Sama et Pharaon (L’Egypte, musulmane et délurée, 1 bis!)

En complément au précédent billet – un peu en différé à cause de la situation à Gaza -, cet article (en arabe) publié dans Al-Quds al-‘arabî, qui nous en apprend davantage sur les activités d’Ahmed El-Sobki, évoqué un peu plus tôt. Apparemment, l’empereur de la production cinématographique populaire arabe est bien décidé à diffuser sur Time Cinema, sa chaîne télé, les œuvres les plus torrides du grand écran arabe : Hammam al-malâtîlî (du nom d’un célèbre hammam au Caire), Voyage d’une vie (Rihlat al-‘umr), Une femme de mauvaise réputation (Imra’a sayyi’at al-sum’a), La femme des lunes noires (Sayyidat al-aqmâr al-sawdâ’), Rue de feu (Shawâri’ min nâr), Pécheurs (Mudhnibûn). Tous ces titres impérissables, généralement produits dans les années 1970 et qualifiés en arabe d’ibâhiyya (licencieux) bien qu’ils n’aillent pas au-delà de ce que montre l’image ci-dessous (cliquer pour agrandir), pourraient donc revoir le jour sur les écrans télés, à défaut de vivre leur vie « normale » dans la pénombre des salles obscures !!!

Après avoir été tenus dans l’ombre par l’essor de l’islam politique pudibond à partir des années 1970, c’est paradoxalement la victoire politique des Frères, à la suite des soulèvements de 2011, qui leur aura permis de retrouver la lumière ! Pour Kamal el-Kadi, l’auteur de l’article mentionné, une telle décision s’inscrit sans doute aucun dans une sorte de mobilisation générale des intellectuels et des artistes bien décidés à tester les intentions du nouveau régime en place et à vendre chèrement sa liberté de création… Mais on a le droit de pencher davantage pour une autre hypothèse, celle qu’il se contente d’évoquer rapidement au début de son article, à savoir l’instrumentalisation astucieuse par El-Sobki, le roi de la comédie populaire, du contexte actuel.

Dès lors qu’ils ont quitté l’opposition en arrivant au pouvoir, en situation d’exercer la censure après en avoir été si longtemps les victimes, les courants de l’islam politique se trouvent placés dans une position qui les oblige à modifier de fond en comble leurs choix politiques en général, et à renégocier totalement leur discours sur les questions de société en particulier. Pris dans la logique de l’exercice du pouvoir, lequel passe par d’inévitables compromis entre les partisans des extrêmes, les Frères musulmans sont visiblement soumis à toutes sortes de pressions, internes et externes, locales et internationales, qui ouvrent, de manière apparemment inattendue mais en réalité assez inévitable, des espaces de liberté à ceux qui, tels El-Sobki, se montrent suffisamment malins pour exploiter les interstices du contexte actuel.

Pour beaucoup d’observateurs, pour l’opposition égyptienne et aussi une bonne partie de la population, le (second) coup d’Etat feutré que vient d’opérer, avec beaucoup d’opportunisme politique, le président Morsi, tout juste auréolé de ses succès diplomatiques à Gaza, est le prélude à une nouvelle dictature. On n’est pas obligé de les croire sur parole et on verra bien ce qu’il en sera dans les faits. A regarder la scène culturelle (au sens large du terme il est vrai), on voit bien que les choses ne sont pas si simples et que le parti Liberté et Justice va bien devoir composer, ne serait-ce que par sens politique, avec les réalités de la société égyptienne, et éviter le choc frontal, en particulier sur la question des mœurs.

Surtout si l’interprétation populaire de la bonne règle musulmane est servie par des interprètes aussi… spirituelles que l’actrice et danseuse orientale, Sama El-Masry. La belle avait déjà défrayé la chronique en laissant dire qu’elle était l’épouse (selon les rites du mariage coutumier) d’un ex-député islamiste, devenu brusquement célèbre pour s’être prétendu victime d’une agression alors qu’il n’avait subit qu’un nose job (rien de sexuel là-dedans, c’est juste une opération esthétique). Mais depuis quelque jours, la Toile égyptienne (et arabe) se tord de rire en visionnant le clip qu’elle vient de réaliser. On la voit mettre en évidence des atouts… manifestes dans sa critique du nouveau pouvoir égyptien qu’elle éreinte (étymologiquement « rompre les reins » faut-il le rappeler!) avec force allusions transparentes à quelques-unes de ses « saillies » les plus célèbres : depuis Toz fi Masr (quelque chose comme « l’Egypte mon cul ! »), malencontreusement lâché lors d’une émission télévisée par celui qui allait devenir président, jusqu’à la mangue, fruit capiteux et source d’inépuisables plaisanteries salaces (voir ce précédent billet), dont le président Morsi, pour preuve du succès de son action, s’est vanté d’avoir fait baisser le prix !…

Pour certains (voir par exemple ici), cette vidéo est un signal important, qui marque la fin du mythe du sacro-saint dirigeant tout puissant. C’est aller un peu vite en besogne… Mais pour l’heure, il reste que la belle Sama, malgré ses allusions moqueuses au président Morsi et aux autres dirigeants des Frères musulmans, n’a pas subi les foudres de l’actuel Pharaon.

L’Égypte – musulmane et délurée – des salles obscures (1/2)

La scène est digne des meilleures comédies égyptiennes. Tout juste revenu du pèlerinage, le mufti (sunnite bien entendu puisqu’on est en Egypte, mais c’est à lui que revient la tâche de trancher sur les questions religieuses) de la République égyptienne s’est donné la peine – sans doute fort strictement enturbanné – de s’enfermer dans une salle obscure où il a visionné la version intégrale de 3abdo MoOta (عبده موته), le grand succès des fêtes du Sacrifice, un des pics de la saison cinématographique pour Hollywood-sur-Nil. Pour vérifier que l’œuvre ne comportait aucune scène susceptible de heurter la sensibilité des chiites, le dignitaire religieux, flanqué d’une brochette de professionnels (du cinéma, bien entendu, pas de la religion !) a donc dû suivre les aventures amoureuses et « professionnelles » de ce petit dealer et scruter avec la plus grande attention tous les détails d’une longue séance de danse orientale torride (visible à la fin de ce billet : vous pouvez par conséquent sauter directement à la conclusion si vous le préférez ainsi).

Il convenait en effet de savoir quelle suite serait donnée à une plainte déposée au nom de la « communauté chiite », apparemment offensée, moins par les déhanchements suggestifs des acteurs et actrices que par le fait qu’ils avaient en fond sonore une chanson populaire dont les paroles comportent une invocation à Fatima, fille du Prophète et mère de Hussein et Hassan, figures quasi sacralisées dans la pratique chiite de l’islam. Même si la commission de visionnage a jugé qu’il n’y avait rien de bien méchant (on a deux versions des paroles incriminées qui ne vont pas au-delà d’une invocation ultra-traditionnelle : « مدد يا طاهرة يا أم الحسن والحسين » ou bien يا طاهرة يا أم الحسن والحسين، من الحسد والحسود اكفينا شر العين ), une brigade de fonctionnaires dans cette administration dont les traditions remontent à la plus haute Antiquité, sont allés vérifier que la séquence incriminée avait bien été retirée des copies projetées dans les salles.

Autre affiche du film (les connaisseurs noteront le titre en arabzi !)

Sans nul doute averti (grâce à cet article de CPA par exemple !) que la « culture, ça sert aussi à faire la guerre » et donc de l’aspect ultra-sensible – et bien entendu politique comme on peut le vérifier en ce moment-même à Saïda au Liban – des querelles entre les fervents chiites et sunnites de l’islam, le producteur avait pourtant, de lui-même, pris très vite la décision de faire couper le passage en question. Pas question pour lui de se mettre dans des embarras politiques alors que son film caracolait en tête au Box Office ! Même si la polémique – bien entendu relayée par des chaînes télés racoleuses ravies de faire de l’audience avec un sujet aussi brûlant – a pu contribuer à son succès, 3abdo MoOta n’en avait pas besoin pour plaire au public qui, dès le premier jour, s’était précipité en masse dans les cinémas où il était projeté (500 000 dollars de recette, rien que pour le premier jour paraît-il…, on doit être aujourd’hui autour des 2 millions).

Rien que de l’ordinaire pour ledit producteur, un certain Ahmed El-Sobki qui, désormais associé à son fils Karim et non plus à son frère Muhammad, a construit, sur la boutique de DVD du quartier de Dokki au Caire dans les années 1980, une des plus grosses sociétés de production de la région. Avec quatre films sur les huit sorties diffusées durant les fêtes (et les deux meilleurs résultats en termes d’entrées), Ahmed El-Sobki confirme si besoin était la bonne santé de son entreprise dans un secteur pourtant très durement frappé par la crise. Alors que ses concurrents peinent à réunir les capitaux, il continue quant à lui à enchaîner succès sur succès en suivant la ligne qu’il s’est tracée depuis le début : offrir au public égyptien (et arabe) le cinéma qu’il demande, à savoir des comédies qui finissent bien (y compris moralement), mais non sans une suite de rebondissements ouvrant la voie à l’inévitable séquence reine, celle où les vedettes, masculines et féminines, se livrent une danse endiablée sur fond de tube à la mode.

Le peuple veut... (الشعب يريد) : comme le remarque cet excellent article (en arabe) dans Al-Akhbar, les régimes changent mais le peuple, quant à lui, continue à vouloir Ahmed El-Sobki, lequel fait la pluie et le beau temps dans les milieux du cinéma ! Avec les « Frères » au pouvoir, la scène culturelle et les médias peuvent toujours crier au loup (ou plus exactement à la censure !)… Au regard des entrées que fait le cinéma populaire et déluré d’un Ahmed El-Sobki, et même si quelques séquences par-ci par-là vont faire les frais d’une surenchère pudibonde à la mode, ce n’est pas demain qu’on va pouvoir imposer un voile puritain sur les écrans de cinéma que plébiscite la jeunesse locale !

https://www.youtube.com/watch?v=z09I8q3fl0o&feature=player_embedded#!

(La suite la semaine prochaine, mais côté musique, assez percutante comme vous avez pu vous en rendre compte sur cette séquence !)

Le dilemme du dictateur (jordanien)

« Vous êtes arrivé aux limites d’internet » (site jordanien, août 2012)

« Petit » pays coincé dans un environnement compliqué (la Syrie au nord, l’Irak à l’est et Israël à l’ouest), la Jordanie, faute d’autres ressources, en particulier énergétiques, a fait le pari des technologies de l’information, et cela depuis l’arrivée au pouvoir en février 1999 d’Abdallah II. Globalement, cela a plutôt bien réussi : pays d’origine de Maktoob.com, la grande réussite du business internet dans la région (fondée en 1999, la société a été rachetée dix ans plus tard par Yahoo! 175 millions de dollars), la Jordanie est également le pays de Fadi Ghandour, le « parrain » de l’ « économie de la connaissance » dans la région (voir cet article avec pas mal d’infos sur le site Bloomberg). Fier de « son » Silicone Wadi, Abdallah II a ainsi repris dans un email une statistique de l’Union internationale des télécommunications (ITU) affirmant que le royaume jordanien, dont la population ne représente que 2 % du monde arabe, produisait à lui seul les trois quarts du contenu arabisé sur internet ! On peut émettre de sérieuses réserves sur la précision de telles statistiques… Il n’en reste pas moins que les mesures politiques, administratives et économiques (enseignement, libéralisation des télécommunications, zones franches…) prises depuis une bonne décennie ont commencé à porter leur fruit puisque le secteur des technologies de l’information, qui emploie quelque 16 000 personnes (en majorité des jeunes hautement qualifiés), compte pour près de 14 % du PIB national (autant que l’industrie du tourisme).

Détournement de la campagne officielle pour les inscriptions sur les listes électorales

Comme ailleurs, ce qu’on a appelé le « printemps arabe » a encore accéléré cet essor dans une région où le nombre des usagers des réseaux sociaux (essentiellement Facebook et Twitter) a été multiplié par trois (passant de 16 à plus de 45 millions). Avec pour conséquence – particulièrement visible dans le cas jordanien mais sans aucun doute généralisable à la région – des tensions de plus en plus difficiles à gérer entre la structure politique et les demandes, nourries par la « culture internet », de nouvelles forces sociales. Comme le rappelle cet excellent article publié sur le site Jadaliyya, on assiste en Jordanie depuis janvier 2011 à une accélération considérable des conflits sociaux, menés par des organisations syndicales traditionnelles mais également par des mouvements d’un type nouveau (genre « jeunesse des réseaux sociaux » pour faire vite), sur fond de montée en puissance des Frères musulmans, le principal mouvement d’opposition. Sur la scène politique, le mécontentement s’exprime en particulier autour de la limitation des pouvoirs du roi au profit d’une monarchie davantage parlementaire. La corruption, les exactions des services de police sont également des thèmes qui mobilisent des secteurs toujours plus vastes de la population, laquelle manifeste son exaspération et sa colère selon des formes qui n’ont plus grand chose à voir avec la tradition. Décision mineure en apparence, le fait de ne plus craindre de tirer la langue à la face de son souverain (voir ce précédent billet) symbolise à la fois la rupture avec l’héritage politique traditionnel et l’adoption d’un nouveau répertoire d’expression totalement inédit. Autrefois simples vassaux de Sa Majesté à la mode antique, les Jordaniens revendiquent désormais leurs droits selon des modalités quasiment « post-modernes », à l’image de ce père de famille qui, excédé des coupures subies à son domicile, n’a pas hésité à conduire sa famille au Service municipal des eaux pour qu’elle y fasse sa toilette, naturellement pour une vidéo immédiatement postée sur les réseaux sociaux et reprise dans toute la presse (voir cet article en arabe dans Al-Quds al-‘arabi). Quant à la dernière campagne officielle en faveur de l’inscription sur les listes électorales, elle a donné lieu à une invasion (assez drôle) de « mèmes », qui témoigne à elle seule de la prégnance de cette nouvelle « culture internet » dans l’espace public (voir les différents exemples placés au début des paragraphes de ce billet).

Face à cette montée des tensions qui empruntent un vocabulaire résolument novateur, le régime jordanien ne fait pas preuve d’une grande imagination. Malgré de grandes déclarations à l’américaine pour faire moderne sur le mode The sky is the limit (interview à la BBC sur le site officiel du roi), il se contente en réalité d’une gestion de crise à l’ancienne en faisant tourner les gouvernements (quatre depuis janvier 2011) et en lançant contre les opposants les plus gênants ses baltajiyyés (voyous) en espérant des jours meilleurs… Plutôt que de chercher des solutions aux critiques, il préfère tenter d’en réduire la visibilité en s’en prenant au monde de l’information, source de tous les problèmes… C’est ainsi qu’a ressurgi une vieille question dans ce pays, celle de la législation des médias que le pouvoir jordanien s’efforce, depuis des années, de modifier à son avantage. Parallèlement à de multiples attaques contre les professionnels de l’information – qui vont du « simple » passage à tabac à l’agression armée comme dans le cas de cette étudiante et blogueuse poignardée par un inconnu pour avoir raillé une déclaration du prince Hassan (le frère du feu roi Hussein) –, le régime tente par tous les moyens d’imposer une modification de la loi sur la presse de 1998.

Le premier ministre jordanien déguisé (sur le net) en prédicateur islamique

Les acteurs du domaine ont manifesté leur opposition en organisant une « nuit noire de l’internet jordanien », avec plus de 500 sites locaux affichant un écran noir pour dénoncer l’adoption de la nouvelle législation (voir illustration tout en bas et également celle du début de ce billet). Une opération spectaculaire qui a obtenu le soutien – via un message Tweeter ! – de figures publiques inattendues, telle la reine Noor, l’épouse du roi Hussein. Comme bien d’autres, celle-ci doit vraisemblablement s’inquiéter des conséquences d’une loi aussi répressive sur la santé des industries locales de la connaissance, secteur jusque-là très prometteur. A l’instar de bien des potentats régionaux, Abdallah II de Jordanie va devoir affronter le dilemme posé par la croissance d’internet et des réseaux sociaux. Il va lui falloir choisir entre s’enfermer derrière les murailles de sable de son minuscule royaume ou s’ouvrir aux flux impétueux des navigations électroniques… A dire vrai, on voit mal comment il pourrait, aujourd’hui, retenir la première option. Il va donc devoir se résoudre à adapter le système politique aux transformations d’une société informée par le Net.

Ecran d’un site jordanien lors de la « nuit noire de l’internet »

De l’Orient compliqué, je venais avec des idées simples

Aucun conflit ne déchire aujourd’hui l’opinion arabe (et au-delà) comme celui que traverse aujourd’hui la Syrie… Vingt mois après le déclenchement des premières manifestations, la situation sur le terrain, la nature des parties en présence et de leurs rapports de force, pour ne rien dire de l’avenir qu’on peut imaginer pour ce pays, tout cela reste aussi difficile à interpréter et source de conflits incroyablement douloureux, de déchirements sans fin.

Pour l’anecdote, si l’on ose un terme comme celui-ci par rapport à la multitude de drames que cela signifie dans la réalité de ceux qui vivent ces événements, on rappellera que la fameuse chanteuse Asala (voir ce billet), célèbre et célébrée pour avoir ouvertement pris parti pour les insurgés, est en procès contre un de ses frères lequel, lui, soutient le régime… Cela fait-elle de la vedette une nouvelle Antigone comme certains le diront rapidement, ou bien au contraire est-ce la preuve qu’elle a trahi les siens, aveuglée par on ne sait quelles promesses ? Ce n’est pas si facile à trancher, quoi qu’on en dise…

Loin des feux de la scène et des médias, le site Nawaat a publié le témoignage (original en arabe ici) d’une Syrienne réfugiée en Tunisie. Avec ses imperfections et même ses contradictions, il permet de percevoir le désarroi des militants syriens découvrant l’image de leur combat dans le pays dont le soulèvement a joué un rôle tellement important pour les autres pays arabes.

Loin des certitudes toutes faites (y compris en partie chez son auteure), il révèle combien ce qui se joue en Syrie sera de toute manière déterminant pour l’histoire de la région et pour l’idée politique arabe, et cela quelle que soit l’issue en Syrie.

Traduction par mes soins, sans coupe, d’un texte pas toujours très précis dans sa formulation mais dont la sincérité, qui ne saurait être mise en doute, ne peut manquer d’interroger…

Tu arrives à Tunis, fuyant l’oppression du régime, l’arrestation … ou même la guerre, Syrien non seulement par la citoyenneté mais mais aussi par les souvenirs, les espoirs et les rêves … Tu arrives « au berceau des révolutions », fatigué, tu cherches quelqu’un qui te tendra la main…

Tu t’attends à ce que les Tunisiens, eux qui ont modifié le cours de l’histoire en renversant le régime qui les gouvernait, soit proches de toi, qu’ils te comprennent mieux que quiconque à l’heure où ta révolution en Syrie s’est transformée en guerre dont personne ne sait quand elle prendra fin. Tu te retrouves loin de chez toi, en exil, et tu imagines ton prochain rendez-vous avec la révolution…

Mais chaque jour, du type qui te vend les cigarettes au chauffeur de taxi en passant par tes amis, ce sont les mêmes questions qui reviennent, et les mêmes réponses. Tu as l’impression de répéter les mêmes choses comme une bande magnétique, comme un disque rayé, pour rien…

– Tu viens d’où ?
– De Syrie ..
La question suit immédiatement, sans même un temps de réflexion mais après avoir fait allusion au feuilleton Bab al-Hâra dans ses versions syrienne et tunisienne :
– Tu es avec Bachar el-Assad ou contre lui ?
– Je suis …. Je ne suis pas avec un assassin, quel qui soit !

Commencent alors les dialogues syro-tunisiens, avec leurs variantes en fonction des interlocuteurs, de leurs origines, de leurs expériences et des orientations [politiques] et aussi de leurs informations sur ce qui se passe en Syrie. Tout le monde dit que la situation n’y est pas claire, qu’on n’y comprend rien, mais tu te retrouves quand même dans différents milieux tunisiens où l’on parle de la Syrie — ce pays où tu es née et où tu as grandi et vécu toute ta vie — en présence de personnes qui parlent avec le ton de la plus grande certitude, celui de l’expert non seulement de la situation syrienne mais arabe. Cela varie en fonction des opinions politiques de tes interlocuteurs : la majorité de la gauche tunisienne — et je n’exagère pas — ne croit pas à la révolution syrienne, ne la reconnaît pas, à cause de ce qu’elle endure avec les islamistes et le parti au pouvoir Ennadha. Leur seule manière de se positionner c’est de demander : Vous avez envie que les islamistes vous gouvernent comme ils le font en Tunisie?

On répond toujours la même chose : la révolution, ce n’est pas quelque chose qui commence et qui s’arrête… Ceux qui ont été capables de renverser un régime répressif qui a fait tout ce qu’il a pu pour se maintenir pendant des décennies peuvent faire tomber n’importe quel gouvernement. La liberté d’expression des Tunisiens aujourd’hui rend possible un changement, une poursuite de ce qui a été commencé …

Mais ce ne sont que des mots si les Tunisiens, les Égyptiens, les Libyens, les Yéménites, les Syriens, si chaque être humain ne continue pas à lutter pour arriver à faire ce pays auquel tout le monde aspire. Sinon rien ne changera, si ce n’est que tu pourras dire autant de fois que tu le voudras : Je déteste les islamistes…

Quant aux nationalistes [arabes : 3urûbiyyin], ceux qui croient à l’unité arabe et à la primauté de la cause palestinienne déterminante pour le peuple arabe dans son ensemble, oublieux de ce qui s’est passé et de ce se passe dans leur pays et oublieux de l’exploitation éhontée par tous les gouvernements de la souffrance du peuple palestinien pour détourner l’attention des gens de leurs propres souffrances, leur réponse est en forme de question : Vous voulez qu’Israël réalise tous ses plans en occupant tous les pays arabes ? La chute du régime Assad, c’est la chute de la résistance et de l’opposition à l’ennemi israélien !

J’en rirais, et cela me rappelle combien le Maghreb et le Machrek sont distants, combien de fausses informations circulent, et que croient les gens. J’ai ainsi entendu quelqu’un dire que « les salafistes entrent en Syrie par la bande de Gaza ».  » Désolé mais vous avez jamais regardé une carte?

Vous n’avez pas remarqué qu’aujourd’hui Assad utilise tous les types d’armes, qu’il s’agisse d’armes légères ou d’hélicoptères, pour réprimer le soulèvement populaire alors qu’il n’a pas tiré une seule balle contre Israël en quarante ans? Est-ce qu’il n’aurait pas mieux valu déclarer la guerre à Israël ? Mobiliser 23 millions de Syriens plutôt que ses partisans pour réprimer l’opposition ? Au lieu de ces réunions de la Ligue arabe pour tenter de briser le blocus imposé à son peuple, Assad n’aurait-il pas pu mettre la Ligue arabe dans une situation telle que ses membres auraient dû unir leurs efforts pour se débarrasser de l’ennemi israélien ?

Dans l’équation tunisienne, il y a aussi les islamistes tunisiens qui ne soutiennent pas les révolutionnaires syriens mais qui aident leurs frères islamistes en Syrie. Et ici j’ai envie de demander à la gauche, aux nationalistes arabes et à la société civile [en Tunisie] : est-ce que ce n’est pas vous qui nous livrez aux islamistes ?

Bien sûr, je ne nie pas l’existence de militants tunisiens participant à l’action révolutionnaire en Syrie, non plus que les nombreuses tentatives tunisiennes pour aider les Syriens de toutes les manières possibles. Mais je m’étonne vraiment de cette réaction émotive si étrangère à la réalité, de ces positions si diverses chez les Tunisiens par rapport à l’assassinat alors qu’on pourrait penser que c’est une chose refusée par principe. Cette sensibilité, cette sympathie n’a plus rien à voir avec ce que ce que tu ressens en tant que Syrien, avec ce qui te fait souffrir. Tu rencontres des gens qui te disent : « Ne le prends pas mal mais j’aime Bachar. » Et si tu leur dis : « Mais tu aimes un assassin ? » Ils te répondent que cela vaut mieux que les islamistes ou qu’Israël !

C’est tout de même étrange de ne pas avoir d’autre choix que d’aimer un assassin, de le préférer à un autre tueur, d’oublier toute ton humanité, celle qui te fait aimer la vie et lutter pour mettre un terme aux machines de mort partout dans le monde !

Je demande à bien des Tunisiens qui aiment Bachar al-Assad : Avez-vous déjà vécu en Syrie? Avez-vous souffert de la répression du régime ? Avez-vous perdu un frère, un père, une mère, un ami ? L’armée d’Assad a-t-elle fait sauter vos maisons ? Comment pouvez-vous parler de la tragédie que vivent d’autres personnes en oubliant complètement leurs souffrances, en faisant semblant de croire qu’au moment où vous sirotez votre thé ou votre café en exprimant votre amour pour Bachar al-Assad, il est, lui, en train de tuer quotidiennement des centaines d’innocents ? Et vous continuez à dire : Ne le prends pas mal mais on l’aime ! Vous aimiez Ben Ali ?

Là, on a des réponses différentes. Il y en a qui vont dire : du temps de Ben Ali, il y avait la sécurité et les islamistes ne pouvaient pas seulement respirer. Certes, comme le dit la formule bien connue, « celui qui préfère la sécurité à la liberté ne mérite ni l’une ni l’autre! » Il faut bien accepter l’Autre, fut-il islamiste…

Et puis il y a ceux qui répondent : « Bien sur que non! » Vraiment, vous détestiez Ben Ali et vous aimez Bachar ? Ne sont-ils pas les deux côtés d’une même médaille ? Ce n’est pas si curieux si l’on pense à la position du gouvernement tunisien et à la façon dont il gère le dossier syrien : d’un côté il expulse l’ambassadeur syrien (inexistant dans les faits) et il ferme l’ambassade de Syrie en Tunisie en réponse aux exactions du régime à l’encontre de son peuple, de l’autre tout Syrien a besoin d’un visa, accordé ou refusé, pour entrer sur le territoire tunisien. Le président Marzouki lance une déclaration fracassante pour dire qu’il est prêt à accorder l’asile à Bachar al-Assad et à sa famille tandis que le gouvernement tunisien n’accorde pas ce doit aux réfugiés [syriens ] qui n’y ont qu’un droit de transit.

Autant de discussions qui se terminent toujours par un soupir à fendre l’âme et par l’unique phrase sur laquelle tout le monde est d’accord : « De toute façon, c’est le peuple qui trinque toujours ! » Mais comment parler ainsi « du peuple », comme si on n’en faisait pas soi-même partie ?

Bien sûr, chacun a le droit de penser ce qu’il veut et d’exprimer son point de vue. Mais comme je voudrais que cela se fasse toujours correctement, que la discussion ne soit pas conclue d’avance, que ce ne soit pas un tour pour rien faute d’accepter de changer de perspective…

Pour finir, me voici actuellement en Tunisie (en tant que pays de transit). Je publie cet article sur le site d’un pays dont je respecte le peuple, avec toutes ses différences. Si je m’exprime ainsi, c’est aussi parce que j’aime ce beau pays auquel je souhaite un lendemain meilleur, grâce à des lois vraiment humaines…

Rania Badri

Sacrifice… d’un billet !

La « fête du sacrifice » est un bon prétexte pour une petite pause dans le flux de ces billets ! (Une fois n’est pas coutume !) Retour à la normale lundi prochain, si tout va bien. Pour me faire pardonner, cette caricature de Hajjaj (ce qui veut dire « celui qui fait le hajj« , le pèlerinage : cela tombe bien !)

 

L’homme qui tient la lettre (s’adressant au mouton du sacrifice) :
Son Excellence Monsieur le Mouton,
Très cher et très grand ami…

Il s’agit bien entendu d’une parodie du texte de la « lettre amicale » adressée par le président égyptien Mohammed Morsi à son homologue israélien Shimon Peres. Une initiative qui a fait couler beaucoup d’encre dans le monde arabe et qui « coule » un peu plus les Frères musulmans aux yeux de l’opinion.

Bonne fête et à lundi.

Arabie (postmoderne) saoudite : des effets pervers sur YouTube !

Page Facebook de la société saoudienne Uturn

90 millions de vidéos visionnées chaque jour sur YouTube : ce chiffre record – qui place l’Arabie saoudite (un peu moins de 30 millions d’habitants) au troisième rang mondial derrière les USA et le Brésil (respectivement environ 300 et 200 millions d’habitants) – s’explique en partie par l’absence de cinéma dans le « Royaume des hommes ». Il n’en reste pas moins un bon indicateur de l’importance des mutations qu’entraîne le développement foudroyant de l’internet arabe. Distraction quotidienne pour près de la moitié de la population saoudienne, ce sont 4 Saoudiens sur 5 qui ouvrent YouTube au moins une fois par semaine.

Et d’autant plus qu’ils y trouvent du contenu, y compris local. Publiée par la version Moyen-Orient de Forbes Magazine, une récente enquête met ainsi en évidence la présence de 17 productions saoudiennes parmi les 25 programmes arabes les plus regardés sur le site mondial de partage de vidéos. Pas mal pour un pays où l’image – dans l’espace public – est soumise à une réglementation particulièrement sévère au nom de la lecture wahhabite de l’islam ! En tout cas, c’est une belle illustration des effets pervers que peut entraîner une prohibition totalement ingérable au temps de la globalisation des flux numériques…

Derrière ce « miracle » à la saoudienne, il y a l’explosion, depuis 2010, d’un « genre » à part entière, la stand up comedy à l’américaine, en d’autres termes un monologue commentant, en principe de manière drôle et acide, l’actualité locale. A ce petit jeu, la vedette incontestable est un certain Bader Saleh (بدر صالح) dont le show, intitulé Eish Elly (ايش اللي – Pourquoi il m’a dit ?) attire plus de 400 000 abonnés et totalise près de 100 millions de visionnages ! Parmi les célébrités du Net qui se sont en général lancées dès 2010, on trouve encore Muhammad Bazeed (محمد بزيد) avec la série Neuf heures moins le quart (20h45, le pic pour les visionnages sur internet), Omar Hussein et sa série 3al6ayer (على الطاير – Comme ça vient !), dont cet article (en anglais) publié par Mashallahnews permet aux non-arabophones de se faire une idée de l’humour.

Page Facebook de la société Telfaz11

L’Arabie saoudite sur YouTube, c’est assez différent de l’« Arabie saoudite de papa », avec ses cheikhs imprécateurs et ses dirigeants bedonnants ! On est déjà dans une Arabie postmoderne, où l’on évoque sur le mode comique – l’ironie permet de ne pas dépasser les lignes rouges ! – des problèmes de société tels que le sida, l’injustice sociale, la situation des immigrés et même les relations entre les sexes… A l’instar de ce qui se fait dans la région aujourd’hui, la production est un joyeux mélange de toutes les ressources visuelles et sonores qui traînent sur la Toile mondiale, le tout passé à la moulinette locale sans trop d’interrogations (oiseuses) sur l’insoluble question de l’authenticité. On colle, on sample, on remixe, plus ou moins en arabe local, lui-même plus ou moins transcrit en arabizi. Pas (encore) de contraintes juridiques trop drastiques même si différentes affaires – politiques mais aussi religieuses ou tout simplement civiles (insultes aux personnes, diffamation) – apportent de l’eau au moulin de ceux qui militent pour une législation bien plus sévère… Pas besoin non plus de budget pour diffuser sur YouTube, dans certains cas les frais sont couverts par un peu de sponsoring grâce à une société locale (en général, spécialisée dans le Hi-Tech et/ou l’informatique).

Pas de gros budgets, pas trop de censure si on ne dépasse pas les limites (ou si on le fait avec beaucoup d’humour), un début de professionnalisation pour quelques-uns, en tout cas une aventure qui sort de l’ennui… Pour donner plus de visibilité aux vidéos, des sociétés comme Sa7i (arabizi pour صاحي) proposent des plates-formes qui se lancent aussi dans la production de « vraies » mini-séries : Le bazar du prix du sang (بازار الدية) par exemple, un très court-métrage qui se moque de l’exploitation par certaines victimes sans scrupules – qui se servent d’ailleurs des réseau sociaux à cet effet – du règlement selon la tradition musulmane de certains dommages corporels. La production web est visiblement un créneau qui donne des ailes à de jeunes entrepreneurs imaginatifs et un peu décalés, tels que la société Uturn qui regroupe une bonne partie des jeunes stars saoudiennes du Net, ou bien encore Telfaz11, une plate-forme de diffusion de vidéos en ligne qui résume ses activités par la formule « C3 », comme Creative Culture Catalysts.

Inévitablement, il y a bien entendu le risque d’une certaine récupération commerciale, comme d’ailleurs pour tout ce type de productions en principe réservées à la jeunesse plus ou moins rebelle (chansons, graffitis, etc.). Les stand-up saoudiennes sur YouTube voient arriver la pub et leurs vedettes sont désormais bienvenues sur les plateaux des chaînes télé, notamment pendant les soirées de ramadan (article en arabe dans Elaph). « Marchandisées » (commodified) ou non, elles n’en transmettent pas moins un langage de rupture qui, à en croire les intéressés (en l’occurrence un des artistes produits par Telfaz11 : article dans The Economist), est moins politique que social.

Mais c’est peut-être cela, précisément, la « vraie » révolution…

Arabités numériques (2/2) : le printemps du Web arabe

 

Dans les jours qui viennent (mercredi ?), votre libraire préféré devrait pouvoir vous proposer (contre 18 euros) cet ouvrage, parfaitement indispensable à tous ceux qui fréquentent ces chroniques ! (Si vous avez eu de l’intérêt à les parcourir, c’est une façon de me le signifier !) Voici la conclusion, pour vous donner envie de lire ce qui précède.

Produite par la figuration mentale de l’“être arabe”, l’af­firmation politique qui a surgi au temps de l’imprimé a lutté pour l’indépendance de son territoire, au prix d’une ten­sion jamais totalement résolue entre les limites de la grande nation et celles des États indépendants : unions avortées aussitôt que nées, regroupements régionaux minés par les conflits de voisinage, scissions internes suivies de brusques élans de solidarité… Un siècle d’histoire a créé des faits qui ne s’effaceront pas comme par magie. Cependant, les réseaux numériques – et c’est encore une des leçons du Printemps – font apparaître un autre monde arabe, à pro­prement parler “virtuel”, ou encore en puissance.

Son existence n’est pas déterminée par la seule géogra­phie. Espace fluide, il ne s’arrête pas aux barrières physiques et aux frontières. Il rassemble les “emmurés” palestiniens aussi bien que les émigrés des multiples diasporas. Quel que soit leur destin, les manifestations qui ont parcouru toute la région durant l’année 2011 ont révélé son exis­tence, et c’est en ce sens qu’on a pu parler à juste titre d’un “Printemps arabe” : les nouvelles techniques numériques informent un nouveau monde arabe qui ne se réduit pas à la seule affirmation politique. En négatif, on pourra dire que c’est une patrie de substitution, à l’image de ces critiques qu’on adresse à une jeunesse qui s’enferme dans ses réseaux sociaux pour échapper aux impasses de son présent. À l’op­posé, on affirmera que les soulèvements du monde arabe ont montré, en dépit des défaites électorales et des difficul­tés à mettre en place un nouvel ordre politique, l’espoir que portent en elles ces nouvelles arabités numériques.

Le pluriel s’impose en effet, d’abord parce qu’il s’agit de phénomènes en gestation, qui se rassemblent en une même dynamique régionale mais selon des formes à l’évi­dence très variées. Mais aussi parce que ces arabités ne se reconnaissent pas dans un type unique érigé en norme ; à la place du modèle “vertical” qui a porté l’arabisme poli­tique un siècle plus tôt, on observe aujourd’hui une masse de circulations “horizontales”, en vagues de propositions multiples qui s’échangent au sein de la “société en conver­sation”. L’année 2011 s’est refermée et l’écheveau des trans­formations politiques reste toujours aussi difficile à démêler. Mais sur la trame de la Toile se dessine, sans doute possible, un nouveau monde arabe.

 

TABLE DES MATIERES
Remerciements
Introduction

Les shebabs ont fait fleurir le désert… numérique !
– L’internet arabe : sous le voile de la censure officielle, la pieuvre islamiste !
– La première « génération internet » arabe
– La « nouvelle frontière » numérique arabe

Le Web arabe avant le Printemps
– L’invention de l’activisme arabe en ligne
– Le Web en politique : le temps des blogs
– Les réseaux sociaux et la politique

Cyberoptimisme et révolutions de légende : Tunis et Le Caire
– Le numérique, une technologie de libération ?
– Réseaux sociaux et soulèvements arabes à Tunis et au Caire

« Le côté obscur de la force » : le cyberpessimisme
– Des militants chez Google
– Cyberactivisme et cyberdissidence : des questions à l’activisme arabe en ligne
ONG à la limite de la société civile
– Cyberpessimisme : le « cliquisme » au temps des soulèvements arabes
– La Syrie et son « régime de vérité »

Les origines numériques des soulèvements arabe
– Les politiques de l’internet arabe au temps de la « société en conversation »
– Pourquoi le printemps est-il « arabe » ?

L’image de couverture est de Romain Beurrier.

Arabités numériques (1/2) : Facebook et les virtualités d’un nouveau monde arabe


« Printemps arabe » ? « Hiver islamiste » ? Au-delà des interrogations immédiates qui ne sont que péripéties – sauf, hélas, pour ceux qui sont pris dans la tourmente de l’Histoire en Syrie par exemple –, il devrait être clair pour tout le monde désormais que le monde arabe ne sera jamais plus comme avant. Il faudra le temps qu’il faudra pour que de nouveaux équilibres soient trouvés mais le retour à l’ordre initial est tout simplement impossible. Une nouvelle configuration régionale est en train de voir le jour, résultat d’une conjonction complexe de facteurs –, démographiques, économiques, géopolitiques, sociaux, culturels – facteurs auxquels est venu s’ajouter le numérique. En quelque sorte, comme on dit en arabe, « la paille qui a brisé le dos du chameau » (القشة التي قصمت ظهر البعير).

Il y a un peu plus d’un siècle, l’entrée en scène (dans la région) de l’imprimé a joué un rôle crucial dans la modernisation des sociétés arabes en rendant possible la diffusion de nouvelles conceptions, notamment politiques, mais plus encore en contribuant à la création de ce que Benedict Anderson a appelé les « communautés imaginées » (imagined communities), ces nouvelles manières de vivre le lien social à partir desquelles se diffusent les idées nationalistes. De la même façon, le développement des réseaux sociaux et plus largement celui des communications de l’âge numérique se sont ajoutés aux éléments de tension et, comme la goutte qui fait déborder le vase, ont provoqué une suite de réactions en chaîne dont on n’a pas encore vu la fin (quasi absente des médias français, la Jordanie, sur la frontière sud de la Syrie, paraît au bord de la tourmente)…

Si un lien pour ainsi dire direct peut être établi entre l’essor de l’imprimé arabe et la création de ce que l’on a pris l’habitude d’appeler le « monde arabe », l’actuelle « révolution de la communication » ne contribue-t-elle pas à son tour à une nouvelle configuration régionale ? Des éléments de réponse apparaissent dans la carte imaginée par Mia Newman, une jeune chercheuse californienne. Développée par un studio spécialisé, elle permet de visualiser, de manière interactive, les « liens d’amitié » établis par les utilisateurs de Facebook. Quel monde arabe dessinent les flux numériques des quelque 60 millions d’utilisateurs dans la région (une personne sur six) du tentaculaire réseau numérique global ?

Il est malheureusement impossible de le visualiser en tant que tel à partir des catégories de navigation qui sont proposées car cet instrument passionnant (voir ici) fonctionne par pays, lesquels ne peuvent pas être regroupés par l’utilisateur lambda en ensembles régionaux du type « monde arabe ». Néanmoins, certaines caractéristiques des actuelles arabités sont facilement visibles, ne serait-ce que par contraste. On voit très bien apparaître ainsi les classiques sous-groupes régionaux au sein de la sphère arabe, qui réunissent l’essentiel des pays autour de trois familles au Maghreb, dans les pays du Proche et Moyen-Orient, et dans ceux de la Péninsule. Dans les captures d’écran ci-dessous (cliquez pour agrandir), la parenté des « silhouettes » marocaine et tunisienne est évidente par rapport aux configuration jordanienne et libanaise, elles-mêmes différentes de la saoudienne et de la qatarie.





Dans le réseau des circulations régionales, la place centrale de l’Egypte (voir ci-dessous) est manifeste. Pivot traditionnel entre les flux « africains » (en vert) et « asiatiques » (en orangé), ses relations sont particulièrement fortes avec la Tunisie. La Libye – pays de révolution, certes, mais bien plus conventionnelle que numérique, n’y apparaît pas, alors que le Maroc, plus éloigné géographiquement, est un peu plus présent que l’Algérie… On voit aussi que les réseaux égyptiens communiquent beaucoup avec la Péninsule arabe et certains pays moyen-orientaux, mais beaucoup moins avec d’autres (la Syrie et l’Irak par exemple).

La variable linguistique est intéressante également. La « schize » qatarie, partagée entre des réseaux arabophones à l’ouest et d’autres polarités asiatiques est confirmée de manière particulièrement parlante (voir ci-dessous).

A l’inverse, des solidarités moins attendues apparaissent (voir ci-dessous) : comme le résume le site Woosh.ma, « le premier ami du Maroc sur Facebook c’est l’Algérie ! »  La Tunisie est elle aussi présente sur le radar des réseaux sociaux : en dépit de l’absence de tout progrès politique et même économique, le grand Maghreb numérique est visiblement en chantier, et il faudra bien que ces « virtualités » trouvent un jour leur concrétisation !

Bien d’autres explorations restent à faire, et bien d’autres nouvelles frontières vont se dessiner, ou s’effacer. A ce titre, la comparaison des « amitiés numériques » palestiniennes et israéliennes, qu’on imagine a priori très différentes, est en fait assez éclairante (voir ci-dessous) : absents ou presque de l’espace politique israélien, les « Palestiniens de l’intérieur » (les Palestiniens de 48, les Arabes israéliens, etc.) retrouvent toute leur présence  dans la visualisation des amitiés numériques d’un Israël très ami avec les Territoires occupés mais aussi avec l’Egypte ou la Jordanie ! Une réalité virtuelle que finira bien par se traduire un jour sur le terrain.



Les banlieues de France, le Qatar et l’avenir du monde arabe

Il faut avoir gardé à l’esprit les cris d’horreur et les interminables discussions franco-françaises qui avaient accompagné en 2007 l’accord franco-émirien à propos du Louvre Abou Dhabi pour mesurer a contrario le vide sidéral – à l’exception notable de quelques titres de presse, Libération en tête – suite à l’annonce de la création d’un fonds (franco-)qatari à destination des banlieues. Aujourd’hui, tout le monde se moque de savoir si l’étranger va s’approprier ou non ce patrimoine humain national que devrait constituer la jeunesse des « quartiers ». Au cas où les jeunes sauvageons ne l’auraient pas compris, ils ne font pas vraiment partie des bijoux de famille du pays et on peut facilement les brader à l’étranger !

Brader, c’est bien le mot, même si les 50 millions d’euros sont devenus 100, l’offre de l’émirat du Golfe étant désormais abondée par « l’Etat et le privé français », sans plus de précision. Certes, la ministre déléguée au PME parle désormais d’un milliard d’euros – ce qui laisse rêveur sur le sérieux des annonces et sur le réalisme de ces montages financiers… Même à cette échelle, on reste dans l’enveloppe, un milliard justement, qui avait été consentie par les autorités d’Abu Dhabi. D’accord, c’était sur trente ans mais pour rester dans le muséal, 100 millions, c’est grosso modo le coût des travaux du département « Arts de l’islam » qui vient d’être inauguré en grande pompe au musée du Louvre.

Il ne s’agit pas de sombrer dans le poujadisme à la mode du Front national sur le thème du « cheval de Troie de l’islamisme» mais de donner à percevoir, avec ces chiffres qui comparent l’incomparable naturellement, nos priorités nationales, résolument tournées vers la conservation d’un passé glorieux et pas terriblement porteuses d’un avenir ambitieux… Au-delà des premières réactions, il va de soi que le projet franco-qatari mérite davantage examen car on manque d’informations précises. Mais le secret qui a entouré les négociations n’est pas fait pour rassurer. Toutefois, lorsque des inquiétudes sont exprimées, en France, on le fait en général par rapport aux éventuels dangers d’une perte des fonctions régaliennes de l’Etat et/ou aux risques d’une influence étrangère. (Curieuse remarque d’ailleurs, de la part d’une nation, la France, qui se glorifie elle-même de son influence internationale, mais on sait bien qu’il y a de bonnes et de mauvaises influences !) Dans l’esprit de ces chroniques, on voudrait prendre les choses par l’autre bout et voir comment un tel accord peut être perçu du point de vue du monde arabe, lequel est, qu’on le veuille ou non, partie prenante à ces accords. L’émirat du Qatar ne faisant pas mystère de ses ambitions géopolitiques, il faut bien se rendre compte que les projets franco-qataris à l’intention, soyons clair, des « jeunes musulmans de France » ont également un écho international, en l’occurrence arabe.

Au moment d’écrire ces lignes, la nouvelle de l’intervention financière qatarie pour les banlieues françaises est encore mentionnée dans les médias arabes de manière purement factuelle, sans plus de commentaire. Mais, sur place, on n’en pense pas moins car, en « faisant affaire » encore un peu plus avec le riche émirat du Qatar, la France s’associe à une puissance qui n’est pas neutre par rapport à ce qu’il est convenu d’appeler le « printemps arabe ». Le Qatar est un acteur de premier plan dans les différents soulèvements (sauf dans le trop chiite Bahreïn et sauf sur son propre territoire, bien entendu), ne serait-ce que sur la scène médiatique via Al-Jazeera mais pas seulement puisqu’il y a eu par exemple l’hébergement de Libya TV, dès la mi-avril 2011, à Doha, entre autres projets moins médiatisés, tel le financement de Tariq al-irtiqâ’ (La voie de l’avènement), une radio salafiste militante qui diffuse à Tripoli depuis juin dernier. L’émirat déploie aussi des efforts diplomatiques et même quasi militaires, à travers l’aide financière et les autres soutiens prodigués à des mouvements insurrectionnels, à commencer en Syrie. Autant de stratégies qui relèvent de la politique du Qatar, bien entendu parfaitement souverain dans ses choix. Mais ces derniers, tel l’appel devant l’ONU à une intervention militaire arabe en Syrie, sont toutefois inévitablement perçus, en tout cas dans les pays concernés, comme étant aussi un peu ceux de son « associée », la France. En d’autres termes, ce qu’on appelle à tort ou à raison « la politique arabe de la France » risque de plus en plus d’être vécu dans l’opinion arabe comme l’officialisation de cet étrange couple, formé sous les gouvernements précédents, que constitue la vieille république jacobine et le très jeune émirat du Golfe.

Un pari audacieux au regard du passé car le Qatar, sur toutes sortes de problèmes qui vont du statut des étrangers à la question religieuse par exemple, reste fidèle à une pratique locale de la politique assez éloignée de la tradition française… Et surtout un pari extrêmement risqué, mais cette fois-ci vis-à-vis de l’avenir. Car choisir de façon aussi calculée – si l’on peut utiliser un terme aussi terre-à-terre – une alliance étroite avec ce partenaire, c’est miser sur un certain monde arabe, avec le maintien des équilibres actuels et donc de la domination régionale des acteurs de la Péninsule arabique, Arabie saoudite et Qatar en tête, lesquels s’intéressent de près à quelques-uns des soulèvements populaires dans la région, mais pas forcément avec l’intention de voir triompher les courants révolutionnaires les plus modernistes…

Il n’est sans doute pas totalement délirant de parier sur la réussite de ce que certains appellent la « contre-révolution » des monarchies pétrolières. En revanche, il est à coup sûr assez imprudent de penser que cette realpolitik suscitera, auprès des populations concernées, un délire d’approbations joyeuses. Il ne faut pas se faire des illusions : le capital de sympathie d’un pays comme le Qatar auprès des populations arabes et même musulmanes est aussi petit que sa force de frappe financière est grande ! Cet accord sur le dos des territoires abandonnées de la République française ne risque pas seulement d’avoir des effets négatifs dans l’opinion française, effets qu’on a pu « apprécier » avec les premiers commentaires – sur France-Culture ! – évoquant les « jeunes entrepreneurs musulmans » des quartiers… En approfondissant leur alliance avec une puissance comme le Qatar, les responsables français s’associent à une certaine vision politique de la région, globalement à l’établissement d’un islam néolibéral modernisé mais conservateur. Ce n’est pas nécessairement gagner en popularité auprès des générations montantes qui ont nourri les révoltes que les régimes arabes en place s’efforcent aujourd’hui de capter à leur profit.

Des images pas vraiment innocentes des musulmans arabes…

L’actualité de la culture et de la politique, dans le monde arabe et pas seulement, c’est bien entendu cette nouvelle « affaire ». Après celle des Versets sataniques il y a maintenant bien longtemps (c’était en 1988), puis celle des caricatures (en 2005), voici donc, en attendant la prochaine, celle du « film » Innocence des musulmans (Innocence of muslims), un titre que la presse arabe rend systématiquement par Barâ’at al-muslimin براءة المسلمين), en choisissant, dans la langue du Coran, la moins injurieuse des lectures du mot anglais, à savoir l’absence de culpabilité des « Mahométans » comme on disait autrefois, et en passant sous silence l’autre interprétation possible, plus proche de l’intention des « auteurs », celle de la crédulité simplette (sadhâja en arabe). Un choix de traduction qui est en soi un commentaire !

Inutile de revenir sur les détails d’un « scénario », celui de la fabrication de cette crise, laquelle n’a de toute manière pas encore livré tous ses secrets. A l’exception (c’est en soi une explication) de Hassan Nasrallah qui a jugé bon de faire le show sur la question (article dans L’Orient-Le Jour), le ton est plutôt à l’apaisement du côté des voix officielles arabes, et au rétropédalage, à l’image du Global Mufti Youssef al-Qardawi (ou Qaradâwi : القرضاوي), le « père spirituel » des Frères musulmans selon certains, qui a condamné sans détour les meurtriers de l’ambassadeur nord-américain.

Il n’est pas certain que ces voix officielles soient très bien entendues par la masse des musulmans qui, après tout, vivent dans un monde où les drones tueurs made in USA ont fait des milliers de morts innocentes entre 2004 et 2012 rien qu’au Pakistan. Certes, personne n’est vraiment capable de tenir la comptabilité précise des victimes anonymes, et surtout pas l’administration nord-américaine. Mais un des aspects les plus étonnants de cette nouvelle crise entre le « monde musulman » et « l’Occident » tient sans nul doute à cette étonnante alliance entre la bêtise des hommes (ceux qui sèment la haine de l’islam) et les armes dites « intelligentes » (lire Of stupid men and smart machines sur le site Jadaliyya).

Entre autres conséquences, cette nouvelle « affaire » va également contribuer à faire évoluer l’image publique des réseaux sociaux et de leur utilisation. Là aussi, le temps de l’innocence a pris fin et on note – à l’instar de la caricature ci-contre parue dans Al-Quds al-‘arabi hier – un sentiment de plus en plus plus mitigé vis-à-vis des réseaux sociaux et plus largement des technologies numériques, capables, on l’observe de plus en plus, du pire comme du meilleur.

Il reste aussi qu’on a un peu l’impression à lire la presse française (mais cela doit être vrai ailleurs) qu’on en fait beaucoup autour de cette histoire. Les images de violences antioccidentales font un excellent teasing pour un énième remake de la grande série intitulée « le conflit des civilisations ou comment ne pas y échapper ». Après avoir dû mettre la sourdine durant le « printemps arabe », certains commentateurs n’hésitent pas à sortir à la faveur de l’« hiver islamiste » leur vieil Huntington des familles et leur inoxydable choc des civilisations. Comme le rappelle très bien « le blog à Bécassine » (tout sauf une bécasse !), ce tapage médiatique à propos d’une tempête dans un verre d’eau, au regard du pourcentage des fidèles potentiellement concernés, masque d’autres vérités, à savoir que les « réformes ne vont pas assez vite et [que] l’avenir semble encore plus bouché qu’avant la révolution. Les révolutions ont été faites contre des tyrans et avec comme modèle, le système politique et les modes de vie occidentaux. L’effort consenti a été intense et pourtant le monde arabe en est toujours à contempler la vitrine occidentale en se faisant taper s’il se risque à y mettre les doigts (Lampedusa). Ce décalage de développement ne suffit pas animer de telles colères envers l’Occident. Il faut rajouter l’arrogance occidentale. L’Occident méprise de plus en plus les révolutions arabes ; ne cesse de parler d’hiver islamiste ou d’automne intégriste après le printemps arabe. »

Néanmoins, « à quelque chose malheur est bon », a-t-on envie de conclure puisque cette provocation d’une rare stupidité pourrait bien entraîner une évolution notable sur un dossier souvent traité dans ces billets car il touche à un registre symbolique singulièrement important. Il s’agit bien entendu de la question des images (voir l’onglet à droite sur cette question), et plus précisément à celle de la représentation (par des mortels ordinaires) des figures sacrées de l’islam, à commencer par le prophète Mahomet (c’est lui qu’on voit représenté en haut de ce billet, dans le film Innocence of muslims).

A lire l’article (en arabe) publié ce jour dans Al-Akhbar, on apprend en effet que certains exhortent désormais les autorités religieuses à lever cet interdit, qu’aucun texte fondamental (Coran et sunna) ne justifie, de façon à permettre aux musulmans de répondre, en quelque sorte à armes égales, à leurs calomniateurs. Un point de vue défendu, comme on pouvait s’y attendre, par le bien connu et un peu opportuniste cinéaste « libéral » Youssef Khaled, mais également adopté, c’est beaucoup plus surprenant, par le religieux Fadel Soliman (فاضل سليمان). Quelques semaines seulement après avoir violemment critiqué la diffusion de ‘Umar (voir la série à ce sujet) précisément à cause du fameux interdit, cette star du business religieux réclame désormais la possibilité pour les musulmans de « donner figure » à leur prophète afin de lancer, pour la bonne cause naturellement, la production d’une réponse filmique à l’ignoble agression du « film » Innocence des musulmans.

Nul doute qu’il se trouvera dans le Golfe, à commencer en Arabie saoudite ou au Qatar, des mécènes ravis de se lancer dans une telle aventure, qu’un esprit ouvert peut parfaitement interpréter comme une forme de jihad, et qui aurait aussi l’avantage de prendre de vitesse les Iraniens (comprendre « les chiites ») puisqu’ils ont déjà mis en chantier (voir ce billet) une Vie du prophète Mahomet. Prélude, comme on peut le craindre, à de nouvelles images, guère plus innocentes, et à de nouvelles batailles, pas toutes symboliques hélas, cette fois entre chiites et sunnites…