Démission/éviction du directeur général d’Al-Jazeera, la « chaîne islamiste »…

Rentrée des classes pour CPA, « déplacé » de Damas à Beyrouth pour des raisons qui sont facile à deviner… L’occasion de modifier un peu la formule de ces chroniques, moins synthétiques mais davantage en lien avec l’actualité, à l’image de ce qui vient ci-dessous… Les commentaires sont toujours bienvenus !

Au moment de la rédaction de ces lignes (tôt ce mercredi matin), il n’y avait toujours pas grand chose dans les médias, en dehors du monde arabe, à propos d’une nouvelle pourtant de très grande importance pour la région. Une requête matinale sur Google en français avec les termes Wadah Khanfar (وضاح خنفر), sans doute le plus influent de tous les journalistes arabes, ne renvoyait encore qu’au site de Radio mosaïque en Tunisie. Pourtant, depuis 24 heures, une bonne partie des médias arabes commentaient la démission de celui qui fut, pour une grande part, l’artisan du succès d’Al-Jazeera durant toutes ces dernières années. Celui que le magazine Forbes considérait il y a peu encore comme « une des personnes les plus puissantes au monde a en effet quitté la chaîne pour laquelle il travaillait pratiquement depuis sa création en 1996 et dont il était devenu le directeur général en 2006.

Démission surprise, que rien ne semblait annoncer même si l’intéressé affirme qu’il y pensait depuis plusieurs mois. On notera malgré tout qu’elle arrive le lendemain ou presque de la publication d’un document Wikileaks mentionnant le fait que l’ex-directeur général d’Al-Jazeera, à la demande des USA, avait accepté de sérieusement édulcorer un reportage sur les exactions de leurs troupes en Irak.

Une nouvelle surprise des Wikileaks qui oblige à s’interroger sur le bien-fondé des analyses qui affirment régulièrement que la plus puissante des chaînes d’information dans le monde arabe est  passée sous l’influence de l’opposition religieuse (les « islamistes »), notamment sous le règne de Khanfar… De ce point de vue, son éviction serait un coup d’arrêt à ce que certains analysent comme « l’islamisation des médias arabes » (?). Une lutte d’influence symbolisée par le départ de Wadah Khanfar, qui ne pourrait que profiter à son « rival », Azmi Bishara (عزمي بشارة , autre Palestinien, ancien député à la Knesset israélienne aujourd’hui directeur du  Doha Institute, un think tank financé par les autorités du Qatar).

Quand on regarde Al-Jazeera (en langue arabe) aujourd’hui, on est surtout frappé par le fait que la chaîne est certes très engagée sur les révolutions arabes, mais de manière extrêmement partisane. Sa couverture des événements, guère éloignée d’un simple discours de propagande dans certains cas, fait qu’elle apparaît de moins en moins comme la meilleure chaîne d’information de la région, et de plus en plus comme le bras armé médiatique de la politique extérieure du Qatar. Ce que pourrait bien conformer la nomination du nouveau directeur général, cheikh Ahmed Jassem Ben Mohamed Al Thani, un homme venu des milieux de l’industrie pétrolière, sans la moindre expérience des médias, mais fort proche du régime…

Asalah : une authentique révolte ?

Dans quelques jours, la chanteuse syrienne Asalah (أصالة نصري) devrait sortir son nouveau clip, Ah si seulement cette chaise parlait… (آه لو هالكرسي بيحكي ). Sous ce titre en apparence innocent, une des plus grandes figures de la chanson populaire prend clairement position en faveur de ceux qu’elle nomme les « révolutionnaires syriens ».

Aujourd’hui installée au Caire, la chanteuse domine la scène artistique depuis le début des années 1990. Fille d’un chanteur célèbre tragiquement disparu dans un accident de voiture, son histoire familiale, lorsqu’elle a dû s’occuper de ses jeunes frères et sœurs, puis sa vie sentimentale, avec notamment son remariage après sa rupture avec un premier mari scandaleusement trop volage, ont accompagné une très brillante carrière internationale, en particulier dans les pays du Golfe.

Alors que le régime syrien s’efforce de mobiliser autour de lui les « voix » chères au public local, la défection de Queen Asalah, surnom que reprend son site, est une mauvaise nouvelle de plus pour la communication du pouvoir . Elle vient en effet d’une chanteuse étroitement associée jusqu’alors au discours officiel. Que Dieu te garde, Assad ! ( حماك الله يا أسد), chanson lancée à la gloire du père de l’actuel président, est un tube que les partisans du fils ont gardé l’habitude de diffuser avec force décibels lors de leurs manifestations de soutien au régime.

Coïncidant avec la fin de ramadan, la sortie imminente du clip a été présentée par la chanteuse comme « un vœu de fête à l’intention des révolutionnaires ». Et cette fois, il ne s’agit pas des rebelles libyens, comme lors de précédentes déclarations il y a quelques semaines en présence de blessés soignés dans les hôpitaux du Caire, mais bien de ses propres concitoyens auxquels font allusion les paroles de la fameuse chanson encore inédite (texte arabe ici) : les héros du peuple y font entendre leur colère, après avoir longtemps gardé le silence malgré l’injustice, alors qu’ils disent maintenant qu’il ne servira à rien de s’entêter à vouloir rester… Trouve-toi quelqu’un qui accepte l’oppression, toi qui as oublié la dignité depuis longtemps !

Aucun nom n’est donné mais l’allusion est tout de même assez claire ! Surtout venant de la part d’une chanteuse qui a déjà signifié dans une lettre ouverte qui avait fait grand bruit au milieu du mois de mai dernier qu’elle n’avait nullement l’intention, à la différence de nombre d’autres célébrités de son pays, de se prêter aux simulacres de manifestation (tamthiliyyât) de soutien au régime du président Al-Assad.

Alors que certains surnomment déjà Asalah « la chanteuse de la révolution », d’autres ont plus de mémoire et ne sont pas prêts à accepter un revirement dont ils doutent de l’authenticité (asâla en arabe, comme le prénom de la chanteuse). Ils n’ont pas oublié les paroles de quelques-unes de ses chansons, pas toujours très anciennes, telle Ton peuple est ton espoir prometteur (شعبك املك الواعد) : Ton peuple est le peuple de la voix unique. La blessure a été profonde , le leader a été choisi, ton Bachar-la-bonne-nouvelle, est le gardien de tes rêves, ô Damas ! (شعبك شعب الصوت الواحد، اشتد الجرح اختار القائد، بشّارك بالأمل الواعد، حارس أحلامك يا شام)

Comment interpréter un changement de ton aussi total de la part de la célèbre chanteuse syrienne ? Ses déclarations relèvent-elles du courage politique ou de l’opportunisme ? On notera tout de même que la communication n’est pas vraiment totalement laissée au hasard puisque la sortie prochaine de ce qui sera peut-être un tube révolutionnaire a été préparée sur internet par une mini-vidéo disponible sur YouTube (d’où a été tirée l’image en haut de cette page) et par la diffusion, sur différents sites, des paroles de la chanson pour l’heure encore inédite… Tout de même, et plus encore si elle est suivie d’autres, cette défection spectaculaire d’une personnalité aussi importante du monde du spectacle est un avertissement pour le régime. (En Égypte, la brutale conversion de vedettes en tout genres a été, il y a quelques mois, le signe certain de la chute imminente du pouvoir en place : voir ce précédent billet).

Mais surtout, l’observation de la scène publique tunisienne, égyptienne, libyenne (on pense au romancier Ibrahim Al-Koni en particulier) suscite le même constat. La marginalisation des élites intellectuelles « légitimes », écrivains, intellectuels… qui, naguère encore, avaient une réelle influence sur l’opinion, est toujours plus manifeste. Parallèlement, les prises de position de chanteurs et autres vedettes du spectacle n’ont jamais eu autant d’écho.

En Syrie, les déclarations tardives et souvent jugées maladroites d’un Adonis confirment cette tendance. Il n’est pas sûr que la nomination à la tête du Conseil national de transition du sociologue (exerçant en France) Burhan Ghalioun suffise à l’inverser…

Différents articles (en arabe) sur le sujet : أصالة لنظام الأسد: آه هالكرسي لو يحكيأصالة: دقّت ساعة الثورة؟  أصالة مع الثوارالليبيين .
Un site Facebook de soutien à la chanteuse et à son engagement et un clip assez rétro à la gloire du président Hafez Al-Assad, avec en fond sonore la voix d’Asalah, en suivant ce lien.

Paradoxes syriens : le feuilleton de ramadan et le dialogue national

Photogramme du feuilleton "Sur le toit"

On l’a souvent rappelé dans ces chroniques, la diffusion des feuilletons, le produit par excellence des industries culturelles arabes, est source de très importantes rivalités géopolitiques. Mais c’est également vrai sur le plan intérieur, et chaque ramadan voit revenir comme une sorte de rituel les mêmes inévitables débats pour ou contre l’interdiction de telle ou telle série. En Palestine, policiers et juges se sont ainsi « spontanément » ligués pour réclamer l’interdiction d’Une patrie sur la corde raide (Watan ‘a watar), déjà évoqué, il y a deux ans, pour des problèmes de diffusion. Sans surprise, la justice leur a donné raison et la télévision palestinienne a donc cessé la diffusion de cette comédie satirique.

Il n’y a pas de quoi s’étonner non plus, au regard de la réputation des autorités du pays, lorsqu’on apprend (article en arabe dans Al-Hayat) que la chaîne nationale syrienne, diffusée sur satellite, a récemment déprogrammé un des nombreux feuilletons de ramadan. L’histoire est assez singulière. Si le seizième et dernier épisode de Sur le toit (Fawq al-saqf) n’a pas été diffusé la semaine dernière, le plus surprenant, dans les circonstances que traversent le pays, c’est que les quinze premiers aient été non seulement produits mais diffusés par la télévision nationale !

Le titre est en soi tout un programme car Sur le toit fait clairement allusion à la pétition intitulée Sous le toit de la patrie signée, en avril dernier, par un certain nombre de personnalités du monde de la culture (voir ce billet). La référence au mouvement de protestation est immédiatement compréhensible par le public syrien, même si elle est un peu moins directe que celle qu’avait souhaitée Samer Barqawi (سامر برقاوي ), le réalisateur. Au départ, le projet déposé à la production avait pour titre le slogan phare des manifestations populaires : Le peuple veut… (al-sha’ab yurid…), phrase semble-t-il tracée par des enfants sur les murs de Deraa et à l’origine d’une répression particulièrement féroce, déterminante pour la suite du mouvement. (Événement par ailleurs traité dans un épisode, tout comme d’autres questions politiques extrêmement sensibles, telle que la question du droit à la nationalité de certaines populations kurdes.)

Certes, des scènes, des épisodes entiers même, ont été supprimés ; il n’en reste pas moins que Sur le toit est, à en croire ce qui se dit, le feuilleton de ramadan qui, parmi tous ceux qui ont été diffusés dans l’ensemble des pays arabes cette année, a osé le traitement le plus audacieux du « printemps arabe ». Même si tout le monde ou presque s’accorde à reconnaître depuis longtemps la qualité d’ensemble de la production syrienne, particulièrement appréciée pour ses œuvres à caractère socio-historique, voire politique, la diffusion, sur une chaîne publique, d’un feuilleton racontant à une heure de grande écoute (21h30) comment un groupe de jeunes Syriens organisent une manifestation, et comment ils sont réprimés par la police est (presque) une… révolution ! Pour s’en convaincre, il suffit de savoir qu’une séquence (suivre ce lien), reprise par la chaîne Al-Arabiyya (clairement opposée au régime de Damas) est disponible sur YouTube sous le titre : un feuilleton syrien montre les méthodes de répression des forces de sécurité syriennes ( مسلسل فوق السقف يعرض الأساليب القمعية للأمن السوري : on y voit des policiers, certes un peu trop bien habillés, partir à la rencontre de manifestants qui crient « Pacifique, pacifique… » et surtout on entend, en fond sonore, des détonations, tandis que le responsable de la répression est en proie aux doutes sur ce qu’il vient de faire).

Pour le tournage effectué dans un pays en proie à une grave crise, Samer Barqawi a choisi de faire appel à de jeunes acteurs, certains connus pour leur soutien aux mouvements de protestation et, à ce titre, en principe « black-listés » par les producteurs locaux, mais également à toute une équipe de scénaristes (cinq au total), dans le but d’offrir, non pas une mais plusieurs lectures des événements qui secouent aujourd’hui son pays. Dans son esprit, un feuilleton tel que Sur le toit est la meilleure manière de mettre au jour l’importance des désaccords qui traversent, parfois au sein d’une même famille, la société syrienne pour laquelle un véritable dialogue national, officiellement ouvert par le régime, est désormais plus que nécessaire…

Indéniablement, l’expérience de l’ouverture a été tentée par la télévision nationale syrienne, qui plus est dans un domaine particulièrement sensible, tant le « feuilleton de ramadan » a d’écho dans la société. En définitive, c’est sans doute plus audacieux qu’un traditionnel débat entre représentants politiques. Elle n’est pas allée jusqu’au bout et Sur le toit a été déprogrammé. Il aura pourtant été commandité, réalisé, et presque diffusé en entier. Peut-être un signe encourageant au moment où une nouvelle loi sur les médias vient d’être promulguée par le régime du président Bachar Al-Assad…

Pour les lecteurs arabophones, un article sur le site Bosta.com.
Et surtout Fawq al-saqf est visible sur internet à cette adresse ou sur Facebook.
(J’espère que des DVD existent déjà là où les connexions sont faiblardes…)

Ci-contre, l’affiche du feuilleton.

Les héros arabes sont fatigués : place aux jeunes !

Dessin de Mohieddine Ellabad , trop tôt disparu pour assister à la Révolution égyptienne (voir note infra)

 

Tous les observateurs s’accordent à le reconnaître, les soulèvements que connaissent aujourd’hui nombre de pays arabes sont en grande partie le fait de la génération du baby boom des années 1980-1990. Comptant à eux seuls pour un tiers de la population totale, les 120 millions de jeunes Arabes entre 15 et 29 ans ont en règle générale beaucoup de mal à se faire une place au soleil : les filières qui devraient assurer un renouvellement générationnel sont rares, et les « anciens », plus qu’ailleurs sans doute, ont tendance à s’accrocher ! En définitive, la cacochymie de la classe politique arabe (Ben Ali, 74 ans ; Moubarak, 83 ; Kadhafi, 69 « seulement », mais 42 au pouvoir…) déteint trop souvent sur le reste de la société. A commencer par les arts et les lettres où la scène continue – pour le meilleur mais aussi pour le pire ! – à être largement occupée par la « génération des années 1960 », la grande décennie du nationalisme arabe. Le succès des « révolutions » pourrait bien se noter ainsi à l’ampleur des bouleversements dans le paysage intellectuel et culturel.

Est-ce le signe d’un tel changement ? En 2005, l’acteur égyptien Adel Imam était encore une grande vedette populaire dont la présence suffisait à assurer le succès de n’importe quelle comédie. Cette année-là, il était la vedette d’un film intitulé L’ambassade dans l’immeuble (السفارة في العمارة). Il y interprétait le personnage d’un dragueur impénitent qui, de retour des Émirats, devenait la victime des mesures de protection imposées par la présence, dans son immeuble, de l’ambassade israélienne et qui se muait en militant de la cause palestinienne.

A peine six ans plus tard, la révolution est passée par là et le public égyptien ne semble pas décidé à pardonner au plus célèbre des comédiens arabes son soutien sans réserve au président Moubarak. L’acteur a beau se démener sur les plateaux télévisés, se désoler de n’avoir pas su à quel degré le précédent régime était corrompu, affirmer qu’il n’a jamais injurié de manifestant place Tahrir, rien n’y fait : il reste sur la liste noire des artistes trop compromis avec le précédent pouvoir et Firqat Naji Atallah, le feuilleton dans lequel il devait interpréter le rôle principal, a mystérieusement disparu de la programmation de ramadan !

Flagman, par le dessinateur brésilien Carlos Latuff

Aujourd’hui, la vraie star de « l’ambassade dans l’immeuble » se nomme Ahmad Shahat. Plus que le diplôme qu’il a obtenu dans une université d’une grande ville de province, le jeune Égyptien a mis au service de son pays une expérience professionnelle acquise… en nettoyant les façades d’immeubles! Le 20 juillet  août dernier, le spider man cairote a escaladé sous les acclamations de la foule en délire1 une vingtaine d’étages pour aller arracher le drapeau israélien flottant sur la terrasse de l’immeuble qui abrite la représentation israélienne au Caire et le remplacer par l’emblème national égyptien. (Voir la vidéo tout en bas du billet.)

À l’image de bien des acteurs de la révolution, ce jeune Égyptien de 23 ans – qui n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il avait déjà réussi à escalader, place Tahrir, un pylône de 12 mètres – n’est pas membre d’un parti et ne se prend pas pour un héros. Au contraire, il se considère comme un simple instrument au service de la collectivité et ne voit dans son acte rien de plus que l’expression du sentiment national après la mort de plusieurs soldats égyptiens à la frontière israélienne.

L’« État hébreu » comme on l’appelle souvent – tant pis pour les citoyens qui sont bêtement palestiniens, chrétiens, musulmans ou athés ! – a adressé à l’Égypte de très inhabituelles excuses, un signe que les temps ont changé. Quant aux responsables du Conseil suprême des forces armées (CSFA), ils hésitent beaucoup à faire flotter à nouveau en haut de l’immeuble de l’ambassade un drapeau qui déclenche tellement de passions populaires. Lors d’un match récent, des « ultras » du club Ahali, dont le savoir-faire en termes de violences urbaines a été un des éléments aussi déterminants que méconnus dans le succès de la révolution  (voir à ce sujet le billet de Ted Swedenburg), en ont encore brûlé un exemplaire : la vidéo est impressionnante : voir ce lien.

Dans l’immédiat, la jeunesse égyptienne (et arabe) s’est trouvé un héros !

* Illustration de Mohieddine Ellabad (محي الدين اللباد) dans Le Carnet du dessinateur (traduction française en 1999).

  1. راجل راجل، إطلع يا بطل : Oh le mec ! Vas-y, tu es un héros ! Sur un mode allitéré du type : Oh mon vieux, ce type c’est un dieu ! []

Exportateur de révolution : le Bendir Man !

Visiblement, il n’y a pas que les publicitaires pour penser que le Printemps arabe™ est un produit qui peut trouver facilement son public ; les forces de l’ordre algériennes ont signifié à un chanteur tunisien qu’il était désormais interdit de séjour dans leur pays pour cause d’« exportation de la révolution » ! Ce fils d’un homme politique de premier plan (il s’agit du dirigeant du Parti socialiste de gauche, une des nombreuses formations politiques – il y en a désormais une centaine en Tunisie – apparues au grand jour après la chute du régime) est en effet bien connu sous le nom de Bendir Man.

Le bendir, c’est le nom d’une sorte de tambour mais jouer du bendir, cela peut vouloir dire en Tunisie, selon le contexte, faire le lèche-cul ! Apparu en mai 2009, Bendir vivait il y a peu encore au Bendirland, pays « où ne sévissent que la corruption et le totalitarisme, le crime et les malheurs, la pauvreté et le manque »… et où tout était uniformément mauve, la couleur favorite de Ben Ali (qui avait également un faible pour le chiffre 7)… Malgré la censure et l’interdiction de se produire sur scène, c’est par centaines de milliers que ses fans écoutaient ses chansons sur MySpace tout en suivant ses aventures sur internet (à ne pas confondre cependant avec El Bendir, mensuel de BD, unique en son genre en Algérie).

Depuis un certain 14 janvier 2011, Bendir Man a moins de problèmes pour ses concerts, en tout cas dans son propre pays. Il est ainsi apparu aux Nuits de Carthage, en juillet dernier, en compagnie de Baaziz, un chanteur algérien cultivant lui aussi la veine satirique et contestataire. Les deux amis avaient prévu de prolonger leur collaborationavec deux concerts prévus à Alger, la semaine dernière. Inexplicablement, la sono a rendu l’âme au beau milieu du second spectacle (récit dans cet article). Pour le plus grand plaisir du public algérois, Bendir avait tout de même eu le temps de dédier sa chanson intitulée 99% chabaa dimokratia (99% plein de démocratie) aux « dirigeants arabes, comme celui que nous avions en Tunisie, et que vous avez présentement » !

La révolution est passée mais Beyrem Ben Kilani (le vrai nom de Bendir Man) n’a pas l’air de considérer que tout a été dit (et chanté). Il continue à déranger en prenant avec d’autres personnalités publiques la défense de Samir Feriani, fonctionnaire du ministère de l’Intérieur aujourd’hui en prison, et en créant de nouvelles chansons, tel Elli baadou (Au suivant) où il se moque de l’opportunisme de la scène médiatique tunisienne, bien vite conquise aux sirènes révolutionnaires (c’est le sens du T-shirt qu’il porte sur la photo en haut de ce billet : source http://www.webdo.tn).

En plus du blog de 2009 avec le début des aventures de Bendir Man, de très nombreuses vidéos, notamment sur son site Facebook ou (plus anciennes) sur MySpace, ce témoignage visuel, au son épouvantable mais qui restitue bien l’ambiance de folie, sur Archives de la révolution tunisienne, un site aussi utile qu’intéressant.

J’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouvé de liens pour les paroles, pas plus en arabe qu’en français… Si quelqu’un peut faire mieux !

En exclusivité sur la télévision nationale égyptienne, la « drama » historique de ramadan…

Rien à faire, le cœur n’y est pas ! Cette année, les téléphages arabes ne montrent pas le même appétit pour leurs séries pourtant étroitement associées aux soirées de ramadan. A peine une petite polémique à propos d’un feuilleton qui raconte, assez maladroitement semble-t-il, la vie du poète palestinien Mahmoud Darwich et qui irrite prodigieusement les fans du poète, agacés par la manière dont la culture populaire traite leur idole (c’est vrai qu’il fait un peu niais sur cette photo qui illustre un article dans Al-Akhbar). Et tout juste la rituelle controverse à propos du caractère, licite ou non, des feuilletons religieux dans lesquels des acteurs, humains trop humains, interprètent les grandes figures de la religion. On a déjà eu l’occasion d’en parler : les points de vue divergent sur cette question, notamment entre chiites et sunnites. Une divergence théologique qui prend une dimension politique (voir « Le croissant chiite » et la guerre des images saintes), d’autant plus aiguë que l’offre télévisuelle reste malgré tout en partie déterminée par les goûts du public, apparemment friand de ce type de production (voir La religion des feuilletons : côté « images pieuses mais sacrilèges »). Cette année, l’objet du scandale se nomme Hassan, Hussayn et Moawiyya (anciennement Al-Asbât), drame historico-politique qui, comme le dit cet article sur le site d’Al-Arabiya, revient sur la plus dramatique fitna de l’histoire musulmane à l’origine, au VIIe siècle, de la divergence entre chiites et sunnites.

Incontestablement, les consommateurs arabes n’ont pas autant besoin cette année de leur dose annuelle d’opium télévisé parce que l’actualité leur offre, avec le printemps arabe, un feuilleton aux péripéties autrement fascinantes. Mercredi dernier, l’Egypte tout entière, et une bonne partie du monde arabe, s’est assemblée devant les postes de télévision pour regarder un épisode historique, qui n’est pas près de se renouveler. Après la très détestable téléréalité, sous le regard complaisant des soldats US, de l’exécution de Saddam Hussein (repris, par les bons soins de la BBC, en vraie série télé tournée en… Tunisie avec dans le rôle principal un acteur… israélien : on a vraiment changé d’époque !), la révolution égyptienne met donc en scène le procès de l’ancien président, avec comme générique cette séquence d’anthologie : dans la « cage des accusés » on voit successivement entrer les différents accusés, une borchette d’anciens ministres, les deux fils de Hosni Moubarak et l’ex-président de la République en personne. Le plus impressionnant, c’est peut-être le silence qui règne entre les commentaires de la speakrine, un vrai silence comme il s’en fait lors des tragédies les plus poignantes : il permet d’imaginer les pensées de millions de personnes en cet instant

https://www.youtube.com/watch?v=lYJ1NoAcKwc&feature=player_embedded

Comme dans les « vrais » feuilletons, la bande-son a la plus grande importance. C’est elle qui, en quelques phrases musicales, résume toute l’ambiance de la drama. Pas de mélodie pour cette série dont les téléspectateurs arabes attendent certainement la suite avec impatience, mais un dialogue que nombre d’Egyptiens ont téléchargé sur internet pour en faire leur sonnerie de portable (pour la décharger, cliquer ici) :
— Premier accusé, Mohammad Hosny Al-Sayyid Moubarak.
— Votre Honneur, je suis là !
— Tu1 as entendu les accusations formulées contre toi. Qu’as-tu à dire ?
— Toutes ces accusations, je les nie en bloc.

(La scène se répète avec les deux fils.)

La suite du procès, c’est en principe le 15 août… D’ici là, bonnes soirées de ramadan (avec peut-être d’autres guest stars pour le grand feuilleton des révolutions arabes !)

  1. Non, ce n’est pas un tutoiement révolutionnaire, c’est usuel en arabe, même si le juge aurait pu trouver une formule pour éviter d’avoir à user de la deuxième personne… Il a choisi de ne pas le faire. []

Dieu que la révolution est jolie ! Le Printemps arabe© est en vente…

Ecrire pour ce Carnet est loin d’être facile alors qu’il se déroule des choses autrement plus graves dans la région. C’est particulièrement vrai au regard de ce qui se passe actuellement en Syrie. En cette veille de ramadan, karîm (généreux, magnanime…) selon la formule consacrée, l’ironie n’est plus exactement de saison…

Les noces de la publicité et de la politique ne sont pas si anciennes que cela dans le monde arabe (2005 est sans doute une date repère : voir ce billet). Aujourd’hui encore, plus d’un régime (par exemple en Syrie : voir ces deux billets, 1 et 2) hésite entre la bonne vieille propagande de papa et la communication politique moderne et ses spin doctors. Patrie d’une bonne partie des « créatifs » de la publicité arabe et base régionale d’un certain nombre de grandes agences internationales, le Liban a été l’un des premiers terrains où des forces politiques opposées (en l’occurrence les camps du 7 8 (!) et du 14 mars) se sont clairement livré bataille par campagnes médiatiques interposées (voir ce billet). Et le Liban est encore le lieu où cette communication politique a été non seulement tournée en dérision (sur ce plan, on trouverait facilement d’autres exemples ailleurs), mais également, « retournée » tout court, c’est-à-dire déviée de ses objectifs politiques pour être rendue à ses fins premières, faire de la réclame pour des produits de consommation (voir, dans ce billet, les réemplois publicitaires de la campagne J’aime la vie).

Avec le Printemps arabe©, les publicitaires prolongent encore un peu plus « l’extension du domaine de la lutte » et, fort logiquement en définitive, se mettent à vendre la révolution arabe à toutes les sauces possibles. C’est dans son blog que Ted Swedenburg a publié, il y a un mois environ, un billet sobrement intitulé Coke & Pepsi and the Egyptian Revolution sur les nouvelles publicités pour Coca et Pepsi. Dans la droite ligne de leur éternelle rivalité commerciale (voir ce billet sur la manière dont ils embrigadent les vedettes de la chanson arabe), les deux géants américains du soda chantent aujourd’hui à qui mieux mieux les charmes de la révolution arabe.

Pepsi pour commencer (30 s), avec ces jeunes des classes moyennes (forcément révolutionnaires) qui ont tous des idées en surfant avec la technologie moderne (ordis et téléphones portables) et qui, littéralement parlant, « redonnent des couleurs à la ville ». Un peu subliminale, l’allusion à la révolution du 25 janvier n’est pas bien loin : introduit par l’image d’un journaliste à la télé sur fond de paysage urbain, le lien avec les événements est implicite avec l’image, presque en fin de clip, du personnage initial saluant depuis son balcon un rassemblement qui pourrait bien être une révolution (qui ne dit pas tout à fait son nom malgré tout)…

Coca (60 s) aussi file la métaphore des couleurs, avec ce récit du centre-ville du Caire qui sort peu à peu de la grisaille pour que « demain soit plus beau » (c’est le slogan final). Là encore, c’est avec la fin du clip que l’évocation des événements politiques se fait plus précise, lorsque, sur fond de paroles où il est question de demander l’impossible, la caméra dévoile la désormais incontournable place Tahrir.

Bien sûr, tout est beau et sans violence dans le monde enchanté de la pub ! Bien sûr, c’est loin d’être la première fois que la « réclame » pille l’imaginaire politique révolutionnaire en général et la contre-culture en particulier (Ted Swedenburg rappelle ainsi que Coca et Pepsi ont naguère accommodé à leur sauce l’underground américain des années 1960).

Mais au moins, dans l’exemple américain, la récupération a-t-elle eu lieu a posteriori. On peut être ainsi quelque peu choqué à découvrir, dans le centre de Beyrouth en avril, alors que le printemps arabe n’était pas si loin, cette publicité qui associe la participation à un business forum à une manifestation de rue…

 

Mais on est franchement atterré quand on découvre dans le centre de la capitale de la Syrie cette publicité qui fait sans doute allusion aux codes vestimentaires des supporters de foot mais qui fait surtout irrésistiblement penser aux manifestants pro-régime, alors que les « événements » (comme on disait en métropole autrefois lorsqu’il s’agissait de l’Algérie) ont vraisemblablement déjà entraîné la mort de près de deux mille personnes…

 

Plus bête que méchant en revanche, ce clip du jeune chanteur libanais Sijal Hachem pour sa chanson Khalas (la version libanaise du kifaya égyptien) où l’on voit de beaux mâles derrière des barbelés enflammer, masque sur le nez, des pneus. De superbes créatures hésitent – comme l’armée égyptienne ? – entre répression et séduction !… Sommet de la métaphore érotique (volontaire on l’espère), le puissant jet de la lance à eau… qui noie l’hybris des manifestants !!! Le tout se termine par un interrogatoire… troublant (surtout quand on pense aux méthodes trop souvent utilisées dans la région…)

Comme le suggère l’auteur(e) d’un article à ce sujet sur le site Muslimah Media Watch, la révolution du Printemps arabe est non seulement télévisée, mais aussi marchandisée et sexualisée !

 

 

 

La vexillologie et le « printemps arabe »

Centrale pour l’histoire et la pensée politiques européennes du XIXe siècle, l’idée d’Etat-nation, une fois « délocalisée » dans les territoires des anciens empires arabe et ottoman, a été très vite révélatrice d’une tension originaire entre, d’une part, un projet unificateur à l’échelle de la oumma (arabe et/ou musulmane) et, de l’autre, l’affirmation de chacun des…

Cette semaine, le billet se trouve sur Les Carnets de l’Ifpo, c’est ici..

Adonis et le président : nul n’est prophète…

 

Le plus célèbre des hommes de lettres syriens actuels s’est exprimé sur les événements qui se déroulent dans son pays natal. Enfin, « syrien », façon de dire, car Adonis, si l’on en croit cet article un peu ironique, préfère qu’on le présente comme « poète libanais syrien de naissance ». Cette hésitation identitaire – que les mauvaises langues associent à l’envie de l’intéressé de se voir reconnu par un prix littéraire aussi prestigieux que le Nobel pour lequel sa naissance syrienne ferait un peu tache – , l’encyclopédie en ligne Wikipedia en témoigne à l’envi puisque, selon les nombreuses langues où l’entrée « Adonis » figure, l’homme nous est effectivement décrit comme un poète tantôt syrien, tantôt syro-libanais, tantôt arabe tout simplement.

Adonis a beau jeu d’affirmer, comme il l’a fait encore récemment (voir l’article déjà cité) que « le poète est sans appartenance1, qu’il appartient au monde entier, qu’il n’a pas de pays » (لا انتماء للشاعر ، الشاعر ينتمي إلى العالم كله ، و لا بلد له). Dans la réalité banale des hommes ordinaires, le silence de celui que l’état-civil connaît sous le nom de Ali Ahmad Saïd Esber (علي أحمد سعيد, né le 1er janvier 1930 près de Lattaquié) a fini par devenir assourdissant : difficile en effet de se faire une spécialité de clamer haut et fort ce que d’autres n’osent même pas se formuler tout bas – par exemple que le retour à l’islam serait une extinction de la civilisation arabe : voir ce précédent billet –, tout en se gardant du moindre commentaire public à propos d’événements qui ont provoqué largement plus d’un millier de victimes dans le pays qui l’a vu naître.

Trois mois pratiquement jour pour jour après le début « officiel » des manifestations en Syrie, Adonis a donc écrit une Lettre ouverte au président Bachar Al-Assad, publiée le 14 juin dernier par le quotidien « syro-libanais » Al-Safir (le journal, imprimé à Beyrouth, suit en général, et surtout en ce moment, une ligne éditoriale très pro-syrienne). Aucune fulgurance poétique dans ce message sous-titré : « l’homme, ses droits, ses libertés, ou le gouffre », mais une adresse directe à Bachar Al-Assad (la formule « Monsieur le président »2 ouvre presque systématiquement les dix parties de l’article), pour l’adjurer de revenir sur les erreurs du parti au pouvoir, le Baath, et de redonner la parole et le pouvoir au peuple. Entre autres vérités, le poète affirme que pour l’immense majorité des Syriens l’article 8 de la Constitution qui stipule la domination du Baath n’est plus acceptable. Le destin de l’actuel président est donc d’être celui dont les partisans comme les adversaires diront plus tard qu’il a ouvert une nouvelle ère politique dans le pays…

Peu d’écho à ce texte (sauf erreur) dans la presse du pays natal de son auteur ; davantage dans le monde arabe, mais en général franchement négatifs, à l’image des critiques formulées dans le supplément littéraire du même quotidien par deux intellectuels de son pays d’adoption, le Liban, le poète Abbas Beydoun et l’historien Ahmad Beydoun (aucun lien de parenté).. Parlant d’un « espoir sans remède », le premier commence par signaler que les lecteurs arabes attendaient davantage de cette intervention tardive d’une personnalité culturelle aussi éminente. Mais surtout, il reproche au poète de continuer à privilégier un dialogue avec l’autorité politique, comme si celle-ci était étrangère aux maux dénoncés dans cette lettre ouverte. En soulignant comme il le fait les dangers de l’extrémisme religieux, du tribalisme, du confessionnalisme, Adonis ne fait guère guère justice à la réalité de l’opposition, y compris dans sa composante religieuse. Certes, cette lettre ouverte contient nombre de critiques à l’encontre du parti au pouvoir et du régime mais, après trois mois de protestations, les espoirs de réforme qui y figurent sont probablement assez vains…

Même rigueur dans la critique de l’historien Ahmad Beydoun qui trouve que l’auteur a bien du mal à appeler un chat un chat, et que la périphrase « solution sécuritaire » est un peu trop lisse au regard des réalités sur le terrain… A poser le problème comme il le fait, avec d’un côté les maux du confessionnalisme, du tribalisme et de l’islamisme et, de l’autre, quelques voix d’une opposition trop faible et peu unie, Adonis continue, en dépit de la gravité de la crise actuelle, à croire que le président syrien demeure un recours possible… En réalité, se demande Ahmad Beydoun, en exprimant ses doutes sur la possibilité pour les Arabes d’accéder à l’histoire et à la démocratie, Adonis révèle une vision des choses un peu simpliste, et fort peu démocratique…

Il faut attendre le 2 juin pour découvrir dans le Safir, comme par une sorte de souci d’équilibre, un texte affirmant vouloir « faire justice à Adonis » et à « sa lettre courageuse et sage » au président Bachar Al-Assad. Arrivé au terme de son plaidoyer, l’auteur reconnaît tout de même que l’un des principaux malentendus qui ont surgi avec cette lettre ouverte tient à une question de forme, en l’occurrence le choix de s’adresser directement au président pour qu’il apporte une solution à la crise.

Peut-être désabusé quant à ses espoirs de reconnaissance internationale, Adonis confiait à l’automne dernier au quotidien damascène Al-Watan (voir cet article) qu’il abandonnait la création poétique pour se consacrer à l’écriture de ses Mémoires… Une affirmation rapidement démentie quelques semaines plus tard par la publication d’un long poème, le Concerto de Jérusalem (كونشيرتو القدس), dans une revue égyptienne. Au vu des réactions suscitées par ses prises de parole quand il s’agit de la chose publique dans son pays d’origine, peut-être doit-il continuer à considérer ses projets de vacances… (voir l’image qui ouvre ce billet !)

  1. Sachant que la traduction française ne permet pas de rendre toutes les implications, en arabe, du mot « appartenance » (intimâ’), terme qui peut signifier, selon le contexte, l’engagement, au sens sartrien. []
  2. السيد الرئيس , la formule est respectueuse mais moins protocolaire que فخامة الرئيس الأسد . []

Les spin doctors du Net : la vraie vie de la Gay Girl in Damascus


Rapide rappel des faits. Le 19 mars, celle qui affirme parler sous sa propre identité, Amina Arraf Abdullah, une jeune femme syro-américaine, ouvre son blog. En anglais, A Gay Girl in Damascus tient la chronique des manifestations en Syrie, lesquelles commencent « officiellement » le 15 mars. (En réalité, les premiers appels à manifester, diffusés sur Facebook – qui n’est pas encore redevenu légal – remontent au début du même mois.). Au fil des semaines, A Gay Girl in Damascus attire de plus en plus l’attention des médias, notamment à la suite d’un billet, publié le 26 avril. Intitulé My father, the hero, il raconte comment la courageuse militante échappe à l’arrestation grâce à l’intervention, non moins courageuse, de son père auprès de « deux jeunes hommes, d’une vingtaine d’années, vêtus de vestes de cuir noir »…

Pour quelques observateurs, ce best-seller du Web, si on peut oser l’expression, suscite alors les premières interrogations. Amina a beau annoncer qu’elle va entrer dans la clandestinité, ils mènent l’enquête, y compris lorsqu’un billet, mis en ligne par « une cousine », annonce, dans les premiers jours de juin, l’arrestation de la jeune femme. Sous un déluge de Twitters affolés et alors que la page Free Amina Abdulla (sic! en principe il faut un « h » à la fin) sur Facebook réunit déjà près de 15 000 membres, le Guardian, qui a largement contribué à la célébrité de la jeune lesbienne damascène (voir par exemple A Gay Girl in Damascus becomes a heroine of the Syrian revolt, publié le 6 mai) fait part de ses questions, dès le 8 juin. Le 12, le véritable auteur est démasqué : Tom MacMaster, un Étasunien de 40 ans inscrit en master à l’université d’Edimbourg, écrit un dernier billet, à ce jour (le 13, depuis Istanbul) ; il y présente ses excuses aux lecteurs. « Mis en ligne par Amina », le billet, qui explique en gros que lui, Tom, n’a jamais eu l’intention de mal faire mais qu’il s’est fait prendre à son propre jeu, se termine par un appel au soutien des véritables héros, ceux qui font la révolution dans le monde arabe : I want to turn the focus away from me and urge everyone to concentrate on the real issues, the real heroes, the real people struggling to bring freedom to the Arab world. I have only distracted from real people and real problems. Those continue; please focus on them.

Amina de Damas : la vie après la mort

Fin de l’histoire ? Pas tout à fait car, sur Facebook parfois si empressé à faire le ménage dans ses pages (notamment pro-palestiniennes, voir ce billet), le groupe Free Amina Abdulla est toujours accessible, tout comme le blog d’Amina, l’homosexuelle de Damas. Pas vraiment mortifié par ce qui lui est arrivé, Tom MacMaster s’est contenté de supprimer quelques billets (notamment celui qui annonçait l’arrestation de son « héroïne »). Il a surtout modifié le titre, qui est désormais présenté entre guillemets (« A Gay Girl in Damascus ») et suivi d’une « précision » : an illusion.


Ce dernier sous-titre, fidèle à sa ligne de défense (Amina est une fiction, mais en quelque sorte « plus vraie que nature ») est explicité par une courte phrase, elle aussi rajoutée par rapport à la première présentation du site, disant en gros qu’on aurait tort de s’en prendre à celui qui a su vous émouvoir en racontant une histoire qui s’avère ne pas être la réalité : The Image is not the Real; When you realize that you were reading a story, rather than the news, who should you be angry at? The teller of tales that moved you?

Enfin, tout en bas de la page qu’il faut faire défiler en entier pour les faire apparaître, quelques lignes, avant les crédits du site, précisent que le blog est une sorte de « fiction interactive », solidement basée sur des faits authentiques, même si Amina, création de l’auteur, n’est, elle, qu’une fiction :

About this blog
This blog was designed as an interactive fiction. The news, historical and social information contained in it is based solidly on fact. However, the narrative voice, that of Amina A., is fictitious. Her character is based on many real people but in no way is she meant to represent any single real individual, living or deceased. She is the sole creation of the author of the blog.

Une quinzaine de jours après la découverte de son « canular », Tom MacCaster a publié (ce qui n’est pas forcément) un ultime billet, sous le titre : Trop nul ! Tout le monde s’en fout! (« That kinda sucks » . Not that anyone cares). Ultimes explications pour la nouvelle vie dans le cyberespace du blog d’Amina, qui s’obstine toujours à ne pas s’afficher tout à fait comme une « vraie » fiction mais plutôt comme une fiction qui mériterait d’être vraie…

Apparemment, cette manière de ne pas vouloir « faire mourir » la blogueuse de Damas trouve un écho ailleurs que chez son inventeur ou que chez les administrateurs de la page Free Amina Abdulla… Alors que la vérité sur la véritable nature de ce blog a déjà éclaté, de nombreux commentaires continuent à souhaiter la libération de la jeune femme, à saluer son courage. Plus d’une réaction explique en substance, à la manière de Tom MacMaster, que l’histoire n’est peut-être pas véridique mais qu’elle aurait mérité de l’être. En somme, la fiction dépasse la réalité et c’est très bien ainsi dans le meilleur des mondes virtuels…

Donner une voix à Amina

Comme se le demande à haute voix ou presque Brian Whitaker, le journaliste vedette du Guardian : pourquoi diable un homme marié en Ecosse voudrait-il se faire passer pour une lesbienne vivant à Damas ? Le jour même, deux jeunes journalistes d’origine arabe (cela importe par rapport à leur analyse), Ali Abbas et Assia Boundaoui, proposent une réponse : pourquoi cette fiction précisément et pourquoi un tel succès ? Plutôt qu’on ne sait quelle théorie du complot (même si des questions restent posées1 ), ils s’intéressent à la signification « profondément » politique de cette mascarade en définitive assez obscène qui voit un « vieil étudiant » passionné de Proche-Orient se glisser dans la peau d’une jeune Syrienne désirable.

Parce que la fiction de MacMaster est un piège trop doux ! (honey trap en anglais), un piège qui épouse parfaitement tous les clichés « occidentaux » sur le monde arabe et/ou sur l’islam. Et parce que, plus profondément, ce qui nous intéresse dans cette histoire (i.e. les soulèvements arabes, à commencer par le syrien), c’est moins la vérité/réalité que l’émotion qu’elle nous procure. (Avec ce charming petit « plus » d’une délicieuse transgression sexuelle de la part d’une femme de cette religion qui nous résiste tant !) Dans l’imposture de Macmaster, le mensonge, la tromperie sont en définitive moins insupportables que cette manière de prétendre parler à la place des autres, de se substituer aux premiers concernés, les Arabes, qui n’existent, en fin de compte, que par la bonne volonté de notre regard supérieur et complaisant. Les deux auteurs le disent très bien, mais dans un anglais un peu compliqué fort heureusement traduit vers le français par l’indispensable « Des bassines et du zèle », à laquelle nous empruntons les extraits suivants :

Si ce fantôme virtuel [cyber ghost] a été adopté si facilement par les medias et les lecteurs attentifs, c’est parce qu’il est emblématique de tous les clichés qu’utilisent les occidentaux qui se placent dans la position d’interprètes éminents de la société et de la culture moyen-orientales. (…) Il ne devrait pas y avoir besoin de l’histoire fictive d’une lesbienne syrienne pour affirmer les droits des manifestants syriens qui sont actuellement atrocement réprimés par les instances gouvernementales. Mais si l’objectif est de susciter l’émotion et de distraire, alors MacMaster a réussi à prouver que la vérité sur les Arabes passe après la perception et les sentiments qu’ont les occidentaux à leur égard.

Les réseaux sociaux et leurs légendes…

A cette première lecture politique, on est tenté d’en ajouter une autre, sous forme d’interrogation cette fois sur ce que l’on pourrait appeler le contexte, en l’occurrence l’entourage numérique, du récit de la Gay Girl in Damascus, à savoir la mise en circulation de différentes narrations qui ont prospéré sur le Réseau des réseaux au temps du « printemps arabe »… A la suite d’une fort intéressante enquête – et en définitive bien peu commentée – dans Libération, Christophe Ayad en arrivé à s’interroger sur la dimension en partie légendaire du récit officiel de la mort de Mohamed Bouazizi, et des circonstances de son suicide (en l’occurrence une gifle donnée par une policière [une femme, encore!]). De l’aveu même des premiers concernés que le journaliste est allé rencontrer, ce récit a été délibérément manipulé, et même créé, par les acteurs du soulèvement (en l’occurrence un militant homonyme de la victime, mais sans parenté avec elle, Lamine Al-Bouazizi, ainsi que le propre frère de la policière accusée…)

Comme le prouve assez bien la personnalité de l’auteur de cet article dans Libération, s’interroger sur ces fictions devenues réalités dans le récit révolutionnaire, ce n’est pas remettre en cause la réalité de ces soulèvements, ni même leur ôter quoi que ce soit de leur légitimité… Au contraire, on peut penser que les soulèvements dans le monde arabe recevront un soutien d’autant plus efficace que ceux qui le leur accorderont le feront en toute lucidité, en tout cas avec le moins possible de naïveté ou même d’aveuglement. Toutefois, qu’on le veuille ou non, il va falloir s’habituer à scruter le Net comme on a pris depuis longtemps (en principe) l’habitude de scruter les médias traditionnels, pour éviter, autant que faire se peut, d’être trop souvent pris au piège de ses trop belles légendes…

De ce point de vue, on ne peut qu’alerter sur les dangers d’une croyance trop naïve et trop facile dans les vertus des réseaux sociaux et leurs pouvoirs révolutionnaires : d’un côté, certaines scènes arabes nous montrent leurs limites (voir ce précédent billet) tandis que, de l’autre, un peu de vigilance nous révèle que tous les côtés de la Toile ne sont pas toujours très nets… Internet – tout à fait officiellement désormais que le Pentagone envisage de considérer une cyber-attaque comme un acte de guerre formel – est désormais un champ de bataille virtuel. Un champ de bataille où les lignes de front se dessinent selon des stratégies qui s’appuient sur des sortes de « cristallisations » créées au sein de la Toile par des récits qui y prennent corps mieux que d’autres, au point de devenir des sortes de légendes qu’il n’est plus guère possible d’interroger… Au fur et à mesure qu’internet gagne en importance, en puissance, et en histoire, il est à craindre qu’il perde de son innocence et qu’il devienne soumis à des techniques, à des programmations à des manipulations, capables d’y recréer, artificiellement, les « coagulations de sens » que sa logique technique favorise, en quelque sorte naturellement. Les spin doctors du Net, ces conseillers en communication politique d’un nouveau type, sont déjà à l’œuvre.



  1. Drôle de profil tout de même pour ce blogueur ! À 40 ans passés, il est marié à une Quaker pro-palestinienne mais toujours étudiant (à l’étranger, en Écosse !), ce qui ne l’empêche pas de voyager, en Turquie notamment, juste au moment où l’opposition syrienne tient congrès, près d’Alexandrette… Quant au timing du blog, c’est « Amina » elle-même qui souligne qu’il correspond au contexte du printemps arabe : « The winds of change are blowing hard throught the Middle east. A revolution is underway and all of us want to see i revolutionize every aspect of our societies, rethinking not just how the states are governed but also the role of women in these societies, the rights of sexual autonomy, and, yes, the right to marry who we love. []