Disparition de Warda, « la rose pourpre du Caire » : Nous sommes toujours là !

Qu’ajouter à tout ce qui a été écrit à propos de la disparition soudaine de Warda al-Jazairia (وردة الجزائرية ), « Warda – la rose – d’Algérie », qu’on pourrait aussi appeler « La rose pourpre du Caire » tant sa vie fut intimement liée à la capitale égyptienne et à une certaine idée du monde arabe ? Dire que le monde arabe pleure la disparition d’une des dernières grandes figures de cette génération de légende, celle des luttes pour l’indépendance et du nationalisme arabe triomphant ? A la différence de l’Algérie, il n’y aura pas de célébration officielle en France pour la disparition de sa plus célèbre chanteuse arabe ! Car c’est bien en France, qu’est née Warda, à Puteaux, en 1939, et c’est à Paris qu’elle fit ses débuts artistiques.

Warda, c’est l’envers de Dalida – une vraie gloire nationale, elle ! L’ancienne reine de beauté égyptienne choisit la France en 1954, quand la jeune chanteuse du Tam-tam au Quartier latin doit quitter son pays natal, en 1958. Warda-la-rouge partage la lutte des Algériens pour leur indépendance, fait don de ses cachets aux FNL… Avec de telles idées, il vaut mieux ne pas traîner sur les bords de la Seine quand Maurice Papon est préfet de Paris… Elle se rend au Maroc, puis à Beyrouth, gagne finalement le pays de sa famille où elle se marie en 1962.

Juste avant, elle a le temps de participer à un grand moment de la culture arabe quand elle se fait politique : l’enregistrement de Ma grande patrie (Titre exact, Ma patrie chérie, ma grande patrie, il s’agit de la nation arabe, cela va de soi à l’époque de Nasser وطني حبيبي وطني الاكبر ). Mohammed Abdel Wahab en est le compositeur et dirige l’orchestre, tandis que les choristes et même les danseurs dressent la scène pour une bonne partie des vedettes de la chanson arabe de l’époque : Abdel Halim Hafez (عبد الحليم حافظ ), Sabah (صباح ), Faiza Kamel (فايزة كامل , un peu une erreur de casting !), Shadia (شادية ), Najat El-saghira (نجاة الصغيرة ). Une « opérette nationaliste » – l’expression est sans doute inventée pour l’occasion – qui reste dans bien des mémoires arabes. Tout juste cinquante ans plus tard, cette ode aux luttes anticoloniales et à l’unité arabe déclenche encore des passions dans les commentaires sur YouTube !

Warda et Baligh Hamdi

Quand Warda-de-Puteaux retrouve le pays de ses parents, ce n’est pas seulement la France mais toute la nation arabe qui perd une voix exceptionnelle. Son mari, acquis à l’indépendance mais pas à celle de sa femme, lui interdit de chanter. Le public n’entendra à nouveau sa voix qu’en 1972, quand Warda répond à l’appel du père de la nation algérienne, Houari Boumedienne, pour commémorer le dixième anniversaire de la libération du pays. Un retour sur la scène qui est aussi une scène de ménage ! Pour son mari, le contrat est rompu et il exige le divorce. Une perte pour l’Algérie aussi car sa rose gagne Le Caire, et le cœur de Baligh Hamdi (بليغ حمدي ), joueur de oud et surtout grand compositeur. Pour Warda comme pour les autres voix « périphériques », surtout du Maghreb –la Tunisienne Latifa par exemple –, le passage par la capitale égyptienne est la condition sine qua non d’une carrière à l’échelle de la patrie arabe (c’était avant les charmes pétrolifères de Rotana, la signature de Warda étant une des « victoires » de la méga-société saoudienne de production musicale : article en arabe).

La nouvelle rose du Caire voit toujours la vie en rouge et n’a rien perdu de ses convictions. Dans les années 1980, bien après la mort de Nasser, elle interprète un hymne au bouillant colonel Kadhafi qui a le don d’exaspérer Sadate ! On raconte qu’il aura fallu l’intercession de sa femme, Jihane, pour que Warda puisse poursuivre sa carrière en paix !

Jusqu’à sa mort brutale – quelques jours plus tôt, son fils annonçait encore qu’elle était en train de préparer un clip vidéo –, Warda l’Algérienne du Caire, oublieuse de son pays de naissance, s’efforçait de concilier ses attaches auprès de ses deux patries d’adoption, l’Égypte et l’Algérie. Au risque de quelques déchirements, au moins pour certains de ses fidèles de toujours… Au temps de la « guerre du foot » qui déchira les supporters des deux pays en novembre 2009, elle fit partie des voix qui tentèrent de ramener les esprits à la raison. Dans Le Caire de l’après-Moubarak, elle fut quelque peu prise à partie pour avoir été trop conciliante avec l’ex-président (elle était loin d’être la seule, et son cas a rapidement été oublié).

Quelques semaines avant le retour en grande pompe de sa dépouille en Algérie, Warda y avait déjà fait un étonnant come back, avec une chanson en l’honneur d’un demi-siècle de révolution (?) : Nous sommes toujours là ! (ما زلنا واقفين ). Pour l’occasion, un clip avait été tourné, avec une Algérie de carte-postale, et qui sent un peu trop l’hommage à un pouvoir politique qui, lui aussi, n’en finit pas d’être là, et bien là ! Pas vraiment le genre de clip capable de mobiliser la jeunesse du « printemps arabe », une jeunesse qui est bien lasse, elle, de ces mêmes visages, un demi-siècle plus tard…

Plutôt que ce clip de trop – inclus dans cet article  en français par ailleurs très recommandable –, prenez vraiment dix minutes pour un voyage dans le temps et les souvenirs, avec Ma grande patrie (deux versions : la première, bien remastérisée, et la seconde, un peu moins nette, mais avec des sous-titres anglais ; paroles arabes – un peu cafouilleuses – ici ; Warda apparaît vers la sixième minute). A titre de comparaison, cruelle, vous pouvez retrouver d’autres « opérettes nationalistes » avec ce billet sur Le rêve arabe, une « opérette » de la fin des années 1990, et cet autre, cette fois sur La conscience arabe, qui date, elle, de 2008.

 

Rap et « Bloc identitaire » : du travail d’Arabe !

 

Rien ne va plus en France ! Un certain “Bloc identitaire” mobilise à Grenoble contre le “racisme anti-blanc” de Kerry James, un rappeur natif de la Guadeloupe que n’ont pas convaincu les propos de l’ex-président Nicolas Sarkozy sur la colonisation1. Ces militants qui cherchent à préserver nos « identités historiques et charnelles » semblent trouver leur inspiration au-delà des frontières, chez les Arabes en plus ! Au Maroc, où la justice est bien tenue, on vient de condamner un rappeur. Avec une belle constance car c’est la seconde fois que L7a9d (lire : al-Haqed الحاقد) subit un traitement que l’extrême droite française aimerait peut-être faire appliquer en France. Arrêté le 29 mars dernier, le jeune rappeur proche du mouvement du 20 février se voyait reprocher cette fois une vidéo mise en ligne sur YouTube (elle n’est plus disponible). Pour illustrer les paroles d’une de ses chansons, Les chiens de l’État (كلاب الدولة), on voyait une séquence où des policiers à tête d’âne maltraitaient un citoyen.

Suite à une plainte déposée par la Direction générale de la sûreté nationale, le tribunal a prononcé une peine d’un an de prison (ferme) et 90 euros d’amende pour « outrage à un officier public dans le cadre de ses fonctions et à un corps constitué ». « Un an ferme », cela paraît être le tarif en vigueur auprès des tribunaux du pays. Rachid Niny, ex-rédacteur en chef du quotidien Al-Massae (المساء  : arabophone, la plus grande diffusion dans le pays), vient en effet d’être libéré il y a quelques semaines, après une année derrière les barreaux pour « atteinte à la sécurité du pays et des citoyens ». Était en cause cette fois une série d’éditoriaux (sous le titre « Voyons voir ! » شوف تشوف), qui s’intéressaient trop à la question de la corruption. Fidèle au principe de l’indépendance de la justice, le roi a préféré ne pas user de son droit de grâce en février dernier, afin que le condamné « fasse son temps », comme l’avait prévu la loi.

De telles condamnations doivent faire rêver les « identitaires » sur les rives de l’Isère… Hélas, même au Royaume enchanté du Maroc les choses évoluent, à cause de cette Constitution que le souverain marocain a proposé en référendum en juillet dernier, et qui prévoit expressément (article 92) une stricte séparation des pouvoirs. Ces jours derniers, quelque 1 800 juges, réunis au sein du Club des magistrats du Maroc (نادي قضاة المغرب ), une création du « printemps marocain » là encore, ont signé une pétition pour que soit acté le nouveau statut constitutionnel de la justice.

Ce n’est pas le nouveau ministre en charge de la loi marocaine qui les contredira. En dépit d’une promesse du parti Justice et développement (PJD, un parti dit « islamiste ») dont il est proche, il avait fait savoir avant le jugement du rappeur L7a9d qu’il n’interviendrait pas, au nom du sacro-saint principe de l’indépendance de la justice. On attend avec intérêt les positions du PJD sur les transformations constitutionnelles à venir…

La vidéo incriminée n’est donc plus en ligne, mais on peut encore écouter le titre ici. On y trouve les paroles en arabe marocain et je me joins à Ted Swedenburg pour réclamer une traduction (français, anglais ou espagnol, au choix!). L7a9ed (vous vous habituerez à cette écriture, couramment pratiquée par un hebdo comme TelQuel au Maroc par exemple) possède son site (en tout cas, il est à son nom, l’illustration vient de là).

  1. « La vérité, c’est qu’il n’y a pas eu beaucoup de puissances coloniales dans le monde qui aient tant œuvré pour la civilisation et le développement et si peu pour l’exploitation. On peut condamner le principe du système colonial et avoir l’honnêteté de reconnaître cela. »
    Nicolas Sarkozy, 9 mars 2007, meeting de Caen
    . []

Syrie : les théâtres de la bataille

Abu Khalil Qabbani (1835-1902), pionnier du théâtre au temps de la Renaissance arabe, chassé de Damas par un décret ottoman, après une pièce dans laquelle il se moquait du caliphe Haroun Al-Rachid

Sur la grande scène internationale, les événements de Syrie sont un théâtre d’ombres où des silhouettes se détachent sur l’écran des batailles tandis que d’autres acteurs se livrent, en coulisses, une guerre sans pitié. Et sur la scène du théâtre syrien, les événements de Syrie sont un drame où la profession tient son rôle, du mieux qu’elle le peut. Depuis mars 2011, le pays traverse une crise dont l’issue, sauf coup de théâtre, sera forcément encore très longue : des célébrités de la scène soutiennent le régime (voir précédent billet) ; d’autres – tel l’acteur célèbre Abdul Monem Amayri (عبد المنعم عمايري , article en arabe) – se taisent et se jettent à corps perdu dans le travail ; d’autres enfin (voir cet article dans le Guardian), ont rendu publique leur révolte, au risque de la prison parfois (article en arabe), et du chômage forcé souvent. Certains enfin, tels les deux frères Malas, ont été contraints de choisir l’exil.

Présents depuis toujours dans le théâtre syrien, les drames shakespeariens, avec toute leur folie meurtrière, ont plus que jamais la faveur des metteurs en scène locaux. Il y a quelques semaines à peine, ‘Orwa al-‘Arabi (عروة العربي), formé à l’Institut d’art dramatique de Damas, a ainsi présenté une énième version de Hamlet, devenu un classique de l’imaginaire arabe contemporain, comme le rappelle Hussein Omar. Dans le même esprit, et sur le même placement politique du type « soutien critique au régime », la capitale syrienne avait également vu en février la création de Un trône de sang (عرش الدم), une création de Ghassan Massoud (غسان مسعود) qui reprend un titre de Kurosawa pour associer deux œuvres, Macbeth et Richard III.

Dans la série des classiques remis au goût du jour, Hussein Idlibi (حسين الإدليبي), figure « classique » du théâtre national non moins classique, a transposé dans le contexte actuel une pièce déjà ancienne de l’auteur égyptien Alfred Farag. Inspirée des Mille et Une Nuits, La Princesse et le vagabond (الأميرة والصعلوك), histoire d’une princesse bien décidée à épouser le plus moche de tous les hommes disponibles pour se venger de son prince infidèle, a été adaptée pour montrer comme les « marchands du Golfe » sont prêts à tout, y compris à « vendre le sang du peuple syrien ».

Récit d’un pays sans mort (حكاية بلاد ما فيها موت), le dernier spectacle du jeune dramaturge Kifah al-Khaws (كفاح الخوص) également formé à l’Institut d’art dramatique, s’inspire à son tour du patrimoine local mais pour retrouver la tradition des hakawati (les conteurs de café) et pour offrir une réflexion plus complexe sur les événements actuels en imaginant une fable, puisant également dans l’épopée de Gilgamesh, où le héros finit par découvrir comment la mort peut être le chemin de l’éternité…

Etonnante scène théâtrale damascène, où l’angoisse des jours présents paraît stimuler l’énergie créatrice de certains. Après avoir eu l’occasion de travailler ensemble au printemps dernier, de jeunes passionnés de théâtre, en grande partie formés au « Laboratoire théâtral de Damas » d’Ousama Ghanem (أسامة غنم), ont prolongé l’expérience pour une création à partir de deux « dramaticules » (article en arabe) de Samuel Beckett, souvent présenté comme un des maîtres de l’absurde, ce qui n’est pas forcément étranger au climat actuel dans le pays. Un travail aux frontières du genre, sans « texte » et sans « direction », au sens traditionnel du terme, laquelle est remplacée par une mise en scène collective : une vraie révolution…

Mawazine ou « Wallou zin » ? Un équilibre périlleux pour le gouvernement marocain

Partout dans le monde arabe, on organise des festivals : question de prestige national ou même régional ; substitut à de réelles politiques culturelles tant il est plus facile d’organiser un événement annuel que de mettre en œuvre un programme de développement à long terme ; promotion touristique avec des retombées économiques ; et de plus en plus, scène alternative, non pas de l’expression artistique sous toutes ses formes, mais des luttes entre courants politiques qui labourent à grands coups de charrue démagogique un champ culturel où ils espèrent récolter des voix !

Avec les recompositions politiques qui font suite aux soulèvements du « printemps arabe », on voit donc sans surprise se multiplier les polémiques autour des « vraies valeurs ». (Certains extrémistes parlent même de « fermer les frontières » pour préserver l’« identité nationale », ce n’est pas en France qu’on pourrait entendre de telles horreurs!) L’affaire du moment, c’est le procès intenté au célèbre comédien égyptien Adil Imam, accusé d’attaquer « l’Islam » – avec une majuscule en français, et au singulier tellement les accusateurs sont persuadés de détenir la Vérité sur cette question. Mais à quelques jours du lancement de sa 11e édition, on préfère ici évoquer Mawazine, le vaisseau-amiral de l’activité festivalière au Maroc.

On aurait pu retenir l’exemple du festival de Carthage en Tunisie avec les déclarations de Mehdi Mabrouk, le « ministre de la Culture et de la préservation du Patrimoine » du nouveau gouvernement dominé par le parti « islamiste » Ennahda, qui affirmait ainsi, en février dernier, retenir pour la prochaine édition « des critères ayant une dimension morale » (عتماد مقاييس ذات بعد أخلاقي). Censure morale et atteinte à la liberté de la création pour les uns, conséquence logique de la révolution et coup d’arrêt à une programmation « populiste voire indigne » pour les autres, tout est en place pour un remake de la grande scène classique, « méchants-islamistes-passéistes » vs « courageux-laïcs-modernistes » !!!

Une lecture attentive des débats montre pourtant que les choses ne sont pas aussi simples, même si nombre d’acteurs, d’un côté comme de l’autre d’ailleurs, sans parler de la plupart des commentateurs étrangers, font tout pour qu’on pose la question exclusivement en ces termes. Un des intérêts de la polémique actuelle autour de l’organisation du festival Mawazine au Maroc est justement de mettre en évidence la complexité des enjeux, et des stratégies.

Il faut d’abord rappeler que l’opposition au festival ne date pas d’hier. Depuis des années, bien avant d’arriver au pouvoir par conséquent, les courants de l’opposition religieuse ont protesté contre ce genre d’événements culturels, ceux de la jeunesse branchée (du type L’Boulevard) bien entendu, « promoteurs d’une pernicieuse culture étrangère », mais également Mawazine et sa grosse artillerie médiatique proche du Palais. En mai 2008 par exemple, le roi, depuis toujours très attaché à une initiative menée par certains de ses proches, avait surpris ses sujets en prenant la défense d’un groupe de rap, soumis à une furieuse critique moralisatrice (article en arabe).

C’est toutefois en 2011, au plus fort du « printemps », que l’association Maroc-Cultures qui organise Mawazine a dû essuyer les plus violentes des critiques, au point que le festival a bien failli ne pas se tenir. Celles des militants de l’islam politique, bien entendu, mais également celles des jeunes du 20 avril, réunis dans une « Coordination pour l’annulation de Mawazine ». En principe aux extrêmes du paysage politique, les deux oppositions se rejoignaient pour dénoncer de concert la gestion de l’événement, tant sur le plan économique (corruption et favoritisme, assèchement des ressources pour les autres actions culturelles moins prestigieuses et plus dissidentes…) qu’artistique (médiocrité d’une programmation commerciale, marginalisation des artistes locaux au profit des vedettes internationales, etc.). Dans cette période d’effervescence politique du printemps 2011, avec tous les problèmes du pays en termes d’éducation et de culture notamment, comment accepter, avec des cachets de plusieurs centaines de milliers de dollars, l’invitation de vedettes vulgaires et de médiocre qualité du type Shakira (cf. l’illustration de ce billet trouvée ici) ? A l’arrivée, beaucoup de bruit sur Facebook contre le « festival du Roi », et même dans la rue avec des protestations pacifiques quelque peu bousculées par des policiers énervés, mais un festival qui se déroule vaille que vaille.

Les dernières élections ayant mis aux affaires, comme en Tunisie, un gouvernement dominé par un parti « islamiste », le PJD (Parti de la justice et du développement), la « question des festivals » n’a pas manqué de rebondir. Avec peut-être plus de subtilité de la part du PJD, qui a mené son affaire avec un certain doigté, et encore plus de prudence politique. Au départ, pas de déclarations fracassantes à l’inverse de la Tunisie, sur la nature d’une programmation appelée à s’adapter au projet de société exprimé par le vote des électeurs. Plus adroitement, le ministère de la Culture a organisé, en février dernier, une sorte de « festival halal », avec programmation de ces chants religieux dont la tradition musicale locale est si riche. Manière de dire que le PJD n’est pas contre la culture, loin de là, mais qu’il souhaite la développer conformément à son programme politique.

Alors que Abdel-Ilah Benkirane le dirigeant du PJD et actuel Premier ministre, semblait avoir donné la consigne de « lever le pied » sur cette question sensible (article en arabe), Habib Chounani, ministre des Relations avec le Parlement et la Société civile, s’est lancé au tout début du mois de mars dans une violente critique du « Festival de l’État », au risque d’un affrontement direct avec le roi. Certes, il n’est jamais sain que la politique se mêle de culture, mais en vérité comment reprocher au parti qui a remporté les élections de réclamer, pour un festival quasi officiel, une programmation à la fois plus respectueuse de l’utilisation des deniers publics et plus conforme aux demandes réelles de la population ? Dans ses principes, l’argumentaire du PJD pourrait être celui des gauchistes du Mouvement du 20 février ! Pure manœuvre politique ? Si c’est le cas, elle n’est pas totalement maladroite en tout cas.

En guise de réponse, les organisateurs de Mawazine ont clamé haut et fort leur indépendance financière. Promis, ils ne toucheront plus un dirham de l’État, et ils ont publié des comptes pour le prouver : un budget de 7 millions de dollars, couvert aux 2/3 par les recettes (billetterie et droits de retransmission), le reste venant du mécénat privé. Un « équilibre » – c’est le sens de « mawazine » en arabe – très théorique car le budget réel paraît bien plus important, la part des recettes largement surévaluée et le caractère volontaire des « participations privées » toujours très suspect au Maroc…

On verra comment se passent les choses dans quelques jours, sans conflit sérieux très probablement. A terme, ce ne sont pas forcément les manœuvres, plus ou moins habiles, des uns et des autres qui doivent retenir l’attention mais la réaction, au fil du temps, de la population, au Maroc comme en Tunisie et ailleurs dans le monde arabe. Avec le temps, quelles seront les réactions aux « propositions culturelles » de l’islam politique ? Minimiser la part des émissions en français à la télévision nationale – une autre proposition du PJD – passe encore, mais il y aura plus de réactions quand il s’agira de couper les émissions pour diffuser l’appel à la prière (on attend que cela coïncide avec une séance de tirs au but!), après la suppression de la publicité pour le très populaire PMU

Pour ce qui est de la musique, les Marocains apprécient sans aucun doute – comme le rappelle cet article (en arabe) – les chants religieux, mais ils aiment aussi la musique chaabi, tout autant que la (mauvaise) variété internationale. Pour ne rien dire du rap et des autres musiques alternatives chez les plus jeunes… Pas sûr qu’on puisse les priver très longtemps de tout cela… Surtout si Mawazine devient wallou zin (« rien de bien » en marocain) !

La magie des communications modernes !

œuvre de l'Algérien Rachid Koraïchi, "Jameel prize" 2011

Hollande et Sarkozy, les deux « finalistes » des présidentielles françaises, vont-ils faire comme beaucoup d’autres avant eux et tenter de connaître le sort que leur réservent les urnes grâce aux talents des extralucides ? On ne pense pas aux sondeurs mais plutôt à ceux et celles qui ont le don de lire l’avenir. A tout hasard, on leur rappelle qu’Élisabeth Tessier, la « diseuse de Sorbonnaventure » pour reprendre la formule du Canard enchaîné, très fréquentée par l’ancien président Mitterrand, n’est en principe plus disponible depuis qu’elle a rejoint définitivement le camp de la vraie science après une extraordinaire thèse de sociologie...

Qu’on y croie ou pas, la magie peut s’avérer utile pour ceux qui exercent des responsabilités publiques, à l’image de ce juge saoudien qui, accusé de corruption, a plaidé l’innocence : il était ensorcelé ! Il est peut-être encore temps pour Berlusconi de suivre son exemple, d’autant plus qu’il est de notoriété publique qu’il est homme à tomber facilement sous bien des charmes…

Au contraire de la France – la « vraie » bien entendu, on ne parle pas des quartiers métèques où pullulent les marabouts ! – où ce sont plutôt des hommes qui consultent des femmes, dans le monde arabe on trouve surtout une clientèle féminine qui s’adresse à des hommes. Les choses commencent toutefois à changer. Même dans ce domaine par définition très traditionnel (et même « traditionaliste » puisqu’il s’agit souvent d’utiliser des formules religieuses héritées de la tradition), l’émancipation féminine, vraie révolution sociétale dont on n’a pas fini d’entendre parler, est à l’œuvre. En Arabie saoudite par exemple, cet article (en arabe) dans Elaph nous explique que de plus en plus de femmes pratiquent la « magie blanche ».

Cette évolution du « métier » s’explique peut-être également par le fait que la bonne exécution des rites exige le plus souvent que le « guérisseur » rencontre sa patiente. Les occasions de pareils tête-à-tête étant rares dans un pays où la séparation des sexes est un dogme, au sens propre du terme, il y a forcément des « débordements » : en janvier, on a ainsi exécuté un « sorcier » accusé d’avoir profité de la situation pour abuser une bonne centaine de victimes (toujours dans Elaph, en arabe par conséquent). Entre femmes, les risques ne sont en tout cas pas les mêmes !

Toutes sortes de chiffres circulent à propos de la magie et de ses usages, probablement aussi fantaisistes les uns que les autres : 80 % des femmes en Irak y auraient recours à un moment de leur vie, en particulier pour retrouver la trace d’un disparu, fléau de ce pays ravagé par la violence depuis la brillante expédition nord-américaine ; 60 % en Égypte pour tenter de trouver une solution à un autre drame social, le célibat ou le divorce, l’un et l’autre de plus en plus fréquents… Une inquiétude qui touche toutes les sociétés de la région, l’Arabie saoudite par exemple où de très nombreuses maîtresses de maison, jalouses de l’empire que peut prendre sur les affaires de la maisonnée une domesticité dont elles ne sauraient se passer, ont recours à des « inspecteurs » en sorcellerie, dont le rôle est d’inspecter les affaires personnelles du personnel de maison à la recherche d’indices prouvant que, si tel ou tel membre masculin de la famille est tombé sous leur charme, c’est la faute à la magie !

Probablement très lucrative quand le sort permet qu’on la pratique dans la haute société, la magie est un « business » qui concerne toutes les classes sociales, y compris les moins riches. Ce sont elles qui constituent le gros de la clientèle, aussi fidèle que désespérée sans doute, et limitée dans son budget. En Égypte, un « honnête » talisman se vend aux alentours de 60 dollars. En Arabie saoudite, où le ministre des Affaires religieuses a récemment autorisé – au grand dam de son collègue de la Santé – le métier de « psychologue religieux » (طبيب نفساني اسلامي), on peut désormais se faire « soigner » à l’aide du Coran, mais le traitement ne doit pas dépasser les 150 dollars : une misère !

Signe également du caractère très féminin, dans le monde arabe, des pratiques magiques, le succès des émissions de télévision qui font de ce thème leur fond de commerce. Un excellent article dans (original en arabe ici) évoque ainsi comment sur Al-Nahar, une télévision privée égyptienne, on peut voir un exorciseur au travail sur une jeune femme habitée par les djinns. Un nouveau type de téléréalité dont on peut imaginer qu’il finira bien par trouver sa place dans la programmation de nos meilleurs chaînes (à moins de considérer que les émissions des prêcheurs télé-médiatiques nord-américains appartiennent déjà à ce registre).

Rien de nouveau sous le soleil ! Aux premiers temps de l’imprimerie, Mohammad Abduh, un cheikh réformiste de la fin du XIXe siècle, se lamentait en constatant que l’essor de l’imprimerie servait moins à propager le savoir et la raison que les innombrables sornettes de la superstition, diffusées en une multitude d’opuscules, bien oubliés de l’histoire du livre arabe en dépit de leur immense succès. Aujourd’hui, télévisions satellitaires et réseaux internet produisent les mêmes effets en exacerbant les tensions entre les pratiques « nobles » des élites intellectuelles et culturelles et celles, symboliquement, indignes, des classes populaires. C’est aussi un aspect de la « révolution culturelle » que porte l’essor des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Deux précédents billets sur la magie : ici et .

Boycott sportif : Al-Jazeera en piste ?

Dans une dizaine d’années, la question de Palestine aura peut-être trouvé une solution ! En tout cas, c’est ce que doivent souhaiter les autorités du Qatar qui accueillent, comme on s’en souvient, la Coupe du monde de football 2022. En effet, si rien ne change, la compétition ne va pas être facile à organiser, surtout depuis que les ministres des sports de la Ligue arabe ont récemment décidé le boycott de la société Adidas, coupable d’avoir « sponsorisé » la dernière édition du marathon de Jérusalem. Dans l’immédiat, on a pu mesurer ce que valaient ces bonnes résolutions puisque l’équipe d’Egypte, actuellement en tournée pour une série de matchs même pas officiels (il ne s’agit que de rencontres amicales), a piteusement dû revêtir les maillots fournis par son équipementier favori, au prétexte qu’elle n’en avait pas d’autres !

La réalité est plus sordide : selon un article (en arabe) dans Elaph, le contrat signé par l’équipe nationale d’Egypte prévoit surtout de très lourdes pénalités financières au cas où les « Pharaons » porteraient une autre tenue que celle fournie par Adidas. De quoi ajouter encore aux désillusions de la star nationale, Abu Trika, connu pour son engagement politique : l’homme qui avait il y a quelque temps déjà manifesté sur le terrain son soutien aux habitants de Gaza (voir ce précédent billet) n’a pas hésité au moment de la chute de Moubarak à se mêler à la foule des manifestants (article en arabe) de la place Tahrir. Comme pas mal d’Egyptiens − et ils ne sont pas les seuls ! −, il doit aussi se demander comment se terminera l’incroyable feuilleton des élections avec ses multiples épisodes qui font disparaître, au gré des décisions « juridiques », tel ou tel candidat, y compris parmi les mieux placés.

Néanmoins, la question du boycott va tout de même se poser très rapidement aux Qataris puisque les patrons de la Formule 1 ont décidé de maintenir le Grand prix du Bahreïn prévu pour le dimanche 22 avril. D’ici là, Abdulhadi Khawaja, qui poursuit une grève de la faim depuis plus de 60 jours, se sera peut-être laissé mourir, ce qui serait très dommageable pour la grande fête du sport pétrolier… Ni le soutien des manifestants au Bahreïn, ni celui qu’il reçoit de la part d’organisations telles qu’Amnesty International qui dénoncent le traitement réservé à de simples prisonniers d’opinion, ne semblent émouvoir beaucoup les autorités locales.

Des chaînes japonaise, allemande ou finlandaise semblent hésiter à couvrir l’événement, surtout pour des raisons de sécurité vis-à-vis de leur personnel, il faut bien le reconnaître. On attend avec intérêt de voir quelle sera la position d’Al-Jazeera : la chaîne qui a fait du sport son cheval de bataille (commercial) sera-t-elle sur la piste pour ce rendez-vous sportif ou bien préfèrera-t-elle rester fidèle au slogan imaginé pour son quinzième anniversaire − « l’information, l’opinion, la conscience » − et à sa couverture des révoltes arabes, même quand elles se déroulent dans un émirat voisin ?

Malheureusement, on connaît déjà la réponse…

Lecteurs internautes : au travail !

Désolé de ne pas avoir été fidèle au rendez-vus du début de la semaine… Pour ne pas laisser la semaine totalement « blanche »,  je relaie – après l’avoir moi-même reçu d’un ami et collègue – un questionnaire proposé par Paul Charbel, de la Drew University aux USA, à propos de ce qu’il appelle the Arabic Chat Alphabet (davantage connu dans ces billets sous le nom d‘arabizi). C’est un signal intéressant de constater un début d’intérêt de la part de la communauté scientifique pour une question que je crois pour ma part essentielle en ce qui concerne l’avenir de la région…

Il s’adresse aux « arabic/english speakers » (en l’occurrence il devrait surtout parler de writers !), mais je ne vois pas en quoi des réponses venues d’ailleurs pourraient ne pas l’intéresser. Le questionnaire est très courtt et très rapidement rempli !!!

A bientôt !

From:Paul Charbel pcharbel@drew.edu
Subject:Survey on use of Arabic Chat Alphabet

Attention Arabic/English Speakers! Do you use the Arabic Chat Alphabet? Ta7ki 3arabi? Then please consider taking this quick 10 question survey; the results will be used for my current study on the use of this online language. No personal information is asked for, so PLEASE share with your friends and family! If you have any questions about the study, you can email me (pcharbel@drew.edu) and I will be happy to answer. Thank you so much!

http://www.surveymonkey.com/s/Y2S89TM

Réseaux sociaux et crimes de lèche-majesté

Amnesty International demande la libération de 6 militants jordaniens détenus depuis bientôt un mois pour avoir, on hésite à l’écrire, « tiré la langue au roi » ! (إطالة اللسان على مقام الملك  : ça peut se dire autrement en arabe ? Merci pour les suggestions !) Pour l’heure, ils risquent trois ans de prison pour crime de lèse-majesté. A la suite des manifestations organisées pour les soutenir, une trentaine de manifestants ont été arrêtés ces derniers jours. On ne sait pas exactement leur nombre, 24 ou 36 selon les sources (apparemment les forces de l’ordre jordaniennes travaillent à la douzaine). Qui s’en soucie vraiment puisque le Royaume de Jordanie fait partie de ces régimes tout à fait respectables qui donnent des leçons de démocratie à leurs voisins ? Le roi Abdallah a ainsi été le premier chef d’État  de la région à appeler son voisin Bachar, le 15 novembre dernier, à démissionner. En dépit des bouleversements politiques que vit la région, on note d’ailleurs la bonne santé des dynasties locales, par rapport au « républicarchies » (mélange de république et de monarchie) : pas un roi, émir ou sultan de la région n’a connu le sort des présidents Ben Ali, Moubarak, Qaddafi et Saleh.

En juin 2010, c’est un journaliste koweïtien, Muhammad al-Jasem, qui avait passé presque deux mois à l’ombre pour crime de lèse-majesté, avant les événements de l’année 2011 par conséquent. De quoi contredire la démonstration d’un certain Abdullah Al-Madani au Bahreïn, pour lequel ce sont les dérives du « printemps arabe » qui incitent quelques mauvais esprits, animés par l’envie et forts du soutien des organisations internationales, à rompre avec les traditions locales en principe respectueuses des suzerains et des chefs en général. Son article (en arabe), qui passe en revue un certain nombre de législations en vigueur à l’encontre du crime de lèse-majesté (المس بالذات الملكية), signale que la législation marocaine prévoit une peine d’un an de prison (si c’est dans un lieu privé, 3 ans dans le cas contraire).

M. al-Madani a tout de même raison : on peut penser que les bonnes traditions se perdent et que les jeunes générations arabes ne manifesteront plus le même respect que leurs aînées à l’égard des différentes formes de pouvoir. Plus encore que sur la scène politique, c’est d’ailleurs sur le terrain du rapport de l’individu à l’autorité que la pratique généralisée des technologies numériques est en train de produire de puissants changements. On le sait bien au très noble (= chérifien) Royaume du Maroc où une vidéo, mise en ligne via YouTube en mars 2011, a déclenché un déluge de commentaires : on y voyait un vulgaire sujet de Sa Majesté lui faire part de toutes sortes de reproches sans même lui reconnaître le « vous » de majesté ! Comme le signale ce billet (en français) écrit en mars 2011, avec les souffles du changement ce type de prise de parole se multiplie. Les réseaux sociaux, tout particulièrement, sont le véhicule d’un échange public qui, pour reprendre le titre d’une conférence récente de Manuel Castells, ne se reconnaît plus « ni Dieu ni maître » !

Tout autre chose. L’ENS de la rue d’Ulm fait à nouveau parler d’elle à propos du monde arabe ! Cette fois, c’est « la bande à Houda » qui organise sa désormais traditionnelle « semaine arabe ». Le programme se trouve ici  (j’interviens moi-même (de façon très bien élevée !) lundi 2 avril, à 20 heures, sur les réseaux sociaux bien entendu !

Réseaux sociaux et soulèvements arabes : la fin de l’innocence ?

 

La page Facebook de la chaîne Al-Arabiya "hackée" par l'armée syrienne électronique

Au fil des mois, les mass-média qui avaient montré tellement d’enthousiasme pour les vertus révolutionnaires du Web 2.0 sont passés à autre chose, tandis que cyberoptimistes et cyberpessimistes continuent à échanger des arguments à propos du rôle qu’il faut attribuer ou non aux réseaux sociaux dans les soulèvements arabes. Une façon d’échapper à ces débats, qui ne peuvent que s’éterniser faute de preuve décisive, est de déplacer l’interrogation pour la faire porter non pas sur la valeur intrinsèque des réseaux sociaux mais sur la place qu’ils ont pu prendre dans une période particulière. Pour le dire autrement, on peut faire l’hypothèse que l’éventuel potentiel subversif des réseaux numériques a de toute façon disparu – pour le moment au moins – dans une région où les régimes politiques en place ont rapidement tiré les leçons de la chute de Ben Ali et de Moubarak. Il y a peut-être eu une « fenêtre d’opportunité » au début de l’année 2011, quand les potentialités du réseau étaient laissées aux opposants ou bien quand les appareils officiels prétendaient mobiliser les masses avec des méthodes datant, pour le moins, du Web 1 (à l’image des campagnes de participation citoyenne du type Sammi’ sawtak ! « Fais entendre ta voix », lancées en 2005-2006 et commentées dans cet article de 2007). Mais depuis, le cyberespace a perdu son innocence ! A lire cet article publié dans le Global Post par Jennifer Koons, on se dit que les bonnes vieilles méthodes de censure (filtrage, blocage…) vont sans doute conserver toute leur actualité, mais qu’on est surtout déjà entré dans une nouvelle ère où les réseaux ne sont plus du tout laissés à la seule initiative des contestataires, qui ne peuvent plus se contenter de jouer en amateur s’ils veulent survivre et faire entendre leur voix. En effet, les pouvoirs investissent eux aussi les réseaux, afin d’y diffuser leurs messages de manière tellement massive que leur présence, à défaut de convaincre, serve au moins à « recouvrir » les propositions subversives, à l’image des bonnes vieilles affiches d’autrefois collées par-dessus celles du concurrent !

Au temps du « printemps arabe », c’est dès la mi-février 2011 que le SCAF (Conseil suprême des forces armées) a ouvert en Égypte sa page Facebook dédiée – on se pince pour y croire – « à la jeunesse d’Égypte, à ses fils et à ses martyrs qui ont lancé la révolution du 25 janvier » ! (article en anglais ici) Deux mois plus tard, Walid al-Moallem, le ministre des Affaires étrangères syrien, ouvrait son compte sur Twitter… Dans les deux pays qui voient se dérouler les protestations les plus importantes (il faut dire que la plupart des médias ne sont pas bavards sur l’Arabie saoudite, le Maroc ou la Jordanie), la présence des partisans du pouvoir sur Internet est très notable : à Bahreïn, des « Twitter trolls » interviennent en masse et de manière très agressive (article en anglais) auprès de ceux qui diffusent des opinions contraires à celles des autorités locales qui, officiellement, ne sont pas concernées. En Syrie, l’armée syrienne électronique, qui aurait été fondée par deux étudiants en informatique (article en arabe, multiplie les « exploits », avec par exemple le « hack » récent (article en arabe) de la page Facebook de la chaîne Al-Arabiya. On ne compte plus les exemples qui témoignent des agissements, de plus en plus sophistiqués, des appareils de répression ou seulement d’influence. Néanmoins, pour peu que l’on fouille dans l’histoire – pourtant très courte – d’internet, il est facile de voir que les cybermilitants ne sont plus depuis longtemps les seuls acteurs et que des puissances publiques, « avec les meilleures intentions du monde », leur ont apporté autant d’aide qu’elles ont pu. C’est plus que jamais le cas des USA depuis l’arrivée au pouvoir de Barack Obama et d’une équipe qui avait pu mesurer l’efficacité des réseaux sociaux numériques lors de sa campagne électorale. La « gouvernance du XXIe siècle » intègre désormais tous les outils numériques (lien vers la très belle page du Département d’Etat nord-américain qui a officiellement lancé, lors d’un discours d’Hilary Clinton à Marrakech en septembre 2009, une initiative du nom de « Société civile 2.0 »)…

Comme le relève François-Bernard Huyghe dans une synthèse aussi brève qu’efficace, on arrive aujourd’hui à un paradoxe : « ce qu’Internet confère aux simples citoyens d’un côté (possibilités d’expression ou d’organisation sans chefs, sans partis et presque sans idéologie sinon très vague), ils doivent le payer en termes d’expertise et de stratégie de lutte : la protestation comme la répression se professionnalise. » S’il a jamais existé, le temps de l’innocence du militantisme arabe en ligne est de toute manière désormais révolu.

Un coup de jeune pour l’arabe : la langue métissée de l’internet

A l’occasion d’une énième conférence internationale sur L’arabe, langue universelle : responsabilité de l’individu, de la société et de l’Etat, Abdo Wazen (عبده وازن) se fend dans Al-Hayat d’un  inévitable article sur la décadence de l’arabe. Cela commençait bien pourtant, avec des remarques sur la globalisation, sur l’usage d’internet à travers lesquels s’est effectuée une modernisation de la langue que « linguistes conservateurs et lexicologues fondamentalistes » n’ont pas réussi à contenir. Hélas, cela s’achève par la classique déploration sur la rigueur de règles grammaticales stérilisantes qu’il conviendrait d’assouplir. On laissera aux spécialistes le soin de débattre à l’infini de ces problèmes, en notant au passage qu’Abdo Wazen regrette dans les usages actuels de la langue ce que d’aucuns considéreraient comme une vertu : « une langue d’emprunts, une langue composée, une langue fabriquée, une langue-collage »… Autant de problèmes, de son point de vue, liés à un mésusage de l’anglais, conséquence d’une perte d’identité (إنها اللغة المستعارة، اللغة «المولّفة» و «الممنتجة»، اللغة–الكولاج، التي لا هوية لها، بل التي لا تحمل هويّة صاحبها أو كائنها). Dans l’article ci-dessous, traduit en arabe par les soins de la revue Maqâlid publiée par le Bureau culturel de l’ambassade d’Arabie saoudite en France, je suggère d’arrêter de « pleurer sur les ruines du campement déserté » pour se tourner une bonne fois vers l’avenir, en acceptant les inévitables mutations imposées notamment par la révolution numérique.

L’arabe métissé de l’internet, langue du troisième millénaire

Dans toutes les langues, on rêve de pureté. Pour l’arabe en particulier, dans plus d’un pays, on se plaît à prétendre qu’on parle le « meilleur » arabe, en tout cas « le plus pur ». Pourtant, toutes les langues – et l’arabe n’y échappe pas – sont le produit de mariages ; des mariages qui, dans l’histoire, sont plus souvent obligés que consentis, sous l’effet de brassages, de mélanges, de rencontres, davantage imposés par les circonstances que désirés. Ce sont en effet souvent les invasions, les conquêtes, les occupations, qui ont provoqué le mélange des langues, lesquelles empruntent à leurs « sœurs » non seulement des mots, mais aussi des sonorités et même des règles de syntaxe. En Europe par exemple, l’empreinte de l’Empire romain est clairement visible sur les langues dites « latines », mais on aurait tort d’oublier combien l’anglais aussi doit à la langue officielle de la Rome impériale, langue de culture dans tout le continent européen pendant des siècles… Pour ce qui concerne la langue arabe, il n’est pas bien difficile d’en retrouver les échos, des siècles plus tard, dans la langue parlée en Espagne aujourd’hui et, par voie de conséquence, dans toutes les régions où cette langue s’est implantée, à commencer par l’Amérique latine.

Il y a aussi des mélanges plus pacifiques, en tout cas moins liés aux rivalités des empires et des royaumes. Le commerce en général, et les échanges en Méditerranée en particulier ont permis la diffusion dans le « Bazar Renaissance », cet espace de rencontre magistralement décrit par l’historien britannique Jerry Brotton1, d’une lingua franca dont quelques usages ont survécu jusqu’à l’époque moderne. A l’aube du troisième millénaire, une nouvelle lingua franca est en train de voir le jour. A travers les innombrables réseaux numériques qui innervent la grande société mondiale de l’information une nouvelle langue s’est à l’évidence imposée, le Global English (ou Globish). Il y a quelques années à peine, la moitié des pages disponibles sur internet étaient écrites en anglais. Mais la Toile mondiale évolue, tout comme ses utilisateurs et comme les applications disponibles. Déjà, des langues concurrentes apparaissent, le chinois et l’espagnol en premier lieu. Sur le Réseau des réseaux, l’arabe n’est « que » la septième langue, avec un maigre 3,3 % par rapport à l’ensemble des internautes. Toutefois, elle est bien la première au monde en termes de croissance : durant la première décennie du troisième millénaire, sa présence sur la Toile a augmenté de plus de 2 500 % !!!

Il est donc acquis que l’arabe est en train de trouver sa place dans les réseaux numériques globaux, en partie grâce aux efforts de quelques institutions qui ont su rendre disponibles les trésors de son héritage culturel. Avec la constitution d’une énorme bibliothèque de « classiques » en ligne, le site Al-Warraq2 reste un modèle, dont on ne soulignera jamais assez combien il a été essentiel, non seulement par l’importance des données qu’il a rendu disponibles mais plus encore par le timing de sa mise en œuvre, au tout début de l’internet arabe, à un moment où l’importance de l’économie de la connaissance était encore largement méconnue. Bien d’autres initiatives l’ont rejoint, et l’essentiel de la culture du passé est aujourd’hui accessible sur internet. Avec les années, ce qui n’est pas encore accessible le deviendra, et c’est désormais essentiellement sur les modalités de mise en ligne que l’effort doit porter avec, d’un côté, l’enrichissement des métadonnées qui vont permettre le repérage d’un document dans l’océan de ceux qui sont en ligne et, de l’autre, l’amélioration des interfaces qui enrichissent les nouveaux usages numériques des textes. Trop souvent en effet, les bibliothèques informatiques arabes sont conçues comme des copies des fonds originaux, alors que leur véritable numérisation suppose au contraire un travail sur les données afin d’en exploiter au mieux les richesses. Ce n’est pas un hasard si c’est autour du Coran, le texte par excellence pour les musulmans, qu’on observe les plus sophistiquées des applications électroniques, celles qui associent le son et l’image, les support multimédias et multilingues, la possibilité d’annotations, en attendant les découvertes à venir…

Mais le patrimoine classique est clos, par définition. Quelle que soit notre admiration pour le passé, l’arabe qui va circuler demain et plus encore après-demain sur les réseaux mondiaux ne sera pas celui de jadis. Bien au contraire, avec le temps, l’écart entre la proportion de textes anciens et nouveaux va se creuser, toujours plus en défaveur des premiers jusqu’à ce que la Toile ne nous donne plus d’exemples anciens, sauf à les rechercher de plus en plus profondément sous la masse des textes en circulation. Un cauchemar sans aucun doute pour les puristes de la langue, pour tous ceux qu’exaspère l’oubli systématique des règles grammaticales, syntaxiques, morphologiques et même phonétiques les plus élémentaires. Rien de neuf sous le soleil ! A la fin du XIIIe siècle déjà, dans la préface du Lisan al-‘arab, l’extraordinaire dictionnaire qu’il avait compilé précisément pour tenter de retarder ce désastre, Ibn Manzour se désolait de voir massacrée de la sorte la langue qu’il aimait tant ! Plus près de nous, l’essor de l’imprimerie dans le monde arabe a provoqué celui de la presse, des magazines et des maisons d’édition, source d’une renaissance culturelle et intellectuelle qui rendit inéluctable une première transformation de la langue, sous la pression, déjà, des « nouveaux » médias de l’époque. Inutile par conséquent d’imiter les Anciens et de « pleurer sur les ruines du campement déserté », rien ne pourra l’empêcher : il est écrit que l’arabe de demain sera « numérique », et que la langue va inévitablement beaucoup évoluer, et que cela va se faire au prix de la transformation de nombreuses règles, de l’évolution de très nombreux codes et usages. Avec les techniques numériques, tout le monde, y compris le plus malhabile des utilisateurs, va pouvoir s’emparer de la langue, la maltraiter à sa guise. C’est le prix à payer de la « démocratisation » des usages numériques, et il n’est pas interdit d’ailleurs de considérer qu’il est exorbitant. Mais une fois encore, impossible de lutter contre une évolution implacable.

Impossible, également, de savoir ce que sera cette évolution. En revanche, on peut déjà prévoir que les spécialistes n’ont pas fini d’en parler ! Le plus souvent, pour se désoler – c’est le cas pour toutes les langues confrontées à une telle situation – des changements en cours. Ils ont eu déjà, et ils auront encore très largement la parole, pour assurer la « défense » de ce patrimoine mondial de l’humanité qu’est la langue dans laquelle le Coran a été délivré. Pourtant, cette « nouvelle » langue, cet arabe « métissé » qui atteindra son plein développement demain mais dont on peut observer déjà les premiers pas dans l’espace numérique arabophone, celui des nouveaux médias télévisés ou en ligne, mais plus encore celui des innombrables échanges sur les pages de Facebook ou sur les écrans des téléphones cellulaires, cet arabe-là ne présente pas que des aspects négatifs. Il ne s’agit pas de prendre sa défense – il n’en est guère besoin de toute façon car il s’imposera tout seul – mais d’essayer de mettre en évidence, trop rapidement certainement, quelques-unes des caractéristiques de l’arabe du troisième millénaire.

La première des différences, la plus visible sans doute, tient à l’apparence de la langue arabe qui, pour une grande part des jeunes générations de l’ère numérique, possède désormais deux alphabets ! A l’ancien s’ajoute un second, bricolé à l’aide des caractères latins complétés par quelques symboles complémentaires pour trouver sur les claviers des téléphones ou même les ordinateurs des équivalences pour les caractères manquants. Cet « arabizi » est loin de rivaliser, on s’en doute, avec l’élégance plastique de l’alphabet arabe qui a fait le bonheur des calligraphes au long des siècles. Mais on voit également apparaître de nouvelles typographies qui, en associant les caractéristiques plastiques des deux alphabets, renouvellent et même enrichissent considérablement la gamme des possibilités. Et de toute manière, cet ajout d’un nouveau code, en parallèle à l’ancien, est un mal nécessaire pour que les utilisateurs de la langue arabe participent pleinement, au moins durant une phase de transition, aux applications numériques qui sont au cœur de l’économie de la connaissance. Après tout, plus d’un milliard de Chinois utilisent aujourd’hui une langue qui, dans sa version romanisée, de plus en plus présente depuis le milieu du siècle dernier, a changé jusqu’à son sens de la lecture, passé, du système traditionnel vertical et de droite à gauche au « standard universel » de la gauche vers la droite…

Beaucoup plus importante, lancinante même pour la culture arabe, est la question de la diglossie ou, si l’on préfère, de la coexistence de registres très différents de la langue, allant du plus dialectal au plus savant, selon les circonstances et les besoins du locuteur. Au contraire de ce que pourraient faire croire les apparences, avec la multiplication de revendications du « droit » à s’exprimer dans telle ou telle langue vernaculaire, non seulement à l’oral, à la radio et à la télévision mais également à l’écrit, avec par exemple la tentative de produire une version « égyptienne » de l’encyclopédie en ligne Wikipedia3, il est permis de penser que la multiplication des échanges oraux et écrits en ligne va en réalité favoriser l’émergence d’une nouvelle forme de « moyen arabe4 ». En effet, à l’image des phénomènes linguistiques provoqués par l’arabisation de l’administration de l’Empire abbasside au Moyen Age, la transformation radicale des conditions sociales et techniques du passage à l’écrit produira sans doute une « nouvelle » langue, « moyenne » par sa position à mi-chemin des arabes parlés et de l’arabe classique, mais « exceptionnelle » par sa capacité à s’adapter aux besoins d’utilisateurs loin d’être tous versés dans les subtiles arcanes de la grammaire. La perte d’une partie de ces codes est certainement le prix, encore une fois en quelque sorte obligatoire, de la « démocratisation » des usages de l’écrit que permettent les nouvelles techniques.

La langue arabe va donc prendre « un coup de jeune », dans tous les sens du terme, avec l’apparition de nouveautés lexicales, syntaxiques, morphologiques, etc., où se fera également sentir l’influence des autres langues du monde. Une telle évolution entraînera la disparition de certains codes, et certains diront que l’arabe « métissé » que l’on va voir apparaître de plus en plus aura perdu toute sa « pureté »… Regrets qui n’arrêteront pas l’histoire et qui se refusent à voir qu’une langue, comme tout organisme vivant, ne subsiste qu’en s’adaptant à son écosystème. Regrets également qui ne voient pas que la richesse de la culture arabe moderne est, pour ce qui est du domaine de la littérature, le produit d’une évolution largement comparable. En effet, s’il est vrai que le roman est devenu, selon l’image frappante proposée par le critique égyptien Gaber Asfour, le nouveau « divan des Arabes », ce roman, celui de Néguib Mahfouz ou de Alaa El-Aswani, est bien écrit dans cette langue renouvelée par l’adoption de l’imprimerie quelques décennies plus tôt. Et parmi les œuvres contemporaines les plus marquantes, certaines, dont celles de la romancière saoudienne Raja al-Sanea, montre la voie d’une nouvelle créativité qui intègre les caractéristiques expressive de ces nouveaux usages de la langue arabe au temps du numérique.

L’arabe « métissé » du troisième millénaire va donc obéir à la loi du vivant et s’éloigner encore un peu plus de son passé. Mais il va aussi se rapprocher davantage de cette jeunesse, largement plus de la moitié de sa population actuelle, qui est en train d’écrire son avenir.

  1. Jerry Brotton, Le « Bazar Renaissance ». Comment l’Orient et l’islam ont influencé l’Occident, Paris, Les liens qui libèrent, 2001. []
  2. Voir à ce sujet ce billet sur les Carnets de l’Ifpo. []
  3. http://arz.wikipedia.org/wiki/> []
  4. M. Doss, « Réflexions sur les débuts de l’écriture dialectale en Egypte », Egypte/Monde arabe, n° 27-28, 1996. []