّن يعني ولا واحد منّن أبداً ممكن نستثنيه

Football en Palestine : un terrain de reconnaissance

Logo de la Fédération palestinienne de football
Logo de la Fédération palestinienne de football

Dans la litanie des nouvelles catastrophiques dans le monde arabe, il fallait au moins Al-Jazeera pour saluer avec autant d’emphase cette « réalisation historique » (إنجاز تاريخي) que constitue le déplacement en Cisjordanie d’une équipe de foot de Gaza, deux endroits en principe soumis à « l’Autorité palestinienne ». Ce qui rend l’événement marquant, c’est qu’un match de ce genre n’avait pas eu lieu depuis quinze ans. À l’issue de la partie, l’équipe d’Hébron l’a emporté sur celle de Chajayia, en provenance d’un des quartiers de Gaza les plus terriblement bombardés en 2014.

Un vrai soulagement, sans doute, pour les officiels israéliens. Moins parce qu’ils éprouvent beaucoup de remords vis-à-vis des quelque 2 000 victimes de leurs dernières opérations militaires qu’en raison des problèmes qu’ils auraient dû résoudre avec la participation à la future Coupe d’Asie d’une équipe basée à Gaza. Même si la situation à Hébron n’est pas simple, les déplacements d’une équipe de Cisjordanie pour la compétition à venir seront moins compliqués à gérer.

Le football palestinien est effet une épine dans le pied de la diplomatie israélienne qui a dû déployer beaucoup d’efforts pour ne pas subir un humiliant « gel » de sa participation à la Fédération internationale de footbal (Fifa). Comme signalé à l’époque dans un autre billet, la réélection mouvementée de Sepp Blatter s’était accompagnée d’un étonnant retrait de la demande préalablement soumise par la délégation palestinienne. Son dirigeant, le flambloyant général Jibril Rajoub, s’était contenté de la mise en place d’un comité international d’observateurs, chargés de vérifier que les Israéliens n’empêchaient pas (trop visiblement) les Palestiniens de jouer au ballon rond.

Dans ce contexte, l’organisation de la finale entre les vainqueurs des deux poules palestiniennes, celle de Gaza et de celle de Cisjordanie, offrait donc l’occasion de vérifier la réalité des bonnes intentions israéliennes puisqu’il fallait organiser le déplacement des deux équipes venant de deux villes distantes d’un peu plus de 60 kilomètres à vol d’oiseau mais séparées par le gouffre quasi infranchissable de l’occupation.

À l’aller, début août, les choses se sont plutôt bien passées comme le relate cet article du Times of Israel. Au retour, en revanche, on a frôlé l’incident diplomatique, ce qui aurait pu valoir aux Israéliens un carton rouge de la part de la Fifa, avec un gros risque d’« expulsion » des compétions internationales (un comble pour des occupants plutôt habitués à expulser que l’inverse !)

En effet, l’habile Rajoub, patron du sport palestinien que beaucoup soupçonnent de rouler pour son compte en pensant à la succession de Mazen Abbas, a su faire monter les enchères lorsque les services de sécurité israéliens ont exigé que quatre joueurs, membres de l’imposante délégation gazaouie autorisée à se rendre « de l’autre côté » (37 personnes au total, pas un seul supporter bien entendu), soient au préalable entendus « pour des questions de routine »… Refus palestinien et longues tractations qui ont provoqué le report de la seconde rencontre durant plusieurs jours. Les Palestiniens ont fini par plier, ce qui n’a pas empêché Jibril Rajoub de conforter sa cote de popularité en faisant preuve d’un peu de fermeté dans son bras de fer avec l’occupant. Certes, cela s’est soldé, pour finir, par la tenue du match aux conditions imposées par Israël mais, du côté palestinien, on a vite oublié cela dans l’enthousiasme d’une rencontre vécue comme un événement historique…

L'équipe de Gaza au Dôme du rocher à Jérusalem
L’équipe de Gaza au Dôme du rocher à Jérusalem

Match nul par conséquent, les Israéliens ayant fini par imposer leur jeu sans être sanctionnés tandis que les Palestiniens ont fini par marquer un but dans le camp adverse avec la tenue d’un match longtemps refusé ? Ce serait oublier que cette rencontre entre une équipe de Gaza et une autre de Cisjordanie contient une dimension symbolique qui va bien au-delà des calculs immédiats comme le remarque notamment le quotidien pro-qatari Al-Quds al-‘arabî. En effet, à Gaza comme à Hébron, une partie du public a choisi d’encourager les visiteurs au détriment de l’équipe locale par désir d’exprimer son attachement national.

Mais surtout, la tenue d’une « finale » inter-palestinienne montre que certaines réalités têtues ne peuvent être totalement évacuées, y compris en tenant compte des règles un peu tordues de ce milieu assez opaque qu’est la Fifa. En attendant que la vraie reconnaissance des droits du peuples palestinien lui redonne une (partie de sa) terre, les « règles du jeu » internationalement reconnues font que la reconnaissance de l’existence d’un football palestinien implique, très concrètement, qu’il ait un terrain pour pratiquer ce jeu.

La question linguistique en Algérie : le déni du présent

hatearabic
A en croire un article récent du quotidien Al-Bayan aux Emirats, « l’algérien » serait la plus difficile des langues arabes ! L’algérien ou bien l’algérois, le parler de la capitale qui, comme ailleurs, tend à devenir la norme « nationale » ? Que savent-ils tous ceux que l’on a interrogés à ce sujet de la fort complexe carte linguistique de ce vaste pays ? Bien entendu, pareille « enquête » permet surtout de mesurer les préjugés tenaces qui règnent dans la région vis-à-vis des différentes manières de parler l’arabe.

Il est vrai en revanche que l’Algérie est sans doute le pays arabe où la question linguistique suscite le plus de passions. On en a une nouvelle démonstration depuis que le ministère de l’Éducation a fait savoir, fin juillet, que la prochaine scolaire rentrée verrait un aménagement des cours d’arabe dans le cycle primaire. Pour faciliter l’initiation à ce que, dans ce pays, on appelle souvent d’une curieuse expression « l’arabe scolaire » (à savoir l’arabe dit « classique » ou encore « littéral »), la réforme – ô sacrilège ! – suggère aux enseignants de passer par la langue « vulgaire », en l’occurrence une de celles que parlent ces tout jeunes enfants chez eux.

Peu importe que la chose soit en réalité pratiquée depuis fort longtemps, d’une manière ou d’une autre, par les enseignant(e)s, ni que les spécialistes du monde entier soient d’accord sur ce type d’approche, par ailleurs préconisée en Algérie depuis un bon quart de siècle au moins ! Il va de soi que personne ne s’intéressera à l’utilité pédagogique d’une réforme visant à améliorer un apprentissage dont tout le monde s’accorde à reconnaître depuis des lustres qu’il est au cœur des problèmes que rencontre le système scolaire. Enfin, on ne dira rien sur le fait que le pays, avec à sa tête un président tout de même très très fatigué, est à la veille d’une transition politique qui sera tout sauf facile dans un contexte régional totalement chaotique. Non! Sans s’arrêter à ces vétilles, « l’élite » du pays s’enflamme pour dénoncer ce qu’un ancien ministre de l’Éducation stigmatise comme une tentative de « porter atteinte à l’arabité de la société algérienne, de briser l’unité nationale et d’annihiler l’identité de l’individu algérien » (النيل من عروبة المجتمع الجزائري وكسر الوحدة الوطنية ومحو هوية الفرد الجزائري). Cette réforme est le prélude à la partition du pays, rien moins que cela !

Si Nouria Benghabrit – ministre femme francophone plus à l’aise paraît-il dans la langue de Voltaire que dans celle du prophète – est la cible des attaques du moment, la scène n’est qu’une variation totalement prévisible de celle que l’on joue à l’identique ou presque depuis l’indépendance, avec des arguments où il est facile de comprendre que la pertinence linguistique, voire la simple rationalité, n’ont guère de place tant les passions politiques sont à fleur de peau. D’un côté, on a le « parti de la France » – hizb fransa comme l’appellent ses détracteurs – reconverti en « parti du français » réunissant ceux qui ne maîtriseraient pas bien l’arabe et qui favoriseraient une réforme conduisant fatalement à la marginalisation de l’arabe littéraire, vecteur du projet unitaire de la grande nation arabe. D’ailleurs, comme le remarquent les plus critiques, un Kamel Daoud par exemple, cet auteur tellement prisé outre-méditerranée et même outre-atlantique désormais, fait justement partie de ces voix qui plaident, de façon assez outrancière tout de même, en faveur de cet « algérien [qui] n’est ni de l’arabe ni un dérivé de l’arabe » !!! (Voir cette contribution et celles qui l’accompagnent sur le site d’Algérie-focus.) À l’opposé, toutes les voix de l’islam politique se rejoignent pour affirmer que l’introduction du dialecte dans les petites classes des écoles n’est que la reprise d’un vieux projet colonial visant à détruire « l’identité spirituelle » de la communauté des musulmans en les privant de son « véritable » véhicule linguistique.

Il faut bien l’admettre, tous ces arguments, qu’on a entendu mille fois, n’apportent pas grand chose de nouveau, si ce n’est que l’on constate, sur la moyenne durée, que la langue, à l’image de l’ensemble des références symboliques, est de plus en plus perçue dans une perspective commandée par la dimension religieuse. Autrefois, on prenait position en faveur de telle ou telle solution linguistique sur la base d’une analyse politique (indépendance nationale, panarabisme, ouverture au monde développé, etc.) ; aujourd’hui, c’est la question de l’islam, et de son investissement dans le domaine politique, qui domine toute réflexion : « Sans la darija (dialecte) l’arabe est condamné à vivre dans la liturgie » écrit ainsi dans une récente chronique Amine Zaoui, un romancier pourtant aussi bien à l’aise en français qu’en arabe !

À l’appui de son raisonnement (mais à la différence de sa propre pratique car, quand elle ne passe pas par le français, son écriture se coule dans le registre de l’arabe dit « classique »), il cite une pléiade d’écrivains, de dramaturges, de cinéastes qui ont illustré le génie créateur de la langue algérienne. De leur côté, les tenants de l’arabe littéraire n’ont en tête que les grandes figures du patrimoine… En réalité, et malgré leur opposition frontale, les uns et les autres ont en commun de se tourner vers le passé, récent ou ancien, pour y chercher des références toutes plus légitimes les unes que les autres selon leurs propres grilles d’analyse. Étonnamment, ni les uns, ni les autres ne s’interrogent beaucoup sur ce qu’ils appellent l’arabe. Classique ou dialectal, il est clair qu’à leurs yeux les frontières sont parfaitement délimitées entre ce qui est manifestement pensé comme deux univers étrangers l’un à l’autre.

Pourtant, pas un arabophone, cela va de soi, ne peut ignorer, quasiment depuis l’instant où il vient au monde, qu’une telle représentation est fausse. Tout le monde sait par expérience qu’il n’y a pas – même dans l’espace le plus liturgique d’ailleurs ! – un monde de l’arabe littéraire parfaitement étanche aux influences du (ou des) dialecte(s), lesquels ne sont, bien entendu, rien d’autre que de l’arabe, contrairement à ce qu’affirme Kamel Daoud (mais il doit penser à la langue classique lorsqu’il assène cette énormité).

Malgré cela, tout le monde s’obstine à penser les choses dans une opposition stérile entre une norme et une autre, et rares sont ceux qui, comme Akram Belkaïd, se donnent la peine de mentionner l’extraordinaire mutation de la question linguistique. Dans une de ses récentes chroniques, il relève ainsi fort justement les conséquences – en Algérie comme ailleurs du reste – de la croissance fulgurante des supports numériques. Voilà des années que la jeunesse algérienne du temps du numérique, celui des antennes « paradiaboliques » puis sur les réseaux sociaux d’internet, produit une autre langue, chargée des réalités multiples du pays mais également ouvertes, ne serait-ce que pour se connecter avec les flux de la communication globale, à d’autres registres, à commencer par ceux de l’arabe, partout où il est parlé. Si un dialecte se définit en définitive par sa localisation, par son inscription dans un espace où il est capable d’assurer une communication, il est facile de se rendre compte que la première caractéristique de l’actuel « parler numérique arabe » est au contraire son caractère hybride, mixte, hétéroclite, qui aplanit les frontières en multipliant les emprunts…

Autant de réalités visiblement ignorées des débats politiques qu’on échange entre intellectuels d’un autre temps.