La fiole et la tête du Prophète ! Le vrai complot iranien contre les Saoudiens !

Le présumé complot visant à assassiner un ambassadeur saoudien (étrange idée !) sur le sol américain (très étrange idée !!!) sera-t-il jugé assez crédible pour devenir une sorte « d’arme de destruction massive » contre la République islamique d’Iran ? Qui aurait oublié le « cinéma » de Colin Powell agitant une prétendue fiole d’anthrax sous le nez des membres du Conseil de sécurité de l’ONU en 2003 ? Lui-même a exprimé, deux ans plus tard, toute son amertume de s’être livré à cette médiocre mise en scène… Quant aux Saoudiens, on comprend qu’ils soient un peu énervés contre leurs voisins car les Iraniens se paient vraiment leur fiole en ajoutant provocation sur provocation, sur toutes sortes de questions et notamment sur celle de la représentation de la figure du Prophète, un domaine où, pourtant, ça ne rigole pas beaucoup comme on le sait depuis la célébrissime « affaire des caricatures »…

On a encore pu le constater récemment avec la diffusion, par la chaîne tunisienne Nessma, du film d’animation Persepolis (voir le précédent billet), la figuration du sacré est vécue sur le mode hypersensible par de très nombreux musulmans. A tort ou à raison, c’est une autre histoire, sachant que les autorités en matière de religion sont elles-mêmes très loin d’être unanimes sur cet épineux problème. On l’a déjà rappelé (ici), les positions doctrinales et plus encore les pratiques de l’islam chiite ou sunnite divergent assez radicalement. Là où le second, sous l’influence de l’islam wahhabite notamment, se montre aujourd’hui de plus en plus iconophobe (dans une société où, paradoxalement, les images sont toujours plus envahissantes), le premier admet beaucoup plus facilement des portraits, plus ou moins symbolisés, des « saints » de l’islam, Mahomet, le « messager de l’islam » compris.

Mais ce que les fidèles, toutes écoles confondues d’ailleurs, pourraient avantageusement avoir davantage présent à l’esprit car cela contribuerait à dédramatiser la situation, c’est le caractère non pas figé mais au contraire très évolutif de la jurisprudence, à savoir l’état du droit sur telle ou telle question (en islam, pour ce qui est des affaires religieuses, on appelle cela le fiqh). Sans retourner des siècles en arrière (quand des miniaturistes n’hésitaient pas à dessiner le portrait du prophète de l’islam), il est intéressant de constater qu’il y a quelques années encore le portrait de Mahomet appartenait à l’imagerie populaire (voir ce dossier très intéressant d’où est tirée l’illustration ci-dessous). Quoi qu’il en soit, et même en Arabie saoudite, là où pourtant le caractère sacrilège de l’image est quasiment érigé en dogme, des autorités religieuses affichent aujourd’hui des positions très nouvelles. Lors d’un débat consacré par la chaîne saoudienne (très halal) Al-Arabiya, deux juristes importants, Saleh Al-Luhaydân (صالح بن محمد اللحيدان) et Hatem Al-Sharif (حاتم الشريف) ont ainsi publiquement relativisé le tabou d’une représentation des figures majeures de l’islam, tels que les prophètes ou ceux qu’on appelle les « Compagnons » (Sahaba). Ils sont même allés jusqu’à reconnaître qu’elle n’était pas forcément illicite…

Carte postale algérienne, années 1920-1930

Une position adoptée, et ce n’est pas un hasard, à l’occasion du débat à propos d’un énième feuilleton posant cette question. En effet, parmi les succès de la récente saison de ramadan figure une série intitulée Hassan, Hussein et Moawiyya (du nom des deux fils de Ali morts dans les combats qui ont vu la victoire du dernier nommé, le fondateur de la dynastie omeyyade). Cette histoire, particulièrement sensible puisqu’elle est à l’origine du grand schisme (fitna) entre sunnites et chiites, mettant en scène toute une litanie de personnages plus ou moins sacrés selon la tradition musulmane, le tournage (l’œuvre portait le nom de Al-Asbât à l’origine) a donc été particulièrement mouvementé, avec des acteurs préférant se désister par crainte du scandale et des autorisations de tournage refusées au dernier moment. Et lorsque la drama a été enfin prête, c’est l’Académie des recherches islamiques (مجمع البحوث الأسلامية), une institution qui dépend d’Al-Azhar au Caire, qui a tenté d’interdire sa diffusion, comme elle avait déjà essayé de le faire pour d’autres feuilletons mettant en scène diverses figures considérées comme sacrées par l’histoire religieuse.

Or ces feuilletons sur le messie, la vierge Marie ou encore le prophète Joseph (voir ce billet) ont souvent en commun d’être produits par les Iraniens (chiites comme on sait) et d’être extrêmement populaires auprès du public arabe (très majoritairement sunnite comme on ne l’ignore pas !). En dépit des protestations des garants officiels de la tradition religieuse (sunnite), et malgré toutes les déclarations des islamistes et autres salafistes qui les rejoignent sur ce point, les téléspectateurs du monde arabe redemandent du péplum à la sauce islamique, à tel point que les chaînes télévisées, bon gré mal gré, ne peuvent faire autrement que de suivre le mouvement ! Le client est roi et, malgré toutes les récriminations, Hassan, Hussein et Moawiya a été projeté par les plus grandes chaînes panarabes (Al-Hayat, Rotana…) ou locales (la tunisienne Nessma notamment), tout comme l’avaient été avant lui et avec des dizaines de millions de fidèles téléphages, Youssouf al-Siddiq, Maryam al-Adhra, et Al-Masîh.

Sans surprise pour peu qu’on soit un peu mécréant, on constate que la forte demande du public arabe, adroitement exploitée par l’industrie audiovisuelle iranienne, a réussi à faire évoluer les positions de l’islam traditionnel bien plus vite que tous les débats théologiques ! Néanmoins, conformément à la logique de surenchère propre à la transgression des tabous, la prochaine étape consistera sans aucun doute à oser la représentation de la plus sacrée des figures de l’islam, celle du prophète Mahomet. Un « défi » qui est au moins aussi ancien que le cinéma puisqu’il y avait déjà eu un projet de ce genre dans les années 1930 (voir ce très ancien billet).

« Côté sunnite », si on peut l’écrire ainsi, on annonce Le Messager de la paix, un remake du très célèbre Al-Risâla (Le Message), réalisé vers la fin des années 1970 par le syrien Mustafa Al-‘Aqqâd (voir cet article dans le Guardian). Mais la société qatarie Al-Noor Holding (productrice de Hassan, Hussein et Moawiyya que l’on vient d’évoquer) se lance à son tour dans l’aventure, en partenariat avec Barrie Osborne (Le Seigneur des anneaux, Matrix : tout un programme !…). Centrée sur les premières années de la vie de Mahomet, cette super-propduction de quelque 150 millions de dollars bénéficiera des conseils éclairés du Global Mufti, Youssef Qardâwi (القرضاوي). Dans les deux cas, les responsables ont bien fait savoir que la « licence » dont bénéficie désormais la représentation de certaines figures saintes ne s’étendait pas au personnage principal de l’histoire, Mahomet, dont le visage n’apparaîtra pas l’écran.

Mais ce ne sera pas le cas du projet lancé« côté chiite ». Le célèbre comédien et réalisateur Majid Majidi a en effet annoncé (article dans le Teheran Times) qu’il travaille actuellement à la réalisation d’un film historique sur la vie du prophète de l’islam. Largement centré sur l’enfance du “messager de Dieu”; le film incluera également des épisodes plus tardifs de la vie de Mahomet, incarné par l’acteur-réalisateur en personne.

On verra bien où et comment se fera la diffusion de cette œuvre, mais on imagine qu’elle suscitera quelques sérieux conflits. On espère seulement qu’ils resteront cantonnés au monde des symboles…

Pour les arabophones,  un article dans Elaph justement ce jour par un ‘âlem égyptien proposant 7 arguments justifiant la figuration du Prophète ! Très rapidement : pas de texte spécifiant l’interdiction, le fait que le Prophète pratiquait l’art plastique, qu’il avait recours à la représentation, préfigurant même les films de science-fiction, qu’il avait recours aux devinettes, aux scénarios… Et enfin que c’était un homme !!!

Tunisie : les « salafistes » à l’attaque de Nessma TV

"Dieu", tel que se le représente l'héroïne de "Persepolis"

Provocations salafistes en Tunisie (Le Figaro) – Tunisie : vent de haine contre Persepolis (Europe 1)
Des salafistes tentent de brûler une chaîne de télévision (La Dépêche) – Des salafistes attaquent le siège de Nessma TV en Tunisie (RFI) – Des islamistes s’attaquent à la télé après la diffusion de«Persepolis» (Le Parisien) – Des salafistes s’en prennent à une chaîne de télévision (France-Soir) – Une chaîne tunisienne attaquée par des islamistes pour avoir diffusé Persepolis (Le Monde) – Des islamistes déchaînés contre le film Persepolis à Tunis (Radio Canada) – Des islamistes radicaux contre la diffusion de « Persepolis » et l’interdiction du niqab dans des universités (Le Nouvel Observateur) – Offensive islamiste contre une télévision et une université (TF1)

Cette rapide sélection de titres donne le ton : Tremblez ! Les hordes islamistes déferlent ! Protégez « nos » médias ! La Tunisie – dont il est clair qu’elle est implicitement fragilisée par la révolution – est en proie à la violence des extrémistes de l’islam politique. Une violence d’autant plus effroyable qu’elle se déchaîne contre un innocent dessin animé. Racontée ainsi, cette histoire, qui ajoute de l’eau au moulin (à prières ?) de l’islam-qui-nous-fait-si-peur mérite d’être replacée dans son contexte, et prolongée par quelques informations.

Nessma TV, la cible des manifestants tunisiens en question, ce n’est pas juste « la télé », comme le dit le titre du Parisien. Créée avec la bénédiction du président Ben Ali, cette chaîne privée était financée, lors de son inauguration en août 2009, par deux publicitaires tunisiens, les frères Karoui (promoteurs de la Star Ac’ Maghreb), associés à deux autres investisseurs,Tarek Ben Ammar (producteur, PDG de la société Quinta Communications), à égalité avec… Mediaset, la société de Silvio Berlusconi ! En réalité, le montage est encore plus compliqué, et la présence du cavaliere plus importante que ne le montrent les seules apparences (pour plus de détails, voir cet article sur le site Babelnet). Ce malodorant mélange des genres entre médias et politique – Al-hamdu lillah ! ce n’est pas en France qu’on verrait ça! – explique sans doute que Nessma – la brise parfumée en arabe – ait bénéficié d’une apparition exclusive dans ses studios de la secrétaire d’Etat des USA, Hillary Clinton, lors de son passage en Tunisie, quelques temps après la révolution (article dans Al-Hayat).

Depuis son lancement, Nessma joue la carte de la provocation : débats corsés (à l’italienne ?) sur les questions de sexualité et surtout programmation de séries toutes plus brûlantes les unes que les autres, avec notamment un très controversé biopic sur Saddam Hussein réalisé par la BBC (pays ayant tout de même contribué militairement à la chute du personnage-titre interprété, délicate attention, par un acteur israélien !) ; mais aussi des séries iraniennes qui ont pour particularité de soulever la très épineuse question de la représentation prophétique ; et dans la même lignée, pour le dernier ramadan, le très polémique Hassan, Hussein et Moawiyya, un feuilleton historique sur la grande fitna, les origines du « schisme » entre musulmans sunnites et chiites.

Lorsque Nessma TV choisit de programmer Persepolis, ce n’est donc pas exactement innocent. Au Liban, qui n’est pas le pire endroit de la région pour ce qui est de la censure, sa projection, en mars 2008, n’a été possible qu’après la mobilisation des milieux intellectuels et d’une partie de la scène politique. Le proposer en Tunisie, à quelques jours d’élections particulièrement importantes, relève assez clairement de la provocation vis-à-vis des différents partis qui se réclament de l’islam politique. L’allusion aux dérives inquiétantes d’un pays soumis à la dictature des religieux est assez transparente…

Passe encore que Nessma TV fasse feu de tout bois pour défendre ses opinions et mette dans le même sac islam chiite de la révolution religieuse de Téhéran et programmes des multiples partis religieux qui se présentent aux élections. Mais en prime, si l’on ose dire, Persepolis a de quoi heurter les sensibilités des fidèles en proposant une représentation figurée de Dieu, une question particulièrement sensible dans l’islam sunnite comme on le sait (voir l’onglet « images » et en particulier ici, et encore ). Enfin, et peut-être au risque de surinterpréter les choses, on remarque également que le film de Marjane Satrapi a été doublé en (dialecte) tunisien, un choix linguistique qui n’est pas forcément sans importance quand on sait que les partisans de l’islam politique sont aussi, souvent, des défenseurs acharnés de l’arabe dit « classique » (appelé parfois aussi « coranique » par allusion à la langue employée dans le livre révélé des musulmans). Proposer cette critique sans concessions de la dictature des mollahs traduite dans cette « mauvaise » langue qu’est le dialecte tunisien, c’est vraiment agiter le chiffon rouge !…

Même si Ennahda, le principal parti « islamiste » tunisien – en tête d’après les sondages – a fort politiquement condamné cette attaque qualifiée d’« acte isolé », à l’évidence les salafistes-/islamistes-radicaux-déchaînés-tentant-de-brûler-la-télé-après-l’interdiction-du-niqab-dans-les-universités n’ont pas manqué de tomber dans le panneau. Et d’autant plus qu’on leur a peut-être donné un petit coup de main. En effet, l’excellent Webdo tunisien met en évidence, photos à l’appui, la présence d’un même « militant » (au moins) durant divers affrontements, à Sousse  puis à Tunis (distante de 150 km environ). Sur la tête du Prophète, on pourrait même le confondre (c’est lui, en gris, avec une casquette) avec un provocateur, car il a l’air de très bien s’entendre avec des forces dites de sécurité qu’on a vu moins débonnaires en d’autres occasions…

La « grande » presse internationale, tellement  empressée  à relater l’attaque des « salafistes » tunisiens, se fera-t-elle l’écho de cette petite trouvaille de leur confrère tunisien (disponible en ligne, et en français) ? Cela jette tout de même un éclairage intéressant sur une « attaque » (bien entendu condamnable) qui, malgré tout, n’a guère réuni que quelques centaines de personnes et suscité bien plus de commentaires de violences !

Un Nobel arabe politiquement correct ? Epargnez aux Arabes un tel soutien !

On a envie de paraphraser la belle formule employée vers la fin du mois de mai dernier par trois intellectuels syriens exhortant Bernard-Henri Lévy, au regard de ses antécédents vis-à-vis de la question palestinienne, à bien vouloir s’abstenir de toute intervention sur ce qui se passe dans leur pays… Elle pourrait en effet très bien convenir aux jurés de l’académie suédoise dont on dit que les choix pourraient, dans quelques jour, consacrer une figure arabe !

Pour le prix Nobel de la paix, remis le 7 octobre prochain, on parle ainsi soit de l’Égyptienne Esraa Abdel-Fattah (إسراء عبد الفتاح, évoquée dans ce lointain billet), une des militantes du Mouvement du 6 avril, organisation au cœur des mobilisations qui ont conduit au renversement de Moubarak, soit de la Tunisienne Lina Ben Mhenni (لينا بن مهني une universitaire de 26 ans dont le blog a déjà été distingué en juin dernier par les très reconnus BOBs Awards, organisés par le Deutsche Welle Global Media Forum. Dans les deux cas, les médias nous expliquent qu’il s’agit de saluer à la fois la contribution des médias sociaux et celle de femmes militantes du Printemps arabe©.

Une « brillante idée », naturellement ? Pas si sûr si l’intention est bien d’apporter un soutien explicite à des « musulmanes modérées ». Nonobstant le fait que l’Égyptienne qui serait retenue pour le prix s’obstine à porter un foulard de tête bien inquiétant pour ceux qui croient que c’est un premier pas vers la « burqa intégrale » comme on dit aujourd’hui en France, on peut facilement imaginer que l’octroi d’un prix aussi prestigieux va susciter bien des envies… Autrement plus grave est le fait que, dans le contexte actuel, une telle reconnaissance risque fort de conforter dans leur point de vue tous ceux qui s’interrogent sur la soudaine sollicitude des nations les plus riches vis-à-vis du monde arabe, et qui voient, à l’image de ce qui s’est passé en Libye sur le terrain militaire, une grossière ingérence étrangère sous couvert de nouveaux médias et de soutien à la liberté d’expression.

Quel que soit le crédit qu’on accorde à une telle argumentation, il faut bien reconnaître que le seul fait qu’on mentionne également, toujours pour le prix Nobel de la paix, le nom de Waël Ghoneim donne du grain à moudre à ceux qui pensent que l’employé de Google, le géant américain de l’internet, est sans doute une icône médiatique parfaite, non pas pour les Arabes mais pour l’« Occident » (à qui il destine d’ailleurs ses Mémoires de combat qui seront publiés par un éditeur américain).

De quoi conforter dans leur opinion des analystes tels que Rabab el-Mahdi, professeure de sciences politiques à l’Université américaine du Caire, qui lisent ce nouveau narrative élaboré à l’occasion du soulèvement arabe comme une manière de reconnaître une certaine opposition pour mieux ôter toute légitimité à tout ce qui serait trop violemment barbu et trop éloigné des « bons » critères de la modernité politique ! (Voir le texte, en anglais, cité dans ce précédent billet.) D’ailleurs, en 1988 déjà, lorsque le Nobel de littérature avait été décerné au romancier égyptien Naguib Mahfouz, certains avaient estimé que cette reconnaissance de la fiction arabe moderne venait bien trop tard. En ne mentionnant que ses textes les plus traditionnels et les moins susceptibles de faire entendre la spécificité de la narration arabe (il est vrai qu’il n’y avait guère de traductions à cette époque…), le prix consacrait enfin un auteur, devenu acceptable sur le plan international dès lors qu’il s’était associé au traité de paix voulu par Anouar El-Sadate, mais violemment refusé par une très grande partie de l’opinion non seulement égyptienne mais arabe.

Un rendez-vous raté en somme, qui pourrait bien se répéter. Car pour ce qui est de l’autre prix qui, selon les experts, pourrait bien aller à un Arabe, là c’est vraiment de la dynamite comme aurait pu dire Alfred Nobel ! « Il est temps de couronner un poète du Proche-Orient », se murmure-t-il ainsi dans les couloirs feutrés où se font les prix internationaux. Déjà, on aimerait qu’un prix aussi important ne vienne pas enfoncer des portes désormais ouvertes grâce au combat des manifestants arabes ! On aurait ainsi aimé qu’une telle idée ait germé dans des esprits moins frileux, par exemple lorsque Mahmoud Darwich était encore vivant… Mais il y a peu encore, le monde arabe était fort peu à la mode et la voix de la résistance palestinienne – pourtant traduite dans une multitude de langues – ne suscitait visiblement pas de bons échos !

Et surtout, s’il est bien vrai que l’idée du jour est de récompenser l’œuvre sans nul doute importante de cet autre poète qu’est le « Libanais syrien de naissance » Adonis, il s’agit ni plus ni moins d’un contresens tragique ! Passons sur le fait qu’Adonis a déjà été fort bien récompensé (il vient encore de remporter le très prestigieux prix Goethe en juin dernier)… Mais que cette incarnation, aujourd’hui fort âgée, d’une certaine forme d’opportunisme intellectuel passe pur un authentique représentant de la jeunesse révolutionnaire arabe, au prétexte qu’il a fini, des mois après le début des événements qui font tellement de victimes dans son pays natal, par publier une filandreuse lettre ouverte au président syrien (voir ce billet), c’est vraiment user du politiquement correct pour insulter la mémoire des vrais résistants arabes.

Messieurs du Nobel, de grâce, épargnez aux Arabes un tel soutien !

Leçon marocaine en Arabie saoudite

Les Saoudiennes sont désormais des citoyennes presque comme les autres puisqu’elles pourront participer aux élections municipales de… 2015. Il leur reste tout de même deux ou trois petites choses sur la voie de l’émancipation : le droit de conduire une voiture par exemple (dix coups de fouet pour une contrevenante, le 27/09, au tribunal de Jeddah, grâciée par le roi le lendemain), ou encore de voyager sans un kafîl, un « garant » (mâle), à leur côté. Désireuse de redonner quelques couleurs à un allié dont l’image à l’étranger n’est pas améliorée par son rôle de « briseur de révolution arabe » (accueil du président Ben Ali, regrets manifestes après la chute de Moubarak, soutien au président Saleh au Yémen en dépit de l’importance des manifestations populaires et surtout intervention militaire au Bahreïn…), la diplomatie des USA n’est probablement pas totalement étrangère à cette décision. Bien entendu, le roi Abdallah affirme le contraire, et il est vrai qu’un certain nombre de signes traduisent une évolution favorable de la condition féminine dans nombre de pays de la Péninsule arabe. (Voir ce précédent billet, écrit en mai 2009, et qui attend une suite depuis des mois !)

Parmi toutes les voix qui se félicitent de cette décision, on note, en France, celle de Rachida Dati, qui parle d’une « décision historique« . L’ancienne ministre, aujourd’hui euro-député UMP, s’exprime sans doute sur cette question en tant que femme, mais aussi au nom de ses origines familiales. Car le Maroc reconnaît le droit de vote aux femmes depuis 1963 (1952 pour le Liban, 1946 pour Djibouti : autres données disponibles en suivant ce lien). En contrepoint des déclarations de celle qui aurait souhaité naguère prendre la tête de l’Institut du monde arabe à Paris, l’article publié il y a deux jours dans Al-Quds al-‘arabi par Madawi Al-Racheed, universitaire « originaire de la Péninsule arabe » comme elle aime à signer pour ne pas avoir à user du nom du seul État dans le monde « baptisé » (si l’on ose dire !) d’un patronyme familial, apporte un autre éclairage sur la situation de la femme saoudienne, précisément à la lumière de l’expérience marocaine.

L’article s’ouvre sur le rappel de la polémique qu’a connue le Royaume d’Arabie saoudite lorsque la commission pour l’accueil de la main-d’œuvre étrangère a autorisé l’emploi de domestiques marocaines, souvent de « mauvaise réputation » dans l’opinion locale [voir notamment ici ou encore ]. Dans ce contexte, des Saoudiennes bien intentionnées ont voulu prendre leur défense, tantôt en faisant état de leur propre expérience avec ce type de personnel, tantôt en soulignant que les qualités esthétiques universellement reconnues des femmes saoudiennes font qu’elles n’ont rien à craindre d’éventuelles rivales !

Pour Madawi Al-Rasheed, la médiocrité intellectuelle d’un tel débat a le mérite de mettre en évidence le mode de fonctionnement de la société saoudienne où hommes et femmes s’accordent en définitive à juger de la valeur d’une femme comme un vulgaire bien de consommation. En se libérant, pour certaines d’entre elles, des charges domestiques grâce à la richesse pétrolière du pays, les femmes saoudiennes ont perdu leur rôle dans leur foyer où elles sont désormais remplacées par leur domesticité mais sans arriver pour autant à trouver leur place dans le secteur économique (elles ne représentent que 12 % de la main-d’œuvre locale, un des taux les plus faibles au monde). Et la situation n’est pas meilleure sur le plan politique…

Si la venue de ces employés de maison fait l’objet de tels débats, c’est que l’institution du mariage est en crise pour des raisons à la fois économiques et sociales [voir à sujet notre série Du mariage et du divorce dans le monde arabe, en septembre 2009]. Dans ce contexte, la femme saoudienne tente pitoyablement de retrouver – y compris à ses propres yeux – sa valeur en tant que bien désirable sur un marché hautement concurrentiel du fait de la présence de nouvelles venues du monde entier.

Ces débats qui ont rempli les pages de la presse locale auraient été mieux inspirés, toujours selon Madawi Al-Rasheed, s’ils avaient mentionné les femmes marocaines pour faire état de leurs combats qui ont ainsi permis des avancées importantes notamment sur le plan juridique avec le code du statut personnel (Moudawana) et plus largement politique, depuis les luttes au temps de l’indépendance jusqu’aux femmes qui militent dans les partis politiques et les associations de la société civile. A la différence des Saoudiennes, le combat des femmes marocaines leur a permis d’affirmer leur existence au sein de la nation en tant que maîtresses de maison, travailleuses, intellectuelles, travailleuses émigrées…

En prenant leur défense de cette manière, les Saoudiennes révèlent surtout l’étendue de leurs problèmes vis-à-vis de Marocaines qui ont su imposer chez elles la reconnaissance de droits dont la femme saoudienne rêve encore. Comment expliquer une telle différence entre leurs situations respectives ? Certains ont invoqué le Wahhabisme, d’autres les traditions tribales de la société saoudienne. Pourtant, des millions de musulmans montrent que leur religion n’implique pas la marginalisation de la femme. Quant au facteur tribal, on le retrouve dans bien d’autres sociétés. En réalité, deux facteurs expliquent la persistance de la marginalisation que subit la femme saoudienne dans sa société : l’économie pétrolière qui ne lui a pas donné de place en tant que travailleuse, et la politique de l’État qui considère que la réclusion des femmes est partie intégrante de sa légitimité religieuse.

Aujourd’hui, les femmes sont devenues l’enjeu de rivalités politiques entre les partisans des anciennes formes de légitimité et ceux qui soutiennent un projet de modernisation. Si les Saoudiennes veulent aller de l’avant, il faut qu’elles commencent par lancer une lutte féminine qui soit étroitement associée à la libération également de l’homme saoudien. Et pour cela, elles feraient bien de s’inspirer des luttes des Marocaines !

Quel écho cette « leçon marocaine » peut-elle trouver dans les pays pétroliers du Golfe et en Arabie saoudite en particulier ? Très peu sans doute du côté des actuelles maîtresses de maison en proie à leurs soucis domestiques… Mais peu importe en définitive. En revanche, on aimerait  mieux savoir comment les générations montantes voient les choses…

Démission/éviction du directeur général d’Al-Jazeera, la « chaîne islamiste »…

Rentrée des classes pour CPA, « déplacé » de Damas à Beyrouth pour des raisons qui sont facile à deviner… L’occasion de modifier un peu la formule de ces chroniques, moins synthétiques mais davantage en lien avec l’actualité, à l’image de ce qui vient ci-dessous… Les commentaires sont toujours bienvenus !

Au moment de la rédaction de ces lignes (tôt ce mercredi matin), il n’y avait toujours pas grand chose dans les médias, en dehors du monde arabe, à propos d’une nouvelle pourtant de très grande importance pour la région. Une requête matinale sur Google en français avec les termes Wadah Khanfar (وضاح خنفر), sans doute le plus influent de tous les journalistes arabes, ne renvoyait encore qu’au site de Radio mosaïque en Tunisie. Pourtant, depuis 24 heures, une bonne partie des médias arabes commentaient la démission de celui qui fut, pour une grande part, l’artisan du succès d’Al-Jazeera durant toutes ces dernières années. Celui que le magazine Forbes considérait il y a peu encore comme « une des personnes les plus puissantes au monde a en effet quitté la chaîne pour laquelle il travaillait pratiquement depuis sa création en 1996 et dont il était devenu le directeur général en 2006.

Démission surprise, que rien ne semblait annoncer même si l’intéressé affirme qu’il y pensait depuis plusieurs mois. On notera malgré tout qu’elle arrive le lendemain ou presque de la publication d’un document Wikileaks mentionnant le fait que l’ex-directeur général d’Al-Jazeera, à la demande des USA, avait accepté de sérieusement édulcorer un reportage sur les exactions de leurs troupes en Irak.

Une nouvelle surprise des Wikileaks qui oblige à s’interroger sur le bien-fondé des analyses qui affirment régulièrement que la plus puissante des chaînes d’information dans le monde arabe est  passée sous l’influence de l’opposition religieuse (les « islamistes »), notamment sous le règne de Khanfar… De ce point de vue, son éviction serait un coup d’arrêt à ce que certains analysent comme « l’islamisation des médias arabes » (?). Une lutte d’influence symbolisée par le départ de Wadah Khanfar, qui ne pourrait que profiter à son « rival », Azmi Bishara (عزمي بشارة , autre Palestinien, ancien député à la Knesset israélienne aujourd’hui directeur du  Doha Institute, un think tank financé par les autorités du Qatar).

Quand on regarde Al-Jazeera (en langue arabe) aujourd’hui, on est surtout frappé par le fait que la chaîne est certes très engagée sur les révolutions arabes, mais de manière extrêmement partisane. Sa couverture des événements, guère éloignée d’un simple discours de propagande dans certains cas, fait qu’elle apparaît de moins en moins comme la meilleure chaîne d’information de la région, et de plus en plus comme le bras armé médiatique de la politique extérieure du Qatar. Ce que pourrait bien conformer la nomination du nouveau directeur général, cheikh Ahmed Jassem Ben Mohamed Al Thani, un homme venu des milieux de l’industrie pétrolière, sans la moindre expérience des médias, mais fort proche du régime…

Asalah : une authentique révolte ?

Dans quelques jours, la chanteuse syrienne Asalah (أصالة نصري) devrait sortir son nouveau clip, Ah si seulement cette chaise parlait… (آه لو هالكرسي بيحكي ). Sous ce titre en apparence innocent, une des plus grandes figures de la chanson populaire prend clairement position en faveur de ceux qu’elle nomme les « révolutionnaires syriens ».

Aujourd’hui installée au Caire, la chanteuse domine la scène artistique depuis le début des années 1990. Fille d’un chanteur célèbre tragiquement disparu dans un accident de voiture, son histoire familiale, lorsqu’elle a dû s’occuper de ses jeunes frères et sœurs, puis sa vie sentimentale, avec notamment son remariage après sa rupture avec un premier mari scandaleusement trop volage, ont accompagné une très brillante carrière internationale, en particulier dans les pays du Golfe.

Alors que le régime syrien s’efforce de mobiliser autour de lui les « voix » chères au public local, la défection de Queen Asalah, surnom que reprend son site, est une mauvaise nouvelle de plus pour la communication du pouvoir . Elle vient en effet d’une chanteuse étroitement associée jusqu’alors au discours officiel. Que Dieu te garde, Assad ! ( حماك الله يا أسد), chanson lancée à la gloire du père de l’actuel président, est un tube que les partisans du fils ont gardé l’habitude de diffuser avec force décibels lors de leurs manifestations de soutien au régime.

Coïncidant avec la fin de ramadan, la sortie imminente du clip a été présentée par la chanteuse comme « un vœu de fête à l’intention des révolutionnaires ». Et cette fois, il ne s’agit pas des rebelles libyens, comme lors de précédentes déclarations il y a quelques semaines en présence de blessés soignés dans les hôpitaux du Caire, mais bien de ses propres concitoyens auxquels font allusion les paroles de la fameuse chanson encore inédite (texte arabe ici) : les héros du peuple y font entendre leur colère, après avoir longtemps gardé le silence malgré l’injustice, alors qu’ils disent maintenant qu’il ne servira à rien de s’entêter à vouloir rester… Trouve-toi quelqu’un qui accepte l’oppression, toi qui as oublié la dignité depuis longtemps !

Aucun nom n’est donné mais l’allusion est tout de même assez claire ! Surtout venant de la part d’une chanteuse qui a déjà signifié dans une lettre ouverte qui avait fait grand bruit au milieu du mois de mai dernier qu’elle n’avait nullement l’intention, à la différence de nombre d’autres célébrités de son pays, de se prêter aux simulacres de manifestation (tamthiliyyât) de soutien au régime du président Al-Assad.

Alors que certains surnomment déjà Asalah « la chanteuse de la révolution », d’autres ont plus de mémoire et ne sont pas prêts à accepter un revirement dont ils doutent de l’authenticité (asâla en arabe, comme le prénom de la chanteuse). Ils n’ont pas oublié les paroles de quelques-unes de ses chansons, pas toujours très anciennes, telle Ton peuple est ton espoir prometteur (شعبك املك الواعد) : Ton peuple est le peuple de la voix unique. La blessure a été profonde , le leader a été choisi, ton Bachar-la-bonne-nouvelle, est le gardien de tes rêves, ô Damas ! (شعبك شعب الصوت الواحد، اشتد الجرح اختار القائد، بشّارك بالأمل الواعد، حارس أحلامك يا شام)

Comment interpréter un changement de ton aussi total de la part de la célèbre chanteuse syrienne ? Ses déclarations relèvent-elles du courage politique ou de l’opportunisme ? On notera tout de même que la communication n’est pas vraiment totalement laissée au hasard puisque la sortie prochaine de ce qui sera peut-être un tube révolutionnaire a été préparée sur internet par une mini-vidéo disponible sur YouTube (d’où a été tirée l’image en haut de cette page) et par la diffusion, sur différents sites, des paroles de la chanson pour l’heure encore inédite… Tout de même, et plus encore si elle est suivie d’autres, cette défection spectaculaire d’une personnalité aussi importante du monde du spectacle est un avertissement pour le régime. (En Égypte, la brutale conversion de vedettes en tout genres a été, il y a quelques mois, le signe certain de la chute imminente du pouvoir en place : voir ce précédent billet).

Mais surtout, l’observation de la scène publique tunisienne, égyptienne, libyenne (on pense au romancier Ibrahim Al-Koni en particulier) suscite le même constat. La marginalisation des élites intellectuelles « légitimes », écrivains, intellectuels… qui, naguère encore, avaient une réelle influence sur l’opinion, est toujours plus manifeste. Parallèlement, les prises de position de chanteurs et autres vedettes du spectacle n’ont jamais eu autant d’écho.

En Syrie, les déclarations tardives et souvent jugées maladroites d’un Adonis confirment cette tendance. Il n’est pas sûr que la nomination à la tête du Conseil national de transition du sociologue (exerçant en France) Burhan Ghalioun suffise à l’inverser…

Différents articles (en arabe) sur le sujet : أصالة لنظام الأسد: آه هالكرسي لو يحكيأصالة: دقّت ساعة الثورة؟  أصالة مع الثوارالليبيين .
Un site Facebook de soutien à la chanteuse et à son engagement et un clip assez rétro à la gloire du président Hafez Al-Assad, avec en fond sonore la voix d’Asalah, en suivant ce lien.

Paradoxes syriens : le feuilleton de ramadan et le dialogue national

Photogramme du feuilleton "Sur le toit"

On l’a souvent rappelé dans ces chroniques, la diffusion des feuilletons, le produit par excellence des industries culturelles arabes, est source de très importantes rivalités géopolitiques. Mais c’est également vrai sur le plan intérieur, et chaque ramadan voit revenir comme une sorte de rituel les mêmes inévitables débats pour ou contre l’interdiction de telle ou telle série. En Palestine, policiers et juges se sont ainsi « spontanément » ligués pour réclamer l’interdiction d’Une patrie sur la corde raide (Watan ‘a watar), déjà évoqué, il y a deux ans, pour des problèmes de diffusion. Sans surprise, la justice leur a donné raison et la télévision palestinienne a donc cessé la diffusion de cette comédie satirique.

Il n’y a pas de quoi s’étonner non plus, au regard de la réputation des autorités du pays, lorsqu’on apprend (article en arabe dans Al-Hayat) que la chaîne nationale syrienne, diffusée sur satellite, a récemment déprogrammé un des nombreux feuilletons de ramadan. L’histoire est assez singulière. Si le seizième et dernier épisode de Sur le toit (Fawq al-saqf) n’a pas été diffusé la semaine dernière, le plus surprenant, dans les circonstances que traversent le pays, c’est que les quinze premiers aient été non seulement produits mais diffusés par la télévision nationale !

Le titre est en soi tout un programme car Sur le toit fait clairement allusion à la pétition intitulée Sous le toit de la patrie signée, en avril dernier, par un certain nombre de personnalités du monde de la culture (voir ce billet). La référence au mouvement de protestation est immédiatement compréhensible par le public syrien, même si elle est un peu moins directe que celle qu’avait souhaitée Samer Barqawi (سامر برقاوي ), le réalisateur. Au départ, le projet déposé à la production avait pour titre le slogan phare des manifestations populaires : Le peuple veut… (al-sha’ab yurid…), phrase semble-t-il tracée par des enfants sur les murs de Deraa et à l’origine d’une répression particulièrement féroce, déterminante pour la suite du mouvement. (Événement par ailleurs traité dans un épisode, tout comme d’autres questions politiques extrêmement sensibles, telle que la question du droit à la nationalité de certaines populations kurdes.)

Certes, des scènes, des épisodes entiers même, ont été supprimés ; il n’en reste pas moins que Sur le toit est, à en croire ce qui se dit, le feuilleton de ramadan qui, parmi tous ceux qui ont été diffusés dans l’ensemble des pays arabes cette année, a osé le traitement le plus audacieux du « printemps arabe ». Même si tout le monde ou presque s’accorde à reconnaître depuis longtemps la qualité d’ensemble de la production syrienne, particulièrement appréciée pour ses œuvres à caractère socio-historique, voire politique, la diffusion, sur une chaîne publique, d’un feuilleton racontant à une heure de grande écoute (21h30) comment un groupe de jeunes Syriens organisent une manifestation, et comment ils sont réprimés par la police est (presque) une… révolution ! Pour s’en convaincre, il suffit de savoir qu’une séquence (suivre ce lien), reprise par la chaîne Al-Arabiyya (clairement opposée au régime de Damas) est disponible sur YouTube sous le titre : un feuilleton syrien montre les méthodes de répression des forces de sécurité syriennes ( مسلسل فوق السقف يعرض الأساليب القمعية للأمن السوري : on y voit des policiers, certes un peu trop bien habillés, partir à la rencontre de manifestants qui crient « Pacifique, pacifique… » et surtout on entend, en fond sonore, des détonations, tandis que le responsable de la répression est en proie aux doutes sur ce qu’il vient de faire).

Pour le tournage effectué dans un pays en proie à une grave crise, Samer Barqawi a choisi de faire appel à de jeunes acteurs, certains connus pour leur soutien aux mouvements de protestation et, à ce titre, en principe « black-listés » par les producteurs locaux, mais également à toute une équipe de scénaristes (cinq au total), dans le but d’offrir, non pas une mais plusieurs lectures des événements qui secouent aujourd’hui son pays. Dans son esprit, un feuilleton tel que Sur le toit est la meilleure manière de mettre au jour l’importance des désaccords qui traversent, parfois au sein d’une même famille, la société syrienne pour laquelle un véritable dialogue national, officiellement ouvert par le régime, est désormais plus que nécessaire…

Indéniablement, l’expérience de l’ouverture a été tentée par la télévision nationale syrienne, qui plus est dans un domaine particulièrement sensible, tant le « feuilleton de ramadan » a d’écho dans la société. En définitive, c’est sans doute plus audacieux qu’un traditionnel débat entre représentants politiques. Elle n’est pas allée jusqu’au bout et Sur le toit a été déprogrammé. Il aura pourtant été commandité, réalisé, et presque diffusé en entier. Peut-être un signe encourageant au moment où une nouvelle loi sur les médias vient d’être promulguée par le régime du président Bachar Al-Assad…

Pour les lecteurs arabophones, un article sur le site Bosta.com.
Et surtout Fawq al-saqf est visible sur internet à cette adresse ou sur Facebook.
(J’espère que des DVD existent déjà là où les connexions sont faiblardes…)

Ci-contre, l’affiche du feuilleton.

Les héros arabes sont fatigués : place aux jeunes !

Dessin de Mohieddine Ellabad , trop tôt disparu pour assister à la Révolution égyptienne (voir note infra)

 

Tous les observateurs s’accordent à le reconnaître, les soulèvements que connaissent aujourd’hui nombre de pays arabes sont en grande partie le fait de la génération du baby boom des années 1980-1990. Comptant à eux seuls pour un tiers de la population totale, les 120 millions de jeunes Arabes entre 15 et 29 ans ont en règle générale beaucoup de mal à se faire une place au soleil : les filières qui devraient assurer un renouvellement générationnel sont rares, et les « anciens », plus qu’ailleurs sans doute, ont tendance à s’accrocher ! En définitive, la cacochymie de la classe politique arabe (Ben Ali, 74 ans ; Moubarak, 83 ; Kadhafi, 69 « seulement », mais 42 au pouvoir…) déteint trop souvent sur le reste de la société. A commencer par les arts et les lettres où la scène continue – pour le meilleur mais aussi pour le pire ! – à être largement occupée par la « génération des années 1960 », la grande décennie du nationalisme arabe. Le succès des « révolutions » pourrait bien se noter ainsi à l’ampleur des bouleversements dans le paysage intellectuel et culturel.

Est-ce le signe d’un tel changement ? En 2005, l’acteur égyptien Adel Imam était encore une grande vedette populaire dont la présence suffisait à assurer le succès de n’importe quelle comédie. Cette année-là, il était la vedette d’un film intitulé L’ambassade dans l’immeuble (السفارة في العمارة). Il y interprétait le personnage d’un dragueur impénitent qui, de retour des Émirats, devenait la victime des mesures de protection imposées par la présence, dans son immeuble, de l’ambassade israélienne et qui se muait en militant de la cause palestinienne.

A peine six ans plus tard, la révolution est passée par là et le public égyptien ne semble pas décidé à pardonner au plus célèbre des comédiens arabes son soutien sans réserve au président Moubarak. L’acteur a beau se démener sur les plateaux télévisés, se désoler de n’avoir pas su à quel degré le précédent régime était corrompu, affirmer qu’il n’a jamais injurié de manifestant place Tahrir, rien n’y fait : il reste sur la liste noire des artistes trop compromis avec le précédent pouvoir et Firqat Naji Atallah, le feuilleton dans lequel il devait interpréter le rôle principal, a mystérieusement disparu de la programmation de ramadan !

Flagman, par le dessinateur brésilien Carlos Latuff

Aujourd’hui, la vraie star de « l’ambassade dans l’immeuble » se nomme Ahmad Shahat. Plus que le diplôme qu’il a obtenu dans une université d’une grande ville de province, le jeune Égyptien a mis au service de son pays une expérience professionnelle acquise… en nettoyant les façades d’immeubles! Le 20 juillet  août dernier, le spider man cairote a escaladé sous les acclamations de la foule en délire1 une vingtaine d’étages pour aller arracher le drapeau israélien flottant sur la terrasse de l’immeuble qui abrite la représentation israélienne au Caire et le remplacer par l’emblème national égyptien. (Voir la vidéo tout en bas du billet.)

À l’image de bien des acteurs de la révolution, ce jeune Égyptien de 23 ans – qui n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il avait déjà réussi à escalader, place Tahrir, un pylône de 12 mètres – n’est pas membre d’un parti et ne se prend pas pour un héros. Au contraire, il se considère comme un simple instrument au service de la collectivité et ne voit dans son acte rien de plus que l’expression du sentiment national après la mort de plusieurs soldats égyptiens à la frontière israélienne.

L’« État hébreu » comme on l’appelle souvent – tant pis pour les citoyens qui sont bêtement palestiniens, chrétiens, musulmans ou athés ! – a adressé à l’Égypte de très inhabituelles excuses, un signe que les temps ont changé. Quant aux responsables du Conseil suprême des forces armées (CSFA), ils hésitent beaucoup à faire flotter à nouveau en haut de l’immeuble de l’ambassade un drapeau qui déclenche tellement de passions populaires. Lors d’un match récent, des « ultras » du club Ahali, dont le savoir-faire en termes de violences urbaines a été un des éléments aussi déterminants que méconnus dans le succès de la révolution  (voir à ce sujet le billet de Ted Swedenburg), en ont encore brûlé un exemplaire : la vidéo est impressionnante : voir ce lien.

Dans l’immédiat, la jeunesse égyptienne (et arabe) s’est trouvé un héros !

* Illustration de Mohieddine Ellabad (محي الدين اللباد) dans Le Carnet du dessinateur (traduction française en 1999).

  1. راجل راجل، إطلع يا بطل : Oh le mec ! Vas-y, tu es un héros ! Sur un mode allitéré du type : Oh mon vieux, ce type c’est un dieu ! []

Exportateur de révolution : le Bendir Man !

Visiblement, il n’y a pas que les publicitaires pour penser que le Printemps arabe™ est un produit qui peut trouver facilement son public ; les forces de l’ordre algériennes ont signifié à un chanteur tunisien qu’il était désormais interdit de séjour dans leur pays pour cause d’« exportation de la révolution » ! Ce fils d’un homme politique de premier plan (il s’agit du dirigeant du Parti socialiste de gauche, une des nombreuses formations politiques – il y en a désormais une centaine en Tunisie – apparues au grand jour après la chute du régime) est en effet bien connu sous le nom de Bendir Man.

Le bendir, c’est le nom d’une sorte de tambour mais jouer du bendir, cela peut vouloir dire en Tunisie, selon le contexte, faire le lèche-cul ! Apparu en mai 2009, Bendir vivait il y a peu encore au Bendirland, pays « où ne sévissent que la corruption et le totalitarisme, le crime et les malheurs, la pauvreté et le manque »… et où tout était uniformément mauve, la couleur favorite de Ben Ali (qui avait également un faible pour le chiffre 7)… Malgré la censure et l’interdiction de se produire sur scène, c’est par centaines de milliers que ses fans écoutaient ses chansons sur MySpace tout en suivant ses aventures sur internet (à ne pas confondre cependant avec El Bendir, mensuel de BD, unique en son genre en Algérie).

Depuis un certain 14 janvier 2011, Bendir Man a moins de problèmes pour ses concerts, en tout cas dans son propre pays. Il est ainsi apparu aux Nuits de Carthage, en juillet dernier, en compagnie de Baaziz, un chanteur algérien cultivant lui aussi la veine satirique et contestataire. Les deux amis avaient prévu de prolonger leur collaborationavec deux concerts prévus à Alger, la semaine dernière. Inexplicablement, la sono a rendu l’âme au beau milieu du second spectacle (récit dans cet article). Pour le plus grand plaisir du public algérois, Bendir avait tout de même eu le temps de dédier sa chanson intitulée 99% chabaa dimokratia (99% plein de démocratie) aux « dirigeants arabes, comme celui que nous avions en Tunisie, et que vous avez présentement » !

La révolution est passée mais Beyrem Ben Kilani (le vrai nom de Bendir Man) n’a pas l’air de considérer que tout a été dit (et chanté). Il continue à déranger en prenant avec d’autres personnalités publiques la défense de Samir Feriani, fonctionnaire du ministère de l’Intérieur aujourd’hui en prison, et en créant de nouvelles chansons, tel Elli baadou (Au suivant) où il se moque de l’opportunisme de la scène médiatique tunisienne, bien vite conquise aux sirènes révolutionnaires (c’est le sens du T-shirt qu’il porte sur la photo en haut de ce billet : source http://www.webdo.tn).

En plus du blog de 2009 avec le début des aventures de Bendir Man, de très nombreuses vidéos, notamment sur son site Facebook ou (plus anciennes) sur MySpace, ce témoignage visuel, au son épouvantable mais qui restitue bien l’ambiance de folie, sur Archives de la révolution tunisienne, un site aussi utile qu’intéressant.

J’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouvé de liens pour les paroles, pas plus en arabe qu’en français… Si quelqu’un peut faire mieux !

En exclusivité sur la télévision nationale égyptienne, la « drama » historique de ramadan…

Rien à faire, le cœur n’y est pas ! Cette année, les téléphages arabes ne montrent pas le même appétit pour leurs séries pourtant étroitement associées aux soirées de ramadan. A peine une petite polémique à propos d’un feuilleton qui raconte, assez maladroitement semble-t-il, la vie du poète palestinien Mahmoud Darwich et qui irrite prodigieusement les fans du poète, agacés par la manière dont la culture populaire traite leur idole (c’est vrai qu’il fait un peu niais sur cette photo qui illustre un article dans Al-Akhbar). Et tout juste la rituelle controverse à propos du caractère, licite ou non, des feuilletons religieux dans lesquels des acteurs, humains trop humains, interprètent les grandes figures de la religion. On a déjà eu l’occasion d’en parler : les points de vue divergent sur cette question, notamment entre chiites et sunnites. Une divergence théologique qui prend une dimension politique (voir « Le croissant chiite » et la guerre des images saintes), d’autant plus aiguë que l’offre télévisuelle reste malgré tout en partie déterminée par les goûts du public, apparemment friand de ce type de production (voir La religion des feuilletons : côté « images pieuses mais sacrilèges »). Cette année, l’objet du scandale se nomme Hassan, Hussayn et Moawiyya (anciennement Al-Asbât), drame historico-politique qui, comme le dit cet article sur le site d’Al-Arabiya, revient sur la plus dramatique fitna de l’histoire musulmane à l’origine, au VIIe siècle, de la divergence entre chiites et sunnites.

Incontestablement, les consommateurs arabes n’ont pas autant besoin cette année de leur dose annuelle d’opium télévisé parce que l’actualité leur offre, avec le printemps arabe, un feuilleton aux péripéties autrement fascinantes. Mercredi dernier, l’Egypte tout entière, et une bonne partie du monde arabe, s’est assemblée devant les postes de télévision pour regarder un épisode historique, qui n’est pas près de se renouveler. Après la très détestable téléréalité, sous le regard complaisant des soldats US, de l’exécution de Saddam Hussein (repris, par les bons soins de la BBC, en vraie série télé tournée en… Tunisie avec dans le rôle principal un acteur… israélien : on a vraiment changé d’époque !), la révolution égyptienne met donc en scène le procès de l’ancien président, avec comme générique cette séquence d’anthologie : dans la « cage des accusés » on voit successivement entrer les différents accusés, une borchette d’anciens ministres, les deux fils de Hosni Moubarak et l’ex-président de la République en personne. Le plus impressionnant, c’est peut-être le silence qui règne entre les commentaires de la speakrine, un vrai silence comme il s’en fait lors des tragédies les plus poignantes : il permet d’imaginer les pensées de millions de personnes en cet instant

https://www.youtube.com/watch?v=lYJ1NoAcKwc&feature=player_embedded

Comme dans les « vrais » feuilletons, la bande-son a la plus grande importance. C’est elle qui, en quelques phrases musicales, résume toute l’ambiance de la drama. Pas de mélodie pour cette série dont les téléspectateurs arabes attendent certainement la suite avec impatience, mais un dialogue que nombre d’Egyptiens ont téléchargé sur internet pour en faire leur sonnerie de portable (pour la décharger, cliquer ici) :
— Premier accusé, Mohammad Hosny Al-Sayyid Moubarak.
— Votre Honneur, je suis là !
— Tu1 as entendu les accusations formulées contre toi. Qu’as-tu à dire ?
— Toutes ces accusations, je les nie en bloc.

(La scène se répète avec les deux fils.)

La suite du procès, c’est en principe le 15 août… D’ici là, bonnes soirées de ramadan (avec peut-être d’autres guest stars pour le grand feuilleton des révolutions arabes !)

  1. Non, ce n’est pas un tutoiement révolutionnaire, c’est usuel en arabe, même si le juge aurait pu trouver une formule pour éviter d’avoir à user de la deuxième personne… Il a choisi de ne pas le faire. []