Hommage au Safir : « Notre époque est révolue, il est temps de partir. »

Ultime "une" du Al-Safir.
Ultime « une » du Al-Safir.

D’assez nombreux commentaires ont accompagné la fin du quotidien libanais Al-Safir, fin effective avec le passage à la nouvelle année. Mais il me semble qu’il reste encore des choses à dire, au-delà des regrets réels pour bien des lecteurs fidèles (auxquels j’appartiens, ou plutôt j’appartenais), mais aussi des larmes de crocrodile un peu trop faciles chez beaucoup d’autres.

Nombre d’articles – Le Monde par exemple – observent que cette crise est celle de la presse écrite, partout dans le monde, et particulièrement au Liban. De fait, les salariés du Al-Nahar attendent leur salaire depuis plus de 15 mois et il y a fort à craindre que le mois qu’ils ont touché à l’occasion des fêtes de fin d’année soit aux yeux des très libéraux propriétaires de l’entreprise, la famille Tuéni, un quitus pour tout ce que la loi devrait pourtant les contraindre à payer. Quant aux employés de Al-Mustaqbal, dans ce qui fut naguère l’empire médiatique de la famille Hariri, leur sort, eux qui sont sans salaire depuis dix mois paraît-il, ne devrait pas être plus enviable. Pour ne rien dire des journalistes d’Al-Balad, un quotidien menacé également, ou encore de ceux du Daily Star, sans salaire depuis trois mois et qui ont de bonnes raisons d’être inquiets pour leur avenir. Reconnaissons donc au moins au patron (de gauche) du Safir le mérite de mieux traiter ses 120 collaborateurs plus dignement que ses collègues puisque les journalistes mis à pied toucheront apparemment les indemnités prévues par la loi.

La crise de la presse écrite est mondiale, elle est donc libanaise aussi. Plus largement, elle est arabe : la mort du quotidien jordanien Al-Majd a devancé de quelques jours celle du Safir ; en Égypte, la crise se fait sentir notamment à traves la hausse des coûts d’impression qui étrangle les rares titres encore indépendants tandis que le pouvoir renforce sa mainmise sur le paysage médiatique. En Algérie, Reporters sans frontières souligne dans un rapport récent « l’étranglement économique des titres indépendants et l’émergence de fonds occultes finançant les médias ». Si on ajoute les problèmes récurrents de censure, au Soudan par exemple où cinq quotidiens indépendants ont récemment vu leur édition saisie parce qu’ils couvraient les mouvements de protestations dans le pays, la crise est partout. Y compris, et c’est peut-être l’élément le plus important, là où on l’ignorait superbement il y a peu encore, à savoir dans les pays du Golfe : dans le contexte d’une crise qui touche tout le secteur des médias (voir ce précédent billet), même Al-Hayat, le « fleuron » des quotidiens arabes financés par l’Arabie, n’est pas certain de son avenir à relativement court terme.

Par conséquent, on a raison de dire que les quotidiens arabes traversent une crise économique, mais à condition de préciser que les vrais ressorts de cette crise sont à rechercher du côté des traditionnels « soutiens ». On sait, documents à l’appui, que la presse libanaise et égyptienne – pour s’en tenir à ces deux pôles médiatiques – est financée depuis plus d’un demi-siècle par l’argent saoudien, et plus largement par les pays du Golfe. Le problème actuel, qui apparaît bien peu dans les lamentations bien intentionnées sur l’appauvrissement du paysage médiatique arabe, c’est juste que les « parrains », aujourd’hui, ne veulent plus ou ne peuvent plus payer. Il faut tout de même le rappeler : la « pluralité » a toujours été le cadet de leurs soucis, leur ambition, comme celle de leurs adversaires du reste, étant seulement de payer des gens pour qu’ils écrivent ce qu’ils souhaitaient.

D’ailleurs, lorsqu’ils évoquent la crise des quotidiens libanais, les commentaires s’intéressent assez peu aux destinées du plus récent d’entre eux, à savoir Al-Akhbar, créé en pleine guerre israélienne contre le Hezbollah en août 2006 (par le regretté Joseph Samaha, un ancien du Safir). Qu’on l’apprécie ou non, et même s’il n’échappe pas à ses lecteurs fidèles qu’il n’est plus aussi « flambant » qu’à ses débuts, il reste qu’Al-Akhbar continue sur sa lancée – jusqu’à preuve du contraire car la pause des fêtes de fin d’année a l’air bien longue… Ce journal, « proche du Hezbollah » comme on le rappelle à chaque fois (ainsi que pour le Safir, ce qui me paraît encore plus discutable dans ce dernier cas), est aussi celui qui, sans conteste possible, fait preuve de la plus grande audace et de la plus grande ouverture d’esprit dans la région, avec des prises de position étonnamment courageuses en particulier sur les questions de société, du droit des femmes, des minorités sexuelles, etc. On ne peut manquer d’interpréter la « résistance » d’Al-Akhbar à l’aune des actuels rapports géopolitiques de la région : alors que les organes qui soutiennent l’axe saoudo-quelque chose… sont sur le repli, et même en faillite, abandonnés qu’ils sont par leurs soutiens financiers, les quelques titres qui parlent pour l’autre camp, Al-Akhbar en tête, bénéficient, eux, d’appuis qui, visiblement, ne les lâchent pas.

« La patrie sans le Safir » – ce qui peut se lire aussi « La patrie sans son ambassadeur » – titrait la dernière édition du quotidien libanais, avec un dessin qui rappelait ses grandes heures passées, au temps du caricaturiste palestinien Naji Ali (ناجى العلى souvent évoqué dans CPA, notamment ici). La patrie en question, bien entendu, c’est la Nation arabe. De fait, après l’achat en juillet 2013, par le Qatar, du quotidien arabophone de Londres, Al-Quds al-‘arabi (« Jérusalem arabe », voir ce billet), la fermeture du Safir scelle encore un peu le repli, pour ne pas dire la défaite, de l’arabisme. Tout juste un siècle après la première tentative d’établissement d’un État unitaire avec la « Grande révolte arabe » de 1916, on pourrait écrire, en jouant sur les mots, qu’il ne reste plus guère de tribune médiatique pour défendre le projet arabe, porteur, tout au long du XXe siècle, des espoirs d’une grande partie des peuples de la région.

C’est sans aucun doute de ce point de vue qu’il faut regarder l’hommage, sous forme de vidéo, mis en ligne par le Safir au moment de sa disparition. Sur fond de rumeur de la ville, on y voit le fondateur et rédacteur en chef du titre, Talal Salman (طلال سلمان) achever sa (dernière) journée de travail. Dans une pièce ornée d’œuvres contemporaines (dont, bien entendu, plusieurs dessins de Naji Ali), il recapuchonne (d’une main tremblante) son stylo et se lève de son fauteuil directorial en éteignant la lampe de son bureau. Puis, tandis qu’on entend en arrière-plan le son d’un rotative qui s’arrête progressivement, il ramasse sur un canapé cette écharpe qui est presque un uniforme pour les intellectuels progressistes arabes (!) et sort définitivement (l’immeuble a déjà été vendu) d’une pièce plongée dans les ténèbres. Mais la caméra nous fait revenir sur nos pas : sur le bureau, la lampe de travail se remet à clignoter pour s’éclairer à nouveau tandis que résonne quelques mesures d’une chanson de Sayyid Darwish, le classique (égyptien) des classiques de la chanson nationaliste arabe (voir ce billet  : mon dieu, dix ans déjà!) :

أهو ده اللي صار

وا دي اللي كان

مَالكشِ حق

تلوم عليا

Voici ce qui est arrivé / voilà ce qu’il en est /
Et de quel droit / vous nous faites des reproches ?

Malgré ces dernières paroles, on ne peut manquer de sourire, avec un peu d’amertume, devant la lourdeur des symboles et la grandiloquence du ton, d’une autre époque, assurément. Si le Safir est tombé, c’est, aussi, parce que son fondateur (voir ce portrait publié en 2013) s’est enfermé, comme bien d’autres de ses meilleurs confrères, dans un exercice solitaire des responsabilités, déconnecté des réalités des générations actuelles (même si Al-Safir, et c’est tout à son honneur, fut parmi les premiers quotidiens arabes à oser le passage sur internet). À l’image de la vidéo qui le met en scène, Talal Salman se vit comme l’incarnation d’un journal, d’une idée, d’une institution. Âgé de 77 ans, il quitte la scène, sur le constat d’un échec et probablement sans grand espoir pour l’avenir, et sans illusions pour les idées qu’il a défendues (en dépit de la lumière qui se remet à briller, comme par magie, tandis qu’apparaît le logo du quotidien, un oiseau en vol, qui surmonte la devise « En route »).

Un intéressant entretien publié par L’Orient-Le Jour, permet à Talal Salman de mettre quelques mots sur cette longue séquence sans paroles : « Au Safir, nous avons longtemps brandi le slogan de l’arabité et avons défendu l’unité dans cette région et prôné la nécessité des réformes, convaincus que les peuples partagent ici les mêmes soucis et des problématiques similaires. Le spectacle de désolation dont on témoigne aujourd’hui est la preuve d’un échec cuisant à ce niveau. » Un constat que reprend à sa manière Abdel-Bari Atwan, cette autre grande figure (à peine plus jeune car il est né en 1950) de la presse nationaliste arabe, lui aussi confronté à la même impasse professionnelle… et au passage du temps  :

محنة “السفير” لا تعود الى اسباب تجارية اقتصادية، وانما لانها ايضا صاحبة موقف مختلف، وسياسة عنيدة في رفض محاولات تدمير هذه الامة، ونزع كرامتها، وتغيير هويتها، وتفتيت وحدتيها الديمغرافية والجغرافية، وبذر بذور الفتنة الطائفية للاجهاز على ما تبقى لها من طموحات في نهضة عربية شاملة

« L’épreuve du Safir n’est pas due aux seules circonstances économiques ou commerciales mais, aussi, au fait qu’il défendait un point de vue différent, et une ligne politique qui s’entêtait à refuser les multiples tentatives pour détruire la nation et lui ôter sa dignité, modifier son identité, émietter son unité démographique et géographique, y faire pousser les graines de de la discorde confessionnelle, afin de faire avorter les derniers espoirs d’un renaissance arabe complète. »

Ce premier éditorial de la nouvelle année pour Ray al-yom (qui n’existe que sur internet), s’ouvre sur un titre qui se lit comme un écho de la vidéo d’adieu du Safir : « Ami, notre époque est révolue, il est temps de partir » (يا صديقي انتهى زمننا.. وحانت ساعة الرحيل).

Demain mercredi, Al-Safir fait paraître une ultime édition papier, en hommage à ses 43 années d’existence. En partie victime du tournant numérique des médias, Talal Salman n’en a pas moins un compte Twitter sur lequel il sera peut-être encore plus actif qu’auparavant.

La guerre en chantant : chansons guerrières de la campagne irakienne contre Daech

Al-Hayat évoquait récemment le phénomène, en Irak, des chansons guerrières qui accompagnent l’offensive contre l’État islamique, retranché à Mossoul depuis juin 2014. Bien entendu, comme le précise l’article, la mode des chansons martiales ne date pas d’aujourd’hui. Au contraire, il y a même fort longtemps que les forces politiques, en Irak comme ailleurs, s’appuient sur les vedettes de la chanson pour mobiliser l’opinion. Mais comme le précise l’auteure de l’article, Kholud al-Amiri (خلود العامري  ), depuis les années 1980 et l’épouvantable guerre irako-iranienne (un demi-million de victimes militaires, et autant de civils) ce type de production est de plus en plus investi par des interprètes originaires des zones rurales. Comme si, a-t-on envie d’ajouter, il fallait mettre en adéquation le style musical avec le public des couches populaires de la nation, celles à qui l’on demande de se sacrifier pour le bien de leur pays.

Depuis la guerre contre Daech, on voit donc se multiplier des clips, assez étranges, où les interprètes proposent des paroles militantes sur des mélodies et des rythmes issus du folklore traditionnel, le tout sur fond d’images ultra-guerrières, souvent récupérées auprès des services de propagande de l’armée.

Parmi les « plus belles chansons héroïques nationales irakiennes », comme le dit le site qui les propose, on doit certainement mentionner celles qu’interprète Ahmad Jawad (أحكد جواد)

Ou encore celles de Salah Bahr (صلاح البحر), qui bénéficie en plus du concours des forces spéciales irakiennes :

A moins que l’on ne préfère « La mort rouge » de Muhammad Abdel-Jabbar (محمد عبد الجبار) :

Dans la ligne d’une Shadha Hassoun dont on avait eu l’occasion de parler à propos d’un clip qui avait fait scandale en son temps, les femmes ne sont pas en reste dans cette ferveur militaro-patriotique. On éprouve même un certain malaise à voir la très pulpeuse Shams al-Meslawi entonner en tenue militaire des chants populaires remixés à la sauce patriotique sur fond d’archives militaires.

Des guerres sans fin ont beau dévaster la région, cela ne semble pas entamer la ferveur populaire pour les armes…

Youssef Abdelké : pas seulement un opposant

Carton d'invitation pour l'exposition de Y. Abdelké à Damas.
Carton d’invitation pour l’exposition de Y. Abdelké à Damas.

C’est vraiment manquer aux convenances que de publier, alors que s’achève la bataille d’Alep, un texte qui tire prétexte de l’inauguration prochaine d’une exposition d’art dans une galerie de Damas pour dénoncer, avec violence, les errements de ceux qui prétendent soutenir la révolution. Dans l’unanimité facile des commentaires univoques sur les barbaries commises par le régime et ses alliés à Alep, mon choix de faire entendre cette voix venue de Damas va certainement passer, aux yeux de certains, pour de la provocation.

À ces éventuelles critiques je pourrais répondre que je ne vois guère l’intérêt de consacrer du temps et de l’énergie à ces chroniques si c’est pour y répéter (en moins bien) ce qu’on entend à toute heure du jour et de la nuit dans les médias. Pour ces billets, ma seule règle est de retenir des textes, ou des sujets, qui sortent précisément des sentiers battus et incitent à réfléchir autrement, à s’interroger par conséquent sur ce qui se passe dans ce qu’on appelle « le monde arabe ». Pas forcément, d’ailleurs, dans le seul de faire adhérer au point de vue qui est exposé – le mien éventuellement, même s’il m’arrive de n’être qu’un intermédiaire, et même si le choix d’un texte ou d’un sujet n’est jamais neutre, bien entendu – mais plutôt pour donner à connaître (surtout quand on n’a pas accès à la langue arabe) des points de vue qui méritent d’être davantage entendus. C’est particulièrement le cas de Youssef Abdelké, et de toute une partie de l’opposition syrienne (à l’intérieur du pays ou non), qui peinent à se faire entendre, même dans des tribunes en principe alternatives. Et dans le climat actuel, pas loin d’être hystérique à mes yeux (pardon à celles que cet adjectif choque !), il faut, je crois, rappeler l’existence d’autres voix de l’opposition syrienne, des voix qui, notamment, ont condamné dès les premières semaines des soulèvements, les risques terribles du choix des armes.

Cette traduction m’est également apparue d’autant plus nécessaire que ce texte évoque, au sein de cette opposition, le destin d’un artiste syrien exceptionnel. En dépit de sa célébrité internationale, bien peu de voix se sont levées pour prendre sa défense lorsqu’il a été victime de la répression du régime (voir ces billets publiés durant l’été, lors de sa disparition, puis de sa libération un mois plus tard et enfin à l’occasion d’un entretien publié dans le quotidien libanais Al-Safir).

Al-Safir, justement, qui a annoncé récemment qu’il cessera de paraître à la fin de l’année. La fin programmée d’un quotidien de cette qualité va restreindre encore un peu plus l’éventail des opinions qui s’expriment dans une région toujours plus dominée par l’argent des puissances du Golfe. Une autre raison pour cette traduction, qui est donc aussi un hommage à ceux qui résistent.

Youssef Abdelké : pas seulement un opposant, par Thaer Deeb (ثائر ديب)

L’exposition, à Damas, des œuvres de l’artiste Youssef Abdelké ouvrira ses portes samedi [17 décembre]. Fort bien, et alors ? Qu’y a-t-il d’extraordinaire à cela ?

Bien des choses en réalité, qui en disent long et qui peuvent déconcerter. Des choses qui naissent du travail de ce créateur, comme d’habitude, mais qui vont au-delà également, et touchent à la situation actuelle en Syrie. Car cela signifie qu’il y a des Syriens qui sont restés sur leur terre et qui vont profiter à nouveau de ce que leur offre ce grand créateur. D’ailleurs, si je devais avoir à ne retenir qu’une seule chose pour résumer la grandeur de la Syrie, son humilité aussi, son enracinement dans une histoire locale et son universalisme, son raffinement artistique allié à une sensibilité populaire, la complexité de son intelligence en même temps que sa simplicité, sa vitalité, son refus des forces mortifères, sa pureté et sa capacité à compatir à travers les larmes et les drames, c’est un tableau de Youssef Abdelké que je choisirais aujourd’hui, sans parti-pris ni sectarisme, une de ces œuvres qui parlent au monde de l’essence de la Syrie, qui rappellent que la dictature ne s’y est jamais exercée sans rencontrer d’opposition, que les massacres n’y ont pas été perpétrés sans résistance. Et aussi qu’il se trouve des gens, hier comme aujourd’hui, pour couvrir d ‘éloges la contre-révolution, ses voleurs et ses idiots utiles, vantant sa pureté, sa lucidité et ses artistes si raffinés.

Cela signifie également qu’il y a des artistes authentiques, qui continuent à vivre, à créer et à résister dans leur pays. En dépit des circonstances épouvantables, du manque de tout et des dangers. En totale contradiction avec la fable risible que répandent les « combattants » et les « révolutionnaires » qui ne se contentent pas de rejeter la paix mais crient haut et fort pour appeler à la guerre dès lors qu’eux sont bien en sûreté. Leur fable voudrait faire croire qu’il n’y a plus personne en Syrie qui ait la moindre valeur artistique ou culturelle. Ils nous rejouent un air déjà entonné autrefois par les opposants irakiens, jusqu’à ce qu’on découvre l’énormité de cette imposture.

Je n’ai pas besoin ici de m’étendre sur l’art de Youssef et sur sa sincérité, sur son rejet des mécènes de l’opposition et de toute leur clientèle, son aversion pour les ambassadeurs étrangers et leurs admirateurs. Youssef fait partie, hier comme aujourd’hui, d’un courant nationaliste et démocratique de gauche qui représente ce que la Syrie a produit de plus lucide, de plus intègre, un courant dont les Syriens savent aujourd’hui combien il s’est opposé à la dictature, combien il a consenti de sacrifices pour la supprimer, combien il a dû s’opposer dans le même temps aux escrocs, aux marchands empressés de la révolution, aux fils de bonnes familles, à ceux qui prétendent tout savoir, aux philosophes du sectarisme, aux écrivains pour les relations publiques, aux révolutionnaires sans mémoire de l’argent du pétrole… Tous ceux qui n’ont rien fait d’autre que de contribuer à plonger le pays dans un bain de sang, tous ceux qui ont offert le soulèvement des Syriens sur un plateau d’argent aux plus réactionnaires et aux plus rétrogrades des forces locales, régionales et internationales, tous ceux qui se sont contentés d’observer de loin les ruines d’un pays plongeant dans la destruction, se suicidant…

Cela signifie, finalement, que si la Syrie doit renaître, et elle le fera, bien entendu, cela se fera de l’intérieur, depuis son territoire, par ceux qui s’y sont accrochés et ceux qui ont été obligés de le quitter mais pour y revenir ensuite. Et non pas ceux qui se sont empressés de sauver leur peau quand bien même on ne leur avait rien fait, ceux qui ont fait de ce qu’ils avaient eu éventuellement à subir une rente mensuelle. Pas ceux qui ont vendu l’honneur de l’opposition syrienne, dans son entier, à tous les prédateurs de la terre, aux pires des régimes, les suppliant de « frapper » leurs concitoyens restés dans la patrie, imitant en cela un régime qu’ils prétendent combattre.

La renaissance de la Syrie est un pari que relèveront, sans aucun doute, des Syriens tels que Youssef, des opposants pareils à lui pour lesquels la victoire ne saurait passer par la suppression des libertés, ni la chute de la dictature par l’oubli de la question nationale et des problèmes sociaux. Car ils ont toujours su les dangers que faisaient encourir de telles positions, ils l’ont dit haut et clair lorsque le peuple s’est soulevé, quand bien même l’interminable répression sauvage du régime a-t-elle essayé de faire taire leur voix ; une voix qui n’était plus guère audible sous les cris d’une opposition dont on savait bien, en Syrie, qu’elle était « un cimetière de l’espoir », une façon d’arracher ses premiers germes avant même qu’ils n’aient pu véritablement pousser.

La barrière de la langue entre The Independent et Al-Ahram

L'article de Noha El-Sharnouby "dénoncé" par Metro (http://metro.co.uk/)
L’article de Noha El-Sharnouby « dénoncé » par Metro (http://metro.co.uk/)

Régulièrement dénoncé par l’universitaire et blogueur Asad AbuKhalil (ici par exemple), MEMRI (The Middle East Research Institute comme il se nomme pompeusement) continue à distiller son venin depuis bientôt vingt ans. À force de traductions adroitement biaisées, ou même carrément tronquées, et surtout en opérant un choix parfaitement tendancieux dans les nouvelles qu’il sélectionne, MEMRI contribue à façonner l’image du monde arabe dans les médias, pas seulement anglophones, car ses articles sont largement relayés par des journalistes, ignorants ou complaisants.

Il m’est déjà arrivé de mentionner au passage (ici) tout le mal que je pensais de ce prétendu site « académique », mais sans m’y arrêter vraiment dans la mesure où je préfère, dans ces chroniques, me consacrer à ce qui se raconte dans les médias du monde arabe. Pour autant, il me semblait important d’alerter ceux qui, de bonne foi, cherchent à s’informer sur ce qui se publie en arabe et utilisent, éventuellement sans malice, les traductions si gracieusement offertes par la sélection du MEMRI. L’article que vient de publier Nour Abu Farraj (نور أبو فراج) dans le Safir me permet de le faire, sans déroger à la ligne éditoriale de CPA. La traduction que je donne ci-dessous permettra aux lecteurs francophones de découvrir comment un journaliste arabe analyse cette « revue de presse » à l’intention du public occidental. Un article que MEMRI, justement, n’est pas près de traduire !

La barrière de la langue entre The Independent et Al-Ahram.

Un gouffre sépare l’opinion publique occidentale de ce qui s’écrit et se publie dans la presse et les médias arabes. La langue est un sérieux obstacle, en plus de l’absence d’intérêt de beaucoup d’Occidentaux, en raison d’un sentiment de « supériorité culturelle », par rapport à ce que diffusent les tribunes du Tiers-Monde. C’est une bonne raison pour s’étonner de l’attention portée par The Independent, puis The Telegraph et The Guardian, et d’autres encore, à un article écrit par la journaliste égyptienne Noha El-Sharnouby dans le quotidien Al-Ahram le 23 août 2016, à la rubrique « Opinions libres » et sous le titre « Est-ce qu’on nous trompe à ce point-là ? »

Le texte commence par le récit de ce qui est arrivé à un enfant musulman d’une école de New York, qu’on a obligé à avouer qu’il était un terroriste. S’indignant qu’on associe de la sorte islam et terrorisme, Noha El-Sharnouby revient sur la version nord-américaine des événements du 11 septembre, sur l’identité de leurs auteurs et sur l’entraînement qu’ils ont reçu dans une école de pilotage aux USA. Elle reprend également des arguments bien souvent évoqués sur le laps de temps qui s’est écoulé entre les explosions, ou encore sur les déplacements des avions dans l’espace aérien américain en dépit de la sophistication des systèmes de sécurité. De but en blanc, elle parle ensuite du nombre de volontaires étrangers au sein de Daech pour tenter de prouver, sans beaucoup de rigueur, qu’il s’agit d’une organisation fabriquée par l’Occident. « N’est-il pas étonnant, écrit-elle ainsi, que les membres de Daech fassent tous la même taille, qu’ils aient tous le visage aussi pâle et qu’ils aient tous à leur bras les mêmes montres de luxe ? »

The Independent a été le premier à s’intéresser à ce texte d‘Al-Ahram, en publiant un article sous le titre : « Les médias égyptiens officiels affirment que Daech est une fabrication de l’Occident et que les événements du 11 septembre ont été perpétrés par l’Occident pour justifier la guerre contre le terrorisme ». Sans livrer la moindre analyse, l’article se contente de traduire des passages du texte d’El-Sharbouny, accompagné de commentaires du type : l’auteure affirme, l’auteure met en doute, etc. Il se conclut sur le rappel du recul de la démocratie et du droit à l’expression en Égypte selon les rapports de l’organisation Reporters sans frontières. À grands coups de couper-coller, d’autres médias se sont empressés de reprendre, sans la moindre modification, la traduction du texte d’El-Sharnouby. La version publiée par The Independent continue à circuler aujourd’hui encore comme un témoignage de ce qui se publie dans la presse égyptienne.

Inutile de s’attarder sur les noms des médias américains et occidentaux qui ont repris l’article car The Independent et The Guardian, quelles que soient leurs qualités, n’ont fait en l’occurrence qu’utiliser et diffuser une marchandise fabriquée ailleurs. En effet, c’est le MEMRI (l’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient) qui est vraiment à l’origine de l’affaire en traduisant un article vendu à travers un réseaux de grands journaux, sans se donner la peine d’enquêter sur son auteure, sur sa réputation et son expérience au sein d’une profession qui possède une longue histoire de journalistes de qualité qui auraient mérité qu’on s’intéresse à ce qu’ils avaient écrit et qu’on le traduise. Compte-tenu du nombre de ceux qui ne connaissent pas l’arabe dans le monde, une organisation telle que MEMRI joue un rôle central dans le choix de ce que l’on doit connaître en Occident des médias moyen-orientaux. Elle joue le rôle bien connu du crible, du contrôleur qui décide de ce que l’on laissera passer à l’intention des millions de lecteurs qui ne connaissent pas l’arabe.

Il suffit d’un seul coup d’œil sur la page d’accueil du MEMRI pour comprendre la stratégie qui préside à ses choix de « traduction et de publication ». Fondé en 1998 « pour enrichir la discussion sur les politiques des USA au Moyen-Orient », il publie les discours des religieux musulmans les plus extrémistes qu’on entend sur les chaînes télévisées radicales. Tout en prétendant offrir une image des « médias du Moyen-Orient », il traite en priorité des questions de terrorisme, de tout ce qui attise l’extrémisme et les confrontations sanglantes.

Le vrai problème dans cette affaire, c’est que la théorie qui met en avant la responsabilité politique des USA dans les événements du 11 septembre ainsi que le rôle de l’Occident dans la création de Daech se fonde sur un certain nombre d’arguments et de faits qui méritent discussion, en Occident comme dans le monde arabe, chose qui s’est d’ailleurs produite dans un film aussi célèbre que celui du réalisateur américain Michael Moore, Farenheit 9/11. Pour ne rien dire des dizaines d’études et de livres publiés partout dans le monde par des analystes politiques et des penseurs qui apportent des éléments convaincants sur les gains politiques et économiques pour l’Occident de sa guerre contre le terrorisme. On peine à comprendre par conséquent cet intérêt tardif pour cet article de Noha El-Sharnouby, d’autant plus qu’il est ni brillant, ni profond dans ses analyses. Il s’agit plutôt d’un aimable bavardage qui passe d’un sujet à un autre, lançant des accusations à la légère sous prétexte de défendre l’islam, voire Daech. Mais c’est précisément ce qui convient aux médias occidentaux : ils montrent ainsi que les arguments qui accusent l’Occident d’avoir nourri le terrorisme ne sont que des fables qui ne méritent pas un examen sérieux.

 

Menaces sur les journalistes arabes, même bien en cour…

L'empire médiatique du prince Mohammed ben Salmane Al Saoud (source : http://thenewkhalij.org/node/44579).
L’empire médiatique du prince Mohammed ben Salmane Al Saoud (source : http://thenewkhalij.org/node/44579).

On a beaucoup vilipendé Gamal Abdel Nasser, horrible tyran qui avait réussi à museler totalement la presse égyptienne dans les années 1960… Bien du temps a passé mais on ne peut pas dire que les choses se soient arrangées. La justice du maréchal Sissi vient de réussir une première : pour la première fois depuis les 75 années d’existence du syndicat des journalistes, les tribunaux viennent de condamner à deux années de prison le président et le vice-président du Syndicat des journalistes, coupables d’avoir recueilli dans les locaux de leur organisation deux personnes recherchées par la loi. Un classique pourtant, selon cet article du Al-Safir, selon lequel la manœuvre a été exécutée à maintes reprises de par le passé, pour ouvrir la voie à des négociations et à des poursuites moins sévères. Sauf que, en avril dernier, les policiers ne sont pas restés à la porte et ont investi brutalement les lieux (une affaire que j’avais rapidement évoquée ici).

La condamnation des deux syndicalistes (en plus des deux journalistes pourchassés, bien entendu) a produit d’autant plus d’effet que personne ne s’attendait à un verdict aussi sévère. Et comme les autorités sont en train d’autoriser les imprimeries spécialisées du secteur public à augmenter leurs tarifs, bien des journaux vont inévitablement se retrouver étranglés financièrement. Ne survivront plus que ceux qui peuvent s’appuyer sur quelques généreux mécènes, tel « l’homme du fer », Ahmed Abou Hashima (voir ce billet), un ami du régime bien entendu…

En principe (mais les choses peuvent changer comme on le verra), les Saoudiens n’ont pas de problème avec les médias. Leur méthode, qui n’est pas pour rien dans la médiocrité de l’information dans la région, consiste à financer les professionnels pour leur faire écrire ce qui convient. Des documents montrent, sans l’ombre d’un doute, que ce petit jeu a commencé, au moins, dans les années 1950 au Liban. Grâce au site Wikileaks, on sait maintenant que ces largesses n’ont jamais cessé, et qu’elles n’ont oublié aucun pays. En Égypte comme on l’apprend dans cet article (en anglais), même une institution aussi vénérable que Al-Hilal, fondée par Jurji Zaydan dans les années 1880, a pris l’habitude de faire passer de petits courriers pour demander le paiement d’articles publiés à la gloire du Royaume…

La nouveauté, malgré tout, c’est que plusieurs affaires récentes mettent en évidence le fait que l’instabilité profonde dans la région finit par troubler les meilleurs « professionnels », en tout cas ceux dont la brillante carrière donne à penser qu’ils n’ont plus rien à apprendre sur l’art de flatter sans prendre de risques inutiles. Le 20 novembre dernier, le quotidien (qui n’a plus rien de) respectable Al-Sharq al-Awsat (un des premiers à avoir été fondé à l’époque des débuts de la presse arabophone transnationale à la fin des années 1970) a ainsi publié un article qui, s’appuyant sur un rapport de l’Organisation mondiale de la santé, dénonçait l’effrayante vague de grossesses illégitimes résultant de l’affluence populaire lors du pèlerinage de Kerbéla. Bien entendu, cette « nouvelle » n’était qu’un épisode supplémentaire d’une campagne incessante depuis des mois, voire des années, visant à en rajouter des tonnes dans le dossier déjà bien chargé des tensions confessionnelles. Sous couvert d’une autorité internationale, l’OMS, il s’agissait de faire comprendre aux lecteurs (sunnites) que les commémorations religieuses chiites (plusieurs millions pour Kerbéla) n’étaient que prétexte à l’organisation d’un gigantesque lupanar…. Seul problème, l’OMS a démenti avoir jamais publié la moindre étude à ce sujet et, aussi vite qu’il a pu, le quotidien a supprimé la nouvelle de son site oubliant que l’édition écrite, elle, ne disparaîtrait pas aussi facilement. Devant l’ampleur des protestations – quelques millions de pèlerins musulmans traités de touristes sexuels, tout de même ! – le « responsable », correspondant du Sharq al-Awsat en Irak, a été remercié. Étonnamment, la même sanction a également été prise quelques jours plus tard à l’encontre du rédacteur-en-chef, Salman Aldosary (سلمان الدوسري). On peut trouver la sanction bien sévère pour un homme qui, à la tête de ce journal, a servi fidèlement les intérêts du Royaume pendant plus de treize années… Il devrait trouver à se recaser (la chaîne Al-Arabiyya ?) et, en attendant, on a mis à sa place un autre incontournable des médias arabophones financés par l’Arabie saoudite, le Libanais Charbel Dagher. (Ce qui suscite, d’ailleurs, beaucoup d’inquiétude pour le destin d’Al-Hayat, autre fleuron terriblement déficitaire de la presse arabophone transnationale, relancé par l’Arabie saoudite à peu près à la même époque que Al-Sharq al-Awsat…)

La même mésaventure est arrivée à Jaber al-Hermi (جابر الحرمي) autre vétéran de la presse du Golfe et patron du quotidien Al-Sharq, le plus grand quotidien au Qatar (tout est relatif vu la taille du pays). En dépit d’une décennie de bons et loyaux services, il a suffi d’un Tweet malheureux pour précipiter sa chute. Al-Hermi a voulu féliciter son émir qui venait d’augmenter les fonctionnaires du pays, sans se rendre compte que cet éloge pouvait passer pour une critique des frères saoudiens qui, eux, prônent l’austérité.

Il faut dire qu’en ces temps troublés, personne ne semble devoir être épargné, pas même un Jamal Khashoggi (جمال خاشقجي ), un homme qui a passé des années de service(s) auprès des puissants du Royaume, depuis le prince Turki al-Faisal quand il était ambassadeur aux USA jusqu’au prince Waleed bin Talal (le temps d’une très éphémère chaîne de télévision bêtement implantée à Manama). N’ayant que sa conscience pour guide, sans doute, ce grand professionnel a continué à critiquer Trump, comme le faisait toute la pressse arabe du Golfe depuis des mois, sans tenir compte du fait que le candidat était devenu président et que les médias du Royaume avaient opéré un virage à 180° degrés… Du coup, cet homme qui fait la pluie et le beau temps dans les médias du Golfe depuis au moins deux ou trois décennies n’a plus le droit d’écrire la moindre ligne, ni d’apparaître sur aucun plateau télé. Même son compte Twitter, dont il usait assez frénétiquement, est resté inactif depuis le 18 novembre.

La congruence de ces trois chutes retentissantes interpelle : pour que des professionnels aussi chevronnés, et même, disons-le, pour que des courtisans à l’échine aussi souple, fassent de tels faux-pas, c’est bien le signe qu’un grand désordre règne dans la région…

Des lois à la pelle : la loi sur l’appel à la prière en Palestine

"Vous ne ferez pas taire les appels à la prière", manifestation en Palestine.
« Vous ne ferez pas taire les appels à la prière », manifestation en Palestine.

« C’était l’heure de midi, l’heure où le muezzin épie le soleil sur la plus haute galerie du minaret, et chante l’heure et la prière à toutes les heures. Voix vivante, animée, qui sait ce qu’elle dit et ce qu’elle chante, bien supérieure, à mon avis, à la voix machinale et sans conscience de la cloche de nos cathédrales. » (Alphonse de Lamartine, Des destinées de la poésie, 1834).

Qu’il est loin le temps où une star de la culture européenne vantait les mérites du muezzin sur les cloches de nos campagnes ! Aujourd’hui, bien installés dans le pays que Dieu leur a promis il y a quelques milliers d’années, les Israéliens ne sont pas du tout sensibles à la poésie de l’appel à la prière. Au contraire, après une première tentative, il y a dix de cela, avortée faute de majorité, le parlement devrait en principe ratifier dans quelques semaines une loi qui, dans les faits, imposera le silence aux minarets. En tout cas entre 23 heures et 7 heures du matin car, pour tenir compte des protestations du ministre de la Santé Yaakov Litzman, le projet de loi – qui, par équité, concerne les trois religions révélées  et on peut donc s’attendre à ce que vienne le tour des clochers des églises… – a été réduit à ces seules heures, de façon à ne pas offenser la « rue ultra-orthodoxe » inquiète à l’idée que les sirènes annonçant le shabbat puissent être muselées elles aussi.

Dans la « seule véritable démocratie du Moyen-Orient », il va de soi qu’on ne saurait mettre en place une législation susceptible de discriminer une partie de la population. Non ! La loi en préparation a pour objectif de « préserver l’environnement sonore » des habitants, quelles que soient leurs croyances. Il s’agit donc d’une législation écologique en quelque sorte, pour mettre fin aux nuisances sonores dont souffrent ceux qui sont venus s’installer dans le pays en ignorant sans doute qu’on y lance l’appel à la prière depuis des temps fort anciens (mais néanmoins pas aussi immémoriaux que les promesses bibliques). Ce que le législateur israélien est loin d’ignorer d’ailleurs, car il ne lui viendrait certainement pas à l’idée de s’en prendre à la liberté de culte. S’il faut légiférer, c’est parce que les hauts-parleurs, comme le rappelait un savant rapport rédigé lors des premières discussions, se sont substitués à la voix humaine. Et aussi, hélas, parce qu’ils servent de temps à autre à véhiculer de haineux (sic) messages nationalistes (propalestiniens, cela va de soi).

Il faut par conséquent que les Palestiniens soient de très mauvaise foi (sans jeu de mots) pour résister à une législation qui soulagerait leurs oreilles. Ils prétendent en effet qu’il n’était guère besoin d’écrire une nouvelle loi puisque des mosquées trop bruyantes sont d’ores et déjà condamnées, le cas vient encore de se produire, au titre d’une réglementation sur les « pollutions et les nuisances ». À les écouter, il s’agirait, une fois de plus, d’une mesure discriminatoire à l’encontre des musulmans puisqu’un aménagement a été trouvé pour les sirènes de shabbat. Et la nouvelle mesure porterait même atteinte « à la vie et à la culture » dans le pays. Encore un peu, et les descendants putatifs des Philistins en appelleraient au « patrimoine immatériel » que prétend sauvegarder l’Unesco, une organisation qui, comme le rappelle fort justement Shmuel Trigano dans Le Figaro, n’hésite pas à « réécrire l’histoire de Jérusalem » !!!

Sûre d’elle-même (mais pas « dominatrice », ça c’était de Gaulle en novembre 1967 : vidéo ici), la société israélienne ne craint pas de laisser la parole à ses adversaires, y compris dans le temple sacré de sa démocratie. On a pu ainsi  assister au spectacle étonnant d’un député arabe, Teleb Abu Arar (أبو عرار : par ailleurs imam et muezzin « dans le civil »), appelant à la prière après un petit discours, en hébreu dans le texte, à la tribune de l’assemblée (vidéo, qu’il faut vraiment regarder, ici). Quant aux habitants de Jérusalem, l’occupant les a laissés s’époumoner à leur guise, en se disant probablement qu’ils finiraient bien par se fatiguer de cette inutile protestation (vidéo ici)

Si l’on doit continuer sur la même lancée, on peut imaginer qu’après la prière ce sera au tour de la langue arabe d’être interdite en Israël. Non pas que le gouvernement israélien souhaite le moins du monde provoquer la minorité arabe qu’il accueille sur son territoire, en dépit de son ingratitude (et alors qu’il y existe ailleurs, comme personne ne l’ignore, tellement de terres arabes qui ne demandent qu’à être davantage mises en valeur). Mais le premier devoir des autorités est de veiller au bien-être de leurs citoyens. Et comme l’a très bien perçu le gérant d’un établissement de la chaîne CaféCafé qui a donc intimé à ses employés arabes de service le commandement de se taire (dans leur langue natale), les Israéliens se sentent « menacés » quand on parle arabe devant eux. On peut donc s’attendre à de nouveaux progrès dans la provocation législation. D’ailleurs, dans le même ordre d’idée, on se penche aussi en Israël sur un texte qui destituerait d’office un député (arabe) qui prétendrait soutenir le mouvement de boycott des produits fabriqués dans les colonies implantées en territoire occupé.

Pour ceux qui se demanderaient comment évoluent les choses dans les pays voisins, on rappellera que le gouvernement égyptien, sans arsenal juridique, a réussi à mettre en place, depuis l’été 2010, une « centralisation des appels à la prière » qui a en quelque sorte court-circuité le tapage quelque peu anarchique des hauts-parleurs de trop bonne volonté. (Une pièce de théâtre a été montée il y a quelques années sur le sujet, et la bande-annonce vaut le détour.)

Et pour finir en beauté (quoique…), je vous propose ce très étrange remix de l’appel à la prière et de l’Ave Maria, « risqué » (car il a bien entendu soulevé des protestations de puristes) par un candidat algérien pour la huitième édition de la Star Academy, en 2011.

Les laïcards arabes : des Daeshistes sans barbes.

C’est un exercice facile, et éventuellement dangereux (si l’on pense à ce que fait une « source » telle que MEMRI), que de prendre un texte particulièrement inepte pour en faire un symbole généralisable à toute une société. Je m’y risque malgré tout, en sachant que cela n’apprendra rien à ceux qui pratiquent les médias arabes, mais en pensant aussi qu’il peut être utile, pour les lecteurs qui n’ont pas l’accès aux textes originaux, de se faire une idée de ce que véhiculent les médias arabes.

Signalé par Asad Abu-Khalil, le texte en question a été publié il y a quelques jours à peine par un « grand » quotidien arabophone, Al-Quds al-‘arabî, devenu l’ombre de lui-même depuis qu’il est passé sous le contrôle du Qatar.  Son auteur, Faysal al-Qassem (فيصل القاسم), est loin d’être un inconnu. Né en Syrie en 1961, il est, depuis la naissance de la chaîne ou presque, il y a une bonne vingtaine d’années, un des animateurs vedettes d’Al-jazeera. Malgré les nombreuses critiques qu’il a reçues, le talk show qu’il anime, « À contre-sens » (الاتجاه المعاكس), demeure une « référence », si l’on peut dire, du paysage audio-visuel arabe. Les lignes qui suivent constituent la majeure partie d’un article qui s’ouvre sur un éloge de la « véritable laïcité », dont certains, rappelle l’auteur, estiment que les prémices peuvent même être trouvés en islam.

Dans ma traduction, je me suis efforcé d’altérer aussi peu que possible le ton de l’original, que ce soit pour accentuer le trait ou au contraire l’édulcorer. Il s’agit donc, et c’est dans cet esprit que je le propose à la lecture, d’un témoignage assez brut sur la manière dont raisonne et s’exprime, dans les médias, une personnalité contestée, mais que l’on ne peut pas qualifier véritablement d’extrémiste. Je vous laisse juges…

faisal_al-qasimLes laïcards arabes :
des Daeshistes sans barbes.

(…) Quant aux prétendus laïques arabes, où en sont-ils par rapport à la question de la véritable laïcité ? Sont-ils vraiment laïques, au sens occidental du terme ? Ou bien sont-ils aussi éloignés de la vraie laïcité que la terre l’est du soleil ? À considérer ce que pensent ceux qui s’appellent eux-mêmes les laïques, la manière dont ils se comportent, on s’aperçoit qu’ils sont pires que les partisans de Daesh. En effet, la vraie laïcité ne s’attaque absolument pas aux religions. Au contraire, elle permet aux fidèles de toutes les religions, révélées ou non, de pratiquer leurs rites, leurs rituels, leurs pratiques culturelles, en toute liberté, sans la moindre ingérence de l’État laïque. On voit ainsi que les musulmans vivent pleinement leur religion dans les pays occidentaux, sous la protection de l’État laïque. Jamais on n’a vu que la France ou la Grande-Bretagne aient cherché à priver les musulmans de leurs droits religieux. Les vexations dont on a pu parler à l’encontre de certaines tenues musulmanes ne sont pas liées à des questions de dogme mais à des impératifs de sécurité, le fait par exemple que certains terroristes aient revêtu un niqab [voile intégral] pour se livrer à leurs actes. L’État est bien en droit de d’intervenir pour protéger la société contre ceux qui se servent des habits rituels islamiques à des fins criminelles. Même l’interdiction du burkini en France n’est pas passée. La Haute-Cour a émis un jugement en faveur de la personne qui avait été empêché de se baigner en tenue islamique. C’est bien la preuve de la justesse et de l’excellence du régime laïque. Un système religieux, quel qu’il soit, se serait-il montré aussi juste ? Je ne le crois pas.

Et nos laïques arabes, comment traitent-ils les fidèles, ceux des religions révélées aussi bien que les autres ? La plupart des laïques, ou plus exactement des laïcards arabes, relèvent davantage du fachisme que de la laïcité. Ce sont des ennemis acharnés des musulmans. Alors que la vraie laïcité s’efforce de rassembler toutes les confessions dans le giron de l’État, on s’aperçoit que ces laïques n’ont d’autre préoccupation que de s’en prendre aux islamistes. S’ils le pouvaient, ils les éradiqueraient tous, ils les réduiraient en poussière, sans pitié. On a vu de quoi étaient capables les éradicateurs laïcards dans l’Algérie des années 1990, non seulement ils ont fomenté un soulèvement armé contre les islamistes mais ils les ont sauvagement éliminés.

Quand je lis ce qu’écrivent certains des Arabes qui affirment être laïques, j’ai envie de leur demander : en quoi êtes-vous différents des partisans de Daesh, vous qui excommuniez à votre façon les islamistes, vous qui les considérez comme des apostats, des malades, vous qui voudriez les effacer de la surface de la terre ? Vous ne voyez donc pas comment les vrais régimes laïques se comportent en Occident ? Avez-vous jamais vu que l’un d’entre eux ait interdit à un musulman de se rendre à la mosquée ? Et ils pourraient les forcer à se convertir ? Les faire totalement disparaître comme vous le faites, vous, chiens enragés qui vous prétendez laïques ? Etes-vous capables de dire comme ils le font, eux, tellement bien : « Vis, et laisse les autres vivre [à leur guise] ! » Pourquoi voulez-vous imposer vos idées « laïques » aux islamistes comme aux autres ? En quoi êtes-vous différents de Daesh et de ses partisans qui veulent imposer leurs idées à ceux qui ne les suivent pas ? Hier, Daesh a conquis Manbij en Syrie et a ordonné à tous les hommes de laisser pousser leur barbe. Et voilà que les forces syro-kurdes qui se prétendent démocratiques ont conquis la ville à leur tour, en ont chassé Daesh et ont demandé aux hommes de raser leur barbe ! Qui vous a dit qu’un barbu est un extrémiste religieux, un partisan de Daesh ? Votre cher Karl Marx n’avait-il pas une barbe encore plus longue ? Soutenait-il Daesh pour autant ? Quelle différence y a-t-il entre ceux qui vous obligent à vous raser et ceux qui vous obligent à ne pas le faire ? Aucune ! Vous les laïques, pourquoi ne laissez-vous pas les gens libres de faire ce qu’ils veulent, comme les vrais laïques, au lieu de vous ériger en juges de ce que les gens doivent penser, manger, boire, choisir comme vêtements, exactement comme Daesh ? Les laïques arabes vénèrent les libertés individuelles, ils prétendent que les gens peuvent s’habiller comme ils l’entendent, mais pas à la manière pudique de l’islam, ça, c’est interdit ! Les laïques arabes veulent bien que tu te ballades tout nu dans la rue mais ils s’inquiètent de te voir t’habiller comme le font les musulmans pudiques. Pour eux, c’est un péché épouvantable ! Les laïques arabes voudraient que tu t’habilles, que tu manges, que tu boives, que tu te comportes exactement comme ils l’entendent, et après ils te parlent de liberté et de démocratie.

Vraiment, vous n’êtes que des Daesh encravattés !

HRW et la défense des activistes arabes en ligne : un regard biaisé ?

140 characters (Page d'accueil, capture d'écran).
140 characters (Page d’accueil, capture d’écran).

La remise du prix Reporters sans frontières à un jeune journaliste syrien incite, une fois de plus, à s’interroger sur les arrière-pensées politiques de nombreuses ONG, y compris les plus célèbres. Courageux, Hadi Abdullah l’est certainement et il ne fait pas de doute qu’il n’a pas craint de prendre des risques pour ses convictions. Mais celles-ci, justement, posent question, c’est le moins qu’on puisse dire. Sur son site, Assad Abu Khalil reprend une dépêche particulièrement sectaire du jeune lauréat pourtant primé par une association qui s’est donné pour mission de défendre une certaine idée de l’information. En date du 8 juin 2013, on y lit que les « rafidites » (terme injurieux pour les chiites) ont érigé une bannière à la gloire de Hussein (fils de Ali) pour célébrer « la mort ou l’expulsion des sunnites », l’occupation du village en question consacrant à ses yeux les visées du « Hezbollah chiite et de l’armée des Nusayris [autre terme injurieux pour les Alaouites cette fois] ». Au passage, le jeune journaliste syrien aura oublié de signaler à ses lecteurs que la mosquée en question, reprise à l’authentique islam sunnite, était en réalité… un lieu de prière chiite ! N’y avait-il pas d’autre choix possible pour honorer le journalisme arabe ?

C’est donc avec intérêt, et circonspection, que l’on découvre l’étude qu’une autre ONG tout aussi célèbre, Human Rights Watch, vient de consacrer à la répression des militants en ligne dans les pays du Golfe (les six pays riches – Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït, Qatar et Oman – le pauvre Yémen est bien entendu laissé de côté). Elle est illustrée d’un site qui met en avant 140 activistes victimes de la répression (140, comme le nombre de caractères possibles sur Twitter, ce qui donne un joli titre en anglais jouant sur le mot character, qui signifie aussi personnage, jeu de mots malheureusement intraduisible dans la version arabe où HWR utilise le mot rumûz, pour « symboles » : je vois dans ce « détail » un bon indice des priorités, au moins linguistiques, de ladite ONG).

Résumé dans un document donné en six langues le rapport rappelle le dynamisme de la croissance du numérique dans la région, avec ses conséquences dans la sphère politique en raison de « l’impact potentiellement transformatif des réseaux sociaux et de la technologie de l’internet » (la version anglaise fait d’ailleurs explicitement référence aux manifestations de l’année 2011). À juste titre, HWR alerte l’opinion contre ce qu’elle analyse comme « une offensive systématique et bien financée contre la liberté d’expression ». En plus de la classique répression, l’ONG souligne le développement de technologies de surveillance (en précisant, dans le corps du rapport, qu’il s’agit dans bien des cas de technologies développées en Israël : voir cet article sur la question). Elle s’inquiète, en outre, du renforcement, patent là encore, des multiples contraintes légales qui pèsent sur les activités citoyennes en ligne, souvent au prétexte de lutter contre le terrorisme.

En conclusion, elle souligne que « les États du Golfe intimident, mettent sous surveillance, emprisonnent et réduisent au silence des activistes dans le cadre de leur offensive tous azimuts contre la critique pacifique, mais ils se trompent lourdement s’ils pensent pouvoir empêcher indéfiniment les citoyens du Golfe d’utiliser les médias, sociaux ou autres, pour réclamer des réformes positives ».

Que penser d’un tel rapport ? Comment interpréter sa diffusion dans le contexte actuel ? En effet, les expériences du « Printemps arabe » ne sont pas si anciennes pour qu’on ait tout oublié de cette période, à commencer par la manière dont les USA – et quelques autres États sans doute – ont appris à mettre au service de leurs intérêts stratégiques l’immense potentiel des communications numériques. Par conséquent, on ne peut que s’étonner de voir une ONG aussi importante que HRW s’en prendre, de manière aussi frontale, aux régimes du Golfe. La mise en exergue des 140 victimes de leur répression, hommes et femmes confondus, est effectivement assez parlante. Certains continueront à penser que HRW n’a de comptes à rendre qu’à ses seuls partisans, à commencer par les hommes et femmes de bonne volonté qui la soutiennent financièrement. Pour ma part, je ne me résous pas à ce type de raisonnement, surtout lorsqu’on sait que l’ONG a reçu en 2010, entre autres donations politiquement questionnables, 100 millions de dollars de la fondation Soros. Sur un autre plan, on constate également que Sarah Leath Witson, la directrice exécutive de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord de HRW, est dotée d’un bien riche CV, qui l’a vu mettre ses talents au service de sociétés aussi philanthropiques que la banque Goldman Sachs, The Firm comme certains aiment à appeler cette « banque qui dirige le monde »…

On aimerait aussi en savoir davantage sur les critères qui ont présidé à l’élection de ces 140 « symboles ». Certes, le rapport précise qu’ils ne constituent qu’un échantillon d’activistes de premier plan et que des douzaines d’autres sont victimes de la même répression. Néanmoins, pour un regard attentif au point de vue arabe, la sélection présentée étonne. La répartition par pays d’abord, selon laquelle ne figure qu’un seul Qatari (le poète Muhammad ibn al-Dheeb al-Ajami) quand on trouve 17 cas de répression aux Émirats arabes unis, 26 en Arabie saoudite, 31 au Bahreïn et 49 au Koweït. L’absence de certaines figures aussi, par exemple celle de l’activiste saoudienne « scandaleuse » Raghad al-Faysal, fort célèbre dans son pays mais, comme le dit cet article en arabe, qui a le défaut de twitter à l’écart des sentiers battus.

Avec une petite dizaine de cas, les femmes sont pourtant bien mises en valeur sur le visuel (voir illustration du haut), donnant l’impression que le panel constitué par HRW a pour intention de suggérer une idée « progressiste » des militants poursuivis par les régimes du Golfe. Ce que confirme le choix des catégories professionnelles « modernes » (enseignant, blogueur, journaliste, ingénieur, etc.), en face d’une seule catégorie « passéiste », celle des « religieux », qui ne comporte d’ailleurs que 4 acteurs. Le choix des visuels va dans le même sens, car on peine à trouver quelques barbus inquiétants (pourtant tout autant victimes, sinon davantage dans certains cas, de la répression).

En d’autres termes, cette campagne de HRW donne l’impression d’un regard – peut-être involontairement – biaisé sur le monde arabe et son activisme politique. Une fois de plus (on en a eu maints témoignages au temps dudit « printemps arabe »), les modalités de l’action d’une grande ONG internationale, ses choix stratégiques de communication, en disent beaucoup sur les formes très particulières de l’intérêt que le monde dit « occidental » porte à ces régions exotiques où s’exportent ses armements. On note aussi, sans surprise il est vrai, que le rapport ne fait aucune mention de réalités tout aussi politiques mais moins univoquement à la charge des régimes en place dans la région : les modifications tarifaires qui pénalisent pourtant les utilisateurs en rendant payantes des applications jusque-là gratuites ou, plus grave encore, le blocage de comptes d’activistes de la part de sociétés nord-américaines telles que Facebook ou Twitter…

Femmes arabes, « héroïnes » sur YouTube ?

tubemasqueeok

En présence de la princesse Reema bint Bandar bin Sultan Al Saud, vice-présidente pour les Affaires féminines à la toute nouvelle Autorité générale du sport, YouTube a célébré lundi dernier, à Riyad, le lancement d’une nouvelle chaîne. Batala (« héroïne ») propose une sélection de vidéos produites exclusivement par des femmes et en arabe. La plate-forme propose déjà une centaine de Youtubeuses (le mot est désormais passé en arabe : يوتيوبرز), créatrices d’un bon millier de vidéos. En plus d’une sélection des succès du mois, ces vidéos sont classées selon huit catégories, en majorité assez traditionnellement « féminines » : journaux personnels, beauté et mode, éducation pour les enfants, comédies, santé et développement personnel, cuisine et recettes, critique de films et comédies, chanson et musique.

Ont été invitées lors du lancement quelques-unes des stars du YouTube féminin arabe au Royaume des hommes et des pays du Golfe (comme on s’en doute, aucune n’est venue du Yémen, soumis depuis des mois à un strict blocus dans le cadre de la « Tempête décisive », qui pourrait bien tourner fort mal pour les agresseurs). C’est par centaines de milliers que se comptent les abonnés des « chaînes » les plus célèbres (800 000 abonnés pour la Saoudienne Njoud al-Shammari par exemple). À l’image de ce qu’elles montrent dans leur production, certaines sont apparues en public à visage découvert, quand d’autres ont choisi de masquer plus ou moins intégralement leur visage. Une décision qui ne signifie par pour autant le choix d’un véritable anonymat puisque la femme masquée sur la photo en haut de ce billet n’est autre que l’Omanaise Aswak al-Maskari, une Youtubeuse qui se donne pour objectif, précisément, de prouver qu’on peut parfaitement être présente sur YouTube sans rompre avec le code de bienséance en vigueur (en rigueur?) pour les femmes dans la Péninsule arabe.

On remarque que, chez YouTube, c’est une équipe féminine (et arabe) qui gère un programme soutenant l’émancipation des femmes et valorisant leur rôle dans la société, tout en enrichissant le contenu arabe sur internet. Afin de ne pas effaroucher les secteurs les plus traditonnels de la société, les promotrices et actrices de cette plate-forme soulignent néanmoins combien un soutien paternel ou fraternel a été important au début de leur nouvelle activité, laquelle, bien entendu, n’a pas pour but de remettre en cause les structures sociales existantes, à commencer par la famille (voir cet article du Hayat en arabe).

Par ailleurs, l’initiative est tout sauf une opération de bienfaisance. Au contraire, il s’agit bien évidemment pour la société américaine de surfer sur l’essor toujours aussi impressionnant d’internet dans le monde arabe. Le communiqué de presse du lancement de Batala souligne ainsi que la demande pour un contenu intéressant les femmes a fait un bond de 50 % durant l’année 2015 (1/3 des visionnages est ainsi effectué en Arabie saoudite, pays phare de l’utilisation de cette application pour des raisons que vous découvrirez en faisant quelques recherches sur ce blog).

Capture de la page d'accueil de Batala.
Capture de la page d’accueil de Batala.

Centrée sur les pays du Golfe et lancée à Riyadh, pour des raisons économiques et commerciales évidentes, Batala n’en est pas moins une opération « panarabe » : les contributrices viennent de tous les horizons du monde arabe (y compris du Maghreb bien entendu) et toutes les femmes sont appelées à y participer, pour peu qu’elles s’expriment en arabe. Une telle opération, prévue pour durer puisque des « surprises » sont déjà annoncées pour l’année 2017, confirme, s’il en était besoin, que les femmes arabes ne sont peut-être pas les « héroïnes » du Net mais en tout cas des actrices à part entière. En moins de deux décennies, leur présence est devenue majoritaire dans certains secteurs (selon une étude citée par les promoteurs de Batala, elles fourniraient 60 % du contenu de l’information en langue arabe).

Une vraie révolution, sans aucun doute, de par les conséquences sociales et culturelles qu’elle ne peut manquer d’entraîner. Attention tout de même : comme on l’a appris depuis les soulèvements de l’année 2011, la dynamique des réseaux sociaux ne fait pas à elle seule le « printemps »! Et se réjouir de voir apparaître une plate-forme telle que Batala ne doit pas faire oublier que d’autres voix dans le monde arabe ne reçoivent pas un accueil aussi chaleureux sur internet et les réseaux sociaux. Le jour même où était annoncé le lancement de Batala, on apprenait aussi que la santé du blogueur saoudien Raif Badawi s’était améliorée, et qu’il allait donc pouvoir continuer à recevoir sa peine prononcée fin 2014 (voir ce billet) : dix ans de prison et 1000 coups de fouets, pour avoir trop parlé des droits de l’homme…

La vidéo de promotion, déjà visonnée plus d’un million de fois (et par combien de femmes arabes ?)

Quelques liens : en anglais

New YouTube hub for Arab female creators launched


http://english.alarabiya.net/en/media/digital/2016/10/19/Arab-women-YouTubers-get-exclusive-platform-in-new-Batala-channel.html
http://www.arabnews.com/node/999456/saudi-arabia

et en arabe
http://www.alhayat.com/Articles/18009190/
http://news.utdcom.com/130601.html
http://filkhbr.com/saudi/639148.html
http://akhbarelyom.com/news/575284

Journée mondiale de la traduction : divagations quelque peu incertaines par Khalil Suwayleh

Saint Jérôme, patron des traducteurs. Khalil Suwayleh pourrait se reconnaître !
Saint Jérôme, patron des traducteurs. Khalil Suwayleh pourrait se reconnaître !

Le 30 septembre, jour de la Saint-Jérôme, on célèbre depuis quelques années la « journée mondiale de la traduction ». À cette occasion, le romancier syrien Khalil Suwayleh (خليل صويلح) – déjà rencontré dans ces chroniques à propos d’une enquête sur le milieu assez glauque des prix littéraires arabes – a publié dans le quotidien libanais Al-Akhbar un article mordant sur la situation du roman arabe. Au risque de donner des verges pour me faire battre puisque c’est un domaine où je sévis moi-même depuis longtemps, il m’a semblé intéressant de proposer en traduction un point de vue rarement donné en France où l’on entend bien davantage, à l’image des milieux culturels en général sans doute, l’agréable brouhaha des congratulations réciproques échangées au gré des cocktails et autres salons de la « littérature méditerranéenne ».

Pour les mauvaises langues, Khalil Suwayleh s’exprime dans les lignes qui suivent en auteur frustré : en dépit d’une réelle notoriété dans le monde arabe, et de plusieurs prix littéraires importants (notamment en 2009, la « médaille Naguib Fahfouz de littérature »), il n’a fait l’objet –  à ma connaissance – que d’une unique traduction (Writing Love, en 2012). Toujours résident à Damas, ce qui pour beaucoup suffit à le faire passer pour un fidèle soutien du régime, il n’hésite pas non plus à livrer des analyses acides sur l’opportunisme de nombre des intellectuels de son pays qui trouvent, dans leur exil, des soutiens souvent trop intéressés pour être honnêtes (l’un de ces textes, publié en 2014, est disponible en traduction anglaise). « Papier d’humeur » comme le montre bien son titre, cet article est certes contestable, de nombreux coups de griffe s’appuient sur des généralisations souvent outrancières. L’argumentation mérite pourtant d’être écoutée, ne serait-ce que pour entendre, dans cette voix amère, le désespoir d’un Syrien face à la destinée de son pays, plongé depuis bientôt six ans dans un effroyable conflit.

Journée mondiale de la traduction : divagations quelque peu incertaines

En cette journée mondiale de la traduction, certains pensent que le roman arabe occupe désormais un rang éminent dans la littérature mondiale. Un tel optimisme est déplacé car le roman arabe n’a franchi les frontières qu’en de rares occasions. Même après le Nobel de littérature attribué à Naguib Mahfouz, il n’a pas acquis un statut mondial, à l’image de ce qui s’est passé avec Gabriel Garcia Marquez ou José Saramago.
Dans les médias, on s’agite bruyamment pour accorder au roman arabe un statut qui n’est pas vraiment le sien. Imprimer quelques milliers d’exemplaires d’un romancier remarqué ne suffit pas à lui conférer une réputation à l’échelle de la région ; que dire alors au niveau mondial ? Si tant de nouveaux auteurs se sont mis à publier, sans même connaître les œuvres de ceux qui les ont précédés, que dire du lecteur ordinaire ? Dans le monde arabe, la masse de la production finit le plus souvent dans les réserves. Hormis une poignée de titres qui échappent à ce destin à la faveur de prix à la réputation contestable, l’indifférence est le sort de dizaines d’autres. À l’étranger, la réputation du roman arabe est encore plus discutable : je ne pense pas qu’un seul des auteurs traduits soit devenu une référence mondiale, dotée d’une réputation qui aille au-delà des frontières de son pays ou de sa langue. On lit que tel ou tel roman a été traduit, certes, mais on ne sait rien de ce qu’il advient ensuite. Dans le meilleur des cas, la traduction doit finir dans les réserves des bibliothèques universitaires, quand elle ne fait pas l’objet d’études savantes, non pas pour les qualités intrinsèques de l’œuvre mais en tant que récit sociologique utile pour comprendre la manière de penser du monde arabe, ou plutôt du monde musulman. Ces traductions relèvent donc plus du désir de saisir la mentalité de sociétés qui traversent une crise profonde que de celui de découvrir l’esthétique propre à ces peuples.
Le principal problème est celui du regard que l’Occident porte sur la langue arabe, considérée comme une langue sacralisée ployant essentiellement sous le fardeau des contraintes morales. Dès lors, cette langue ne peut occuper qu’une place mineure au sein des littératures du monde. Assurément, les traducteurs contribuent également à cette situation en laissant de côté, par ignorance de tout ce qui se publie, des œuvres remarquables qui mériteraient un meilleur sort. Omnibulés par la production très classique des pionniers du roman arabe, guidés par leur complaisance ou leurs intérêts personnels lorsqu’ils retiennent un auteur plutôt qu’un autre, leur méconnaissance de bien des ressorts de l’éloquence arabe donne à ces textes, à de rares exceptions près, une forme affaiblie, émoussée, par rapport à l’original.
Commençons par souhaiter que le roman arabe parvienne à ses lecteurs sur place avant de rêver de succès mondiaux ! Pour un romancier arabe, être traduit c’est une sorte de sédatif moral, une ligne supplémentaire dans son dossier de presse, et rien de plus !