Tant pis pour les principes !

Ces carnets sont dédiés à la création arabe in situ et , en quelque sorte par principe, on n’y parle pas de ce qui se déroule ailleurs, y compris lorsque cela concerne des artistes venus de cette région. A fortiori, on n’y mentionne pas non plus le travail de créateurs venus d’ailleurs, quand bien même il concerne directement le monde arabe. Tout juste une petite exception pour Ernest Pignon Ernest à propos de  Mahmoud Darwich… Mais quelqu’un a eu la bonne idée de me signaler ce travail de Zoo Project à Tunis, en hommage aux martyrs de la révolution. Cela mérite le détour.. Bonne lecture !

Une pensée pour  Juliano Mer-Khamis, et ses proches… Pour les arabophones, Al-Akhbar, dans son édition de mardi, s’honore une fois de plus en lui consacrant tout un dossier.

Infos pratiques…

Désolé d’être aussi peu fidèle aux rendez-vous du lundi… Cette semaine, quelques informations pratiques.

Pour commencer, une innovation TRES utile à mon sens, grâce au travail fourni par l’équipe d’OpenEdition. Ce “dispositif” d’édition électronique au service de l’information scientifique que développe le Cléo, une unité du CNRS, offre de nouvelles fonctionnalités. Parmi celles-ci, la possibilité de vous abonner à ce carnet de recherches de manière très simple (voir ce lien sur ce qu’ils appellent le “système d’alerte“). Ainsi, vous êtes automatiquement prévenu, sur votre messagerie électronique, de toute nouvelle publication, ce qui ne doit pas vous empêcher de feuilleter de temps à autre – liens en haut du bandeau – les très riches collections d’Hypotheses.org (plus de 200 carnets de recherche, sur tous les sujets) et de Revues.org !

Pas de “vrai billet cette semaine, en partie parce que je participe à un colloque sur les nouvelles technologies de l’information et les droits de l’homme, organisé notamment par la Casa arabe (pour les hispanophones, leur site, où l’on trouve beaucoup de choses intéressantes, et l’annonce du colloque avec le détail du programme). Mais tout de même un peu de lecture puisque vous trouverez ci-dessous le texte d’une vraie/fausse interview faite pour le Café pédagogique pour lequel Laetitia Démarais vient de réunir un excellent dossier sur les Révolutions arabes.

A votre avis, comment en est-on « arrivé là »?

Y. G.-Q. : Posée en ces termes, la question émane à l’évidence d’un regard « nord-méditerranéen » ! En effet, une des conséquences vraiment importantes de ce qui se passe aujourd’hui dans le monde arabe est bien de nous obliger à nous rendre compte combien notre regard sur ce monde a pu, des années durant, être totalement aveugle (ou presque) à ce qui s’y passait. Faute probablement d’avoir accepté de lire le monde arabe à la lumière d’autre chose que notre passé colonial, enkysté dans une histoire nationale qui n’a jamais voulu ou accepté d’examiner ce qui s’est passé au moment de la décolonisation. Pour faire bref, nos petits arrangements avec les dictatures locales ont permis que ne soit pas posée la question de notre relation à cet « autre trop proche ».

Vue du monde arabe, la question est perçue sans doute assez différemment, même si la surprise est grande pour presque tout le monde de voir qu’en définitive il n’y avait pas nécessairement une fatalité de la dictature… De mon point de vue, on assiste aujourd’hui à l’ouverture d’une nouvelle page dans l’histoire de la région, page qui va peut-être permettre de surmonter la défaite de 67 et d’une certaine idée du monde arabe. En remontant plus loin encore dans le temps, j’irais même jusqu’à dire que c’est la première modernité arabe, celle qui s’est ouverte avec la nahda (Renaissance arabe) de la fin du XIXe siècle qui prend fin désormais avec l’arrivée d’une nouvelle génération, celle des « natifs du numérique » (grosso modo, les enfants du baby boom arabe). Pour cette jeunesse, qui prend le relai d’une certaine idée de la modernité à la mode arabe, les trente ans de régime d’un Moubarak dépassant les 80 ans sont tout simplement insupportables…

On observe, en Europe et ailleurs, une certaine fascination pour cette mobilisation politique dans le monde arabe : les modèles projetés sont-ils cependant pertinents ?

Y. G.-Q. : Une première leçon, et de taille : la grand peur de l’islamisme est sérieusement relativisée. Toutes sortes de commentateurs et de prétendus spécialistes ont fait leurs choux gras pendant des années de ce thème, dont les événements ont montré combien il ne jouait aujourd’hui qu’un rôle marginal. Cette grille de lecture a vécu, on ne la regrettera pas !

De fait, il y a une certaine « fascination » chez nous à observer ce qui se passe de l’autre côté de la Méditerranée : n’est-ce pas simplement parce qu’il s’y passe (enfin) quelque chose ? Alors que tout le monde perçoit plus ou moins clairement qu’il n’y a pas grand chose à attendre dans notre propre société en termes de changements… Voilà longtemps – 68 peut-être, en tout cas pas 81 de mon point de vue – qu’il n’y a pas eu en France de rêve politique. Alors, voir ainsi des sociétés, qui sont tout de même très proches, dans tous les sens du terme, prendre en main leur destin, forcément, cela « fascine » un peu (entre l’admiration et l’effroi, au sens étymologique du terme).

En lien avec la question précédente, j’ai également envie de répondre que la grande leçon de ce qui s’est passé, et qui continue à advenir, dans le monde arabe, c’est non seulement que nos modèles (complaisamment) utilisés pour la lecture de ces sociétés sont devenus clairement caduques, mais plus encore que l’on perçoit confusément qu’à l’avenir nous serons nous-mêmes un peu à l’école du Sud. Georges Corm a été le premier à signaler ce renversement dans un article incroyablement clairvoyant à la date où il a été publié (le 11 février) : « Quand la rue arabe sert de modèle au Nord »… On en voit déjà les effets (même si ce n’est qu’une mode passagère) au Wisconsin et à Lisbonne où la revendication occidentale copie les modèles arabes : un renversement de perspective tout simplement inimaginable et qu’il va falloir apprendre à penser !

A votre avis, quels seront les acteurs importants dans les mois à venir ?

Y. G.-Q. : Je ne suis pas politologue, au sens traditionnel du terme en tout cas, et je m’en réjouis quand je vois certains collègues affirmer avec sang-froid des prédictions très vite démenties… Une des vraies questions concerne à l’évidence la nature des acteurs politiques de demain. A priori, j’aurais tendance à penser qu’il n’est pas évident, dans des pays politiquement « pétrifiés » depuis parfois deux ou trois décennies, que surgissent des acteurs capables de contribuer de manière constructive à la mise en place d’une formule politique à la fois viable et inédite… En dépit de ce que j’ai dit lors de ma réponse précédente, il ne me paraît pas impossible que l’islam politique, dans ses multiples variantes, fasse entendre sa voix. C’est en tout cas mon impression (je souligne « impression »)… En même temps, ce à quoi on assiste en Tunisie et en Égypte est assez renversant ! Il y a une maturité politique assez inattendue, et peut-être même inexplicable, de la part des jeunes générations arabes au regard de ce qui leur a été proposé comme éducation politique. Seule réponse envisageable par rapport à cette inexplicable maturité politique, mais avec beaucoup beaucoup de questions tout de même, le rôle des nouvelles technologies, des réseaux sociaux, etc.

Que faut-il en penser, justement, de ces Twitter, Facebook et autres réseaux sociaux par rapport aux événements actuels ?

Y. G.-Q. : Pour commencer, on peut dire que c’est l’exemple parfait de l’incroyable cécité, on pourrait même parler de « déni de réel », que j’ai évoquée lors de la première question. Très franchement, nous n’avons pas été très nombreux, nous autres « spécialistes du monde arabe », à nous intéresser à ces nouvelles technologies et à leurs effets, à nous intéresser à la pourtant très manifeste vitalité de la jeunesse arabe, explosant dans les cadres qui lui étaient imposés, rompant – d’une manière de plus en plus évidente quand on s’intéresse à la culture pas simplement légitime, mais à toutes les formes de création « populaire », spontanée… – avec les cadres de pensée et d’autorité qui lui étaient imposés, imposant son irrépressible désir « d’individualisation globalisée »…

De là à dire que Twitter et Facebook font les révolutions !… Au mieux, comme j’ai essayé de l’expliquer, il faut sans doute parler des « origines culturelles numériques » de la Révolution arabe, comme on a pu écrire (Chartier en l’occurrence) qu’il y a bien des « origines culturelles » (liées à l’imprimé) à la Révolution française…

À mon sens, il y a deux erreurs à éviter : d’une part, se focaliser uniquement, par effet de mode, sur les « réseaux sociaux » en oubliant qu’ils existent au sein d’un « continuum » médiatique, où la télévision et la radio par exemple jouent un grand rôle (et en oubliant aussi que les révolutions se font, on le voit bien en Libye, avec des rapports de forces sur le terrain….) ; de l’autre, ne s’intéresser, lors de l’analyse des effets politiques des nouvelles technologies, qu’aux aspects « traditionnellement » politiques de la formation, de la mobilisation, etc. Les interventions sur internet de journalistes courageux, de militants, d’activistes sont importantes, cela va de soi, mais ces espaces de contestation finissent toujours, avant la Révolution en tout cas, par être fermés, rendus inaccessibles, etc.

Comme pour tous les médias, on peut s’interroger aussi sur leur traduction en termes concrets, sur leur pouvoir à véritablement modifier les données sur le terrain, et même à faire évoluer une opinion. En revanche, le développement, depuis quelques années, d’un immense territoire composé de milliards de connexions internet, à propos de tout et de rien, a, de mon point de vue, bien plus de conséquences : d’abord, il est impossible à contrôler, car il est tout aussi impossible de refuser internet que de prétendre censurer les innombrables discussions à propos de tel ou tel chanteur, de telle ou telle équipe de foot, mais aussi de telle ou telle injustice à laquelle on a pu assister (et l’on sait combien la jeunesse, celle qui précisément utilise internet, peut être sensible à l’injustice, à la « bêtise » de la société des adultes) ; ensuite, parce qu’internet fonctionne de fait comme une « école politique », non pas en ce sens qu’elle propose des convictions, une idéologie toute faite, des réponses, mais parce qu’elle apprend précisément à gérer ce type d’interrogations, parce qu’elle développe chez l’utilisateur des nouvelles technologies la capacité à faire face à ce type de problème, le plus souvent en s’appuyant sur un réseau collectif (murs Facebook, salons de discussion, etc.), en tout cas en prenant soi-même en main son besoin de réponse. Là voilà sans doute, la révolution des réseaux sociaux et d’internet, surtout dans une société qui, comme dans le monde arabe, conjugue une énorme vitalité démographique (et donc un très grand poids de la jeunesse) à une certaine permanence des cadres socioculturels hérités d’une tradition en train de voler en éclats.

Trois remarques à propos du “Web 2.0 arabe”

Actualité du monde arabe oblige (en fait, on espère que cela durera encore un peu !) : ce billet, un peu plus long que les “chroniques ordinaires”, est à nouveau sur la question du web social et de la révolution arabe.

Personne n’ose plus s’aventurer aujourd’hui à prédire les conséquences des bouleversements politiques que connaît le monde arabe depuis le déclenchement de la révolution tunisienne. Il y a toutefois une certitude : le regard posé sur cette région a radicalement changé. Comme l’a très rapidement souligné l’économiste et essayiste libanais Georges Corm1, on assiste même à cette chose impensable il y a peu encore : le Sud est devenu une sorte de modèle pour le Nord, cité aussi bien dans les mouvements sociaux de l’Etat du Wisconsin que dans ceux de la capitale portugaise !

En ce qui concerne les technologies de l’information et de la communication (TIC) également, et précisément pour ce qui est de leur importance politique, la révolution dans les esprits est tout aussi notable. Après des années de total aveuglement sur les changements en cours, voilà qu’on voudrait faire tout à coup des soulèvements populaires tunisiens et égyptiens les premières “révolutions Twitter” de l’histoire du monde ! Naguère désert numérique voué à l’immobilisme politique, le monde arabe se voit miraculeusement transformé, par la grâce de certains commentateurs, en laboratoire des révolutions du troisième millénaire ! La diffusion des techniques numériques et l’adoption des réseaux sociaux ne sont le fait que d’une partie de la jeunesse arabe, bien entendu très loin d’être majoritaire. Il ne faut pas hésiter à le souligner alors que l’analphabétisme touche plus de la moitié de la population dans des pays comme le Yémen ou la Somalie mais aussi, à des degrés à peine moins élevés, comme l’Egypte ou le Maroc…

Cependant, on ne peut que se réjouir de voir enfin modifié le prisme à travers lequel le monde arabe a été longtemps observé. En France en particulier, l’histoire, les préjugés, les intérêts mal compris, ont trop longtemps imposé des œillères rendant pratiquement impossible une vision tant soit peu objective des réalités. Pour autant, il ne faudrait pas que de nouvelles illusions brouillent à nouveau notre lecture des faits. Tous les observateurs ou presque ont été surpris par ces soulèvements populaires, et plus encore peut-être par la manière dont les acteurs de ces mouvements se sont emparés des réseaux sociaux pour former des militants, pour mobiliser des manifestants, pour diffuser l’information sur leurs actions… Sans négliger toutes les autres déterminations2 oeuvrant sans aucun doute au succès de ces revendications politiques, comment expliquer que le “Web 2.0 arabe” ait pu y être présent d’une manière aussi marquante ?

1. Un retard “bien venu”

Il n’y a pas d’acte de naissance pour le Web 2.0, personne ne saurait dire à quel moment précis les “anciennes” pratiques du Web ont évolué majoritairement vers d’autres modes de fonctionnement. Il apparaît néanmoins, rétrospectivement, que les prophéties qui annonçaient, quelques années seulement après la révolution du Web, sa mort prochaine, au profit d’autres usages d’internet, n’étaient pas sans fondement. De fait, c’est bien juste après l’entrée dans le troisième millénaire que l’histoire des TIC, déjà incroyablement rapide et ramassée, a connu une nouvelle inflexion radicale à la suite de la diffusion de nouvelles applications au nombre desquelles figurent celles que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de “réseaux sociaux”.

Analysant ce phénomène – surtout par rapport à l’espace politique français ou plus largement européen – Dominique Cardon3 met l’accent sur un phénomène qui lui paraît essentiel, celui de la “massification des pratiques” qui accompagne cette nouvelle ère de l’internet. L’analyse vaut également pour le monde arabe, si ce n’est que les conséquences de ce qu’on n’appelait pas encore le “Web 2.0″ y ont été paradoxalement décuplées par son “retard”. En effet, il y avait bien quelques raisons à la relative invisibilité de l’acculturation numérique du monde arabe pour tant d’observateurs. Au moment où internet entrait dans une nouvelle phase de son histoire, on pouvait penser, surtout lorsqu’on s’appuyait sur des instruments d’analyse strictement quantitatifs, que les pays arabes n’avaient toujours pas entamé une révolution technique où, à l’échelle mondiale, seuls les pays d’Afrique semblaient être encore moins avancés.

Il y avait bien entendu des causes politiques à cette situation, et l’on a d’ailleurs bien (trop) souvent souligné le rôle négatif joué par des régimes autoritaires de la région, sans prendre en compte le fait que nombre d’entre eux – la Tunisie et l’Egypte singulièrement ! – avaient aussi lancé d’importantes initiatives pour l’incitation au développement des nouvelles économies du savoir. Mais il y avait aussi des obstacles financiers et sans doute plus encore techniques. Or, précisément au début du XXIe siècle, quand se mettent en place les données technique du Web 2.0, ils ont fini par être levés, assez rapidement en définitive, grâce à différentes avancées dans le domaine de l’adaptation et de la portabilité des applications, sans parler de la diminution de leurs coûts 4. Restaient les pesanteurs éducatives – ou même “culturelles” pour ceux qui croient à une identité musulmane ontologiquement rétive à la technique et au progrès…. Celles qui auraient pu freiner la pénétration d’internet, en raison par exemple des réticences à “bousculer” les codes d’une langue en partie figée, dans sa pratique écrite, par son statut symbolique notamment dans le domaine religieux, n’ont en réalité guère pesé, d’autant plus, encore une fois, que la dissémination des usages s’est faite à un moment où le réseau s’orientait vers une conception toujours plus user-friendly.

Entrant dans la culture du numérique avec un réel décalage temporel, les sociétés arabes sont pour ainsi dire passés directement à l’âge du Web 2.0. Elles ont brûlé les étapes d’une chronologie pourtant déjà très resserrée en ignorant ou presque les prémices du Web “première manière” pour entamer leur développement numérique principalement avec les blogs et les applications des réseaux sociaux. En définitive, le retard des pays arabes aura été en quelque sorte “bien venu” puisque la démocratisation de l’accès à internet aura coïncidé, plus qu’ailleurs, avec la dynamique sociale associée à la diffusion d’applications si l’on veut plus “démocratiques”.

2. L’interconnexion de la jeunesse par le Web social

Quand il entre dans une phase de fort développement dans le monde arabe, l’internet que découvre la plus grande partie des utilisateurs est déjà celui des réseaux sociaux. Blogger.com — une des plus importantes plates-formes de création de blogs — dans un premier temps, puis Facebook sont ainsi parmi les premières grandes applications globales qui bénéficient d’une traduction en arabe (simultanément avec d’autres langues telles que l’hébreu ou le persan). Parallèlement, les tranches d’âge qui adoptent la nouvelle technologie sont naturellement, comme partout ailleurs, les plus jeunes. A cette différence près que, dans cette région du monde en passe d’achever sa transition démographique5, elles réunissent dans la phase actuelle la part la plus importante de la population dont l’âge médian était estimé à 22 ans vers l’an 2000, ce qui a pour conséquence d’entraîner une sur-représentation des couches les plus jeunes par rapport aux pyramides d’âge des sociétés européennes par exemple.

Outre l’effet de mode qui explique la vitesse avec laquelle elles se répandent, les nouvelles applications “sociales” du Web 2.0 trouvent d’autant plus facilement un écho auprès des jeunes générations qu’elles sont souvent les moins contrôlées et/ou les plus disponibles. En effet, les différents systèmes de contrôle et de surveillance mis en place par la quasi-totalité des autorités locales, de plus en plus conscientes des risques que représente, de leur point de vue, la croissance des usages d’internet, se sont en grande partie développés par rapport aux expériences passées. Leur efficacité est ainsi systématiquement partiellement en défaut dans la mesure où elle a toujours un temps de retard par rapport aux nouveaux usages. La chronologie de l’opposition politique sur internet en Egypte montre bien comment les services de répression font la chasse aux sites d’information en ligne et aux listes de diffusion alors que les blogs politiques se sont déjà multipliés ; et comment ils s’en prennent aux blogueurs alors que Facebook est déjà devenue une plate-forme de mobilisation, en partie remplacée d’ailleurs par Twitter.

La Tunisie offre même un exemple inattendu des effets pervers que peut provoquer l’éternelle guerre des “chats” policiers contre les “souris” internautes. Dans la mesure où le régime de Ben Ali a voulu imposer un contrôle très strict sur le Web, en bannissant tout ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à un site d’information, Facebook est longtemps resté le seul espace de navigation un peu ouvert, au point de rassembler près de 20 % de la population totale du pays avec 71 % d’utilisateurs compris dans la tranche d’âge des 18-34 ans. Quand les autorités ont fini par comprendre le danger que représentait, de leur point de vue, un réseau social capable de se transformer en réseau de mobilisation (alors qu’elles se glorifiaient quelques mois plus tôt, de taux d’inscription sur Facebook supérieurs à bien des pays occidentaux), il était trop tard, et c’est en vain qu’elles tentèrent alors d’en imposer l’interdiction. Sans qu’elle le sache forcément elle-même d’ailleurs, la jeunesse tunisienne, interconnectée à travers une multitude de “groupes d’amis” de Facebook, s’était inventé ses propres formes de socialisation.

3. La sphère publique des natifs du numérique

Deux éléments au moins caractérisent le Web 2.0 : le développement d’applications et de pratiques toujours plus centrées sur un internaute, par ailleurs lui-même de mieux en mieux équipé pour entrer en interaction avec ses pareils. En adoptant, de manière très significative dans certains cas (notamment parmi les jeunes classes urbaines scolarisées), les applications des réseaux sociaux, une partie relativement importante de la jeunesse arabe s’est trouvée en mesure de développer une identité sans nul doute assez largement en rupture, y compris dans ses implications politiques, avec celle des générations précédentes.

En l’absence d’études de terrain dont les enseignements seraient de toute manière difficile à interpréter faute d’éléments de comparaison et de recul historique, on ne peut qu’avancer, de manière très largement intuitive, un certain nombre de remarques. D’une manière générale, le développement des réseaux sociaux sur le Web 2.0 semble favoriser, plus encore que les autres “nouveaux médias”, la constitution d’une sorte de sphère publique de substitution6 au sein de laquelle il devient possible de soulever nombre de questions d’intérêt général (autour de thématiques telles que la corruption ou les droits citoyens très présentes, on le constate aujourd’hui, dans les mots d’ordre de mobilisation).

Modifiant considérablement les frontières entre sphères privée et publique, le très rapide développement des réseaux sociaux dans certains milieux de la jeunesse arabe s’inscrit lui-même dans un processus d’individualisation repérable notamment dans la production culturelle contemporaine. Dans ce contexte, les nouvelles générations des natifs du numérique semblent de moins en moins concernés par les règles traditionnelles de dévolution de l’autorité, non seulement au sein de la famille et du système social (relations aux parents et aux modes de socialisation traditionnels au sein du quartier, de la tribu, etc.), mais également par rapport aux systèmes symboliques d’autorité. C’est vrai en particulier dans tous les domaines, profanes aussi bien que religieux où l’on constate par exemple que ces générations suivent à l’évidence des modèles qui ne sont plus ceux de leurs aînés, avec pour la jeunesse égyptienne des références où le cheikh Qardaoui, réputé conservateur, peut voisiner avec Amr Khaled, la vedette télévisuelle du soft islam7.

S’il est assez imprudent de leur imputer tous les actuels bouleversements du monde arabe, ce serait tout autant faire preuve d’aveuglement que de nier le rôle des nouveaux modes de socialisation favorisés par les réseaux sociaux du Web 2.0. Sur la scène politique traditionnelle, les liens entre les nouvelles formes d’activisme, y compris au sein d’un parti comme celui des Frères musulmans, ont été soulignés, il y a déjà plusieurs années de cela8. Autour de la question de l’utilisation des nouvelles technologies et des implications de cette utilisation tant au sein de l’organisation que vis-à-vis des autres forces politiques, on a ainsi vu se distinguer deux générations de militants, l’une, plus âgée et sans doute plus autoritaire, et l’autre plus technophile et plus ouverte à une collaboration avec les autres forces en présence. Même s’il est trop tôt pour en faire l’analyse détaillée et sans présager de la formule politique à laquelle ils aboutiront, on voit bien que les mouvements qui ont amené en Egypte la chute du régime Moubarak s’inscrivent dans une logique que l’on retrouve également en Tunisie et dans les autres pays gagnés par les manifestations.

Partout, on peut faire le même constat : les forces politiques traditionnellement constituées (partis mais aussi syndicats ou associations…) ont pesé d’un poids très relatif. Assez éloignées, lors de la phase insurrectionnelle en tout cas, de tout agenda politique inscrit dans une ligne idéologique précise, les revendications ont au contraire exprimé un ensemble de demandes d’ordre très général. Largement provoquée par un ensemble de facteurs en somme assez classiques, la crise arabe, née de l’absence de solutions sociales et économiques, a certainement été rendue plus aiguë encore par l’immobilisme politique. La manière dont cette crise a fini par éclater, et plus encore les voies par lesquelles les protestations ont fini par imposer leur volonté de changement, montrent cependant que le monde arabe, peut-être plus rapidement que d’autres sociétés du fait du poids de sa jeunesse, a changé d’époque. Il est désormais habité par une nouvelle culture politique que l’essor des réseaux sociaux numériques non seulement accompagne mais aussi, fort probablement, renforce.

  1. G. Corm, “Quand la rue arabe sert de modèle au Nord”, Le Monde, 11 février 2011 <http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/02/11/quand-la-rue-arabe-sert-de-modele-au-nord_1478635_3232.html>. []
  2. Y. Gonzalez-Quijano, “Les ‘origines culturelles numériques’ des révolutions arabes”, CERI, http://www.ceri-sciencespo.com/archive/2011/mars/dossier/art_ygq.pdfhttp://www.ceri-sciencespo.com/archive/2011/mars/dossier/art_ygq.pdf []
  3. D. Cardon, La démocratie Internet, Le Seuil, 2010. []
  4. Sur ces questions, cf. Y. Gonzalez-Quijano, “La révolution de l’information arabe aura-t-elle lieu ?”, Politique étrangère, 2002 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polit_0032-342x_2002_num_67_1_5162. []
  5. Y. Courbage et O. Todd, Le rendez-vous des civilisations, Le Seuil, 2007. []
  6. A. Salvatore et D. F. Eickelman (Eds.), Public Islam and the Comon Good, Brill, 2004. []
  7. P. Haenni, L’islam de marché, Le Seuil, 2005. []
  8. M. Lynch, “Young Brothers in Cyberspace”, MERIP, n° 245, hiver 2007. []

En ce moment sur vos écrans ! Images de la révolution arabe

En Tunisie, en Egypte ou encore en Libye, la montée de la colère populaire a suscité un même réflexe de la part des autorités politiques : couper ! Couper tous les accès aux canaux par lesquels pouvaient transiter les mots d’ordre du soulèvement. Dans des pays où la presse locale est en quelque sorte par nature aux ordres du pouvoir, cela voulait dire en réalité tenter d’enfermer l’ensemble de la population derrière les frontières nationales, autant pour l’empêcher d’avoir accès à l’information donnée à l’extérieur que pour réduire l’impact sur l’opinion mondiale des récits de la répression. Qui sait si le président Moubarak ne restera pas dans l’histoire pour avoir ordonné, à quelques jours de son départ forcé, la première coupure totale de l’accès d’un pays à Internet ?… En sus de la « classique » fermeture du réseau téléphonique et des plus modernes brouillages du signal de certaines chaînes satellitaires, à commencer par Al-Jazeera, le pouvoir égyptien, imité peu après par les Libyens, a en effet imaginé l’impossible : « débrancher » tout un peuple de la Toile mondiale. Tentative désespérée à l’heure du numérique pour dresser d’imaginaires barrières contre des flux aussi invisibles qu’incontrôlables. Flux de paroles bien sûr, mais aussi et bien plus qu’autrefois, flux d’images capables, dans la temporalité si particulière des mobilisations populaires, d’exprimer la dynamique du moment révolutionnaire.

Largement inefficaces, les efforts des autorités égyptiennes pour endiguer les migrations numériques témoignent d’une maladresse pathétique dans le maniement des images contemporaines. Les trente et quelque années du régime prirent ainsi fin sur une séquence d’anthologie d’à peine autant de secondes. Le 11 février, la chaîne nationale montra ainsi en plan fixe le vice-président Omar Suleiman, visage fermé derrière un énorme micro d’un autre âge, annonçant d’une voix terne la démission de Moubarak. A l’opposé, l’immense déferlement de joie, immédiatement relayé par toutes les télévisions du monde, d’une population soulagée de voir aboutir un mouvement en grande partie lancé par les « natifs du numérique ». Car, à coup sûr, les réseaux sociaux ne sont certainement pas étrangers à la succession de soulèvements dans le monde arabe. Même si Wael Ghonim, jeune directeur marketing pour la société Google devenu une des icônes de la jeunesse protestataire arabe, force le trait lorsqu’il déclare qu’il suffit d’apporter Internet à la population pour que la révolution devienne possible, il est clair que celle-ci a été en quelque sorte « facilitée », ou encore « accélérée » par l’ensemble des procédés techniques du Web2, et notamment par la convergence des applications numériques libérant l’image d’une bonne part de ses contraintes techniques.

Pour les téléspectateurs de toute la région, la révolution égyptienne ce fut, pendant les jours décisifs de la chute du régime Moubarak, une image désormais inscrite dans l’imaginaire arabe : sur l’écran, saisie au téléobjectif depuis une de ces tours érigées dans une Egypte « vendue » aux investisseurs étrangers, la mythique place Tahrir, centre symbolique de la nation arabe (les bâtiments de la Ligue arabe font face à l’un des cafés où avait l’habitude de se rendre le père du roman arabe moderne, l’écrivain Néguib Mahfouz, tandis que le Musée national ferme le côté opposé au Mogamma, énorme complexe administratif érigé au début des années 1950). Au milieu de cet espace devenu presque méconnaissable sous cet angle de vue parfaitement inusité, le peuple cairote en train d’écrire son histoire ; d’abord en repoussant les assauts des forces de répression derrière des barricades puis, comme une fourmilière où ne se distingue plus aucun acteur singulier, fêtant la victoire du grand corps de la Nation rassemblée. Diffusée en continu par Al-Jazeera – pendant que les chaînes égyptiennes s’obstinaient quant à elles à filmer l’improbable sérénité des berges du Nil –, cette parfaite illustration du soulèvement égyptien se transformera en allégorie de la révolution arabe lorsque, quelques jours plus tard, la même chaîne diffusera une bonne partie de l’après-midi du vendredi 25 février la mosaïque des images donnant à voir les mêmes mouvements populaires non seulement au Caire mais sur d’autres grand’places, elles aussi souvent dites « de la Libération », à Amman, Sanaa, Bagdad et Benghazi (illustration du haut).

Après celle de Ben Ali en Tunisie, la chute du régime égyptien a ouvert dans le monde arabe une période de bouleversements où l’image a toute sa place. Ainsi, elle administre bien souvent la preuve de la dénonciation dans les blogs et les ezines créés par de jeunes journalistes citoyens. Dès novembre 2006, Wael Abbas diffusait ainsi sur son site Misr Digital une vidéo captée par un téléphone portable révélant les tortures infligées à un chauffeur de bus par un officier de police qui sera condamné (voir cet antique [!] billet avec une capture d’écran du blog de W. Abbas à l’époque). Tandis qu’à l’origine des événements dont l’enchaînement a fini par provoquer la chute du président Moubarak, on trouve un jeune blogueur alexandrin, Khaled Saïd, battu à mort quelques mois plus tôt par deux policiers en civil pour avoir mis en ligne, depuis un café Internet, une vidéo dénonçant les trafics de certains policiers avec des revendeurs de drogue… Toutefois, à côté de ces usages de l’image à des fins directement politiques, il convient de placer la constellation, bien souvent oubliée alors qu’elle est incontestablement plus vaste et peut-être plus explosive encore, des inventions  visuelles imaginées par une génération qui a grandi au temps de la multiplication des jeux vidéo et des clips diffusés en boucle sur les chaînes satellitaires. Très vite détournés en vecteur de contestation par les chanteurs rebelles – Sidi Raïs, appel lancé contre la corruption par le rappeur El General, est ainsi devenu le véritable hymne de la révolution tunisienne (vidéo en bas de ce billet) –, les clips ont nourri la grammaire visuelle d’une génération dont la contestation n’attendait qu’une occasion pour emprunter les voies de l’action politique. Les jeunes qui ont investi les rues d’Alger et du Caire en surfant sur les médias sociaux sont ceux-là même qui tentaient d’étancher leur rage de vivre en inventant d’innombrables parodies ludiques des icônes du star-business globalisé pour vanter sur Internet les mérites de leurs équipes nationales respectives dont l’affrontement, en finale de la coupe d’Afrique, déborda les seules pelouses des stades pour finir en émeutes de rues…

Répétée à satiété par une litanie de commentateurs aussi sentencieux que superficiels, l’affirmation d’un interdit de l’image reste, aujourd’hui encore, une des plus affligeantes idées reçues à propos des cultures actuelles des sociétés de l’islam. Certes, celui-ci a sans doute longtemps imposé ses propres codes à la création et à la diffusion des représentations, notamment humaines, mais les révolutions arabes nous montrent qu’aujourd’hui ce prétendu régime d’exception n’a plus grand sens pour les générations actuelles de ces sociétés désormais entièrement gagnées à la mondialisation numérique.

Merci aux Cahiers du cinéma-España pour la publication de cet article.

Révolution silencieuse !

Trop de choses à suivre, et qui se succèdent trop vite, pour oser en proposer une lecture un petit peu distanciée… Difficile aussi de donner à lire de petits commentaires de l’actualité politico-culturelle ordinaire alors que le monde arabe vit des événements aussi extraordinaires.

Culture et politique arabes préfère donc (pour le moment) rester silencieux devant le spectacle de cette révolution arabe qui n’a pas fini de faire du bruit !

Illustration : les cafés internet de Damas mettent en vitrine la petite révolution que constitue la toute récente “légalisation” de Facebook et de YouTube.

Internet en Egypte : une redéfinition du champ politique ?

Cette semaine encore, ce billet va prendre la forme d’un texte, sans doute trop long, en tout cas rédigé pour le papier et non pas pour la lecture sur écran. Il doit paraître prochainement dans les actes du colloque, organisé en juillet 2009 par Sarah Ben Nafissa pour le CEDEJ en collaboration avec le Centre d’études politiques et stratégiques d’Al-Ahram et le Danish-Egyptian Dialogue Institut sur le thème : “Mobilisations collectives, media et gouvernance publique en Egypte”.  Au regard des événements actuels, notamment en Egypte, le CEDEJ a bien voulu qu’il puisse être proposé à la lecture dès maintenant, grâce à une publication numérique dont on comprend, à travers cet exemple, les vertus de rapidité et de facilité par rapport aux délais de publication dans des revues classiques ! Insistons sur le fait que ce texte a été écrit il y a maintenant presque deux ans : une éternité pour internet !

Depuis quelques années, l’apparition d’internet dans l’espace politique arabe en général et égyptien en particulier retient l’attention de chercheurs qui s’interrogent notamment sur la manière dont le nouveau système de communication s’intègre aux anciennes formes de mobilisation politique, les renouvelle, voire en suscite de nouvelles. Bien que les études se soient multipliées, nombre de problèmes de fond demeurent sans réponse, alors que l’objet d’étude, lui, ne cesse d’évoluer toujours plus rapidement. Ainsi, il n’est guère besoin d’être expert de ces questions pour constater que les contours de ce que l’on se propose d’observer ont déjà, à l’évidence, beaucoup connu de modifications en très peu d’années : pour les seuls blogs du monde arabe, on est ainsi passé, entre 2006 et 2009, de quelques milliers de titres, écrits majoritairement en anglais par de jeunes hommes usant de pseudonymes, à près d’un demi-million dont les auteurs, une femme dans un cas sur quatre, écrivent en arabe, très souvent en affichant leur identité… Entretemps, les interrogations les plus immédiates demeurent encore sans réponses satisfaisantes.

On peut ainsi se demander par exemple s’il est seulement possible de s’entendre sur ce que l’on désigne par l’expression « internet en Egypte » ? Si Marc Lynch, l’un des meilleurs analystes de ces questions, a raison de s’interroger sur l’existence d’une blogosphère arabe unifiée ou au contraire formée d’unités relativement autonomes correspondant aux frontières des Etats-nation1, où situer les limites de ce que l’on pourrait appeler l’« internet égyptien », à supposer qu’une telle approche soit utile vis-à-vis d’un ensemble de paramètres techniques pour lesquels, en principe, la localisation spatiale, en l’occurrence celle des frontières de l’Etat égyptien, n’a pas forcément de valeur ?  On voit bien tout l’arbitraire qu’il y aurait à ne retenir que les utilisateurs d’internet dans un pays donné, sans tenir compte des flux incessants, sur toutes sortes de plans, qui donnent sens à leurs productions en ligne et aux usages qu’ils font des techniques disponibles, au sein d’un ensemble bien plus vaste, lui-même composé de multiples « mondes » emboîtés de façon complexe et labile (les « communautés » des internautes, arabes ou non ; les diverses configurations qui, sur les plans politiques et médiatiques par exemple, les réunissent autour de tel ou tel élément agrégeant, précisément à la manière dont fonctionne ce que l’on appelle les « agrégateurs » de blogs, etc.).

Dans cet « internet égyptien », même la langue fait problème ! Pour peu qu’ils soient plus attentifs à la réalité des échanges qu’à la commodité des catégories qu’ils posent, ceux qui voudraient croire que le critère linguistique constitue un marqueur imparfait mais néanmoins utile, au moins dans une première approche, sont rapidement confrontés à des réalités qui contredisent très vite une telle approche. Dans ses premiers temps, qui ne sont pas si lointains, ce que l’on peut appeler par convenance l’internet égyptien s’est ainsi majoritairement exprimé en anglais avant d’opter quelques années après, tout aussi majoritairement, pour l’arabe (dans ses formes dites « standard », en particulier avec l’essor des sites personnels exploitant la forme du « weblog » ). Par la suite, la dissémination sociale des nouvelles pratiques d’internet, tout autant que la transformation des données techniques (le Web2 notamment2), produisent de nos jours une inflexion des pratiques linguistiques de telle sorte que l’utilisation fréquente d’une langue plus locale – plus relâchée diraient les puristes – pourrait faire croire à une « égyptianisation », où les usages les plus locaux de la langue arabe (ou si l’on veut les plus « égyptiens ») prennent une place de plus en plus grande3.

La question, bien entendu très disputée et par ailleurs très politique, d’une langue qui serait l’apanage de la communauté égyptienne sur internet, montre bien toute la difficulté qu’il y a à seulement vouloir poser la réalité d’un internet national. Pour peu que l’on veuille prendre en compte les données qui constituent l’appareillage technique et économique de la Toile, et plus encore si l’on s’intéresse, non pas à son fonctionnement dans le « circuit fermé » de la sphère politique proprement dite, mais au contraire à ses interactions avec la sphère sociale en général, et la sphère politique en particulier4, on voit bien qu’il est vain d’espérer se fonder sur une définition opérationnelle de l’« internet égyptien ». Faute d’autre solution, et sans ignorer les limites d’une démarche qui ne peut qu’être inductive, les pages qui vont suivre n’ont d’autre ambition que de proposer une mise en perspective des faits qui paraissent comme les plus significatifs au regard des réalités égyptiennes depuis les cinq dernières années. Cependant, pour ne pas la présenter hors de tout contexte, cette chronologie raisonnée de l’internet politique égyptien sera introduite par le nécessaire rappel de quelques données d’ensemble ; et elle se refermera sur une tentative d’évaluation, appelant en particulier à modifier la perspective généralement adoptée pour réfléchir sur les conséquences de l’usage désormais banalisé d’internet dans l’espace public égyptien.

Internet dans le monde arabe et en Egypte : quelques repères

Pour le grand public, ou encore en tant que fait social au sens donné par Durkheim à cette expression, ce que l’on nomme « internet » (improprement car il s’agit d’un bouquet de techniques et d’application fort diverses) existe sous cette forme depuis le début des années 1990. Son essor dans le monde arabe est un peu plus tardif ; on considère en général que l’entrée de l’Arabie saoudite sur le Réseaux des réseaux à l’orée du nouveau millénaire est une date qui fait sens pour le développement de cette technique à l’échelle de la région. Néanmoins, quelle que soit la datation adoptée, le constat est le même : internet, qui n’a pas de réelle « profondeur » historique, est de plus incomparablement dynamique puisque le nombre des internautes arabes, en l’espace d’une décennie, a crû de 300 %5, pour atteindre 19 % de l’ensemble des populations concernées (lesquelles constituent aujourd’hui, précisément en raison de leur relatif « retard » dans ce domaine conjointement à leur dynamisme démographique, un des principaux foyers de croissance dans le monde des usages de l’internet6.

Avec une moyenne de 16 % d’utilisateurs par rapport au total de la population, l’Egypte est loin de se situer à la toute première place (occupée par les Emirats avec plus de 60 % d’internautes). Au regard de la situation générale du pays, le résultat obtenu montre néanmoins que les politiques volontaristes menées dans ce domaine par l’Egypte – premier Etat arabe par exemple à créer, en 1999, un ministère de l’Information et des Technologies de l’information – ne l’ont pas été totalement en vain. Et surtout, compte-tenu de son poids démographique l’Egypte constitue, en données brutes, la population la plus importante (près d’un demi-million d’internautes, moins que leur total aux Emirats mais où figure cependant une très forte proportion d’utilisateurs non nationaux, posant, à nouveau, la question des « frontières » d’internet).

Comme on l’a déjà mentionné, la courte histoire d’internet peut d’ores et déjà s’analyser en périodes. La première, celle du Web public, ouverte au début des années 1990 dans les pays industrialisés, a donné lieu à d’autres usages, plus interactifs, de la Toile vers la fin de la même décennie. Aujourd’hui, Facebook et Twitter7 sont les « pointes » les plus actives d’un mouvement lancé dans le monde arabe avec les blogs. Pratiquement inconnu jusqu’à la fin des années 1990 quand apparurent les premières initiatives arabes presque exclusivement en anglais (et donc largement à destination d’un lectorat étranger), le phénomène du Web interactif et participatif a connu une croissance exponentielle dans la région, en particulier à partir de l’année 2005. Même si les données quantitatives que l’on possède n’ont qu’un très faible degré de précision, elles restent néanmoins utiles pour aider à percevoir, dans ses grandes lignes, l’ampleur du phénomène. Au milieu de l’année 2008, les experts locaux, et notamment ceux de la société Google, estimaient qu’il y avait ainsi près d’un demi-million de blogs arabes8. Sachant que près de 40 % d’entre eux sont « égyptiens » (environ 200 000 blogs) alors que la population internaute du pays ne représente que 20 % du total des usagers arabes de l’internet, on constate que la blogosphère égyptienne est donc, au moins à l’échelle de la région, particulièrement active9. Cette activité en ligne, indéniable, est-elle pour autant « connectée » aux évolutions de la scène politique locale ?

Pour répondre aux questions que nous avons-nous-mêmes soulevées quant aux « frontières » de l’internet, il convient de préciser que, dans ces statistiques, 80 % des blogs considérés sont mis en ligne depuis l’Egypte, principalement depuis les grandes villes du pays (et, pour le quart d’entre eux, par des femmes). Toujours selon les mêmes sources, 17 % de ces blogs seraient de nature politique, affirmation qui ne peut que conforter les analyses qui soulignent la place prise, aujourd’hui, par ce type d’expression dans l’espace public. Malheureusement, la méthodologie qui semble avoir été utilisée pour arriver à ce résultat – une étude de contenu basée notamment sur l’extraction des noms propres10 – est très loin d’être satisfaisante. Mais surtout, on est en droit de s’interroger sur la pertinence d’une analyse qui s’efforce de retrouver, dans les messages mis en circulation sur le Réseau des réseaux, les articulations d’un discours politique produit sur d’autres supports et dans d’autres contextes. En effet, pour arriver à une véritable évaluation de leur rôle, il faut sans doute examiner de quelle manière les nouveaux modes de communication favorisent, ou non, de nouvelles formes de mobilisation collective. Et bien que les « blogs politiques » – ou plus exactement ce qu’il est tentant, au regard des classifications traditionnelles, de ranger dans cette catégorie – aient presque toujours focalisé l’attention des chercheurs, c’est peut-être ailleurs, en cherchant  à observer d’autres pratiques sur la Toile avec d’autres effets politiques, que l’attention doit se porter11. Mais dans un premier temps, il reste utile de suivre, sur le Web, les échos de débats et de luttes qui s’inscrivent dans une définition encore « traditionnelle » du politique en proposant, pour la période qui va de 2004 à 2009, une périodisation s’appuyant sur l’essor, dans un premier temps, des mobilisations via internet et le mouvement des blogueurs, avant leur reflux conjointement à l’intensification de la répression étatique12.

2004-2006 : les premiers temps de l’internet politique égyptien

Un homme, devenu à juste titre une sorte d’icône de la contestation sur l’internet arabe, incarne mieux que personne les débuts du « Web politique » en Egypte. Journaliste de la jeune génération (il est né en 1975), Wael Abbas fait partie des premiers activistes de la blogosphère arabe encore naissante lorsqu’il s’investit de plus en plus, à partir de l’année 2004, dans une activité éditoriale en ligne. Au départ, celle-ci n’est pas vraiment militante, au sens strict du terme13, mais elle le devient toujours davantage lorsque que le jeune internaute se rend compte que l’instrument qu’il utilise peut éventuellement dépasser le simple cadre d’un chatt (discussion en ligne) à propos de toutes sortes de sujets plus ou moins futiles pour aborder « des sujets importants14 ».

Ce qui n’était au départ qu’une liste de diffusion auprès d’un petit nombre d’abonnés (sur le mode de ce que l’on pouvait observer à l’époque dans d’autres pays comme la Syrie15) va rapidement se transformer en l’un des plus célèbres blogs de la région, capable en particulier de diffuser des informations souvent laissées de côté par la presse locale. Wael Abbas se fait ainsi l’écho d’événements politiques, au sens strict du terme – la répression subie par le mouvement Kefaya (Assez !) lors des élections présidentielles de 2005 par exemple, un de ses premiers « faits d’armes » – mais également de phénomènes à caractère davantage social, tels les « émeutes sexuelles16 » dans les rues de la capitale cairote à la fin de ramadan de l’année 2006.

La jonction de ces deux domaines d’intervention, l’un plus « politique » et l’autre plus « social », se fera presqu’au même moment, lorsque l’animateur de Misr Digital (selon l’adresse IP du blog également connu sous son appellation arabe, assez différente : Al-Wa’y al-misrî [La Conscience égyptienne]) mettra en ligne un enregistrement vidéo d’un officier de police violentant un de ses concitoyens à l’intérieur d’un commissariat. Reprise par la presse indépendante17 (en l’occurrence Al-Fajr fondé un an plus tôt par Adel Hamouda), cette dénonciation des tortures policières provoquera, un an plus tard, la condamnation, assez inédite dans l’histoire locale, du fonctionnaire de police incriminé dans cette affaire.

L’exemple de Wael Abbas – qui connaîtra ensuite, tout comme d’autres activistes égyptiens sur internet, la répression policière – est donc tout à fait représentatif de cette première période, entre 2004 et 2006, quand les premiers blogueurs profitent de l’ouverture offerte par les nouvelles techniques de médiatisation pour prendre en quelque sorte par surprise un pouvoir visiblement mal préparé à ce nouveau défi. Dans la même dynamique s’inscrivent d’autres initiatives qui permettent de compléter cette rapide esquisse d’une blogosphère politiquement militante.

Car, à l’image de Misr Digital, la blogosphère locale s’enrichit d’une constellation de mudawwanât (traduction arabe de « blog », terme qui entre dans le vocabulaire courant dès cette époque). Ces derniers se veulent des fenêtres éditoriales se faisant l’écho d’informations peu ou mal relayées par la presse « traditionnelle », même si celle-ci, comme on l’a vu dans le cas de Wael Abbas, s’associe rapidement au mouvement en reprenant, sous forme imprimée, les informations diffusées sur internet. A ce courant appartient par exemple le couple que forment Alaa et Manal Abdel-Fattah, proches de l’opposition laïque également, qui tiennent, sous une forme totalement inédite à cette époque, une sorte de chronique de la vie politique locale18. Par la langue et le ton qu’ils utilisent, par le choix des sujets qu’ils traitent, par l’angle qu’ils retiennent pour le traitement des informations, Alaa et Manal – ainsi que tous leurs semblables dont les prises de parole sont naturellement loin d’avoir toutes reçu le même écho mais qui n’en ont pas moins joué un rôle très important – contribuent à mettre en évidence un changement médiatique, particulièrement visible sur la presse en ligne mais sans doute loin de se limiter à ce seul domaine. Sur ce point également, la blogosphère ne fonctionne pas comme un univers clos, replié sur lui-même ; au contraire, les interactions avec la presse traditionnelle, écrite ou audiovisuelle, sont manifestes. Parallèlement à l’essor des blogs, et inévitablement en partie à cause de lui, le développement de l’information en ligne contribue à un puissant renouvellement générationnel de l’information arabe dans l’ensemble de ses supports19.

Cependant, les médias traditionnels les plus récents et les plus dynamiques, à l’image de la chaîne satellitaire Al-Jazeera qui, à cette époque, a clairement assis sa suprématie sur la scène médiatique locale, sont également ceux qui sont le plus « en phase » avec les premières manifestations de la presse en ligne. Ainsi, le débat qu’organise la chaîne qatarie, en mai 2006, sur Les blogueurs arabes : une opposition dotée d’une nouvelle voix [Al-mudawwinûn al-‘arab : mu‘ârada bi-sawt jadîd], avec, parmi les invités, Muhammad Hassanayn Haykal, peut être considéré comme la confirmation de l’entrée des blogs dans l’espace public arabe20.

Un espace public dont, politiquement, internet constitue dès cette époque une dimension à part entière. Ainsi, la création du premier site égyptien appartenant à une force politique « constituée »  est sans doute à mettre au crédit du mouvement Kefaya, et cela dès l’automne de l’année 2004. Deux ans plus tard, l’importance de la scène politique sur internet, en tant que relai des mouvements d’opposition, est parfaitement manifeste lors de l’important mouvement de protestation des juges égyptiens durant l’année 200621. Année qui voit également la première véritable riposte des autorités locales. Clairement prises au dépourvu au début des premières conséquences d’un usage directement ou indirectement politique d’internet – dont elles s’efforcent par ailleurs comme on l’a vu précédemment de promouvoir l’utilisation en tant que vecteur de développement économique et social –, ces autorités commencent à organiser leur riposte. Sans surprise, celle-ci prend la forme de la répression avec l’emprisonnement en novembre 2006, une première dans l’histoire du pays, d’un acteur de l’internet local, Kareem Amer [‘Abd al-Karim Nabîl Sulaymân], auteur sur son blog22 de commentaires jugés offensants pour l’islam.

2007-2009 : diversification de la blogosphère et montée de la répression

Deux ans après une apparition dans l’espace public local, l’internet égyptien ne cesse de conforter toujours davantage la place qu’il occupe désormais sur la scène politique. Durant les premiers mois de l’année 2007, on assiste ainsi à une diversification manifeste des acteurs. Alors que les premiers activistes appartenaient pour l’essentiel aux milieux proches de ce que l’on appellera par commodité l’opposition laïque, on trouve parmi celles qui se font connaître à cette époque sur le Net un certain nombre de voix proches de ce que l’on nommera, par commodité également, l’opposition religieuse23.

L’organisation des Frères musulmans, la principale formation de cette partie du spectre politique, devient de plus en plus active sur la Toile, une évolution qui fait suite à nombre de débats internes, certainement pas sur la licéité des modes de communication électronique (ces modes ont été investis, dès leur apparition, par nombre de propagandistes religieux), mais bien en raison de divergences entre, d’un côté, les plus jeunes des membres, en faveur de ce déplacement de l’action politique, et, de l’autre, les cadres, inquiets de voir les choses échapper à leur contrôle.

Perceptibles dès la fin de l’année 2006 aux yeux des observateurs les mieux informés – ‘Abd Mun‘im Mahmûd ouvre alors son blog appelé Anâ ikhwân [Je suis Frère (musulman)], l’intégration des militants de l’islam politique sur la Toile égyptienne devient particulièrement visible quelques mois plus tard avec, notamment dans le milieu étudiant, quelque 150 blogueurs affiliés, ou manifestement très proches du mouvement des Frères musulmans (à l’image d’Ahmad Dûma, promoteur de la campagne « Un million de visages » [Milyûn wajh]24. Comme l’analyse très tôt Marc Lynch25, le mouvement est important au regard des rapports de force intergénérationnels au sein de l’opposition religieuse, mais également par ses conséquences sur la blogosphère locale dont elle renforce les orientations les plus récentes et les plus ouvertes à la diversité socioculturelle – et politique – de la population égyptienne.

Dès le milieu de l’année 2007, l’activité de ce nouveau type d’internautes dans la blogosphère politique locale devient particulièrement manifeste sur You Tube, où les documents illustrant les thèses de l’islam politique se comptent par centaines26. Une réalité qui n’est pas forcément étrangère à la décision qui frappe à cette époque le « doyen » des internautes politiques égyptien, Wael Abbas, dont le compte sur le site de diffusion de vidéos en ligne est fermé en novembre27. Il sera rétabli un peu plus tard, à la suite d’une des premières mobilisations de la « communauté » des internautes arabes, relayée par différentes organisations internationales.

Si l’on ajoute aux éléments déjà mentionnés le fait que Al-Ghad, le parti officiellement fondé, non sans difficultés, par Ayman Nour en octobre 2004, a investi lui aussi la Toile (le site du parti sera fermé en août 2007 mais vite disponible depuis l’étranger), on constate aisément que, deux ou trois ans au plus après son véritable lancement en Egypte, la blogosphère locale est devenue une dimension à part entière des acteurs politiques locaux. A l’exception du parti au pouvoir, qui, à cette date, se tient encore à distance de la Toile, dont la nouvelle importance n’a cependant pas totalement échappé aux responsables. En effet, il semble bien en effet que ce soit vers la fin de l’année 2007 qu’est créé, au sein de la Sureté générale, un service spécial chargé du contrôle de l’internet.

L’action de ce nouveau service ne tardera pas à se faire sentir mais, dans un premier temps, l’année 2008 paraît d’abord comme celle de toutes les victoires pour les milieux activistes de l’internet égyptien. En écho à une série de mouvements sociaux, un appel à la grève générale est lancé sur internet pour le 6 avril, en utilisant une nouvelle donnée technique (pour laquelle les forces de répression sont encore mal préparées) : les « listes d’amis » du système de « réseautage social » offert par Facebook28.

Avec cet appel qui réunit virtuellement près de 70 000 personnes, on parle véritablement pour la première fois en Egypte de « militants électroniques » [munâdhilûns ilaktrûniyûn]. Ils ont en commun ce mode d’action, le fait d’appartenir à la génération Moubarak (celle qui est née depuis l’arrivée au pouvoir du dirigeant égyptien presque trente ans auparavant), ainsi qu’un agenda qui est loin de se confondre totalement avec celui des forces politiques constituées. Une indépendance qui pose naturellement la question de l’organisation de ces nouvelles mobilisations, et de la pérennité de leur « mouvement »29.

Dans l’immédiat, cet éventuel défaut de structures n’entrave pas la marche du  mouvement. Avec le soutien des partis de l’opposition (y compris celui des Frères musulmans), il appelle avec plus de succès encore à une nouvelle manifestation pour le 4 mai (anniversaire du président Moubarak). A l’instar de Wael Abbas un peu plus tôt, la « mobilisation électronique » prend les traits d’une figure particulière, celle d’Isrâ’ ‘Abd al-Fattâh, qui devient immensément célèbre, en Egypte comme dans le monde arabe, sous le surnom de « la fille de Facebook »30. Emprisonnée en même temps qu’un certain nombre d’autres militants de la « génération de Facebook » (elle sera libérée peu de temps après), la jeune femme, inscrite au parti Al-Ghad, illustre à la fois une évidente dynamique mobilisatrice, et ses limites au regard des modes de fonctionnement de l’expression politique en Egypte.

Car la grève générale du 6 mai a alerté le régime. Après avoir joué de tous ses relais (y compris religieux) dans l’opinion pour tenter de limiter la mobilisation31, sans oublier des mesures techniques aussi drastiques que la fermeture de quelque 250 000 lignes téléphoniques, le choix de la répression est devenu inévitable. Celle-ci se confirme quelques semaines plus tard, avec de nouvelles arrestations de blogueurs, plus ciblées, durant l’été, ainsi que la mise en place (à moitié réussie) de mesures de contrôle beaucoup plus strictes des services internet publics (cafés internet, connections Wifi notamment). Il n’est pas jusqu’à la publication d’un rapport réalisé par une structure officielle dépendant du Gouvernement égyptien, le Information and Decision Support Center (IDSC) qui ne puisse être interprétée comme la volonté de mieux comprendre – et de mieux contrôler – un phénomène devenu politiquement gênant par sa capacité de mobilisation32.

Vraisemblablement pris au dépourvu dans un premier temps par un phénomène auquel il n’avait pu (ou su) se préparer, et sans doute aussi parce que l’entrée dans la blogosphère de militants de l’islam politique l’inquiète davantage que l’activisme autour de la mouvance Kefaya, le pouvoir égyptien organise le contrôle de ce nouvel espace d’expression, un exercice auquel il est rompu par de longues années d’Etat d’urgence (pratiquement ininterrompu en Egypte depuis la fin des années 1960). Sans crainte pour une réputation qui n’est plus vraiment à défendre, les autorités adoptent une série de mesures qui les font apparaître parmi les régimes les plus répressifs d’une région qui se distingue déjà dans ce domaine.

L’actualité de l’année 2009 est ainsi une longue succession33 d’arrestations de blogueurs, de fermeture de sites, de ruptures de service tels que Facebook, d’annonce de mesures visant à « nettoyer » la Toile des sites « moralement » ( ?) nuisibles ou encore de projets de limitation de la bande passante réservée aux internautes locaux… Même si l’adoption de nouveaux procédés techniques, et notamment celle du « micro-blogging » répandue par Twitter, desserre momentanément l’étau qui s’est refermé sur l’expression en ligne, celle-ci n’a pas retrouvé le capital de mobilisation qui avait pu être le sien auparavant. L’échec du nouvel appel à la grève générale, via Facebook, le 6 avril 2009, apporte certainement la meilleure illustration du nouveau rapport de force.

Mobilisation politique et internet en Egypte : bilan et perspectives

Quel bilan tirer, sur le plan politique, de ces premières années de l’internet égyptien ? Le sujet, tant pour la seule Egypte qu’à l’échelle du monde arabe, a naturellement fait couler beaucoup d’encre, notamment de la part des chercheurs américains, à l’évidence plus alertés sur ces questions que leurs collègues européens. Sous un titre en forme d’interrogation34, Tom Isherwood distingue ainsi plusieurs niveaux où apparaît le rôle nouveau joué par les blogs politiques : renforcement des capacités de mobilisation des forces politiques existantes ; contribution à la création d’actions en dehors des forces constituées ; modification des équilibres au sein des forces en présence ; renforcement des liens entre les scènes nationale et extérieure (à l’intérieur et à l’extérieur du monde arabe). Néanmoins, nombre d’observateurs s’interrogent avec lui sur la signification ultime de mouvements qui se déroulent pour l’essentiel dans l’univers numérique et trouvent de plus en plus difficilement une traduction sur le terrain concret des luttes, même si l’Egypte, tout au moins durant les expériences des années 2005 et 2006, constitue précisément une exception dans ce domaine au regard des réalités régionales35.

Cependant, ne faut-il pas aussi se poser la pertinence des catégories traditionnelles pour saisir ce qui est véritablement en jeu dans la nouvelle blogosphère égyptienne et arabe ? Les articulations classiques du placement politique correspondent-elles encore aux représentations des acteurs qui sont apparus avec la diffusion d’internet ? La question mérite d’être posée lorsque l’on constate que les clivages les plus marqués, ceux qui opposent la « gauche nationaliste laïque » du mouvement Kefaya au « nationalisme religieux » des Frères musulmans notamment, sont loin d’être dupliqués à l’identique dans l’univers de l’activisme en ligne, comme le révèle une certaine affinité entre « blogueurs engagés », qui dépasse la seule solidarité générationnelle.

Au-delà de ce premier constat, on remarque également que le développement de cette activité en ligne, toujours plus importante, accompagne une tendance, toujours plus marquée elle aussi, à la politisation des questions culturelles et identitaires. Le développement de la blogosphère arabe, irriguée d’innombrables groupes sur Facebook et de réseaux de micro-blogging s’inscrit dans un contexte où le marché politique est de plus en plus dominé par ce type de débats qui recouvrent – ou « habillent » – les luttes idéologiques conventionnelles. Espace d’expression encore relativement vierge des frontières ordinaires de l’action politique, Internet devient ainsi une scène où, avec un très faible coût d’entrée pour ceux qui y participent, se multiplient des « campagnes de mobilisation » qui utilisent le nouveau médium pour « agir », en dehors des mots d’ordre partisans, sur toutes les questions de société possibles (les femmes, le harcèlement sexuel, la drogue, la corruption, le football, etc.). Issu des cercles de la nouvelle prédiction religieuse et utilisateur avisé des nouvelles technologies de la communication, ‘Amr Khaled, avec ses réseaux de « bâtisseurs de la vie » [sunna‘ al-hayât], montre que cette mobilisation virtuelle peut éventuellement trouver des traductions concrètes.

Néanmoins, ces premières réflexions sont loin de rendre compte de l’impact politique d’internet, car c’est sans doute à plus long terme que les effets des nouvelles technologies de communication se feront sentir. S’inscrivant dans le modèle explicatif proposé notamment par l’anthropologie politique américaine36, Marc Lynch considère ainsi que la véritable question concerne la capacité de la très active blogosphère égyptienne à « transformer les dynamiques de l’opinion publique et de l’activisme politique. (…) Même s’il est improbable que les blogs politiques arabes conduisent à une révolution, ils ouvrent la perspective d’un espace public différent qui pourrait modifier la nature de la politique dans les décennies à venir37. » Dans le même esprit, Brian Ulrich, replaçant utilement le développement des blogs dans la perspective plus vaste de la transformation des systèmes de communication depuis l’époque moderne, considère de son côté que « bloguer renforce la possibilité de créer de nouvelles perceptions et de nouveaux moyens d’exercer une autorité dans le domaine de la diffusion des idées, sur la base d’interactions avec des personnes avec lesquelles il n’aurait pas été possible autrement d’entrer en contact au sein de communautés d’intérêt données38 ».

Semblables réflexions, qui interrogent les effets mobilisateurs d’internet moins à court terme que dans la moyenne durée, méritent d’être prolongées alors que la gestion par les différents pouvoirs arabes d’une scène internet, désormais mature, met en évidence, dans cette partie du monde comme ailleurs, les illusions trop faciles du « prophétisme fétichiste39 ». S’il est vrai que l’existence de « réseaux ouverts » ne suffit pas à briser la « fermeture des régimes40 », c’est bien du côté de transformations plus souterraines, moins immédiates, qu’il faut chercher d’éventuels effets mobilisateurs en postulant que le jeu des interactions individuelles que développent les usages les plus récents d’internet contribuent, aussi bien chez les producteurs de contenus que chez leurs utilisateurs, à une « fabrique du social » susceptible de contribuer à une nouvelle dynamique politique.

Les « blogs » que développe aujourd’hui la jeunesse du monde arabe, qu’il s’agisse d’« Une tribu nommée Sarah » [Qabîla tud‘a sâra] en Arabie saoudite41 ou de « Deux paires d’yeux » (Two Pairs of Eyes) en Egypte42, ne livrent pas de discours de revendication ; ils n’appellent pas à l’action contre telle ou telle injustice, ou alors sous des formes qui sont très loin de la revendication traditionnelle, et se contentent le plus souvent de réunir des cercles de pairs qui, parfois par dizaines de milliers, se reconnaissent dans une parole délivrée publiquement sur internet à propos de questions qui les concernent. Ils ne se donnent pas comme des plates-formes de mobilisation mais sont peut-être malgré tout davantage porteurs de changements que les modes d’expression, y compris sur la Toile, qui relèvent d’une prise de parole en apparence plus politique. Outre le fait que leur prolifération et leur manière d’aborder, en quelque sorte de biais, le politique rendent assez vaine toute tentative de contrôle, on peut également penser que les véritables changements naîtront des nouvelles formes de communication électronique qui favorisent la constitution de « communautés virtuelles » où l’affirmation individuelle s’allie au refus des hiérarchies sociales héritées.

YGQ, juillet 2009


  1. M. Lynch, « Blogging the new Arab public », Arab Media & Society, printemps 2007. []
  2. On désigne sous ce terme, largement répandu à partir de 2005, l’ensemble des nouvelles technologies et des usages permettant aux internautes d’interagir de façon simple à la fois avec le contenu et la structure des pages mais aussi entre eux. Cf. Tim O’Reilly, What is Web2.0 ? Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Softwares, 30 sept. 2005 (http://oreilly.com/web2/archive/what-is-web-20.html : adresse accédée début 2010, comme les autres références de cet article). []
  3. Avec même une certaine institutionnalisation de ce phénomène puisqu’il existe par exemple sur le projet d’encyclopédie mondiale Wikipedia une section en « égyptien », « Egyptian Arabic […] spoken by more than 70 millions of persons in Egypt and other countries ». Cf.: http://arz.wikipedia.org/wiki/Wikipedia_Masry_introduction_in_English. []
  4. Cf. F. Cantelli et O. Paye, « Star Academy : un objet pour la science politique ? », in Star Academy, un objet pour les sciences sociales ?,Y. Cartuyvelks (Ed.), Bruxelles : Publication des facultés universitaires Saint-Louis, 2004. []
  5. On avance le chiffre de plus de 53 millions d’utilisateurs arabes à la fin de l’année 2009, soit une progression de près de 300 % par rapport à l’année 2000. Cf. Kh. ‘A. aql-Khalaf, « Fajwat  al-nashr al-ilaktrûnî lâ tardumu-hâ al-arqâm al-maghlûta » [La trou de la publication électronique arabe ne sera pas comblé par des chiffres inexacts], Elaph, 10 décembre 2009. []
  6. Pour le cas égyptien, cf. « Promoting the IT business », Egypt, Oxford Business Group, vol. 240, 30 sept. 2009 : http://www.oxfordbusinessgroup.com/weekly01.asp?id=4626. []
  7. Autour d’une douzaine de milliers d’utilisateurs de Twitter dans le monde arabe au milieu de l’année 2009, avec néanmoins de très forts taux de croissance. Cf. http://www.slideshare.net/ArabCrunch/twitter-stats-in-the-arab-world-mena15-jul09-around-12266-users et S. Ayûb, « Al-twitariyûn al-‘arab : khutwa bi ittijâh al-‘âlamiyya [Les twitteristes arabes : un pas vers l’universalisation], Al-Akhbâr, 13 août 2009 : http://www.al-akhbar.com/ar/node/151482. []
  8. « Nisf al-mudawwinîn al-‘arab misriyûn » [La moitié des blogeurs arabes sont Egyptiens], Middle-East Online, 7 février 2009 : http://www.middle-east-online.com/?id=73543. Les chiffres les plus récents (décembre 2009) donnent un total de 600 000 blogs, actifs pour le quart d’entre eux (The Arabic Network for Human Rights Information, One Sopcial Network With a Rebelious Message, [2009] : http://www.openarab.net/en/node/1612. []
  9. Donnée confirmée par les enquêtes les plus récentes. Cf. B. Etling, J. Kelly et J. Palfrey (Eds.), Mapping the Arabic Blogosphere: Politics, Culture and Dissent, Berkman Research Center Publication, juin 2009. []
  10. Les donnée sur les orientations rédactionnelles des blogs sont extraites d’un rapport publié en mai 2008 par un organisme officiel dépendant du Conseil des ministres, l’Information and Decision Support Center, sous le titre Al-mudawwannât al-misriyya : fadâ’ ijtimâ’i jadîd [Les blogs égyptiens : un nouvel espace social] (www.idsc.gov.eg). []
  11. Cf. les remarques introductives à son étude de G. Weyman, « Speaking the unspeakable : personnal blogs in Egypt », Arab Media & Society, automne 2007. []
  12. Cette perception d’ensemble est reprise par nombre d’observateurs. Cf. par exemple, le point de vue, articulé autour de trois périodes (experimentaiton phase, activist phase, diversification and fragmentation phase), développé par C. Radsch, « Core to common place : the evolution of Egypt’s blogosphere », Arab Media & Society, automne 2008. []
  13. Cf. à ce sujet l’analyse d’une figure importante de la blogosphère marocaine, Mohammed Sahli (Qantara, 29/12/2009 : http://www.qantara.de/webcom/show_article.php?wc_c=478&wc_id=990. []
  14. Devenu une sorte de star de la blogosphère arabe, Wael Abbas a accordé un nombre incalculable d’entretiens. En français, on peut retenir par exemple celui qu’il a donné pour le quotidien algérien Al-Watan (http://www.elwatan.com/Wael-Abbas-Createur-du-blog-La) ou encore celui qu’a publié la journaliste Françoise Clément (http://monmulhouse3.canalblog.com/archives/2008/08/17/10262480.html). De nombreux liens sont disponibles sur la notice (en anglais) de l’encyclopédie participative Wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/Wael_Abbas. []
  15. Y. Gonzalez-Quijano, « Sammi‘ sawtak ! : les sites d’information en ligne dans l’espace public syrien », in La société de l’information au Proche-Orient. Internet au Liban et en Syrie (sous la dir. de Y. Gonzalez-Quijano et Ch. Varin), Beyrouth : Presses de l’Université Saint-Joseph, 2006 : http://www.cemam.usj.edu.lb/sipo/files/publications.htm#ouvragesipo. []
  16. Cf . Y. Gonzalez-Quijano, « Le diable et le bon dieu : les deux visages de la modernité arabe », Culture et politiques arabes, 2 avril 2008 : http://cpa.hypotheses.org/245. []
  17. Saisie du billet de l’époque avec une reproduction de l’article du journal sur Y. Gonzalez-Quijano, « Le nouveau ‘divan’ des Arabes », Culture et politiques arabes, 26 novembre 2006 : http://cpa.hypotheses.org/172. Cette période de la blogosphère égyptienne, essentiellement autour du mouvement Kefaya, est décrite en détails dans l’article de R. Al Malky, « Blogging for reform », Arab Media & Society, printemps 2007. []
  18. http://www.manalaa.net/ (inactif depuis début 2009. Emprisonné en mai 2006 (il restera en prison durant 45 jours), Alaa fait partie des premiers blogueurs victimes de la répression policière. []
  19. Pour le cas libanais, cf. « Les données de l’information sur Internet au Liban » (en coll. avec M. Taha), Les documents du Cermoc, n° 11, été 2001 : http://archives.univ-lyon2.fr/166/1/Quijano_taha_final.htm. La question de la langue et des choix opérés sur les différents registres plus ou moins formels de l’expression constitue à coup sûr un indicateur intéressant de ces « changements de ton » , mais les études rigoureuses sur cette question continuent à faire défaut. []
  20. L’ancien ministre de l’Information au temps de Nasser y déclarera notamment : « Je fais partie de ceux qui lisent le plus les blogs. […] Je lis [un blogueur] plus que n’importe quel journaliste de la presse écrite. Il y a de la vie qui parle dans ce blog, une jeunesse qui monte, une société dont on sent battre le pouls. » ; http://www.aljazeera.net/NR/exeres/E6A0A606-DDE9-49DB-820A-9E0562D9DAF8. []
  21. Sur le « club des juges », voir le site de l’organisation (en arabe) : http://egyptjudgeclub.org ; et sur les manifestations de 2006, une vidéo précisément mise en ligne à l’époque par Wael Abbas : http://www.youtube.com/watch?v=gNUJnmnYheo. []
  22. Le blog (http://www.karam903.blogspot.com/ : aujourd’hui inactif) a longtemps été poursuivi par des blogueurs solidaires de celui qui a été condamné, en février 2007, à trois ans de prison pour « insulte à l’islam et incitation à la sédition », parallèlement à une condamnation d’un an pour « insulte au président Moubarak ». []
  23. Intégrant à son analyse ce qu’il appelle deux « vagues » de blogueurs, Tom Isherwood (“A new direction or more of the same?”, Arab Media & Society, automne 2008) note que c’est également la perception que les blogueurs égyptiens eux-mêmes ont de l’histoire de leur mouvement. []
  24. I. ‘Abd al-Mun‘im, « Ikwani walla mudawwin ?! » [Frère (musulman) ou bloggueur !?] et  « Risâla li-mudawwin misrî » [Lettre à un blogueur égyptien], Islam Online, 18 et 29 juillet 2007. []
  25. M. Lynch, « Young Brothers in Cyberspace », MERIP, n° 245, hiver 2007 : “An important aspect of the Muslim Brother blogging phenomenon is the connections it has bred between young Brothers and other Egyptian youth. Several bloggers (intriguingly, almost always women) said that their blogs were the first venue in which they had presented themselves to others as part of the Muslim Brothers”. []
  26. M. Khalîl, « Al-ikhwân al-muslimun hukkâm fî al-‘yû tûb’ », Islam Online, 2 décembre 2007. []
  27. C’est également à cette époque qu’est prononcé le jugement à l’encontre du policier dénoncé un an plus tôt sur le blog Misrdigital (cf. note 11 supra). []
  28. Pour la fin de l’année 2008, certaines estimations avancent le chiffre d’un demi-million d’utilisateurs du système local (égyptien), avec le même nombre d’utilisateurs sur sa version originale. []
  29. Cf. par exemple Kh. Abû Bakr, « ‘Al-munâdhilûn al-ilaktrûniyûns’ : ‘al-tarîq al-thâlith’ bi-Misr », Islam-Online, 7 avril 2008. []
  30. Cf. par exemple le long portrait que lui consacre le quotidien Al-Hayât (5 mai 2008) sous le titre « ‘Fatât al-fâysbûk, fâtat al-milyûn rajul’. Tajribat isrâ’ al-misriyya. Dars hukûmî li ashâb ‘al-rây’ al-âkhar’ » [La fille de Facebook, la fille au million d’hommes. L’expérience d’Irâ’ l’Egyptienne. Une leçon gouvernementale pour ceux qui pensent autrement]. Cf. également D. Farris, « Revolutions without revolutionnaries ? Network theory, Facebook, and the egyptian blogosphere », Arab Media & Society, automne 2008. []
  31. Non sans quelque succès, relativement paradoxaux d’ailleurs. La communication autour de cette grève organisée par ce qui reste une « élite [urbaine] Facebook » a pu donner l’impression à une partie de l’opinion égyptienne que le mouvement était organisé, d’une manière ou d’une autre, par le gouvernement. Cf. par exemple les commentaires apportés par les lecteurs au billet publié à l’époque dans Culture et politique arabes : « Mai 08 : joyeux anniversiare M. Moubarak » : http://cpa.hypotheses.org/249. []
  32. A. Sandels, « Rebels with a cause : Egypt’s’Facebook Youth’ », 19 août 2008, et D. Mukhalled, “Egypt’s vibrant blogosphere”, Menassat, 19 et 15 août 2008. []
  33. Plusieurs organisations tiennent la chronique régulière de cette actualité. Outre les sites des organisations internationales les plus connues du type Reporters sans frontières, on peut consulter les donner réunies par The Initiative for an Open Arab Internet (http://openarab.net/en), ou par The Arabic Network for Human Rights Information (http://www.anhri.net/en/). []
  34. T. Isherwood, “A new direction or more of the same?”, art. cit. []
  35. Plusieurs organisations tiennent la chronique régulière de cette actualité. Outre les sites des organisations internationales les plus connues du type Reportesr sans frontières, on peut consulter les donner réunies par The Initiative for an Open Arab Internet (http://openarab.net/en), ou par The Arabic Network for Human Rights Information (http://www.anhri.net/en/). []
  36. Cf. notamment D. Eickelman et J. Anderson, New media in the Muslim World. The Emerging Public Sphere, Bloomington: Indiana University Press, 2003. []
  37. “In short, even if Arab political blogs are unlikely to lead a revolution, they hold out the prospect of a new kind of Arab public sphere which could reshape the texture of politics in the decades to come.”, M. Lynch, “Blogging the new Arab public”, art. cit. []
  38. B. Ulrich, “Historicizing Arab blogs: Reflections on the transmission of ideas and information in Middle Eastern history”, Arab Media & Society, printemps 2009. []
  39. D. Wolton, Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias, Paris : Flammarion, 1999. []
  40. S. Kalathil, Shanthi et T. Boas, Open Networks, Closed Regimes, Washington DC: Carnegie Endowment for International Peace, 2003. []
  41. Y. Gonzalez-Quijano, « Communautés virtuelles de la Toile arabe : une nouvelle ‘fabrique du social’ », in Les Arabes parlent aux Arabes. La société de l’information arabe (Y. Gonzalez-Quijano et T. Guaaybess Eds.), Paris : Sindbad, 2009. []
  42. G. Weyman, « Speaking the unspeakable : personnal blogs in Egypt », art. cit. []

Les “origines culturelles numériques” de la Révolution arabe

Une fois n’est pas coutume ! Je vous propose ci-dessous un texte bien trop long certainement pour faire un billet de blog. Mais, comme je le signale dans le corps de l’article, il s’agit pour moi, non pas de publier, au sens traditionnel du terme, mais de communiquer, via la plate-forme Hypothèses et le site du CERI qui doit également accueillir ce texte, avec la “communauté” des  lecteurs. Je remercie d’avance ceux qui auront eu la patience d’aller jusqu’au bout de la lecture de leurs remarques, et même de leurs critiques !

Les « origines culturelles numériques »

des révolutions arabes

Depuis les événements de Tunisie, et avec plus de vigueur encore après ceux de la place Tahrir, les tamtams médiatiques célèbrent la « révolution numérique » arabe. Avec la libération de Wael Ghonim, jeune directeur marketing de Google pour la région MENA (Middle-East Nord-Africa) devenu l’icône1 d’un mouvement de protestation qui a provoqué la chute du président Moubarak, l’affaire est entendue : il s’agit bien, au choix, d’une « révolution 2.0 » ou encore d’une « révolution Facebook ». Internet, Facebook, ou encore Twitter, ces mots servent désormais de totems à toute une tribu de commentateurs qui découvrent les vertus démocratiques des peuples arabes après celles d’internet ! Après être restés, des années durant, aveugles aux unes comme aux autres, les voilà qui se font aujourd’hui les chantres des pouvoirs libérateurs du numérique. Et d’une manière si naïve qu’il en devient tentant de répondre à leurs discours enflammés par des analyses parfois outrageusement sceptiques2.

Le rôle des spécialistes des sciences humaines n’est pas de se substituer aux commentateurs professionnels de l’actualité. Ils ont souvent tort, à quelques remarquables exceptions près3, de proposer des analyses sans bénéficier d’un minimum de recul temporel. Dès lors, on comprendra que ce qui suit est tout sauf une proposition d’interprétation définitive à propos des événements qui viennent de se dérouler, à quelques semaines d’intervalle, dans deux pays arabes. En conséquence, ces simples notes provisoires sont soumises à une exposition publique, non pas comme une publication, au sens qu’a pris ce terme depuis le développement de l’imprimerie, mais bien comme une communication, conformément aux meilleures traditions de la communauté scientifique lorsqu’elle accepte de soumettre, auprès de ceux qui en prendront connaissance via internet, aux commentaires, voire aux critiques…

Une révolution… au moins dans les esprits !

Bien que ce ne soit pas notre objet à proprement parler, il convient de souligner d’emblée qu’il est imprudent, au moment où ces lignes sont écrites, de parler de révolution, dans le cas tunisien comme dans l’égyptien. Certes, Zine El Abidine Ben Ali, d’un côté, et Hosni Moubarak, de l’autre, ont abandonné le pouvoir aujourd’hui occupé par des instances en principe transitoires. Mais la question de la nature du régime à venir, et de l’éventuelle pérennité, sous une forme plus ou moins aménagée, des anciennes structures, reste posée. En d’autres termes, on ne sait pas encore s’il s’agit d’une révolution, au vrai sens du mot, ou d’une manière de coup d’Etat, de révolution de palais si l’on préfère. Dès lors qu’on s’interroge sur le rôle joué par les techniques de communication modernes d’une manière générale – car le rôle des télévisions satellitaires ne doit pas être sous-estimé, on y reviendra –, et sur celui des technologies associées à internet en particulier, cette interrogation sur la véritable nature des transformations politiques n’est pas seulement rhétorique. En effet, il faudrait déjà en savoir davantage sur la formule politique qui sera finalement adoptée dans ces deux pays pour évaluer la nature proprement révolutionnaire de changements que les flux numériques d’information ont probablement contribué à rendre possible.

Sur ce dernier point, en revanche, on avance sur un sol un peu plus solide. Pour la plupart des observateurs, les « nouveaux médias » ont rempli, dans les deux cas, un rôle important quant au succès de la mobilisation populaire. Il reste, bien entendu, à évaluer de manière plus précise ce rôle, autour de phases particulières, de fonctions différentes, de supports variables. Mais, avant cela, il faut tout de même prendre le temps de s’arrêter à ce premier constat : dorénavant, on prend au sérieux une affirmation qui, il y a quelques années à peine, suscitait bien des sourires. Non seulement parce que nombreux étaient ceux qui considéraient que l’hypothèse d’un impact des nouvelles technologies de la communication sur les réalités politiques relevait de la politique fiction, mais plus encore parce que le sens commun avait beaucoup de mal à se faire à l’idée que de tels développements puissent concerner, dans un avenir plus ou moins proche, les sociétés du monde arabe.

A l’évidence, les événements qui peuvent ouvrir une nouvelle phase dans l’histoire de cette région ont déjà profondément modifié le regard que le monde extérieur, et les pays européens en particulier, portent sur ces populations. Quelle que soit la destinée de leurs mobilisations, Tunisiens et Egyptiens auront déjà réussi à briser le mur des représentations toutes faites, en vertu desquelles ils semblaient condamnés, pour longtemps encore, à rester en dehors de l’histoire et en marge des processus démocratiques. Sans présager encore une fois de l’issue de leur combat, les manifestants tunisiens et arabes ont prouvé l’affligeante sottise de prétendues analyses postulant l’incompatibilité de la « culture arabo-musulmane » et de la modernité. Après tant de rapports dissertant savamment sur « l’absence totale de la moindre manifestation d’une révolution de l’information en cours dans le monde arabe4 », un tel changement de perspective est bon à prendre pour tous ceux qui se sont efforcés, depuis nombre d’années, de faire valoir d’autres lectures, en soulignant au contraire la vitalité de sociétés de plus en plus rapidement et massivement gagnées par « l’acculturation au numérique5 ». Désormais, on a même envie d’aller plus loin en s’associant aux réflexions d’un Georges Corm pour affirmer que « la rue arabe sert de modèle au Nord6 », y compris pour ce qui est de la compréhension de la « cyberpolitique ». On imagine spontanément que les changements sociaux et politiques liés à l’essor des TIC concernent au premier chef les sociétés postindustrielles ; deux pays du monde arabe nous rappellent que l’innovation politique peut surgir des périphéries. Voilà bien une vraie révolution dans les esprits !

Tunis, Le Caire : l’impossible endiguement des médias numériques

Méconnu il y a peu encore, le dynamisme des techniques numériques dans le monde arabe est d’autant plus frappant que cet essor a été tardif, pour toutes sortes de raisons, certaines techniques, d’autres, à l’évidence, politiques7. Mais avec l’entrée, symbolique à plus d’un titre, de l’Arabie saoudite sur le réseau mondial à la fin du XXe siècle, un palier décisif a été franchi. En l’espace d’une décennie, le monde arabe aura été traversé par trois grandes vagues numériques : la première, plutôt institutionnelle, a été surtout portée par la presse durant la seconde moitié des années 1990 ; plus tard est venue celle des blogs, puis celle des réseaux sociaux de type Facebook, toutes deux étroitement associées aux premières protestations sociales utilisant les ressources internet, notamment en Egypte8. Une évolution foudroyante dont on peut saisir l’importance à travers une statistique récente9 indiquant, il y a quelques mois à peine, que les utilisateurs arabes de Facebook étaient désormais plus nombreux que les lecteurs de la presse quotidienne (sous sa forme imprimée, bien entendu !).

Comme partout ailleurs, la jeunesse arabe est particulièrement attirée par les nouveaux moyens de communication. Et comme ces pays n’ont pour la plupart effectué leur transition démographique que récemment (la moitié des quelque 200 millions d’Arabes a moins de 20 ans), les conséquences sociales et politiques de la très rapide dissémination des TIC sont plus spectaculaires encore. Surtout dans le contexte très particulier de l’histoire récente de la région, marquée par d’importantes mutations socioéconomiques (urbanisation, scolarisation, dénationalisations, globalisation et même « néocolonisation »…) qui rendent douloureuses toutes les inévitables transitions, la numérique tout autant que la démocratique, l’une et l’autre ayant pour particularité de mettre à mal les ressorts sociaux d’une indispensable transmission entre les générations.

Même s’il est plus facile de le dire aujourd’hui qu’hier, on retrouve donc bien dans les sociétés arabes contemporaines tous les ingrédients d’une déflagration pour laquelle on considère que les nouvelles conditions de la production et de la circulation de l’information ont pu jouer le rôle de mèche… Alors que l’histoire de ces événements assez extraordinaires – au sens étymologique du terme au moins – est loin d’être écrite, on peut malgré tout suggérer quelques pistes d’interprétation, en commençant par un rappel, probablement nécessaire lorsqu’on n’est pas familier de la scène numérique arabe. Chacune à sa manière, la Tunisie de Ben Ali et l’Egypte de Moubarak représentaient, il y a peu encore, l’excellence locale en matière de répression des nouvelles technologies ; l’une et l’autre illustraient en quelque sorte le savoir-faire arabe vis-à-vis de la gestion des menaces de déstabilisation que des pouvoirs autoritaires peuvent associer aux échanges sur internet ! Hôte improbable, tant elle s’était déjà engagée sur la voie d’une répression toujours plus grande des médias anciens et nouveaux, du Sommet mondial sur la société de l’information en 2005, la Tunisie de Ben Ali fut également, dès 1991, le premier pays africain connecté au réseau des réseaux. Quant à l’Egypte de Moubarak, premier pays arabe à se doter, en 1999, d’un ministère de la Communication et des technologies de l’information, la publication régulière de rapports officiels, par exemple sur la blogosphère locale10, montre, s’il en était besoin, que le pouvoir égyptien avait pleine conscience de leurs enjeux politiques.

Bien entendu, la chute des deux chefs d’Etat révèle les limites du savoir-faire des régimes concernés en matière de répression informatique11; il ne faudrait pas croire pour autant à la toute-puissance des militants de l’internet qui, sur les deux scènes, partagent d’ailleurs un certain nombre de traits communs. Au regard de la concordance temporelle des événements, on a pu lier les soulèvements tunisien et égyptien aux « fuites » de Wikileaks. A la vérité, ce type d’explication en dit plus sur les questionnements des observateurs (occidentaux) du Net que sur les pratiques des internautes arabes. Sans grand risque d’erreur, on peut considérer que les « révélations » de Wikileaks étaient largement en deçà de ce que l’opinion publique, dans les deux pays, reprochait de longue date à ses dirigeants.

De toute manière, bien peu de « révélations » inédites pouvaient être mises au jour par Wikileaks et ses pareils, y compris dans un paysage internet par ailleurs très largement verrouillé. En effet, l’un des principaux enseignements des renversements des chefs d’Etat tunisien et égyptien est bien de montrer qu’un contrôle total des circulations numériques est désormais un rêve hors de portée des dictatures les plus sévères12. Malgré une stricte police de l’information, les populations de Tunisie et d’Egypte savaient manifestement à quoi s’en tenir à propos de leurs régimes respectifs. En définitive, la fermeture des circuits ordinaires de circulation des nouvelles aura surtout contribué, dans ces deux pays comme partout où des limitations sont de mise, à la multiplication des procédures de contournement par des utilisateurs de plus en plus avisés. Des canaux de substitution auront été mis en place, tel Facebook, réseau social rapidement transformé par ses utilisateurs locaux en plate-forme d’information et qui aura joué un rôle considérable en Tunisie pour la circulation des mots d’ordre lors des affrontements contre les forces de l’ordre. Tout comme en Egypte, on constate le remplacement des « anciens » outils d’internet devenus trop vulnérables ; les blogs, canal d’expression pour la première génération d’activistes du web13, ont été remplacés par les réseaux sociaux de la « génération Facebook », eux-mêmes supplantés par les micro-messages de type Twitter.

Toutefois – et c’est une autre leçon d’importance –, les cas tunisien et égyptien montrent également l’intrication, de plus en plus serrée, des supports et des réseaux, des logiciels et des standards, et en définitive des langages et des usages. S’il est une illustration parlante de phénomènes en partie inattendus de convergence dans l’univers strictement numérique, c’est bien les passerelles développées à la hâte par les sociétés Google et Twitter pour permettre aux Egyptiens d’échanger des micro-messages via le réseau téléphonique traditionnel. Mais tout aussi parlant, et sans doute plus efficace en termes d’information et de capacité mobilisatrice (en tout cas dans le contexte actuel) est le maillage réalisé par une chaîne telle qu’Al-Jazeera entre ses ressources traditionnelles en tant que canal d’information satellitaire et les nouveaux flux numériques des réseaux sociaux (vidéos d’amateurs et micro-messages notamment). Sur un modèle en définitive adopté par tous les organes « classiques » d’information, oublieux de leurs préventions contre les inputs de sources non professionnelles, l’occupation de la place Tahrir au Caire, plus encore que les affrontements dans les rues de Tunis, a montré qu’il y a désormais une telle fluidité dans les flux d’information qu’il est vain d’espérer les endiguer, y compris, comme l’ont tenté les autorités égyptiennes en ajoutant à la censure ordinaire et même aux attaques contre les représentants des organes de presse présumés hostiles la fermeture quasi totale, et de toute manière rapidement intenable, de l’ensemble du système de communication national (coupure d’internet et des réseaux de téléphone portable au plus fort des protestations). Malgré tout, et quel que soit le très réel développement des réseaux sociaux (les usagers tunisiens de Facebook représenteraient 18 % de la population totale…), le point central de la nébuleuse informationnelle, au moins pour la grande masse des acteurs capables d’être mobilisés pour créer des rapports de force sur le terrain, c’est encore la télévision et, au sein du paysage numérique actuel, Al-Jazeera.

Les TIC, sans doute, mais rien de plus !

Dans les événements qui ont eu pour théâtre les rues de Tunisie et d’Egypte, plus d’un indice signale le rôle qu’ont pu jouer dans la séquence des événements les TIC en général, et les réseaux sociaux en particulier. Néanmoins, et même si elles semblent parlantes, des expressions comme « révolution Facebook », ou « Twitter » sont probablement malheureuses et même trompeuses. Tout d’abord parce que les révolutions, comme se sont plu à le rappeler certains sceptiques, ne se font pas sur les écrans des portables, quels que soient leurs formats, mais bien dans la rue, là où se mesure, très physiquement, l’affrontement entre des forces antagonistes. Mais également, et de manière un peu plus subtile, parce que la raréfaction, et par moment même la quasi disparition des flux d’information, à commencer sur internet, n’ont pas empêché la montée en puissance des mobilisations qui ont fini par emporter les dirigeants tunisien et égyptien. Un argument auxquels on peut toutefois répondre en reprenant la métaphore de la mèche, décisive dans un premier temps – celui de la construction par les médias numériques d’une mobilisation –, mais par la suite inutile dès lors qu’a pris l’incendie de l’insurrection généralisée14

Avec une telle argumentation, on continue cependant à se situer au sein du champ politique, entendu au sens le plus étroit du terme, alors qu’on peut imaginer que les conséquences de la diffusion dans le corps social des technologies numériques se font sentir différemment. C’est également le cas de la plupart des analyses, par exemple à propos de la blogosphère arabe, dans la mesure où ces analyses interrogent le rôle mobilisateur des TIC en fonction des représentations traditionnelles du politique, lui-même appréhendé à partir de grilles d’analyse bien connues. Inévitablement, en découpant de cette manière le champ de la culture politique numérique, on prend le risque d’ignorer tout ce qui ne se moule pas dans les modèles éprouvés, tout ce qui dessine au contraire des configurations inédites. D’ailleurs, si les événements de Tunisie et d’Egypte ont constitué, y compris pour les acteurs eux-mêmes d’ailleurs, une telle surprise, n’est-ce pas précisément le signe que les anciens outils de perception et d’analyse sont incapables de nous aider à lire les signes de la nouvelle culture de protestation numérique ?

Parler de « contagion démocratique » dans les sociétés arabes – expression par ailleurs exécrable – pour décrire les mobilisations en cours n’apporte pas grand chose sur le plan heuristique. La soudaineté des bouleversements qui semblent devoir continuer à se produire en divers points du monde arabe (voire islamique si l’on pense à l’Iran) incite naturellement à postuler que ces différentes scènes politiques, par ailleurs tellement différentes (quels points communs entre le petit émirat de Bahreïn par exemple et l’Algérie de Bouteflika ?) sont travaillées par les mêmes facteurs. Parmi ceux-ci, figurent les nouveaux flux numériques. Sans doute, mais rien de plus..

En effet, pour arriver à mieux penser les conséquences politiques de l’intensification des communications numériques, et des TIC en général, il faut peut-être commencer à ne pas en faire le point focal de la réflexion pour considérer au contraire qu’elles ne sont qu’un élément parmi d’autres dans l’enchaînement des causalités qui ont provoqué les récents événements en Tunisie et en Egypte. Plutôt qu’un passe-partout capable d’ouvrir toutes les portes des bouleversements en cours, l’essor d’internet et de ses différentes applications ne serait qu’une clé dans un trousseau qui en comporte bien d’autres telles que les progrès de l’éducation, l’urbanisation galopante de populations majoritairement très jeunes ou encore l’accélération de la diffusion de références culturelles exogènes…

Même si les réseaux sociaux ont connu une croissance exponentielle dans les sociétés arabes, ils ne semblent pas, aujourd’hui en tout cas, en mesure de concurrencer des médias plus classiques tels que la télévision. En revanche, ils s’y associent toujours davantage en créant une situation inédite, tant sur le plan des contenus véhiculés que des circulations des flux et de leur contrôle. Plus important – à moyen terme pensait-on jusqu’alors mais les événements actuels nous indiquent que les échéances ne sont peut-être pas si lointaines… – apparaissent désormais les conséquences sociales et politiques de l’utilisation massive par les jeunes classes arabes des TIC. Ces technologies favorisent en effet, en particulier dans la sphère des relations à l’Autre et à l’autorité politique, religieuse, familiale, des attitudes, des représentations, des pratiques toujours plus autonomes et individualisées qui rendent à l’évidence aujourd’hui impossible ou presque le maintien des anciennes formes de légitimité.

A l’image d’autres situations historiques marquées elles aussi par d’importantes ruptures sur le plan des pratiques de communication, et ici on pense naturellement à la Révolution française, à la manière dont elle a pu être “préparée” par les billets, placards et autres libelles d’une époque qui faisait alors l’expérience des premiers usages sociaux de l’imprimé, on peut faire l’hypothèse, en paraphrasant Roger Chartier15, qu’il y a bien des origines culturelles numériques aux révolutions (?) tunisienne et égyptienne.

Damas, 14 février 2011

  1. « Wael Ghonim, nouvelle icône de la révolution égyptienne », Le Monde, 9 février 2011 (http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/02/09/wael-ghonim-nouvelle-icone-de-la-revolution-egyptienne_1477199_3218.html ; avec des extraits vidéo d’entretiens sur la chaîne égyptienne Dream). []
  2. Cf. E. Morozov, The Net Delusion. How Not to Liberate the World, Allen Lane, 2011. []
  3. On pense notamment à Olivier Roy et à son texte, « Des révolutions post-islamistes », Le Monde, 12. février 2011. []
  4. Parmi bien d’autres, voir par exemple le rapport publié par G. E. Burkhart et S. Older pour la Rand Foundation sous le titre The Information Revolution in the Middle East and North Africa (California, Rand Foundation, 2003). []
  5. Cf. Y. Gonzalez-Quijano et Ch. Varin (sous la dir. de), La société de l’information au Proche-Orient. Internet au Liban et en Syrie, Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph, 2006 <http://www.cemam.usj.edu.lb/sipo/files/publications.htm>. []
  6. G. Corm, « Quand la rue arabe sert de modèle au Nord », Le Monde, 11 février 2011 <http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/02/11/quand-la-rue-arabe-sert-de-modele-au-nord_1478635_3232.html>. []
  7. Y. Gonzalez-Quijano, « La révolution de l’information aura-t-elle lieu ? Les enjeux des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans le monde arabe », Politique étrangère, janvier-mars 2002 <http://www.ifri.org/files/politique_etrangere/PE_1_02_Gonzalez_Quijano.pdf>. []
  8. Y. Gonzalez-Quijano, « Joyeux anniversaire 08 M. Moubarak ! » <http://cpa.hypotheses.org/249>. []
  9. Cf. C. Malin, « 15 Million MENA Facebook Users », Spoton, 24 mai 2010 <http://www.spotonpr.com/mena-facebook-demographics/>. Plus encore qu’ailleurs peut-être, les données statistiques sur les usages du numérique dans le monde arabe méritent d’être appréciées surtout comme de simples indications. En Syrie par exemple, où il est pourtant resté officiellement inaccessible entre 2007 et début février 2011, Facebook n’en compte pas moins des centaines de milliers d’utilisateurs, à commencer par le président Bachar el-Assad qui possède sa page officielle. []
  10. Markaz al-ma’lûmât wa da’m ittikhâdh al-qarâr, Al-mudawwanât al-misriyya: fadhâ’ ijtimâ’î jadîd [Les blogs égyptiens : un nouvel espace social], III/17, mai 2008 . []
  11. La place manque pour entrer dans les détails mais le système de surveillance, techniquement sophistiqué (logiciels de surveillance, captation des mots de passe des cyberdissidents…), impliquait également d’importants investissements en hommes, avec des services spécialisés dans le suivi du réseau, et des réseaux sociaux, tant en Tunisie qu’en Egypte. []
  12. Tout au moins dans le contexte de pays dont la « masse critique », à la différence de la Chine par exemple, est d’autant plus insuffisante pour imposer une sorte de survie autarcique que leur système de communication est interconnecté à d’autres, celui du monde arabe principalement, mais également celui des diasporas émigrés à l’étranger. []
  13. Cf. Y. Gonzalez-Quijano, « Le nouveau ‘divan des Arabes’ », <http://cpa.hypotheses.org/172>. []
  14. M. Lessard, « Internet et l’Egypte : qui contrôle qui ? », OWNI, 11 février 2011 <http://owni.fr/2011/02/11/internet-et-legypte-qui-controle-qui/>. []
  15. R. Chartier, Les Origines culturelles de la Révolution française, Le Seuil, 1990. []

Petite chronique d’une révolution égyptienne (et arabe ?) presque annoncée

En bas, lire "Follow Us on Tahrir" c'est de l'arabzi*

Plus parlantes que bien de longues analyses, ces “brèves”, piochées dans la presse arabe de ce jour (mercredi 10). Elles en disent long sur l’état d’esprit qui règne au Caire, et même dans toute la région. La fin du système est proche : une partie des médias se rebelle, quelques-uns des plus fidèles soutiens se dérobent, et la population s’exprime. Pour commencer, la traduction intégrale d’un article d’Al-Quds al-‘arabi.

L’actrice égyptienne Ghada Abdel-Razeq (غادة عبد الرازق) annonce qu’elle a rompu toutes ses relations avec le réalisateur Khaled Youssef (خالد يوسف) après une conversation durant laquelle elle lui a demandé de soutenir les efforts pour apaiser la « rue égyptienne ». Une chose que Khaled Youssef a apparemment refusé. La discussion a tourné à la dispute et le réalisateur a coupé court à la communication téléphonique.

Les protestataires [de la place Tahrir] ont empêché Lamiss Hadidi, la présentatrice de l’émission « Du cœur du Caire » sur la chaîne publique de pénétrer place Tahrir. Ils l’ont obligée à rebrousser chemin en accusant la télévision gouvernementale de trompert le peuple égyptien et d’augmenter le nombre des victimes en diffusant de fausses informations à propos de ceux qui organisent et qui participent aux manifestations.

Des journalistes égyptiens ont empêché Makram Muhammad Ahmad, le responsable du Syndicat des journalistes, d’entrer dans le bâtiment de l’Union des journalistes, pour participer aux funérailles symboliques d’un journaliste d’Al-Ahram tombé sous les balles des forces de sécurité. Ils l’ont forcé à s’en aller en criant : « Le peuple veut faire tomber les médias du régime ! » Une nouveauté parmi les nombreux slogans des manifestations d’hier [9 février] : en plus d’exiger le départ du Président, certains posent désormais des questions sur sa fortune et celle de sa famille sur le mode : « Dis-donc Moubarak, d’où qu’ils viennent tes 70 milliards ? »

Pour la première fois en 30 ans, la version internationale d’Al-Ahram sort avec [seulement] une petite photo du président Moubarak en page intérieure et aucune de sa femme ou de son fils Gamal. Le quotidien n’annonce les deux rencontres du Président avec des responsables de l’Etat que par un petit article à gauche sur la Une, laquelle est consacrée aux manifestations de la place Tahrir, avec notamment la présence parmi les manifestants d’Ousama El-Baz, l’ancien conseiller politique du Président.

Anas El-Fekki, le ministre de l’Information qui a interdit d’antenne Al-Jazzeera et qui a persécuté [ses journalistes], regarde la chaîne en cachette pour suivre les derniers développements. Un de ses proches a raconté qu’il s’enferme dans son bureau et qu’il éteint la télévision chaque fois qu’un employé ou un visiteur entre.

Venu place Tahrir avec un de ses amis, l’acteur Ahmad Hilmi (أحمد حلمي), le comédien Ahmad el-Saqa (أحمد السقا) s’est retrouvé dans une situation embarrassante lorsqu’il a été reconnu par des manifestants qui l’ont chassé en lui reprochant son soutien à Moubarak. Al-Saqa est connu pour être un ami personnel de gamal et Alaa Moubarak.

Quand à (Ahmad) Hilmi, serrant de près son épouse Mona Zaki, il a choisi de se joindre aux manifestants de la place Tahrir, sachant qu’il s’était montré assez critique du régime dans son dernier film. Alors qu’on lui avait volé son téléphone portable, celui-ci lui a été restitué par un des protestataires qui avait aperçu le voleur !

Très mauvais signe pour le régime, les stars du foot se mettent de la partie! Et quand on sait leur importance aux yeux d’une bonne partie de la population (voir ce billet)…

Il y a quelques mois encore, Alaa Sadek était encore chroniqueur sportif sur NileSat. Mais un jour il a accusé Habib al-Adly, le ministre de l’Intérieur récemment destitué, d’être responsable des avanies subies par des joueurs égyptiens lors d’un match contre une équipe tunisienne (les acteurs de la révolution arabe étaient déjà réunis !) Il vient de prendre publiquement position pour que Moubarak quitte le pouvoir sans attendre, tout comme Nader Al-Sayyed. En prime, ce dernier, un ancien gardien de but de l’équipe nationale qui travaille pour Al-Jazeera Sports, traite le patron de la Ligue de foot et l’entraîneur national de corrompus !

Rien n’est plus comme avant par conséquent dans le monde arabe… Un autre signe, dans un autre pays, mais qui dit de manière assez éloquente les accommodements qu’on s’efforce de trouver avec une réalité qui frappe à la porte, Facebook et YouTube sont désormais disponibles en Syrie (ils avaient disparu depuis 2007) : la preuve, selon le journal Al-Watan cité dans cet article, que l’Etat syrien ne craint aucune menace…

Et confirmation, s’il en était encore besoin, que les rats quittent le navire, Gaber Asfour, dont on parlait dans le précédent billet, démissionne de ses (toutes nouvelles) fonctions de ministre de la Culture “pour des raisons de santé” (source Al-Jazeera, mercredi, minuit) : faut-il seulement commenter ?!!!

Le monde arabe et la fatalité de son malheur

Voilà un peu plus d’un mois qu’un premier billet sur les prix littéraires attend la suite promise. Entre-temps, qui l’aurait cru ?, il y a eu la chute de Ben Ali en Tunisie . Pour l’heure, il faut bien reconnaître qu’il ne s’agit pas – encore ? – d’une révolution, en tout cas au sens du  dictionnaire (“renversement soudain du régime politique d’une nation, du gouvernement d’un Etat, par un mouvement populaire, le plus souvent sans respect des formes légales et entraînant une transformation profonde des institutions, de la société et parfois des valeurs fondamentales de la civilisation”).

Véritable “parrain” de la mafia des prix littéraires, Gaber Asfour a donc accepté de figurer comme ministre de la Culture au sein d’un gouvernement qui ne semble pas avoir beaucoup d’avenir dans une Egypte où l’on manifeste pour que Moubarak connaisse le sort de son homologue tunisien “réfugié” à Jeddah (on souhaiterait d’ailleurs avoir plus de précisions sur les conditions de son séjour, sans doute meilleures que celles de bien d’autres étrangers invités au Royaume). Nombre d’articles ont paru dans la presse arabe pour dénoncer ce que l’intelligentsia a perçu comme l’ultime trahison d’un universitaire longtemps considéré “à gauche” ou pour le moins “libéral”…

On aurait pu revenir dans ces chroniques sur la trajectoire de Gaber Asfour. Les condamnations souvent trop tardives qui ont accompagné son ultime trahison, en disent long sur l’état d’esprit des anciennes (?) élites, dites “intellectuelles”. Mais à l’image de la presse arabe qui a, peu ou prou, mis en veilleuse ses pages culturelles – et c’est déjà un signe de l’importance de ce qui se passe aujourd’hui – on reparlera de Gaber Asfour et consorts un peu plus tard, quand il ne se passera  pas autant d’événements autrement plus importants. Et puis aussi, et il faut le rappeler tant nous sommes tous fascinés par son spectacle, parce que la lutte des peuples arabes pour davantage de dignité – on reviendra sur ces mots – ce ne sont pas que des images, mais des morts bien trop réelles. Dans un blog régulièrement mentionné ici, Ten Swedenburg évoque ainsi la mort, place Tahrir, d’Ahmed Bassiouny, électro-musicien de la scène cairote. Il avait 31 ans, et n’aura donc jamais connu d’autre président que le successeur de Sadate… Voilà un visage, parmi bien d’autres, de ce qu’on nomme dans notre culture les martyrs (shuhadâ en arabe) de l’histoire (beau texte, autour de ce mot, par Mona Cholet) .

La “lutte des peuples arabes…
Il y a quelques semaines encore, il fallait presque s’excuser, y compris lors de rencontres entre professionnels de la recherche, d’évoquer quelque chose comme le “monde arabe”. La plus ou moins fantasmée “contagion démocratique” – quelle aimable expression pour ceux auxquels elle s’adresse ! – nous renvoie fort heureusement quelques années en arrière, avant l’invention d’un très extraordinaire “monde musulman”, sans doute aussi facile à analyser et à comprendre que le “monde chrétien” !!! Le monde arabe existe  – les “mondes arabes” aussi d’ailleurs – et on pourrait dire qu’il a même une voix, celle d’al-Jazeera ! Il ne s’agit pas de chanter les louanges d’une chaîne, ni pire ni meilleure que bien d’autres (quand bien même on lui cherche des poux dans la tête des fois qu’elle serait crypto-islamiste, on en revient toujours là !) ; on se limitera juste à constater que, “du Golfe à l’Océan” comme le voulait le slogan de naguère, toute une “nation” est à l’écoute de la nouvelle “Voix des Arabes” (le nom de la radio au temps de Nasser dans les années 1960). (9/02 :  العرب ليسوا ظاهرة صوتية  “Les Arabes”, ce n’est pas seulement un mot ! dit cet article (en arabe) qui passe en revue un certain nombre de chansons composées pour l’occasion : concise, la formule n’en dit pas moins beaucoup !)

… pour leur dignité.
En Tunisie comme en Egypte, à l’origine de l’exaspération des populations à l’encontre de prétendus représentants politiques auxquels seules quelques chancelleries étrangères font semblant d’accorder un semblant de légitimité, il y a un sentiment d’injustice d’autant plus insupportable que celle-ci prend le visage de forces “de l’ordre” capables de pousser au suicide un petit vendeur  à la sauvette du Sud tunisien  quand elles ne tuent pas, à la porte d’un café internet, un jeune blogueur alexandrin coupable de dénoncer leurs petits trafics. Pas de fanatisme là-dedans. Rien que le désir d’échapper à une injustice. Mais une injustice, et c’est important, désormais vécue en plus si on ose l’écrire comme une humiliation intolérable. Intolérable parce que les Arabes de jadis, ces “indigènes fatalistes” si chers à l’imaginaire colonial et à ses mektoub, ont disparu – s’ils ont jamais existé. Au temps d’internet, de Twitter et de Facebook, la jeunesse arabe – la moitié de la population arabe se tient sous la barre des moins de 25 ans – ne peut plus davantage être soumise, pour la plus grande tranquillité des “grandes puissances” qui les soutiennent, aux caprices humiliants de dictateurs archaïques qui n’ont même plus assez de clairvoyance pour s’assurer à eux-mêmes une fin tranquille…

Quelle que soit l’issue des événements de ce début d’année 2011, le “monde arabe” a pris, au regard de la planète tout entière et singulièrement par rapport aux pays qui lui sont géographiquement les plus proches,  au sud de l’Europe par exemple, un autre visage. Après des années de matraquage des mêmes lamentables clichés où la malsaine fascination pour un exotisme de pacotille ne disparaît que pour céder la place aux exhortations imbéciles à se méfier de la menace d’un islam totalitaire, les images de Tunis et du Caire montrent enfin autre chose. Elles montrent des hommes et des femmes, à la fois proches et différents de leurs semblables partout dans le monde, des peuples qui se battent. Les Arabes vivent-ils une vraie “révolution” se demande ainsi un historien  de la Révolution française ? On se moque bien de sa réponse, mais on apprécie que la question soit désormais posée !

Mais surtout, et quelle que soit l’issue des événements de ce début d’année 2011, le “monde arabe” aura pris, à ses propres yeux,  un nouveau visage. Avec ce qui se déroule en  Tunisie et en Egypte, le “malheur arabe” qu’évoquait si amèrement il y a si peu encore Samir Kassir n’est plus, nécessairement, une fatalité.

Dans l’esprit de ce billet, mais sans doute mieux dit et surtout par quelqu’un aujourd’hui à la tête de la Haute commission pour la réforme politique dans son pays, il faut lire ce texte, intitulé De la révolution en Tunisie, publié sur son blog par le juriste Yadh ben Achour.

Pour suivre l’Egypte…


… je vous suggère de lire les chroniques de SN, en le remerciant pour ce qu’il fait et en espérant qu’il y ait toujours moyen de se connecter sur Internet en Egypte… Merci et bon courage là-bas !

http://snony.wordpress.com

(2 février : les chroniques ont repris, grâce au retour – sans doute provisoire – d’internet et forcément avec un décalage dans le temps, mais ça vaut toujours la peine)