Le « printemps des arts » exp(l)ose à Tunis (3/3) : art et islam à l’agonie

Haïfa Wehbé dans "Anta tani"

Avec l’été, le calme est revenu en Tunisie et tout le monde note la soudaine discrétion des plus agités (même si certains dépôts, où se trouvent des stocks d’alcool, continuent à brûler sans que les policiers, par ailleurs très zélés sur les questions de mœurs, n’en soient troublés : article dans Nawaat). Les affrontements sont-ils définitivement oubliés ? Personne n’y croit vraiment et beaucoup pensent au contraire qu’il s’agit seulement d’un repli tactique de la part des militants religieux (article en arabe dans Al-Akhbar), avant l’épreuve de vérité que sera ramadan (qui commencera aux alentours du 20 juillet), avec notamment la possibilité ou non pour les mécréants de continuer à boire et à manger plus ou moins ouvertement aux heures de jeûne…

Dans l’immédiat, quelles leçons tirer de ce nouvel épisode (provisoirement) refermé dans l’interminable feuilleton des relations explosives entre art et islam politique ? La versatilité de bien des analyses, déjà ! Il y a tout juste un an, la « génération Facebook » monopolisait tous les commentaires. Un an après, on l’a oubliée et on est revenu à l’inusable classique, diffusé sur les écrans médiatiques depuis des décennies, sous le titre faussement interrogateur « l’islam est-il compatible avec la démocratie ? ». Évoquant le prochain congrès du mouvement Ennahdha – voir ci-dessous, l’annonce de l’événement sur Facebook, ce qui permet de constater qu’on peut se réclamer de la tradition prophétique et ne pas tourner le dos aux technologies numériques, bien au contraire –, Le Monde évoquait ainsi récemment « les premiers pas d’un État islamiste »…

www.facebook.com/Nahda

Finie la magie du Printemps arabe ! « Encore toi ! » (Anta tani) vieil islamisme ! pourrait s’exclamer Haïfa Wehbé dans l’inoubliable vidéo où elle se retrouve en gladiatrice au beau milieu de l’arène : on est revenu aujourd’hui, en particulier du point de vue des phénomènes culturels, à une approche que l’on peut qualifier d’« agonistique », un adjectif qui vient du mot qui sert à désigner l’art des athlètes, en particulier dans les combats pour les jeux publics au temps de l’Antiquité romaine. Ce qui revient à dire que les rapports entre la culture et la religion dans le monde arabe sont perçus, pensés et présentés sur un mode brutalement antagoniste, comme l’inéluctable lutte à mort de deux systèmes de valeur totalement opposés.

Bien entendu, les choses sont en réalité nettement plus compliquées ! Outre le fait qu’on a toujours tort d’« essentialiser » l’islam pour en faire une catégorie immuable en tous lieux et en tous temps, il va de soi qu’il n’y a pas non plus un islam politique, mais d’innombrables variations dont témoigne l’apparition d’un terme tel que « salafiste », d’usage courant aujourd’hui alors qu’il n’était utilisé, il y a encore quelques mois à peine (jusqu’aux élections de la fin 2011en Tunisie justement) que par les spécialistes. De plus, au sein d’un même mouvement, Ennahdha par exemple, peuvent cohabiter des tendances parfois très opposées (comme le rappelle d’ailleurs l’article du Monde précédemment évoqué).

Au gré des rapports de force, conservateurs et modérés sont aussi capables d’évolutions, de compromis tactiques, et il n’y a donc pas une position de l’islam politique vis-à-vis de l’art, de la création, de la pensée. Au contraire, comme dans tout mouvement on observe la coexistence de tendances, tantôt particulièrement fermées, voire totalement hostiles à toute forme d’art ou presque, tantôt bien davantage ouvertes, et allant même jusqu’à défendre l’idée d’un fann hâdif multazim (un « art missionnaire engagé » pourrait-on traduire en jouant sur les sens de hâdif, « mission, but »). Les événements politiques ont donné à cette conception d’un art militant pour les valeurs religieuses, développée depuis bien des années, une actualité certaine (voir ce billet par exemple) mais il faut aussi savoir qu’il y a une certaine compatibilité – et même une compatibilité certaine (trop rarement rappelée) – entre des courants de l’islam politique conservateur et certains secteurs de la culture mainstream, dans les industries audiovisuelles de l’entertainment notamment, comme le montrent, entre autres exemples, les « indispensables » chansons pieuses de ramadan que produisent avec succès des chanteurs aussi « débauchés » que Tamer Hosny, la super-vedette de la jeunesse égyptienne).

Pour compliquer encore un peu les choses, on rappellera que la scène culturelle fait en plus l’objet de toutes sortes de manipulations. De ce point de vue,  l’« explosition » du Printemps des arts au palais Abdellia est presque un cas d’école (et avant cela, la diffusion de Persepolis sur la chaîne Nessma) : à l’évidence, une bonne partie des acteurs du champ ( les islamistes comme les artistes) sont les victimes, souvent très complaisantes, de pièges politiques dont on connaît, en France et ailleurs, l’efficacité médiatique à travers les polémiques régulièrement suscitées par l’extrême droite. L’expérience montre à l’envi qu’il est vraiment facile de provoquer à bon compte des scandales qui, repris par la caisse de résonance des médias locaux et étrangers, vont contribuer à polariser toujours davantage les acteurs vers les extrêmes. Aux ultra-religieux de tous poils (!) répondent ainsi les ultras du camp laïc qui se trouvent tout à coup fort menacés depuis que les anciens régimes ont disparu, et qui ne sont pas loin d’exprimer haut et fort leurs regrets du bon temps d’avant la révolution, celui d’un Ben Ali en Tunisie (article en arabe sur Middle East Online) ou d’un Ahmed Shafik, le finaliste malheureux de la présidentielle en Égypte (article en arabe dans Al-Akhbar).

Malheureusement, il est plus que probable que cette présentation « agonistique » de la culture s’impose toujours davantage, tout au moins dans l’avenir proche : non seulement elle offre aux médias et à l’opinion un narrative indémodable, prêt à servir réchauffé dans toutes les occasions, mais c’est en plus « pain bénit » si l’on ose dire pour les acteurs de l’un ou de l’autre camp en mal de notoriété facile… Dans un contexte de transformation politique et de rééquilibrage entre les forces en présence, il est à craindre que l’on continue longtemps à « chercher désespérément la troisième voie » réclamée par Hichem Mustapha dans un article qui mérite d’être lu sur Nawaat

Le « printemps des arts » exp(l)ose à Tunis (2/3) : les interprétations

Mécréants ! Ennahda, les salafistes et (le parti) Ettahrir sont frères !

Société civile et salafistes incivils : l’État garant de la liberté d’expression

Les soulèvements du « printemps arabe » marquent-ils l’ouverture d’une nouvelle ère politique dans la région ? Les questions de l’art et de la liberté d’expression se posent-elles différemment depuis la chute de la dictature de Ben Ali et la (difficile) mise en place de procédures démocratiques ? Sur ce dernier plan en tout cas, la réponse est négative : les commentaires à propos des violences qui ont accompagné l’exposition du « printemps des arts » à Tunis restent dans la droite ligne d’un modèle d’interprétation vraiment inusable puisqu’il est en circulation au moins depuis le milieu des années 1970 et la montée en puissance de l’islam politique en Égypte. Sur le mode de l’affrontement binaire, de la « guerre » – le mot est souvent employé – entre deux camps, on pose, d’un côté, les représentants de la société civile, laïcs démocrates partisans des Lumières et, de l’autre, les islamistes « incivils », fanatiques et rétrogrades… Parmi bien d’autres exemples, on peut citer cet article signé par Soufia Ben Achour qui ne craint pas d’affirmer que les « arts plastiques sont par essence anti-salafistes ».

Cette idée d’une totale incompatibilité entre les valeurs des uns et des autres suscite chez certains des questions d’ordre tactique. Dans le contexte tunisien, marqué par un climat politique très volatile, faut-il ainsi assumer totalement le caractère libertaire de l’art, au risque d’être aussi extrémiste que les extrémistes religieux ? N’est-il pas préférable d’éviter les provocations inutiles et de faire des compromis ? Une interrogation reprise au moment du « printemps des arts » à propos du choix de certaines œuvres, mais pas vis-à-vis de la « tonalité » d’ensemble donnée à cette exposition par ses organisateurs – ce qui aurait pourtant mérité d’être le cas au regard d’autres manifestations plastiques, tout aussi « questionnantes » sinon davantage, mais qui n’ont pas suscité un rejet aussi brutal (entre autres exemples, Chkoun Ahna [Qui sommes-nous ? bon compte-rendu ici], une exposition d’art contemporain qui s’est tenue à Tunis, comme bien d’autres d’ailleurs, sans le moindre problème et pratiquement au même moment).

Plusieurs jours avant l’intrusion des militants islamistes, le palais Abdellia avait déjà été le théâtre d’affrontements, strictement verbaux cette fois, entre les organisateurs et les partisans d’une ligne conciliatrice, soucieux d’éviter des éclats trop brutaux, et ceux qui soutenaient la position d’un des artistes sélectionnés, Electro Jaye, qui refusait avec véhémence que soit décrochée ou même seulement déplacée son œuvre intitulée La République islaïque de Tunisie (voir image dans le billet et commentaires sur cette discussion dans cet article). Impossible pour les « jusqu’au-boutistes » d’accepter le moindre compromis, premier pas de leur point de vue sur la voie d’une autocensure qui finira par ôter toute crédibilité au geste créateur (voir cet article).

Au-delà de leurs divergences tactiques, on remarque malgré tout que l’ensemble des acteurs de la scène plastique tunisienne partagent une même certitude, assez inquiétante : l’impossibilité, dans le contexte actuel, d’une communication apaisée entre les créateurs et une bonne partie de la population. Comme le souligne sans broncher Soufia Ben Achour dans l’article précédemment cité, peut-être faut-il « se résoudre à assister à la rupture consommée entre les artistes tunisiens exposant dans les banlieues huppées, et leur propre société »… Une société avec, en définitive, ses « ultras », à chaque extrême…

Dans ce contexte, et pour éviter l’affrontement violent entre les extrêmes justement, beaucoup d’intellectuels ne voient d’autre solution que d’en appeler à l’État, garant des libertés et seul dépositaire de la violence légitime. Raja Ben Slama (texte en arabe ici) est ainsi intervenue dans la presse pour rappeler qu’elle fait partie de ceux et celles qui n’ont pas craint, en dépit de certaines réticences, de laisser sa chance au gouvernement dominé par les islamistes d’Ennahda… Une attitude qui, pour elle, n’est plus tenable après les violences qui ont entouré le « printemps des arts ». Les intellectuels, parce que c’est leur rôle face à un populisme (shu’ûbiyya) qui flirte avec le fascisme, doivent à présent dire haut et fort que l’État, la paix sociale et même les libertés sont en danger. Pour Raja Ben Slama, on ne peut pas mettre sur le même plan, comme l’ont fait différents ministres d’Ennahda, la gauche et la droite, les artistes et les extrémistes de droite (lesquels ne sont jamais vraiment poursuivis)… Rappelant les affrontements de la Journée mondiale du théâtre ainsi que les violences policières, notamment lors de la commémoration, le 9 avril, de la Journée des martyrs (tombés lors des luttes anticoloniales de 1938), l’universitaire et psychanalyste tunisienne considère que les violences du 10 juin sont la conséquence d’une exploitation politicienne des sentiments religieux. Comment peut-on renvoyer dos-à-dos salafistes et artistes, demande-t-elle, alors que les uns se livrent à des actes de violence quand les autres ont fait le choix de l’expression artistique? Comment mettre sur le même plan la victime et son bourreau ? L’enchaînement des faits le montre à l’évidence : « vous les islamistes [d’Ennahda], vous faites fi de l’État pour le seul plaisir du pouvoir « (أيّها الاسلاميّون إنّكم تفرّطون بالدولة).

Si le « printemps arabe » a changé bien des choses, force est de constater que ce n’est guère visible dans cet argumentaire. En appeler à l’État pour protéger les artistes contre les exactions des forces obscurantistes est une position adoptée par nombre d’intellectuels et d’artistes depuis des décennies. Ainsi en Égypte, ils ont souvent choisi de se jeter dans les bras d’un régime détesté par la majeure partie de la population, avec les conséquences que l’on imagine sur la perception de la production intellectuelle et culturelle, pour se protéger des attaques extrêmement violentes des extrémistes religieux durant les années 1990 (assassinat de Farag Foda en 1992 entre autres exemples). On retrouve le même « calcul », avec des variantes propres à la situation locale, dans tous les pays de la région ou presque…

L’explication par le politique : le complot Ennahda et l’instrumentalisation de la culture

En parallèle aux analyses en termes d’opposition frontale entre deux systèmes de valeurs et même deux visions de la société, les affrontements autour du « printemps des arts » ont donné lieu à des lectures plus conjoncturelles. Bien des observateurs considèrent ainsi que les violences qui ont précédé l’imposition d’un couvre-feu en Tunisie s’expliquent par l’instrumentalisation, par Ennahda, d’un conflit qui aurait facilement pu être évité et en tout cas circonscrit. Pour Noureddine Bettaieb par exemple (en arabe) ou bien encore pour Wafaa Ben Hassine qui pose explicitement l’équation Frères musulmans égyptiens vs fouloul (partisans de l’ancien régime) = Ennahda vs Rcdistes (du nom du Rassemblement constitutionnel tunisien, le parti de l’ancien pouvoir), les islamistes au pouvoir ont tout fait pour envenimer la situation, afin de susciter l’adhésion des classes moyennes de plus en plus désireuses de sécurité et de normalité – comme en Égypte là encore –, et de toute manière plutôt spontanément enclines à adopter le point de vue des religieux face à ces artistes qui dépassent trop facilement les bornes de l’acceptable…

Sur la droite, deux des tableaux préemptés par le ministère de la Culture

Après ces jours de quasi-émeute dans le pays, l’intervention de Rached Ghannouchi, le fondateur d’Ennahda, pour appeler à manifester le vendredi, un jour avant l’annonce de la création du parti Nida Tunes (L’appel de Tunis) par Essebsi, un ancien Premier ministre de Ben Ali, est bien la preuve pour certains de l’instrumentalisation politique de l’affaire du « printemps des arts ». Une fois de plus, il s’agit de détourner l’attention du peuple des problèmes de l’heure (les fraudes au baccalauréat par exemple, mais on peut ajouter les questions économiques, etc.), tout en accusant les fidèles de l’ancien régime de semer le désordre dans la rue et tout en préparant les esprit à des mesures de plus en plus répressives, en quelque sorte expérimentées dans le domaine de la culture (les parlementaires Ennahda s’étant empressés d’évoquer la mise en place d’une législation contre l’« atteinte au sacré »).

La thèse de la manipulation pourrait être séduisante si elle n’ouvrait pas à toutes sortes de lectures totalement contradictoires. Certains considèrent ainsi que les violences qui ont poussé le gouvernement à imposer durant quelques jours un couvre-feu ont été en réalité voulues par les salafistes et Al-Qaïda (dont le « représentant en Tunisie » a publié fort opportunément un communiqué appelant à la guerre sainte) afin de pousser le parti Ennahda, juger trop mou, à prendre des mesures énergiques pour « salafiser » la société. Pour d’autres, l’affaire du « printemps des arts » est bien une provocation d’Ennahda afin d’élargir le champ des confrontations entre le libéral « président provisoire de la République » et le gouvernement dominé par Ennahda. De fait, éclatait un peu plus tard l’affaire de l’ « extradition sauvage » de l’ancien Premier ministre libyen Baghdadi Mahmoudi, livré aux autorités, assez peu légalistes, de Tripoli, en dépit de toutes les promesses de Moncef Marzouki… D’autres encore considèrent que lesdites violences sont tout simplement des provocations de la part des nostalgiques du régime pour déstabiliser le pays et préparer le retour des partisans de l’ordre ancien qui, comme par hasard, tenaient leur premier grand meeting cette semaine-là…

(A suivre : la culture et le politique, après le printemps, et pas seulement le printemps des arts…)

Le « printemps des arts » exp(l)ose à Tunis (1/2) : essai de chronologie

Entre le 12 et le 15 juin, le « grand Tunis » et sept autres gouvernorats ont été placés sous couvre-feu pour rétablir le calme après des protestations accompagnées de violences contre une exposition d’art contemporain, le « Printemps des arts ». Parfaitement emblématique des enjeux politiques de la production culturelle dans le monde arabe, l’événement a fait couler beaucoup d’encre. Cet essai de chronologie est à lire comme un préalable aux différentes interprétations de l’événement (billet à venir).

Etat islamique de Tunisie. Avec le label du ministère de la Culture on humilie le Prophète.

Le contexte est important. A la charnière de deux grands sous-ensembles régionaux, le Maghreb et les pays du Machrek, la Tunisie a apporté, dès le début de la Renaissance arabe au XIXe siècle, une importante contribution à la modernité intellectuelle et politique de la région. C’est d’ailleurs d’une œuvre d’Abul-Qacem al-Chebbi, un poète mort à Tunis en 1934, qu’a été tirée la phrase Le peuple veut…, reprise dans la quasi-totalité des Etats de la région lors des manifestations du « Printemps arabe ». Celui-ci – comment l’oublier ? – a « commencé » en Tunisie, après l’immolation par le feu de Mohammed Bouazizi le 17 décembre 2010. Modèle d’une certaine modernité sociétale (en particulier sur la question féminine), la Tunisie a été le premier pays à se débarrasser de son président (aujourd’hui hébergé en Arabie saoudite). Elle a également ouvert, politiquement, ce qui prend désormais des allures de cycle avec l’arrivée au pouvoir, par les urnes, d’un gouvernement dominé par des forces se réclamant de l’islam politique (formule qui s’est répétée, pour se limiter à ces seuls exemples, au Maroc et en Egypte).

Constante de l’histoire de la région, la rencontre explosive des sphères politique et culturelle est, elle aussi, entrée dans un nouveau cycle avec le « printemps arabe ». Dans le cas tunisien, il faut au moins rappeler l’« affaire Persepolis » en octobre 2011, avec la diffusion par la chaîne privée Nessma, juste avant les élections législatives, de ce film d’animation très critique de la République islamique d’Iran (voir ce billet). Quelques mois plus tard, en mars 2012, la célébration de la « Journée mondiale du théâtre » avait également mal tournée lorsque les membres de l’Association tunisienne du théâtre, venus rappeler que « le peuple veut à nouveau du théâtre » avaient rencontré les militants de Nusrat kitâb Allah (Ceux qui font triompher le Livre de Dieu), demandant l’inscription (تنصيص) de la loi religieuse islamique (charia) dans la Constitution. La présence simultanée des deux groupes de manifestants de chaque côté de l’avenue Bourguiba avait tourné à l’affrontement. Des artistes, et même le Théâtre municipal, un prestigieux bâtiment datant de 1902, avaient ainsi fait les frais de la colère de certains militants du mouvement extrémiste, hostiles à toute forme d’expression susceptible de détourner de l’adoration divine, et particulièrement remontés contre le théâtre, un art étranger, « importé » dans le monde arabe (à partir du milieu du XIXe siècle).

Des militants assez exaltés et qui ne manquent pas d’un certain sens de la théâtralité puisqu’ils avaient complété leurs exploits ce jour-là par un coup d’éclat hautement symbolique : l’installation, au sommet d’une horloge monumentale en plein cœur de la ville, du drapeau d’un (imaginaire) califat islamique (fond noir avec en blanc la shahada, déclaration de foi musulmane). Ils rééditaient ainsi une opération qui s’était déroulée au début du même mois de mars, lorsque certains d’entre eux avaient remplacé sur un des toits de l’université de la Manouba l’étendard tunisien par ce drapeau noir, en dépit de la résistance d’une militante étudiante. La scène, filmée sur des téléphones portables, avait suscité une très vive émotion et « l’héroïne anti-salafiste » avait été décorée quelques jours plus tard par Moncef Marzouki, « président provisoire » du pays.

Le 1er juin, la dixième édition du « Printemps des arts » était inaugurée au palais Abdellia . Organisé par des curateurs étrangers très intégrés à la scène artistique tunisienne, ce rendez-vous annuel est l’occasion pour des plasticiens locaux d’exposer leurs travaux dans ce très bel édifice du début du XVIe siècle, situé à La Marsa, banlieue très huppée de Tunis. Les œuvres des artistes, sélectionnés sur dossier, n’avaient pas à s’inscrire dans une thématique particulière,mais  le contexte du moment a fait qu’une bonne partie des travaux se sont inscrits dans une perspective très critique de l’islam politique. Un fait qui n’avait pas échappé aux organisateurs puisqu’ils ont demandé à un des exposants, Electro Jaye sous son nom d’artiste, de décrocher peu après l’inauguration un tableau intitulé La république islaïque de Tunisie. Censure ou, à tout le moins, soumission aux pressions du contexte politique pour certains, simple malentendu pour les organisateurs, l’événement n’est pas vraiment sorti du cadre des milieux spécialisés qui l’ont, en revanche, assez abondamment relayé (voir par exemple ici).

Le dimanche 10 juin, dernier jour de l’exposition, un huissier se présente au palais Abdellia pour constater l’« offense à l’islam » de certaines œuvres. Le climat est électrique, d’autant plus que tout le pays commente un communiqué du « représentant d’Al-Qaïda en Tunisie », appelant à la guerre sainte dans le pays. Depuis plusieurs jours, une campagne – mensongère en ce sens qu’elle reproduit des tableaux qui ne figurent pas dans l’exposition – circule sur les réseaux sociaux, notamment de la part des militants de Ansar al-Charia (« Les partisans de la charia« , un groupe déjà très présent lors des violences contre la station Nessma). Dans la nuit, des personnes s’introduisent par les toits, lacèrent différentes œuvres et emportent même l’une d’entre elles, une installation de Faten Gaddes intitulée Le ring.

Le lendemain, lundi 11 juin, de violents affrontements opposent, à Tunis et ailleurs, les forces de l’ordre à ce qui semble être (notent certains observateurs) des groupes de salafistes et de jeunes délinquants. Les émeutiers s’en prennent notamment à des postes de police, à des locaux syndicaux. Le bilan est lourd : plus de 700 blessés et même un mort, à Sousse.

Mardi 12 juin : de nombreux responsables politiques interviennent. Ali Laraayedh, le ministre de l’Intérieur, met en cause les salafistes, les réseaux de drogue et d’alcool et les foulouls, un terme emprunté au lexique égyptien qui fait référence aux partisans de l’ancien régime. Mehdi Mabrouk, ministre de la Culture, rappelle la nécessaire différence entre un art « normalement » provocateur et « l’agression de symboles sacrés ». A l’Assemblée nationale, des députés du parti Ennahda évoquent une législation qui encadreraient les libertés d’expression et de création pour empêcher les « atteintes au sacré », notamment « par dérision ou par ironie ». Rached Ghannouchi, le fondateur du parti islamiste Ennahda majoritaire au gouvernement, évoque le précédent européen, comparable à ses yeux, des lois mémorielles, imposant un point de vue officiel sur certaines questions.

Le mufti de la République, Othmane Batikh, publie un communiqué qui considère que les œuvres incriminées « comportent des représentations symboliques portant outrage au sacré en islam. Les symboles sacrés de l’islam sont des lignes rouges à ne pas franchir. »). Le lendemain, c’est l’imam de la Zitouna, la principale institution religieuse du pays, qui rappelle qu’il est licite de verser le sang des kuffâr (mécréants, impies, renégats, apostats : la notion, complexe, est loin de recouvrir le même sens dans le langage courant ou pour les juristes).

Un couvre-feu est imposé de 21 heures à 5 heures du matin à Tunis et dans sept régions du pays.

Jeudi 14 juin, le ministère de la Culture affirme que six œuvres du Printemps des arts ont été confisquées. A la surprise générale, la grande manifestation du lendemain, à laquelle pourtant appelle le parti Ennahda, est annulée.

Vendredi 15 juin : conférence de presse réunissant plusieurs intellectuels, dont le Secrétaire général des écrivains tunisiens. Les participants condamnent en particulier les propos du ministre de la Culture et réclament sa démission. Dans l’immédiat, une plainte est déposée contre lui, ainsi que contre les ministres de l’Intérieur et des Affaires religieuses. Menacés (ils sont presque une trentaine dans ce cas), des artistes se sont mis à l’abri en quittant le pays. Les autorités annoncent la levée du couvre-feu.

Samedi 16 juin : Béji Caïd Essebsi, ancien Premier ministre de Ben Ali et dirigeant du RCD (parti au pouvoir dissous après la révolution), annonce la création d’un nouveau parti, Nidaa Tounes (L’Appel de la Tunisie).

Mardi 19 juin : l’huissier qui s’était présenté au palais Abdellia est arrêté pour des actes « assimilables à des troubles à l’ordre public » (publication de photos des toiles sur Facebook et manquement à son devoir de réserve). En revanche, l’imam de la Zitouna, Hocine El-Laâbidi, n’est pas poursuivi.

Fin, sans nul doute provisoire, de l’épisode avec l’essentiel des faits (qui peuvent toujours être complétés dans les commentaires). A suivre…

Art et (contre-)révolution : Le Chœur du peuple d’Abdel-Hadi al-Gazzar censuré

Avant de revenir dans un prochain billet sur les violences déclenchées (?) par une exposition d’artistes contemporains à Tunis, l’actualité culturelle et politique impose de faire un détour par Le Caire, preuve s’il en était besoin que ces questions (voir ce billet de février dernier) n’ont pas fini de faire l’actualité… (À signaler d’ailleurs, lun nouveau numéro de la revue MERIP, intitulé The Art and Culture of the Arab Revolts).

À en croire cet article (en arabe) dans Al-Akhbar, c’est Mohammed Abu el-Ghar, un des dirigeants du Parti égyptien démocratique social qui a le premier dénoncé ce scandale : mardi dernier, un article publié dans la rubrique « le monde de la culture » (Dunya al-thaqâfa) du « quotidien de référence »  Al-Ahram a osé reproduire en la défigurant une œuvre du très célèbre peintre égyptien Abdel-Hadi al-Gazzar. Au milieu du tableau intitulé Le Chœur du peuple (ou encore Le Théâtre de la vie selon d’autres sources), la poitrine dénudée d’un des personnages a été recouverte par une main anonyme d’un très inesthétique et pudibond rectangle noir.

On pourrait sourire de cet acharnement à cacher « ce sein que l’on ne saurait voir » (et davantage) en milliards d’exemplaires sur internet… Mais pour aggraver les choses, l’illustration venait – assez ironiquement – illustrer un article sur la manière dont l’art et les artistes défient l’injustice (original de l’article en arabe) En effet, cette œuvre du « peintre de la révolution » (de 1952) comme l’expliquait Alain Roussillon dans cet article est particulièrement célèbre dans l’histoire de l’art moderne arabe car elle a suscité, en 1948 (ou 1949 selon d’autres sources), le premier emprisonnement d’un artiste (et de son galériste).

Dans l’Egypte du roi Farouk, ce n’était pas pour « obscénité » qu’on condamnait un artiste, mais à cause de ses idées révolutionnaires et de sa dénonciation de la misère dans laquelle vivait le peuple. Aujourd’hui, c’est l’exposition du nu (voir ce billet) qui suscite les foudres des censeurs, fort prompts à y voir une « atteinte au sacré ».

Sans commentaire (mais les vôtres sont les bienvenus !)

« Shankaboot » : une petite révolution sur le web arabe

 

www.shankaboot.com

 

Les mots-valises sont rares en arabe, mais quand il y en a, ce sont de vraies trouvailles ! Mahmoud Darwich avait ainsi inventé, dans Une mémoire pour l’oubli, « sirnâma » (سار + نام), marcher dans son sommeil, somnambuler. Dans un tout autre registre, on a aujourd’hui shankaboot, forgé sur « réseau » et « araignée » (شبكة + عنكبوت), deux des mots utilisés pour désigner le Web. « Shankaboot », c’est le nom que donne Suleiman à son scooter, son instrument de travail à Beyrouth où il s’est « inventé » un métier. Suleiman a quinze ans – même s’il affirme qu’il en a 20 – , il ne va pas à l’école et gagne sa vie en livrant tout ce dont le voisinage peut avoir besoin. L’occasion pour lui de voir s’ouvrir toutes les portes, de rencontrer toutes sortes de personnes, et de vivre bien des aventures que raconte Shankaboot, la web drama du même nom.

Lancé en mars 2010, le premier feuilleton arabe sur internet en est aujourd’hui à sa cinquième saison (à raison d’une dizaine d’épisodes par saison). L’effet de nouveauté est passé, la shankamania est peut-être un peu retombée, mais durant les six premiers mois le site a tout de même attiré plus de 100 000 visiteurs (jusqu’à 2 000/jour), 320 000 épisodes avaient été vus sur YouTube, et 30 000 sur Facebook où la page de la série rassemble aujourd’hui presque 30 000 membres… Une réussite saluée par de nombreux prix internationaux, tel que le prestigieux Digital Emmy Awward en 2011.

Shankaboot est produit par Batoota Film, une société de production fondée par Katia Saleh, une « ancienne » de Channel 4. Une expérience qui a dû l’aider à convaincre le BBC World Service Trust, un fonds d’aide à la création surtout pour les pays d’Afrique, d’Asie ou du Moyen-Orient. En effet, cette web drama n’est pas un produit commercial même si, le succès aidant, elle pourrait évoluer en film ou drainer quelques rentrées publicitaires. Au contraire, c’est une production en quelque sorte « engagée ». A la manière d’aujourd’hui, surtout pour son public cible, la tranche des 15-25 ans (voire un peu plus), cette génération des « natifs du numérique » dans le monde arabe qu’on a vu à l ‘œuvre, avec des fortunes diverses, dans les divers soulèvements de l’année 2011 (le lancement de la 4e saison de Shankaboot a même été quelque peu perturbé par la chute de Moubarak !). Gavée de chaînes satellitaires et de vidéoclips, la jeunesse arabe – en tout cas celle des middle class urbaines – se tourne de plus en plus vers internet qui lui offre un univers de possibilités qui, avec les applications nomades pour smart phones, accompagnent sa vie quotidienne.

A l’origine, le « concept » d’une série internet n’a bien entendu rien de spécifiquement arabe mais le projet de l’équipe de Shankaboot (6 scénaristes, avec en particulier Bassem Breish) est précisément de proposer au public local quelque chose de différent des feuilletons turcs ou mexicains. Montrer ce dont les médias mainstream ne parlent pas, contribuer à créer, parmi les jeunes générations branchées en permanence sur le numérique, une conscience sociale en n’hésitant pas à traiter de problèmes aussi tabous que la drogue, le confessionnalisme, les relations de classe (mais si !), la prostitution et le sexe, la situation des (esclaves) domestiques, la course à l’argent et au paraître, etc. Autant de sujets qui passionnent la jeunesse, et qui « passent » parfaitement car Shankaboot s’inspire d’histoires quotidiennes pour mettre en scène des personnages ordinaires (les acteurs sont amateurs), qui parlent le langage de la rue.

https://www.facebook.com/shankaboot

Pas de sermons ni de leçons de morale, mais tout cela reste bien superficiel, diront les grincheux ! (D’autant plus que chaque épisode ne dure que 5 minutes, menées à train d’enfer, à la fois pour s’adapter aux modes de consommation du public et pour tenir compte des débits très médiocres d’internet au Liban avec des temps de déchargement qui ne sont acceptables pour l’internaute que s’il découvre à chaque fois des séquences très brèves. Mais précisément, Shankaboot, ce n’est pas que le feuilleton : le site où l’on peut visionner les épisodes (en plus de Facebook et YouTube) est conçu comme une plate-forme interactive où les fans sont appelés à débattre sur les sujets évoqués dans les séries et même à intervenir sur certains aspects de l’histoire. Il y a aussi des rencontres scolaires, et surtout des ateliers qui s’efforcent de faire essaimer « l’esprit Shankaboot » dans la région (un tiers des visiteurs provient de Jordanie, d’Egypte et d’Arabie saoudite semble-t-il). Dans la rubrique « shankactive », on trouve ainsi plusieurs mini-projets, tournés sur des téléphones portables – on est pas très loin de la révolution « pixelisée » voir ce billet –, de préférence un Nokia, société qui a développé une application pour faciliter le visionnage de la série ! Là encore, on n’est jamais très loin du politique, comme dans cette séquence, mise en ligne en mai 2011, où l’on voit une jeune Syrien chercher partout dans le pays la tombe la moins chère possible…

Internet, principal vecteur de diffusion d’une série destinée au 15-23 ans du monde arabe pour évoquer les vrais problèmes dans cette région, selon des modalités narratives qui assument leur rupture avec les codes narratifs traditionnels : Shankaboot, imaginé en 2009 et mis en ligne à partir de mars 2010, était bien, à plus d’un titre, une petite révolution sur le web arabe !

Tout un dossier de presse est disponible sur le site de la première web drama arabe où l’on peut bien entendu visionner tous les épisodes, sous-titrés qui plus est !

Des « chaînes » sur les médias arabes : de la place pour Al-Mayadeen ?

"Canal Al-Mayadeen : la réalité telle quelle." (Ghassan Ben Jeddou, président du CA de la chaîne et directeur des programmes)

Au temps des médias sociaux, les « vieux » médias ne doivent pas être enterrés trop vite ! Dans le monde arabe, plusieurs événements viennent de nous le rappeler. À Doha – capitale du Qatar et de l’information télévisée arabe car c’est le siège d’Al-Jazeera – s’est tenue tout récemment la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de la Ligue arabe. De nouvelles sanctions ont été demandées à l’encontre de la Syrie et, parmi celles-ci, l’interdiction de toutes les chaînes télévisées syriennes diffusées sur les satellites Arabsat et Nilesat (toutes, cela veut dire y compris Syrian Drama, même si sa programmation ne comporte que des feuilletons). Juridiquement, Nilesat est la propriété d’une société privée égyptienne qui, dans les limites du droit commercial, peut faire ce que bon lui semble. Pour Arabsat, c’est plus compliqué car le satellite est une joint venture entre les différents Etats arabes, à laquelle la Syrie est naturellement associée. Mais depuis novembre dernier la Syrie est « provisoirement exclue » de la Ligue (une décision sans précédent, si ce n’est celui de l’exclusion de l’Egypte à la suite des accords de Camp David). Juridiquement, l’affaire va être compliquée.

On l’a un peu oublié mais en septembre dernier l’Union européenne avait déjà pris des mesures similaires contre le ministère de l’Information syrien mais également contre une chaîne locale, Addounia TV, accusée d’inciter à la violence et retirée du satellite Hotbird, propriété d’Eutelsat. (Sans oublier l’interdiction de la chaîne palestinienne Al-Aqsa par le CSA français en 2010, ou celle plus ancienne encore d’Al-Manar, par le CSA à nouveau mais également dans d’autres pays comme les USA, l’Espagne ou l’Allemagne.) Autant de bannissements qui, pour certains, constituent une sérieuse limitation au droit à la diversité d’opinion, même s’il existe bien entendu des solutions de rechange, les satellites russes ou iraniens pour les Syriens, ou encore internet. Ce qui vient de se passer à Doha fait malgré tout remonter à la mémoire une autre réunion de la même Ligue arabe, en février 2008, lorsque les ministres de l’Intérieur du monde arabe tentèrent d’imposer une « charte de bonne conduite », qui ne présageait rien de bon pour la liberté de l’information (à l’époque seul ou presque Qatar s’y était opposé !). Le « printemps arabe » est passé mais les mauvaises habitudes perdurent… Nouveaux médias en ligne ou pas, ces décisions officielles confirment que la télévision est en première ligne dans les conflits géopolitiques régionaux.

Dans ce contexte, on annonce le lancement la semaine prochaine, à Beyrouth, d’Al-Mayadeen. A première vue, la nouvelle chaîne d’information va avoir du mal à trouver sa place, « coincée » qu’elle est entre les deux actuels mammouths de l’info, Al-Jazeera (Qatar) et Al-Arabiya (Arabie saoudite) d’un côté et, de l’autre, les deux mastodontes en puissance, Sky News Arabia que vient de lancer à Dubai News Corp, le groupe de Rupert Murdoch, et Al-Arab, le projet d’Al-Waleed bin Talal, patron du groupe Rotana, annoncé pour novembre prochain à Manama. On suppose que ses moyens ne lui permettront pas de jouer dans la catégorie des poids lourds, même si les informations sur son financement sont plus que lacunaires. Cinq cents employés (dont 125 journalistes), un siège provisoire dans la banlieue sud (pas vraiment le quartier branché de la capitale libanaise), des bureaux au Caire et à Tunis pour le monde arabe, à Damas aussi semble-t-il, Téhéran, Washington, New York, Londres et Moscou pour le reste, un réseau de correspondants dans toute la région avec un effort particulier pour la Palestine… Des moyens existent tout de même, en provenance selon certains de l’Iran, de la Syrie et du Hezbollah, quand d’autres affirment qu’ils proviennent au contraire du Qatar, de la Turquie et de quelques hommes d’affaires du Golfe. Deux hypothèses parfaitement opposées, qui s’accordent néanmoins sur l’essentiel : « printemps arabe » ou pas, aucun projet médiatique arabe d’envergure ne peut voir le jour sans appuis politico-financiers…

Même sans informations précises sur les bailleurs de fonds, on n’a pas trop de mal à deviner le créneau que Al-Mayadeen va chercher à occuper dans le paysage médiatique panarabe. Son rédacteur en chef n’est autre que Ghassan Ben Jeddou (Ghassan Bin Jiddu غسان بن جدو). Panarabiste convaincu, cette étoile des médias arabes, réputée proche du Hezbollah, a démissionné avec fracas en avril 2011 d’Al-Jazeera auquel il reprochait une couverture des soulèvements arabes à la fois trop discrète sur la répression au Bahreïn et trop tonitruante dans le cas syrien… Même profil pour Sami Kleib (سامي كليب), parti lui aussi en claquant la porte de la chaîne qatarie, ou pour le reste de l’équipe qui compte, entre autres recrues prestigieuses, Zahi Wahbé (زاهي وهبي) pour la culture et George Galloway, l’étonnant député propalestinien de la Chambres des Communes !

Krayyem, Kleib and bin Jiddo, conférence de presse, juillet 2011 (source : The Daily Star: http://www.dailystar.com.lb)

L’équipe ne serait pas complète sans Nayef Krayyem, dont la présence dans le trio fondateur lors d’une conférence de presse en juillet dernier interroge. Le Directeur général (General Manager) d’Al-Mayadeen est en effet un ancien haut responsable d’Al-Manar, ce que rappelle le site nord-américain très conservateur Pjmedia, qui s’étrangle de constater que les bureaux de cette chaîne « liée au Hezbollah » ne seront qu’à « quelques blocs de la Maison Blanche » ! En oubliant de mentionner tout de même que Krayyem, à l’itinéraire sans doute un peu sinueux, a quitté Al-Manar, en assez mauvais termes d’ailleurs, depuis une bonne dizaine d’années…

Al-Mayadeen (الميادين), en arabe, cela peut signifier « les domaines », « les sujets » mais également « les places », une référence parfaitement assumée aux grandes places qui, au Caire ou ailleurs, ont été le théâtre des divers soulèvements arabes. A l’heure où l’étoile d’Al-Jazeera pâlit (voir aussi cet article en anglais de Vivian Salama), on peut imaginer, même si le pari est audacieux, qu’il y a de fait de la place, pour une chaîne comme Al-Mayadeen dans le paysage quelque peu « enchaîné », par l’argent et la politique, de l’information télévisée arabe.

Comique troupier : la révolution syrienne et ses vedettes

Avant d’être un genre à part entière, tremplin pour des stars en puissance de l’envergure d’un Fernandel, le comique troupier désigne tout simplement l’artiste comique se produisant devant les troupes. La définition s’applique assez bien à la prestation de Bernard-Henri Lévy paradant sur la Croisette devant quelques vétérans en uniforme de la « campagne de Libye », sans oublier, clou du spectacle, deux authentiques révolutionnaires syriens, exfiltrés de leur pays au prix de tous les dangers et exhibés devant les caméras sous un camouflage ridicule associant lunettes fumées et drapeau du soulèvement syrien. Evoquant l’événement sur le site de La règle du jeu, revue dont BHL est le rédacteur en chef, Laurent David Samama commence ainsi son article :

« Cannes 2012. Un peu avant la montée des marches, libyens, syriens1 et autres résistants acharnés de la démocratie se retrouvent dans les arrières salons (sic) de l’hôtel Majestic. Les regards sont lourds. La conversation est franche, l’ambiance est à la camaraderie mais le contexte de la venue des participants est compliqué. »

La scène est campée, au Majestic, certes, mais seulement dans les « arrière-salons » ! L’heure est grave… Cela se poursuit un peu plus loin ainsi :

« J’écoutais les voix les plus critiques jusqu’à ce que je foule à mon tour le tapis rouge et vive le tumulte [souligné par l’auteur]. Là on mesure la portée d’un mouvement de pensée existentialiste, droit-de-l’hommiste et interventionniste qui se concrétise. Des centaines de photographes, de cameramen, journalistes et spectateurs appellent, interpellent,  demandent dans un incroyable brouhaha de se retourner et de leur expliquer la raison de votre venue. Des milliers d’objectifs vous fixent, la montée des marches est retransmise en direct à la télévision et, alors que la cohorte progresse jusqu’à la salle de projection. De New York à Tunis, de Téhéran à Tel-Aviv, le monde entier vous regarde. Il serait bête de ne pas profiter de l’aubaine pour médiatiser le combat contre Bachar al-Assad et les islamistes. »

La « portée d’un mouvement de pensée existentialiste, droit-de-l’hommiste [ !] et interventionniste »… Ciel ! Retenons la dernière phrase : « le combat contre Bachar al-Assad et les islamistes ». Publiée dans la revue qu’il dirige, on peut penser que ce texte est fidèle à la pensée du maître qui, par ailleurs, a expliqué en long et en large dans son film – c’est le thème du Serment de Tobrouk – combien l’Histoire lui doit pour cette « ingérence réussie ».

Bousculant les règles avec une conférence de presse avant la projection et non pas après comme le veut la coutume (c’était peut-être mieux ainsi aux dires des premières critiques), ce show organisé sur la Croisette, avec figurants encagoulés, avait pour objectif majeur d’associer deux révolutions arabes dans une même nécessité, celle de l’intervention armée. Dans le cas syrien, il s’agit, selon BHL, de lutter « contre Bachar et les islamistes ».

L’association est difficile à saisir : on ne fera pas l’injure à BHL et à son équipe de penser qu’ils ignorent que le régime syrien justifie ses pires exactions au nom de la lutte contre le fanatisme musulman, en l’occurrence sunnite. Proposent-ils une intervention armée à la fois contre le pouvoir et contre les groupes armés extrémistes qui, aux dires même de l’ONU, sont désormais présents dans les rangs de la révolte syrienne ? Au regard de ses antécédents, on espère que BHL ne passera pas une fois de plus par dessus la tête du ministre concerné pour déclencher la foudre guerrière car ce serait une inflexion majeure de la diplomatie française ! Le plus probable, malheureusement, c’est qu’en associant islamistes et Bachar al-Assad l’échotier de La règle du jeu écrit rigoureusement n’importe quoi. Des chiffons rouges agités pour amuser la galerie et « justifer » les analyses géostratégiques de l’ancien « nouveau philosophe ».

Les opposants syriens, ceux de toujours et qui souffrent avec leur pays, avaient raison il y a quelques mois de cela de supplier BHL de leur épargner son soutien ! Car pour faire bonne mesure, le philosophe suprême – selon une dépêche AFP que l’on trouve en arabe sur le site Elaph  par exemple – a déployé tout son sens politique pour expliquer que le destin des Libyens ne pouvait se comparer dans l’histoire qu’à celui du mouvement sioniste en Israël !

Dans le monde arabe aussi, les « vedettes » disent leur mot sur la révolution syrienne. Entre stratégie de réconciliation après des années de compromission avec le pouvoir et engagement sincère, les soulèvements arabes leur donnent l’occasion de se manifester comme jamais (alors que les « intellectuels légitimes » sont, dans plus d’un cas, étrangement muets, ou terriblement mal à l’aise).

Mawazine, le méga-festival marocain, a ainsi été l’occasion de déclarations publiques un peu embarrassantes pour les organisateurs qui n’avaient pas prévu que la scène musicale servirait de tribune à des déclarations assez peu diplomatiques. Déjà remarquée pour ses positions, la syrienne Asalah a confirmé son engagement en dédiant une chanson « aux courageux révolutionnaires qui défendent notre liberté ». Elle n’a pas précisé, mais le message est sans ambiguïté. Et les voisins – sans précision là non plus – n’ont pas été épargné : « on ne jette pas de pierres quand on habite une maison de verre ! » (Vexés, les journalistes libanais sont sortis, on se demande bien pourquoi !)

Mais c’est tout de même le Libanais Fadl Shaker qui a assuré l’essentiel du spectacle. D’origine palestinienne mais né à Saïda dans un milieu très populaire, celui qu’on connaissait comme un crooner a surpris tout le monde il y a quelques semaines en mettant sa renommée au service d’un certain Ahmad al-Asir (billet par Romain Caillet dans les Carnets de l’Ifpo), cheikh originaire de la même ville du Sud-Liban désormais résolument engagé dans un soutien à la révolte syrienne qu’on qualifiera d’« énergique » (avec les traductions concrètes de ce terme sur la scène locale comme on a pu le voir dans le nord du pays en particulier).

A Casablanca, Fadl Shaker a profité de son tour de chant pour agonir d’injures le président syrien (Que Dieu le détruise ! Qu’il l’emporte en enfer !), en demandant aux spectateurs de soutenir ces invocations à grand renforts de Amen ! (Oui, ça se dit pareil en arabe !) En guise de confirmation de cette conversion à la juste voie des croyants, Fadl Shaker – dans la grande tradition locale des artistes repentis – a annoncé sur Al-Rahma, une télé (très) religieuse, qu’il renonçait désormais à la chansonnette pour se consacrer au seul chant religieux…

« Contre Bashar al-Assad et les islamistes » dit-on à La règle du jeu, alors que Fadl Shaker, le néo-converti de choc soutient la révolution en Syrie ? Cela devient de plus en plus difficile à comprendre, Monsieur Lévy…

La photo signalée dans le commentaire de Sosso !
  1. Sans majuscule, ce sont juste des adjectifs, comme des adjuvants au grand show « béhachellien »! []

Disparition de Warda, « la rose pourpre du Caire » : Nous sommes toujours là !

Qu’ajouter à tout ce qui a été écrit à propos de la disparition soudaine de Warda al-Jazairia (وردة الجزائرية ), « Warda – la rose – d’Algérie », qu’on pourrait aussi appeler « La rose pourpre du Caire » tant sa vie fut intimement liée à la capitale égyptienne et à une certaine idée du monde arabe ? Dire que le monde arabe pleure la disparition d’une des dernières grandes figures de cette génération de légende, celle des luttes pour l’indépendance et du nationalisme arabe triomphant ? A la différence de l’Algérie, il n’y aura pas de célébration officielle en France pour la disparition de sa plus célèbre chanteuse arabe ! Car c’est bien en France, qu’est née Warda, à Puteaux, en 1939, et c’est à Paris qu’elle fit ses débuts artistiques.

Warda, c’est l’envers de Dalida – une vraie gloire nationale, elle ! L’ancienne reine de beauté égyptienne choisit la France en 1954, quand la jeune chanteuse du Tam-tam au Quartier latin doit quitter son pays natal, en 1958. Warda-la-rouge partage la lutte des Algériens pour leur indépendance, fait don de ses cachets aux FNL… Avec de telles idées, il vaut mieux ne pas traîner sur les bords de la Seine quand Maurice Papon est préfet de Paris… Elle se rend au Maroc, puis à Beyrouth, gagne finalement le pays de sa famille où elle se marie en 1962.

Juste avant, elle a le temps de participer à un grand moment de la culture arabe quand elle se fait politique : l’enregistrement de Ma grande patrie (Titre exact, Ma patrie chérie, ma grande patrie, il s’agit de la nation arabe, cela va de soi à l’époque de Nasser وطني حبيبي وطني الاكبر ). Mohammed Abdel Wahab en est le compositeur et dirige l’orchestre, tandis que les choristes et même les danseurs dressent la scène pour une bonne partie des vedettes de la chanson arabe de l’époque : Abdel Halim Hafez (عبد الحليم حافظ ), Sabah (صباح ), Faiza Kamel (فايزة كامل , un peu une erreur de casting !), Shadia (شادية ), Najat El-saghira (نجاة الصغيرة ). Une « opérette nationaliste » – l’expression est sans doute inventée pour l’occasion – qui reste dans bien des mémoires arabes. Tout juste cinquante ans plus tard, cette ode aux luttes anticoloniales et à l’unité arabe déclenche encore des passions dans les commentaires sur YouTube !

Warda et Baligh Hamdi

Quand Warda-de-Puteaux retrouve le pays de ses parents, ce n’est pas seulement la France mais toute la nation arabe qui perd une voix exceptionnelle. Son mari, acquis à l’indépendance mais pas à celle de sa femme, lui interdit de chanter. Le public n’entendra à nouveau sa voix qu’en 1972, quand Warda répond à l’appel du père de la nation algérienne, Houari Boumedienne, pour commémorer le dixième anniversaire de la libération du pays. Un retour sur la scène qui est aussi une scène de ménage ! Pour son mari, le contrat est rompu et il exige le divorce. Une perte pour l’Algérie aussi car sa rose gagne Le Caire, et le cœur de Baligh Hamdi (بليغ حمدي ), joueur de oud et surtout grand compositeur. Pour Warda comme pour les autres voix « périphériques », surtout du Maghreb –la Tunisienne Latifa par exemple –, le passage par la capitale égyptienne est la condition sine qua non d’une carrière à l’échelle de la patrie arabe (c’était avant les charmes pétrolifères de Rotana, la signature de Warda étant une des « victoires » de la méga-société saoudienne de production musicale : article en arabe).

La nouvelle rose du Caire voit toujours la vie en rouge et n’a rien perdu de ses convictions. Dans les années 1980, bien après la mort de Nasser, elle interprète un hymne au bouillant colonel Kadhafi qui a le don d’exaspérer Sadate ! On raconte qu’il aura fallu l’intercession de sa femme, Jihane, pour que Warda puisse poursuivre sa carrière en paix !

Jusqu’à sa mort brutale – quelques jours plus tôt, son fils annonçait encore qu’elle était en train de préparer un clip vidéo –, Warda l’Algérienne du Caire, oublieuse de son pays de naissance, s’efforçait de concilier ses attaches auprès de ses deux patries d’adoption, l’Égypte et l’Algérie. Au risque de quelques déchirements, au moins pour certains de ses fidèles de toujours… Au temps de la « guerre du foot » qui déchira les supporters des deux pays en novembre 2009, elle fit partie des voix qui tentèrent de ramener les esprits à la raison. Dans Le Caire de l’après-Moubarak, elle fut quelque peu prise à partie pour avoir été trop conciliante avec l’ex-président (elle était loin d’être la seule, et son cas a rapidement été oublié).

Quelques semaines avant le retour en grande pompe de sa dépouille en Algérie, Warda y avait déjà fait un étonnant come back, avec une chanson en l’honneur d’un demi-siècle de révolution (?) : Nous sommes toujours là ! (ما زلنا واقفين ). Pour l’occasion, un clip avait été tourné, avec une Algérie de carte-postale, et qui sent un peu trop l’hommage à un pouvoir politique qui, lui aussi, n’en finit pas d’être là, et bien là ! Pas vraiment le genre de clip capable de mobiliser la jeunesse du « printemps arabe », une jeunesse qui est bien lasse, elle, de ces mêmes visages, un demi-siècle plus tard…

Plutôt que ce clip de trop – inclus dans cet article  en français par ailleurs très recommandable –, prenez vraiment dix minutes pour un voyage dans le temps et les souvenirs, avec Ma grande patrie (deux versions : la première, bien remastérisée, et la seconde, un peu moins nette, mais avec des sous-titres anglais ; paroles arabes – un peu cafouilleuses – ici ; Warda apparaît vers la sixième minute). A titre de comparaison, cruelle, vous pouvez retrouver d’autres « opérettes nationalistes » avec ce billet sur Le rêve arabe, une « opérette » de la fin des années 1990, et cet autre, cette fois sur La conscience arabe, qui date, elle, de 2008.

 

Rap et « Bloc identitaire » : du travail d’Arabe !

 

Rien ne va plus en France ! Un certain “Bloc identitaire” mobilise à Grenoble contre le “racisme anti-blanc” de Kerry James, un rappeur natif de la Guadeloupe que n’ont pas convaincu les propos de l’ex-président Nicolas Sarkozy sur la colonisation1. Ces militants qui cherchent à préserver nos « identités historiques et charnelles » semblent trouver leur inspiration au-delà des frontières, chez les Arabes en plus ! Au Maroc, où la justice est bien tenue, on vient de condamner un rappeur. Avec une belle constance car c’est la seconde fois que L7a9d (lire : al-Haqed الحاقد) subit un traitement que l’extrême droite française aimerait peut-être faire appliquer en France. Arrêté le 29 mars dernier, le jeune rappeur proche du mouvement du 20 février se voyait reprocher cette fois une vidéo mise en ligne sur YouTube (elle n’est plus disponible). Pour illustrer les paroles d’une de ses chansons, Les chiens de l’État (كلاب الدولة), on voyait une séquence où des policiers à tête d’âne maltraitaient un citoyen.

Suite à une plainte déposée par la Direction générale de la sûreté nationale, le tribunal a prononcé une peine d’un an de prison (ferme) et 90 euros d’amende pour « outrage à un officier public dans le cadre de ses fonctions et à un corps constitué ». « Un an ferme », cela paraît être le tarif en vigueur auprès des tribunaux du pays. Rachid Niny, ex-rédacteur en chef du quotidien Al-Massae (المساء  : arabophone, la plus grande diffusion dans le pays), vient en effet d’être libéré il y a quelques semaines, après une année derrière les barreaux pour « atteinte à la sécurité du pays et des citoyens ». Était en cause cette fois une série d’éditoriaux (sous le titre « Voyons voir ! » شوف تشوف), qui s’intéressaient trop à la question de la corruption. Fidèle au principe de l’indépendance de la justice, le roi a préféré ne pas user de son droit de grâce en février dernier, afin que le condamné « fasse son temps », comme l’avait prévu la loi.

De telles condamnations doivent faire rêver les « identitaires » sur les rives de l’Isère… Hélas, même au Royaume enchanté du Maroc les choses évoluent, à cause de cette Constitution que le souverain marocain a proposé en référendum en juillet dernier, et qui prévoit expressément (article 92) une stricte séparation des pouvoirs. Ces jours derniers, quelque 1 800 juges, réunis au sein du Club des magistrats du Maroc (نادي قضاة المغرب ), une création du « printemps marocain » là encore, ont signé une pétition pour que soit acté le nouveau statut constitutionnel de la justice.

Ce n’est pas le nouveau ministre en charge de la loi marocaine qui les contredira. En dépit d’une promesse du parti Justice et développement (PJD, un parti dit « islamiste ») dont il est proche, il avait fait savoir avant le jugement du rappeur L7a9d qu’il n’interviendrait pas, au nom du sacro-saint principe de l’indépendance de la justice. On attend avec intérêt les positions du PJD sur les transformations constitutionnelles à venir…

La vidéo incriminée n’est donc plus en ligne, mais on peut encore écouter le titre ici. On y trouve les paroles en arabe marocain et je me joins à Ted Swedenburg pour réclamer une traduction (français, anglais ou espagnol, au choix!). L7a9ed (vous vous habituerez à cette écriture, couramment pratiquée par un hebdo comme TelQuel au Maroc par exemple) possède son site (en tout cas, il est à son nom, l’illustration vient de là).

  1. « La vérité, c’est qu’il n’y a pas eu beaucoup de puissances coloniales dans le monde qui aient tant œuvré pour la civilisation et le développement et si peu pour l’exploitation. On peut condamner le principe du système colonial et avoir l’honnêteté de reconnaître cela. »
    Nicolas Sarkozy, 9 mars 2007, meeting de Caen
    . []