La révolution : un drame pour la télé arabe ! (2/2 : la Syrie)

Un billet un peu décalé par rapport à l’actualité car la Gay Girl de Damas mérite assurément quelques commentaires ! Ils viendront peut-être plus tard. Et puis très peu d’illustrations : cela tient à la qualité de la connexion…

 

Habituées à se prêter au jeu bien huilé des questions-réponses lors de shows parfaitement rôdés et qui ne prêtent guère à conséquences, nombre de stars (nujûms, “étoiles”, le mot est utilisé très facilement dans les médias arabes) ne se sentent pas très à l’aise, c’est le moins qu’on puisse dire, avec le grand ménage de printemps qui dépoussière la scène politique arabe. Dans un contexte comme celui de l’actuelle Syrie, on trouve des personnalités publiques tel l’acteur Bachar Ismaïl pour considérer que se taire est déjà une trahison de la patrie… incarnée par le régime. De toute manière, garder le silence n’est pas vraiment une solution car il y a forcément compétition pour se placer auprès du public et ceux et celles qui prennent opportunément la parole ont forcément l’avantage sur les autres. Il est vrai que plus qu’ailleurs dans le monde sans doute, en raison de l’histoire culturelle de la région, on attend des « étoiles » de la scène arabe qu’elles prennent position, qu’elles s’engagent, d’une manière ou d’une autre, dans le débat politique. Le public arabe réclame de ses vedettes qu’elles donnent leur avis, non pas seulement sur les futilités de l’univers de la mode ou du spectacle, mais aussi sur des questions qui préoccupent le « citoyen ordinaire » dans des sociétés « gorgées de politique ».

En Syrie, c’est autour de l’industrie du feuilleton télévisé, le produit phare du pays sur la scène régionale, que se focalisent les enjeux de la communication : acteurs et actrices, mais aussi producteurs et scénaristes sont ainsi appelés à donner leur point de vue. Étroitement associés à certaines élites politiques dont les intérêts s’étendent, comme l’ont rappelé nombre d’observateurs, dans tous les secteurs de l’économie, les plus célèbres des représentants des industries audiovisuelles se sont « spontanément » mobilisé derrière les autorités du pays, à l’image du comédien et scénariste Douraid Lahham mis en scène sur les affiches appelant à l’unité nationale (voir ce billet). Cependant, et même si l’opinion ne se prononce pas aussi clairement qu’en Tunisie ou en Égypte en faveur du mouvement de protestation, on ne peut que constater que celui-ci se poursuit, et qu’il possède par conséquent des partisans, lesquels ont aussi reçu le soutien de quelques-unes des voix populaires auprès du public syrien.

Au regard des circonstances, on comprend facilement que ce soutien s’exprime surtout depuis l’étranger. Au Caire où elle mène sa carrière internationale, la chanteuse Asala a ainsi récemment fait part de sa solidarité avec les protestataires dont les demandes ont rarement été relayées aussi directement à l’intérieur du pays. Fin avril, une pétition intitulée « Sous le toit de la patrie » (Taht saqf al-watan) avait bien été signée par un certain nombre de vedettes des écrans syriens réclamant une enquête sur la manière dont les forces de sécurité étaient intervenues à Daraa et suggérant un hommage national aux victimes (‘alâ arwâh al-shuhadâ’). En dépit de son ton mesuré et de son allusion explicite à la rhétorique du pouvoir par le biais d’un des slogans du moment, cette position était déjà trop critique pour nombre des fidèles des autorités, alors même qu’elle était loin de satisfaire les opposants les plus résolus au régime du président Bachar El-Assad. Les réactions furent plus violentes encore, quelques jours plus tard, lorsque certaines vedettes des écrans syriens appelèrent les autorités, par voie de presse, à se porter au secours des «enfants de Daraa », innocentes victimes du siège auquel était soumis cette ville du sud de la Syrie. Après avoir essuyé de sévères critiques dans les médias (voir le précédent billet) qui leur reprochaient notamment de « trahir » les intérêts nationaux en prenant la parole dans les médias internationaux tels qu’Al-Jazeera, les pétitionnaires se sont vu – ou plutôt « vues » car il s’agit pour l’essentiel de comédiennes et de scénaristes menacées par des producteurs influents d’être mises sur une liste noire pour les productions à venir…

Impossible pour l’image de l’unité nationale d’étaler sur la place publique de telles dissensions au sein des vedettes du petit écran ! Vers la mi-mai, une réunion de conciliation a donc été organisée dans un grand hôtel de Damas, mais les choses ont rapidement tourné au vinaigre lorsque l’actrice May Skaf a violemment reproché à l’organisateur de la rencontre d’évoquer la révolution du 25 janvier en Égypte en termes de coup d’État ! Dans la foulée, elle a nommément désigné Najdat Anzour, un des principaux producteur locaux (on a parlé de lui ici), de ruiner sa carrière, ainsi que celle des autres signataires de l’appel en faveur des enfants de Daraa…

Les choses ont fini par s’arranger mais l’alerte a dû être suffisamment importante pour que le petit monde du petit écran soit très vite invité à rencontrer le président Bachar Al-Assad, lequel a rappelé aux uns et aux autres « la nécessité de refléter dans leurs œuvres la réalité telle qu’elle est » (ضرورة عكس الواقع كما هو في أعمالهم). Utile recommandation sans doute… Plus utile en tout cas que le conseil prodigué par l’une des invités (ils étaient une trentaine au total) suggérant au président d’interdire aux professionnels nationaux toute collaboration avec les producteurs du Golfe, en représailles de l’attitude des médias de ces pays vis-à-vis des événements en Syrie !

Une déclaration de guerre pleine de panache mais qui équivaut à un véritable suicide de l’industrie locale du feuilleton, l’unique fleuron du secteur audio-visuel du pays, puisque les pays du Golfe, les seuls où il y a un réel marché publicitaire, possèdent la majeure partie des médias régionaux ! En effet, après avoir vécu son âge d’or dans les années 1990, le feuilleton syrien connaît depuis un déclin que traduit notamment une baisse de la production : une trentaine d’oeuvres en 2008, seulement 18 deux ans plus tard, et guère plus d’une douzaine cette année. Sur fond de crise récurrente, le feuilleton syrien souffre, comme son grand rival cairote (voir le billet précédent), de la flambée révolutionnaire arabe.

Dans l’immédiat, ce sont des problèmes conjoncturels, avec la difficulté dans certains cas de tourner dans les lieux prévus à l’origine : revenant d’un tournage tardif dans une des banlieues de Damas, l’équipe de Spotlight (بقعة ضوء), une série de sketchs qui doit en être à sa septième saison de ramadan, se serait ainsi vue confisquer son matériel par les forces de sécurité, et il aurait fallu des interventions très haut placées pour débloquer l’affaire ! A plus long terme, les producteurs syriens se heurtent aux mêmes difficultés que leurs collègues égyptiens – à savoir un timing trop serré et surtout de grandes interrogations sur la manne publicitaire –, mais avec en prime de vagues menaces, dans le cadre d’amicales pressions exercées à l’encontre du régime syrien, d’un boycott de la part des riches télévisions du Golfe (à l’image de ce qui s’est déjà passé en 2007 : voir ce billet)…

En effet, la nouvelle scène dressée pour le « printemps arabe » n’a pas (encore?) bouleversé la donne du marché et les rivalités sont toujours aussi grandes au sein du monde arabe pour essayer de capter au maximum les juteux profits des feuilletons télévisés de ramadan. Côté syrien, on rêve de profiter de la baisse générale de l’offre pour gagner des parts de marché et faire monter les prix à l’exportation. Mais du côté du Caire et de ses studios, la révolution n’a pas changé grand chose au mot d’ordre d’une « égyptianisation » qui se traduit par l’éviction des savoir-faire syrien (mais aussi jordanien, palestinien, tunisien…) au profit des ressources locales. Une position récemment reprise par celui que le Conseil suprême des forces armées a placé à la tête de la radio et de la télévision nationales, le général de brigade Tareq al-Mahdi, qui a souligné la nécessité d’un tel choix en cette période de crise.

Quant aux producteurs du Golfe, financiers des uns et des autres mais également de plus en plus impliqués dans des réalisations locales, ils doivent espérer continuer à se tenir à l’écart de toutes ces révolutions et se dirent que c’est eux qui tireront les marrons du feu !

Sources
Pour les arabophones, un reportage de Majed Abdel-Hadi (ماجد عبد الهادي) sur Al-Jazeera, qui compare les attitudes héroïques des personnages du célèbre feuilleton Bab al-Hâra et leurs positions publiques aujourd’hui. Beaucoup d’informations dans les articles de Wissam Kanaan (وصام كنعان) pour Al-Akhbar :12 3 4 – 5

La révolution : un drame pour la télé arabe ! (1/2 : l’Egypte)

Adel Imam, pilier de l'ancien régime, sera-t-il de retour pour ramadan ?

Alors que le mois de ramadan approche (il occupera la plus grande partie du mois d’août cette année), il devient de plus en plus manifeste que la révolution du 25 janvier aura de sérieuses conséquences sur la vitalité du feuilleton égyptien. Sachant qu’il faut, au strict minimum, trois mois de production pour réaliser une série, même médiocre, il y a fort à parier que la prochaine saison ne sera pas à la hauteur des précédentes. Un drame, sans aucun doute, pour un public qui peut plus facilement se passer de boire et de manger que d’avaler sa dose annuelle de drama ! Dès la mi-février en effet (article dans Al-Hayat, en arabe comme tous les autres liens), on a pu lire dans la presse les premières interrogations sur le devenir d’une production très perturbée par les événements : comment lancer le tournage, et plus encore le poursuivre, de feuilletons « pensés » pour une époque désormais révolue ? Que faire par exemple des scènes où trônait, pour un peu que l’action se passe dans un bâtiment officiel, la photo de l’ancien président ? Impossible de ne pas tenir compte d’un événement aussi énorme que la chute du régime mais comment coller à une actualité mouvante sans prendre le risque d’être démenti par la suite des événements ?

Fatalement, l’activité des studios s’en est ressentie. Par prudence, Osama El-Sheikh, le président de la Télévision nationale qui ne savait pourtant pas encore que sa gestion ferait l’objet d’une procédure en justice, annonçait alors que les contrats étaient gelés jusqu’à nouvel ordre… Et la situation n’était pas meilleure dans le secteur privé où nombre de producteurs, fort proches de l’ancien régime, n’étaient déjà plus en odeur de sainteté. Pour ne rien dire de nombre d’acteurs mis à l’index sur différentes « listes noires » pour s’être obstinés, jusqu’au dernier moment, à défendre la famille Moubarak et le principe de la transmission dynastique du pouvoir de Hosni père à Gamal fils. (A l’inverse, les acteurs qui, tel Khalil Sawi, se sont fait remarquer pour leur engagement aux côtés des shebabs (article dans Al-Hayat) constituent presque désormais une garantie financière pour ceux qui les ont engagés!) En raison des événements qui ne se sont pas limités à la seule Égypte, loin de là, trouver des lieux de tournage est même devenu un problème ; ainsi, c’est la Turquie, et non la Jordanie et la Syrie comme prévu, qui a accueilli l’équipe de Firqat Nagi Atallah, une vingtaine de personnes dont Adel Imam, le sémillant septuagénaire qui, en dépit de son inébranlable soutien à l’ancien président, tente un retour sur les petits écrans de ramadan (article dans Al-Quds al-‘arabi).

Dans ce contexte, le marché a rapidement dicté sa loi et les prix se sont mis à baisser (article sur le site d’Al-Arabiyya). Les producteurs ont accepté de brader ce qu’ils avaient en stock, d’autant plus que les chaînes spécialisées dans la diffusion des feuilletons ont fait savoir qu’elles n’auraient pas les mêmes budgets, faute de rentrées publicitaires suffisantes. Au vu du climat révolutionnaire ambiant, propice à la dénonciation des privilèges de l’ancien régime, nombre de vedettes ont fait savoir haut et fort – article dans Al-Hayat qu’elles avaient renégocié à la baisse leurs contrats mirobolants (parfois plusieurs millions de dollars).

Pour toutes ces raisons, la saison télévisée du prochain ramadan va être l’occasion d’une vraie petite « révolution » : faute d’autre solution, nombre de chaînes vont probablement se résoudre à multiplier les talk-shows politiques en lieu et place des traditionnels feuilletons. Au risque de faire regretter à une partie du public le bon temps de l’ancien régime ! Et pour que le bouleversement soit plus total encore, ramadan pourrait ne plus être le seul moment béni du drama arabe. Faute d’être dans les temps, et peut-être aussi pour optimiser le retour sur investissement d’une très grosse production, le « plus grand feuilleton de toute l’histoire de la télévision égyptienne » vient d’être déprogrammé (article dans Al-Akhbar). Rompant avec la règle sacro-sainte des grilles télévisées, c’est « hors ramadan » que sortira Al-mawled, dans lequel Haïfa Wehbé, pourtant capable de « mettre le feu » à une bonne partie du public (masculin) arabe, incarne le rôle d’une gitane faisant son chemin dans un société égyptienne affreusement corrompue. (C’était avant le 25 janvier!)

Après tant de révolutions, comment survivre à une telle nouvelle ?… Pour tromper l’attente du feuilleton tant espéré, je ne peux que recommander aux fans de regarder la belle Haïfa faire son cirque, au sens littéral du terme, dans l’inoubliable Anta tany (إنت تاني) :

Et pour laisser à ces chroniques toute leur dimension pédagogique, les paroles (si, si, il y en a !) :


انته تاني مش غيري خد مكاني مش بعتني و فسواني طب ليه دلوقت رجعتلي
ده اللي باقي واهو ده كمان اللي ناقص مش كان موضوع و خالص كان حد قاللك حنللي
بقى عندك خليك انا وقلبي حلفنا عليك لايمكن تاني نرجع ليك يعني خلاص ماتلزمناش
كان حلم و ببنيه قضيت لي عليه وجيت توافيه ومستنيني اقوللك ايه يلا ياسيدي ماتدوشناش
لأ عندك خليك انا وقلبي حلفنا عليك لايمكن تاني نرجع ليك يعني خلاص ماتلزمناش
كان حلم و ببنيه قضيت لي عليه وجيت توافيه ومستنيني اقوللك ايه يلا ياسيدي ماتدوشناش
ايه اللي جابك و بتشكي لمين عذابك انا مش فاضية لجنابك ده كتير في هواك عذبتني خذ نصيبك جرحك على ايد حبيبك انا مظطرة اني اسيبك زي زمان ما
سبتني
بقى عندك خليك انا وقلبي حلفنا عليك لايمكن تاني نرجع ليك يعني خلاص ماتلزمناش
كان حلم و ببنيه قضيت لي عليه وجيت توافيه ومستنيني اقوللك ايه يلا

Un autre regard sur le printemps arabe : à propos d’un poème de Saadi Youssef


أيّ ربيعٍ عربيّ ؟
الدجاج ، وحده ، سيقول : ربيعٌ عربيّ .
هل خلَتِ الساحةُ من طفلٍ ؟
أعني هل خلت الساحةُ من شخصٍ يقول الحقَّ صُراحاً ؟
أيّ ربيعٍ عربيّ هذا ؟
نعرف تماماً أن أمراً صدرَ من دائرة أميركيّة معيّنةٍ .
وكما حدث في أوكرانيا والبوسنة وكوسوفو ، إلخ …
أريدَ له أن يحدث في الشرق الأوسط وشماليّ إفريقيا .
الفيسبوك يقود الثورة في بلدانٍ لا يملك الناس فيها أن يشتروا خبزَهم اليوميّ !
هذا المدقع حتى التلاشي ، الأمّيّ ، التقيّ …
هذا الذي لا يستطيع أن يذوق وجبةً ساخنةً في اليوم .
هذا الذي يعيش على الأعشاب والشاي وخبز الحكومة المغشوش.
هل يعرف الإنترنت؟
ومَن هؤلاء القادةُ الفتيانُ ؟
عيبٌ والله!
أحسنتْ مصرُ صنعاً ، رئيساً ( أعني حسني مبارك ) وشعباً …
وأحسنتْ تونسُ صُنعاً :
سمِعْنا وأطَـعْـنـــا .
لقد قرأت مصرُ الرسالةَ .
والتوانسةُ قرأوا الرسالة.
أمّا طرابلس الغرب فإنها تتلقّى الحقيقةَ بالقنابل :
معنى الربيع العربيّ.

Quel printemps arabe ?

Il n’y a que les poules pour répéter « Printemps arabe !»
N
‘y aurait-il plus d’enfant ?
Je veux dire : N’y aurait-il plus personne pour clamer la vérité ?
Qu’est-ce que c’est que ce printemps arabe ?
On sait bien que l’ordre est parti de certaine administration américaine,
comme déjà en Ukraine, en Bosnie, au Kosovo…
On l’a voulu aussi pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.
Facebook conduit la révolution dans des pays où les gens n’ont pas de quoi payer leur pain quotidien !
Ce pauvre malheureux qui survit à peine, cet analphabète, ce bigot,
Qui ne mange même pas un plat chaud par jour,
Qui vit dans un taudis, de thé et de mauvais pain subventionné,
Il saurait ce que c’est internet ?
Mais qui sont donc ces jeunes leaders ?
Quelle honte !
L’Egypte a tout fait comme il faut, son président (Je veux dire Hosni Moubarak) comme son peuple,
Et la Tunisie aussi :
« Nous vous avons écouté, et nous avons obtempéré. »
L’Egypte a reçu le message
Et les Tunisiens aussi.
Quant à Tripoli-de-Libye, elle découvre, à coup de bombardements
la vérité du printemps arabe !

L’auteur de ce texte, l’Irakien Saadi Youssef (سعدي يوسف), est une des grandes voix de la poésie arabe contemporaine (voir ce précédent billet où il était rapidement présenté). Cela ne saute pas aux yeux à la lecture de ces quelques lignes, publiées il y a presque un mois, mais elles méritent tout de même traduction, au moins pour ce qu’elles nous disent sur ce que pense du “printemps arabe” une partie de l’opinion.

Qu’on ne s’y trompe pas, les médias arabes (et pour ce que l’on en sait les populations également) ont, dans leur immense majorité, pris fait et cause pour les divers soulèvements. À quelques nuances près naturellement (voir ce billet à propos d’Al-Jazeera), en fonction des intérêts stratégiques qui, dans le monde arabe comme ailleurs sans doute (mais c’est une autre histoire…), se tiennent presque toujours derrière la ligne éditoriale de tel journal ou de telle chaîne télévisée.

Cependant, la position d’un Saadi Youssef existe, même si elle est rarement évoquée en dehors du monde arabe, et même si elle y a suscité une avalanche de commentaires négatifs, sur le mode : « Pauvre vieux Saadi Youssef, il a vécu trop longtemps en Europe pour comprendre ce qui se passe chez nous, soyons indulgents… » (Pour les lecteurs qui voudraient en profiter, voir à la fin de ce billet les liens vers des réponses – en arabe – aux lamentations du « dernier communiste » comme il se nomme lui-même.)

Comment interpréter ce type de position ? On y entend les échos d’une thématique bien connue, celle de la « conspiration ». Certains s’étonnent ainsi du soutien actif que prodiguent à cette révolution arabe nombre d’Etats étrangers, USA en tête, naguère surtout préoccupés par le maintien du statu quo régional, y compris lorsque cela passait par l’abandon des principes de la légalité internationale… Pour les sceptiques du type Saadi Youssef, la volte-face de ces puissances étrangères – celles-là mêmes qui ont la mainmise technique sur les fameux réseaux sociaux dont il se dit qu’ils sont au cœur des renversements politiques – ne s’explique que par la mise en œuvre d’une nouvelle stratégie où le smart power remplace désormais le simple usage de la force (sauf en Libye mais, là encore, c’est une autre histoire).

En fait, adversaires et partisans du « printemps arabe » (tel l’essayiste Ali Harb) partagent, consciemment ou non, une même analyse qui place les médias (anciens et nouveaux) et les réseaux sociaux au cœur de cette nouvelle diplomatie publique. Il n’est donc pas étonnant de constater l’importance qu’a prise la bataille du contrôle de l’opinion avec, dans le cas syrien notamment, une véritable interrogation sur le rapport de force au sein de la population entre, d’un côté, les partisans du récit dominant sur la scène mondiale et sans doute également dans l’opinion arabe et, de l’autre, ceux qui adhèrent au discours des autorités lorsqu’elles dénoncent une « fabrication de l’opinion » sous la trompeuse image de la révolte arabe. En conséquence, l’ambition du régime dirigé par le président El-Assad consiste clairement à maintenir une sorte de « bulle médiatique » isolée de l’opinion mondiale. Combien de temps cela peut-il durer dans un contexte régional largement favorable au changement, même en tenant compte d’une certaine désillusion après les premières victoires populaires ?

Le « poème » de Saadi Youssef mérite toutefois d’être soumis à une seconde grille de lecture, qui ne contredit pas la première mais au contraire se superpose à elle : celle de la transition générationnelle, y compris au sein du champ intellectuel. Parmi les très nombreux commentaires que suscitent les événements actuels dans le monde arabe, on peut être sensible à ceux qui soulignent l’absence des élites reconnues du champ intellectuel, dans les pays où se sont déroulés d’importants soulèvements mais pas seulement. A l’image de la scène politique où les acteurs traditionnels ont bel et bien été emportés par un mouvement dont ils n’avaient pas l’initiative, la scène culturelle et intellectuelle semble être le théâtre, à l’occasion des événements du printemps arabe, d’un profond mouvement de renouvellement.

Saadi Youssef à sa manière, mais au-delà de sa personne la plupart des élites en place dans le domaine de la création artistique ou de la pensée1, se trouvent totalement déstabilisées par ce « printemps arabe » : elles l’espéraient encore moins qu’elle l’ont vu venir et se sont bien souvent trouvées totalement marginalisées par rapport à la marche des événements ; quand ceux-ci se sont accélérés, elles ont bien souvent fait les mauvais choix et se sont obstinées à soutenir des systèmes déjà condamnés ; là où la révolution est passée, elles ont le plus souvent bien du mal à retrouver leur place…

Même s’il est encore trop tôt pour suivre ceux qui pensent, comme Boutros Hallaq, que la jeunesse arabe est en train de « refonder la Renaissance » arabe (intéressant texte en arabe dans Al-Hayat), la disparition de ce que Saadi Youssef appelle lui-même l’intellectuel suiviste (المثقف التابع), aussi souvent donneur de leçon que complice du pouvoir, serait, à coup sûr, une vraie révolution ! Bonne chance aux « gamins de Facebook » !

Des réponses à Saadi Youssef :
سعدي يوسف والربيع العربي

رحاب أبو هوشر
سعدي يوسف…إلى أين؟
فواز قادري
تعقيباً على نَصِّ الشاعر سعدي يوسف: كُلُّ الفُصولِ لا الرَّبيع وَحْدهُ
صلاح بوسريف
لغة الأشياء / إلى سعدي يوسف مع خالص الخيبة!
باسمة العنزي

سعدي يوسف و ‘الربيع العربي’: في امتداح الشيء وذمه!
باسم المرعبي

  1. Voir par exemple un article publié, en arabe, dans Al-Hayat et repris sur son  blog par Marie Kossaifi qui souligne la nécessaire modestie des vieux intellectuels restés à discuter au café quand la jeunesse, en ligne, a mené la révolution. []

Les limites du miracle Facebook : l’exemple syrien

"La Syrie participative", campagne officielle en 2006.

Interrogé le 11 février sur CNN à propos de la suite des événements dans le monde arabe, Wael Ghoneim répondit, à moitié sur le mode de la plaisanterie : Ask Facebook! Des propos, qui avec d’autres du même type (I always said, if you want to liberate a society, just give them the internet), font écho à toutes sortes de commentaires euphoriques à propos des vertus libératrices des réseaux sociaux et du Web2.0. Mais après bientôt trois mois de manifestations, la situation en Syrie montre, s’il en était besoin, que les choses ne sont pas aussi simples.

A priori, le paysage numérique syrien ressemble pourtant, dans ses grands traits, à ce que l’on trouve ailleurs dans le monde arabe : 30 000 internautes en 2000 (quand Bachar el-Assad était encore le président de la Syrian Computer Society et pas encore celui du pays), 3,5 millions aujourd’hui, soit désormais un taux de pénétration d’internet de près de 16,5 % (un peu plus que celui de l’Egypte). Des organisations internationales dénoncent régulièrement le contrôle extrêmement sévère que les autorités imposent sur le Net, à l’encontre de sites de presse (plusieurs centaines de titres indisponibles, dont Al-Quds al-‘arabi ou bien Elaph,) ou encore de blogueurs (condamnation de la jeune Tell Mallouhi à deux ans de prison en novembre 2010). Mais dans le même temps, on constate qu’il existe une blogosphère sans doute moins riche que l’égyptienne mais tout de même très active, ainsi qu’une presse en ligne plutôt dynamique (voir ce billet d’un chercheur italien sur les carnets de l’Ifpo). Ceux qui les fréquentent savent que la surveillance des cafés internet n’est pas extrêmement pointilleuse, tandis que les outils de contournement de la censure sont quasiment en vente libre sur les trottoirs des quartiers fréquentés par les geeks locaux. Indisponible depuis novembre 2007 (au prétexte qu’il pouvait être utilisé par des agents israéliens), Facebook, ainsi que d’autres médias sociaux tels que  YouTube, est redevenu accessible au début du mois de février dernier, assez singulièrement juste après les premiers appels à manifester. Dans le contexte actuel, on comprend facilement que tous les sites ne soient pas aujourd’hui très aisés à ouvrir mais, globalement, ceux qui le souhaitent vraiment peuvent surfer à peu près à leur guise.

Dans les cas tunisien et plus encore égyptien, on a souvent souligné par rapport à la marche des événements comment Facebook avait permis aux manifestants de l’emporter sur les forces de sécurité, notamment en les prenant de vitesse par rapport aux lieux de rassemblement. Rien de tel en Syrie à ce jour, après plus de deux mois de manifestations régulières. Mais on a surtout commenté l’importance des réseaux sociaux pour la communication des informations, à la fois au sein des populations concernées et entre ces populations et le monde extérieur, notamment au sein des diasporas émigrées à l’étranger. Des dizaines et des dizaines de sites ont été ouverts en Syrie où, comme dans les autres pays touchés par les manifestations du « printemps arabe », ils servent de relais pour la diffusion de témoignages, souvent sous forme vidéo. Dans la mesure où les autorités ont fait le choix de fermer les frontières aux représentants de la presse internationale, ce sont ces images que diffusent, plus encore que dans les autres cas, les télévisions, à commencer par Al-Jazeera, objet de sévères critiques, et pas seulement des autorités syriennes.

Pour autant, et quoi qu’en pensent ceux qui estiment que la seule existence de canaux de communication suffit à renverser le cours des choses, il semble bien que la bataille de l’opinion soit toujours indécise, au moins à l’intérieur du pays. Deux mois après le début d’événements commentés par tous les médias du monde, force est de reconnaître que ceux qui contestent le régime, ou qui se contentent d’exiger une accélération des réformes, proposent une narration des faits qui, au moins pour l’heure, n’emporte pas, loin s’en faut, l’adhésion de toute la population. Une grande partie de celle-ci, qu’on le veuille ou non, se reconnaît dans la version que donnent les autorités, à savoir celle de manifestations, fondamentalement légitimes mais détournées de leurs véritables objectifs par des agents provocateurs manipulés de l’étranger, eux-mêmes à l’origine de la plupart des nombreuses victimes…

Campagne d'affichage pour la démocratie participative (mai 2005)

Cette hésitation entre deux lectures des événements, on peut l’expliquer de toutes sortes de manières, en mettant en avant des éléments propres à la situation interne du pays (à commencer par sa composition confessionnelle qui suscite chez bien des personnes la peur d’une fracture interne), ou bien en soulignant la dimension internationale de la crise (avec, comme élément déterminant, les positions de la Syrie vis-à-vis de la politique américaine, lesquelles méritent d’être défendues, quoi qu’il en coûte parfois…). Mais quelle que soit leur pertinence, ces analyses n’apportent pas vraiment de réponse à ceux qui s’étonnent de ne pas constater, dans le cas syrien, le pouvoir intrinsèquement « libérateur » des réseaux sociaux en général et de Facebook en particulier. Même si elles sont loin d’être abouties, les remarques qui suivent se proposent d’apporter des éléments de réflexion.

Dans le contexte propre à la Syrie, avec en particulier le strict contrôle de l’information décidé par un régime qui ne fait pas confiance aux médias internationaux, il apparaît que les réseaux sociaux de type Facebook ne suffisent pas à eux seuls à donner « plus de poids » à un récit plus qu’à un autre. Depuis leurs premières apparitions dans la rue, les manifestants arrivent bien à produire des images, et même à les faire circuler via les médias sociaux de type Facebook ou YouTube, y compris à grande échelle dès lors qu’elles sont reprises par les chaînes télévisées (lesquelles, en Syrie comme ailleurs, demeurent la source d’information de la grande masse du public). Néanmoins, le message véhiculé est loin d’emporter la conviction de tous ceux qui les regardent. Une des explications possibles est que, dans une telle situation de crise, les voix qui s’expriment en dehors de la narration officielle sont celles de militants, et non pas de « journalistes citoyens » comme il y a pu en avoir au Caire par exemple durant toutes les années qui ont préparé la chute du régime. Dès lors qu’ont été constatées (et le cas s’est présenté plus d’une fois) des exagérations et même des manipulations, la foule des indécis qui peuvent faire basculer l’opinion d’un côté ou de l’autre s’est trouvée confortée dans ses hésitations, en considérant qu’il s’agissait dans un cas comme dans l’autre de discours de propagande. Mais surtout, le changement de support des documents, qui migrent des écrans des ordinateurs pour occuper ceux des téléviseurs, modifie profondément leur lecture : dès lors qu’ils sont intégrés à la rhétorique du discours journalistique, qui (sur)impose ses commentaires, sa mise en récit conforme aux standards du genre, on peut faire l’hypothèses que ces témoignages perdent, au moins pour une partie des spectateurs, de leur crédibilité ; ils sont à nouveau noyés dans une nappe de discours que le public a appris à interpréter et qui n’a plus grand chose à voir de toute manière avec la relation toute particulière de l’utilisateur des médias sociaux découvrant ce que lui propose son cercle de proches connaissances.

Sur le strict plan de l’information, l’arrivée des médias sociaux sur la scène locale n’est donc guère déterminante, en tout cas pour l’étape actuelle. Indubitablement, ces nouveaux médias ont permis que des faits, qui ne l’auraient pas été autrement, soient connus du public syrien. Néanmoins, pour les raisons qui viennent d’être évoquées, ces récits trop contradictoires, trop partiels, ne parviennent pas à donner une lecture des faits qui emporte l’adhésion de l’opinion. Au contraire, on peut même considérer que la  juxtaposition, au sein des réseaux sociaux, de points de vue totalement opposés et présentés sans la moindre hiérarchie ni autorité selon le principe des groupes de type Facebook ou autre, rend encore plus difficile pour les sujets  d’opter pour ce qu’on peut appeler, à la suite de Michel Foucault, un « régime de vérité », c’est-à-dire le choix d’un système de discours qui fait autorité. S’il est vrai que la constitution d’un réseautage naturel, de pair à pair, contribue en théorie à redonner de la lisibilité et de la crédibilité aux données mises en circulation, ne serait-ce que par l’importance numérique prise par tel ou tel groupe, c’est apparemment moins vrai dans le contexte syrien. Alors qu’étaient lancés les premiers appels à manifester, on a pu constater que nombre de groupes Facebook, d’un côté comme de l’autre,  n’avaient pas une croissance parfaitement « naturelle », pour différentes raisons parmi lesquelles figure vraisemblablement, dans les deux camps, l’utilisation des techniques de l’infowar avec, par exemple, la manipulation des profils (enquête sur les méthodes de l’armée américaine dans The Gardian). Les réseaux sociaux, comme le rappelle cet article sur le site middle-east online, peuvent se révéler une arme à double tranchant, maniée aussi bien par les opposants que par les autorités en place. La Syrie n’y echappe pas, avec d’âpres batailles sur le Net (et dans les commentaires des médias influents de la région) entre militants des deux camps (article en arabe dans Al-Akhbar).

Reste le dernier aspect du rôle libérateur que peuvent jouer les réseaux sociaux, à savoir la manière dont ils contribuent à la constitution d’une « sphère publique de substitution » au sein de laquelle se construit une société civile suffisamment forte pour modifier de manière déterminante les conditions d’exercice du jeu politique. Par rapport à cette manière d’aborder la question, une conception plus « environnementale » qu’« instrumentale » des nouvelles technologies de l’information et de la communication (sur ces deux notions, voir le blog de Francis Pisani) table sur des transformations plus lentes de la société au sein de laquelle se crée, à travers les réseaux sociaux, un tissu relationnel à partir duquel des changements politiques deviennent possibles.

La Syrie entre-t-elle dans ce type d’analyse ? La réponse viendra du dénouement qui sera donné à la crise que le pays traverse aujourd’hui avec, soit le maintien de la situation actuelle, soit  l’accélération des réformes annoncées par le président Bachar El-Assad à son arrivée au pouvoir il y a une décennie, ou bien encore toute autre solution dont décidera l’Histoire.

Sur ce thème, Seeking to Disrupt Protesters, Syria Craks Down on Social Media, un article du New York Times, En Syrie, Facebook est aussi un outil de répression, dans Télérama, ainsi que Syria’s Media War, rare témoignage depuis Alep.

La communication politique dans la Syrie du « printemps arabe » (2) : les voix des personnalités publiques

"Nos ancêtres reposent en Syrie, nos enfants y jouent : ensemble faisons-en une oasis de justice et de tranquilité." Duraid Lahham

Dans le cadre de la modernisation de la communication politique en Syrie, évoquée dans le billet précédent, il faut retenir aussi ce qui est sans doute la première utilisation arabe d’une vedette populaire (que les lecteurs mieux informés me corrigent éventuellement) pour une campagne gouvernementale. A la différence des apparitions de personnalités appréciées du public lors de campagnes de charité ou de bienfaisance, le visage de l’acteur Douraid Lahham , reproduit sur des affiches géantes ou encore sur des panneaux publicitaires le long des trottoirs, s’inscrit dans le contexte des événements qui ont incité le pouvoir à cette communication de crise autour du thème de l’unité nationale.

À l’image de bien d’autres figures appréciées du public, Douraid Lahham est aussi intervenu à de nombreuses reprises sur les chaînes nationales ou étrangères. Pas toujours de façon très adroite d’ailleurs, si l’on en croit cet article sur le site de la chaîne Al-Arabiya, puisqu’il lui serait arrivé d’utiliser des formules discutables (« La tâche de l’armée [en ce moment], ce n’est pas de combattre Israël mais de préserver la sécurité du pays. »). Arrivé à un âge mûr (il est né en 1934), il n’en est pas moins capable d’un enthousiasme qui lui fait parfois perdre son sang-froid et insulter comme un charretier ceux qu’il perçoit comme les ennemis de son pays !

Aussi célèbre dans la région que Louis de Funès pour les Français, ce scénariste et acteur de comédie qui a travaillé pour la chaîne Al-Manar (proche du Hezbollah) est connu pour ses idées nationalistes. A la fin de l’année 2009, il s’est ainsi rendu à Gaza, accompagné, entre autres vedettes du petit écran, de comédiens du célébrissime feuilleton Bab al-Hara, pour assister à la première d’une pièce militante. À l’occasion, il avait échangé des propos assez peu aimables avec une autre grande vedette de la région, l’Égyptien Adil Imam, à propos du droit légitime de la résistance à s’opposer par les armes à la politique israélienne. Alors que les insurgés libyens avaient déjà lancé leur combat, son nom a été à nouveau abondamment cité dans les journaux à propos cette fois d’une vidéo diffusée sur internet où on le voyait accueillir à son domicile damascène le président libyen Mouammar Kadhafi de passage à Damas…

Alors qu’il s’était déjà associé à une fort civile adresse collective au Président intitulée Sous le toit de la nation (تحت سقف الوطن), dont quelques signataires avaient en plus jugé nécessaire de préciser après coup que leur intention n’était pas de critiquer le régime (voir cet article dans Al-Quds al-‘arabi), cette façon qu’a Douraid Lahham de s’afficher avec le pouvoir – au sens propre et figuré du terme – n’est pas nécessairement appréciée de tous les Syriens. Certains trouvent par exemple que celui qui s’est tellement soucié naguère des enfants de Gaza devrait aujourd’hui montrer davantage de sollicitude pour ceux de son pays. A leurs yeux, il aurait pu ainsi donner sa signature à la pétition, lancée notamment par l’écrivain Rima Fleihan, dans laquelle des intellectuels et des artistes ont demandé au ministre de la Santé d’intervenir pour se porter au secours des enfants pris au piège à Deraa, lorsque l’armée a dressé le siège de cette ville du sud du pays, lors d’événements particulièrement sanglants.

Il est vrai que pour une partie de l’opinion, de telles prises de position sont déjà de trop. L’actrice Mona Wassef et quelques autres signataires ont ainsi passé des moments difficiles lorsqu’un présentateur de la télévision nationale, sourd à toutes leurs explications, les accusait de se préoccuper du drame des enfants de Deraa tout en passant sous silence celui des enfants des shuhadâ, les soldats et les policiers tombés lors des affrontements (récit de l’émission dans Al-Akhbar). Une situation qu’avait déjà pu connaître la romancière Samar Yazbek, accusée de « comploter avec des puissances étrangères » parce qu’elle a publié un texte courageux à propos de la situation dans son pays.

Panneaux publicitaires près de l'agence Sana à Damas

Ces quelques exemples, parmi bien d’autres, sont naturellement révélateurs de la bataille de la communication qui se joue actuellement en Syrie autour de la suprématie d’un récit (narrative) aux dépens de tout autre ; en d’autres termes autour de la reconnaissance de la narration officielle des événements – globalement celui d’une agression étrangère. Néanmoins, par rapport à d’autres versions qui avancent que les événements en Syrie témoignent du désir de réforme d’une partie du peuple syrien, il n’est pas certain que le choix, par les communicants du régime, d’un acteur populaire mais vieillissant soit d’une grande efficacité auprès de ces jeunes manifestants que l’on a vu à l’œuvre en Tunisie et en Égypte, ceux-là même que Douraid Lahham traitait encore il y a peu (article dans Al-Quds al-‘arabi) de « gamins de Facebook » !

Plus largement, la crise syrienne pose une autre question, celle des positions adoptés par des personnalités connues et appréciées du public vis-à-vis des événements qui se sont déroulés dans leur pays. Des « listes noires » appelant au boycott de ceux qui ont trop ouvertement manifesté leur soutien au régime renversé ont ainsi fait leur apparition en Tunisie et en Égypte (il y en a aussi dans le cas syrien, dans le camp des « pour » comme dans celui des « contre »). Vis-à-vis de l’intelligentsia le problème se pose différemment tant elle semble, dans plus d’un pays, avoir manqué le train de la révolution menée par la jeunesse. Est-ce parce que les intellectuels, comme l’affirme le cinéaste syrien Muhammad Malas, sont particulièrement victimes de l’absence de démocratie dans la région ? Comme dans cet article du Tunisien Mohammed al-Ghazzi dans Al-Hayat, nombreux sont les témoignages qui affirment qu’ils « n’ont pas participé à la révolution mais se sont contenté d’en être les témoins ». Pour le dire à la manière arabe, ceux qui ont fini par s’exprimer publiquement « partaient pour le pèlerinage quand les autres en revenaient » (voir aussi cet article à propos de la Syrie dans Al-Akhbar) !

Mais de toute manière, les voix des « personnalités » du monde du spectacle ou des sphères intellectuelles ont-elles encore le moindre écho auprès des « gamins de Facebook » qui forment les bataillons des « natifs du numérique » et qui rêvent de faire advenir un nouveau monde arabe ?

Afficher ses opinions : la communication politique dans la Syrie du « printemps 2011 » (1)

Entre autres conséquences, les différents soulèvements récents dans le monde arabe ont provoqué une véritable révolution dans la communication politique ; d’abord dans le camp des manifestants, mais également, c’est plus inattendu, du côté des instances officielles. Impossible de présenter en quelques lignes l’incroyable inventivité, sur le plan du langage et/ou de l’image, des mouvements de protestation. En attendant que les autres révolutions arabes soient elles aussi documentées, deux références pour ce qui est de l’Egypte, trouvées l’une et l’autre dans le récent mais déjà incontournable Jadaliyya : en premier lieu, un article d’Elliott Colla, un des premiers à avoir tenté d’éclairer certains aspects de ce qu’il nomme la « poésie de la révolte » (Poetry of Revolt), au sens littéral du terme, à savoir le rôle de la parole poétique dans les événements qui ont conduit à la mobilisation de millions d’Egyptiens pour réclamer la chute du régime ; dans le même ordre d’idée, Jadaliyya signale également, sous le titre « soulèvements esthétiques » (Aesthetics Uprisings), un dossier réalisé par la revue d’art ArtәEast : Signs of the Times : the Popular Literature of Tahrir, quarante pages de photos et d’analyses, réunies par Rayya El Zein et Alex Ortiz, intégralement disponibles en ligne). Précipitez-vous, c’est à la fois magnifique, instructif et réjouissant !

Beaucoup moins créatives sans doute, mais tout de même intéressantes à noter pour ce qu’elles révèlent des mutations que le monde arabe est en train de vivre, les tentatives de la part des instances officielles de renouveler leur communication. Cela passe d’abord par l’adoption de nouveaux canaux. Pour rester sur le terrain égyptien, le Haut Conseil des forces armées a ainsi ouvert, dès la mi-février, une page Facebook. Avec des fortunes diverses, il a été imité depuis par le Cabinet du Premier ministre, par le ministère des Affaires étrangères, et même par celui de l’Intérieur, naguère plus préoccupé, comme le rappelle cet article dans Al-Akhbar, de faire la chasse aux activistes égyptiens sur le Net !

Au-delà des supports, les événements actuels ont accéléré une évolution déjà commentée sur CPA à l’occasion de la triomphale réélection de Moubarak en 2005 (88,5 % des voix !), mais aussi lors des événements du Liban en 2007 (deux billets, ici et ). Forte d’une longue tradition graphique liée notamment à son rôle dans la presse et l’édition arabe, plaque-tournante des industries publicitaires au temps du numérique, Beyrouth annonçait le renouvellement de la communication politique, visiblement ressenti comme nécessaire par les principaux intéressés, à savoir les hommes de/du pouvoir.

Dernier exemple en date, la Syrie de Bachar al-Assad, confrontée à une vague de protestations depuis bientôt deux mois (date des premiers appels à manifester sur Internet). Là encore, dans ce pays aujourd’hui dirigé par celui qui fut naguère le président de sa Société d’informatique, les nouveaux canaux sont bien entendu investis : des années après que le président eut lui-même inauguré sa page Facebook (à nouveau autorisé dans le pays, depuis février dernier), c’est Ibrahim al-Mouallem, le ministre des Affaires extérieures, qui communique désormais par Twitter… Mais c’est toutefois dans le domaine des contenus que la communication politique a connu sa plus grande transformation (on se gardera bien d’utiliser dans ce contexte précis le mot de révolution…)

2 - Le club des officiers à Damas
1 - Place Arnous, Damas

Il faut dire que l’on part de très très loin. Remarquablement analysée par une universitaire américaine (Ambiguites of Domination : Politics, Rhetoric, and Symbols in Contemporary Syria), la rhétorique du pouvoir syrien est restée, des années durant, figée dans le bronze ! (ill. 1 : cliquer sur l’image, comme pour toutes les autres, pour l’agrandir). Placée sous le signe de la continuité (ill. 2), l’arrivée au pouvoir du fils de Hafez al-Assad se traduisait, il y a peu encore, par un relatif « effacement » (au sens propre et au sens figuré) de la figure présidentielle. Il y a quelques mois, les Damascènes avaient ainsi pu découvrir le nouveau look du siège des Forces armées aériennes, dépouillé du portrait paternel  (ill. 3 et 4 ci-dessous). Dans une ville où l’espace public est largement saturé de signes, la figure présidentielle n’était plus souvent qu’une image parmi bien d’autres (ill. 5, en haut de ce billet).

3 - Avant...
4 - ... après !

Les événements actuels ont naturellement tout changé. Confronté à une contestation que ni les annonces de réforme ni la répression ne semblent devoir affaiblir, le pouvoir en place cherche à mobiliser ses partisans. Renouant avec les codes communicationnels en vigueur dans un passé encore récent, la rue syrienne  est à nouveau totalement saturée de portraits du président ; si bien qu’il est impossible de s’y déplacer sans se retrouver en quelque sorte face à face avec l’incarnation de la légitimité politique. A quelques différences près toutefois qui méritent d’être notées.

6 - porte d'immeuble à Bab Touma

En plus de l’affichage en quelque sorte traditionnel, sur les édifices officiels qui, paradoxalement, sont en partie restés à l’écart du phénomène, ce qui frappe c’est d’abord le caractère individuel, et en principe volontaire, des marques ostensibles d’allégeance : boutiques, voitures, mais aussi portes et fenêtres où est placardé le portrait du président, pour afficher son soutien au régime (ill. 6). Massive dans un premier temps, cette forme de manifestation semble avoir quelque peu régressé, peut-être à cause de mesures de rétorsion prises par des adversaires du régime (on a ainsi parlé de pare-brises fracassés par des opposants au régime).

Cette évolution vers une sorte d’individualisation du soutien citoyen, spontané ou plus ou moins contraint, s’accompagne, sur le plan du goût, d’une modernisation des idéaux esthétiques, désormais gagnés par les standards globalisés. Conformément au désir de Bachar al-Assad d’apparaître comme un président jeune et modernisateur, on observe un rajeunissement de l’iconographie, tant sur le plan de l’image que du slogan (ill. 7), au risque d’interférences avec les codes iconographiques de l’imagerie populaire, dans le registre sentimental (ill. 8).

7 - "On t'aime !"
8 - "Oui à un avenir rose!"

Autant d’évolutions parfaitement en phase avec le discours officiel qui, lui aussi, s’est « modernisé », en empruntant les canaux de la communication contemporaine, y compris ceux des supports publicitaires (ill. 9).

9 - Panneau lumineux, place Arnous, Damas

Un transfert de format qui n’est pas sans introduire de profondes modifications dans le contenu des messages : si le visage présidentiel n’est plus l’unique icône susceptible d’incarner l’unité de la nation, laquelle peut s’énoncer dans sa forme la plus dépouillée, celle du  drapeau national, le plus souvent ce sont les techniques du langage publicitaire qui sont sollicitées, avec une étroite association du texte et de l’illustration (ill. 10 : panneau publicitaire ; les différents mots, autour du thème de la dissension, dessinent un pistolet).

10 - Non à la Fitna !

A défaut des réformes dont il reconnaît la nécessité, le pouvoir syrien affiche son désir d’aggiornamento en multipliant des mots d’ordre qui claquent comme des slogans publicitaires (ill. 11)…

11 - "La liberté ce n’est pas l’anarchie, c'est d'abord le respect de la loi."

Ce lifting de la communication politique sera-t-il suffisant pour convaincre la génération des « natifs du numérique » ? Pour l’heure, on se contentera de noter que cette débauche de portraits et de slogans coïncide, assez curieusement, avec une autre campagne officielle (image  ci-dessous), passée, elle, inaperçue :

L’affichage sauvage défigure notre maison !
Ensemble, mettons-y un terme !


Ondes de choc : Al-Jazeera et le printemps arabe

"Le peuple veut la chute d'Al-Jazeera et d'Al-Arabeyya" : manifestants devant les bureaux d'Al-Jazeera à Damas
"Le peuple veut la chute d'Al-Jazeera et d'Al-Arabeyya" : manifestants devant les bureaux d'Al-Jazeera à Damas

L’été dernier, Al-Jazeera avait connu quelques soucis avec la démission très commentée de plusieurs présentatrices. On avait tenté d’expliquer, dans ce billet, que la chaîne qatarie, qu’on accusait alors d’être outrageusement conservatrice, et même vendue aux extrémistes musulmans, traversait à l’évidence une crise. Et celle-ci n’avait pas grand-chose à voir avec la manière dont ses speakrines pouvaient apparaître à l’écran, mais bien davantage avec la façon dont la première chaîne d’information arabe devait gérer son succès pour se maintenir largement au-dessus de ses rivales.

Quelques mois plus tard, tout semblait être rentré dans l’ordre. Dans cet article d’Al-Akhbar par exemple, on pouvait lire que la chaîne avait su dépasser ses problèmes pour continuer son expansion, notamment dans le monde anglophone, tout en consolidant encore ses positions dans le paysage audiovisuel local. Car Al-Jazeera, il faut toujours le souligner, ce n’est pas seulement une chaîne gratuite d’information mais, y compris avec les problèmes de brouillage connus lors de la retransmission de certains matchs (voir ici et ), c’est d’abord et avant tout un « bouquet » (payant) où le secteur « sports et loisirs » a de fort belles perspectives depuis que l’émirat a été retenu (en décembre 2010) pour organiser la Coupe du monde de football en 2022.

Sur un plan plus politique, l’article déjà mentionné soulignait combien le climat régional était « porteur » pour la chaîne, notamment à cause de la crise yéménite. Des propos pour ainsi dire prophétiques, à un moment où on ne parlait pas encore beaucoup des événements tunisiens, et pas du tout du « printemps arabe ». Fidèle à son image publique, Al-Jazeera jouait une fois de plus les redresseurs de torts en participant à la publication des documents divulgés par Wikileaks, en particulier à propos de la guerre d’Irak. Mieux, sur le même modèle, elle créait son propre site, The Transparency Unit, pour appeler à lui communiquer – anonymement – des documents restés secrets alors que le public aurait dû en avoir connaissance. Créé en janvier, ce nouveau service allait en particulier s’illlustrer avec la publication des Palestine Papers, une véritable bombe diplomatique qui devait mettre dans l’embarras (ils s’en sont remis…) certains négociateurs palestiniens peu avares de concessions lors de leurs discussions avec les officiels israéliens.

Et puis est survenu le « printemps arabe », avec le rôle que l’on sait de certains médias : réseaux sociaux en tête, sans doute, mais aussi, comme on l’a déjà souligné, les médias de masse, à commencer par Al-Jazeera, un peu tiède au début, indiscutablement, mais ensuite à la pointe de la mobilisation médiatique en faveur des révoltés arabes. Devenue pour certains une sorte d’organisation révolutionnaire (تنظيم ثوري), la chaîne de Doha, une des rares capitales arabes à entretenir des liens diplomatiques avec Israël, se voyait, last but not least, décerner par Hillary Clinton des éloges appuyés. Un revirement pour le moins surprenant de la part d’un Etat qui, il n’y a pas si longtemps, cherchait surtout à faire taire une voix impertinente, y compris en bombardant les locaux d’où elle émettait, à Kaboul , à Bagdad et même à Doha !!! Assez pour susciter bien des interrogations dans le monde arabe, bien des interprétations aussi, et même bien des accusations au regard de la suite des événements.

En effet, après les débuts glorieux de la couverture médiatique des soulèvements tunisien et égyptien, les choses sont devenues beaucoup plus compliquées lorsque le théâtre des opérations s’est déplacé à Bahreïn, avec une contre-révolution, menée par les Saoudiens, coupable de violations des droits de l’homme « de plus en plus flagrantes ». A observer son silence, plus d’un téléspectateur arabe a pu se faire la remarque qu’il y avait à l’évidence, pour Al-Jazeera, de bonnes et de moins bonnes révolutions…

Les limites d’Al-Jazeera par rapport à certains sujets sensibles, à commencer par ce qui touche de près ou de loin au Golfe en général et à l’Arabie saoudite en particulier (voir ce qu’en raconte par exemple Hugh Miles, un très bon connaisseur de la chaîne), sont bien connues. Ce n’est donc pas le silence de la chaîne à propos de la répression à Bahreïn, mais bien un changement de style assez radical, qui a heurté une bonne partie du public arabophone (c’est en effet moins flagrant sur le canal anglophone, qui n’a pas la même histoire de toute manière). En effet, depuis quelques semaines, Al-Jazeera semble avoir perdu une bonne partie de sa rigueur professionnelle pour quitter son rôle d’observateur et se faire, sans beaucoup de nuances, le héraut d’une révolution arabe mise en image sous forme de clips assez grossiers, vantant la révolution libyenne, yéménite et désormais … syrienne.

De fait, après quelques jours d’hésitation (le Qatar est en principe l’allié stratégique de la Syrie), Al-Jazeera a mis tout son discours au service du soulèvement syrien. Peu présente sur le territoire car ses bureaux à Damas font l’objet d’une sorte de siège sous la forme d’un sit-in “spontané” de citoyens outrés par l’image qui est donnée de leur pays (voir l’illustration ci-dessus), la chaîne reprend à nouveau ce qui “traîne” sur Internet en sus semble-t-il d’un nouveau réseau de correspondants locaux dont les récits, qui accompagnent les vidéos mises sur le Net par les manifestants, s’inscrivent en faux avec la version donnée par les médias locaux. Des officiels syriens continuent à intervenir, mais leur discours est de plus en plus inaudible face à ceux des très nombreux opposants, sur place ou à l’étranger, et face surtout à l’accumulation de faits qui cadrent de moins en moins avec le déroulement d’une crise dont l’importance se mesure, pour ne s’en tenir qu’à cela, au nombre des victimes, y compris dans les bilans officiels.

Dans ce contexte, c’est peu dire que la nouvelle de la démission de Ghassan Ben Jeddou (Ghassan Bin Jiddu غسان بن جدو) a fait du bruit. Responsable du bureau d’Al-Jazeera à Beyrouth, ce Tunisien (née d’une mère libanaise) qu’on considère proche du Hezbollah ne fait pas mystère de ses convictions nationalistes. Il avait un moment été évoqué pour diriger le secteur information de la chaîne, un poste en définitive confié à Wadah Khanfar. Cela, et bien d’autres raisons encore (la suppression de la grille de nombreux débats télévisés au profit de reportages plus factuels mais aussi plus superficiels), peuvent expliquer ce départ. Il reste que la vedette incontestée du journalisme arabe a choisi de présenter sa démission (au quotidien libanais Al-Safir, particulièrement peu critique de la Syrie en ce moment…) en raison de ses profondes divergences par rapport aux choix éditoriaux de sa chaîne à laquelle il reproche son traitement biaisé des crises du printemps arabe . Et la presse arabe (Hashad, un site yéménite par exemple) fait état de rumeurs à propos d’autres démissions possibles, notamment celle du Syrien Faysal El-Qassem, l’animateur d’une émission phare, Contre courant (Ittijâh mu’âkis)…

Pour les autorités syriennes, cette démission tombe à point nommé car elle conforte leur conviction qu’elles sont la cible depuis des semaines d’un “complot étranger” soutenu par une campagne de presse offrant une version totalement déformée des faits. Et dans l’immédiat, la décision de Ghassan Ben Jiddou, qui contribue, au moins sur place, à donner du crédit à ceux qui dénoncent les dérives d’Al-Jazeera, risque de rendre encore plus difficile le travail des professionnels de l’information ; ceux d’Al-Jazeera, bien entendu, mais également tous les autres, locaux et trop rarement internationaux, qui s’efforcent de présenter le récit, aussi complet et contradictoire que possible, des très graves graves événements qui se déroulent en Syrie.

Petit coup de projecteur sur…

What Women Wish : un projet menée par une association 1901 avec en fer de lance “deux femmes travaillant dans le journalisme, la communication et le Web”. L’idée de base : parcourir le monde pour essayer de mieux comprendre l’impact des TIC sur la vie des femmes. Cela se décline en trois temps : identifier, accompagner, informer… Elles s’en expliquent très bien sur leur site où elles tiennent, de manière très riche, la chronique de leur très long périple, lequel a commencé par le Proche-orient et se poursuit par la Turquie.

Bonne route WWW !

Don’t be evil ! Révolutions virtuelles sur un Net pas très net…

Avec le printemps des révolutions (?), on se met à adorer les geeks des middle-class arabes qui « nous » ressemblent tellement. Il faudrait qu’ils soient tous à l’image de Wael Ghoneim, le modern-day Gandhi (sic !) de la révolution égyptienne : militants courageux bien entendu, mais surtout pacifistes et mieux encore libéraux, parfaits pour les plateaux de CNN après des discussions avec les responsables de la Banques mondiale et du Fond monétaire international ainsi que nous le rappelle le Washington Post. Comme l’analyse Rabab El-Mahd dans un article sur l’excellent Jadaliya, ce nouveau narrative de la révolution égyptienne repose sur la bonne vieille équation orientaliste où l’« Orient traditionnel » s’oppose à l’« Occident moderne », les cocktails Molotov de la lutte armée aux amis modernes et non-violents de Facebook, et enfin les hordes agressives des faubourgs [et des voilées] aux élites cosmopolites de la nouvelle Egypte…

Ne soyez pas malveillant ! Ce mot d’ordre, adopté par Google depuis sa naissance ou presque, seuls quelques affreux dictateurs arabes s’obstineraient à ne pas vouloir l’entendre. En réalité, c’est un peu plus compliqué. Lors du renversement des régimes tunisien et égyptien, les acteurs des réseaux sociaux arabes ont bénéficié d’une marge de manœuvre qui ne semble pas devoir leur être accordée en toutes occasions. Marge de manœuvre et même soutien effectif puisque l’on se souvient que la société Google a développé à la hâte, au plus fort des manifestations de la place Tahrir, une nouvelle application, Speak to Tweet, qui a permis aux manifestants de faire passer vaille-que-vaille des micro-messages en dépit de la fermeture des réseaux. A dire vrai, les choses sont allées encore plus loin. A l’occasion de la chute du président Moubarak, la société américaine n’a pas hésité à sortir du traditionnel business as usual en ouvrant une ligne d’urgence pour aider les Egyptiens à utiliser le nouveau service mis sur pied avec Twitter, en incitant les militants à déposer leurs vidéos sur son canal privé Citizen Tube, et même (voir cet article du toujours très précieux Arabist) en mettant en place, en liaison avec des militants et des ONG en Egypte et aux USA, une protection spéciale pour les groupes Facebook particulièrement vulnérables, tel le célèbre We are all Khaled Said créé sur le réseau par le responsable marketing de Google pour la région MENA, un certain Wael Ghoneim justement…

En susbstance, le porte-parole de Facebook a expliqué que si le changement de gouvernement était certes une question spécifiquement égyptienne, la privation de service pour quelque 5 millions d’utilisateurs locaux était bien un problème pour l’ensemble de la « communauté » des usagers… Dommage pour les Palestiniens qui risquent de ne jamais peser assez lourd pour bénéficier d’autant de sollicitude pour leurs propres actions sur la Toile. Au contraire, et bien qu’elle ait réuni quelque 350 000 membres en moins d’un mois, la page Palestininian Intifada (illustration ci-contre) lancée sur Facebook le 6 mars dernier a été supprimée à la demande du ministre de l’Information israélien. Message reçu par les responsables du célèbre réseau social au prétexte que des commentaires appelaient à la violence. En riposte, les activistes qui appellent à une marche pacifique sur Israël, le 15 mai (jour de la commémoration de la nakba de 1948) ont tenté, sans grand succès, un boycott de Facebook, et ont surtout multiplié les sites de remplacement, à commencer par celui du Compte à rebours pour l’intifada du 15 mai (216 000 membres au moment de la rédaction de ce billet). « Malveillant», Facebook semble bien l’être de temps en temps, du moins aux yeux des militants pro-Palestiniens puisque la page Liberté pour la Palestine (الحريّة لفلسطين, plus de 200 000 membres) a également été fermée, et que, selon cet article dans Al-Akhbar, une autre page, intitulée Je suis le premier volontaire égyptien en cas de guerre contre Israël (أنا أول متطوع مصري في حال حرب على إسرائيل  : plus de 115 000 membres à ce jour) connaît toutes sortes de difficultés.

Les autres réseaux sociaux ne font pas mieux. Tout récemment, Flickr, le site gratuit de partage de photos et de vidéos, a ainsi retiré les documents que Hossam el-Hamalawy avait mis en ligne à partir de CD récupérés dans les locaux de la police égyptienne à Nasr City. Apparemment – voir ce billet –, l’auteur du très célèbre blog 3arabawy ne respectait pas les lois sur le copyright ! Avant que les cyberactivistes cairotes ne deviennent la coqueluche des médias, Wael Abbas avait eu la très mauvaise surprise de constater – une fois de plus – la fermeture du compte YouTube sur lequel il mettait en ligne des vidéos, et notamment celle qui avait fait tellement scandale en Egypte durant l’hiver 2007 (voir cet ancien billet). Quatre ans avant la déposition de Moubarak, il lui avait fallu batailler ferme pour obtenir satisfaction. On voit donc que pour certaines interventions fort à propos, lors des manifestations en Iran par exemple (article sur le regretté ReadWriteWeb), on compte en définitive bien plus d’exemples beaucoup moins à l’avantage des mastodontes américains des réseaux sociaux.

Ces derniers sont par conséquent très sélectifs lorsqu’ils décident de relayer tel ou tel mouvement social, et c’est parfaitement leur droit. Mais il faudrait s’en souvenir à l’heure où l’on affirme un peu vite que lesdits réseaux sociaux sont la clé des changements révolutionnaires, dans le monde arabe et même ailleurs. Sur ce type de question, Sami Bengharbia a publié il n’y a pas si longtemps un article fondamental (liens vers les différentes versions dans ce précédent billet ) dans lequel il évoquait toute la complexité des relations entre le cyberactivisme arabe et la politique étrangère des USA. En conclusion, il insistait notamment sur le fait que la défense de la liberté sur internet se porterait mieux si les autorités américaines interdisaient les logiciels de censure et de filtrage mis au point dans leur pays. Il faut sans doute aller plus loin encore en se demandant s’il est très sain que la gouvernance du Réseau des réseaux soit entièrement décidée depuis le territoire américain, où sont par ailleurs installées la plupart des sociétés qui proposent les applications majeures des réseaux sociaux utilisés par les internautes mais aussi les langages informatiques utilisés par les ingénieurs (à titre d’exemple, Java – mais aussi Skype – ne sont officiellement pas disponibles en Syrie qui fait partie, avec Cuba, l’Iran et quelques autres pays, de la liste des embargoed countries selon de Département d’Etat américain).

Une réalité qu’il vaut mieux avoir à l’esprit, à l’heure où le vent des « révolutions virtuelles » souffle sur le monde arabe.

Tant pis pour les principes !

Ces carnets sont dédiés à la création arabe in situ et , en quelque sorte par principe, on n’y parle pas de ce qui se déroule ailleurs, y compris lorsque cela concerne des artistes venus de cette région. A fortiori, on n’y mentionne pas non plus le travail de créateurs venus d’ailleurs, quand bien même il concerne directement le monde arabe. Tout juste une petite exception pour Ernest Pignon Ernest à propos de  Mahmoud Darwich… Mais quelqu’un a eu la bonne idée de me signaler ce travail de Zoo Project à Tunis, en hommage aux martyrs de la révolution. Cela mérite le détour.. Bonne lecture !

Une pensée pour  Juliano Mer-Khamis, et ses proches… Pour les arabophones, Al-Akhbar, dans son édition de mardi, s’honore une fois de plus en lui consacrant tout un dossier.